Mauritanie : premier jour de l’An au cachot

Dans la nuit du 31 Décembre 2010, dernière soirée de l’année, plus de 150 personnes ont été arrêtés à Socogim, puis conduits au poste de police 2, dans la commune de Tevragh Zeïna. En effet, on reproche à ces personnes, jeunes garçons et jeunes filles, d’être en possession d’alcool, alors qu’ils se préparaient pour la fête du 31. Les fêtards avaient décidé de se regrouper à la cité plage, un lieu isolé et discret, non loin de la plage.Malheureusement pour eux, quelqu’un avait déjà dénoncé le supposé « show« ; alors quelle surprise pour ces derniers de voir débarquer des dizaines de 4*4 de policiers et d’encercler les lieux. Toutes les personnes présentes furent embarquées, sans aucune discussion.

Mais analysons un peu mieux le problème. En Mauritanie, pays islamique, l’alcool est interdit; mais pourtant on la retrouve bien dans le chic quartier de Tevragh Zeïna. Les premiers consommateurs sont les riches maures et leurs familles; mais ce sont toujours les pauvres citoyens qui prennent les pots cassés. Le gouvernement a vraiment décidé d’interdire l’alcool en Mauritanie, pourquoi ne pas alors s’attaquer à la source véritable même du problème ? Qui osera fouiner sur l’origine de cette contrebande ? En fouinant bien, l’on trouvera certainement que le premier distributeur d’alcool dans ce pays, est peut être le chef national de la police ou encore celui de la douane ; étant donné que toutes les marchandises passent forcément par les frontières terrestres ou maritimes. Mais jamais personne n’osera s’attaquer à ces personnes, vu que ce sont des personnes très proches du Président de la république ou encore ils sont de la même famille.

Partagez

Auteur

Commentaires