Le manque d’herbes et d’eau serait-il une des raisons du nomadisme ?

Étiquettes

Quand j’étais très jeune au village dans la Région de Ségou, j’ai toujours collaboré avec des peuls saisonniers chez nous. J’utilise le mot saisonnier parce que je me rappelle bien (c’est encore en train de continuer après moi au village), ils viennent pendant la saison sèche après les récoltes et où il n’y a plus d’eau dans les marres et les rivières. Je les rencontrai également dans beaucoup d’autres villages. Arrivés, ils logent dans les familles du village construisent leurs petites cases hors des villages, faire de grandes haies où ils font entrer les animaux la nuit, fixent les piquets auxquels ils attachent les petits animaux la nuit. La journée, ils conduisent les animaux au pâturage, reviennent les abreuver à midi aux grands puits logés derrière le village, repartent en brousse avec les animaux et reviennent le petit soir. Ils vivent en communauté avec les populations du milieu.

Lire la suite…

Partagez

Auteur·e

fasokan

Commentaires