Comment éditer son billet

Une fois les fautes d’orthographe et de syntaxe évacuées, l’édition du billet est une étape importante pour fidéliser son lecteur. Un texte de qualité, c’est cool, mais un texte agréable visuellement, c’est encore mieux ! Pour un esprit sain dans un corps sain, voici un tutoriel sur l’édition de ton billet.

Tous les points listés dans ce blog sont vérifiés par l’équipe de Mondoblog, pour chaque billet publié, avant de les partager sur les réseaux sociaux et sur la page d’accueil de Mondoblog. Donc si vous vous voulez nous inciter à partager vos billets, suivez le guide !

Avant toute chose, relis-toi à haute voix.

C’est le meilleur moyen de repérer une phrase peu claire ou trop longue, un intertitre ou une virgule mal placés, une explication manquante…

Dans le corps du billet

Le titre

Le titre est la tête pensante du reste du billet. Il doit répondre à au moins quatre questions :

  • Qui est le sujet du billet ?
  • Quand se déroule l’action ?
  • se passe-t-elle ?
  • Quelle est cette action (quoi ?)

En plus, il peut aussi répondre à :

  • Comment se déroule-t-elle ?
  • Pourquoi ?

Un titre doit être unique. Puisque chaque billet de blog est unique, il est logique que le titre doit l’être aussi. Si un titre peut aussi s’appliquer à un article Wikipédia, une fiche pratique d’un ministère ou un autre billet de blog, il doit être changé. Un titre unique permet de ne pas être noyé dans la masse des résultats de recherche Google et d’attirer l’attention du lecteur.

Le titre doit être court et concret, pour attirer l’oeil et être partagé facilement sur les réseaux sociaux. Pas trop long, pas trop court.

Nous ne sommes pas totalement rigides. Tu trouves que ton article est vachement mieux avec un titre plus mystérieux et moins informatif, ça marche aussi ! 

 

Le chapô (ou chapeau)

C’est une phrase courte d’une à trois lignes grand maximum, qui vient entre le titre et le début du billet. Il doit poser clairement le sujet du billet, donner envie de le lire, tout en étant compréhensible indépendamment du titre. En effet, tous les lecteurs ne lisent pas les billets du début à la fin et dans l’ordre logique !

Le chapeau répond aussi aux questions du titre, avec si possible les même mots pour améliorer le référencement. Ces mots-clés seront aussi utilisés pour les images, la rubrique “Étiquettes” et l’extrait (on va y revenir).

Conseil de mise en page : insérez votre chapô dans un « bloc titre » H5. Cela permettra de mettre votre paragraphe bien en valeur par rapport au contenu du texte. N’utilisez ni italique ni gras, ce n’est pas utile.

Un exemple de chapeau (en gras) réussi : clair, précis, qui expose bien le sujet mais qui est compréhensible même si on ne regarde pas le titre

L’accroche (ou l’attaque)

C’est la phrase qui débute le billet et qui doit donner envie de le lire. Elle doit être courte et peut dire par exemple pourquoi tu as choisi de traiter ce sujet, le contexte dans lequel ce sujet intervient… Le but, comme son nom l’indique, c’est qu’après cette phrase ton lecteur soit alpagué, tel le chaland d’eau douce. 

via Giphy

 

Le texte

Il n’y a pas de longueur minimale ou maximale pour un billet. L’important est le lecteur le lise jusqu’au bout ! Il faut donc que le sujet et l’angle soient intéressants et originaux, que le billet soit bien écrit et bien édité. 

Rappel : une histoire se raconte au présent, le passé simple est à oublier, surtout qu’il est souvent mal maîtrisé !

On lit souvent qu’il faut faire court pour être efficace. C’est juste, mais les phrases longues ne sont pas non plus interdites, à la condition expresse qu’elles soient compréhensibles et qu’il y ait du rythme ! Si toutes les phrases font trois lignes, personne ne lira le billet. Il ne faut pas donc hésiter à mettre des points permettre au lecteur de respirer.

Deux trucs pour éviter d’être long :

  • Une phrase = une idée ou un fait. Une phrase doit contenir une seule et unique idée (ou un fait). S’il y en a deux, c’est que tu peux mettre un point et commencer une nouvelle phrase. Mettre un point permet aussi au lecteur de digérer ce qu’il vient de lire, de faire une pause, de réfléchir, bref de garder le fil !
  • Relis toi à haute voix. Si une phrase est trop longue, tu vas t’en rendre compte.

Voici un tutoriel pour apprendre à écrire simplement que je recommande à tout le monde.

Petit rappel utile : n’écris pas en majuscules, SINON ON A L’IMPRESSION QUE TU CRIES ET C’EST DÉSAGRÉABLE POUR LE LECTEUR. VA VOIR NOTRE TUTO POUR EN SAVOIR PLUS.

via Giphy

Les nombres

Il est inutile d’écrire les nombres en chiffres ET en lettres. C’est soit l’un soit l’autre, en aucun cas les deux. De manière générale, on écrit les chiffres en lettres et les nombres en chiffres (deux et pas 2, 111 et pas cent-onze).

On écrit en toutes lettres :

  • les durées (hors énumérations) : attendre plus de dix minutes, relier Paris à Bordeaux
    en trois heures et demie ;
  • les nombres inférieurs ou égaux à dix ;
  • tout adjectif ordinal précisant l’ordre et le
    rang : elle est troisième de sa classe ; attendre le douzième
    coup de minuit ;
  • les fractions dans une phrase : les trois quarts (sans division, réservée aux rugbymen) d’entre elles ; ajouter un dixième ;
  • les nombres employés comme substantifs : un billet de seconde, le dix de carreau, les quarts de finale, passer en première. »

Extrait de la Charte orthotypographique de Sud-Ouest (voir ci-dessous).

Le pense-bête

En cas de doute sur une règle de grammaire, de syntaxe ou d’orthographe, voici un document de référence utilisé par l’équipe de Mondoblog : la charte orthotypographique du quotidien français Sud-Ouest.

Cliquez sur l’image pour lire le document

Cette charte contient la réponse à 99,9% des questions qu’on peut se poser sur :

  • les majuscules,
  • les abréviations, sigles et symboles,
  • la ponctuation,
  • les guillemets,
  • les chiffres et nombres,
  • le féminin des noms de métiers,
  • la francisation des termes anglo-saxons,
  • et un mémo grammatical très pratique !

Peut-être vous demandez-vous également comment accentuer les majuscules. Ces caractères spéciaux s’affichent en laissant la touche Alt enfoncée en entrant une combinaison de chiffres (si vous êtes équipé•e d’un pavé numérique). Appuyez sur alt, entrez la combinaison, et relâchez alt.

  • È : Alt + 0200
  • É : Alt + 0201
  • À : Alt + 0192
  • Ç : Alt + 0199
  • « : Alt + 2222

Les intertitres

L’intertitre est une aération qui permet :

  • au billet de ne pas avoir l’aspect d’un gros bloc de texte ;
  • d’attirer l’oeil du lecteur ;
  • de lui donner envie de lire, et de continuer à lire.

Il intervient entre deux paragraphes, eux-mêmes composés de trois à cinq phrases.

C’est une phrase sans point qui résume le paragraphe ou les paragraphes à suivre, ou bien qui donne l’idée forte de ce qui suit. Ça peut être une citation extraite du texte, un fait saillant ou un chiffre tiré du paragraphe qui suit… Souvent, c’est une phrase sans verbe.

Le billet ne doit pas commencer par un intertitre. Le premier intertitre doit se situer après deux paragraphes minimum.

La règle à retenir : l’intertitre doit être court et avoir un rapport avec le paragraphe qui suit.

Un exemple d’intertitre réussi

Les paragraphes

Tout comme une phrase = une idée ou un fait, un paragraphe = un argument ou un moment de l’histoire. La règle : quand je change de sujet, de point de vue ou d’argument, je vais à la ligne !

Encore une fois, se relire à haute voix permet de repérer les problèmes !

Si vos billets n’ont pas de taille maximale conseillée, veillez tout de même à ce que vos paragraphes ne soient pas trop longs et indigestes. Un long paragraphe donne l’impression d’être face à un « pavé », et c’est peu agréable à lire.

La chute

La chute est la dernière phrase (ou les dernières phrases) d’un paragraphe. C’est elle qui va laisser l’impression finale au lecteur, il faut donc la soigner !

Ajouter une image dans son billet

Pensez à aller voir nos tutoriels détaillés sur le sujet !

Le crédit photo

Le crédit photo est extrêmement important. Il faut toujours, toujours, toujours le préciser, même si la photo est libre de droit, même si vous êtes l’auteur de la photo. Le crédit doit contenir l’auteur de la photo et la source (voir un exemple ci-dessous).

Cas particulier : les images sous licence Creative Commons 0 (zéro) et/ou dans le domaine public peuvent être réutilisées sans citer l’auteur. Sur Mondoblog, nous vous demandons de mettre quand même le crédit, ça facilite le travail de l’équipe : pas besoin de vérifier que la photo est bien libre de droits si c’est écrit !

Si la photo n’est pas libre de droits mais que vous avez l’autorisation de l’ayant droit de l’utiliser, il faut quand même mettre le crédit et préciser que vous avez l’autorisation avec une formule du type “Crédit photo : Machin Truc, avec son aimable autorisation”.

Et voici un tutoriel Mondoblog pour trouver des images libres de droit !

La légende

La légende permet au lecteur de savoir ce qu’il regarde. Elle est aussi importante que le reste du billet.

Elle doit comporter les informations suivantes :

  • Qui est sur la photo ? Si plusieurs personnes sont présentes, préciser entre parenthèses qui est au centre, à droite, à l’arrière-plan, etc.
  • Que représente la photo (quoi) ?
  • la photo a-t-elle prise ? Précisez toujours le pays, ainsi que la ville, et si nécessaire le quartier et la rue.
  • Quand la photo a-t-elle prise ? L’année est le plus important, et si un événement précis est représenté, le jour doit être précisé.

Si la photo est une simple image d’illustration, mettez quand même une légende et précisez entre parenthèses « photo d’illustration ».

La légende, l’auteur, la source : tout y est !

 

Les informations à préciser

Quand vous ajoutez une image dans un billet, remplissez bien les quatre champs « titre, légende, texte alternatif et description ».

Les champ « texte alternatif » doit contenir une série de mots-clés qui décrivent l’image (pour pouvoir la retrouver facilement) et se rapportent à l’article (pour le référencement).

Les champ « légende », placé sous l’image que tu viens d’insérer, doit contenir la légende et le crédit.

 

Insérer une légende
Insérer un texte alternatif

Hors texte

Les liens externes

Les liens externes servent à améliorer le référencement, mais ils permettent aussi d’établir un lien de confiance avec les lecteurs : si, en plus de parler d’un fait, d’un chiffre ou d’une citation, je donne le lien vers ma source, le lecteur sait que je n’invente pas et qu’il peut me faire confiance. Ce n’est pas parce qu’il y a un lien externe dans un billet que le lecteur va cliquer dessus et oublier le billet !

Pour éviter ça, il faut bien soigner son ancre, c’est-à-dire le texte qui contient le lien renvoyant vers la page web qui m’intéresse. L’ancre doit se situer sur une partie de phrase (jamais une phrase entière ; si la phrase est très courte, évitez simplement de mettre le lien sur le premier mot) qui est en rapport avec le lien. L’ancre peut se situer sur un mot ou deux, ou bien sur une proposition entière, il n’y a pas vraiment de règle en la matière. La seule question à se poser : est-ce logique ?

Dans cet exemple, le lien (en bleu) renvoie à un article qui parle de gens pour qui Internet se résume aux réseaux sociaux : l’ancre est donc placée logiquement sur ces mots.
Autre exemple : le lien (en bleu) renvoie vers le site de SOS Esclaves, il est donc placé seulement sur « SOS Esclaves », pas plus pas moins.

Un lien externe peut aussi servir d’intertitre. Dans ce cas, le lien doit être clairement comme tel : il doit être séparé du corps du texte, par la couleur et/ou l’épaisseur du texte, et par un repère visuel, qui peut être une flèche.

Un exemple de lien (en bleu) qui peut servir d’intertitre

Voici un tutoriel pour apprendre à insérer des liens dans vos articles.

L’insertion de contenus

Quand un billet parle d’une chanson, d’un post Facebook, d’une vidéo ou d’un document disponible sur Internet, il est important non seulement d’en donner directement la source au lecteur (cf. plus haut), mais aussi de l’intégrer directement dans le billet. Pourquoi ? Parce que le lecteur est distrait et fainéant, il n’a pas de temps à perdre à cliquer sur un lien pour regarder une vidéo puis revenir ensuite au billet.

Pour ce faire, une seule adresse : un bloc « Contenus embarqués« . Cliquez sur le petit + en haut à droite de l’éditeur de texte, ouvrez l’onglet « Contenus embarqués », choisissez le type de contenus que vous souhaitez afficher (une playlist Soundcloud ? un post Facebook ? une vidéo Youtube ?), et « collez«  dans la zone indiquée l’URL (l’adresse qui apparaît dans la barre tout en haut de votre navigateur) du contenu que vous souhaitez afficher.

Les étiquettes et les catégories

Les étiquettes (auparavant appelées « mots-clés » dans WordPress) sont très importantes pour le référencement et pour organiser son blog. Pensez-y pour chaque billet !

Les catégories servent à classer vos billets sur votre blog. Elles sont très visibles, dès la page d’accueil, veillez donc à bien les choisir.

Ne choisissez pas plus d’une catégorie, cela vous permettra d’être sûr de ce qui va s’afficher sur votre page d’accueil. De manière générale, retenez cette règle simple : vous pouvez mettre de nombreuses étiquettes (pas plus de dix, tout de même, sinon cela nuit à la lisibilité), mais pas plus d’une catégorie.

Voici un tutoriel qui vous explique le fonctionnement des étiquettes et des catégories.

L’extrait

Vous avez surement remarqué que quand votre article est publié sur la page d’accueil de Mondoblog, il est accompagné d’un court texte qui donne envie de le lire. Ce texte, c’est l’extrait.

Les extraits sur la home de Mondoblog.org
Les extraits sur vos blogs, ici sur Le blog des Camerounaiseries

L’extrait doit être écrit par le blogueur ! Il se trouve sur la barre latérale. Dans « Documents », cliquez sur l’onglet « Extrait ». Celui-ci doit faire deux ou trois phrases, pas plus, et donner envie de lire le texte.

L’image mise en avant

C’est l’image qui va illustrer votre article, et qui apparaîtra aussi sur la home de Mondoblog si votre billet est sélectionné.

Encadrées en rouge, les images mises en avant

Pour ajouter une image en avant, ça se passe aussi sur la barre latérale de votre éditeur. Cliquez sur « Document », tout en haut, puis sur l’onglet « Image mise en avant ». C’est là que vous pouvez insérer une image mise en avant. Rendez-vous sur ce tutoriel pour plus d’informations.

Attention ! Si vous avez un blog au format ‘deux colonnes’, donc avec un menu sidebar (rendez-vous sur ce tutoriel si vous ne savez pas ce que ça signifie) , vous pouvez vous contenter de petites images. Considérez que les dimensions minimales sont de l’ordre de 500*330.

Mais si vous avez un blog en monocolonne, vous aurez besoin de plus grandes images, car vos articles s’afficheront de cette façon :

Pensez donc à bien choisir votre image, les plus larges possible. Évitez en revanche les images trop hautes qui seront coupées.

Pensez bien à l’image mise en avant et à l’extrait. Si vous les oubliez, l’affichage sur votre blog sera moins dynamique, moins attrayant, et cela ne donne pas vraiment envie d’y rester pour lire des billets…

La mise en avant (seulement pour les blogs monocolonne)

Si votre blog est en ‘monocolonne’, vous pouvez mettre deux articles en avant. Cela veut dire qu’ils seront plus visibles sur la page d’accueil de votre blog.

Il suffit de cocher, toujours dans l’onglet « Document » à droite de votre éditeur, sur la case dédiée :

Et voilà le résultat sur votre blog :

Nous vous recommandons de bien mettre deux articles en avant, ni plus ni moins, pour des raisons esthétiques : l’affichage sera plus joli de cette façon ! Naturellement, ne vous sentez pas obligés d’utiliser cette fonctionnalité si elle vous déplaît.

Le SEO (plugin Yoast)

« L’optimisation pour les moteurs de recherche, ou SEO (pour search engine optimisation), est un ensemble de techniques pour optimiser la visibilité d’une page web dans les pages de résultats de recherche. Ces techniques cherchent à améliorer la compréhension par les robots d’indexation de la thématique et du contenu d’une ou de l’ensemble des pages d’un site web et à augmenter le trafic naturel du site […]

Le SEO représente un véritable enjeu à plusieurs niveaux : – Rendre son site visible de façon pérenne. – Permettre le référencement. – Capter du trafic qualifié depuis les moteurs de recherche. – Augmenter le nombre de conversions. – Construire une image de marque en direction des internautes. » – Wikipédia

Vous l’aurez compris, le SEO, c’est important ! Heureusement, Mondoblog utilise Yoast SEO, un plugin WordPress installé par défaut qui fait l’essentiel du travail pour nous. Il suffit de remplir les cases ! Cliquez sur « Modifier les métadonnées » pour commencer.

  • « Requête principale » : le concept central du billet.
  • « Méta titre » : c’est le titre qui apparaîtra dans les résultats de recherche Google et dans les aperçus sur Facebook, Twitter, etc. Par défaut, il prend une structure prédéfinie par les petits blocs violets mais vous pouvez changer manuellement le contenu de ce champ. Cela dit, nous recommandons de ne pas y toucher.
  • « Slug » : c’est la même chose que l’URL de l’article, il doit contenir les mots-clés les plus importants du billet (pour tout savoir sur l’URL du billet, c’est par ici).
  • « Méta description » : c’est le petit texte qui apparaît sous les résultats de recherche Google et dans les aperçus sur Facebook, Twitter, etc.

Pour améliorer le référencement, lire aussi ces deux tutoriels :

C’est fini !

Mais je vous ai dit de vous relire à haute voix ?

Mis à jour le 30 octobre 2019 par Colin Gruel.

Partagez

Auteur

Commentaires

Luc
Répondre

Super ce billet. J'en dis même que nous avons un guide unique pour bloguer. Merci Léo.

alteregofatim
Répondre

Je sais cet article a été créé pour moi

Benjamin
Répondre

Impatient de rejoindre la grande communauté des blogueurs.

A quand le prochain concours?

En attendant, grand merci pour ce chef-d'œuvre.

Léo Caravagna
Répondre

Bonjour, nous ne prenons pas de nouveaux blogueurs pour le moment. Pour rester informé sur le prochain concours, abonnez-vous à notre page Facebook ou Twitter.

Fred'Eric Yao
Répondre

Super ces informations utiles

Sandra
Répondre

Merci pour ces informations très détaillées et entièrement d'accord pour les majuscules. Moi aussi ça me donne l'impression que la personne crie.
Alors pour ceux qui les utilisent dans les emails... No comment.
Bonne continuation sur cet excellent blog !