Salma

Un goût de France au Mboa

Convives en plein échange

La cuisine française a son jour de gloire : le 21 mars de chaque année, elle se donne à voir. J’étais de la fête à la Résidence de France à Yaoundé, pour la deuxième fois. Cette fois encore, les menus étaient variés, les invités aussi. 

A mon arrivée, je tombe sur des figures familières du journalisme, du blogging, de la culture et des officiels. Je peux citer, entre autres, Eric Christian Nya, Elsy Elsa, Laurentine Assiga, Lydol la slameuse, Charlotte Ntamack du parlement du rire, Mr Philippe Larrieu, Mme Kristel Dorval, Fernande Ekouta, Chouchou Mpacko, etc. Je n’oublie pas les maîtres des lieux, S.E. Gilles Thibault, ambassadeur de France au Cameroun et son épouse.

Un aperçu du panel d’invités

Ce métissage engendre une bonne ambiance dans un climat détendu. Nous bavardons un peu dans le hall de la résidence en dégustant des spiritueux et des boissons que nous propose l’hôtesse sur place.

Comptoir BVS

Un avant-goût délicieux !

Je me laisse séduire par un jus d’orange, puis un peu de champagne. J’ai à peine engagé la conversation avec mes compères qu’on nous apporte une première friandise. C’est du porc bacon pruneau… la fermeté de la chair de porc mêlée à la saveur sucrée du reste, pas mal ! Ensuite place aux cannelés au fromage, ils sont plus moelleux et goûteux que les précédents cannelés, j’ai bien aimé. J’ai à peine pris quelques photos que l’ambassadeur nous invite à passer à table. Nous ne nous faisons pas prier. Déjà j’avais remarqué la disposition des tables… cette année, comme l’an dernier, j’ai eu pour voisin de table Mr Philippe Larrieu  Que c’est bon de se retrouver !

Porc bacon pruneau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cannelés au fromage

Il était normal qu’en maitre des lieux, S.E Gilles Thibault prenne la parole pour nous situer et nous souhaiter un bon appétit. Nous avons appris de ses propos que « cet événement était célébré dans le monde entier. Le « Goût de France » est une initiative d’Alain Ducasse et du ministère des affaires étrangères. Les années précédentes, 1000 restaurants y prenaient part. Mais cette année 2018, on compte  3300 restaurants ! et le Cameroun avec le plus de participants compte 9 restaurants entre les villes de Yaoundé, Douala et Bafoussam.  C’est une occasion de célébrer l’amitié, la convivialité, la gastronomie, les vins… cette année, la région choisie pour être à l’honneur est la Nouvelle Aquitaine. Cette année nous avons voulu avoir à notre table des personnes de tous les milieux : entrepreneurs, blogueurs, artistes, journalistes, acteurs culturels, personnalités administratives, ceci pour célébrer la diversité. »

L’autre innovation de cette année 2018 est que cette édition rend un vibrant hommage à Paul Bocuse, surnommé « l’empereur de la cuisine française ». Il est décédé le 20 janvier 2018, à l’âge de 91 ans, à Collonges-au-Mont-d ‘Or (Rhône), sa ville natale. Son parcours est exemplaire, il a reçu trois étoiles au guide Michelin depuis 1965. Il a été élu « meilleur ouvrier de France » millésime 1961, le fondateur des Bocuse d’or en 1987, désigné « cuisinier du siècle » par le Gault & Millau en 1989 et « chef du siècle » par The Culinary Institute of America en 2011.

 

Dégustation

Eventail de Gambas à la vinaigrette framboisée

Après le rappel historique, on nous sert, en guise d’entrée, un éventail de gambas à la vinaigrette framboisée, suivi d’un plat d’étouffé de bar et ses légumes à la semoule aux raisins, puis un deuxième plat de poulet basquaise au riz et, en guise de dessert, une tarte fine aux mangues. Côté vin, il nous a été servi un Meursault 2013-patriarche, un Château Tour de Pez-Saint Estèphe 2014 et enfin, un Carmes de Rjeussec-Sauternes 2011.

Étouffé de bar aux légumes à la semoule aux raisins

Parlant de mon entrée, j’ai adoré les gambas et la vinaigrette mais moins les feuilles qui les accompagnaient.  L’étouffé de bar avait un goût original, à la fois sucré et acide.  Il a fallu mouiller à la sauce la semoule pour qu’elle descende dans ma gorge. Le poulet basquaise m’est bien connu, c’est sa présentation qui m’a le plus plu ce soir. J’ai pu retrouver les couleurs vert-rouge-jaune du drapeau du Cameroun dans la mixture de poivrons qui accompagnait le plat !

Poulet basquaise au riz

Le désert était impeccable dans la bouche. Un peu de glace avec la chaleur de la tarte : parfait ! Quant aux vins, seule la saveur sucrée du Carmes de Rjeussec m’a vraiment séduite.

Tarte fine aux mangues

La balle du chérif de cette soirée et que j’ai beaucoup apprécié était cette pause  citronnelle à la fin du repas. En prenant cette boisson chaude, Eric Christian Nya et moi avons pu replonger dans notre enfance et nous rappeler que cette boisson ne manquait jamais à table lors du petit déjeuner, pure ou avec de la bouillie de maïs.

 

Meursault 2013-patriarche
Château Tour de Pez-Saint Estèphe 2014
Carmes de Rjeussec-Sauternes 2011

 

 

 

 

Un zeste d’humour et de détente

Entre les repas et les différentes conversations, nous avons reussi à avoir, à la demande de l’Ambassadeur, deux prestations. d’abord celle de Charlotte Ntamack et son improvisation d’une habitude camerounaise d’influence « tu sais qui je suis? ». Dans nos fous rires, le repas a pu descendre. Un air de slam à la Lydol est venu faire naître chez la plupart des invités, un amour pour le slam. Je serais slameuse c’est sur, je m’y mets d’ailleurs ! Revivez en extrait la prestation de Charlotte Ntamack ici.

Good bye Good France

Il a fallu nous séparer. La soirée était très réussie. On a passé des moments d’échange et de fous rires en compagnie de personnes extraordinaires. C’était vraiment « Good » la France à nos tables !

Disposition des invités sur la table
S.E. Gilles Thibault et son épouse

 

 

 

 

 


Bienvenus au bon Goût de France

Logo Goût de France

Le 21 mars 2017, j’ai participé à cette initiative de l’Ambassade de France au Cameroun. En compagnie de mes collègues blogueurs et des personnalités, je peux dire que le repas était copieux au bon Goût de France. Pas seulement à cause des gambas de Kribi servies sous forme croustillantes, mais surtout parce que les échanges étaient riches.

En plus j’ai pu goûter à une soupe glacée de concombre au yaourt en guise d’entrée, un dos de capitaine à l’orange et ses deux purées et une charlotte au chocolat. J’avoue que même le nom chocolat est beau et bon à entendre sans parler de son goût sur la langue. J’ai dû refuser la crème fraîche que l’on me proposait pour accompagner ce dessert car je ne connaissais pas ce mélange. J’ai été séduite par la présentation du dos de capitaine à l’orange, ses deux purées et la sauce verte. En y regardant de plus près c’était le drapeau camerounais culinaire. Mais une fois sur ma langue les purées n’avaient rien de plaisant donc j’ai laissé de côté pour me concentrer sur le poisson et la carotte.

Dos de capitaine à la sauce à l’orange et ses deux purées

Coté saveur il n’y a rien à dire les Gambas c’était le must. De grosses crevettes enrobées d’une fine couche de pâte feuilletée qui leur donnait ce goût croquant ou croustillant c’est selon : Crac et dans la gorge. je ne sais si je pourrais donner la véritable saveur qu’avaient les vins qui nous ont été servis. Du Pouilly fumé 2015 et  une bouteille de Côtes de Provence 2015 nous ont aidé à bien digérer ce festival culinaire.

A ma table, le Ministre Camerounais du Tourisme et des Loisirs Bello Bouba MAIGARI, M. Philippe LARRIEU Ministre Conseiller à l’Ambassade de France et le blogueur Fotso FONKAM. Sinon étaient aussi présents SEM Gilles THIBAULT l’Ambassadeur de France au Cameroun, Zacharie PEREVET Ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Mj MPACKO, Dania EBONGUE, Rose MUJONGUE, Olivia MUKAM de l’Ambassade des Etats-Unis, Ecclésiaste DEUDJUI pour ceux que je connais. une ambiance bonne enfant avec des échanges variés qui allaient de la société à la place de la femme et même la politique française. Bref on ne s’est pas ennuyés. C’est une trentaine de convives qui était présente pour déguster le Goût de France fait avec des produits 100% camerounais. Cette année 11 restaurants camerounais ont rejoint cette aventure qui en était à sa troisième édition. A 21h il a fallu que nous quittions nos table pour ce diriger vers le Living Room où nous attendaient des boissons chaudes et surtout toujours pour révéler ce coté local, une infusion de citronnelle. Une occasion pour nous de passer à la séance de photos avec tout le monde tout en bavardant.

 

SEM l’Ambassadeur de Frabce au Cameroun, M.Zacharie PEREVET et M. Bello Bouba MAIGARI

Parlant de cette initiative, le 21 mars, Goût de France / Good France a rassemblé plus de 2000 restaurants dans 150 pays pour célébrer la gastronomie française. Au Cameroun, 11 chefs cuisiniers ont répondu à l’appel. Orchestré par le Ministère des Affaires Étrangères et du Développement international et le chef Alain Ducasse, Good France est l’occasion pour les chefs du Cameroun et du monde de revisiter la gastronomie française en profitant des richesses du terroir de chaque pays. Cette troisième édition de Good France a rassemblé cette année de nouveaux restaurants, qui ont préparé à l’occasion de Good France le 21 mars, un dîner gastronomique « à la française » dans un esprit de partage et de convivialité.

 

 


L’expertise féminine enfin valorisée

www.expertesfrencophones.org

Le mois de mars est connu dans le monde entier comme étant celui consacré à la femme : 8 mars oblige. Dans un désir de vouloir mettre en avant le savoir faire des femmes de tous horizons, la plate-forme expertesfrancophones.org a vu le jour pour le bonheur de ces dames.

C’est à la suite de la publication d’un rapport  du Global Media Monitoring Project, en 2015 qui révélait que « les femmes ne représentent que 24% des personnes que l’on entend, voit et dont il est question dans tous les types de médias. Elles sont seulement 19% à s’exprimer en qualité d’expertes dans tous les domaines », qu’elles ont voulu faire la différence et inverser cette tendance. Spécifiquement pour ce qui est du domaine des médias, le manque de visibilité des femmes s’explique de plusieurs manières :

  • La pratique des journalistes : la plus part des journalistes travaillent à partir d’un réseau de contacts élaborés au fil du temps, qui se révèlent souvent majoritairement composé d’hommes experts. Alors que les femmes sont de plus en plus diplômées et qu’elles sont expertes dans tous les domaines (scientifiques, politiques, économiques, sociaux, environnementaux), leurs travaux sont souvent moins connus des journalistes car elles sont moins présentes dans les réseaux et moins visibles que les hommes pour des raisons diverses liées à un manque de temps disponibles notamment (car elles continuent d’assumer la majorité des tâches domestiques), mais aussi à un sentiment de non-légitimité.
  • Légitimité et autocensure : Il apparaît également qu’en raison des stéréotypes de genre, les femmes expertes se sentent moins légitimes à prendre la parole en public. Par manque de confiance et autocensure (je ne suis pas légitime, je ne suis pas assez experte), elles auront tendance à décliner une invitation média plus rapidement qu’un homme.
  • Le projet « Expertes francophones» promeut la visibilité des femmes dans les médias francophones par la création d’une plateforme internet qui recense des milliers de femmes expertes dans tous les domaines (scientifiques, économiques, culturels, sociaux..).à part la visibilité des femmes expertes (chercheuses ou professionnelles) par la création d’une plateforme en ligne conçue pour les journalistes, il propose également de lutter contre l’autocensure des femmes expertes inscrites sur le site. en leur proposant des séances de média-training et de prise de parole en public.

Les expertes ont la possibilité de chercher parmi elles une experte dans un domaine différent facilement par l’utilisation d’un moteur de recherche pour obtenir ses coordonnées et lui proposer une interview. Initié par le Groupe Egaé et soutenu par l’Organisation internationale de la Francophonie, en 2015, une première plateforme en ligne à destination des journalistes français voyait le jour il s’agit  de expertes.fr. Cette plate-forme comptait 1800 expertes, 800 journalistes et 40% des expertes après un an de fonctionnement. Le 8mars 2017 est la date de lancement de cette base internationale des Expertes francophones, qui recense actuellement 3000 femmes expertes de 30 pays différents et plus de 1000 journalistes.

Dans les prochains jours, l’équipe des Expertes veut se déployer dans le monde entier et proposer à chaque pays francophones de créer son site national « les Expertes » sur le modèle du site actuel, par exemple « Expertes Cameroun », « Expertes Sénégal », « Expertes Algérie », « Expertes Québec ». Toutes les femmes sont attendues sur expertesfrancophones.org pour s’inscrire et faire valoir leur talent, c’est gratuit et simple.


Les jeunes s’engagent pour protéger l’environnement

Ramassage des ordures dans les drains de la Cité Verte
Ramassage des ordures dans les drains de la Cité Verte

Cette semaine a été l’occasion de pour eux de démontrer qu’ils ne sont pas aussi inconscients qu’on veut le faire croire.

C’est au détour d’un « mapane » que j’ai suivi un petit groupe de jeunes, 50 au total qui s’activaient à faire de la récupération à la cité Verte. Curieux non ? J’aurai juré que c’était HYSACAM que non, c’était des jeunes âgés de 18 à 25 ans. Un peu de curiosité me fait découvrir que c’est une initiative des Brasseries du Cameroun « PLASTIC Récup Holidays » pour les occuper durant les vacances à sauver notre planète. Quand on parle de sauver la planète au Cameroun, les conférences telles que la COP21 semblent être pour les habitants, simplement une rencontre entre riches pour se faire voir. Pourtant le changement climatique est bel et bien réel de nos jours. La preuve il fait de plus en plus chaud et il n’est pas rare pour le cas de Yaoundé de ne plus savoir à quelle saison nous sommes, bien plus il peut pleuvoir à Elig-Edzoa et pas à Nlongkak. « C’est la sorcellerie » vous diront certains pessimistes qui voient en toute chose un peu de mystère.

Roger Milla, les Brasseries et leurs partenaires
Roger Milla, les Brasseries et leurs partenaires

Non ! Les inondations à la Poste centrale ce n’est pas de la sorcellerie juste toutes ces actions que nous posons au quotidien quand nous jetons les bouteilles vides ou nos ordures ménagères à même le sol ou dans les caniveaux dès qu’il pleut. « Normal que les brasseries récupèrent ces bouteilles vu que c’est eux qui les fabriquent» diront d’autres. Et bien non cette société nous vend ses boissons et leurs contenants mais ce que nous faisons avec après n’est pas de leur responsabilité. Chaque citoyen doit pouvoir jeter ses ordures et sa bouteille en plastique au bon endroit pour éviter qu’elle ne se retrouve n’importe où. Du 25 au 29 juillet à Yaoundé et du 1er au 5 août à Douala, c’est une centaine de jeunes qui va se déployer à  la Cité verte, aux Impôts de Biyem-Assi, à la Briqueterie (marché charbon), à la Sofavinc, à l’École de police, l’Hôpital CNPS et à Douala au Camp Yabassi de Mboppi, à la Chefferie de Bonapriso, Mbanya, Kombi, Kondi, Sodikago et Tongo’o Bassa Cité Sic Cacao. Leur semaine à débuté au Lycée général Leclerc où ils ont reçu une formation théorique sur des astuces pour la récupération. J’apprends par exemple qu’il faut compresser sa bouteille avant de la jeter dans un bac à ordures.

ramassage des bouteilles
ramassage des bouteilles

Je m’engage à suivre le petit groupe qui s’enfonce dans les recoins de la Cité Verte et parmi ceux qui collectent les bouteilles, je remarque l’Ambassadeur Albert Roger Milla. C’est une belle rencontre qui me fait savoir que sa Fondation Cœur d’Afrique est partenaire de cette initiative et est responsable du volet recyclage de ces bouteilles. En fait les Brasseries du Cameroun s’est chargée du recrutement des jeunes. La fondation Cœur d’Afrique les a sensibilisé, éduqué et formé sur les enjeux de la protection de l’environnement et de la pollution par les bouteilles en plastique, l’Ong ANPDE environnement a organisé et supervisé les descentes sur le terrain pour la collecte des bouteilles et finalement Hysacam rassemblera et acheminera les bouteilles au site de transformation de la fondation Cœur d’Afrique. Un site de transformation qui permettra à long terme de faire de toutes ces bouteilles collectées des pavés en caoutchouc. Je suis impatiente de voir ces « 50Km de route faite de pavés à base de bouteilles récupérées » comme l’a déclaré Roger Milla.C’est un bon moyen de gagner de l’argent en protégeant son environnement. Ils recevront des diplômes et pourront poursuivent ces actions dans leurs quartiers respectifs en compagnie de leurs camarades.

Pavés à base de bouteilles récupérées
Pavés à base de bouteilles récupérées


Vivre sans œufs

source.www.google.com
les œufs crus

Une situation bien difficile que celle de la grippe aviaire. Entre les bagarres pour les intérêts des uns et des autres, j’ai vécu une scène ces derniers jours et je me pose de nombreuses questions au sujet de notre avenir sans œufs ni poulets.

Il a fallu que je pense à faire un gâteau un jour avant mon anniversaire pour réaliser ce qu’est vraiment une vie, une ville sans les œufs. Deux, trois, quatre, cinq boutiques n’ont pas pu me vendre des œufs. Pourtant, je ne demandais pas une alvéole : juste 4 œufs, et c’était tout. Je ne demandais pas la lune, juste des œufs, mais non ni mon sourire, ni même le prix que j’étais prête à payer si on me l’avait demandé pour l’avoir n’ont arrangé les choses. Toujours la même réponse : « il n’y a pas les œufs ». Et pour ceux qui voulaient enfoncer le couteau dans la plaie : « tu vis ou ? Tu ne sais pas qu’on ne vend plus ni poulet, ni œufs ? ». Je n’avais que mes pauvres pieds couverts de poussière pour rebrousser chemin et rentrer chez moi.

Qui peut me dire ce que nous pouvons faire sans les œufs ? La pâtisserie elle-même repose sur cet élément (les crêpes, les gâteaux, la crème, etc.). Qui ne connait pas le gout des œufs bouillis sur la langue avec un peu de piment ? Qui ne connait pas le gout d’un bon gâteau au yaourt ou au chocolat ? Qui n’a jamais goûté à l’omelette ? L’œuf est incontournable. Pourtant, lors de la précédente épidémie de grippe aviaire, le prix des œufs était passé de 50f pour 3 oeufs à 100f ou 4 œufs à 100f. Aujourd’hui, tout cela a changé.

Une course à moto pour la Mobil Essos m’a finalement permis de les avoir. Après tous ces allers et retours,  la fatigue a eu raison de moi et j’ai dû les manger sous forme d’omelette. 14000 œufs cassés devant le Ministère de la pêche et des industries animales n’ont pas suffi pour que la situation s’arrange. Avec cette nouvelle épidémie de grippe aviaire, c’est un véritable manque à gagner pour les éleveurs qui doivent changer d’activité, mais également pour les consommateurs. En effet, l’achat des poulets se fait de bouche à oreille et il faut compter le coût des commissions à l’achat final. Finalement un poulet qui vous aurait coûté 3000 auparavant, coûtera 4500 voire 5000f de nos jours. Pour ce qui est des alvéoles d’œufs, il faut prévoir 1800 à 2000f de nos jours. Comme on dit chez nous « a quelque chose malheur est bien », les poulets importés ont refait surface. Les éleveurs crient au complot et pointent du doigt les autorités en charge de la filière qui auraient des « intérêts » dans le business du poulet « congelé » comme on dit chez nous. Même si ces poulets sont gros et moins chers je dois avouer qu’ils n’ont pas de gout. Ni le djansan, ni le poivre et autres épices ne réussissent à s’infiltrer dans leur chair comme avec celle de nos poulets produits localement. Je ne veux même pas entrer dans les détails en ce qui concerne les effets sur la santé, ce serait trop long.

Source:www.google.com
 Poules dans la nature

Et nous sommes en Afrique : savez-vous le nombre de remèdes traditionnels et rituels qui devront disparaître avec ces œufs ? J’imagine que non. Par exemple, il n’existe pas deux façons plus rapides chez nous de se remettre d’une anémie que de faire une mixture à l’œuf cru, de la tomate en boite… Vous connaissez la suite non ? De nombreux vendeurs et médecins traditionnels ne vivent que du commerce et de l’usage de ces œufs. Combien d’emplois seront ainsi supprimés ? Si au moins nous avions appris à manger des œufs de pintades, de canards ou que sais-je encore, le remplacement aurait été immédiat, mais non. Les œufs de caille sont rares et chers et combien d’œufs de caille me faudra-t-il pour me faire une bonne omelette ? Tout d’abord je n’aime pas les œufs de caille, ensuite je ne mange pas les œufs au plat, enfin je fais toujours bien cuire mes aliments. Alors, de grâce, ramenez-moi mon bon vieux poulet et ses œufs.


Revenir au Lycée de Biyem-Assi 11 ans après (Part II)

Parvenue à cette deuxième partie de mon récit sur mon retour dans mon lycée fétiche, je vais bien évidemment parler de ce qui a changé.

La première chose est que désormais il y a des caméras, et oui ce n’est plus comme quand nous étions libres de nos mouvements et grimaces partout dans les couloirs. Tout comme la société, même le Lycée de Biyem-Assi est devenu une petite prison où nos faits et gestes sont surveillés.

Bon, poursuivons:

Jardin du lycée de biyem-assi
Jardin du lycée de biyem-assi

Il faut le dire je ne peux compter le nombre de punitions que j’ai eues pour que ce jardin voit le jour. Parfois sans raisons Mr Onambélé nous punissait et il fallait venir le samedi matin avec des houes ou des pèles, mais aussi des plantes pour la promotion du bio. Voici le résultat, un joli jardin au beau milieu de la cour avec des bancs publics installés ça et là pour permettre aux élèves de papoter et de manger aux heures de pauses.

Cour du Lycée de Biyem-assi
Cour du Lycée de Biyem-assi

Le célèbre Peach Pit des années de Beverly Hill a disparu. Il n’y a plus que des tables de vendeurs installées où sont exposées des marchandises diverses qui peuvent attirer les élèves. J’ai cherché la maman de mon camarade de classe Njantou qui nous vendait du bon caramel mais elle était absente ce jour. Cette femme faisait du caramel comme personne et nous étions ravis d’avoir la carie tellement c’était bon.

Notre célèbre photographe du lycée
Notre célèbre photographe du lycée

Voici Emmanuel, qui ne le connait pas? Il doit avoir une banque d’images de nous tous que vous ne pouvez pas imaginer. Emmanuel avait un bon réseau dans le lycée. Photos d’examen, photos de carte d’élèves, photos souvenirs, rien ne lui échappait. Il a aussi sa boutique installée avec les autres vendeurs où il expose toujours les photos de ces clients. Aujourd’hui Emmanuel a aussi une photocopieuse, une imprimante et du matériel divers de bureautique. Il m’a reconnue et on a beaucoup échangé sur nos souvenirs. Pour une fois le photographe a été filmé !

Vendeur de beignet du lycée de biyem-assi
Vendeur de beignet du lycée de Biyem-assi

Lui c’est Maurice, le plus ancien vendeur de beignet du Lycée de Biyem-assi. Il a pris de l’âge mais ses beignets sont toujours aussi bons. Maurice aussi a sa boutique et maintenant il a deux vendeurs. Il m’a donné des nouvelles de presque tous les autres.

Etage au Lycée de Biyem-assi
Étage au Lycée de Biyem-assi

Maintenant il y a des barreaux aux balcons. les élèves ne peuvent plus s’adosser, mesure de sécurité oblige.

Surveillant général
Surveillant général

 

Cet homme est surveillant général, il a vu défiler de nombreuses générations d’élèves dans ce lycée. Nous l’avions nommé « Sexy ». Ce petit nom lui a été attribué car il aimait porter des pantalon jeans très serrés. Des fois même ses pantalons étaient cousus en forme de pattes d’éléphants. « Sexy »a vieilli et m’a dit « quand vous venez récompenser vos petits frères faut aussi penser à nous ». Pardon, pensez à lui quand vous vous y rendrez !

Je vous laisse d’autres photos… juste pour le Fun.

IMG_1919

IMG_1820

IMG_1836


Revenir au Lycée de Biyem-Assi 11ans après (Part I)

Je suis très contente d’y avoir remis les pieds. j’y ai obtenu mon BAC en 2005 et ce n’est qu’en 2016 que j’ai revu ce lieu de tant de souvenirs.

Le lycée de Biyem-Assi, ce lieu faiseur de stars, hé oui il n’y a que des stars dans ce lycée c’est peut-être anodin mais c’est mon avis. J’y ai vu Yvo le « master Yvo », Picksou Black devenu « Adoba » aujourd’hui quand il a remplacé Kris Bad dans les interprétations façon Michael Jackson. Thierry Ntamack a toujours été sympa et très blagueur et il était très souvent entouré de filles. le petit frère de Idriss Carlos Kameni venait se vanter dans nos couloir avec le maillot de gardien de son frère quand il brillait encore dans nos goals. Tiens Carlos m’a signé un autographe, faut que je cherche ce livre cette signature vaudra de l’or aux enchères un de ces jours. Aujourd’hui encore une de mes cadettes du « Lybyiem » comme nous l’appelons affectueusement, brille au Basket. Que des Stars.

Jeune élève swagg
Jeune élève swagg

Bref j’ai visité le Lybyiem et je dois dire que de nombreux souvenirs me sont revenus. De mes parties de tennis avec les garçons sur la plate-forme sous un soleil brulant, aux escalades des murs de « la porte des étoiles« , tout défile dans ma tête en une fraction de secondes. Je peux dire que beaucoup de choses ont changé et d’autres pas. Venue dans cet établissement quand c’était Mr Ngouesse Mathias le proviseur, puis c’était Mr Essama Essama Petit Pierre et j’ai quitté les lieux en y laissant Mr Ndoumou à Mvomo. Chaque proviseur a marqué son temps de règne. Mr Ngouesse un homme peu loquace, très discret, vous n’auriez pas cru que c’est le proviseur. La première fois que je fais sa rencontre, il est accroupi et tente d’allumer du feu sur un tas d’ordures dans la cour. Il le faisait tout le temps et même pour gronder sa voix était à peine audible. Il aimait les sportifs et nous avait donné pleins d’avantages. Par exemple lors des compétitions de la FENASCO, si un sportif était absent à un Devoir surveillé, il avait la possibilité de le passer à une date ultérieure. La Lycée de Biyem-assi brillait. Nous remportions presque tous les trophées bien sur avec notre rival de toujours le Lycée Général Leclerc. Mais il faut dire que nous avions des doutes sur l’identité et l’âge de leurs athlètes car ils paraissaient plus vieux que ce que leurs pièces d’identité montraient. Pour nous, le Lycée Leclerc prenait du renfort à l’INJS (l’institut nationale de la jeunesse et du sport) c’est pour cela qu’il était au top. Bon je laisse

Pour Mr Essama il faut dire que ses prénoms composés renvoyaient vraiment au personnage. Une vrai petite pierre cet homme, très noir et très dur je pense que son cœur aussi était en pierre. Il ne parlait pas beaucoup et aimait punir. Mais s’il faut lui reconnaitre une qualité, il a rendu ce lycée beau avec des espaces verts partout,des bacs à ordures, il était interdit de jeter les ordures au sol. Ses punitions étaient inoubliables et même les parents le redoutaient. Il disait souvent que si l’enfant est désordonné c’est la faute du parent et quand il convoquait un parent, il lui passait un de ces savons.

Mr Ndoumou aimait les discours, il avait les mots pour convaincre et de ses tournures de langage quelques fois je n’arrivait pas à suivre. Ce qui m’a marqué chez lui c’est sa barbichette, ha oui il avait une barbichette toujours bien dressée et aucun poil ne débordait. Il aimait se promener dans les couloirs avec ses lunettes fumées et une main dans la poche. Il y avait ces proviseurs, mais il y avait aussi Mr Onambélé professeur de travail manuel qui en 5 minutes vous punissait et riait avec vous en même temps. Sexy ce surveillant avec ses pantalons jeans toujours sexy, Du Tuyau, toujours à fouetter les élèves avec son court tuyau orange, Didier et ses multiples punitions à faire en même temps, Mme Rim olala même en écrivant ce nom mes doigts tremblent. Cette dame, surveillante générale à l’époque, passait nos ventres et nos seins au scanner pour détecter d’éventuelles grossesses. Un jour en passant faire sa visite quotidienne dans ma classe, elle n’avait pas apprécié la façon dont je nouait mon cordon et elle l’a serré tellement fort en l’attachant que mon nombril s’est mis à me faire mal, un peu comme quand vous avez des levures. Mme Rim préférait que vous soyez malade et que vous restiez en classe, elle ne délivrait que très rarement les billets de sortir et que fallait-il faire si ce n’était que faire de l’escalade pour avoir sa liberté. Ils sont nombreux et j’en oublis même.

Ce qui n’a pas changé

Les enseignes de l’établissement sont toujours au même endroit et ne sont pas renouvelées.

Enseigne Lycée de Biyem-assi
Enseigne Lycée de Biyem-assi
Enseigne entrée Lycée de Biyem-assi
Enseigne entrée Lycée de Biyem-assi

La plate-forme attire toujours autant d’élèves et il y ‘en a toujours (les basketteurs surtout) qui jouent les pros.

La Plate-forme du  Lycée de Biyem-Assi
La Plate-forme du Lycée de Biyem-Assi
les élèves sur la plate-forme
les élèves sur la plate-forme

Il y a toujours des élèves qui s’ennuient et se font les tresses au couloir.

élèves sur la cour du Lycée de Biyem-assi
élèves sur la cour du Lycée de Biyem-assi

Il y a toujours des devoirs surveillés le jour de la remise des bulletins et les sacs occupent toujours la porte pour éviter la tricherie. Mais cela ne nous stoppait pas il y avait les cuisses et les paumes de mains.

Salle de composition
Salle de composition

Le proviseur fait toujours son discours avant la remise des bulletins et les élèves doivent s’aligner. Au fait le nouveau proviseur se nomme Mr Jean Kontchou.

Le Proviseur du Lycée de Biyem-Assi
Le Proviseur du Lycée de Biyem-Assi
Des élèves du Lycée de Biyem-assi alignés
Des élèves du Lycée de Biyem-assi alignés

Il y a toujours des élèves qui escaladent, le gardien est toujours très noir et menaçant comme le regretté Bernard. Au fait savez-vous qu’il existe une association des anciens élèves de ce lycée? Les membres y font de très bonnes choses pour dire merci au lybyem.

A SUIVRE

 

 

 

 

 

 

 


Chers câbleurs de grâce enlevez Nina Tv et Novelas Tv de vos bouquets

Non mais y en a marre ! Je pensais que la bière et les nombreux bars ouverts ça et la n’étaient la que pour nous abrutir mais s’il faut en plus de ca rajouter ces chaines de télé vraiment nous ne ferons plus rien. Au moins en se rendant dans un bar un camerounais sait qu’il devra rentrer car si ce n’est pas son porte-monnaie qui l’y contraint, ce sera le sommeil ou juste l’envie de prendre un bain. Pourtant pour ces chaines de télévision, s’il fallait que toutes les familles s’y mettent pour les regarder, personne ne sortirait plus pour aller chercher le pain quotidien.

Source:Google
Source:Google

J’aurais voulu compter sur les hommes pour ramener très vite leur épouse à l’ordre que non, les hommes sont déjà aussi accros à ces séries. Pour preuves au mois de décembre 2015 je me trouvais dans une buvette avec des collègues et le barman a arrêté la musique pour regarder « Avenida Brasil » vous connaissez non cette série avec une folle nommée Carmenia ? Les camerounais ont vu l’intégralité des épisodes de cette série sur une chaine privée, mais ils ne sont pas rassasiés et ils se gavent de cette série sur Novelas Tv et même chez les vendeurs de CD. De nos jours c’est un vrai combat pour que les tâches ménagères soient faites assez tôt. Le premier à se réveiller tient la télécommande et alerte les autres pour qu’ils ne ratent pas ce feuilleton. Dans certaines maisons on est bien obligé de n’allumer la télé que lorsque tous les travaux sont faits.

Novelas Tv et Ninas Tv diffusent des séries à longueur de journée et peu importe si c’est une rediffusion vous trouverez toujours des téléspectateurs scotchés devant le petit écran comme si c’était le premier jour. Quand ce n’est pas Carmenia et sa sorcellerie c‘est Frijolito qui fait le timide et on tourne en rond, un véritable manège ! Et la mauvaise alimentation n’est pas loin car il faut faire des repas simples et rapides (spaghettis sautés, rizotto, frites diverses et omelettes) pour ne rater aucun épisode. Avec ça l’obésité n’est jamais loin.

Autre chose ca ne va plus dans les couples, les camerounaises s’identifient aux héroïnes, elles se disent que les histoires d’amour des séries est la leur. Parfois elles s’improvisent réalisateur et peuvent même déjà vous dire « comment ca va finir ». Elles y prennent des cours pour gérer leur couple, en oubliant que les camerounais n’ont pas de mode d’emploi et rien ne marche avec eux quelque soit le mode d’emploi. On ne peut pas avoir une conversation sérieuse avec une camerounaise sans qu’à un moment elle dise « fais vite il y a mon feuilleton qui va commencer là ».

télécommande
télécommande

J’ai aussi remarqué que certains hommes s’y mettent. Ils tiennent la télécommande et appellent leur compagne quand « ça va commencer ». Le bon côté de la chose est sans doute qu’ainsi ils auront des sujets communs, mais faut pas exagérer si les hommes deviennent accros à ces séries, ils deviendront tous des acteurs. D’ailleurs qu’ils le sont déjà sans les regarder combien de fois s’ils deviennent accros.

Entre des parents passionnés par les scènes érotiques de ces séries par ce qu’ils veulent les reproduire et des enfants qui les ramènent à la réalité avec leurs questions « papa pourquoi la tantine là est nue ? », ils ne savent plus quel est leur rôle. Chez nous hélas nous tenons très peu compte des inscriptions marquées en début et au bas des films. « -de 18 ans », « -de 13 ans », peu importe, les camerounais ne savent pas ce que cela veut dire et à quel public est destiné ce qu’ils regardent. Et puis ils s’étonnent de trouver leurs enfants entrain de reproduire des scènes érotiques.

Source d’inceste chez les enfants, abrutissement des mères et même des parents, de grâce enlevez ces deux chaines et laissez nous avec Africa Magic, Bein Sport ou NatGeo, au moins on peut zapper quand un programme ne nous arrange pas.

 


Anion:le produit miracle?

Paquet de serviettes Anion
Paquet de serviettes Anion

Les camerounais ont développé une croyance en ce produit qui me parait bizarre et dangereux pour la santé, mais bon ce n’est que mon avis.

Je découvre ce produit alors que je suis chez moi et que les agents de marketing (des personnes qui portent des gros sacs contenant des produits cosmétiques, électriques et ustensiles de maison et font le tour de la ville et de tous les foyers) viennent cogner à ma porte. Ils me présentent leurs produits et me vantent les bienfaits de ceux-ci dans mon quotidien et sur ma peau. Je ne veux rien acheter alors je dis que « j’ai déjà tout ça ». Le jeune homme qui fait sa pub et constate que je ne suis pas intéressée sort sa balle du shérif et me présente ce produit.

paquet d'une serviette hygiénique
paquet d’une serviette hygiénique

« Anion » des serviettes hygiéniques révolutionnaires et 4G qui ont des vertus inimaginables et font économiser de l’argent. Bref adopter cette marque c’est économiser l’argent dépensé sans raison chez les gynécologues. Anion faisait des miracles car à elles seules, ces serviettes avaient un dispositif antiseptique à base d’Aloès Vera inséré sous quelques couches de coton de la serviette et qui détectait et traitait les infections. Tentant n’est ce pas ! Quand on imagine les longues files d’attente à l’hôpital et le mauvais visage des infirmières, on veut l’avoir tout de suite, mais le prix m’a ramené à la réalité. Débourser 4000F pour un paquet ou 7000F pour deux paquets de serviettes hygiéniques je dis NON même si c’est le miracle!

Serviette hygiénique ouverte
Serviette hygiénique ouverte

Ensuite je vais à Bamenda et là je découvre un autre usage de ce produit. Les populations enlève les éléments avec l’Aloès Vera de la serviette et les trempent dans une bouteille d’un litre et demi et boivent ce contenu à longueur de journée pour « s’épurer » selon eux. Une vraie potion magique qui guérit tout : dès que vous buvez vos maux de tête disparaissent, le mal de ventre, d’estomac, bref selon les consommateurs c’est le remède miracle. Et dire qu’on n’a pas cru aux miracles du fils de Dieu, mais celui-ci on le gobe sans effort. Je trouve ma coiffeuse qui se force à boire sa limonade Anion et elle veut me servir je lui demande de m’expliquer et quand je découvre ce que c’est je dis NON merci ! Si les serviettes hygiéniques servent de boisson alors là j’arrête de boire. En poussant un peu plus ma curiosité, je découvre que ce sont en fait les agents de marketing qui, sans doute pour vendre leur produit ont inventé cette technique pour convaincre le client d’acheter.

Bande Anion
Bande Anion

C’était devenu une mode à Bamenda, même à Commercial Avenue, les Bayam-Sellam « s’épuraient » à l’Anion, je fais un tour à Yaoundé et c’est le même cinéma. Quand j’ai expliqué à un « Aladji » qui se vantait de sa boisson qu’il utilisait des serviettes hygiéniques, il m’a offert tous les paquets qu’il avait en proférant des injures aux vendeurs qui l’avaient convaincu de l’acheter. Je ne sais combien de personnes le font tous les jours et à quelle fin mais c’est fou comme les gens peuvent être naïfs. Je veux dire tout le monde a une autre idée sur les serviettes hygiéniques qui est loin d’être comestible. Ceux qui boivent de l’eau mélangée à ce produit savent-ils seulement de quoi il est composé ? Sa provenance ? Une fois encore c’est juste une croyance populaire répandue par des vendeurs qui voulaient vendre sans se soucier du risque pour la santé. Dites-moi quelles est votre expérience avec cette croyance ?

Le potion magique des accros à l'Anion
La potion magique des accros à l’Anion

 

 


Le quartier Elig-Edzoa doit-il disparaitre?

Source:www.google.com
Source:www.google.com

Ce quartier qui vous permet de rejoindre les quartiers Manguier, Omnisport, Bata Nlongkak et Etoa-meki est une zone qui terrorise ses visiteurs. Quand on est à Elig-Edzoa, toute notre attention est présente, au moindre geste d’inattention, vous payez les frais.

J’ai voulu prendre une photo moi-même mais je ne peux pas; j’ai trop peur qu’on me l’arrache et que je puisse pas rattraper le ou les voleurs.

C’est vrai qu’il y a le quartier Briqueterie mais je dois dire que je circule plus aisément à la briqueterie qu’a Elig-Edzoa. Pour moi Elig-Edzoa est le premier quartier ou règne l’insécurité à Yaoundé. Vous ne pouvez pas pianoter votre téléphone, votre tablette encore moins votre laptop dans ce quartier, rassurez-vous le vrai propriétaire vous l’arrachera entre les mains. J’ai assisté à deux scènes sur cet axe et j’avoue que je comprends mieux pourquoi ses habitants font très souvent l’objet de fouilles et de rafles inopinées. La majorité des personne vous le dira « la plupart des grands bandits résident à Elig-Edzoa ou à Manguier ». Au fait quelle est la limite entre les deux quartiers je ne saurais le dire. Mon premier traumatisme remonte à deux. J’étais dans un taxi et une dame assise à la cabine de notre taxi répondait a un coup de fil quand un voleur a surgi de nulle part, le lui a arraché et s’est perdu dans la foule. Elle avait beau crier personne des passants présents n’a fait attention à elle. Mon deuxième traumatisme d’Elig-Edzoa remonte à deux mois. Toujours dans une longue file d’attente des taxis, un voleur a profité pour retirer un sac de provision dans la malle arrière ouverte d’un taxi, et encore une fois il a disparu. Trois choses concourent à rendre ce coin si dangereux :

Sa population

Elig-Edzoa est un quartier ou se côtoient plusieurs nationalités : des tchadiens, des centrafricains, des camerounais et bien d’autres qui, dans leur misère, sont devenus solidaires et ont établi un réseau assez structure de petits pickpockets.

Ses feux de signalisation

S’il y a vraiment un endroit où il ne fallait pas avoir de feux de signalisation c’est bien sûr à Elig-Edzoa. Même avec ces feux, il faut très souvent le renfort des forces de police pour diriger la circulation. Les embouteillages y sont récurrents résultat les voleurs sillonnent et se déguisent en clients qui attendent le taxi pour faire leur boulot.

Ses rails

Les lignes de chemin de fer qui passent juste en dessous de son réseau routier est un élément assez encourageant pour les voleurs qui, une fois qu’ils vous ont dépouillé, prennent le chemin des rails qui mènent parfois à des coins isoles. Une fois son butin en main, le voleur s’enfonce dans une brousse et peut s’y isoler pour faire le décompte de son butin. Ne tentez jamais de suivre un voleur sur ce territoire, vous vous égarerez bien assez vite et risquerez d’y perdre votre vie.

Le seul argument positif qui m’ait parvenu de ce coin est que le prix des marchandises y est abordable. Mais je me demande ou ceux qui osent sortir leur porte-monnaie dans cette zone, ont pris leur courage pour faire leurs emplettes ? Sur le trottoir, des deux côtes de la route, sont installés des menuisiers, des vendeurs de pièces détachées, de bouteilles, de matériaux de construction. Si l’envie vous prend d’acheter un marteau, des clous, de la ferraille ou une bouteille de gaz en affaire, surtout soyez vigilent. Il n’est pas rare qu’une fois que vous achetez une marchandise, si vous ne prêtez pas attention, votre vendeur le récupère pour vous la revendre à nouveau. Et vous ne pourrez rien réclamer, en avez-vous la preuve ? NON !Ne comptez surtout pas sur le poste de police installé à ce carrefour. Il m’est arrivé de voir quelqu’un se faire arracher son téléphone dans un taxi et quand il est allé se plaindre, personne n’a bougé le petit doigt. je me demande bien comment était le quotidien de Gaëlle Enganamouit quand elle y vivait?


Ces stéréotypes de films qui ne collent pas avec toutes les femmes

Source: Google.com
Source: Google.com

Depuis de nombreuses années je regarde des films et je me rends compte que de nombreuses personnes se laissent influencer par ce qu’elles voient dans les films. Les hommes surtout. Et bien voici quelques idées clichés messieurs sur les femmes qui ne sont pas toujours vrai, hélas !

Elles pleurent toujours quand elles sont émues

N’importe quoi ! Et oui nous ne fondons pas toutes en larmes devant une demande en mariage ou au cours de la cérémonie. Vous devez le savoir ces scènes des films ont pour but de vous émouvoir, d’ajouter un côté émotif à la fiction. D’abord chez nous la plupart du temps il n’y a pas de demande, ni de bague. Quand un camerounais a battu le record il te dit « faut que je vois tes parents » et c’est dans la poche. Chez nous pas de roses ou toute autre fleur on les prendrait pour des légumes.

Quand elles ont des nausées, c’est sur elles sont enceintes

Deuxième grossière erreur. Et dire que toutes les mamans dès que tu parles de vertiges et de nausées te posent la question normale « tu es enceinte ? ». Les hommes peuvent avoir des nausées mais nous non. Une fois que tu dis cela, tes proches commencent à scruter la taille de ton ventre et le volume de tes seins, et que dire du décompte des serviettes hygiéniques ? Et bien y en a qui n’ont ni vertige, ni sommeil, ni nausées mais qui sont bel et bien enceintes.

Quand elles reçoivent un cadeau, elles doivent dire « Waouh »

Je ris en écrivant cette partie. Parce que justement je me suis déjà trouvé devant plusieurs personnes qui, une fois que tu ne dis pas « Waouh », te demandent « mon cadeau ne te plais pas ? » et les minutes qui suivent j’ai beau leur dire que j’adore leurs cadeaux qu’ils continueront à faire leur tête d’enterrement. On n’exprime pas nos joies de la même manière désolé !

Pour elles tu peux tout oublier sauf la St Valentin

Ah Non ! Messieurs nous avons d’autres choses importantes à célébrer ou à garder en mémoire que le 14 février. De grâce cessez de croire que cette date marque toutes les femmes. Y en a qui n’attendent rien et n’offrent rien ce jour là, que cela ne vous offusque pas, souffrez d’avoir mal pensé cette fois et trouvez autre chose. Il n’y a pas que le 14 février que l’on prouve son amour, bien au contraire c’est un jour où l’infidélité est reine.

C’est vrai que nombreuses sont celles qui rêvent d’être des actrices de ses films romantiques, avec des princes charmants et le célèbre « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » mais, très vite elles reviennent à la réalité soyez rassurés.


Femmes, ce n’est pas Nathalie Koah le problème

Source: Google
Source: Google

« Ne sois pas ce genre de fille, une fille qu’on attire par tout ce qui brille, une fille que tout le monde déshabille » j’adore cet extrait d’une chanson de Carole Bakotto. Depuis quelques mois, une histoire d’amour déchire les camerounais. Entre épouses qui s’identifient à   l’épouse de cette star du football et d’autres femmes qui comprennent Nathalie et tout ce par quoi elle est passée. Son livre « Revenge Porn » est interdit de vente en France mais tout le monde sait par les merveilles du net, de quoi il est question. J’ai vu à quel point les camerounais peuvent avoir un vocabulaire riche quand il s’agit d’insulter quelqu’un. Bref loin de jouer son avocat je ne comprendrais jamais comment une femme peut avoir le courage de traiter une autre de « bordelle », de « pute », de « dévergondée » quand je sais le train de vie qu’une fille mène avant de se ranger. Certaines se rangent après le mariage d’autres continuent leur multi partenariat sous couvert même quand elles se nomment déjà « madame ». Chacune de nous a son squelette dans le placard mais nous sommes très souvent les premières à jeter la pierre sur l’autre parce que le public ignore que notre vie porte le brassard de la saleté et de l’horreur. Doit-on en vouloir à une autre parce que tout le monde sait ce qui dans sa vie est identique à la nôtre mais est inconnue des autres ? Pour moi chaque femme est une prostituée avant de trouver un mari, et même après s’être mariées, certaines ne quittent jamais ce corps de métier.

Ah oui je sais ! Les panthères vont se verser ici pour me griffer mais souffrez que je dise ce que je pense. Le problème ce n’est pas Nathalie Koah et son choix de vie. Le problème c’est nous les femmes et l’éducation que nous donnons à nos filles. Il est facile à une maman de laisser son garçon libre pendant que sa fille est occupée à des taches ménagères. Il est facile pour une maman qui a pour fille une vendeuse de cacahuètes de lui demander quel métier fait son prétendant. Ta fille peut être pauvre et illettrée mais elle ne doit pas te ramener un gendre qui est dans la même situation qu’elle. Cela me fait rire ! La célèbre pensée qui dit qu’une femme n’a pas besoin de s’encombrer de longues études, il suffit que son mari soit riche et elle le sera. Et quand ce dernier la quitte qu’advient-t-il d’elle ?

Il est de notre devoir de donner à nos filles une éducation de femme indépendante et non de femme qui ne l’est que si elle se marie et pond mille enfants. Elle aura beau briller dans divers domaines tant qu’elle n’aura pas de bague au doigt elle ne sera PERSONNE. Arrêtons de faire d’elle une obsédée de la robe blanche à tous les prix. Une fille peut être brillante, leader et être accomplie même sans mari. Encourageons nos filles à être des maçons, des chimistes, des astronautes, des pilotes, des pousseurs (même si l’image me semble encore bizarre je l’avoue). Ne soyons pas ces femmes qui en veulent à d’autres si elles se présentent aux élections présidentielles en demandant « pour qui elle se prend celle-là ? ». Ne soyons pas celles qui font la promotion de la jalousie parce que d’autres ont décidé de faire autrement. Ne soyons pas ces femmes qui continuent d’être complices des mutilations génitales parce qu’elles veulent que les autres goutent à leur enfer. Soyons celles qui interdisent le repassage des seins, le massage du ventre à l’eau bouillante après l’accouchement, soyons celles qui encouragent nos sœurs dans leurs luttes, celles qui défendent nos sœurs pour une cause qui sauvera notre descendance féminine. Nous sommes toutes des leaders quand il faut diriger nos familles, pourquoi ne pas l’être dans nos réunions, dans nos associations, dans nos quartiers, aux élections, etc.

Le livre de Nathalie Koah est juste une dénonciation des maux de notre société. Nombreuses sont nos sœurs qui jouent de leur charme pour atteindre un objectif. Pour Nathalie c’était pour de l’argent, mais à la fac c’est pour les notes, dans les entreprises c’est pour avoir un emploi, sous d’autres cieux c’est pour la manipulation ou soutirer des informations. Nombreuses sont nos sœurs qui, rêveuses d’une carrière de mannequin ou d’hôtesses se retrouvent dans des circuits de prostitution. Nombreuses sont nos sœurs qui adorent le rôle de maitresse. Hier nous apprécions les vérités sur les réalités d’Internet du « Djombos » de l’artiste Eriko, aujourd’hui nous tirons sur les réalités de «  Revenge Porn » et demain que ferons-nous ?


Libres ensemble pour la paix

source: Google
source: Google

Si je décide de me lancer à l’écriture de ce billet, c’est parce qu’il touche un domaine important qui reflète toute la tolérance que nous devons avoir les uns envers les autres. S’il est vrai que la liberté est un élément fondamental de toute société, il est aussi vrai qu’il est un point important de la stabilité. Depuis plus de deux ans mon pays le Cameroun est engagé dans un combat contre le terrorisme. Je n’aimerais pas employer ici le terme « secte Islamique boko haram » ce serait encore faire du particulier, le général. Je suis issue d’une famille où Chrétiens et Musulmans se fréquentent. Vous me demanderez« comment cela est-il possible? », mais je vous dirais que c’est bien possible. Il y a quelques années quand les tueries avaient éclaté au Nigeria entre musulmans et chrétiens, une seule question m’est venue en tête. « Si cela arrive ici que ferais-je? » Et pour moi, impossible de répondre à cette question car devrais-je rejeter ma famille maternelle majoritairement chrétienne? Devrais-je rejeter ma famille paternelle majoritairement musulmane? NON!

J’ai toujours évolué en côtoyant les deux religions. Chez nous pas de « Musulmans » ou de « Chrétiens «  c’est juste la famille. Chez nous il n’y a plus de différence entre Noël, fête de la Tabaski ou encore celle du Ramadan ou de Pâques. Tout ce que nous savons c’est que ce qui compte c’est la famille et l’union, le reste nous importe peu. J’ai fais l’école coranique et Dieu seul sait combien il m’a été facile de réciter la « Fathia » et de nombreuses sourates. Je suis allée à l’église et je sais réciter le « Notre père ». Même si je suis chrétienne aujourd’hui cela ne change rien au fait que je reste l’enfant d’un musulman. Lors de mon mariage à l’église j’ai été confrontée à une question. Fallait-il qu’une autre personne me conduise à l’autel de l’église parce qu’à cette période mon père jeûnait? Non, il n’en était pas question et mon père, ce musulman, est allé avec moi à l’église sous les regards interrogateurs des membres de l’assistance. Le prêtre priait selon les rituels catholiques et mon père selon le coran. Une seule chose comptait à ce moment là: mon bonheur.

Je pense que de nombreuses personnalités pensent aussi ainsi. Désormais il n’est plus rare de voir des célébrations religieuses où toutes les religions sont représentées. Musulmans, Catholiques, Protestants, peu importe, seul compte l’union. Les enseignements de pardon, de solidarité, de tolérance, d’échange et de morale sont universelles quelques soit la religion. Le mal est mal universellement et le bien aussi. C’est ce qui devrait dominer au sein de toutes les communautés, au sein de toutes les sociétés, dans le cœur de tous les êtres. Savoir que nous sommes libres et que cette liberté n’a de valeur que si nous sommes ensemble.


Mes questions sur la 4 G

Ce n’est peut être pas le cas pour de nombreux pays de nos jours, mais la fin d’année 2015 a été l’occasion pour deux de nos sociétés de téléphonie mobile MTN et Orange, de nous proposer la 4G. Bien avant, la venue de Nextel nous avait fait gouter à la vitesse sur ce plan là. Appels vidéo, ouverture des pages instantanée, etc. C’était rapide et cela comme toujours a un prix.

connexion
connexion

Est-ce vrai ?

C’est la première question qui me trotte la tête depuis que la « 4G » est là. Personnellement j’avoue que je n’ai pas expérimenté les merveilles de la 3G. Je ne sais à quel moment nous sommes passé de la 1, la 2, la 3 et aujourd‘hui la 4G. De manière pratique je pourrais dire que même avec toute la panoplie de forfaits Internet pour mobile qu’on m’a proposé, il était difficile pour moi d’ouvrir plusieurs pages sur mon mobile et je ne parle même pas de naviguer.

Qu’est ce que cela va engendrer ?

Et bien peut être plus de bousculades qu’autres choses. Il ne se passe pas un jour sans que je ne vois de nombreux camerounais qui abandonnent leurs activités pour s’aligner devant des maisons de téléphonie mobile pour recevoir une puce 4G. Ils veulent tous avoir cette puce gratuite mais savent-ils ce que cela implique? Je ne pense pas. Et bien pour ceux qui veulent voir les plaisir de la 4G il faudra encore franchir de nombreuses étapes. Faudra une puce donc aller s’aligner je ne sais pendant combien d’heures pour recevoir ce précieux sésame. D’un autre côté il faudra un équipement adapté c’est-à-dire soit aider nos maisons de téléphonie mobile à augmenter leur chiffre d’affaire en achetant des téléphone 4G, soit pour ceux qui ont des téléphones 3G, en « achetant » (toujours acheter quelque chose vous n’y échapperez pas) un modem qui permettra à votre téléphone de version obsolète de gouter à cette merveille. De nombreux camerounais ont des téléphones Androïd mais combien en ont un de 3G ? Autre chose combien de camerounais achètent eux –mêmes ces téléphones Androïd, 3G ou 4G ? Pour la plupart, ce sont les membres de la famille qui résident en Mbeng qui nous les envoie. L’autre question, devons-nous nous ruiner pour accéder à une nouvelle technologie qu’on n’a pas demandée? Je dirais NON.

L’affichage massif est-il nécessaire ?

Du point de vue des dirigeants d’une société on me dira OUI. Et pour cause, il faut communiquer sur un produit. Mais je dirais NON. Yaoundé désormais envahit de panneaux de publicité XXL qui vantent les merveilles de la 4G. Une colonisation publicitaire qui vous pousse à vous sentir comme un homme des cavernes quand vous n’y avez pas goutter. « Tout ce que vous aller pouvoir faire », « 4G turbo LTE », si seulement je savais ce que LTE signifie. Les mêmes slogans avec des phrases différentes qui n’annoncent rien de concret sinon des dépenses.

Quelqu’un peut-il témoigner ?

Des proches qui se sont essayé à la 4G me disent que c’est rapide. Je veux bien le croire mais je reste tout de même sceptique. Il y a quelques années déjà quand ils nous proposaient la 3G, les prouesses technologiques étaient satisfaisantes. Mais je ne comprends pas pourquoi chaque fois qu’on lance une nouveauté sur ce plan là, il faut compter 4 à 6 mois pour vraiment avoir un service de qualité. Passé ce délai, vous revenez à votre quotidien de mauvaise connexion et de débit lent. Je n’arrive pas à ouvrir une page web sur mon mobil malgré les meilleurs forfaits que l’on m’a proposé. Ma connexion mobile se réduit à WhatsApp, Viber et Instagram. Le forfait de ma clé Internet je l’utilise à 60% vu que quelques fois à quelques jours de l’expiration du crédit, elle ne marche plus et mon crédit expire. Je ne compte pas changer de clé Internet pour pouvoir surfer à la 4G. Je n’ai pas d’exigence de 2, 3, 4 ou même 5G, tout ce que je veux c’est une bonne connexion à prix réduits pour une camerounaise de classe moyenne qui surfe simplement.


Expo lutte contre le VIH/Sida 2015

Journée mondiale de lutte contre le VIH
Journée mondiale de lutte contre le VIH

« J’ai les larmes aux yeux quand je vois encore des parents qui enterrent un enfant qui meurt des suites du VIH. Nous allons passer de 166 unités de prise en charge des PVVIH à 250. Les ARV sont gratuits pour les PVVIH ». Ce sont quelques extraits du discours du ministre la Santé André Mama Fouda à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le SIDA. Je vais vous livrer en images ce que fut cette journée à Yaoundé. Une journée pour rappeler qu’il faut toujours être mobilisée contre ce virus. Selon Onusida, le nombre de personnes vivant avec le virus continue d’augmenter, et s’élève désormais à 36,9 millions.

 

La salle des discours
La salle des discours
les membres des ONG
les membres des ONG
Le discours du ministre de la santé
Le discours du ministre de la santé
les jeunes
les jeunes
L'armée aussi s'engage
L’armée aussi s’engage
Affiche ONUSIDA et le système des Nations Unies
Affiche Onusida et le système des Nations unies
Gamme d'aliments pour PVVIH
Gamme d’aliments pour PVVIH
Le CERAC
Le CERAC
La Fondation Clinton
La Fondation Clinton
Le mur des Préservatifs
Le mur des Préservatifs
Un aspect sur la transmission mère-enfant
Un aspect sur la transmission mère-enfant
Une machine pour le bon dosage des CD4
Une machine pour le bon dosage des CD4
Affiche
Affiche

 

 

 


Go girls !

Salon de l'entrepreneuriat féminin
Salon de l’entrepreneuriat féminin

Un petit tour au Centre Culturel Camerounais ce week-end du 21 novembre m’a permis de découvrir le dynamisme féminin que j’aime et que j’adore. Je tiens à dire que deux jours d’exposition c’est peu pour découvrir tout de ce que l’entrepreneuriat féminin peut offrir. L’entrée était gratuite et libre avec deux hôtesses très courtoises qui m’ont guidé jusqu’aux ateliers, débats et stands. Il faut dire que Facebook est devenu une plateforme incontournable des rendez-vous de ce genre. C’est justement sur ce réseau social que j’ai eu cette information.

« Le salon de l’entrepreneuriat féminin a eu lieu du 21 au 22 novembre 2015 au Centre Culturel Camerounais. » C’est la première fois que je me rends dans ce centre depuis son ouverture. Au premier arrêt dans un stand, je remarque des jeunes filles qui motivent les visiteurs à prendre des prospectus pour rejoindre leur école spécialisée dans les métiers de la beauté. Je suis intéressée et je leur demande s’il serait possible pour moi d’apprendre à devenir une vraie pro du make up juste une fois par semaine ? Oui, me répondent-elles et elles me rassurent que je ne serai pas dessus.

Institut Rose Laure ken
Institut Rose Laure Ken

Deuxième stand, une femme expose des bijoux, des escarpins et divers articles de mode pour femmes. Elle me donne sa carte puisqu’elle représente la maison « Marie ô Fashion ».

Stand Marie ô
Stand Marie ô Fashion

A la table suivante, des femmes présentent des produits 100% naturel pour la beauté et l’entretien au quotidien. « Noka beauté et conseils ô naturel » utilise du beurre de karité, de l’olive, de la carotte, de l’argile et bien d’autres produits de la nature pour embellir notre peau à moindre coût. Je prends une carte et je continue mon chemin.

Stand Noka Beauté ô Naturel
Stand Noka Beauté ô Naturel

Le stand suivant est « Delicious Clarita », hum je ne vous cache pas que j’aime la pâtisserie. Et même que parfois, il m’arrive de rêver que je mange des tonnes de sucreries. Des gâteaux, des crêpes, de la crème, de la glace, des cakes, bref tout ça quoi ! C’est mon péché mignon. Ce stand attire mon attention car je remarque que les exposants ont la particularité de faire des gâteaux personnalisés. Sur une table, sont exposés deux de leurs réalisations dont deux gâteaux montés de princesses avec toutes les couleurs qui vont avec. Toujours sur la table, sont exposés des macarons. Je fais attention à ma ligne donc je quitte cette table vite fait sinon je vais fondre comme tout ce sucre sur ces gâteaux.

Stand Delicious Clarita
Stand Delicious Clarita

Juste à côté de tous ces gâteaux je fais la rencontre de la directrice de « Y ZH’OK ». Yzhabel Mbolo m’accueille très gentiment, elle me présente ses réalisations. Elle habille tout avec du pagne. Les pochettes, les bracelets, les babouches, les escarpins, les barrettes, les couronnes et j’en passe. Elle me parle de cette passion qui est devenue son métier. Elle me présente ses modèles, ses inventions et nous parlons aussi d’une possibilité d’apprendre. Je lui demande pourquoi vouloir faire la promotion de notre culture en portant le pagne. Malheureusement, les articles demeurent toujours chers. Oui je veux bien porter le pagne mais pourquoi les articles sont si chers ? Il est facile de trouver une veste à 500F et pourtant un boubou en Bazin ne coûte pas moins de 10.000F. Elle me répond en me disant que la main d’œuvre est rare et chère et en plus c’est un travail de longue haleine pas encore industrialisé comme les tissus européens. Je suis convaincue et je prends son contact, je veux bien apprendre aussi à habiller mes articles avec du pagne et qui sait peut MJ Mpacko fera ma promotion un jour sur Kmer Sisters (rire).

Stand Y ZH’OK
Stand Y ZH’OK

L’autre attraction de ce salon, ce groupe de trois jeunes filles qui proposent de personnaliser vos pochettes de téléphones, vos journaux intimes, tout ce que vous voulez avec des couleurs flashy et des graffiti. Alex, Cindy et Frida sont les fondatrices de « Made in 237 ». Elles font du Pocket-Arts et personnalisent vos téléphones, tablettes, ordinateurs pour que vous « soyez unique, soyez vous-même ».

Stand Made 237
Stand Made 237

Les maquilleuses sont celles qui occupent les derniers stands. Et pour cause, elles ont besoin d’espace pour offrir des séances de soins de visage ou de maquillage aux clientes. Sur leur table, des palettes gigantesques de fards sont présentes, mais aussi des extensions brésiliennes, des crayons et eye liner, des lotions, des rouges à lèvres, etc. Ce ne sont pas les clientes qui manquaient de ce côté-là.

Espace Make Up
Espace Make Up

A l’intérieur du bâtiment principal du Centre, se déroule un atelier débat sur la beauté et la femme à 500F. L’après-midi sera consacré à l’atelier « comment choisir son fond de teint en fonction de sa peau ». Un savoir qu’il est possible d’acquérir à 2500F.

Article en vente
Article en vente

Fière de mes nouvelles adresses bien utiles je décide de rencontrer Ghislaine Fouda de « Place Affairs sur Facebook », organisatrice de ce salon. Elle a eu cette idée en remarquant qu’autour d’elle il y avait de nombreuses femmes dispersées qui avaient un savoir-faire mais n’avaient pas l’opportunité de le présenter au public. Elle a donc initié ce salon et les femmes ont adhéré.

Ghislaine Fouda, promotrice du salon
Ghislaine Fouda, promotrice du salon


Petite virée à Douala

embouteillage Ndokoti
Embouteillage Ndokoti

« Je pense que si on punissait tous ces hommes qui font pipi au bord de la route on serait déjà riche ». C’est l’extrait d’une conversation que j’ai eue avec un ami lors d’une promenade à Bonanjo. Il riait aux éclats, mais j’ai poursuivi « pourquoi vous les hommes aimez pisser au bord de la route comme ça ? »Il a gardé le silence avant de me dire « tu ne peux pas comprendre », moi « ne pas comprendre quoi ? ». Il a ajouté « quand tu fais pipi dans les toilettes, l’odeur t’étouffe, tu n’es pas à l’aise. Quand tu urines dehors cela a un vieux goût, l’air te frappe, toi tu sens la liberté ». Vous les hommes allez me confirmer ça, je n’y comprends rien et je ne pourrai jamais avoir cette expérience.

J’ai passé quatre jours à Douala et j’avoue que je me demande comment les populations font pour survivre sur une telle planète. La chaleur vous fait goûter aux braises de l’enfer ou du purgatoire que sais-je encore. Non seulement il fait chaud, mais vos nerfs sont à rude épreuve avec les embouteillages. En sortant de la voiture, vous constatez qu’il n’y a aucune issue. Moi qui me plains souvent des embouteillages d’Elig-Edzoa, j’ai tiré mon chapeau à Douala. Les motomen roulent même dans le sens interdit pour se frayer un passage dans ce labyrinthe.

Mes nombreuses promenades m’ont permis de m’étonner chaque jour. J’ai remarqué que de nombreuses filles à moto ne portaient pas de petite culotte, sans doute à cause de la chaleur. Mais savent-elles comment sont les motos sur lesquelles elles montent ainsi ? Je ne pense pas. A Bonabéri, j’ai décidé de prendre un raccourci pour me rendre au marché Grand Hangar. Là, j’ai failli m’évanouir. De nombreux motomen installés à proximité d’une rigole avec de l’eau stagnante recueillaient cette eau pour laver leur engin. Je me suis approchée de la rigole pleine de têtards et de larves. J’ai crié au scandale, mais les motomen visiblement pas gênés, bien au contraire, s’appliquaient davantage. J’ai abandonné l’affaire, c’était plus fort que moi.

Rigole Bonabéri
Rigole Bonabéri

S’il y a quelque chose qu’il faut reconnaître à Douala c’est les lieux où manger du poisson frais et s’amuser. Petite virée à la Rue de La Joie. Là il n’y a que la route qui est dégagée, les trottoirs des deux côtés sont occupés par des braiseurs qui ont exposé des poissons de toutes sortes et de toutes les grosseurs. Pour vous régaler, pas de problème, le seul frein sera le poids de votre porte-monnaie. Je suis surprise de voir des adolescents nous demander si nous voulons nous garer et se mettent à courir jusqu’à ce qu’on s’arrête. Je crois avoir à faire à des hôtesses des différentes buvettes, que non. Ils me montrent leurs comptoirs de poisson et en voyant que nous nous intéressons à l’un d’eux, les autres viennent le bousculer en disant « c’est notre client ne blague pas depuis que je cours tu étais là ? ». Nous choisissons une place et passons nos commandes sur place. Comme à Yaoundé, une fois que vous êtes assis au bar, vous avez très souvent la chance de faire vos achats sur place. Les vendeurs vont et viennent et les prix sont abordables, même si il faut avouer que la lumière tamisée des buvettes ne vous fait pas voir si ce que vous achetez  est encore frais.

A la recherche d’un peu d’ambiance, nous nous promenons dans les recoins de la ville et avec notre thermomètre, nous mesurons la température dans les diverses boîtes et snacks- bars de Douala. Premier arrêt au Nouveau Refuge de la Rue de la Joie. Là le service est rapide, l’ambiance est bonne mais à 23 h nous sommes surpris de voir que le tenancier du bar arrête la bonne musique pour mettre « Nina Tv » et suivre la série « El Diablo ». Malgré nos plaintes il reste de marbre. Devenus indésirables nous décidons de changer de lieu. Avec toutes les nouvelles musiques qu’il y a ces derniers temps, La Canne à Sucre a décidé de faire dans le « Old School », nous continuons notre ballade, La Flotte, Next, Mponda Munenge, Le Miel, le Snack bar La Baleine et finalement nous faisons halte au First-T. Une bonne ambiance, les fouilles à l’entrée, deux niveaux et un bon DJ. Il enchaîne les musiques les unes après les autres, super, vous êtes contents de consommer et ne voyez pas le temps passer. Une vendeuse de boisson énergisante nous fait les yeux doux pour nous proposer ses produits. Voyant que nous n’allons pas acheter, elle préfère s’éclipser en dansant. Le seul hic pour moi était ces téléviseurs installés partout. On ne vient pas en boîte regarder la télé sinon on reste à la maison. Peu à peu l’envie de dormir a pris le dessus, il était déjà 4 heures du matin.

Sur le chemin du retour à Yaoundé, une nouvelle surprise. Il a fallu attendre au moins quatre heures à cause des participants au tour cycliste qui faisaient leur exhibition. Je suis rentrée saine et sauve.


Tu fais comme… et puis quoi?

Ce texte est le fruit des idées qui trottent dans ma tête sans que je ne sache où les classer. Tout ce que je sais c’est que Manon l’a bien exprimé suite à son billet sur ces deux gamins-hommes qui lui ont demandé de « se comporter comme une femme ».

Sans blague on va encore me traiter de féministe mais le tour ci j’accepte et c’est l’occasion rêvée pour moi de me défouler. Je n’ai jamais compris et j’aimerais bien que l’on me dise qui a d’abord dit, initié cette séparation des sexes dans tous les actes qu’on pose. La couleur rose c’est pour les filles et le bleu pour les garçons et quand une fille aime le bleu et vice versa c’est qu’il y a un problème. Quand un homme pleure, c’est facile d’entendre ses proches hommes lui demander «tu pleures quoi comme une femme comme ça ». C’est à croire que Dieu en créant les hommes, leur avait enlevé les larmes. « Les femmes sont toujours en retard » n’importe quoi je dirais j’en connais qui sont toujours en retard et croyez moi ce ne sont pas des femmes.

bras de fer
Bras de fer

Faut qu’on arrête ces stéréotypes que l’on veut coller à la gente féminine et qui sont la plupart du temps dégradants. Quand une fille se plaint de viol, les personnes qui l’approchent cherchent d’abord l’élément sur elle qui a été un prétexte pour l’agresseur de l’agresser. Sa jupe trop courte, son haut très sexy, son maquillage, etc. Donc finalement c’est bien fait pour elle c’est une allumeuse quoi ! Mais quand ces chers messieurs mettent des pantalons dits « prêts du corps » qui dessinent aussi leur morphologie si bien qu’ils n’arrivent plus à bien marcher qui les viole ?

Une fille ne pète pas, ne met pas ses doigts dans les narines, ne crache pas en jet, ne riposte pas quand un garçon parle, ne doit pas rendre le coup qu’elle a reçu. Une fille ne dit pas de gros mots, ne regarde pas les garçons dans les yeux, n’élève pas le ton, une fille ne parle pas de foot, ne fait pas d’astronomie, elle est bonne pour la littérature. Une fille ne s’assoit pas les jambes écartées dans le taxi, ne mange pas en marchant, une fille, une fille.

Et les garçons alors ils font tout quoi et tout leur est permis. Bref il n’y a pas d’attitude de garçon ou de fille. Tout ce que je sais c’est qu’on nait chacun avec sa particularité et si un garçon veut pleurer qu’il pleure. Si une fille veut donner un coup de poing et bien qu’elle le fasse. On réagit face à une situation en tant qu’être humain et non selon le sexe. Et si vous faites une chose et que l’on veut vous dire « tu fais comme le sexe opposé » alors faut répondre « et puis quoi ».

Y en a marre de ces classifications sans bonne raison. Et bien chères femmes si un homme vous gifle, donnez-lui deux claques, s’il veut en donner deux, montez à quatre on verra. si vous voulez pisser debout, qui vous en empêche ? C’est même la position idéale pour éviter que les gouttes de vos pipis ne vous touchent. Si Vous voulez faire du body building allez-y c’est votre corps. La cuisine a toujours été considérée chez nous en Afrique comme une tâche pour les femmes. Je me demande pourquoi ces hommes tant modernes quand cela les arrange, ne se demandent pas pourquoi la plupart des repas qu’ils mangent en se suçant les doigts, sont les œuvres des hommes comme eux qui sont bien nombreux à être chef de cuisine.Il n’y a pas de discipline, d’attitude ou que sais-je encore qui soit destiné à un sexe tout ce qui compte c’est de s’épanouir dans ce qu’on fait.