arayaa

Oui tu te brosses les dents…mais avec quelle brosse à dents?

On vous a toujours dit de vous brosser les dents. Mais personne ne vous a jamais dit avec quelle brosse à dents. Il n’est donc pas rare que vos pour une bonne hygiène bucco-dentaire échouent parce que vous utilisez le mauvais outil.

Pour une bonne hygiène bucco-dentaire, choisissez désormais une brosse à dents:

  • à petite tête qui pourra facilement accéder à toutes les régions de vos dents
  • à poils souples, meilleur choix pour éliminer les plaques et les restes alimentaires. Les brosses à poils dures font saigner la gencive et détruisent les dents.

Et surtout n’oubliez pas: une brosse à dents ça se remplace tous les 3 mois au maximum!

pc: arayaa

Le blog de Arayaa, tout ce que votre médecin n’a pas le temps de vous expliquer en consultation!


Hygiène intime: les fondamentaux à savoir

(Presque) toutes les femmes souffrent d’infection génitale au cours de leur vie. Pas forcément parce qu’elles sont sales, souvent même parce qu’elles mettent beaucoup d’efforts pour être  »propres ».

Notre experte en santé sexuelle, la sage-femme Styline Agbazahou nous donne ici les fondamentaux d’une bonne hygiène intime.


Bonjour cher(e)s ami-e-s.

Je vous salue au nom de Arayaa. On m’appelle Sèmèvo Alexine AGBAZAHOU. Je suis sage-femme de profession.

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler de l’hygiène intime.

Certaines de nos pratiques quotidiennes vont à l’encontre du bien-être de nos parties génitales. Malheureusement, nous l’ignorons.

En premier lieu, certaines personnes pratiquent la toilette vaginale, c’est-à-dire, qu’elles insèrent leurs doigts dans le vagin dans le but de mieux le nettoyer. Cela est inutile car notre vagin se nettoie tout seul.

En second lieu, nous utilisons du savon ou du parfum pour la toilette et pour embaumer les parties génitales. La composition de ces produits cosmétiques pourrait être nocive  pour nous.

En 3ème lieu, il n’est pas rare de voir certaines personnes se vêtir de sous-vêtements serrés en nylon. Cela engendre la prolifération des microbes car les parties intimes sont exposées à la chaleur.

Cher(e)s ami-e-s, je vous donnerai maintenant quelques astuces clés pour éviter les affections génitales.

 

Bien laver les mains à l’eau et au savon avant toute toilette

Deux toilettes intimes au maximum par jour, c’est largement suffisant

Pour la toilette anale, se torcher d’avant en arrière afin d’éviter la migration des germes de l’anus vers la vulve.

Toujours nettoyer la vulve après avoir uriné

Bien prendre soin de serviettes hygiéniques utilisées pendant la période de menstruation. Et surtout les changer toutes les 4h au maximum.

Eviter les rapports sexuels pendant la menstruation.

 

Cher(e)s ami-e-s, voilà donc là l’essentiel de mon message pour vous. Il faut retenir que :

Le vagin se nettoie tout seul. Pas besoin d’en faire trop.

En cas de signes inhabituels, le mieux est de se rendre auprès d’un agent de santé qualifié pour un bon diagnostic et une prise en charge de qualité.

Je vous remercie.

 

Le blog de Arayaa, tout ce que votre médecin n’a pas l temps de vous expliquer en consultation!


Est-ce judicieux de soigner l’hypertension artérielle avec de l’ail ?

J’ai plusieurs fois eu à faire à des patients hypertendus qui ont abandonné leurs traitements médicamenteux au profit de la consommation d’ail. J’ai également vu beaucoup de patients souffrant d’AVC emmenés aux urgences avec une forte odeur d’ail dans l’haleine, témoin du fait que les parents leurs ont fait ingéré de l’ail dès le début de la crise d’AVC. Cette pratique qui semble être assez répandu m’a intrigué. Je partage avec vous les résultats auxquels une revue de littérature m’a conduit.

 

Quels sont les propriétés thérapeutiques de l’ail ?

L’ail contient plusieurs ingrédients actifs. Les principaux sont des composés sulfureux instables libérés lorsque l’ail est coupé, broyé ou écrasé.

L’ail diminue a des propriétés anticoagulantes par diminution de l’agrégation plaquettaire. Il aurait également le pouvoir de réduire la quantité de gras (hypolipémiant et hypocholestérolémiant). Ces deux propriétés pourraient être intéressantes dans la prévention du vieillissement précoce des vaisseaux, dans les AVC et les crises cardiaques. Du fait de ses effets anticoagulants qui pourraient augmenter les saignements, il est à noter que la consommation excessive d’ail est à éviter avant et après une intervention chirurgicale. Toutefois, aux doses alimentaires habituelles, il n’y a pas de danger avant une opération.

Il diminue une réaction appelée glycation qui a lieu en cas d’hyperglycémie et qui accélère le vieillissement des organes chez le diabétique. A ce titre, l’ail serait un agent intéressant pour ralentir la progression des complications du diabète.

De quoi sommes-nous sûrs ?

L’ail diminue légèrement la tension artérielle. Mais il faut compter avec la dose, la régularité et le temps. Les auteurs de deux méta-analyses concluent que l’ail peut effectivement diminuer la tension artérielle chez les personnes hypertendues, mais de façon très modérée. Ce dont on est moins sûr, c’est son efficacité dans la réduction de certains facteurs de risque des maladies chroniques. Son efficacité est ainsi incertaine dans la réduction de la quantité de lipides sanguins, dans la diminution des risques de récidives en cas de maladies cardiaques, dans la prévention du diabète et de certains cancers.

 

L’ail peut-il se substituer au traitement par les médicaments antihypertenseurs ?

L’OMS reconnaît l’usage de l’ail comme adjuvant aux mesures alimentaires. Mais un point important à retenir dans l’usage de l’ail est la dose et la régularité. L’usage occasionnel ne confère pas de résultats. Il faut en consommer tous les jours. Les résultats intéressants dans la prévention des maladies cardiovasculaires apparaissent après plusieurs mois. Pour la dose, il faut consommer en consommer une gousse ou plus par jour pour avoir un effet thérapeutique tangible.

 

L’ail, cru ou cuit ?

La recherche permanente de facilité alimentaire pourrait vous emmener à recourir  à des compléments alimentaires à base d’ail. Préférez la consommation d’ail frais. Les propriétés de l’ail cru seraient supérieures à celles de l’ail cuit. Mais son odeur forte pouvant être désagréable, une astuce consiste à l’ajouter 10 minutes au plus avant la fin de la cuisson afin de préserver le plus possible la qualité de ses composés actifs. Il est à noter que l’enzyme qui permet la libération des composés actifs est désactivée par la chaleur.

 

Pour finir, retenons que l’ail est un aliment santé incontournable. Il a des effets bénéfiques sur l’hypertension artérielle, mais ces effets sont modérés et dépendent d’une consommation régulière et abondante. Il représente un atout dans le plat de l’hypertendu mais il ne remplace pas le traitement médicamenteux.

Le blog de Arayaa, tout ce que votre médecin n’a pas le temps de vous expliquer en consultation !


Écouter de la musique améliore votre santé !

Il n’y a rien de tel que la musique pour nous aider à nous remettre d’une mauvaise passe. Et même lorsque nous marquons un point, un fond de musique permet de célébrer notre joie. La musique est indéniablement un « médicament » dont les effets sont immédiats. Existe-t-il une explication à ce phénomène ?

 

La musique engage non seulement notre système auditif mais aussi beaucoup d’autres parties de notre cerveau. Dans le cerveau, la musique engage les aires responsable du mouvement, du langage, de l’attention, de la mémoire et des émotions. « Il n’y a sur terre aucun autre stimulus qui engage notre cerveau aussi largement que la musique le fait », affirme le Dr Brian Harris, neurologue et musicothérapeute à Havard.

Cette activation en masse se produit que vous écoutiez la musique, jouiez d’un instrument, ou que vous chantiez.

Écouter de la musique :

  • Aide à faire de l’activité physique plus longtemps – la musique augmente le taux de dopamine qui à son tour augmente la motivation ;
  • Améliore la fonction des vaisseaux sanguins en détendant les artères ;
  • Calme l’anxiété et améliore l’humeur ;
  • Diminue les tensions musculaires.

Les préférences importent !

Les recherches montrent que les musiques sélectionnées par les patients eux-mêmes ont des effets plus bénéfiques que les musiques choisies par une tierce personne. La musique produit donc des effets en fonction de la familiarité, de la prévisibilité et des sentiments de sécurité qui y sont associés.

pc: Arayaa

 

Le blog de Arayaa, tout ce que votre médecin n’a pas le temps de vous expliquer en consultation !


Sautez ! Vous ne calerez pas en l’air !

Vous pourriez faire des millions d’activités physiques, alors pourquoi inclure la corde à sauter ?

La réponse se résume en un seul mot : efficacité. La corde à sauter est une redoutable machine à brûler les graisses. En plus, c’est l’un des moyens les plus efficaces de faire du cardio-fitness, d’avoir de l’agilité et de la force dans les muscles des jambes, des fesses, de l’abdomen et du dos.

Prenez-le avec vous pour votre voyage, mettez le dans votre sac en partant au boulot, on se sent toujours plus énergique après une session de corde à sauter. Vous n’arrivez pas à dégager du temps pour faire de l’exercice physique ? La corde-à-sauter vous enlève cet argument. En plus, ça ne coûte même pas cher.

Donc pour résumer, la corde à sauter est :

  • Efficace, elle brûle beaucoup de calories en peu de temps
  • Portable, vous pouvez la jeter dans votre sac à main
  • Complète, elle travaille toutes les parties du corps de la tête aux orteils
  • Sûre, pas de risque de se blesser contrairement à d’autres exercices
  • Amusant, vous pouvez toujours inventer chaque jour de nouvelles façons de la faire

La bonne corde à sauter pour vous est celle dont les poignées arrivent à vos aisselles lorsque debout vous piétinez le milieu de la corde.

Cela ne prend pas longtemps pour récolter les fruits. Une minute de corde à sauter brûle environ 10 calories. Vous pouvez brûler 200 calories en 2 sessions de 10 minutes chaque jour, ça fait 1 000 calories par semaine. Bien sûr, vous n’allez pas faire 10 minutes d’un coup, mais 50 à 200 sauts entrecoupés de temps de pause de 30 à 60 secondes.

Les débutants sautent habituellement plus haut que nécessaire. Mais avec la pratique, la distance plante des pieds-sol ne devrait plus dépasser 10 centimètres. Avec la corde à sauter, vous avez à être conscient de ce que votre corps est en train de faire, et cela permet de connecter les neurones de votre cerveau. Ce qui veut dire que vous aurez de nouvelles idées et trouverez facilement des solutions innovantes à vos difficultés.

 

Le blog de Arayaa, tout ce que votre médecin n’a pas le temps de vous expliquer en consultation !


La boîte à pharmacie : une nécessité ignorée

Avez-vous une boîte à pharmacie chez vous ? Non ? Pourtant vous n’ignorez pas que dans votre demeure ou sur votre lieu de travail, il vous en faut une. Ces délicieux cours d’économie familiale dispensés dans notre ancien programme se retourneraient presque dans sa tombe, s’il savait que vous l’aviez oublié.

Saviez-vous que la boite à pharmacie est encore appelée trousse d’urgence ? Je suis convaincu que vue sous cette appellation, la question de l’avoir ou non ne se posera plus.

Qu’est-ce-que c’est ?

La boîte à pharmacie est un récipient contenant des médicaments et produits médicaux « simples » aidant à administrer les premiers soins en cas de maladie ou d’accidents. On parle aussi de trousse d’urgence ou de premiers secours. Il permet de prendre en charge les petites atteintes ou bobologies (écorchures, …), mais aussi les cas graves menaçant la vie de l’individu (premiers secours avant l’hôpital).

 

Pourquoi l’avoir ?

Que cela soit en famille, en entreprise ou en circulation, il est important d’avoir sa petite trousse de pharmacie pour les soins d’urgence car on ne sait jamais où et quand surviendra le danger. C’est la principale raison qui a motivé l’ajout de trousse de secours obligatoire à l’attirail du motocycliste et de l’automobiliste par les lois.

 

Le contenant

La boîte à pharmacie n’est pas forcément une ‘boîte’ ou un récipient couvert. Elle peut aussi être constituée dans un sac, une trousse.

Il est important de la disposer dans un endroit assez en vue, connu et accessible de tous, mais en même temps hors de la portée des enfants.

 

Le contenu

Il varie selon que vous soyez en famille, en entreprise, en voyage mais aussi suivant les différentes personnes concernées. Il est inutile de la remplir d’éléments qui seront par la suite inutilisables car n’ayant aucun intérêt. Il faut prendre en compte plusieurs facteurs (les risques liés à l’activité, le climat, les maladies courantes dans la région, le cadre familial…)

Les médicaments doivent être stockés dans leur emballage (et non en vrac) ; les notices doivent être présentes ; la date de péremption contrôlée avant utilisation.

 

Nous vous donnons ici les éléments constitutifs d’une boîte à pharmacie de base :

  • Les médicaments
  1. Contre la douleur et la fièvre : le paracétamol est conseillé
  2. Contre les vomissements, quelque chose comme le Vogalène
  3. Contre les coliques, du Spasfon par exemple
  4. Les médicaments nécessaires contre les allergies
  5. Pastilles adoucissantes et calmantes pour la gorge
  6. Crème anti-brûlure
  7. Crème apaisante contre les piqûres d’insectes
  8. Comprimés de désinfection de l’eau si nécessaire

Préférez les formes de médicaments utilisés sans eau (Lyoc, tabs, sachets prêts à boire) et éviter les suppositoires (très sensibles à la chaleur)

 

  • Les éléments de soins, hygiène et désinfection
  1. Un thermomètre (pour chaque membre)
  2. Compresses stériles
  3. Rouleau de sparadrap hypoallergénique
  4. Pansements hémostatiques (en cas de saignement de nez par exemple)
  5. Bandes extensibles (type Velpeau ou nylex)
  6. Pansements prédécoupés
  7. Antiseptique cutané à usage unique
  8. Flacon d’alcool à 70%
  9. Flacon d’éther
  10. Ciseaux à bouts ronds et pinces à échardes.
  11. Gants à usage unique
  12. Aspivenin : pompe aspirante de venin

 

  • Autres
  1. Sachets de réhydratation orale (Orasel) pour la diarrhée du nourrisson et du jeune enfant
  2. Bombe de froid contre les douleurs d’origine traumatique
  3. Sucres emballés contre l’hypoglycémie
  4. Couverture de survie

 

ATTENTION :

  • N’oubliez pas vos médicaments usuels si vous souffrez d’une maladie chronique comme l’hypertension artérielle, le diabète, l’asthme…….
  • La liste des numéros d’urgence doit faire partie de votre trousse d’urgence.

 

Il est important que votre boîte à pharmacie soit régulièrement mise à jour.

Voilà en résumé, le minimum nécessaire pour avoir votre trousse de pharmacie. La présence d’une pharmacie dans votre rue ou même devant votre maison ne vous dispense pas de cet utile outil de santé. Vous voulez constituer votre trousse familiale, pour votre entreprise, pour un voyage…contactez-nous et nous vous y aiderons en fonction de vos nécessités.

 

Le blog de Arayaa, tout ce que votre médecin n’a pas le temps de vous expliquer en consultation !


Pas le temps de faire du sport? Le gainage est votre ami

Le gainage est simple, peut se faire partout, par n’importe qui et est d’une très grande efficacité pour le renforcement des muscles du dos (prévention de l’arthrose), pour une meilleure posture et pour garder la ligne. C’est un exercice statique qui ne nécessite aucun matériel en dehors d’un chronomètre. Bref, c’est l’un des meilleurs exercices que vous que vous puissiez faire.

Effets du gainage

Il y a très peu d’exercices qui travaillent en même temps tout le corps. Le gainage affermit les muscles tout le long du corps, notamment les muscles du dos, de l’abdomen, des cuisses et des fesses. Le gainage améliore même votre humeur. Il vous aide à avoir des cuisses et des fessiers toniques. Oui oui, le gainage fait tout ça ! Pourquoi ne pas s’y mettre dès maintenant? 5 séries de 30 secondes entrecoupées de 30 secondes de pause au réveil.

Quand faire le gainage?

Il peut se faire à n’importe quel moment. Je vous conseille de l’intégrer dans votre routine matinale, au réveil. Au cours de la journée au travail ou ailleurs, vous pourrez prendre quelques minutes de pause pour le faire. Cela vous permettra tout en décompressant de réfléchir et de voir vos problèmes sous des angles différents. Le gainage peut également se faire comme exercice d’échauffement en prélude à des mouvements plus dynamiques.

Description

Le gainage classique s’effectue sur un plan dur, souvent le sol. Positionnez vous face au sol tout le corps à hauteur de l’épaule. Les seuls points d’appui avec le sol sont les pointes des pieds, les coudes et les avants-bras. Vous devez regarder droit devant vous, pas en bas, pas en haut! Les fesses doivent rester basses. Le dos ne doit être ni cambré ni arrondi.

Il existe des variantes du gainage, parmi lesquelles le gainage latéral et le gainage dorsal.

Pour tirer tout le bénéfice du gainage, il faut maintenir la position au maximum de vos capacités et la répéter plusieurs fois. Pour vous motiver, sachez que le record actuel date de Mai 2016 et est détenu par un policier chinois qui a fait du gainage pendant 8 heures 1 minute 1 seconde. Mais ne l’oubliez pas, que vous fassiez 20 secondes ou 2 minutes, allez à votre rythme et augmentez à dose progressive au fil des semaines. Si par exemple, votre maximun est de 30 secondes, je vous conseille de maintenir ce cap pendant un mois, puis le mois suivant de passer à 45 ou 60 secondes. Et vous augmentez chaque mois de 15 ou 30 secondes secondes.

Le gainage pourrait paraître trop simple pour tous les bénéfices qu’il apporte au corps. Mais je vous rassure, ceci n’est pas une arnaque, le gainage vous fera le plus grand bien 🙂

 

Le blog de Arayaa, tout ce que votre médecin n’a pas le temps de vous expliquer en consultation!


Arrêtez d’introduire des cotons-tiges dans vos oreilles !

Jeune, j’ai bien connu Epi, un menuisier dont l’atelier était juste en face de ma maison. L’image qui vient résumer les 10 années que nous avons vécues en voisinage est celle de lui se grattant l’intérieur des oreilles avec l’extrémité touffue d’une plume précédemment ‘’polie’’. Il avait un vrai plaisir à le faire ! Pendant qu’il se grattait les oreilles grâce à des mouvements de friction avec son pouce et son index, ses gros yeux roulaient vers le haut, c’était impressionnant, le noir de l’œil disparaissait ne laissant voir que le blanc et on aurait dit que ses paupières avaient des convulsions tellement elles battaient rapidement…
Connaisseur connait, se gratter les oreilles, c’est du ‘’5 étoiles’’ en sensation, car l’oreille est une zone érogène !

On peut se gratter l’oreille pour différentes raisons. L’obsession principale est de se nettoyer l’oreille (comme on se nettoie les dents et la bouche) . Comme mon ancien voisin Epi, d’autres se grattent l’oreille pour la sensation de plaisir que cela procure ou pour calmer des démangeaisons à l’intérieur de l’oreille.

 

Attention : il est dangereux d’introduire des objets comme les cotons-tiges dans l’oreille

J’ai reçu en consultation il y a quelques mois une fillette de trois ans qui saignait de l’oreille. Ses cris stridents témoignaient de la douleur qu’elle ressentait. Quelques heures plus tôt, sa maman, après l’avoir lavée, lui avait nettoyé les oreilles avec un tige-coton. La fillette a fait un mouvement brusque de la tête et le sang s’est mis à couler. Par chance, ce traumatisme n’avait pas atteint le tympan. Elle a été soignée puis elle est rentrée chez elle.

Lorsque vous introduisez un tige-coton dans les oreilles,vous enfoncez une grande partie de cérumen dans le fond de l’oreille. Cela crée des bouchons puis des infections de l’oreille (otite). Le peu que vous ressortez c’est juste des traces de cérumen, ce n’est donc pas efficace. Mais les effets négatifs sont nombreux : traumatismes de l’oreille, d’irritation de sa peau et parfois même de perforation du tympan, source de surdité ! L’utilisation des coton-tiges n’est donc vraiment pas recommandée.

 

Le cérumen, ce n’est pas de la crotte d’oreilles

Le cérumen, ce n’est pas de la crotte d’oreilles ! Le cérumen est une sécrétion utile,  lubrifiante et antiseptique, qui joue un rôle important pour la bonne santé de l’oreille. Sa propriété lubrifiante permet de lutter contre les démangeaisons et l’assèchement de l’oreille. Sa propriété antiseptique lui permet de combattre les microbes qui entrent dans l’oreille.  Sa mobilité lui permet de ramener à l’extérieur les impuretés qui pourraient se trouver au fond de l’oreille.

Comme le vagin, l’oreille se nettoie tout seul

Le cérumen se déplace grâce aux mouvements de votre mâchoire pendant que vous parlez, mâchez, baillez …  Lorsque le cérumen a fait son temps, il est évacué progressivement à l’extérieur de l’oreille sous forme de toutes petites boules, puis il est remplacé par une nouvelle sécrétion de cérumen, et ainsi de suite !

 

Auricule… Auriculaire, le corps humain est une machine parfaite

La partie de l’oreille qui est visible de chaque coté de la tête est appelée « auricule », tandis que le petit doigt de nos mains est appelé « auriculaire ». Je ne sais pas exactement ce qui a inspiré à l’époque les linguistes français ! Par contre ce que je sais (et que vous devriez savoir aussi), c’est qu’en voulant introduire l’auriculaire par le trou de l’oreille, il butte. De la même manière, aucun objet ne devrait dépasser cette frontière, fut-ce un tige-coton, une brindille, ou une plume. Laissez-donc l’intérieur de vos oreilles tranquille !

 

En plus, le coton-tige n’a jamais été inventé pour nettoyer les oreilles !

Si vous faites attention et que vous lisez les étiquettes sur les emballages des tiges-cotons, vous verrez que le fabriquant vous averti de ne jamais les introduire dans les oreilles. Le coton-tige est un ustensile de beauté qui permet aux femmes de se maquiller. Pour des raisons environnementales, les tiges-cotons seront retirés du marché en France dès cette année, comme cela a été déjà le cas dans d’autres pays.

 

Et si vous avez quand même besoin de nettoyer les oreilles

Chez certaines personnes, le cérumen peut être sécrété en trop grande quantité, ces personnes produisent donc beaucoup de cérumen. Pour elles, il existe des alternatives moins agressives que le coton-tige : utiliser tout simplement le petit doigt, un mouchoir ou du coton humidifié.

 

Voilà, c’est dit ! A vous de glissez ces enseignements dans les oreilles de vos amis 🙂

 

Le blog de Arayaa, tout ce que votre médecin n’a pas le temps de vous expliquer en consultation!


Comment déterminer sa période de fécondité?

Si connaître sa période de fécondité peut être un moyen de contraception, il est aussi indispensable pour les couples en désir de maternité de la connaître afin de faire l’acte sexuel au bon moment.

Calculer sa période de fécondité revient préalablement à maîtriser son cycle menstruel, ce qui permettra ensuite de déterminer l’événement le plus important du cycle : l’ovulation!

Lire aussi: Comment calculer votre cycle menstruel

Qu’est-ce que l’ovulation et quand a-t-elle lieu ?

L’ovulation est la libération de l’ovule par l’ovaire (les ovaires sont des organes de l’appareil génital féminin, lieu de fabrication des ovules). C’est la fusion entre l’ovule et le spermatozoïde qui aboutit à la formation de l’œuf, point de départ de la croissance d’un bébé. En général, elle a lieu le 14ème jour avant l’apparition des règles. Les ovules libérés ont une durée de vie de 12 à 24h.

Comment calculer sa période de fécondité ?

La période de fécondité est la période pendant laquelle la rencontre entre le spermatozoïde et l’ovule est possible. En considérant la durée de vie des spermatozoïdes qui est de 3 à 5 jours en moyenne au sein de l’appareil génital de la femme, et celle de l’ovule qui est de 12 à 24h, on peut en déduire que la période fertile s’étend sur 4 jours avant l’ovulation et 24 heures après l’ovulation.

Par exemple, si l’apparition de votre règle est prévue pour la date du 24 du mois

L’ovulation = 24-14 = 10, donc votre ovulation a eu lieu le 10 du même mois, et la période de fécondité s’étend  donc du 06 au 11 du mois.

Néanmoins cette technique d’identification du jour d’ovulation n’est pas applicable chez les femmes ayant un cycle irrégulier, pour lequel elles ont du mal à prévoir le jour du début des règles. Pour les femmes dans cette situation, il est préférable de se fier à d’autres techniques, comme les suivantes :

La courbe thermique

Pour avoir des renseignements fiables, la courbe thermique doit être tracée sur au moins trois cycles afin d’établie une moyenne.

Le tracé de la courbe thermique consiste à prendre sa température tous les matins au réveil, à la même heure, avec le même thermomètre, de la même façon (dans les aisselles, la bouche, le vagin ou l’anus) et avant toute activité physique. Cette température doit être notée sur une feuille adaptée, sur laquelle on rapporte aussi d’autres renseignements (le jour des règles, les traitements en cours, les rapports sexuels, l’état de santé). Vers le milieu du cycle, on remarquera un pic inférieur, où la température est la plus basse, et un pic supérieur où elle est la plus élevée. C’est la progestérone, à l’origine de l’ovulation, qui provoque cette hausse. Ce pic représente donc le jour de l’ovulation.

NB: La survenue d’une fièvre (paludisme par exemple) fausse complètement la courbe

 

Autres signes permettant d’identifier l’ovulation

Attention, les signes physiques décrits varient d’une femme à l’autre, c’est pourquoi il importe de connaître son corps.

1-La glaire cervicale

La glaire cervicale est une sécrétion blanchâtre produite par le col de l’utérus et qui s’écoule par le vagin. A l’approche de l’ovulation, elle se modifie et devient beaucoup plus abondante, moins épaisse, filante, translucide, elle ressemble au blanc d’œuf et peut être étirée entre les doigts. Pour connaître la date de l’ovulation, vous pouvez donc vérifier chaque matin, avant la toilette intime, l’aspect de la glaire cervicale. Elle favorise la mobilité des spermatozoïdes en les conduisant jusqu’à destination.

2-La libido

La plupart des femmes peuvent sentir leur appétit sexuel s’accroître autour de la date de l’ovulation. Ce sont les hormones qui provoquent ces pulsions sexuelles beaucoup plus vives. Alors Monsieur, Madame, c’est le moment de vous offrir des instants coquins si vous désirez une grossesse – et des instants câlins dans le cas contraire (ou un préservatif si les câlins ne suffisent pas)

3-Tension mammaire

L’ovulation déclenche également une fermeté des seins chez certaines femmes.

4-Douleur pelvienne

Aussi d’autres femmes peuvent être prise de douleurs du bas ventre. Cela survient au moment de l’expulsion de l’œuf par l’ovaire.

5- Autres outils

Il existe des tests (semblables aux test de grossesse) en pharmacie qui vous permettent de savoir si vous ovulez.

Des applications mobile aident aussi à y arriver. Il suffit de connaître et d’entrer la date de ses dernières règles et la durée de son cycle.

 

Le blog de Arayaa, tout ce que votre médecin n’a pas le temps de vous expliquer en consultation!


Conseils nutritionnels pour le ramadan

Le jeûne est un acte d’adoration qui consiste à respecter les prescriptions l’Islam, au cours du Ramadan. Il constitue l’un des piliers fondamentaux de l’Islam. Le Ramadan est non seulement une occasion pour se rapprocher de Dieu et de mériter son pardon mais également un moyen d’acquérir ou de maintenir une bonne santé.

Pour certains jeûneurs, le Ramadan est un mois de consommation par excellence, les habitudes alimentaires changent complètement, on constate alors :

  • une surconsommation de préparations sucrés et grasses
  • une sous-consommation des légumes, fruits et fibres alimentaires

Selon les spécialistes, l’alimentation pendant le mois sacré ne devrait pas différer de notre alimentation habituelle et devrait être aussi simple que possible. Alors, comment s’organiser pour allier diététique et jeûne pendant le mois de Ramadan ? Comment tenir plus facilement le coup ?

Avant de commencer le Ramadan, il est important de savoir que cela ne sert à rien de «faire des réserves» en mangeant abondamment. Au contraire, cela risque de fatiguer votre organisme et vous mettra dans de mauvaises conditions pour bien le commencer.

 

Lire aussi: Le jeûne du musulman qui souffre d'ulcère

 

Pendant le Ramadan, il faut veiller à structurer les prises alimentaires autour de 3 repas par jour, en heures décalées. Prendre un petit déjeuner, un déjeuner (à la rupture du jeûne) et un dîner. Cela permettra de répartir la ration quotidienne et fournira ainsi l’ensemble des macronutriments, ainsi que des vitamines et sels minéraux indispensables à l’organisme. L’organisation alimentaire est alors la même qu’avant, en décalant simplement les horaires des repas.

Le petit déjeuner, ou «Souhour» représente une partie importante de la ration alimentaire journalière, car la nourriture consommée à ce moment-là fournira l’énergie nécessaire pour tenir durant la journée. Manger équilibré et sain au Souhour permettra également d’éviter la sensation de faim pendant une bonne partie de la journée. Il doit contenir des aliments à digestion lente comme le pain, les pâtes alimentaires et les féculents, des protéines comme la viande, le poisson (gras) ou les œufs, sans négliger le lait et ses dérivés qui sont des sources importantes de calcium et de sels minéraux. Ne vous contentez pas juste d’un peu d’eau !

Le déjeuner ou « Ftour » : il est conseillé de rompre le jeûne par un aliment sucré (sucre d’assimilation rapide : fruits) de préférence les dattes avec de l’eau ou du lait. Patienter quelques minutes afin de régulariser la glycémie et de préparer l’estomac à digérer le reste de l’alimentation : de la soupe, et des boissons chaudes (café, thé, infusions). Ce repas ne doit pas être surchargé, il doit juste apaiser les sensations de soif et de faim.

Le dîner, pris généralement 2 ou 3 heures après la rupture du jeûne. Contrairement à ce qui est pratiqué la plupart du temps, ce repas ne doit pas être lourd, et ce pour deux raisons principales:

  • La première c’est qu’il ne sert à rien de manger en grandes quantités avant de dormir : tout ce qui est mangé sera stocké et non pas assimilé.
  • La deuxième, c’est que si le repas est trop consistant, la sensation de faim ne se fera pas sentir au matin et les jeûneurs peuvent sauter le repas du Souhour qui reste fondamental.

Il est généralement recommandé que votre assiette soit composée de la façon suivante:

  • un quart avec de la viande, du poisson, des œufs ou une source protéines végétales
  • un quart avec des féculents ou des légumineuses
  • la moitié avec des légumes, crus ou cuits
  • avec en plus un produit laitier et un fruit cru.

Quelques conseils nutritionnels à suivre pendant le ramadan

  • Équilibrez toujours vos repas en veillant à apporter des aliments de tous les groupes alimentaires (féculents, fruits et légumes, viande, poisson ou œuf, et produits laitiers).
  • Consommez plus de légumes.
  • Ne négligez pas les glucides complexes, aussi appelé «sucres lents», comme les céréales, la pomme de terre, la semoule… Ils sont trop souvent remplacés par des sucres rapides (gâteaux, pâtisseries, sodas…).
  • Certains aliments sont à consommer avec plus de modération : les pâtisseries, les biscuits, les oléagineux en excès, les viennoiseries…
  • Éviter de grignoter continuellement tout au long de la soirée. Il est préférable de faire de vrais repas, vos choix alimentaires seront alors (beaucoup) plus sains.
  • Mangez dans de bonnes conditions, en étant assis, à table, en prenant votre temps, mastiquez bien, évitez de manger devant la télévision ou un ordinateur, profitez du repas tout simplement !
  • L’hydratation doit être suffisante et régulière sur cette période (eau à volonté, tisane, thé, café…) et encore plus importante si vous pratiquez le Ramadan dans un pays chaud. Hydratez-vous tout de long de la soirée, par petites prises régulières afin de ne pas encombrer votre estomac par de trop grandes quantités de liquide. Évitez les boissons gazeuses, elles peuvent provoquer des flatulences, inconforts digestifs, remplissent l’estomac d’air et peuvent couper l’appétit.
  • N’essayez pas de perdre du poids. Plusieurs études scientifiques ont souligné que la majorité des musulmans prennent du poids pendant le Ramadan, stabiliser son poids est donc déjà une réussite.
  • L’activité physique n’est pas recommandée si ce n’est que 30 à 60 minutes de marche à pas rapide par jour

Bon ramadan à tous !

 

Le blog de Arayaa, tout ce que votre médecin n’a pas le temps de vous expliquer en consultation!

 Lisette V., nutritionniste diététicienne


Cinq raisons de ne plus jamais boire de l’eau glacée

 »Docteur, y a t-il des dangers à boire de l’eau glacée ? »

L’un des conseils que je donne invariablement à mes patients est de porter sur eux de petites gourdes et de s’assurer de boire 2,5 litres d’eau tout au long de la journée. C’est bon pour débarrasser le corps de ses toxines, mais aussi traiter la plupart des maux de tête, qui, sous les tropiques, ne sont en réalité que le résultat d’une déshydratation (ah le soleil !  ). Bien s’hydrater permet aussi de renouveler notre énergie et de faire fonctionner harmonieusement tout la machine (je veux dire par là tout le corps).

Ces dernières semaines, la question de boire ou non de l’eau glacée m’a été posée très souvent, de façon insistante. Est-ce que l’eau glacée pose effectivement un problème? Dans ce billet, je vous donne cinq raisons de ne plus jamais en consommer.

1. L’eau glacée ralentit la digestion

La digestion de la plupart des nutriments se fait le long de la paroi des intestins. En même temps que l’intestin absorbe les nutriments essentiels pour le bon fonctionnement de notre corps, il effectue des mouvements qui permettent au reste du repas de continuer à descendre afin d’être absorbé plus bas ou d’être évacué dans les WC. Nous avons déjà dit que l’eau glacée bue  avant, pendant ou après les repas solidifie les graisses. Au même moment, elle entraîne une contraction des intestins les empêchant d’assumer totalement leur rôle absorbant et mouvant. La conséquence logique est un ralentissement de la digestion, donc une constipation ! D’un autre côté, boire de l’eau à température ambiante avant le repas facilite la digestion. Il ne faut donc pas hésiter à boire de l’eau à température ambiante.

Lire aussi: Boire de l'eau glacée fait-il perdre du poids?

2. L’eau glacée ralentit l’hydratation du corps

Lorsque nous buvons de l’eau glacée, la première réaction de notre corps ne sera pas de profiter de sa propriété hydratante. Il devra la réchauffer, l’amener à la température du corps avant de pouvoir l’utiliser. Ce travail nécessitera de l’énergie… et de l’eau. Au lieu de travailler à digérer les aliments et à absorber les nutriments pour créer de l’énergie, votre corps dépense de l’énergie pour réguler votre température. Cela peut conduire à la perte d’eau.

Lire aussi: quand boire de l'eau?

3. L’eau glacée cause des maux de gorge

Si vous avez connu l’hiver, vous savez sans doute que le froid entraîne un écoulement des narines. L’explication de ce phénomène est simple : le corps produit ce liquide pour réchauffer et humidifier l’air (ou le liquide) froid. La même réaction est observée au niveau de la gorge lorsque nous buvons de l’eau très froide. Le problème ici c’est que vous n’en avez pas besoin, ce n’est pas nécessaire ! Le résultat c’est que mucus produit dans la gorge s’y accumule et irrite donc la gorge.

4. L’eau glacée affaiblit vos défenses

L’excès de mucus que le corps produit en réaction au froid peut conduire à l’affaiblissement du système immunitaire et provoquer des maladies comme la grippe.

5. L’eau glacée prive des bénéfices des médicaments

La plupart des médicaments en contact de l’eau donnent une solution liquide. Les mêmes raisons qui font que l’eau glacée ralentit la digestion expliquent pourquoi les médicaments bus avec l’eau glacée ne seront pas absorbés à temps. Vous n’obtiendrez alors pas le résultat attendu.

Que faut-il retenir au final ?
L’eau glacée n’est pas utile pour l’organisme, elle n’apporte rien, au contraire, elle complique ou ralenti certains processus naturels, sa consommation n’est donc pas sans conséquences. Nous avons donné ici des raisons pour lesquelles vous ne devriez plus boire de l’eau glacée, dans le prochain billet, nous dirons dirons les avantages de boire de l’eau à une température ambiante.

Le blog de Arayaa, tout ce que votre médecin n’a pas le temps de vous expliquer en consultation!

 

 


Addiction aux réseaux sociaux : cultivez l’ignorance sélective !

Qui d’entre vous – comme moi à une certaine époque – n’a jamais eu l’impression de rater l’événement du siècle lorsqu’il n’est pas connectés à Whatsapp, à Facebook, ou à Twitter ? C’est ce qui fait que nous nous rendions littéralement « malades » lorsque nous oublions notre téléphone à la maison, nous sommes alors prêts à avaler des kilomètres monstrueux, uniquement pour aller chercher un portable oublié. Et s’il y avait une urgence ? Et si mes parents avaient besoin de me joindre expressément ?Et si une opportunité venait pendant que je n’étais pas à coté de mon téléphone ? Et si…

Lire aussi: Le selfie ou la distraction qui dégénère en maladie mentale

 

L’information, c’est le pouvoir ! Et au nom de ce pouvoir, nous nous abreuvons au quotidien d’une masse astronomique de données. C’est ce que d’aucuns appellent « infoboulimie » et que moi j’appellerais « infogavage » ou mieux « infoconstipation » ! L’information qui prend toute notre attention et nous distrait. l’information qui nous prive du temps de l’ennui (qui se trouve être aussi le temps de la créativité). Un homme qui lit tout machinalement et utilise très peu son propre cerveau tombe dans les habitudes paresseuses de pensée, avertissait Einstein ! Et les urgences, en réalité il n’y en a presque jamais. C’est une suggestion trompeuse de votre cerveau pour répéter paresseusement quelque chose que vous avez maintenant l’habitude de faire. Le cerveau aime les habitudes, donc il en redemande… mais si on ne réfléchit pas au non sens de ce flux incessant d’information pour dire « stop », alors on devient addict !

La vérité est que cette quête obsessionnelle de l’information, cette infoboulimie, est l’une des manifestations de l’addiction aux réseaux sociaux ou à internet. En vérité, vous n’avez nullement besoin de connaître la majorité des informations qui passent sous vos yeux.  Vous vous sentirez probablement même mieux sans.

Lire aussi: Génération tête baissée, cou brisé

 

La thérapie que je nous propose s’appelle l’ignorance sélective, son nom est assez évocateur ! Il s’agit d’un régime pauvre en information, il s’agit simplement d’ignorer le non-important. Il s’agit de décider délibérément d’accepter de ne pas savoir certaines choses (probablement inutiles d’ailleurs). Le but est de diminuer l’exposition au flux d’informations. Pour cela il suffit de  fermer volontairement certains canaux d’information, de se désabonner de certains réseaux sociaux par exemple, de sortir de certains groupes whatsapp, de bloquer certains contacts qui vous sollicitent trop ou encore de se désabonner de certaines newsletters. Pas d’inquiétude : vous en tirerez certainement le plus grand avantage en termes de temps libéré, de concentration, de productivité et de joie de vivre (parce que l’addiction rend rapidement dépressif). Il s’agit donc de laisser tomber des choses inutiles pour gagner du temps libre, de la joie de vivre, de la concentration… bref que des choses positives, utiles à votre quotidien. En plus, vous aurez des sujets de conversations avec votre entourage du genre  « Quoi de neuf ? ».

L’ignorance sélective, c’est aussi décider du nombre de fois où vous allez checkez vos mails, du nombre de fois où, chaque jour, vous vous connecterez et du temps que vous déciderez de consacrer à internet. L’ignorance sélective, c’est désactiver les notifications des réseaux sociaux qui apparaissent en haut de votre écran quand vous lisez un document et qui vous perturbent.
Prendre ces décisions vous aidera, car, lorsque des limites sont définies, il est plus facile d’agir. Vous mesurerez vite vos progrès.

C’est un leurre de croire que qui a l’information a le pouvoir. Qui a l’information n’a pas le pouvoir. Parce que tout le monde a l’information aujourd’hui.
Qui a les bonnes informations et le temps de les analyser a le pouvoir. Et qui a trop d’information  ne retient rien et ne sait pas quoi en penser.  Qui a trop d’information est constipé.
Retenez ceci : trop d’information occupe tout votre temps et tout votre cerveau, cela crée une pauvreté en relation à l’autre et en attention.

 

Le blog de Arayaa, tout ce que votre médecin n’a pas le temps de vous expliquer en consultation!


3 astuces pour prévenir le cou texto

Des 7 milliards de personnes dans le monde, plus de 4,7 milliards utilisent un téléphone portable. Le texto est devenu la forme dominante de communication. Plus d’un milliard de SMS sont envoyés chaque mois dans le monde. En moyenne, nous passons 4,5 heures par jour à communiquer et à  »socialiser » sur nos téléphones. Et bien sur, ce boom s’est produit en moins de 10 ans, donc tellement si vite que nous n’avons pas eu le temps de lire la notice. Ah non, la technologie mobile nous a été livré sans notice. Et bien qu’elle nous sert dans tous les aspects de notre vie, elle est source de nombreuses nuisances dont nous allons parler dans cette série. Prêt? Allons-y!

L’un des bobos des accros du texto est le syndrome cou texto.  Les principales manifestations sont une raideur du cou, des maux de tête, des douleurs dans le cou et dans le dos. Le cou texto est le résultat de la posture caractéristique que nous adoptons lorsque nous lisons ou écrivons sur un smartphone. 

Bien sûr, cette posture qui consister à incurver le cou n’apparaît pas seulement quand nous faisons des textos. Nous avons tous eu cette posture pour lire dans un livre ou un cahier. Le problème ici, c‘est que nous tendons à le faire plus souvent plus longtemps. C’est d’autant plus préoccupant chez les adolescents que cette posture pourrait créer des douleurs du cou qui dureront toute la vie. Voici 3 astuces pour prévenir le syndrome cou texto:

  1. Adoptez une bonne posture

Ne baissez pas votre tête, levez votre smartphone
pc: Médicaments sous la loupe via Facebook

La tête moyenne pèse entre 5 et 7 kilos. Mais saviez-vous que le poids est plus que doublé lorsque votre tête est inclinée vers l’avant seulement 15 degrés ? Pis, beaucoup de gens qui font le texte avec leur menton près du cou inclinent la tête vers l’avant de 60 degrés, ce qui augmente la charge à environ 30 kilos. Le cou n’est pas fabriqué pour supporter une telle charge, encore moins pendant tout ce temps.

[bctt tweet= »Saviez-vous que le poids est plus que doublé lorsque votre tête est inclinée vers l’avant seulement 15 degrés ? » username= »arayaasante » prompt= »CLIQUEZ POUR TWITTER »]

Astuce: Gardez la tête et la colonne vertébrale dans des positions neutres avec les oreilles directement au-dessus des épaules tout au long de la journée. Par exemple, maintenez votre téléphone ou votre tablette un peu plus haut, plus près du niveau des yeux pour minimiser la charge sur votre cou. Si vous avez un travail de bureau, souvenez-vous des choses de base telles que l’utilisation d’une chaise qui aide votre dos à rester debout, garder vos pieds à plat au sol et positionner votre moniteur au niveau des yeux pour éviter de regarder vers le haut ou vers le bas trop.

 

2. Améliorez la force et la flexibilité du cou

Astuce: Faire quotidiennement des exercices d’étirement du cou peut aider à traiter le cou texto ainsi qu’à réduire le risque de douleur. Lorsque vos muscles du cou sont forts et flexibles, ils sont mieux en mesure de maintenir une bonne posture.

Lire aussi: Le cou texto ou quand votre téléphone détruit votre cou

3. Prenez des pauses

Astuce: Le mouvement est bon pour la colonne vertébrale, y compris votre cou. Dans la mesure du possible, essayez de faire des pauses fréquentes lorsque vous utilisez les téléphones, les tablettes et les ordinateurs. Si ces outils sont liés à votre travail, envisagez d’avoir un casque afin d’éviter de maintenir le téléphone près de votre tête pendant de longues périodes.

Nous vivons dans un monde de technologie où il faut s’adapter. Il est important de rester connecter, mais il est plus important de rester connecter sainement. Votre corps vous remerciera si vous intégrez ces astuces dans votre routine quotidienne. J’espère que ces astuces vous seront utiles!

 

Le blog de Arayaa, tout ce que votre médecin n’a pas le temps de vous expliquer en consultation!


Génération tête baissée, cou brisé

Nous recevons de plus en plus en consultation des patients qui se plaignent de mal du cou (cervicalgie). Ces douleurs du cou seraient le résultat de notre mode actuel de vie. La posture que nous adoptons pour écrire ou lire un message (texto) sur notre portable en est la cause. On appelle ce nouveau syndrome le ‘’cou texto’’.

‘’Typiquement, l’incidence des maux de cou augmente avec l’âge. Mais aujourd’hui nous voyons et traitons plus de patients – plus jeunes – qui n’avaient jamais eu des douleur du cou avant’’ déclare le Dr Robert Bolash, spécialiste de la douleur à Cleveland Clinic.

Pencher la tête en avant et vers le bas étire les muscles, les tendons et les ligaments du cou pour pouvoir maintenir la tête. Ces dernières années, les médecins ont vu des signes de dégénérescence prématurée de la colonne vertébrale chez des jeunes alors que ces dégénérescences n’apparaissent normalement qu’à des âges plus avancés.

Des études ont comparé l’envoi de message sur portable couché et assis. Elles concluent que la position la plus grave est celle où on pianote la clavier en étant assis.

Amplification du poids de la tête

Le poids de la tête est un facteur clé. Les muscles du cou sont censés supporter le poids de la tête (5 à 7 kilos) lorsque cette dernière est en position neutre. Mais beaucoup de personnes regardent vers le bas à 60° en faisant des textos, ce qui ramène ce poids à 30 kg. Les recherches montrent que vous doublez la charge sur les muscles du cou à chaque degré que vous courbez le cou vers l’avant. Le cou n’est pas fabriqué pour supporter cette quantité de charge, encore moins sur une période prolongée.

Le Dr Bolash recommande d’adopter une posture correcte avec un cou aligné sur le reste de la colonne vertébrale. Si vous êtes droit, vous devez être capable de dessiner une courbe verticale de votre oreille vers vos épaules. Regardez devant. Plutôt que d’abaisser votre menton pour lire sur votre téléphone ou votre ordinateur, élevez le téléphone vers le niveau de vos yeux.

Lire aussi: 3 astuces pour prévenir le cou texto

Vous devriez limiter le temps passé à texter sur votre téléphone. Composer un manuscrit, sur un écran peu large, ce n’est pas ce pourquoi les téléphones sont fabriqués.

 

Pour ne pas finir, on retient que vous devez désormais :

  • Élever le téléphone vers votre œil : comme ça le cou sera moins courbé,
  • Prendre des pauses fréquentes : passer du temps loin du téléphone,
  • Changer de position : être couché sur le dos est un moyen excellent d’alléger la pression du cou,
  • Etre droit : une bonne posture , avec les épaules vers le derrière, maintient le corps dans une position neutre,
  • Vous étirer : pour soulager la douleur musculaire,
  • Faire des exercices de renforcement des muscles du dos : un dos et un cou forts, flexibles seront plus à même de gérer des contraintes.

 

Le blog de Arayaa, tout ce que votre médecin n’a pas le temps de vous expliquer en consultation !


10 bonnes habitudes à adopter pour éviter les insomnies

L'électricité, la lumière bleue des écrans de smartphones, les exigences du monde moderne y compris le stress du quotidien perturbent notre sommeil. L'insomnie est devenue un fléau de notre siècle, touchant plus de la moitié de la population. Mais si l'on dort moins que 7 heures et demie, les risques d'hypertension, de maladies cardiaques ou de cancer progressent. Le niveau de stress augmente, il y a une baisse de la concentration et des sautes d'humeur. Les somnifères sont de plus en plus prescrits. Mais ils sont juste la solution facile, pas la réponse au problème. Entre le soleil et le réveil, il y a le sommeil. Voyons en 10 points comment récupérer votre sommeil !

1. Ayez des heures de sommeil régulières

Que ce soit au réveil ou au coucher, vos heures de sommeil et de réveil doivent être les plus constantes possible. Vous habituerez ainsi votre corps à vouloir s’endormir et se lever à ces heures.

2. Fuyez la lumière

L’hormone qui favorise le sommeil (la mélatonine) n’aime pas la lumière. Exposez-vous à la lumière du soleil le jour, et préférez dormir dans le noir. Eviter également la lumière de votre écran juste avant le sommeil.

3. Évitez les somnifères

Même s’ils vous aident à dormir, la qualité de votre sommeil diminue sous leur influence. Vous vous réveillerez fatigué malgré que vous ayez dormi longtemps. Et plus le temps passe, plus vous aurez besoin d’eux pour dormir, et moins ils seront efficaces.

4. Réduisez le temps passé dans votre lit

Il faut que le temps que vous passez dans votre lit corresponde le plus possible à celui de votre sommeil. Pas de prolongation si vous avez fini de dormir ou si vous n’avez pas encore trop sommeil. Comme ça, le cerveau associe votre présence dans le lit au sommeil. Votre lit n’est pas un bureau, encore moins une table à manger. Bannissez-y le travail, la télévision, le téléphone ou toute autre activité stimulante.

5. Ne regardez pas l’heure la nuit

Lorsque vous regardez l’heure en pleine nuit, votre cerveau ne peut s’empêcher de compter le nombre d’heures qu’il vous reste à dormir, ou celles que vous avez déjà passé à dormir. Résultat : cela induit très subtilement un stress, une anxiété du temps qui passe, et ce stress favorise l’insomnie.

6. Réduisez les stimulants

Pas trop de café, de boissons énergisantes, de chocolat, de boissons gazeuses, etc. Il faut les éviter après 16 heures.

7. Votre chambre à coucher doit donner envie de dormir

Elle doit être calme pour que vous ne soyez pas victimes de micro-réveils. Elle doit être sombre. En Afrique sub-saharienne, la température de la chambre doit être légèrement en dessous de la température corporelle (37°C) mais elle variera entre 16°C et 20°C en Europe. La chaleur est une ennemie du sommeil. Trop de fraîcheur aussi. Elle doit être bien ventilée pour que votre cerveau soit aussi bien ventilé pendant le sommeil.

8. L’activité physique

Elle constitue un bon ami du sommeil. Il faut prendre garde de ne pas en faire trop tard cependant.

9. L’alimentation du soir

Votre dîner influe sur la qualité de votre sommeil. Un repas trop lourd perturbe votre sommeil. Le processus de digestion est en concurrence avec celui du sommeil. Un repas trop acide peut générer des remontées induisant des brûlures de l’œsophage.

Il est conseillé d’être modéré et varié. N’oubliez pas l’adage : manger comme un roi le matin, comme un prince le midi, et comme un pauvre le soir !

10. Dormez sur un bon matelas

Le matelas est le support physique du sommeil. Et vous passerez la moitié de votre vie dessus. Investissez dans un matelas de qualité, vous aurez une meilleure qualité de vie. Un bon matelas dure en moyenne 7 ans. Je vous dis ici comment choisir un bon matelas.

 

Vous avez maintenant des astuces pour mieux dormir. Si l’une vous a été utile, si vous avez d’autres difficultés de sommeil, si vous avez des astuces, laissez-les en commentaire. On pourrait ainsi en discuter. N’oubliez pas de le partager avec 3 amis. Ils dormiront surement mieux.


La ménopause c’est quoi?

Contrairement à l'homme qui peut être actif de 7 à 77 ans, l'activité génitale de la femme est encadrée par la puberté et la ménopause. La ménopause est un déclin naturel des hormones de reproduction chez la femme. C'est le moment à partir duquel les ovaires diminuent progressivement la productions de ces hormones. La ménopause expose à certaines maladies (arthrose, maladies du cœur, hypertension, ostéoporose,...) du fait de la suppression de l'effet protecteur des hormones. Certaines femmes m'ont écrit pour mieux comprendre le phénomène. Je partage avec vous ici quelques réponses.
Docteur H

SVP Docteur H, comment savoir si je suis en ménopause? Yvette, 33 ans

Bonsoir Yvette. La ménopause survient en moyenne entre 40 et 50 ans. On parlera de ménopause  12 mois après les dernières menstruations.  Comme vous pouvez le voir, la ménopause n’est pas une pause, mais un stop!

 

Une femme ménopausée peut-elle faire des enfants? Djèmila, 24 ans

Théoriquement non. Les menstruations sont le signe qu’une femme peut procréer; une femme ménopausée ne peut donc plus faire un enfant.  Il faut des conditions particulières pour que l’utérus puisse garder l’œuf. Et ces conditions sont régies par les hormones que produit l’ovaire. Pendant la ménopause, l’ovaire cesse progressivement de produire ces hormones.

 

Bonjour Docteur H, pourquoi je ressens ce malaise général au début de la ménopause? Florence, 43 ans

Certaines femmes passerons les premiers mois de la ménopause sans problème. Mais d’autres auront des sensations de malaise général avec comme symptômes des bouffées de chaleur, une sécheresse vaginale, des troubles du sommeil parfois anxiété et dépression. Comme la puberté, la ménopause provoque un changement dans le fonctionnement normal de votre organisme. Mais pas de panique, c’est un processus naturel.

Existe-t-il un traitement pour mieux vivre cette période? Nadine, 35 ans

Oui Nadine, il est possible de soulager ces malaises. Je précise qu’il ne s’agit point de maladie donc le traitement est purement symptomatique.  Il est basé sur l’utilisation d’hormones et de compléments alimentaires. La sécheresse vaginale est prise en charge par des lubrifiants ou de l’œstrogène.  Il faut consulter votre médecin pour plus de conseils.

Si vous avez aimé cet article, laissez moi un commentaire. Dites moi par exemple ce que vous avez aimé (ou pas), comment l’on voit la ménopause chez vous, comment on gère cette période, etc.

Et n’oubliez pas de le partager avec trois dames qui vous sont chères!

 

Le blog de Arayaa, tout ce que votre médecin n’a pas le temps de vous expliquer en consultation!

 


Le bilan prénuptial obligatoire ou les examens à faire avant de lui dire oui !

Se multiplier et peupler la Terre est l’une des missions que Dieu a confiées à l’homme. Pour jouir de ce bonheur, il est indispensable de vérifier et d’anticiper tout ce qui pourrait troubler la quiétude du couple. La vie à deux est déjà difficile du fait des différences entre les conjoints. Il est alors bon de prévenir tout autre élément qui en rajouterait aux difficultés. Molière disait à ce propos : « Le mariage est une question trop sérieuse ; il y va d’être heureux ou malheureux toute sa vie. » Parmi les éléments perturbateurs de la quiétude du couple figurent certaines maladies. C’est la raison pour laquelle le législateur béninois a imposé un bilan prénuptial avant tout mariage civil :

« les officiers de l’état civil choisis pour l’établissement de l’acte de mariage, ne peuvent procéder à la célébration du mariage, qu’après la remise par chacun des futurs époux d’un certificat médical prénuptial datant de moins de deux mois, attestant à l’exclusion de toute indication, que l’intéressé a été examiné en vue du mariage ».

Son objectif est de :

  • prévenir les maladies contagieuses pour le conjoint et pour la descendance ;
  • prévenir la survenue de maladies héréditaires ou congénitales handicapantes dans la descendance.

Cependant, les résultats du bilan prénuptial ne visent pas à séparer deux personnes qui s’aiment ; l’amour de l’une pour l’autre peut être plus fort que les difficultés à venir : le cœur a des raisons que la science ignore.

Le bilan prénuptial est donc un ensemble d’examens de laboratoire qui précèdent l’union qu’est le mariage. Il vise à préparer le futur couple à gérer certaines situations ou carrément arrêter la relation s’il le faut. Il s’agit d’un ensemble d’analyses :

    • Le groupage sanguin – rhésus,
    • L’électrophorèse de l’hémoglobine,
    • Les tests de l’hépatite B,
    • Les tests syphilitiques.

Le groupage sanguin – rhésus

La connaissance du groupe sanguin et surtout du rhésus de chaque partenaire vise à préparer psychologiquement le futur couple à mieux faire face aux exigences d’un accouchement. En effet, lorsque les deux partenaires sont de même rhésus ou lorsque la future conjointe seule est de rhésus positif, il n’y a pas de problème. Mais lorsque l’homme est de rhésus positif et la femme de rhésus négatif, il faut se préparer à faire le groupage sanguin de l’enfant à la naissance. Là, il y a deux cas :

    • Si l’enfant est de rhésus négatif comme sa maman vous êtes sauvés ;
    • Si l’enfant est de rhésus positif comme son père il faut, dans les soixante-douze heures, faire une injection de sérum anti-D à la mère au risque de compromettre son avenir obstétrical (risque de ne plus jamais faire d’enfants). Ce sérum coûte environ trente milles F CFA.

L’électrophorèse de l’hémoglobine

C’est le test qui révèle si un individu est drépanocytaire ou est porteur de traits de drépanocytose. Lorsque l’un des partenaires est d’hémoglobine AA, il n’y a alors aucune possibilité que ce couple ait des enfants drépanocytaires. Par contre, si les deux partenaires sont drépanocytaires ou porteurs de trait c’est-à-dire (AS ; AS), (AS ; SS), (AC ; AS), (SC ; AS), (SC ; SS), (AC ; SC), (SS ; SS), (SS ; AC), (SC ; SC), (AS ; SC), il existe une probabilité non négligeable (vingt-cinq à cent pour cent) qu’un enfant issu de ce couple soit drépanocytaire SS ou SC. Un enfant drépanocytaire, ce sont des crises douloureuses avec des hospitalisations à répétition. S’accepter en tant que drépanocytaires ou porteurs de traits est un choix risqué et devrait donc se faire en toute responsabilité.

Les tests de l’hépatite B (Ag HBs et Ac anti HBe)

Il est important de faire ces tests car l’hépatite B est une maladie sexuellement transmissible aux complications graves. Si le test est négatif, il faut se faire vacciner avant l’union. En cas d’atteinte de l’hépatite B, un suivi spécialisé sera entrepris. Il est conseillé de faire également les tests de l’hépatite C, bien que ces deux tests soient facultatifs.

Les tests syphilitiques (TPHA/VDRL)

La syphilis est une infection sexuellement transmissible qui, mal ou non traitée, peut conduire à la stérilité. Pire, la syphilis chez la femme peut engendrer des fausses couches spontanées ou des pathologies chez le bébé à naître. Il apparaît évident de la rechercher et de la traiter avant le mariage pour le bonheur du futur couple.

La sérologie HIV peut être faite, mais elle est facultative et ne sera jamais faite sans votre consentement.

Par ailleurs, le bilan prénuptial fait partie intégrante du bilan prénatal. Donc faire son bilan prénuptial réduit les dépenses au cours de la grossesse, car le groupage sanguin et l’électrophorèse de l’hémoglobine ne changent pas dans le temps. En attendant que la consultation pré-conceptionnelle entre dans nos habitudes, ceux qui choisissent vivre en concubinage aussi doivent faire ce bilan. Il suffit de consulter un médecin de son choix et c’est fait.


Le gros ventre est-il le fait de la consommation de bière?

La représentation collective du physique de l’homme (genre) idéal inclus un ventre plat, la fameuse tablette de chocolat. Mais il n’est pas rare de rencontrer des hommes avec un ventre proéminent. Ces gros ventres sont souvent associés à la boisson exagérée de bière et d’alcool. Au point où l’expression anglaise pour désigner ce ventre est beer belly (ndlr ventre de bière).

Je vous amène après une revue de littérature rigoureuse à découvrir la vérité sur le sujet qui devient comme une épidémie chez les hommes à partir de la quarantaine.

Gros ventre et consommation de bière : où est le rapport ?

Pour avoir une réponse à cette interrogation, je vous emmène dans le pays emblématique de la bière: l’Allemagne. Des chercheurs suédois de l’université de Göteborg sont descendus mener leur étude dans l’un des pays de la bière : l’Allemagne. Les résultats ont été publié dans les revues les plus respectables du monde tel l’ European Journal of Clinical Nutrition. De nombreuses autres études ont été faites dans d’autres pays du monde. Des dizaines de milliers de personnes ont participé aux études.

Les résultats sont sans équivoque : la bière n’est pas responsable de l’obésité abdominale. Du moins, elle ne s’en prend pas isolément au ventre. La bière est plutôt responsable d’une augmentation de graisse dans l’ensemble du corps avec une préférence pour le tour de taille.

Avant que vous ne me mépreniez, sachez que la consommation de bière est nocive pour votre santé. La bière et l’alcool en général sont responsables de nombreuses maladies que vous connaissez surement. Mais elles ne sont pas responsables de la grosse bide !

Lire aussi: ventre plat:comment empêcher la graisse de se stocker?

Gros ventre: danger!

Selon une étude pilotée par plusieurs scientifiques dont Francisco Lopez-Jimenez, un cardiologue du Minnesota, dans les Annals of Internal Medicine et relayée par The Telegraph, cette corpulence particulière présente un plus grand risque de mortalité qu’un empâtement mieux réparti ou même l’obésité.

Il en est ressorti que les personnes en surpoids du point de vue de l’indice de masse corporelle présentaient un taux de mortalité global inférieur à celui de leurs homologues plus minces mais pourvus d’un ventre saillant.

L’obésité centrale représenterait ainsi un risque deux fois plus élevé de mortalité!

Si la situation est aussi critique pour l’obésité centrale, c’est bien à cause de la mauvaise répartition de la graisse. Ce gros ventre, sorti de nulle part, est ainsi le signe d’un volume inférieur de masse musculaire, ce qui n’augure rien de bon en terme de longévité et implique une dérégulation métabolique.

Le docteur Lopez-Jimenez achève dans The Telegraph:

«Nos découvertes suggèrent que les personnes touchées par l’obésité centrale pourraient représenter une cible importante du point de vue de la modification de leur style de vie et de nouvelles stratégies préventives.»

Vous voulez des astuces pour mieux gérer ce ventre? Lisez les astuces du Dr Akpo ici.