BA Arouna

Lettre ouverte d’un client au DG de la CBAO : « Ma carte MasterCard n’est plus fiable »

Monsieur,

Je m’appelle Arouna BA et je suis sénégalais par l’histoire et par la géographie. Je fais partie de votre clientèle depuis le mois de juillet dernier lorsque je décide de me procurer une de vos cartes bancaires pour mes transactions en ligne. J’ai subi, dernièrement, de malheureux désagréments qui, non seulement m’ont fait perdre de l’argent, mais me font douter sérieusement de la fiabilité de vos cartes prépayées MasterCard. Bien évidemment, j’ai demandé des explications à maintes reprises et envoyé plusieurs e-mails de réclamations. Hélas, jusque là, vos services n’ont jamais répondu clairement à mes questions.

Transactions en ligne

Tout commence le 19 décembre 2014, lorsque je recharge ma carte dans l’une de vos agences. La caissière me délivre un bordereau de chargement avec les informations dessus, prouvant que l’opération s’est déroulée sans problème. Le soir, à 19h03’ précisément, j’effectue une transaction en ligne, un paiement de service sur le site Facebook.com. Une transaction de 20,59 dollars. Mais le site m’indique qu’ils n’ont pas pu débiter le montant. Je tente donc une 2e fois à 19h04’, même réponse : « Nous n’avons pas pu débiter votre compte. Veillez ajouter un autre moyen de paiement ou essayez à nouveau. »

Je me dis, dans un premier temps, que c’est sans doute un problème passager. Une 3e tentative qui échoue à 20h02’ me fait penser que c’est un problème sérieux. J’ai quand même réessayé une quatrième fois le lendemain à 14h02’. Même résultat.

Pour toutes ces tentatives, je n’ai reçu aucune facture, ni même une notification par e-mail de la part de votre banque. Preuve de plus que les transactions n’ont pas abouti.

Agence CBAO de Keur Massar (banlieue dakaroise)

Quelques jours après, je me rends dans une agence CBAO pour me renseigner. Sur place, l’opératrice vérifie et trouve que rien n’a été débité dans mon compte. Le solde est intact. Sauf qu’il m’est impossible de retirer de l’argent dans le guichet automatique (GAB), ni sur le terminal de paiement électronique (TPE). Ils indiquent tous ‘‘Fonds insuffisants’’. Ce que je trouve aberrant puisque le montant que je voulais retirer est largement inférieur au solde dans le compte.

Deux questions :

1°) Pourquoi les transactions en ligne n’ont pas réussi après plusieurs tentatives, sachant que j’avais effectué des paiements sur ce même site, avec la même carte, à plusieurs reprises, sans le moindre problème ? Mieux, je recevais après chaque opération un e-mail indiquant le détail des transactions.

2°) S’il y a assez d’argent dans le compte, pourquoi le GAB et le TPE indiquent le contraire ?
L’opératrice préposée à l’accueil passe un ou deux coups de fil pour se renseigner mais ne me donne pas de réponse. Elle me fait remplir, néanmoins, une demande de réclamation et me promet de la transmettre aux services compétents pour traitement.

Réclamation par e-mail

Comme je ne m’en satisfais pas, j’ai envoyé un e-mail à la CBAO avec les mêmes questions. Mais, en lieu et place de réponses claires, on me transmet un relevé de compte qui soulève d’autres interrogations. Voici une capture d’écran du premier relevé :

relevé de compte 1

1°) Pourquoi il est indiqué « 31 décembre 2014 » comme date d’opération alors que toutes ces transactions ont été effectuées bien avant ?

2°) J’imagine que les libellés « FR PAI FACEBOOK » signifient les frais consécutifs aux paiements effectués sur le site. Dans ce cas, pourquoi le débit est-il de 1 000 FCFA ? Comme précisé plus haut, le montant à payer est de 20,59 dollars, soient, environ, un peu plus de 11 600 FCFA. Les frais s’élèvent en principe à 1% du montant, donc environ 116 FCFA.

3°) Visiblement, vous m’avez facturé 5000 FCFA pour des tentatives de paiements en ligne qui ont toutes échoué. Est-ce normal ? Pourquoi n’ai-je pas reçu de notification de cette facturation comme cela se fait d’habitude ?

4°) Malgré la somme débitée, le solde au 31 décembre 2014 était largement suffisant pour me permettre de retirer de l’argent dans le GAB. Pourquoi n’y suis-je pas arrivé ? Avez-vous bloqué mon compte ?

Retour à l’agence CBAO Keur Massar

Près de deux semaines après, je reviens à l’agence pour voir ce qui est advenu de la fiche de réclamation. Sans grande surprise, je me rends compte qu’elle n’a manifestement pas été traitée. En effet, la même opératrice me repose les mêmes questions, repasse les mêmes coups de fil et me fait remplir la même fiche. « Euhh ! J’ai déjà rempli cette fiche la dernière fois, madame… » Lui dis-je.

Elle répond : « Oui, mais remplissez à nouveau, je vais la transmettre… ».

– Non mais…, deux semaines avant je vous aviez remis cette même fiche, l’aviez-vous transmise ?

– Elle réplique sèchement : « Hééé ! Mr BA, s’il vous plait, remplissez la fiche, je vais la transmettre au service réclamation ».

– Et quand est-ce que je pourrai revenir pour la suite ?

– Ce n’est pas moi qui traite les réclamations, il y a un service dédié pour cela.

J’ai noté, au passage, que certaines de vos agences ont une drôle de façon de traiter leurs clients. Mais bon… !

Quand j’ai interpellé, une nouvelle fois, le service réclamation par e-mail sur ces zones d’ombre, je reçois à nouveau, sans explications, un relevé auquel je ne comprends absolument rien. Le voici :

Selon le document, j’ai effectué une opération de 2114 FCFA le 05 janvier 2015 pour un soi-disant « PAIEMENT CARTE PREPAYEE 6 FACEBOOK » alors que je n’ai même pas touché à ma carte bancaire ce jour-là. C’est comme si chaque fois que j’envoie un mail vous débitez mon compte.

Mais le pire c’est que je n’arrive plus à retirer de l’argent dans les GAB ou TPE. Et apparemment, personne à la CBAO n’a une solution, ni même une réponse claire à me donner.

Conclusion

Vous comprendrez aisément que, désormais, je ne peux plus me fier à ma carte pour une quelconque transaction, sur internet comme en dehors. Et, sans vouloir être trop suspicieux sur tous vos services, ma confiance envers la CBAO s’est quand même ébranlée.

Je passe sur l’énorme préjudice, tant social que professionnel, que ces désagréments m’ont causé ces derniers jours. Mais j’attends de votre banque qu’elle fasse le nécessaire pour me fournir des explications et une restitution de ce qu’elle me doit.

En souhaitant que cette missive ne reste pas sans suite, je vous transmets, monsieur le directeur, mes salutations distinguées.
Arouna BA
Client dépité de CBAO
arounaba1@gmail.com


1 + 2 + 3 + 4 + 5 + … = -1/12 : Réalité ou délire mathématique ?

feuille-Somme bleuQui disait que les mathématiciens sont des gens anormaux par définition ? Ah ! Je me souviens. C’est Jean Pierre Goux, un ingénieur et chercheur en maths appliquées, lors de son passage sur RFI il y a quelques années. C’est une caricature, évidemment. Il a certainement voulu dire que les mathématiciens cherchent parfois à pousser les limites de notre compréhension, à tel point qu’ils contredisent le bon sens commun. Certains finissent par perdre la raison. Le journaliste scientifique Laurent Lemire nous en fait découvrir quelques uns dans son ouvrage Les savants fous.

 

Moi j’ai failli devenir un peu fou ce week-end quand j’ai découvert sur la chaîne Youtube Numberphile un résultat des plus étonnants. Il s’agit de la valeur de la somme 1 + 2 + 3 + 4 + 5 + 6 + 7 + … ainsi de suite, la somme de tous les nombres entiers quoi. A votre avis, quel est le résultat de ce calcul ?

 

Eh bien, pas besoin d’avoir le Bac pour répondre que c’est « l’infini ».  Logiquement, plus le nombre de terme augmente, plus la somme devient de plus en plus grande. Si on continue jusqu’à l’infini on trouve l’infini, c’est évidement. Et pourtant, les mathématiciens ont prouvé que cette gigantesque somme vaut -1/12. Quoi ? Un si petit nombre ?  Négatif de surcroit ?  Ce n’est pas sérieux ! C’est absurde !  C’est du délire ! Comment une somme infinie peut-elle donner un nombre fini ? Comment une somme de termes positifs peut-elle aboutir à un résultat négatif ? Il est clair qu’il s’agit là d’un parfait canular. Nonnn mon ami ! C’est du sérieux. Selon les mathématiciens, cette somme équivaut bien à -1/12.  J’ai passé tout mon week-end à chercher un  sens à tout cela. Et, quelques articles plus tard, j’ai trouvé que ce résultat, d’apparence absurde, est même utilisé en physique théorique, notamment en mécanique quantique. Incroyable !

 

Qu’en est-il des preuves ?

 

J’ai vu qu’il y a plusieurs  méthodes de calcul qui permettent de retrouver ce résultat. Et, ce ne sont pas des blagues de mathématiciens du genre  »démontrer que 1=2’’ alors qu’une division par zéro, est malicieusement dissimulée quelque part. Ce sont des calculs sérieux de haut niveau qui font appel aux séries numériques, plus précisément aux séries divergentes. Je les avais apprises en 2e année de fac mais j’ai presque tout oublié. Et puis, c’est très compliqué à expliquer. Je ne vais donc pas m’aventurer sur ce terrain. Mais, pour les descendants d’Einstein qui souhaitent approfondir la question, il faut revoir la méthode de sommation de Cesaro, la méthode d’Abel, la méthode de Ramanujan et la régularisation par la fonction Zeta.

 

La fonction Zéta
La fonction Zéta

 

Et pour les autres, si vous avez fait les bancs jusqu’au collège au moins (niveau 4e), je peux vous expliquer la démonstration dont il est question dans la vidéo de Numberphile. Rassurez-vous, c’est hyper simple. Elle se fait en 3 étapes :

 

Considérons d’abord la somme
A= 1 – 1 + 1 – 1 + 1 – …

 

Vous pouvez aisément remarquer que le résultat de cette somme donne tantôt 0 tantôt 1.  Mais, il est possible de prouver qu’elle est égale à 1/2.

 

En effet, on peut voir que  A = 1 – 1 + 1 – 1 + 1 – … = 1– (1 – 1 + 1 – 1 + 1 – …). On remarque que le terme entre parenthèses n’est autre que A lui-même. Ainsi, on a : A = 1– A.

On résout l’équation pour tirer A. On obtient 2A = 1 d’où A = 1/2.

 

 

Considérons ensuite la somme
B = 1 – 2 + 3 – 4 + 5 – 6 + …

 

Même principe, on place une petite parenthèse et cela donne B = 1 – (2 – 3 + 4 – 5 + 6 – …). On décompose le terme entre parenthèse en deux entités et on obtient alors :

B = 1 – (1 – 2 + 3 – 4 + 5 – …) – (1 – 1 + 1 – 1 + 1 – …). On remarque ici dans la première parenthèse le terme B et dans la seconde le terme A. En remplaçant, on obtient :

B = 1 – B – A. Or A vaut 1/2. Donc B = 1 – B ½, ce qui donne 2B = 1- ½ = ½ d’où B= ¼.

 

Considérons enfin notre gigantesque somme
S = 1 + 2 + 3 + 4 + 5 + 6 + …

 

On essaie de retrancher B de la somme S. On a :

 S – B = (1 + 2 + 3 + 4 + 5 + 6 + …) – (1 – 2 + 3 – 4 + 5 – 6 + …) Si on fait le calcul, on se rend compte que les nombres impairs s’annulent et les nombres pairs sont doublés. Ainsi, on a : S – B = 4 +  8 + 12 + … On factorise par 4 et on a :

S – B = 4 (1 + 2 + 3 + …)  et on retrouve la somme S entre parenthèses. Ce qui donne :

S – B = 4 S.  On résout l’équation pour tirer S :

On a 4S – S = -B  donc  3S  =  -B. Or, il on a déjà vu que B= ¼.  Donc 3S = -1/4 et finalement, S = – 1/12.  Et voilà ! CQFD.

 

Attention tout de même ! Cette preuve n’est pas si rigoureuse qu’elle n’en a l’air. Il n’y pas de problème apparent dans le raisonnement mais cette méthode de sommation n’est pas permise pour des sommes infinies. Cependant, elle permet de retrouver simplement notre résultat qui, je le rappelle, peut être prouvé de façon rigoureuse par les méthodes que j’ai évoqué plus haut.

 

Je disais donc que ce résultat étonnant est utilisé en physique théorique. Il s’agit notamment de l’effet Casimir qui parle de la force d’attraction entre deux plaques parallèles conductrices placées dans le vide. Pour calculer cette force on utilise 1 + 2 + 3 + 4 + 5 + 6 + …= – 1/12.  Et cela marche puisqu’elle est prouvée expérimentalement. L’autre application de cette bizarrerie c’est dans la théorie des cordes avec l’explication de la dimension critique.

illustration de l'Effet Casimir
illustration de l’Effet Casimir
illustration de la théorie des cordes
illustration de la théorie des cordes

 

 

 

 

 

 

 

 

Cela ne vous étonne pas ? Moi je suis littéralement abasourdi.  Moi qui croyais que c’était si évident. Décidément ! « Évident est le mot le plus dangereux en mathématiques », comme disait Eric Temple Bell.


Mon top 10 des blagues de mathématiciens

Einstein-Femmes-300x197J’ai toujours voulu partager, avec vous, quelques blagues de mathématiciens que j’ai apprises à différents stades de mon cursus scolaire et universitaire. Ben oui, il existe une multitude de blagues concernant la mathématique et les Hommes qui la font et défont. La mathématique est une activité sociale et elle arrive avec son cortège de blagues, une façon de dissiper les tensions, briser la glace et atténuer l’austérité collée à cette discipline. Le professeur Cédric Villani (médaille Field 2010) en a récemment préfacé un ouvrage entier, d’ailleurs. Ouvrage que j’aimerai bien lire.

C’est n’est que ce 10 septembre que j’ai l’occasion de sélectionner, pour vous,  mes 10 meilleures blagues parmi celles que je connais. Attention ! Certaines seront difficiles  à comprendre (et donc pas drôles) pour un non-matheux, car nécessitant un petit bagage mathématique. Mais j’essaierai d’expliquer et simplifier au maximum pour vous permettre d’en saisir le sens.

Faut-il rappeler le prétexte de ce texte ? En fait, le 10 août dernier, les mondoblogueurs publiaient, sous l’impulsion de Ziad Maalouf, des articles parlant d’un classement de 10 faits. Le mien arrive avec un mois de retard, mais bon ! Mieux vaut tard que jamais. Allez, voici mon top 10. Certaines blagues ont été modifiées ou améliorées par mes soins.

1. Un mathématicien n’urine pas, il fait π π.

 un mateux

2.  Logique

Deux mathématiciens spécialistes de la logique se rencontrent et discutent :

–  Salut vieux ! j’ai de bonnes nouvelles ! Ma femme a récemment mis au monde notre premier enfant.

–  Ah ! Félicitations ! C’est un garçon ou une fille ?

–  Oui, c’est exact.

Commentaire : un enfant est, soit un garçon, soit une fille. Donc, en logique, dire qu’un enfant est un garçon ou une fille est une affirmation exacte.


3.
Biologie mathématique

Un biologiste demande à un mathématicien : qu’est-ce qu’un ours  polaire ?
Ce dernier répond : C’est un ours cartésien qui a changé de repère.

Commentaire : Si vous avez fait la 4e au collège, vous avez appris la géométrie euclidienne. Vous connaissez donc un repère cartésien qui permet de repérer un point dans le plan au moyen de ses coordonnées x et y dites coordonnées cartésiennes. Les coordonnées polaires, elles, sont un système de cordonnées à deux dimensions dans lequel chaque point du plan est entièrement repéré par un angle ө et une distance r. Pour passer d’un système à un autre il suffit de faire un changement de repère. Le passage des coordonnées polaires au repère cartésien se fait aux moyens de fonctions trigonométriques. Un ours polaire est donc un ours cartésien qui a changé de repère.


4. Démontrons que Femme = problèmes

Pour avoir une femme, il faut de l’argent et du temps. Postulat de départ :

 Femme = argent x temps

Or, le temps c’est de l’argent. « Time is money » disent les Anglais. Donc : temps = argent.

En remplaçant temps par argent dans la première équation, on obtient : femme = argent x argent. On  obtient  ainsi :

Femme = (argent) 2

Or, on le sait, l’argent c’est le nerf de la guerre, c’est la racine de tous les problèmes. On écrit donc que argent = √problèmes. On remplace argent dans l’équation précédente et on obtient :

Femme = (√problèmes) 2

 

Finalement, après simplification la racine et le carré sautent  et le résultat est :

  Femme = problèmes  Cqfd

Commentaire : la mathématique est une science dans laquelle on représente le monde qui nous entoure de manière abstraite aux moyens d’équations. Les vérités s’obtiennent par raisonnement logique, une suite d’arguments basée sur des déductions logiques qui découlent les unes des autres jusqu’à l’établissement d’une preuve irréfutable. Là, on vient de prouver que femmes = problèmes. C’est pour cela qu’elles sont difficiles à comprendre.


5.  Démontrons que
π est irrationnel

Les mathématiciens ont mis des années avant de pouvoir démontrer que π est irrationnel. Mais, en fait, c’est facile à prouver. Il suffit de mettre un cheval sur un oiseau. En effet, tout le monde sait qu’un cheval sur un oiseau, c’est complètement irrationnel. Donc, le résultat induit sera forcément irrationnel. Voyons maintenant le résultat du rapport.

Cheval
———-  = ?
Oiseau

On a : ChevaL = Cheva x L

Or, Cheva c’est l’opposé de Vache (si on lit dans le sens inverse) donc Cheva = – Vache. Donc :

ChevaL = – Vache x L
Une vache est une bête à pis donc, Vache = β x π
Un oiseau est une bête à ailes donc, Oiseau = β x L

Si on remplace cheval et oiseau par leurs expressions, on obtient :
Cheval  – Vache x L  – L x β x π
———-  =   ————  =    ———–——
Oiseau           Oiseau            β x L

On simplifie et le résultat est

Cheval         – L x β x π
———-  =     ———–——  = – π
Oiseau              β x L

Et voilà. On vient de démontrer que – π  est irrationnel. Par conséquent, π est irrationnel.


6. 
Idrissa Seck et les maths

Idrissa Seck, ex-premier ministre sous Wade, fait parfois l’objet de caricatures pour ses discours emphatiques teintés de versets du Coran. Un jour,  il parle à ses militants du haut de son fauteuil et leur dit : « Mes amis, x2=2py ».

Un militant prend la parole : « Ecoute, Idy,  déjà, d’habitude, on ne comprend pas grand-chose à ce que tu dis, mais là, franchement, on est complètement perdu ».

Et Idy répond : « Maaais ! C’est une parabole ! »

Commentaire : En effet, l’expression x2=2py  représente l’équation d’une parabole de paramètre P. Une parabole est une courbe de la famille des coniques dont les nombreuses propriétés géométriques s’appliquent à beaucoup de phénomènes physiques. Idy s’exprime donc en parabole. En fait, il a voulu jouer avec le sens du mot parabole qui est aussi une figure de style.

7. La pomme de Darwin

Pourquoi les pommes tombent toujours vers le bas ? Beaucoup pensent que c’est Newton qui a trouvé l’explication. Une pomme lui est tombée sur la tête et c’est là qu’il a découvert  la loi de la gravitation universelle. Mais, en fait, la vraie explication, c’est que c’est une question de sélection naturelle. Voici l’histoire :

Au départ, les pommes tombaient dans tous les sens. Il y avait des pommiers dont les fruits tombaient vers le haut, vers la gauche, la droite, vers le bas… Mais la sélection naturelle a fait que seuls sont restés les pommiers dont les pommes tombent vers le bas. C’est évident. Une pomme qui tombe vers le haut ne pas pousser. Seuls celles qui tombent vers le bas vont pousser et produire de nouveaux pommiers. Voilà la vraie explication.

8. Le mouton noir

Un mathématicien, un biologiste et un physicien voyagent ensemble en Ecosse dans un train. Soudain, ils voient à travers la fenêtre un mouton noir.

Le biologiste dit : « Ah ! En Ecosse les moutons sont noirs. »

Le physicien réplique : « Hum ! Attention ! On n’a fait qu’une observation et tout ce qu’on peut dire c’est qu’il y a un mouton noir, hein ! »

Le mathématicien les regarde avec un air hautain et dit : « En Ecosse, il existe au moins un mouton dont, au moins, un côté est noir. »

Commentaire : Cette blague illustre combien les mathématiciens font attention à la précision et à la rigueur dans leur raisonnement. D’ailleurs, certains physiciens reprochent aux mathématiciens d’être trop rigoureux par moment.

9. Erreur de signe

 Un physicien, un ingénieur en mécanique et un mathématicien sont au dernier étage d’un immeuble en feu. Le seul moyen de s’en sortir est de sauter, par la fenêtre, dans une piscine située sur le toit de l’immeuble d’en face, un peu moins haut. Le saut semble très difficile.

Le physicien analyse la situation, mesure la vitesse du vent, la distance, la différence des hauteurs. Il attrape un papier et un crayon pour y calculer la trajectoire pour déterminer la vitesse et l’angle initial nécessaire pour atterrir au milieu de la piscine.  Quand il termine, les flammes s’approchent dangereusement. Il prend son élan, saute et atterrit de justesse, à quelques centimètres du bord de la piscine.

L’ingénieur ramasse une planche. Il mesure son élasticité et l’accroche sur le bord de la fenêtre. Il utilise les données du physicien pour faire ses calculs. Il remplit une feuille, deux feuilles. Le sol commence à chauffer à cause de la proximité de la flamme. Il termine vite ses calculs, prend son élan, monte sur la planche et saute. Il atterrit à l’intérieur de la piscine, non loin du physicien.

Le mathématicien a désormais les données du physicien et de l’ingénieur. Il commence ses calculs, mais les flammes commencent à entrer par la porte. Il panique. Il a, quand même, eu le temps de  remplir 3 feuilles et terminer ses calculs. Il prend son élan, arrive sur la planche, saute et part tout droit vers le ciel. On ne le voit plus retomber. Que c’est-il passé ?

Une erreur de signe.

Commentaire : cette blague illustre  un peu le fait que le sens d’une trajectoire peu être modifié par simple changement de signe. Une erreur de signe induit souvent un résultat opposé à celui attendu. Elle illustre également l’interdépendance entre certaines disciplines scientifiques. Les mathématiciens utilisent les résultats des physiciens et vice versa. Idem pour les ingénieurs.

10. Math et montgolfière

Deux personnes qui font une promenade dans une montgolfière sont perdues et décident de redescendre plus bas pour demander leur chemin. Elles aperçoivent  sur deux autres personnes qui discutent sur la route et demandent :

« Excusez-moi, messieurs. Pouvez vous nous dire où nous sommes là ? »

Les deux hommes se regardent, se concertent un moment et répondent : « Vous êtes dans une montgolfière »

Surprises, les deux personnes de la montgolfière les remercient quand même et reprenne de l’altitude. Un peu plus loin, l’un dit à l’autre : « A mon avis, ces deux là sont des mathématiciens. »

–  Qu’est-ce qui te fait dire ça ?

–  Et bien, ils ont mis du temps à nous répondre, leur réponse est parfaitement juste, mais elle ne sert absolument à rien.

Pendant ce temps, les deux mathématiciens se disent : « C’était sûrement des physiciens ces deux là. Ils nous posent des questions évidentes, et après, s’ils sont perdus c’est de notre faute. »

Commentaire : Ici, la blague met en exergue l’opinion que certains scientifiques se font de certaines branches de la  mathématique jugées trop abstraites et qui ne font l’objet d’aucune application concrète. La théorie des nombres, par exemple, a longtemps été considérée comme une branche qui sert à rien du tout par les mathématiciens eux-mêmes. C’est l’une des raisons pour lesquelles l’ingénieur Alfred Nobel n’a pas voulu attribuer un prix Nobel à la mathématique. Mais, de nos jours, on voit que la théorie des nombres s’applique très bien dans des domaines comme la cryptologie et les codes secrets.

Voilà tout. Alors ? Laquelle vous a fait le plus marrer ? Qu’est-ce que vous n’avez pas compris dans les démonstrations ? Si vous avez une autre interprétation par rapport à une blague n’hésitez pas à les partager.

 



Brûlante erreur sur une citerne d’hydrocarbure

Il n’y a pas l’ombre d’un doute. Il s’agit bien d’une erreur comme on n’en voit pas souvent dans le secteur pétrolier au Sénégal.  Les informations  portées sur les parois de ce camion-citerne circulant sur une route de Dakar sont TOTALement  erronées. Du moins,  elles sont d’une incohérence notoire qui mérite qu’on s’y attarde. Le plus surprenant est  que le camion  appartient  à l’une des plus grandes sociétés de transport d’hydrocarbures du pays. Une société qui se targue d’être le leader dans le secteur. Une société qui se veut être la championne dans la promotion des meilleures pratiques et la conformité aux lois et procédures. Et je suis étonné qu’elle mette en circulation un camion avec des indications inexactes depuis plusieurs mois déjà.  Une erreur qui peut entraîner des confusions et, par ricochet, des conséquences dévastatrices. Comme cette explosion d’une citerne au Nigéria il y a quelques semaines qui a fait une centaine de victimes.
Où se situe le problème au juste ?
Pour le comprendre, rappelons 2 ou 3 petites règles dans le transport routier de matières dangereuses.
La réglementation exige que tout camion qui transporte des produits dangereux (comme le pétrole et ses dérivés) soit équipé d’une plaque (ou une étiquette) qui indique le code de danger du produit, son numéro d’identification appelé « numéro ONU »  et, éventuellement, sa dénomination réglementaire. De sorte qu’un logisticien spécialisé dans les matières dangereuses puisse identifier le contenu du véhicule rien qu’en se basant sur les chiffres mentionnés sur l’étiquette.



Visite guidée autour du kérosène à l’aéroport de Dakar


A l’aéroport international Léopold Sédar Senghor de Dakar, la société qui assure le ravitaillement des avions en carburant dispose d’un dépôt de sécurité digne d’une base militaire américaine. Au détour d’une visite guidée en compagnie du responsable de la sécurité, j’ai pu étudier toute la logistique du kérosène, de la réception au ravitaillement en passant par le stockage dans les cuves. Au passage, je rappelle que c’est le physicien et géologue canadien Abraham Gesner qui est considéré comme le premier à obtenir ce combustible à partir du charbon. Par suite le produit a été dérivé du pétrole et reste le principal carburant en aéronautique. A rappeler aussi qu’il existe plusieurs types de kérosène que sont le Jet A, le Jet A1 ( qui est le plus répandu), le Jet B…

Réception

Tout commence avec l’arrivée des camions dans le dépôt. Après les vérifications des documents de transport, ces citernes de 40 000 litres de kérosène sont acheminées dans la zone de déchargement. Le dépôt peut réceptionner jusqu’à plus 20 citernes par jour. Avant toute opération de dépotage, l’opérateur est tenu de vérifier la qualité du kérosène et de prendre quelques précautions de sécurité. Première consigne : relier le fil de masse au camion afin d’éliminer l’électricité statique. Il explique que « lorsque le camion arrive, il emmagasine de l’électricité statique sur les parois. Il faut brancher le fil de masse pour l’évacuer. Sinon, il se produit des étincelles qui peuvent faire exploser le camion. » En effet, le kérosène est un liquide hautement inflammable. Au contact de l’air, il suffit d’une petite étincelle pour qu’un feu se déclenche.


Comment optimiser le chargement d’un conteneur ?

La question se pose souvent avec acuité dans  beaucoup d’entreprises portuaires à Dakar. Pour avoir été témoins plus d’une fois à l’empotage d’un conteneur (dans le jargon logistique on parle d’empotage pour le chargement et dépotage pour le déchargement), j’ai constaté que beaucoup de professionnels du milieu ne se consacrent que très peu à la recherche d’un plan de chargement optimal. Selon un spécialiste de la logistique à CAP Dakar, « 50% des entreprises sénégalaises chargent leurs conteneurs de façon pêle-mêle ». Pourtant les méthodes ne manquent pas pour trouver un bon plan de chargement.

Prenons un exemple très simple et très pratique. J’ai un conteneur de 40 pieds de dimensions (L = 12m l = 2,32m et h = 2,27m). Je veux y empoter des cartons de dimensions (0,6m x 0,6m x 0,4m) sans aucune contrainte. Il existe six positions différentes pour entreposer mes cartons. La question est de savoir comment les positionner dans le conteneur pour en charger le maximum possible. La réponse est toute simple. Il suffit de dresser une matrice dans laquelle on détermine le nombre de cartons pouvant être suivant la longueur, la largeur ou la hauteur du conteneur. Ensuite on calcule pour chaque position, le nombre maximum de cartons qui peut être chargé.
Matrice à 3 dimensions
12
2,32
2,27
0,6
20
3
3
0,6
20
3
3
0,4
30
5
5
La 1ère ligne contient les dimensions du conteneur et la 1ère colonne celles des cartons. On détermine ainsi le nombre maximum de cartons pour chacune des 6 positions.
1)     20 x 3 x 5 = 300
2)      3 x 3 x 30 = 270
3)      3 x 3 x 30 = 270
4)      3 x 20 x 5 = 300
5)      5 x 3 x 20 = 300
6)      5 x 20 x 3 = 300
Le nombre maximum de cartons est donc 300. On peut opter pour le 1er, le 4ème, le 5ème ou le 6ème plan de chargement. La longueur du carton doit correspondre à la longueur du conteneur, la largeur à la hauteur et la hauteur des cartons  à la largeur du conteneur.
Mais il est parfois possible d’aller au-delà des résultats de la matrice. Il est possible de refaire et parfaire le plan de chargement afin de placer encore plus de cartons. Dans le langage usuel on parle de « correction de la matrice ».  Et c’est le cas pour notre exemple.
En effet, on remarque que 3 cartons sont entreposés suivant la hauteur du conteneur qui fait 2,27 m. Un carton faisant 0,6m de large, l’ensemble occupe donc 3 x 0,6 = 1,8m. Il reste alors un espace libre de 2,27 – 1,8 = 0,47m en hauteur. Dans ce cas on peut mettre d’autres cartons mais qui seront disposés de façon à faire correspondre leur hauteur à celle du conteneur. On refait une autre matrice à deux dimensions pour voir quelle position (suivant la longueur ou la largeur) serait plus optimale.
Matrice à 2 dimensions
12
2,32
0,6
20
3
0,6
20
3
Finalement, le nombre de cartons que l’on peut rajouter sera 20 x 3 = 60. Et le total est 300 + 60 = 360 cartons.
Voilà donc la technique qui est susceptible d’optimiser le chargement d’un conteneur ou d’un camion. Il existe des logiciels informatiques qui permettent de faire ces calculs sans beaucoup de difficultés. Cependant, ils sont souvent limités s’il y a possibilité de « corriger » la matrice. Dans d’autres cas, il faut enlever une rangée ou plusieurs pour la correction du plan de chargement. Dans ces cas il faut recourir aux calculs manuels afin d’obtenir le meilleur plan.
PS : L’article est également publié dans Sénégal Logistique, premier blog de la logistique et du transport au Sénégal.
Arouna BA


Comment optimiser le chargement d’un conteneur ?

La question se pose souvent avec acuité dans  beaucoup d’entreprises portuaires à Dakar. Pour avoir été témoins plus d’une fois à l’empotage d’un conteneur (dans le jargon logistique on parle d’empotage pour le chargement et dépotage pour le déchargement), j’ai constaté que beaucoup de professionnels du milieu ne se consacrent que très peu à la recherche d’un plan de chargement optimal. Selon un spécialiste de la logistique à CAP Dakar, « 50% des entreprises sénégalaises chargent leurs conteneurs de façon pêle-mêle ». Pourtant les méthodes ne manquent pas pour trouver un bon plan de chargement.

Prenons un exemple très simple et très pratique. J’ai un conteneur de 40 pieds de dimensions (L = 12m l = 2,32m et h = 2,27m). Je veux y empoter des cartons de dimensions (0,6m x 0,6m x 0,4m) sans aucune contrainte. Il existe six positions différentes pour entreposer mes cartons. La question est de savoir comment les positionner dans le conteneur pour en charger le maximum possible. La réponse est toute simple. Il suffit de dresser une matrice dans laquelle on détermine le nombre de cartons pouvant être suivant la longueur, la largeur ou la hauteur du conteneur. Ensuite on calcule pour chaque position, le nombre maximum de cartons qui peut être chargé.


Top 10 des caricatures de Wade les plus drôles sur Facebook

Parmi les 14 candidats à l’élection présidentielle, Abdoulaye Wade est, sans doute, le plus caricaturé sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook. Voici une compilation des 10 photos les plus drôles qui font le buzz sur net.

1- Wade se prépare pour le grand “combat” du 26 février

On voit ici Gorgui, le vieux comme nous l’appelons, assis sur une chaise similaire à celles qu’emploient les lutteurs pour se reposer avant le combat. Le reste est d’ailleurs une référence à la lutte sénégalaise, notamment les talismans typiques qu’il porte autour du cou. Et l’ordinateur illustre son attachement aux TICS.  Il  lance à ses supporters : “Ma stratégie c’est le galgal (croc-en-jambe), je suis un un grand lutteur”.

2- Wade qui coule

A la suite de cette image, on peut lire le commentaire : “Wade a commencé à couler. Il le sera complètement au soir du 26 février

3- Wade à la poubelle de l’histoire

4- Wade bastonné par un flic

wade bastonné

5- Wade avec Amara Traoré

Ici, l’ex-sélectionneur de l’équipe nationale de football, Amara Traoré, qui s’est illustré à la dernière Coupe d’Afrique des Nations par trois défaites sur autant de matchs, discute avec Wade. Visez le dialogue entre les deux hommes :

Amara : « Prési, répond au peuple. 3 mandats ce n’est pas possible.»

Wade : « Boy Amara, tu n’as rien à dire. 3 défaites c’est honteux.»

6- Wade version Bébé

A l ‘instar d’un bébé gourmand qui a mangé son plat de “Thièbou dieun” (riz au poisson) jusqu’à s’assoir dessus, Wade a, selon le caricaturiste, pillé et gaspillé les ressources du pays.

7- Wade derrière les barreaux

Le message : beaucoup de jeunes sénégalais souhaitent voir Gorgui traduit, jugé et emprisonné à la Cours Pénale Internationale comme l’illustre l’image.

8Wade et les 5 lâches sages

Wade et les 5 sages du Conseil Constitutionnel qui ont validé sa candidature sont, selon le caricaturiste, les seuls responsables de tout ce qui se passe au Sénégal.

9-Si vous n’aimez pas votre pays, votez Wade

Le président Wade est ici présenté comme le responsable des inondations dans la banlieue, de la vie chère…

10-Wade Wanted

Décryptage : Gorgui en maillon de bain, activement recherché

Arouna BA

 

 

flattr this!

Lire la suite…


Sénégal: Le vieux lièvre, les 5 singes et la police sauvage

Comme vous la savez déjà, les 5 sages (singes?) du Conseil Constitutionnel ont finalement validé la candidature d’Abdoulaye Wade en vue des prochaines élections présidentielles. Aujourd’hui âgé de ‘’85 ans hors TVA‘’, celui que le premier président sénégalais, Léopold  Sédar  Senghor, surnommait Laye Ndiombor –  en français, Laye le lièvre –  va briguer un 3èm mandat en violation flagrante de la constitution du Sénégal qui limite le nombre de mandats à 2. Il veut diriger, une nouvelle fois, une population dont l’âge moyen ne dépasse point 35 ans. Et c’est cette même population qui investit les rues depuis la semaine dernière pour manifester  contre cette candidature juridiquement illégale, moralement inacceptable et physiologiquement risquée.  Les policiers quant à eux, au lieu de rester dans leur rôle de maintien de l’ordre dans le pays y sèment un parfait désordre en se jetant sur les foules, telles des bêtes sauvages, tirant  sans retenue sur  tout ce qui bouge (même les ambulances). Bilan : 4 morts dont un étudiant cruellement écrasé par un camion de la police, des milliers de blessés, d’importants dégâts matériels et surtout  une image du Sénégal sérieusement écornée. Le plus écœurant est d’entendre le président Wade, d’une outrecuidance extraordinaire, dire que tout ceci n’est qu’une brise qui ne deviendra jamais un ouragan. Voilà ce qui se passe dans le pays de l’homme qui se targue d’être le président africain le plus diplômé du Caire au Cap.

Lire la suite…


Ucad : Le mur des farfelus

Connaissez vous le mur des ‘’je t’aime’’ à Paris ? Non ? Et bien, c’est un édifice construit dans le magnifique jardin du Square Jehan dans le 18ém arrondissement de la capitale française. Sur le mur en question est inscrit, 311 fois et en 250 langues, la plus jolie et la plus romantique des expressions : « Je t’aime ». Impressionnant n’est-ce pas ?

L’université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) a également un mur tout aussi impressionnant mais géométriquement opposé à ce celui que je viens de décrire. Je me demande si je dois le baptiser « mur des lamentations » ou « mur des farfelus ».

Lire la suite…


Le port de Dakar en 18 photos

Quelques semaines seulement après mon immersion dans l’univers maritime, j’ai eu le privilège de visiter le port Autonome de Dakar à bord d’une vedette. En compagnie de l’officier de bord  M. Sèye et la chargée de communication du port, nous avons fait le tour de l’infrastructure portuaire qui est  divisée en 2 grandes zones séparées par une gare maritime internationale, un espace militaire et un port de pêche. Je vous propose, ici, une compilation de 18  photos pour découvrir le 3èm port de l’Afrique de l’Ouest derrière Abidjan (2èm) et Lagos (1è). Bienvenue à bord.

Lire la suite…


Wade, ce vieux savant fou qui gouverne le Sénégal

Un chef qui sombre trop souvent dans un parfait délire paranoïaque. Telle est la triste image que reflète le président Wade à travers ses sorties médiatiques aux allures de “Wade-man-show” comme le dit un responsable politique. Ses déclarations et décisions qui frisent l’irrationnel lui valent d’être tourné en dérision aussi bien par le peuple sénégalais que par la presse nationale et internationale. A propos de son fameux projet de loi qui s’est heurté au verdict populaire le 23 juin dernier, le quotidien Le Monde titre : “Wade invente la majorité à 25%”. Sur l’affaire de l’extradition de l’ex président Hissène Habré, le journal Le Quotidien barre à sa une : “Wade dans une situation habrécadabrante.”

Certains politologues expliquent les “délires du chef” par son âge avancé et d’autres par la folie du pouvoir qui s’est emparée du successeur de Diouf. Mais le problème peut se situer ailleurs.

Lire la suite…


Les effets et méfaits de la foudre

Le drame se produit à Sédhiou, dans le sud du Sénégal. Il pleuvait. Un jeune garçon de 16ans, téléphone portable collé à l’oreille, était en pleine communication quand, soudain, une violente décharge électrique traverse l’espace atmosphérique et le foudroie cruellement. Il rend l’âme sur le coup. Son corps est littéralement carbonisé.

Relayant l’information, la quasi-totalité des médias sénégalais (la RFM en premier) se sont, vite, lancés dans des commentaires et théories, à la limite, tirés par les cheveux.  Conséquence de l’inexistence de journalistes scientifiques dans les rédactions : certains ont voulu mettre un lien entre le foudroiement et l’usage des téléphones mobiles en temps d’orage et d’autres sont allés jusqu’à préconiser d’éteindre complètement ces appareils quand il pleut.

Qu’en est t-il réellement ? Explication de trois spécialistes  pour tenter d’éclairer nos lanternes.

Lire la suite…


Apple et la pomme croquée

C’est l’histoire dramatique d’un brillant britannique, mathématicien et logicien de génie qui a vécu en Angleterre à l’époque de la 2nd guerre mondiale. Son nom : Alan Turing. Dès le bas âge, le jeune Turing montre des aptitudes de génie. Il apprend, seul, à lire en l’espace de 3 semaines. Il se passionne pour les chiffres et les énigmes et parvient à résoudre des problèmes dignes des casse-têtes chinois, à la stupéfaction générale. A 16 ans, il découvre les travaux d’Albert Einstein sur la relativité et l’espace-temps qu’il comprend et essaie de donner une extrapolation de la théorie.
Lire la suite de l’article…


Compte-rendu de l’exercice sur le nucléaire japonais

Il y a quelques semaines, j’ai conçu un petit problème de physique nucléaire à l’intention des élèves du lycée Blaise Diagne de Dakar qui préparent le Bac scientifique prévu le 04 juillet prochain. En effet, dans le programme de physique des classes Terminale S au Sénégal, il existe un chapitre intitulé ‘’réactions nucléaires’’ qui s’intéresse à la radioactivité et à l’énergie atomique. L’exercice était donc à la portée des candidats même si certains ont jugé ‘’un peu compliquées’’ certaines questions. Voici, donc, la solution, détaillée au maximum afin de permettre à des journalistes comme Ziad Maalouf de Rfi et à tous les lecteurs profanes en la matière d’y comprendre quelque

Lire la suite de l’article…


Disciples indisciplinés !

Hier jeudi, jusque tard dans la nuit,  j’ai encore eu toutes les peines du  monde à fermer l’œil malgré une  rude journée de travail. Jusqu’à 4h  GMT (sans exagération), j’ai cherché  les bras de Morphée en vain. La  cause ? Il y avait une soirée de  chants religieux (« Thiant » en  wolof) à quelques jets de pierre de  ma chambre. Presque le même  scénario qui s’était produit il y a  quelques semaines et qui m’avait  poussé à rédiger l’article que je vous  propose ici.
Le titre va, sans doute, faire tiquer  plus d’un si je précise, d’emblée, que  je m’adresse aux « soi-disant “Baye  Fall” ».

Lire la suite de l’article…