Kalonji

Haiti veut rattraper le train du TIC!

l’Etat central de la république d’Haiti, la société civile et notamment la  presse haitienne, tout le monde se met d’accord pour qu’Haiti marche  de pair avec les nouvelles technologies de l’information et de la  communication ( NTIC).

En effet, pour concrétiser ce rêve, le Gouverneur de la Banque de la  République d’Haiti, Chareles Castel, lance un projet d’envergure visant  la modernisation du système de paiement. << les chèques pourront  être compensés en moins de deux jours, au lieu de 5 à 10 jours  aujourd’hui. Les achats et paiements pourront être effectués par carte  de débit, cartes prépayées et téléphones portables, même dans les  endroits les plus réculés du pays, a fait savoir le gouverneur de la  banque des banques de la République d’Haiti. Ce projet va constituer  un grand soulagement pour la population par rapport aux actions des bandits.

…lire la suite


Crise ivoirienne: les Intellectuels africains ragotent

Un peuple souffre, un enfant de la mère Afrique gémit, pris en otage par ses propres frères ; et que dites-vous ! Et que faites-vous ! Vous discourez ! Vous accusez ! Vous criez au scandale ! Vous trouvez que la France, ne fait non moins que de redorer son blason de colonialiste.
La vraie question que vous, chers intellectuels devriez poser, vous ne l’envisagez même pas ; la France, elle, la résout tant bien que mal avec l’arme au point : ça ce n’est pas le néo-colonialisme ; ça s’appelle assistance en personne en danger et lâcher par ses intellectuels.

Lire la suite de l’article…


Le monument de la renaissance africaine, un an après

Le 04 Avril 2010, le président de la république du Sénégal procédait à l’inauguration du monument de la renaissance africaine en présence de plusieurs chefs d’État africains et du numéro 2 du régime nord-coréen. Sa maîtrise d’œuvre a été assurée par la société nord-coréenne Mansudae Overseas Project Group of Companies. []Ce bijou architectural d’une envergure remarquable, on se le rappelle, a fait couler tant d’encre, tant de salive …La statue niché sur la colline de Ouakam était le sujet de tout les débats. Pour les admirateurs, c’est une œuvre qui fait la fierté nationale et même africaine, donc à saluer. Les contempteurs quant à eux fustigent l’érection du monument au prix

Lire la suite de l’article…


Gbagbo, chronique d’une sortie par la très petite porte

GbagboEt si Gbagbo sautait dans les heures à venir ? En tout cas tout reste à l’y croire. L’homme qui s’est s’arrogé le pouvoir après une élection lamentablement perdue est entrain de passer un bien mauvais temps depuis le début de la semaine. Cette situation n’est qui tend certainement vers son dénouement n’est pas sans rappeler cette phrase forte d’Abadraham Lincoln : ‘’ On peut tromper tout le peuple pendant une partie du temps ; on peut tromper une partie du peuple pendant tout le temps ; mais on ne peu pas tromper tout le peuple pendant tout le temps’’. Lire la suite de l’article…


Crise post-électorale au Bénin : l’étoile s’est éteinte

Adrien Houngbedji et Yayi Boni (président sortant)Après plus de vingt ans de marche démocratique certes douloureuse mais combien glorieuse, cette étoile, petite gloire, de la sous-région s’assombrit. Après l’annonce par la Commission Électorale Nationale Autonome (CENA) ce vendredi, des résultats provisoires donnant pour vainqueur Yayi Boni dès le premier tour avec 53,17% des suffrages, la contestation ne s’est pas faite attendre. L’opposant historique Adrien Houngbédji qui arrive en deuxième position avec 35,65% prévient que « si la Cour Constitutionnelle ne prend pas ses responsabilités, le second tour se déroulera dans la rue ». Lire la suite de l’article…


« Les medias privés nigériens travaillent dans un environnement pauvre et parfois corrompu »

Khamed Abdoulaye, Directeur général de l’IfticM. Khamed Abdoulaye est Directeur général de l’Institut de formation aux techniques de l’information et de la communication de Niamey, Niger. Il est au Sénégal dans le cadre d’un atelier régional des écoles de formation en journalisme d’Afrique francophone, qui discute sur le cursus à proposer aux étudiants-journalistes d’Afrique francophone.Lire la suite de l’article…


Samedi, la journée de toutes les manifestations à Dakar

Manifestations à DakarDans 24 heures la capital sénégalaise pourrait connaître un nombre important de manifestions qui se consisterons  en des marches notamment. L’atmosphère est tendue à la veille d’un samedi 19 Mars 2011 choisi pour réclamer de meilleures conditions de vie ou pour fêter tout simplement l’avènement de la première alternance politique du pays de la Téranga qui a porté Abdoulaye Wade au pouvoir à cette date il y a 11 ans. Marche de protestation ou de commémoration, tout dépend de l’angle sous lequel on se met. Lire la suite de l’article…


Les dessous des élections au Niger

Un électeur nigérienLe vent de la démocratie a apporté beaucoup de choses à l’Afrique et  aux africains. De la constitution à la  république, au type de régime tout se fait presque par les élections. Ces dernières sont parfois entachées d’irrégularités ce qui constitue un point de départ de beaucoup de tensions dans les pays africains. Les Africains ont un mode d’élection qui étonne. Lire la suite de l’article…


Malick Wone, essayiste : l’écriture journalistique au Sénégal

CissokhoAuteur de l’essai intitulé De l’écriture journalistique, publié en 2010 aux éditions Le Nègre International, Malick Wone est docteur ès lettres depuis 2005. Le thème de sa thèse de doctorat avait trait au discours journalistique dans l’espace francophone. Dans cet entretien, il revient sur ce qui l’a poussé à écrire son ouvrage. De même, il garde son œil de correcteur qu’il est au quotidien Walf Grand-Place sur la production médiatique sénégalaise.Lire la suite de l’article…


4 Mars 2010- 4 Mars 2011 : Chronique des évènements un an après la réélection de Faure

4 Mars 2010- 4 Mars 2011 : Chronique des évènements un an après la réélection de FaureLa période des douze mois qui ont suivi la réélection de Faure Gnassingbé fut l’une des plus politiquement agitée de notre pays. Je vous propose donc une chronologie des évènements socio-politiques qui sont à jamais inscrits dans l’histoire du Togo, un an après que les Togolais sont allés aux urnes pour choisir leur président de la République. Lire la suite de l’article…


Forum Social Mondial, Jour 1 : la marche inaugurale

FSM : la marche inaugurale

Dimanche 6 janvier 2011, la marche inaugurale part de la Radio Télévision Sénégalaise (RTS) pour terminer à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD), lieu où se tiendront les conférences, ateliers et autres commissions « officielles » du FSM tout au long de la semaine. On parle de 40 000 manifestants ; la présence de la police anti-émeutes et de gendarmes se fait discrète. Pas de surprise : la représentation africaine est considérable. Outre la forte représentation syndicale (On note de nombreuses unions sénégalaises, africaines et autres ), le cortège est parsemé de manifestants et délégations américaines (on passe un groupe de supporters de Chavez) et européennes.

Plutôt que des groupes constitués exclusivement de Français (qu’on remarque cependant ça et là), on retrouve surtout ces derniers éparpillés au sein de nombreux groupes mixtes, africains et internationaux. La représentation asiatique est minime, bien qu’on note la présence d’un groupe de Japonais. Goguenards, de nombreux Sénégalais, femmes, hommes et enfants, venus assister au défilé sans pour autant prendre part au FSM, s’y joignent.

On note la présence d’associations portant des revendications et slogans prônant la reconnaissance du « secteur informel ». Autre  récurrence des groupes de femmes, de migrants. Classique de l’anti-impérialisme, les défenseurs de l’annulation de la dette (dont le Comité d’Annulation de la Dette du Tiers-Monde – CADTM) sont sortis en force. Côté institutionnel, on repère de nombreux cortèges des « grosses » ONG du Nord (CCFD ; SCD).

Les mouvements écologistes et/ou liés aux secteurs primaires (agriculture, pêche, développement local) se pressent également dans le cortège, scandant des slogans sur la thématique de la souveraineté alimentaire et de la sauvegarde du patrimoine agricole et foncier.

A l’arrivée à Diop, la foule se presse autour d’une scène où se succèdent animateurs gouailleurs, personnalités politiques et groupes de musique. Dans un long discours, Evo Morales, s’autocongratulant à grands renforts de chiffres prouvant les succès de son mandat (nationalisations, redistribution sociale, défense des indigènes, etc.) appelle à « sauver la planète afin de sauver l’humanité », et ce selon les lignes convenues de la synthèse altermondialiste : « identifier notre ennemi […] : le néolibéralisme». S’en prenant à la construction de murs frontaliers par les pays riches, il affirme que la question n’est pas de savoir comment empêcher les pauvres d’immigrer vers le Nord, mais « comment nous débarrasser des riches ».

La rareté des groupes venus du monde arabe dans la marche inaugurale contraste avec la puissance évocatrice des révolutions récentes en Afrique du Nord dans la bouche des divers orateurs : le président bolivien enjoint son public à suivre la leçon donnée par les peuples de Tunisie et l’Égypte dans leur détermination à se « débarrasser de l’impérialisme nord-américain ».

Dans une allocution, Chico Whitaker, Brésilien co-fondateur du FSM, faisant écho à Morales qui affirmait enfin que les leaders doivent « apprendre » du FSM, dit être venu pour « écouter plutôt que parler ». Il conclut en encourageant le monde à « radicaliser la démocratie » et à inventer de nouvelles formes de participation sociale et citoyenne. On notera que l’accent est mis, dans cette introduction, sur un altermondialisme relativement étatique ; quid de l’aspect non-gouvernemental du Forum ?