Nanda'S

Le site kpakpatoya fait peau neuve

Kpakpatoya, vous connaissez sûrement, jargon ivoirien qui signifie ragot, affairage, scoop, gossip etc. Évoqué en 2011 après la crise post électorale sur Twitter (#Kpakpatoya) par quelques activistes du Web Ivoirien, il permettait de relayer quelques infos au tout début, puis après il est devenu un hashtag que tout twittos ivoirien vivant à l’extérieur ou pas, utilisait pour suivre l’actualité ivoirienne (locale) , pour se faire de nouveaux abonnés ou pour partager des infos …(pour en savoir plus, voir ici ).

Dans la suite, un site www.kpakpatoya.com, un compte twitter, une page facebook, une appli mobile etc.

Aujourd’hui les initiateurs et concepteurs du projet ont décidé d’ajouter de nouveaux trucs afin de le rendre plus dynamique, attractif, agréable avec plus d’affairages en permettant à tout un chacun de participer au mouvement kpakpatoyatique, 2015 quoi personne ne veut rester derrière lol, tout le monde veut être émergent.

x
www.kpakpatoya.com

Grande kpakpato devant l’éternel des armées, diplômée de kpakpato I, toujours à la recherche d’affairages tout aussi croustillants les uns des autres, je ne pouvais être laissée en marge, c’est ainsi qu’ayant reconnu en moi des gènes kpakpatoyennes, j’ai été approchée pour tester le nouveau site, pour en parler [mes amis on a percé].

Alors après avoir visité le site on remarque qu’il passe d’un état statique à un état dynamique :

Interactif :

  • Au-delà de la possibilité de lire les actualités, on peut maintenant publier des liens/Articles.
  • Discuter/commenter et liker/Disliker les articles/Liens/Notes
  • Voter pour l’article qu’on trouve top afin de le permettre de remonter plus haut dans le fil et le rendre visible à tous
Ancienne version
Ancienne version
Page d'accueil kpakpatoya.com
Nouvelle version

Bilingue

Eh oui, une version française et anglaise

Qui peut publier  et comment procéder ?

TOUT le monde peut publier des infos sur la plateforme, je le recommande vivement aux blogueurs, lol ça donnera plus d’audience à vos blogs.

  • Comment publier ?

Pour pouvoir publier, il vous faut :

  • Créer un compte utilisateur Evasium (une petite équipe de geeks. qui construit des logiciels, notamment des applications web orientées vers le divertissement et la formation intellectuelle).
kk
Inscription sur la plateforme
  • Cliquer sur l’onglet « Publier »

Comme l’indique l’image, vous entrez l’adresse de l’article, vous donnez un titre de votre choix, quoique le site génère automatiquement le titre ainsi que la description

d
Publication d’article

Ensuite vous ajoutez vos tags, cochez la catégorie, indiquez si l’article est en français ou en anglais et hop vous cliquez sur publier.

jj
Critères à attribuer à vos publications

 

Vous devriez avoir un truc comme ceci :

x
Exemple d’article publié sur la plateforme

Voilà, pas trop difficile non ?

Ma note

Ayant vu l’ancienne version, je peux donner une note de 14/20 pour un début en attendant de voir comment elle évoluera.

Pour finir

On va dire que c’est comme un carrefour, un peu comme au black market d’Adjamé ou au dja konan (djassa) à Koumassi où tu trouves toutes les infos que tu veux, à toi de faire ton choix sur ce qui t’intéresse sans te disperser et te faire gagner en temps.
 Comme le disent les concepteurs, sans grande prétention c’est un peu la version ivoirienne may be africaine de Hacker News pour les entreprenerds, Reddit pour les Américains et les tapemoi.com pour les Français.

dd
On s’affaire avec Kpakpatoya

Ben je crois que c’est tout pour l’affairage du jour, vous pouvez reprendre vos activités.


Plus d’infos …

FAQ Présentation Page Facebook (AnglaisFrançais) Twitter : (AnglaisFrançais)


Accra et ses Power Cut

Quand j’ai pris la décision de venir pour une formation à Accra au Ghana, je ne savais pas que Delestron* avait établi son royaume ici.
On peut dire que j’ai choisi la mauvaise période pour y être et à vrai dire, c’est carrément INSUPPORTABLE. 

Crédit photo : Page Facebook Delestron
Crédit photo : Page Facebook Delestron


 De 7h à 16h
 De 16h à 05h
 De 10h à 20h
 De 5h à 22H
 De …

Bientôt 3 mois  et pas un seul jour sans qu’il n’y ait Power Cut. Si tu n’as pas un groupe électrogène t’es mort, enterré et pas ressuscité en tout cas. Nabilla aurait dit s’il elle vivait ici : « Allo, non mais allo quoi, t’es à Accra et tas pas un groupe électrogène ? »
Je suis traumatisée, je me plaignais des coupures d’électricité de Ouaga mais là, j’avoue qu’ici c’est pff.

Espérons que la création du Ministère de la puissance électrique (contre le délestage), créé le samedi 22 novembre parviendra à résoudre ce problème


Microsoft 4AFrika Journalist Academy

4afrika-300x233Dans le but de renforcer les aptitudes de travail des professionnels des médias en mettant à leur disposition des outils technologiques de productivité, Microsoft a organisé le 4Afrika Journalist Academy à l’attention des médias ivoiriens le 18 Décembre 2014 à l’Inades Formation à Cocody.

«L’objectif principal de cette initiative est de renforcer les capacités des journalistes à l’utilisation des technologies afin de stimuler leur productivité, leur compétitivité et de promouvoir l’usage de l’informatique. Si les technologies doivent contribuer à la compétitivité de la Cote d’Ivoire, alors Microsoft a sans aucun doute un rôle majeur à jouer. Et c’est pourquoi, Microsoft travaille à la promotion et à l’usage des TIC dans tous les domaines et à son accessibilité à toutes les couches sociales au premier rang desquels se trouvent les journalistes» a déclaré Madame Victoria Ndee Uwadoka, Marketing and Communications Lead à Microsoft Afrique de l’Ouest et du Centre.

Microsoft 4Afrika Journalist Academy s’inscrit dans le cadre de l’initiative 4Afrika lancée en 2013 visant à renforcer:

  • l’accessibilité aux périphériques (lancement de terminaux intelligents 4Afrika permettant à des millions d’utilisateurs d’acquérir leurs premiers smartphones)
  • la promotion des PME Africaines (par l’accès gratuit à un nouveau centre en ligne pour 1 Million de PME)
  • l’insertion des jeunes (formation de 200,000 jeunes dont possibilité d’emploi pour 100 000 d’entre eux.

L’année dernière, la première édition s’est tenue autour du thème «Journalistes modernes : compétences et outils technologiques.» Les différents intervenants avaient démontré comment l’introduction de l’informatique dans le monde des médias avait engendré de profondes évolutions et mutations qui touchaient tous les maillons de la chaîne de l’information.

Avec l’édition 2014, à la demande des journalistes, ont débuté les formations pratiques. Mais, il ne peut y avoir de formation pratique en matière de technologie sans qu’elle situe la direction dans laquelle vont les IT. En effet, l’un des tendances qui vont dominer les technologies dans les dix prochaines années, c’est le Cloud. Puisque les journalistes doivent être au premier rang de l’information et même de la formation, on comprend aisément pourquoi Microsoft a décidé d’organiser cette édition du 4Afrika Journalist Academy autour du thème : « Le journaliste et le Cloud.»

La technologie du Cloud offre en effet un éventail de nouvelles possibilités aux professionnels des médias, permet de réduire la fracture numérique, de leur rendre les technologies accessibles et de leur permettre de développer les compétences du XXIe siècle.

Dans cette dynamique, Microsoft a repensé son système d’exploitation Windows en s’investissant dans les Devices (périphériques, tablettes, PC, phablettes, etc.) et les services (Office 365) pour offrir une nouvelle génération d’interfaces utilisateurs.

Ainsi, pour le contenu du séminaire,  4 modules ont été dispensés à savoir :

  • Module 1 : « Tout est Cloud, le journalisme aussi »
  • Module 2: Windows 8, réinventé pour la mobilité professionnelle
  • Module 3 : Office 365 : votre office, mais en mieux.
  • Module 4 : « Des terminaux (smartphone, Tablettes, phablettes, etc.) adaptés aux monde des médias »

Dans le module 1, M.Didier Gohourou, Spécialiste à Microsoft a défini le Cloud, donné ses caractéristiques, son fonctionnement, et ses avantages en termes de sécurité des données pour les professionnels de médias. Il a enfin fait des démos de certaines fonctionnalités adaptées aux besoins des journalistes telles que OneNote. Concernant Windows 8, le module 2, il a aussi présenté l’interface de fonctionnement et il a fait des démos de OneDrive, espace de stockage, de collaboration et de partage qui peuvent aider les journalistes dans leur travail.

M.Didier Ndoli (RTI), journaliste ivoirien très avancé en termes de connaissances IT a été retenu pour dispenser 2 modules à ses collègues journalistes, à savoir : 

  • Office 365 : votre office, mais en mieux.
  • « Des terminaux (smartphone, Tablettes, phablettes, etc.) adaptés aux monde des médias »

Il a fait des démos de l’usage d’un smartphones Nokia Lumia dans l’exercice de la profession de journaliste (texte, image et vidéos). Il a ensuite présenté les nouvelles fonctionnalités d’Office 365 (Word, Excel, Powerpoint, etc.).

Même si, la formation a réuni moins de participants, 33 au lieu de plus de 100 comme en 2013, les journalistes sont partis heureux d’avoir découvert la technologie du Cloud.

M.Hugues Hervé Blé, journaliste à la Radiotélévision Ivoirienne (RTI) qui a assisté à la présentation de tous les modules témoigne : «C’est fut une bonne formation. Nous avons beaucoup appris et pour nous les novices, nous comprenons aisément l’utilité du Cloud dans l’exercice de note métier de journaliste. Pour ma part, j’ai perçu combien OneNote, OneDrive, Word, Excel et aussi l’application Vidéos sont efficaces pour la conservation et la protection de mes données. Enfin, je souhaite que Microsoft renforce ses initiatives pour nous permettre de professionnaliser notre domaine.»  

Les sessions ont été ponctuées par :

  • Les questions des participants
  • La remise des diplômes de participation aux participants du Microsoft 4Afrika Journalist Academy

Journalis Academy

OfficeJournalis Academy

 A l’année prochaine pour la prochaine édition de Microsoft 4Afrika Journalist Academy 🙂


Guide ultime du .ci pour les startups web ivoiriennes !

Bonjour à tous, mes vœux les meilleurs pour cette année 2014, je sais je suis un peu en retard, mais mieux vaut tard que jamais.

Alors que j’étais en train de réfléchir à ma vie, eh oui ! eh oui ! Voici, mon ami Regis Bamba tout en colère :

– Nanda, je n’en peux plus

– Ahi ? Y a quoi ?

Et le voilà qui se lance dans un discours incompréhensible, on aurait dit qu’il me parlait en Yacouba (son ethnie).

En gros, il me faisait comprendre tous les problèmes qu’il rencontrait avec le .ci . Et là, il s’apprêtait à publier un truc pour expliquer les difficultés qu’il rencontrait et donner une astuce aux autres qui étaient dans le même pétrin que lui.  Et moi comme un vautour j’ai sauté sur l’occasion pour en faire un billet.

De Régis Bamba

Vous êtes une startup ivoirienne avec une idée d’application et vous souhaitez acheter un nom de domaine en .ci pour celle-ci ? Ce petit guide vous permettra d’économiser du temps.

.ci

Tout d’abord, quelques définitions :

– Adresse IP : l’adresse Internet (unique) d’un serveur (web, email, etc.)

– Nom de domaine : un nom qui pointe vers une adresse IP, il est plus facile à retenir.

– DNS (Domain Name System) : système qui se charge d’indiquer au reste du Web la liaison entre vos noms de domaine et leurs adresses IP respectives.

– Registrar : le revendeur qui s’occupe de l’enregistrement de votre nom de domaine auprès de l’ARTCI (l’organisme charge de la régulation du .ci)

Vous devez d’abord choisir un Registrar qui se chargera de l’enregistrement de votre nom de domaine, si celui-ci est disponible. La procédure de vérification de disponibilité d’un nom de domaine est manuelle et doit se faire par email auprès de l’ARTCI par votre registrar (pour chaque nom de domaine!).

Vous avez le choix entre plusieurs revendeurs de la place. Le coût est de 10 000 FCFA. Choisissez prudemment votre registrar, ne vous laissez pas embobiner par les promotions qui ne sont que temporaires. La procédure de transfert auprès d’un autre registrar se fait aussi manuellement auprès de l’ARTCI et n’est pas aisée. Personnellement je vous recommande Epistrophe (Qualité de service = 10/10).

Ensuite vous devez choisir un serveur d’hébergement pour votre application (pour stocker et exécuter le code source de votre application).

S’il s’agit d’un simple site statique ou d’un blog propulsé par un CMS alors vous pouvez prendre un hébergement chez votre registrar. Dans ce cas de figure, le registrar vous donnera accès à un espace de stockage, une base de données, des adresses email, et à un service DNS. La plupart du temps, vous serez mis en hébergement mutualisé avec d’autres clients, donc vous serez toujours limité.

Par contre s’il s’agit d’une application plus complexe (plusieurs web services, serveurs de base de données, besoin de scalabilité instantanée), un hébergement mutualisé chez votre registar ne sera pas suffisant, et vous aurez surement déjà votre code source mis en production sur une PAAS (Google App Engine, Amazon, Heroku, Linode…)

Dans ce cas de figure, vous devez utiliser votre DNS pour pointer votre nom de domaine sur votre serveur d’application. Pour indiquer (ou changer) les DNS de votre serveur, vous devez envoyer un email à votre registrar qui enverra un email à l’ARTCI pour que celui-ci mette à jour vos DNS (encore une fois un travail manuel). Pour vous faciliter la tâche, je vous conseille d’utiliser DNSSimple comme service DNS pour votre nom de domaine. Vous aurez l’esprit tranquille quant à la gestion de toute sorte d’enregistrement DNS (CNAME, A, TXT, MS, SPF, SRV…).

En espérant vraiment que l’ARTCI améliore les choses bientôt.

Regis Bamba

 


Bienvenue à Ouagadougou …

Ouagadougou, j’y suis depuis le 06 mai 2013. Première fois de mettre les  pieds au pays des hommes intègres. Après 07 bons mois de présence en terre burkinabè, je vous liste ci-dessous plusieurs choses qui m’ont marquées, allez bonne lecture.

La chaleur

Crédit photo : https://beautifuldreams.centerblog.net/
Crédit photo : https://beautifuldreams.centerblog.net/

Oh mon Dieu, « j’a souffrir » comme le dirait le talentueux humoriste Zongo. On aurait dit que ce soleil ne me voulait pas dans ce pays et qu’il s’acharnait sur moi. Jamais, oh grand jamais de toute ma petite vie, je n’avais senti une telle chaleur. Comme si un dragon avait ouvert sa gueule sur moi. Selon certains amis, c’était la période la plus chaude du pays, purée. En moins de deux mois, j’avais carrément noirci et jusqu’aujourd’hui, je n’ai toujours pas retrouvé mon teint. Spéciale dédicace à celles qui ont le courage de se dépigmenter la peau ici, un pur suicide.

Les motos

Pauvres piétons de Ouaga dont j’en fais parti. Si tu n’as pas une voiture ou au moins une moto ou encore un vélo ici, bonjour la galère. Il faut dire que j’étais un peu dépaysée de voir ce nombre incalculable de motos défiler çà et là. Les voir à peu près tous rouler sans casque m’effrayait, mais eux ça ne leur disait absolument rien. Et figurez-vous que ceux qui en portent sont vus comme des « gaous ». 

Une intersection majeure à quelques pas de chez moi
https://danaburkina.wordpress.com/2010/10/01/la-vie-continue-a-ouagadougou/

Les animaux dans les quartiers

https://theghanatouch.blogspirit.com/archive/2005/09/05/ouaga-oulala.html

Si vous êtes de passage à Ouaga ne soyez pas étonnés de croiser un âne en ville tirant des charettes à poubelle ou à sable ou quelque chose du genre. La première fois je fus surprise, mais je suis habituée maintenant. J’avais jamais vu un âne en vrai, merci Ouaga. On trouve aussi souvent dans les quartiers populaires des cabris, des poulets, des cochons, des chevaux, des crocodiles (mdrr je blague). Aussi, j’ai remarqué qu’il y avait beaucoup de chiens …

Le Mooré

Eh oui, je fus étonnée au début puis admirative par la suite de voir presque tout le monde s’exprimer en Mooré, le Français est bien sûr parlé, mais le Mooré est la deuxième langue officielle si je ne me trompe pas. Il est parlé partout. Dans les églises les cultes sont faits en Francais / Mooré et Anglais Mooré. Le service client des téléphonies c’est le Français Moorée et Dioula. Je sais même dire : Laafi ? Kibaré Laafi . Bonjour, ça va (je crois) et Barka (merci).

Comment reconnait-on les étrangers à Ouaga ?

C’est simple, hormis l’accent :

– Attraper les épaules du conducteur de moto

J’ignorais que « cela ne se faisait pas ». J’avais jamais été sur une moto auparavant et donc, je me cramponnais aux épaules de mes amis, ce qui suscitait le regard de tout le monde sur tout, provoquant même le rire de certaines personnes, car en « temps normal à Ouaga » ben ça ne se fait pas.  je suis rapidement entrée dans la danse, je n’attrape plus les épaules, je suis devenu une « pro ».

– Éternels marcheurs

des véhicules taxis de marque Mercedes et Peugeot, de couleur verte
https://fr.starafrica.com/entrepreneuriat/cofides-les-8-taximen-de-ouagadougou.html

Je suis devenue une gratteuse professionnelle. Ne sachant point rouler la moto, je me déplace en « taxi », mais ils sont souvent rares vu qu’ici chacun à sa moto. Tu peux mettre 10 min voir 15 ou 20 à attendre un taxi. Si tu es trop fâché ben, tu peux marcher. On se retrouve parfois à 07 personnes dans le taxi y compris le chauffeur. Souvent, ils ne vont même pas dans ta direction, donc là, tu es obligé d’utiliser ce que Dieu t’a donné naturellement pour te déplacer : tes pieds en attendant d’avoir un moyen de déplacement.

 

– Les bises

Ici, on en fait 04. Et donc, quand toi tu t’arrêtes soit à deux ou à trois, t’es grillé. On tire ta tête pour te donner la quatrième bise.

 

Les expressions

  • « Je ne me sens pas » : pour dire que je ne me sens pas bien, je suis malade
  • Meilleures santés : prompt rétablissement
  • Dans les six mètres : les carrefours
  • SAP SAP : e-recharge, rapidement
  • Hayyiwah, Haaaadja, du genre ah ça, etc.
  • PPS : Fiançailles, Dot
  • Célibatorium : cour commune
  • Dolo : boisson traditionnelle
  • Secteurs : Quartiers

Ils enterrent très vite leurs morts
02, 03, 04 jours, maximum une semaine pour enterrer les personnes décédées. Quand je pense qu’à babi ç’est souvent un mois, voir deux ou même un an pfff il faut qu’on suive cet exemple.

L’architecture

Crédit photo : https://afriqueitnews.com/
Crédit photo : https://afriqueitnews.com/

J’aime bien la façon dont certains établissements sont construits, cela reflète même les différentes traditions du pays.

Les poulets flambés, miam miam

flambe au feu 300x224 Carte de visite de Ouaga
Crédit photo : https://www.bredoualbanbrice.net/

 C’est ici que j’ai appris à manger du poulet simple, sans accompagnement (Attiéké, frite, etc.) et croyez moi, j’aime bien. Souvent les poulets sont vivants, vous faites votre choix, on le tue sous vos yeux snif snif ; mais une fois que c’est prêt adieu la tristesse, le poulet sera dégusté avec appétit krkrkr.

flambe servi 300x280 Carte de visite de Ouaga
Crédit photo : https://www.bredoualbanbrice.net/

L’harmattan

Présentement, on va dire que c’est le début de l’harmattan ici, mais pour un début ça me « tue ». Saignement du nez, lèvres sèches, poussières et le grand froid. Et là, on me fait savoir que ça ce n’est rien et que le pire sera en janvier et février, bouuuuh j’ai peur. Une amie ouagalaise me disait qu’ici tout est à l’extrême mdrr il fait soit super chaud, ou soit super froid 🙂 .

 

Voilà, une fois que vous avez vécu ces choses, on peut alors vous dire : bienvenue à Ouaga.

 


Paul Walker est mort … Votre réaction ?

Salut à tous, j’espère que vous allez bien. Aujourd’hui on parle de la mort de Paul Walker. ATTENDEZ ATTENDEZ ne partez pas, je ne vais pas encore vous parlez des circonstances de sa mort non non, ce n’est pas le but de cet article. Je veux juste parler de l’interprétation de certaines personnes sur Facebook. Des interprétations qui m’ont fait marrer, m’ont choquée etc… Donc ne fermez pas cette page mais restez, mon blog a besoin de vous kkrkrkr.

Avant de continuer faudrait au moins que  je le présente pour ces personnes qui ne le connaissaient pas vraiment (euh, on ne sait jamais t’être qu’il y a des gens qui ignoraient tout de ce monsieur. Souffrez donc que je leur donne quelques cours).

Pour ceux qui ne le savent pas, Paul Walker était un des acteurs principaux de Fast and Furious, maintenant si vous ne connaissez pas ce film ah je ne peux plus rien pour vous, allez au village ahiaaa … Maintenant que tout le monde est au même niveau d’information on peut continuer.

Paul Walker est mort. Comment avez vous réagit ?

  1. Wouuuu eh Dieu, pourquoi ? Vous avez été choqué de voir un si grand acteur mourir, vous vous êtes empressés de lire tous les liens en rapport avec cette mort, vous avez coulés quelques larmes ?
  2. Seigneur !!! Vous avez eu mal  vous vous êtes empressés de publier l’infos sur les réseaux sociaux très rapidement pour être parmi les premiers ?
  3. Bof ! Ca ne vous a absolument rien dit, et vous avez été énervé de voir tous ces postes de vos amis dessus ? Il est mort il est mort, c’est la vie.
  4. C’est qui lui ?

Ci dessous, quelques réactions vues sur Facebook.  Atchao bonsoir … Image 1

Paul Walker

Image 2

Paul Walker

Image 3

Paul walker 1

 Image 4

Derp

Et vous ? Comment avez vous réagit lorsque vous avez appris la mauvaise nouvelle ? #RIP Paul Walker alias Brian O’Conner


Ah l’éclipse …

Hier dimanche 03 novembre 2013, l’éclipse que nous attendions tant a finalement eu lieu. Chacun à sa façon a pu voir cette éclipse. Pendant que d’autres se servaient des lunettes spéciales éclipse pour le faire, d’autres utilisaient la technique de la bassine d’eau. Ce que je retiens de cette éclipse solaire, c’est qu’elle a quand même fait déborder l’imagination des gens. J’ai pu dénicher pour vous quelques photos comiques vues sur Facebook que je partage ici.

1- Eclipse version BF
2- Eclipse version CI
3- Eclipse version CI

 

Lol
4- Lol

 

Alors, quel est votre image préférée ?

Crédits photos :

1- Zinaba Rasmane

2- Jorge Ehouman

3- AbidjanShow.com

4- NaijaOlofofo


Il faut en mettre un peu, juste un peu …

 » – Hum ma chère, c’est vrai c’est très beau, mais si tu mets juste un peu, je dis bien un peu tu vas voir comment tu seras encore plus belle.

– Sérieux ?

– Ayi c’est moi qui te le dit, je sais de quoi je parle

– ok , ok on verra. »

Mettre un peu, juste un peu …

Vous vous demandez surement de quoi il s’agit ? Ajoutez un petit quelque chose à sa pommade, utilisez un savon pour faire ressortir le teint, mettre un peu d’huile « tonifiante » à sa pommade, mettre un peu, juste un peu et vous verrez comment sera votre teint dans les jours à venir …

La conversation que vous avez lu plus haut date de 2009. J’étais allée faire des courses à Adjamé (commune de la ville d’Abidjan, en Côte d’Ivoire) avec une fille de mon quartier que j’appellerai ici Annick. Annick était une fille très belle et très claire, un jolie teint clair naturelle, bété (Ethnie de la Côte d’Ivoire) . Et donc ce jour-là, pendant que nous faisions nos courses elle fut accostée par une vendeuse de produits éclaircissants qui se faisait appelée « l’experte ». « Ton teint est trop jolie pour que tu laisses ça comme ça, il faut l’entretenir » disait l’experte. Moi, je regardais, sceptique que j’étais ; il faut dire qu’elle « chauffait mon rognon » c’est à dire qu’elle m’énervait déjà vu qu’elle prenait notre temps pour ne rien dire de bon. Ma copine voyant que j’étais déjà sur les nerfs pris le numéro de la dame tout en promettant de l’appeler. Quand cette dernière eue finie avec mon amie, elle me dit :

– Eh toi ma coco ? Façon ton teint est cacao la, si tu mets un peu, juste un peu tu vas devenir claire comme ça.

Crédit image : www.afrobelle.com
Crédit image : www.afrobelle.com

Pour la narguer, je lui demandai et ma copine qui était déjà claire, comment allait-elle devenir ? Métisse ? Elle me sourit et acquiesça en disant : « non toi tu es intelligente hein, c’est ça même« .

Quelques mois après cet épisode, ma famille déménagea et je voyais  rarement mon amie.

Une fois, en 2012, alors que je faisais mes courses, j’entendis une fille crier mon nom, qui ça pouvait bien être ? Quand cette personne s’approcha plus près je reconnu Annick. Bon Dieu que lui était t-il arrivé ? Annick qui était auparavant très claire avait la peau comme brûlée. Ses phalanges étaient devenus très très noires, ainsi que ses chevilles.

Comment quelqu’un qui était clair pouvait se retrouver avec des doigts si noirs ? C’était quand même simple : Annick avait suivi la règle du « un peu ». Eh oui, mettre un peu, juste un peu. Elle était devenue certes « métisse » mais une métisse « perdue ».

La règle du « un peu »

La règle du « un peu » s’applique à tout le monde et suit ce principe :

Crédit image : beauteclickandco.typepad.com
Crédit image : beauteclickandco.typepad.com
  • Les femmes de teint noir veulent être bronzées
  • Celles qui ont un teint bronzé veulent être claires
  • Celles qui sont claires veulent devenir métisses
  • Celles qui sont métisses veulent devenir blanches
  • Et celle qui sont blanches veulent devenir ? Euh pour ça je ne sais pas encore, peut être que vous avez la réponse … 

On se dit au début, c’est un peu, juste un peu ne dit-on pas que : je cite « un peu de levain fait lever toute la pâte ?? looool , mais c’est de « un peu en un peu » qu’on finit par ressembler à ça 

Sans titre
NB : Ce sont des personnes différentes sur les photos du bas

au lieu de ça  et paf, bonjour la catastrophe.


Bonjour …

Ah une nouvelle aventure qui commence pour moi. Bonjour à tous. J’ai le plaisir de vous informer que je suis née, enfin pas née de nouveau… Euh ou si ? Bon, juste vous dire que je fais mon entrée dans la grande famille des mondoblogueurs : clap clap clap. Stop. Là je crois que je suis un peu en train de me foutre de votre gueule loool. Il faut être honnête, En effet, ce n’est pas ma première naissance ici. J’appartenais déjà à la grande famille Mondoblog sauf que je n’ai pas trop alimentée le blog. J’avais choisi un nom qui ne me permettait pas de dire tout ce qui me passait par la tête, ce qui m’a empêché de publier dessus. Pour cette fois j’ai décidé de prendre tout simplement ce qui me sied le mieux : nandaseye.mondogblog.org. Un espace à moi, où je pourrais entrainer beaucoup de gens dans mes folies, mon humour légendaire etc. J’espère que mes écrits sauront vous accrocher. Allez bienvenue dans le monde de Nanda Seye, la blagueuse d’avenir. Atchao bonsoir …