happy

Mondial 2014 : Des travailleuses de sexe mécontentes de ne pas être parmi les 500 supporters des Black Stars

Des filles dans une rue à  Accra (ph Happy)
Des filles dans une rue à Accra (ph Happy)

De particuliers supporters des Black Stars, les travailleuses de sexe, sont furieux à Accra de n’avoir pas été retenus dans la liste des 500 supporters ghanéens qui iront supporter l’équipe nationale durant le Mondial 2014.

 

En levant le voile sur cette affaire, le leader des travailleuses de sexes, dame Maame Esi, a déclaré sur la radio Happy Fm à Accra qu’elles ont été laissées pour compte au moment où le pays se prépare à envoyer ses 500 supporters au Mondial 2014.

 

Pour le soutien à apporter aux Black Stars au Brésil, les autorités sportives ghanéennes par la voix du ministre des Sports, Elvis Afriyie Ankrah,ont révélé que le gouvernement grâce à des donations des sponsors enverra 500 supporters au Brésil pour aller soutenir les Black Stars.

 

Mais la sélection des supporters telle que faite n’a pas favorisée les travailleuses de sexe qui se retrouvent de facto exclues du lot des heureux désignés qui rallieront le Brésil par avion du 13 au 15 juin 2014.

 

Pour la partition qu’elles auront à jouer pour que le Ghana aille le plus loin possible dans cette compétition mondiale, les filles de joie ont mis sur la table leur spécialité.

 

Maame Esi a fait savoir que ses collègues et elle auront beaucoup de choses à offrir aux joueurs et aux autres fans de l’équipe de sorte à les divertir et a réduire des tarifs pour que tout le monde soit heureux.

 

Seront-elles entendues par les autorités sportives à quelques heures du départ des 500 supporters ghanéens pour le Brésil ? On attend de savoir.

 

Enfin, soulignons que sur les 500 supporters sélectionnés, le vice-ministre des Sports a révélé que la majorité des fans proviendra des supporters du National Democratic Congress (NDC), le parti au pouvoir au Ghana.

 

Après cette révélation, Joseph Yamin dit ne pas craindre si cette information devra lui couter son poste ministériel. Pour ce dernier le choix des supporters du NDC pour le Brésil est une manière de récompenser ceux qui sont battus à la base pour leur reconquête du pouvoir d’Etat en 2008 au Ghana.

 

Pour la priorité réservée aux supporters du parti au pouvoir, le vice-ministre ghanéen des Sports a rappelé qu’au Mondial 2006 en Allemagne, l’opposition NPP qui était à l’époque au pouvoir avait envoyé 250 de ses partisans pour aller supporter les Black Sparts.


Mondial 2014 : Le prête traditionnel ghanéen Kwaku Bonsam critiqué pour la blessure de Ronaldo

Suivi d'un match à Accra
Suivi d’un match à Accra (ph Happy)

Après avoir revendiqué il y a quelques jours la blessure dont souffre la star de l’équipe du Portugal, Cristiano Ronaldo, la supposée pratique spirituelle du prête traditionnel ghanéen est critiquée par des ghanéens.

Pour les faits, rappelons que la Fédération Portugaise de Football a annoncé le mercredi 4 juin 2014 que Cristiano Ronaldo souffre d’un problème au genou gauche ainsi que de douleurs musculaire à la cuisse.

En relation avec cette annonce, le prêtre traditionnel ghanéen, Kwaku Bonsam, avait renchérit être la cause de la blessure du joueur portugais. De l’objectif de cet acte, le spiritualiste ambitionne d’empêcher Ronaldo de participer au Mondial 2014 au Brésil ou du moins empêcher le joueur de discuter le match contre le Ghana.

Si des ghanéens sont partagés sur la polémique lancée par le spiritualiste, nombreux sont ceux qui s’interrogent sur le bien-fondé de la revendication de la blessure de Ronaldo par le prête traditionnel.

Pour Owusu, un confrère journaliste sportif à Accra, il s’est dit surpris que la revendication du malheur de quelqu’un ait autant passionnée les médias. Il a déclaré qu’il est regrettable que les médias internationaux se soient focalisés sur les divagations du spiritualiste ghanéen qui préfère s’enrichir et se faire un nom dans le monde.

Sans trop de protocole, Ernest a trouvé qu’en vantant ses pratiques spirituelles, Kwaku Bonsam a décidé de salir le nom du Ghana. Et cet amateur du ballon rond de défier le spiritualiste qu’il devrait mettre sa puissance à contribution pour les Black Star afin qu’ils puissent faire face aux équipes fortes et à les gagner.

Si tous ceux qui se sont exprimés sur ce sujet sont d’avis que les Black Stars doivent compter sur leur propre jeu et leur savoir-faire pour aller le plus loin que possible dans ce Mondial 2014, ils ont relevé que ce n’est pas le fait d’indisposer un joueur qui révèlera la beauté du football ghanéen.

Enfin, annonçons que Cristiano Ronaldo a repris l’entraînement avec l’équipe du Portugal le samedi 7 juin dernier après des soins pour sa de blessure aux jambes. Le joueur sera-t-il aligné ou pas pour le match d’ouverture du Portugal ? On attend de savoir.

Logé dans le groupe G, le Portugal va jouer contre les Etats-Unis, le Portugal et le Ghana.


Mondial : le spiritualiste ghanéen Kwaku Bonsam veut « exclure » Cristiano Ronaldo

 Une affiche (ph) souhaite la bienvenue à Kweku Bonsam

Une affiche (ph) souhaite la bienvenue à Kweku Bonsam

Le prêtre traditionnel ghanéen, Nana Kwaku Bonsam, révèle être la cause de la blessure au genou, laquelle risque d’empêcher le joueur portugais Cristiano Ronaldo de participer à la Coupe du monde 2014 au Brésil.

Kwaku Bonsam a fait cette révélation dans une interview à la radio Angel Fm à Kumasi et a assuré qu’il travaille sérieusement sur la « blessure de Cristiano Ronaldo ».

En plus de cette revendication, la Fédération portugaise de football a fait savoir le mercredi 4 juin 2014 que Cristiano Ronaldo souffre d’un problème au genou gauche ainsi que de douleurs musculaires à la cuisse.

En levant le voile sur sa supposée pratique invisible, Kwaku Bonsam prétend faire son possible pour empêcher le joueur portugais de participer au Mondial 2014 ou du moins qu’il soit indisponible le 26 juin 2014 à l’occasion du match Ghana-Portugal dans le groupe G au Brésil.

Et à propos de la potion magique concoctée, Kwaku Bonsam encore surnommé « Kofi ‘oo’ Kofi » a révélé avoir eu recours à quatre chiens, une sorte de préparation spirituelle pour rendre inapte le Portugais.

Enfin à propos des soins à administrer à Cristiano Ronaldo pour son rétablissement, Kwaku Bonsam défie la médecine moderne. En ce sens, il a assuré que le mal du joueur ne peut être diagnostiqué par un médecin, car il peut être aujourd’hui localisé au genou, demain ce sera sa cuisse et le lendemain une autre partie de son corps.

Connu pour ses pratiques et ses défis au Ghana, rappelons que Kwaku Bonsam est un ardent défenseur de la religion traditionnelle et n’ose pas se taire sur les pratiques obscures de certains pasteurs qui tendent à abuser leurs fidèles.

Dernièrement, il s’est substitué aux météorologues en prédisant de fortes périodes de pluies en 2014, lesquelles engendreront de « dangereux»  dégâts. Des raisons de ces abondantes averses qui ont commencé dans le pays, Kwaku Bonsam a expliqué que les dieux et les rivières sont en colère et qu’il faut les apaiser.


Football : Primes pour les champions ghanéens des 4 trophées de la CAN

Un ballon
Un ballon

Les anciennes gloires du football ghanéens sont honorées par le Président John Mahama.

Les concernés c’est-à-dire ceux qui ont remporté les trophées de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 1963, 1965, 1978 et 1982 vont toucher une somme de 1,7 millions de Ghana Cedis soit l’équivalent d’un montant d’environ 258 millions F Cfa.

Mahama a fait cette annonce hier jeudi à Accra lors du dîner d’État d’au revoir organisé l’intention des Black Stars qui vont bientôt aller défendre les couleurs du Ghana au mondial 2014 au Brésil.

En se rappelant des exploits accomplis par ces joueurs qui ont porté plus haut le flambeau du Ghana à quatre reprises, Mahama a rendu hommages aux héros des Black Stars qui ont joué pour le pays en 1963, 1965, 1978 et 1982.

En signe de reconnaissance de l’Etat, les joueurs de ces quatre éditions de la CAN sont donc récompensés avec un d’un montant d’environ 258 millions F Cfa.

Le Président a précisé que le fond sera débloqué par le ministère des Finances aux différents bénéficiaires. Ceux parmi eux qui sont en vivant toucheront directement leurs primes et les autres qui ne sont plus de ce monde, leurs familles entreront en possession de la prime.

Signalons que la décision de John Mahama d’honorer les anciennes gloires du football ghanéen est intervenue après les plaintes de certains anciens joueurs du moins pour ceux qui sont encore vivants de leurs conditions de vie après une carrière bien auréolée pour la cause de la patrie.


Ghana : Silence, pas de bruits à Accra pour un mois

Une partie de tam-tam au Ghana
Une partie de tam-tam au Ghana

La période d’interdiction des bruits sur le territoire de l’Etat traditionnel Ga à Accra a pris effet le lundi 12 mai et prendra fin le 12 juin 2014, soit un mois.

L’annonce du début de cet embargo est rendu public à Accra par le ministre de la région du Grater Accra, Nii Laryea Afotey Agbo, apres sa rencontre avec le Conseil de sécurité régional, le Conseil traditionnel Ga et des leaders religieux.

Dans le but de respecter l’ordonnance traditionnelle Ga, les églises sont priées de contrôler leurs productions sonores et ne pas tenir leurs manifestations en dehors de leurs locaux.

Et pour prévenir des incompréhensions, le ministre résidant a exhorté chrétiens et traditionalistes à s’abstenir des déclarations a polémiques sur les pratiques de l’une ou l’autre des deux religions.

Les églises se trouvant sur le territoire traditionnel Ga ont été exhortées par la mairie à tenir compte de l’embargo sur les bruits de sorte à éviter des mésententes avec les traditionalistes.

Rappelons que l’interdiction des bruits à Accra est une pratique annuelle d’un mois que le Conseil traditionnel décrète en prélude de sa fête traditionnelle Homowo. L’interdiction concerne les activités pouvant générer des bruits à savoir les matchs de football, les services religieux, les musiques … et les funérailles.

Tous vont-ils se conformer au décret traditionnel dans un Etat moderne ? Les jours à venir apporteront des réponses à cette interrogation.


Nigeria : front en ligne avec #BringBackOurGirls pour les lycéennes

Marche des fememes à Abuja
Marche des femmes à Abuja

L’enlèvement des 234 élèves du lycée des jeunes filles de Chibok dans l’Etat de Borno au Nigeria a commencé par mobiliser des internautes et des médias autour de l’opération symbolisée par le hashtag « BringBackOurGirls ».

La mobilisation est une campagne sur les réseaux sociaux. Elle a été lancée pour secourir les jeunes filles enlevées par des militants du groupe islamique Boko Haram, lesquels ont revendiqué ce lundi 5 mai 2014 l’enlèvement des personnes recherchées.

Pendant ce temps, les forces de sécurité poursuivent leurs recherches en vue de localiser les élèves kidnappées le 14 avril 2014.

La campagne a trouvé sa cause dans les critiques qui se multiplient à propos de l’absence de mesures prises pour sauver les jeunes filles enlevées. En vue d’accroître la sensibilisation pour obtenir la libération des « détenues », des marches de protestation ont été organisées à Lagos et Abuja afin d’inviter les autorités du pays à accentuer leurs recherches.

Rappelons qu’après leur enlèvement, les jeunes filles ont été entassées dans des camions et emmenées dans la jungle vers une destination inconnue. Sur l’effectif total des filles enlevées, 43 ont réussi à s’échapper des camions à bord desquels elles étaient transportées.

A ce jour, 191 jeunes filles restent introuvables et leur sort préoccupe leurs parents, leurs amis et les internautes qui ont lancé la campagne #BringBackOurGirls au Nigeria aux Etats-Unis et en Europe.

Si des médias internationaux ont au départ passé sous silence cette affaire, les mouvements de protestation au Nigeria relayés par des internautes sur les réseaux sociaux ont contribué à alerter l’opinion internationale.


La Russie; une arme dissuasive des Africains contre l’Occident

Yoweri Museveni (ph), le Président ougandais
Yoweri Museveni (ph), le président ougandais

La récente vague de contestation contre la pratique homosexuelle en Afrique et plus particulièrement en Ouganda a fait ressortir une menace ingénieuse chez certains dirigeants africains.

Si la promulgation de la loi anti-homosexuelle a suscité des ruptures d’aides de la part de certains pays occidentaux, l’Ouganda qui s’est vu être la victime de ces mesures privatives a aussi haussé le ton.

Pour être clair sur cette affaire, l’Ouganda laissé entendre que si l’Occident mettait ses restrictions à jour, il se tournera vers l’Est.

Le constat aujourd’hui est que des dirigeants africains sont unanimes à prendre position contre la Cour pénale internationale (CPI). Si pour sa part l’Occident condamne les violations des droits de l’homme, les fraudes électorales et la corruption sur le continent noir, les supposés auteurs indexés ont une seule réponse qui revient comme un refrain envers la communauté internationale « nous nous tournerons vers l’Est ».

Face aux menaces de la CPI et du président américain, Barack Obama, les présidents kényan et ougandais respectivement Uhuru Kenyatta et Yoweri Museveni avaient dénoncé un certain impérialisme et le désir de coopérer avec la Russie.

Devant cette volonté ou menace de changer de partenaires, il est rare d’entendre des décideurs africains proclamer haut et fort que si des pays de l’Occident leur coupent les aides ils se tourneront vers un pays africain pour se développer.

Le fait de vouloir coopérer avec l’Occident ou avec la Russie met à mal la consolidation de l’Union africaine (UA) et révèle le peu d’intérêt que des leaders africains accordent à l’institution continentale. A ce rythme, il y a lieu de se demander si l’Afrique est réellement indépendante ou pourra un jour compter sur ses propres forces et potentialités pour se développer.

En plus de cette attitude qui rend le continent toujours dépendant de l’Occident, de la Russie ou de la Chine, on note que la mode chez la majorité des dirigeants africains est de s’envoler vers l’Occident pour se faire soigner en cas d’ennui de santé.

En somme, le repositionnement stratégique des dirigeants africains qui se font coincer par l’Occident et leur négligence du secteur sanitaire en Afrique pose des sérieux problèmes au développement du continent.

Et si demain, la Russie ou la Chine pour une raison ou une autre arrivent à prendre une décision quelconque qui n’ira pas dans l’intérêt dans pays africains, vers quelle destination se tourneront les dirigeants africains ?


Ghana : Prévisions météorologiques, les dieux vous livrent le temps !

Nana Kwaku Bonsam
Nana Kwaku Bonsam

Une fois n’est pas coutume, la prévision du temps qu’il fera au Ghana est livrée non par des météorologues qui se basent sur des données et prévisions scientifiques mais par des dieux des rivières ghanéennes.

Selon le prêtre traditionnel ghanéen Nana Kwaku Bonsam qui a révélé l’exclusivité de son annonce sur la radio Citi fm à Accra, le Ghana connaîtra en cette année 2014 de fortes périodes de pluies.

Comme conséquences de ces intempéries, le féticheur a prédit que les pluies feront des ravages, engendreront de «dangereux» dégâts.

Des raisons de ces abondantes averses à venir, Kwaku Bonsam a expliqué que les dieux et les rivières sont en colère.

Pour toute explication à ce qui provoque cette colère, l’ardent défenseur et promoteur du culte traditionnel au Ghana a révélé que les terres autour des rivières sont vendues sans discernement et qu’en plus certains pasteurs dénigrent l’image des rivières et des dieux.

Pour apaiser la colère des dieux, le prêtre traditionnel a déclaré avoir consulté les dieux pour implorer leur clémence.

Enfin par rapport à cette prévision métrologique, rappelons que l’Agence Météorologique du Ghana (GMA) a prévu qu’à compter du mois d’avril à juin 2014 de fortes pluies seront enregistrées au Ghana.

La GMA avait prié les agriculteurs à prendre des dispositions qui s’imposent afin de préserver leurs cultures. Elle a profité de l’occasion pour lancer un appel à l’Organisation Nationale de gestion des catastrophes (NADMO) à se préparer en conséquence pour intervenir en cas de besoins.


Ghana : la Météo prévoit un « temps difficile »

Vue d'une inondation à  Accra
Vue d’une inondation à Accra

Pour le temps qu’il fera en cette année 2014 en cours et plus précisément à compter du mois d’avril à juin, l’Agence Météorologique du Ghana (GMA) prédit une période de fortes pluies qui serait entrecoupée par un intervalle sans averses.

Par rapport à cette prévision annoncée en fin mars 2014 à Accra par Charles Yorke, le chef de recherche a la GMA. Yorke a demandé aux populations de laisser des passages pour l’écoulement de l’eau de ruissèlement pendant les temps de pluies.

Quant aux agriculteurs, il leur a été demandé de prendre des dispositions qui s’imposent. L’Agence a conseillé aux agriculteurs de préparer leurs terres, leurs cultures et à prendre des conseils auprès des spécialistes agricoles pour d’autres directives mais aussi en prendre de l’eau en réserve pour la période ou il ne pleuvra pas.

Des bienfaits de cet éventuel temps pluvieux pour les habitants des régions forestières du Ghana, la GMA trouve qu’il pourra favoriser un beau temps et surtout et une bonne pratique des cultures.

Enfin par rapport à cette prévision météorologique, l’Organisation Nationale de gestion des catastrophes (NADMO) est appelée à se préparer en conséquence pour faire a la situation en cas de besoins.


Ghana : Après la «Musterkolonie», l’Allemagne déclare le Ghana un «success story»

Angela Merkel et John Mahama ( ph crédit présidence ghana)
Angela Merkel et John Mahama ( ph crédit présidence Ghana)

La Chancelière allemande, Angela Merkel, a décrit le Ghana comme un pays de « success story » entendez un exemple de réussite économique qui se développe dans le bon sens en Afrique.

Merkel a fait cette annonce au cours de l’entrevue qu’elle a eue avec le Président ghanéen, John Mahama, le 3 avril dernier à Bruxelles en marge du 4e sommet entre l’Union Européenne (UE) et l’Union Africaine (UA).

En rapport avec la déclaration de Merkel, le Togo pendant la colonisation allemande (1884-1914) avait connu un essor économique très remarquable et a été qualifié de « Musterkolonie » c’est-à-dire une colonie modèle.

Après avoir trouvé que ce pays de l’Afrique de l’ouest s’est inscrit dans une bonne dynamique économique, Merkel a promis que l’Allemagne offrira son soutien au Ghana pour l’aider à relever les défis budgétaires à court terme avec succès.

Elle a appelé à une coopération plus intense entre le Ghana et l’Allemagne en particulier dans les domaines des affaires et des initiatives économiques. La chancelière allemande a invité le Président ghanéen à effectuer une visite officielle en Allemagne.

A la suite de son hôte, Mahama a remercié la Chancelière allemande pour l’invitation. Il a exprimé beaucoup de satisfaction pour les contributions inestimables au développement que l’Allemagne apporte au Ghana à travers les diverses formes d’assistances économique et technique.

Mahama n’a pas manqué de remercier l’Allemagne pour son soutien et sa contribution continue en faveur de la paix en Afrique y compris le soutien financier pour la construction du Kofi Annan international Peacekeeping Training Centre (KAIPTC) à Accra.

Enfin, rappelons que l’estime accordée au Ghana intervient plus de 100 ans après que l’Allemagne ait qualifié le Togo de colonie modèle où devaient régner l’équilibre, la prospérité et la bonne gestion.


Ghana : Sport : Un poisson d’avril amer pour des supporters de l’équipe nationale féminine

Une joueuse ghanéenne en possession du ballon
Une joueuse ghanéenne en possession du ballon

L’information qui a circulé à Accra le 1er avril 2014 faisant croire que la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) a requalifié l’équipe nationale féminine du Ghana, les Black Maidens, pour la demi-finale du mondial des moins de 17 ans au Costa Rica et sanctionné l’arbitre de la rencontre ne sont que de pures inventions.

En revenant sur cette information soit un jour après la journée « April Fool » entendez poisson d’avril, la radio Joy Fm à Accra a mis au point que la FIFA n’a jamais requalifié ou rappelé les Black Maidens après leur défaite devant l’Italie.

La blague qui a donné un espoir éphémère aux supporteurs un peu naïfs des jeunes joueuses ghanéennes a ajouté que la FIFA a annulé la demi-finale qui devrait opposer l’Italie à l’Espagne.

Mais en revenant sur le verdict du match qui a été officiellement validé à l’issue du temps réglementaire le 28 mars dernier, le site, auteur de l’information imaginaire, a précisé que la FIFA n’a jamais rappelé les Black Maidens et que par conséquent le Ghana demeure éliminé.

Et pour clore ce débat de poisson d’avril qui a laissé un goût amer pour certains supporters, la source qui a écrit et démenti l’information a attesté que la FIFA n’est pas revenue sur ce match et que la justice n’est pas vraiment une vertu de cette instance mondiale du ballon rond.


Cédéao: le plan Ouédraogo contre le terrorisme

Kadré Ouédraogo
Kadré Ouédraogo

Le président de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), Kadré Désiré Ouédraogo, a annoncé que la guerre contre le terrorisme dans la sous-région ne peut être gagnée que par la bonne gouvernance et l’éradication du chômage des jeunes.

Kadré Ouédraogo a fait cette annonce lors de la 44e session ordinaire des chefs d’Etat de la Cédéao qui s’est tenue du 28 au 29 mars 2014 à Yamoussoukro en Côte d’Ivoire.

La remarque de cet officiel de la Communauté est motivée par les attaques meurtrières de Boko Haram au Nigeria. A cet effet, il fera savoir que les atrocités de la secte Boko Haram dans le nord du Nigeria que tous condamnent fermement sont en effet un rappel de la nécessité de s’engager dans des efforts au plan régional pour contenir ce problème.

En explicitant ses propositions aux Chefs d’Etat, le président de la Commission de la Cédéao a insisté sur le fait que pour parvenir à bout du terrorisme, il faut procéder à un développement économique et à l’emploi des jeunes.

Et pour convaincre son auditoire, il a affirmé que « Le combat contre le terrorisme passera certainement par des moyens militaires, mais la lutte à long terme contre le terrorisme, c’est surtout le développement économique, la gouvernance et l’emploi des jeunes ».

Enfin, pour permettre à la Cédéao de s’épanouir et d’être stable, Kadré Ouédraogo, a encouragé tous les Etats de la Communauté à cultiver « la démocratie et le respect de la dignité humaine », car il soutiendra que ces valeurs « c’est aussi la protection des droits humains et des libertés fondamentales ».


Sommet Cedeao : John Mahama élu nouveau Président en exercice

John Mahama, la main levée (ph crédit présidence ivoirienne)
John Mahama, la main levée (ph crédit présidence ivoirienne)

Le Président ghanéen, John Mahama, est élu à l’unanimité comme le nouveau Président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

L’élection de Mahama est intervenue à Yamoussoukro le 28 mars 2014 en Côte d’Ivoire lors du 44e sommet ordinaire de la CEDEAO.

Le Président ghanéen est élu pour un mandat d’un an. Il succède au Président ivoirien Alassane Ouattara à la tête de l’institution sous régionale ouest africaine.

S’adressant à la presse le samedi 29 mars, le chef de la diplomatie ghanéenne, Madame Hanna Tetteh, a témoigné de la gratitude du Ghana envers tous les pays de la Communauté pour la charge qu’ils ont confiée au Président Mahama.

Elle a fait savoir que l’élection de Mahama revient à dire que les réunions de la CEDEAO se tiendront au Ghana et dans d’autres Etats membres de la Communauté.

Le nouveau Président en exercice de la CEDEAO aura pour mission entre autres de superviser un certain nombre de questions clés dans la sous-région y compris la signature de l’Accord de Partenariat Economique (APE) controversé avec l’Union européenne (UE).


Ghana : les homosexuels ont-ils le droit de se soigner ?

 

Des homosexuels main dans la main (ph)
Des homosexuels main dans la main (ph)

La polémique qui agite certains pays africains sur la loi anti-homosexuelle et ses dérivés a retenu l’attention d’un député au Ghana qui interpelle le gouvernement du pays a adopter une politique claire en ce sens.

Alex Afenyo, le député de la circonscription d’Effutu, a demandé en fin février 2014 sur les ondes de la radio Xyz à Accra aux autorités à se positionner par rapport à l’homosexualité. Il souhaite qu’elles énoncent une politique claire sur les soins sanitaires à prodiguer ou non aux homosexuels en cas de maladie.

En parlant du bien-fondé de sa démarche, Afenyo a expliqué que les lois ghanéennes interdisent une relation charnelle entre les personnes de même sexe et a demandé à savoir si les homosexuels tombent ou non sous le coup de cette loi.

Des raisons de son appel, le député d’Effutu a estimé que si le Ghana ne se prononce pas sur sa position par rapport à l’homosexualité, « les jeunes risquent d’adopter certaines de ces mêmes tendances sexuelles ».

Il a fait remarquer que le flou qui existe par rapport aux soins sanitaires à apporter aux homosexuels dans les hôpitaux devient un fardeau pour des jeunes qui contractent des maladies anales. Le député ghanéen affirme que les jeunes qui contractent ces maladies n’osent pas aller dans des hôpitaux pour révéler les maux dont ils souffrent.

Pour pallier à ce manquement, le député a exhorté le ministère de la Santé à mettre en place des centres de soins qui s’occuperaient uniquement des homosexuels.

 


Ghana : crise ukrainienne, Rawlings interpelle l’Union africaine

Jerry Rawlings ( ph credit The Life and Times of Jerry Rawlings )
Jerry Rawlings ( ph credit The Life and Times of Jerry Rawlings )

L’ex Président ghanéen, Jerry John Rawlings, demande à l’Union Africaine (UA) de se prononcer sur la crise sociopolitique actuelle qui secoue l’Ukraine, un pays de l’Europe.

Dans une déclaration issue à Accra le 6 mars dernier à l’occasion du 57e anniversaire de l’indépendance du Ghana, Rawlings a appelé l’UA à s’affirmer sur les questions mondiales.

En se prononçant sur la manière avec laquelle la crise qui secoue en ce moment l’Ukraine se poursuit, il écrira que « l’hypocrisie et l’incohérence démontrées par certains des superpuissances dans l’affaire ukrainienne est une grave insulte à l’intelligence du monde».

Par rapport à l’Afrique, Rawlings toujours fidèle à son franc parler avouera que
« … le mutisme de l’Afrique et du Mouvement des pays non alignés est une accusation grave contre des aspirations des pays en développement qui attendent de voir vraiment un monde libre et juste ».

Au vu de l’antécédent qui a déclenché cette crise, JJ comme l’appelle ses concitoyens ghanéens a trouvé que « la manière arbitraire dont l’autorité unipolaire a été exercée par certaines des superpuissances ne peut continuer à être autorisée car il est préjudiciable à la stabilité mondiale ».

De la mobilisation du Mouvement des pays non-alignés pour la résolution de la crise ukrainienne, l’ex Président ghanéen dit qu’elle déterminera l’avenir de cette structure.


Ghana : Un bébé ordonné à ‘‘renaitre’’ dans 14 jours dans un hôpital

 

Campagne (ph) pour le bébé disparu
Campagne (ph) pour le bébé disparu

La curieuse affaire du nouveau-né qui a disparu le 5 février dernier au Centre Hospitalier Universitaire de Komfo Anokye (KATH) dans la région Ashanti au Ghana, connait un nouveau rebondissement.

Le ministre ghanéen de la Santé, Madame Sherry Ayittey, a donné un délai de 14 jours aux responsables du KATH pour produire le corps du nouveau-né qui serait mort-né mais aussi le corps de quatre autres bébés qui ont disparu le même jour dans les mêmes conditions. Le ministère a promis que la lumière sera faite sur cette affaire et due les coupables seront punis.

Pour la disparition du nouveau-né au travers de qui tout le polémique a vu le jour à Kumasi, l’hôpital a insisté que le bébé était mort-né mais Suwaiba Abdul Mumuni, la mère du bébé, affirme le contraire. La mère réclame toujours le corps de son bébé plusieurs semaines après l’accouchement. Se basant sur son instinct maternel, elle dit croire que son bébé est en vie.

En attendant une suite à sa requête, le ministère de la Santé a demandé au médecin et à l’infirmière, les agents qui étaient de service le jour où le bébé mort-né a disparu, à aller en congé.

La Police régionale à Kumasi a interpellé sept personnes pour complot et vol en relation avec le bébé disparu, mais les accusés ont remis en libéré le jeudi 28 février après paiement d’une caution.

A l’origine de cette polémique, Suwaiba Abdul Mumuni a déclaré avoir donné naissance le 5 février 2014 à son bébé mais on lui fait savoir que l’enfant est mort-né. Elle ajoutera que quand ses parents sont venus pour prendre le corps du présumé défunt bébé pour aller l’enterrer, ils n’ont ou repérer ses traces.

En dernières nouvelles, L’Association Médicale du Ghana (GMA) a critiqué le ministère de la Santé pour avoir mis en congé le médecin et l’infirmière qui étaient de garde le jour de la disparition du bébé. La GMA condamne l’intrusion du ministère de la Santé dans les prérogatives réservées à l’Association.


Ghana : Retour sur le renversement du Président Kwame Nkrumah

 

Kwame Nkrumah (ph credit Samia) en apprenant son renversement en Chine
Kwame Nkrumah (ph credit Samia) en apprenant son renversement en Chine

La journée du lundi 24 février 2014 au Ghana a marqué la 48e année du renversement du premier Président du pays, Kwame Nkrumah, par un coup d’Etat militaire alors que celui était en voyage en Chine.

Une junte militaire, le Conseil de Libération Nationale (CLN), à la tête de laquelle se trouvait le Lieutenant Général Joseph A. Ankrah avait pris le contrôle du pays. Nkrumah s’était alors réfugié en Guinée chez le Président Sékou Touré qui lui proposa de devenir le vice-président de son du pays.

En souvenir de cet évènement, Samia Nkrumah, la présidente du parti la Convention People Party (CPP) et par ailleurs la fille du Président renversé a fait savoir que le renversement de son père a mis un terme brutal aux mesures économiques mises en place pour assurer un réel développement du pays.

Samia Nkrumah, l’ex député de la circonscription de Jomoro, a fait cette déclaration sur la radio Citi News à Accra au regard des difficultés économiques actuelles dont fait face le Ghana.

En vue d’aider à trouver une solution à cette crise financière, elle a suggéré au gouvernement du Président John Mahama de ramener quelques-unes des mesures mises en place par le premier Président du pays.

Des raisons ayant conduit au renversement de Nkrumah en 1966, le CNL avait évoqué certains manquements de la part du pouvoir entre autres la crise économique accentuée, la dette extérieure insupportable et l’épuisement des réserves nationales.

En plus de ces griefs la junte a soulevé des problèmes de chômage, la dévaluation de la monnaie mais surtout la dérive totalitaire du CPP, le parti au pouvoir déchu.


Ghana : les anti-OGM manifestent dans les rues d’Accra

Vue partielle des manifestants (ph)
Vue partielle des manifestants (ph)

Les rues d’Accra, la capitale ghanéenne, et surtout le centre des Arts ont connu le 28 janvier 2014 une démonstration de la Coalition des droits des agriculteurs pour prévenir les autorités contre l’introduction des organismes génétiquement modifiés (OGM) dans le pays.

La Coalition à laquelle s’est jointe Samia Nkrumah, la présidente du parti d’opposition CPP (Parti du peuple de la convention), a demandé au Parlement ghanéen de ne pas faire passer la loi permettant l’accès des OGM au Ghana.

Les anti-OGM ont défilé le 28  janvier dans les rues de la capitale encadrés par la police. Les manifestants étaient vêtus de rouge pour certains ou de rubans rouges attachés au bras pour d’autres. Sur les pancartes qu’ils portaient on pouvait lire entre autres « Interdiction des OGM », « OGM va loin », les « OGM sont un poison » …les « OGM rendront les agriculteurs ghanéens pauvres ».

Au Centre des Arts, l’appel lancé par Duke Tagoe, le vice-président de Food Sovereignty Ghana (FSG) une organisation de la société civile au Ghana a été clair : « Nous ne voulons pas des OGM au Ghana, notre survie en dépend ! ».

En prenant la parole à la suite du vice-président du FSG, Samia Nkrumah qui a aussi participé à la marche a déclaré que l’adoption de la loi sur les OGM par le Parlement va mettre les agriculteurs au chômage, mais aussi accroître le taux de chômage dans le pays. Elle a en outre encouragé ses compatriotes quelles que soit leur appartenance politique à se joindre aux campagnes à venir pour s’opposer contre la loi.

Les manifestants se sont ensuite dirigés vers James Town, une banlieue d’Accra, pour rencontrer les chefs de la communauté Sakumo We qui ont soutenu l’initiative de la Coalition qui s’oppose aux OGM. Les chefs de Sakumo We ont  invité les députés  à entendre le message de leurs mandants et à ne pas passer outre.

Ajoutons qu’en marge de cette manifestation, les députés ghanéens qui se sont réunis pour étudier le projet de la loi controversé se sont montrés attentifs.

Edward Doe Adjaho, le président du Parlement ghanéen a suspendu les discussions portant sur ce sujet afin de permettre une évaluation complète du texte.