hermann

Mon pays en chiffres et en lettres

Connaissez vous vraiment le Bénin sur Mondoblog et partout ailleurs dans le monde? Le Bénin, petit pays de l’Afrique de l’Ouest est l’un des principaux portes flambeau de la paix, de la stabilité politique et de la démocratie en Afrique.

Le Bénin-démocratie : A partir de 1990 jusqu’à nos jours, le renouveau démocratique se met en place, non sans difficultés (corruption, népotisme et clientélisme) et paradoxes (le dictateur Kérékou sera élu deux fois présidents de la République). Une nouvelle Constitution est promulguée.
Depuis, le Bénin fait figure de pays modèle en Afrique subsaharienne, en réussissant une transition démocratique sans effusion de sang ni coup d’Etat.
En 2006, en l’absence de Mathieu Kérékou et de Nicéphore Soglo, le jeu politique devient plus ouvert. Le premier tour des élections s’est tenu le 5 mars 2006. Vingt six candidats briguaient la magistrature suprême : des habitués et de nouveaux venus. Parmi eux, Adrien Houngbédji et Bruno Amoussou, tous deux anciens ministres de Kérékou et anciens présidents de l’Assemblée nationale. Contre toute attente, c’est Boni Yayi, dépeint par ses adversaires, comme l’émanation d’« une génération spontanée en politique », qui a ravi la vedette à ces derniers. Il emporta la décision finale, avec plus de 75% des suffrages exprimés. L’année suivante, ses partisans réunis au sein des Forces Cauris pour un Bénin Emergeant (FCBE) ont gagné les législatives. Dans la foulée, le président de l’Assemblée nationale élu Mathurin Nago est issu de ce mouvement.
Aujourd’hui, deux principaux acteurs émergent au sein de la classe politique béninoise : le président de la République Boni Yayi et son challenger du second tour, Adrien Houngbédji, qui fait office de «principal opposant » au pouvoir.
En 2011, Boni Yayi a remporté la présidentielle dès le premier tour.

Succès

Les efforts entrepris pour la relance de l’économie ont été renforcés pour maintenir la stabilité macro-économique saluée par la communauté financière internationale. Les différentes missions qui ont séjourné au Bénin au cours de l’année 2012, ont conclu à des résultats encourageants.

Au total, grâce aux mesures d’assainissement des finances publiques et à la mobilisation des ressources intérieures et extérieures, la situation macroéconomique du Bénin est en voie d’amélioration avec un taux de croissance de 4% attendu à fin décembre 2012 et un taux d’endettement de 27%, largement inférieur au seuil de 70 % fixé par l’UEMOA.

Par ailleurs, en vue d’accélérer l’équipement des formations sanitaires pour honorer le droit à la santé dû à chacun et à tous, le Gouvernement a conçu et lancé l’initiative « 120 jours pour équiper les hôpitaux et centres de santé du Bénin ». Cette initiative a permis à fin décembre 2012, d’enregistrer des dons pour près de deux milliards de francs CFA. L’initiative sera poursuivie en 2013.

Dans le domaine de la microfinance, le Gouvernement a continué de répondre aux sollicitations des bénéficiaires de microcrédits à travers les divers instruments mis en place. Ainsi, à la date du 28 novembre 2012, pour le Programme de Micro Crédit aux Plus Pauvres, on enregistre environ 1 500 000 bénéficiaires pour un montant cumulé de près de 64 milliards de FCFA.

Pour permettre aux communes de faire face à leurs engagements, et dans le respect des textes de la décentralisation, le Gouvernement a poursuivi les actions pour améliorer la gouvernance locale. Dans ce cadre, le processus de transfert des ressources aux communes a été renforcé.

Pour le compte de l’année qui s’achève, une somme de près de vingt deux milliards cinq cent millions (22.500.000.000) de francs CFA a été transférée aux communes pour la mise en œuvre de leur plan de développement communal contre environ vingt milliards (20.000.000.000) en 2011, soit un accroissement de 13,01%.

Défis

Au Bénin, les statistiques montrent que des défis importants se situent au niveau de l’ampleur de la pauvreté, notamment en milieu rural, de l’insécurité alimentaire, de la question préoccupante du chômage des jeunes et du financement du développement. Le relèvement de ces défis constitue un sujet de préoccupation majeure pour la grande majorité des populations béninoises. Il découle de ce constat l’urgence d’identifier de nouvelles politiques en faveurs des pauvres permettant, entre autres, de mieux tirer profit du potentiel de croissance, notamment en milieu rural, et d’utiliser ce cadre pour générer de l’emploi pour les jeunes. En effet, réduire significativement la pauvreté par la création d’emplois décents nécessite une accélération de la croissance soutenue ainsi que sa répartition équitable.

Maintenir la paix et la stabilité, accélérer la croissance économique et en répartir équitablement ses fruits sont des éléments qui appellent une bonne gouvernance dans la gestion des affaires publiques. L’amélioration de la qualité de la gouvernance nécessitera que des réformes profondes et courageuses soient engagées. Les plus urgentes relèvent de la gouvernance économique et administrative.

En matière de gouvernance administrative et institutionnelle, les principales réformes à parachever concernent essentiellement la fonction publique. Ces réformes doivent induire le changement de comportement en vue de l’instauration d’un certain nombre de valeurs morales pour une meilleure productivité au sein de l’administration et des institutions publiques.

En matière de gouvernance économique, les réformes à finaliser à court terme concerneront les secteurs vitaux de l’économie comme les filières agricoles, les régies financières, les structures portuaires, l’énergie et les technologies de l’information et de la communication.

Concernant les Régies financières que sont les Impôts et les Douanes, leurs réformes –couplées avec les réformes portuaires-devraient induire une augmentation substantielle des recettes publiques compte tenu du potentiel fiscal inexploité et accroître la compétitivité du Corridor béninois.

Résumé en chiffres et en lettres

Le Bénin c’est actuellement 10.000.000 d’habitants sur une superficie de 115 762 km². Il est riche de 52 langues locales recensées et d’une soixantaine d’ethnies. Le taux de pauvreté en 2011 est de 36,2% tandis que l’indice de développement humain est de 0,436.  Pendant que le taux annuel de croissance est évalué à 3,5%,  le taux de croissance du PIB en 2012 n’est pas reluisant (5,2%) [ A quand les deux chiffres dans la partie entière?]. Le taux d’accès à l’eau potable est estimé à 71,3% et le taux de scolarisation primaire en 2011 atteint 74,4%.

Voilà en cet article qui est un compte rendu presque fidèle d’une analyse du PNUD, quelques bribes d’informations sur mon pays.

 

Source: PNUD


Nous sommes les cobayes : 39000 tonnes de clinker pour nous intoxiquer !!!

Cela fait environ vingt jours que les populations de Yagbé à Akpakpa, précisément le premier arrondissement de la ville de Cotonou souffrent le martyre sous le regard complice des autorités compétentes. Je me demande si dans mon pays tout va de travers, ou si je suis le seul à voir que les Béninois n’ont plus rien ni dans la tête, ni dans le cœur. Aucune conscience, à tous les niveaux, autorité ou simple citoyen. Sinon comment comprendre qu’en plein milieu d’un quartier fortement habité, des responsables de la nouvelle cimenterie du Bénin entreposent du clinker à l’air libre.

Tenez-vous bien, 39 000 tonnes de clinker à l’air libre, faisant planer dans le quartier Yagbé, un nuage de poussière qui n’épargne même pas ce que les riverains ont caché sous leur lit. C’est tout simplement une atmosphère irrespirable et je trouve cela désolant. Les paisibles citoyens étaient tranquilles dans leur coin quand le 10 novembre 2013, des individus mal intentionnés sont venus les accabler de ce calvaire qui met la santé des populations à rude épreuve. Les habitants du quartier, les pauvres, aspirent en silence ces particules nocives sans pouvoir ne rien faire. Pourquoi ?

Chaque jour et plusieurs fois dans la journée, des camions viennent déverser ledit matériau et à chaque déversement, on dirait qu’on vient badigeonner le quartier de clinker. Tout ce qui était propre ou tout ce qui avait une autre couleur devient gris, c’est des problèmes respiratoires chez tous ceux qui habitent dans les environs. Enfin, les victimes haussent la voix.
Agacées, à bout de souffle et de patience, les populations concernées ont manifesté récemment leur mécontentement. L’une des artères principales du coin a été barricadée et les forces de l’ordre ont dû intervenir pour calmer ce monde où même les bébés ont les yeux tout gris. Les manifestants ont réclamé la réexportation immédiate du clinker vers le site même de la nouvelle cimenterie qui se trouve dans une zone bien reculée et favorable au dépôt dudit matériau.

Les responsables de ce délit ont donné les arguments suivants : « C’est du clinker importé par la nouvelle cimenterie du Bénin installée à Massè. C’est pour vite libérer les navires et éviter de payer des frais supplémentaires au port de Cotonou que nous avons négocié cet espace. D’ici fin décembre prochain, tout le clinker sera convoyé sur le site de Massè. Nous invitons les populations au calme… »

Une telle situation est inconcevable dans un pays qui se respecte! Du clinker en direct du port autonome de Cotonou ? Mais comment se fait-il que les camions faisant le convoyage du matériau passent à travers les mailles du contrôle du département de l’environnement du port autonome de Cotonou ? Comment se fait-il que pendant des jours, ni le ministre des Mines, ni celui de l’Environnement n’aient réagi ? Ce qu’un investisseur ne peut pas faire dans son pays, pourquoi c’est chez nous en Afrique qu’il a le courage de le faire ? Pourquoi a-t-on attendu le ras-le- bol des populations pour tenter de donner des explications et promettre de déplacer le produit vers son site normal à une centaine de kilomètres de là. Et tout cela reste impuni.

Au vu de la situation, il y a à l’évidence une complicité au sommet et ce sont les populations qui en pâtissent. Pour le moment les habitants de ce quartier sont toujours exposés à cette poussière meurtrière qui selon des spécialistes du domaine de la santé pourrait causer à la longue, le cancer des poumons, le cancer des voies respiratoires, la sinusite, les troubles respiratoires aigus et même la mort. Dans ce dossier, tout nous démontre qu’un dédommagement ne sera pas fait aux populations pour les dommages causés à leur santé. Une fois de plus, on se rend compte que le Bénin est le pays de l’indiscipline. Nous avons des autorités, mais, se soucient-elles de nous ?

 

 


Priez tous les saints avant d’entrer dans la circulation cotonoise

L’inconscience criarde de la plupart des usagers de la route à Cotonou est un facteur important dans les accidents de la circulation qui sont de plus en plus fréquents. Plus personne ne  fait attention en conduisant. Les gens ne protègent pas leur vie. Les couches les plus concernées sont les  » Zémidjans  » et les jeunes entre 16 ans et 30 ans. Ils oublient qu’en conduisant n’importe comment, ils mettent la vie de plusieurs personnes en danger. Les  » Cotonois  » sont toujours pressés. Et pourtant rien n’avance dans le pays. La maxime « qui va lentement va sûrement  » n’a plus droit de cité à Cotonou. Celle qui dit  » Il ne sert à rien de courir, il faut partir à point  » non plus ! La situation est d’autant plus grave qu’on dirait que le Code de la route n’est plus respecté par les motocyclistes. La pléthore de motocyclistes surpasse la vigilance des forces de l’ordre qui s’en tiennent au rançonnement et parfois à la simple présence sur les axes routiers. Je n’ai jamais vu une ville où il y a autant de motos. Des motos qui font de la fumée partout, des motos qui aux heures de pointe, occasionnent un bouchon sur des kilomètres. Les motocyclistes adoptent ici de nos jours, un style de conduite particulier; ce style frôle la motoGP ou le rallye.  Les causes d’un aussi grand nombre de motos dans la ville, d’une aussi mauvaise conduite et d’une fréquence quand même importante d’accidents de la route sont diverses.

  • Le salaire moyen d’un Béninois ne lui permet pas d’avoir une auto et la mentalité du Béninois l’empêche de prendre des taxis.
  • Au Bénin, il n’y a pas de transport en commun digne de ce nom, nous sommes actuellement dans des essais qui n’aboutissent pas à grand-chose encore.
  • Les camions qui desservent le port autonome de Cotonou et les chantiers de construction empruntent les mêmes axes urbains que les usagers communs.
  • L’exiguïté flagrante des routes de Cotonou : les dirigeants bouffent tout l’argent à force de prendre 10 % et autres et le reste suffit à peine pour construire une bonne route.
  • Pas d’auto-école pour les motocyclistes, conduit qui veut et non qui peut. Du coup à peine 10% des usagers connaissent le Code de la route.
  • L’inexistence d’emplois crée un terrible exode rural: les jeunes villageois viennent en nombre dans la ville et conduisent des taxis-motos sans aucune qualification.
  • Même en ce qui concerne les conducteurs de voitures, la mafia dans les auto-écoles provoque l’achat du permis sans aucune maîtrise du Code de la route ou du volant d’une voiture
  • Très peu de feux fonctionnent et les panneaux de limitation de vitesse ne freinent pas les têtus Béninois.

Parmi les  causes mortelles, les camions portant des conteneurs mal attachés qui très souvent se renversent sur les usagers de la route. Les  routes sont mal faites et mal entretenues. Les jeunes conducteurs ne pensent qu’à frimer. Les Béninois sont tous pressés et tout le monde veut tout avoir illico. Les policiers raquetteurs  ne contrôlent pas les pièces des véhicules. Ils  s’enrichissent sur le dos des pauvres citoyens en les rançonnant injustement. Leur incompétence, leur gloutonnerie, leur excès de zèle et surtout leur inefficacité mettent en Danger la population.


Qui a enlevé le père Georges Vandenbeusch?

Le prête français Georges Vandenbeusch a d’après des témoins été pris de force à  Nguetchewe dans l’extrême nord du Cameroun, par une quinzaine d’hommes armés.

Le père Georges Vandenbeusch avant son départ pour le Cameroun, en juillet 2011
Le père Georges Vandenbeusch avant son départ pour le Cameroun, en juillet 2011. Photo : Ville de Sceaux / Sipa

Âgé de 42 ans environ, l’homme de foi officiait dans le cadre d’un échange entre prêtres d’un diocèse de France et du diocèse du Nord-Cameroun. Il est le curé de la paroisse Nguetchewe,  située à 30 kilomètres de la frontière du Nigeria. C’est dans cette même aire que la famille Moulin-Fournier avait été enlevée.

Installé à Nguetchewe depuis 2011, le prêtre français semblait bien aimer cette localité. Son dernier billet sur le blog du diocèse des Hauts-de-Seine en dit long :

« Je vais achever ma deuxième année ici, à Nguetchewé. Rassurez-vous je ne compte pas les jours, les semaines, car le temps passe très vite. Le « monde » s’éloigne un peu. Du moins celui qui était le mien et le vôtre. Il s’éloigne par la largeur des paysages si différents de ceux des Hauts-de-Seine, mais surtout par le style de vie des habitants. Aujourd’hui encore, je mesure avec toujours plus d’étonnement, comment le climat, les conditions de vie modèlent la culture, le langage et donc la façon de penser et de vivre. Dès que je regarde les traductions de l’Evangile en maffa je voyage beaucoup plus loin, et je dois chercher la façon dont eux-mêmes comprennent pour trouver des images qui parlent. Ainsi le mot prier « tsiy ray » veut dire littéralement « frapper les mains », car on frappe légèrement dans ses mains lors des cultes traditionnels. Le mot souffrance « saw ziy », veut dire… « manger sa merde », c’est imagé n’est-ce pas !!! Je vous laisse deviner la traduction du credo, « Jésus a souffert sous Ponce Pilate ». »

Devons nous dire que l’amour qu’il avait pour sa paroisse dépassait la crainte de la mort ou la crainte du danger

Dans la nuit du mercredi soir au jeudi matin, des ravisseurs dont personne ne peut jurer de l’identité ont jeté leur dévolu sur la petite paroisse du père Georges. Après avoir fouillé la chambre des sœurs et essayé de les dépouiller de leurs biens, les braqueurs se sont dirigés vers la chambre du père qu’ils ont saccagée  en essayant d’avoir accès à son coffre-fort. Pour finir, c’est l’homme de foi qui a été emmené par les ravisseurs (je rapporte le témoignage d’une sœur sur France 24). Notons quand même que le père Georges a pu joindre les autorités françaises au Cameroun juste avant son enlèvement.

France24 à propos de l’enlèvement

Qui a enlevé le père Georges Vandenbeusch?

En février dernier ; c’est le groupe islamiste Boko Haram qui avait revendiqué l’enlèvement des Moulin-Fournier . Cette fois , aucune revendication n’a encore été faite,  mais le suspect numéro 1 reste la secte Boko Haram. Boko Haram, de sa dénomination abrégée en haoussa, ou Peuple engagé dans la propagation de l’enseignement du Prophète et du jihad (arabe : جماعة اهل السنة للدعوة والجهاد, Jamāʿat ʾahl al-sunnah li-l-Daʿwah wa-al-Jihād), est une organisation terroriste au Nigeria fréquemment qualifiée de secte. Fondée par Mohamed Yusuf en 2002, l’organisation a pour objectif de faire appliquer strictement la charia dans tout le pays. La frontière Nigeria-Cameroun est vue comme le fief du groupe même si en réalité, Boko Haram est une secte nomade qui a étendu ses tentacules dans beaucoup de régions. Les membres sont lourdement armés et se nourrissent de pillages, vols, et de lourds tributs qu’ils font parfois payer à certains hommes d’affaires. Depuis sa création, Boko Haram a déjà revendiqué plus d’une cinquantaine d’attaques et de massacres.

Boko Haram devrait-il être le seul suspect ?

Il existe un autre groupe terroriste au Nigeria qui fait rage et que les Etats-Unis ont récemment classé sur leur liste rouge après Boko Haram. Il s’agit du groupe Ansaru.  C’est une branche dissidente de la grande organisation Boko Haram,  mais qui  a des objectifs plus internationaux.

Les braqueurs camerounais qui ont l’habitude de brimer les populations de cette région ne doivent pas non plus être occultés de la liste des suspects.

Nous attendons une revendication pour être sûrs . L’une des choses qu’il faut néanmoins retenir, c’est que le prêtre a été prévenu par les autorités françaises au Cameroun de la dangerosité de la zone. Il y est resté quand même. François Hollande a d’abord dit dans son discours de jeudi :  » Nous ferons tout pour libérer le père Vandenbeush… » avant d’appeler au calme et d’ inviter les Français en dehors de la France à toujours respecter les conditions de sécurité prescrites à leur endroit.

François Hollande fait un discours sur l’enlèvement du prêtre français


Mondial 2014: Barrage retour Zone Afrique

Les 16, 17 et 19 Novembre prochain, se joueront les Matches de football comptant pour le barrage retour des qualifications de la zone Afrique à la prochaine coupe du monde qui se tiendra au Brésil en 2014. Mais avant ces dates fatidiques, permettons nous de faire l’état des lieux concernant les Matches Aller et ainsi d’avoir une vue sur les chances des différentes équipes lors des Matches retour.

Trois affiches parmi les cinq retenaient particulièrement l’attention des amoureux du cuir rond. Il s’agit de Tunisie – Cameroun , Ghana – Egypte et Côte d’Ivoire – Sénégal.

Pour ceux qui connaissent les aigles de carthage et les lions indomptables,  ces deux équipes recherchent impérativement une nouvelle participation à la CM 2014. Pour avoir connu ces huit dernières années des successions de désillusions sur le gazon vert, les deux pays entendent effacer les mauvais souvenirs et renouer avec la crème de la crème à l’échelle mondial.  Tout ce climat de prudence et d’envie a pesé lors du match aller où les deux équipes se sont séparées dos à dos sur un score nul et vierge.  Les inconditionnels du ballon rond se régaleront alors lors du match retour puisque les deux équipes ont encore tout à gagner et une équipe doit forcément sortir vainqueur. Cette affiche n’a donc pas encore livré tout son suspens et tout peut arriver jusqu’à la dernière minute. Notons quand même que les camerounais seront sur leurs installations, seul petit avantage.

La deuxième affiche qui oppose les black stars aux pharaons semble avoir livré son verdict sauf un miracle  tout à fait anodin et apparemment impossible. A l’aller, les ghanéens avaient atomisé les égyptiens sur le score sans appel de 6-1 sur les installations des black stars. Le match retour qui aura lieu le 19 Novembre prochain donne tout l’air d’une formalité pour l’équipe du ghana à moins que l’armada offensive des pharaons crée la surprise et renverse la vapeur avec un score de 5-0.

Le match entre la côte d’ivoire et le Sénégal peut encore créer des surprises. A l’aller les lions de la teranga s’étaient incliné sur un score de 3-1. Les poulains de Alain Giresse qui avaient sauvé l’honneur dans les toutes dernières minutes, entendent prendre leur revanche lors du match retour mais tout ceci sans Demba ba. Le match se jouera à Casablanca puisque le stade Léoplold Sédar Senghor de Dakar écope d’une sanction. Les sénégalais ne sont donc pas  à la maison, cela pourrait avoir un impact négatif sur leurs performances. De toute façon, les ivoiriens, premiers dans le classement de la CAF partent confiants et sûrs d’eux.

Les deux autres affiches, non moins intéressantes que les premières opposent l’Algérie au Burkina Faso et le Nigéria à l’Ethiopie. On y retrouve le petit poucet (l’Ethiopie) et l’outsider (Burkina Faso). Lors du match aller en Octobre dernier, l’Ethiopie s’est logiquement incliné 1-2 sur ses propres installations. Les champions d’Afrique en titre joueront à domicile en surveillant de très près la modeste formation de l’Ethiopie qui pour s’être qualifiée pour ces barrages n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Ce match a alors de l’enjeu même si le Nigéria semble largement favori. En comptant avec les surprises fréquentes du foot, restons prudents! Intéressons dès à présent à la nouvelle fierté de l’Afrique de l’ouest francophone en matière de foot: le Burkina Faso. les Etalons ont tenu en respect au Match aller, les phénecs d’Algérie qui n’ont pu rien faire pour changer le score de 3-2. Le match retour qui se déroulera à Blidah le 19 Novembre prochain tient toutes ses promesses. Il suffit aux algériens de marquer un but de n’encaisser aucun pour arracher leur billet pour RIO 2014. Mais c’est sans compter sur la belle équipe burkinabé qui a déjà montré à toute l’Afrique qu’elle sait jouer au football et qu’elle sait tenir ses avances.

Une chose est sûre,  le week end prochain les inconditionnels du cuir rond auront de quoi se mettre sous la dent et le 19 Novembre, l’Afrique connaîtra ses 5 ambassadeurs pour RIO 2014

 


Al Ahly remporte sa huitième ligue des champions

Le club égyptien Al Ahly a établi dimanche dernier un nouveau record en remportant la 8e Ligue des champions de son histoire. Tout s’est joué lors de la finale retour lorsque le club sud-africain des Orlando Pirates s’est incliné 2-0 face à Al Ahly qui avait déjà fait une belle opération à l’extérieur en tenant en échec à l’aller, les sud africains.

Conduit par son meneur de jeu très célèbre Aboutrika, les égyptiens ouvrent la marque en début de deuxième partie avant de doubler la mise un quart d’heure environ avant la fin du Match. Une analyse des deux matchs de la finale nous montre que les égyptiens méritent pleinement ce trophée. Concernant le Match retour, le portier sud Africain Meyiwa a eu du pain sur la planche. Ayant essuyé à plusieurs reprises les assauts de l’attaque égyptienne, il finit par craquer à la 54ème minute sur une frappe opportuniste de Mohammed Aboutrika qui libère un stade plein comme un oeuf. Pourtant, les dernières minutes de la première période semblaient montrer le rétablissement de l’équilibre entre les deux formations . Le deuxième but survient à la 78ème minute sur une frappe de l’attaquant Ahmed Abdul Zaher qui ainsi, scelle le sort des sud-africains. Cette victoire des égyptiens a montré une fois de plus l’immense talent de Mohammed Aboutrika qui envisage prendre sa retraite à 35ans en Décembre 2013.

Sur l’ensemble des deux matches Al Ahly l’emporte logiquement 3-1 (1-1 à l’aller, 2-0 au retour) et devient l’équipe africaine la plus titrée de l’histoire de la ligue des champions de la CAF.

 


Au secours – Typhon Haiyan

Aux Philippines, nul répit avec les catastrophes naturelles. Le 9 novembre, l’un des typhons les plus violents de l’histoire a balayé les Philippines vendredi et samedi : typhon Haiyan. Selon les autorités , ce typhon a déjà fait plus de 10.000 morts et on compte environ 2.000 disparus. Toutes les ONG se mobilisent alors pour venir au secours de la population philippine en pleine tristesse.

Le Vietnam a déplacé plus de 600.000 personnes avant l'arrivée de Haiyan, ont indiqué dimanche les autorités qui attendent pour lundi matin le typhon déjà responsable de milliers de morts aux Philippines. afp.com/-
Le Vietnam a déplacé plus de 600.000 personnes avant l’arrivée de Haiyan, ont indiqué dimanche les autorités qui attendent pour lundi matin le typhon déjà responsable de milliers de morts aux Philippines. afp.com/-

L’ONG Action contre la faim qui a affirmé que ce typhon est le plus puissant de l’année 2013 avec des vents atteignant 315Km/h, et a lancé un appel important pour tous dons à travers le site internet.

Des secours sont envoyés du monde entier pour circonscrire le désastre. Une équipe du Programme alimentaire mondial est sur place depuis samedi pour évaluer les besoins et convoyer environ 40 tonnes de nourriture. Les aides effectives et annonces d’aide fusent de partout. Pendant que l’Unicef annonce l’acheminement d’un avion cargo de soixante tonnes de produits puis d’équipements sanitaires, la commission européenne annonce 3 millions d’euros pour les opérations secours et le Canada promet une aide de 5 millions de dollars.

Dans un pays où la nourriture et l’eau potable se font rares, et où les autorités sont dépassées par l’ampleur des événements; la solidarité internationale montre toute son efficacité. La Nouvelle-Zélande et l’Australie ont déjà fait un premier don de 490.000 dollars; Médecins sans Frontières a fait dons de 200 tonnes de produits pharmaceutiques et autres matériels; l’Allemagne qui se prépare pour un don massif de produits a déjà une équipe de secouristes sur le terrain, et la marine de l’armée américaine est en route pour venir intensifier les opérations de recherches.
Des annonces d’assistance sont faites tous les jours mais Manille n’est pas encore sorti des décombres.

La communauté internationale est néanmoins entrain de jouer sa partition et ce sont des actions à saluer. Vous pouvez aider l’archipel des Philippines en allant sur les différents sites des ONG.


Samuel Eto’o Fils revient en sélection nationale

L’attaquant camerounais de Chelsea a fait peur au football camerounais. Tout juste après le match joué face à la Lybie, le capitaine de la sélection camerounaise avait signé verbalement sa retraite contre toute attente. Il avait décidé d’arrêter sa carrière en équipe nationale sans même donner les vrais raisons de son départ. Cette nouvelle  avait fait mal au monde footballistique camerounais mais cela pouvait permettre à d’autres attaquants de faire leurs preuves. Mais à en croire le site www.starafrica.com , le capitaine des lions indomptables revient en sélection.

En effet , c’est de la hiérarchie supérieure du gouvernement camerounais qu’est venu l’ordre.  Une convocation sur ordre du président Paul Biya et une audience auprès du sécretaire général du gouvernement ont suffit pour faire changer d’avis, le capitaine des lions. A sa sortie d’audience , Eto’o livre quelques mots :

« Il y a des moments dans la vie où certains problèmes peuvent nous amener à prendre certaines décisions. J’ai reçu mon ordre de mission pour le match contre la Tunisie. Et comme un bon soldat, je suis prêt à l’accomplir. Je vais rejoindre mes coéquipiers en sélection et j’espère qu’on reviendra de la Tunisie avec un bon résultat »  (propos recueillis au micro de la CRTV)

Le Cameroun jouera le match aller des barrages comptant pour la coupe du monde 2014, Dimanche à Radès contre la Tunisie. En cas de victoire sur les matchs aller et retour, le capitaine de la selection camerounaise pourrait avoir droit à une quatrième participation à une phase finale de coupe du monde.