Julienne

Les contraceptives, une efficacité contre les grossesses précoces

Les contraceptives sont des méthodes très connues pour éviter les grossesses précoces. Le Dr Isaac HOUNGNIGBE, lors d’un atelier de renforcement des capacités sur les DSSR, a apporté des clarifications sur les contraceptives. Cet atelier initié par l’Association des Blogueurs du Bénin (AB-Bénin), avec l’appui financier de l’UNFPA, a permis de dissiper les doutes autour de ces méthodes. Il insiste par ailleurs sur leur efficacité, leur sécurité et leur réversibilité.



Orgasme féminin : tout ce que vous devez savoir

L’orgasme féminin est un sujet qui suscite beaucoup de questions. Sachez tout de même que tout comme l’homme, la femme peut aussi atteindre l’orgasme. Mais c’est un phénomène spécifique à chaque femme. Il est donc important de lever le mystère.


Le préservatif masculin : comment bien le mettre ?

Les préservatifs sont des moyens de contraception très utilisés qui offrent une protection absolue à la fois contre les IST et MST. Mais leur efficacité dépend de leur utilisation. Des recherches ont démontrés que les accidents de déchirement des préservatifs sont le plus souvent liés à une mauvaise utilisation. Il est donc important de savoir les utiliser.

Il existe deux types de préservatifs. Le préservatif masculin et le préservatif féminin. Tout comme le préservatif féminin, le préservatif masculin est un moyen pour éviter les grossesses précoces et les infections sexuellement transmissibles. Selon des études, il existe un risque de 1,3 à 8,5% de déchirure du préservatif. Il est donc important voire primordiale de savoir utiliser correctement le préservatif.

Le préservatif est constitué d’une fine enveloppe protectrice en caoutchouc qui recouvre la verge et est employé par l’homme comme contraceptif et contre les maladies sexuellement transmissibles. Pour l’utiliser, il faut tout d’abord ouvrir l’emballage à partir des arrêtes dentelées. Ne jamais utiliser les dents, un objet pointu ou encore un objet tranchant pour ouvrir l’emballage du préservatif au risque de l’endommager. Ensuite, il faut poser le préservatif sur l’extrémité du pénis en érection, pincer délicatement le petit réservoir entre deux doigts pour en chasser l’air et le dérouler délicatement sur le pénis en érection en partant de la verge pour le pubis. À la fin du rapport sexuel immédiatement après l’éjaculation le garçon doit se retirer en retenant le préservatif à la base du sexe pour ne pas le perdre, enfin fermer le préservatif en le nouant et le jeter dans une poubelle. Par ailleurs, n’utilisez pas le préservatif si vous constatez que l’emballage est endommagé ou que la date de péremption est dépassée ou encore si vous l’avez placé à l’envers.

Un homme ouvrant un préservatif masculin – CC

Rappelons que le préservatif est à usage unique et il faut en utiliser un nouveau lors de chaque rapport sexuel.

Toutefois, certaines personnes présentent des allergies au latex, principale matière de fabrication du préservatif. Mais, il existe désormais des préservatifs sans latex pour garantir un bon confort aux personnes allergiques aux latex.

 


Puberté : Parents, voici comment mieux accompagner vos enfants dans cette étape 

 

©ludo-lidia.over-blog.com
©ludo-lidia.over-blog.com

Qu’est-ce que la puberté ?

La puberté, c’est le passage de l’enfance à l’âge adulte. Elle peut se déclencher à tout âge. Lorsque la jeune fille présente les caractères sexuels secondaires avant l’âge de sept ou huit ans et le garçon avant l’âge de dix ans, on parle de puberté précoce et de puberté retardée lorsque les caractères sexuelles secondaires apparaissent chez le jeune après 13 ans. Dans cette étape de la vie, les parents éprouvent des difficultés à accompagner leurs enfants au cours de cette période. Parents, voici pour vous quelques conseils pour mieux accompagner vos enfants tout au long de cette phase.

La puberté, c’est cette étape de la vie où les jeunes présentent des changements aussi bien physiologiques que psychologiques.

Les changements physiologiques

Du côté du jeune garçon, on note une apparition des poils autour du pubis, le développement des muscles, l’apparition des moustaches, l’augmentation du poids et une croissance rapide. De plus, la voix devient rauque. Chez la jeune fille, on notera le développement des seins, l’apparition de la menstruation, la voix qui devient fine, une augmentation rapide de la taille, l’apparition des poils autour du pubis également.

Les changements psychologiques

Sur le plan psychologique, les jeunes se découvrent, découvrent le sexe opposé et développent un goût pour le secret. Ils se croient grands et veulent avoir le monde à eux seuls en prenant leurs propres décisions.

La responsabilité parentale

Ainsi, le rôle parental devient indispensable. Mais il n’est pas aisé : les jeunes deviennent arrogants et veulent affirmer leur personnalité. Dans ce cas, il revient aux parents de mieux étudier leurs enfants afin de mieux les connaître, les comprendre et les guider. De plus, il ne faut pas continuer à faire de la sexualité un sujet tabou et ne pas hésiter à enclencher des discussions sur le sujet avec les enfants.

Comment enclencher les discussions sur la sexualité avec les enfants ?

Même si les enfants sont à l’aise avec le sujet, c’est rarement le cas des parents. Il n’y a pas d’âge idéal pour commencer à parler de la sexualité. Si la demande vient de l’enfant, c’est qu’il est prêt à entendre une réponse. Et les conseils que vous parents pouvez prodiguer aux enfants pubères doivent être orientés vers la préservation, l’abstinence et la sensibilisation sur les IST (Infections sexuellement transmissibles) et MST (Maladies sexuellement transmissibles) notamment le SIDA. Toutefois, il serait préférable d’aider les enfants à accéder à une certaine forme de responsabilité que d’essayer de les dissuader d’avoir des relations sexuelles. Parfois, cet échange peut être déclenché par la diffusion d’une scène amoureuse à la télévision.

A la vue de ces scènes, parents, évitez toujours de zapper et attendez la fin de la scène pour susciter le débat. Pour ouvrir le débat, vous avez plusieurs options. Soit vous partez des avantages. Soit vous partez des conditions ou encore des conséquences de ces pratiques. Toutefois, vous pouvez partir de vos exemples personnels, de votre expérience. Il faut surtout éviter de juger les enfants. Ils perdront confiance en vous et prendront leurs distances vis-à-vis de vous sur le sujet. Plus vous rendez l’environnement favorable au débat, plus l’enfant reviendra toujours près de vous, ses parents.

La puberté n’est qu’une étape de la vie et le suivi parental est indispensable pour l’épanouissement des enfants.


Bénin : plaidoyer pour une éducation sexuelle intégrée à la jeunesse 

©agendao.com.br
©agendao.com.br

Au Bénin, parler sexe en famille, avec les parents est tabou. Même si les jeunes sont très à l’aise avec le sujet, ce n’est cependant pas le cas avec les parents. Sans doute parce qu’ils ne cernent pas encore eux-mêmes la notion d’éducation sexuelle et son utilité. En réalité, la notion d’éducation sexuelle est une notion très ambiguë qui porte souvent à confusion. Pour lever la confusion, j’ai une définition de la notion pour vous.

Qu’est-ce qu’une éducation sexuelle

Avant de poursuivre, je tiens à préciser que si vous aviez des idées perverses, il vous faudra une délivrance spirituelle. L’éducation sexuelle n’est pas synonyme de pratiques pornographiques. Selon l’encyclopédie en ligne Wikipédia, « l’éducation sexuelle consiste à informer les jeune la sexualité et à transmettre un certain nombre de valeurs et de recommandations. Elle peut également avoir pour objet l’expression et la discussion autour des sentiments amoureux, des pratiques sexuelles et du respect mutuel. ». Bon vu que la confusion est levée passons à l’éducation sexuelle intégrée à la jeunesse.

L’éducation sexuelle intégrée à la jeunesse consiste donc à informer, à sensibiliser et à accompagner les jeunes dans le domaine sexuel en vu de réduire d’une part les risques d’infection liés aux MST, les grossesse précoces et les avortements chez les filles d’autre part.

Ici au Bénin, grâce au combat loyal de #Educfillemère de Stella Dokpodjo, une blogueuse béninoise on se rend compte de l’importance d’une éducation sexuelle intégrée à la jeunesse. La réinsertion scolaire des filles-mères que Akossiwa mène comme combat montre que les grossesses sur les bancs sont un phénomène qui prend de l’ampleur. Elle mène certes un travail loyal mais une éducation sexuelle réduirait le taux de grossesses précoces et l’avortement chez les jeunes filles, réduirait également les risques d’infection liés aux MST chez les jeunes

Parce ce les jeunes constituent la relève, l’éducation sexuelle s’impose afin de corriger le tir et de limiter leur déscolarisation surtout celles des filles. Pour ce faire, j’interpelle les autorités à divers niveaux pour que soient intégrés dans les programmes scolaires au Bénin, du primaire au lycée en passant par le collège, des cours d’éducation sexuelle et des centres d’orientation.