Warda

Barcelone

 

En 2011, à Barcelone, il y avait, sur la grande place, des gens qui se regroupaient, pour changer le monde…
En 2011, à Barcelone, je perdais me lunettes, mes papiers, et le nord…
En 2011, à Barcelone, les histoires d’amour finissent mal, en général…

 

Une nuit de Barcelone

Sans papiers, sans lunettes

Sans manteau, ni chaussettes

Sous la pluie comme une pomme

Barcelone

 

Une nuit de Barcelone

Grands phares flous, halos froids

Champ de vision réduit

Y a de quoi rester coi

Barcelone

 

Une nuit de Barcelone

Toutes les larmes de mon corps

Perdue dedans dehors

Refuge sous une vitrine

Barcelone

 

Une nuit de Barcelone

Une voix féminine

Émue et venue du

Campement Indignés

Barcelone

 

Une nuit de Barcelone

Pour croire aux anges gardiens

Lola, je me souviens

Ton accent et ta joie

Barcelone

 

Une nuit de Barcelone

Blau Angel je sais

Quelques Justes sauveraient

La Terre toute entière

Barcelone

 

Une nuit de Barcelone

Déjà, tu m’emmenais

Au campement avec toi

Mais de crainte, je restais

Barcelone

 

Une nuit de Barcelone

Un connu me r’trouvait,

Inconnue, te quittais

A regrets, à regrets

Barcelone

 

Une nuit de Barcelone

Je choisissais l’amant

Qui déjà plus n’aimait

Et perdais mon amie

Barcelone

 

Une nuit de Barcelone

Une nuit m’a appris

Aux amants préférer les amis

Aux amants préférer les amis

Barcelone


L’ADEPAPE 37 tire la sonnette d’alarme

L’ADEPAPE, un « après l’ASE » ?


Qu’est-ce que l’ADEPAPE ?


L’Association Départementale des Personnes Accueillies en Protection de l’Enfance du département d’Indre-et- Loire est une association d’entraide s’adressant aux pupilles de l’État et assimilés, c’est à dire les personnes abandonnées par leurs parents biologiques. Elle a été créée en 1943 à l’initiative d’anciennes pupilles. Elle est affiliée à la Fédération Nationale d’Association d’Entraide des Pupilles et Anciens Pupilles de l’État, reconnue d’utilité publique. Il s’agit d’une association autonome, qui peut être recommandée par des services administratifs, mais qui n’en dépend pas. Elle est gérée par des personnes qui ont été à un moment de leur vie, placées par les services de l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance). L’ADEPAPE est, pour ses adhérents qui ne peuvent compter sur un entourage familial, une véritable famille de substitution. Elle est d’ailleurs appelée « La Grande Famille de Touraine ». L’ADEPAPE regroupe c. 900 adhérents, à partir de 18 ans, jusqu’à sa doyenne centenaire.


Missions et fonctionnement.


Madame Tanzilli, secrétaire, est salariée à temps plein de l’association. Dans les locaux de la rue Herpin, elle reçoit les adhérents pour leur proposer un soutien moral, une écoute, et une aide administrative. Elle rappelle que le vécu des adhérents est tel, qu’ils ont souvent des difficultés, voire peur d’aller vers les services sociaux. Par ailleurs, lorsqu’une personne a grandi dans un foyer, elle peut rencontrer des difficultés à gérer un budget, à anticiper le paiement d’une taxe d’habitation, à chercher un emploi, à tenir une maison, parce qu’il n’y a pas eu de parents pour transmettre ces choses du quotidien. Ni leur présence rassurante pour entrer sereinement dans la vie, et être rapidement autonome. L’ADEPAPE, par l’échange d’expérience, les témoignages entre adhérents, et l’accompagnement proposé par Mme Tanzilli, permet d’acquérir ces compétences sociales indispensables. En cas de coup dur, ce sont des personnes qui ne savent pas toujours vers qui se tourner. Qui désigner comme « personne à prévenir en cas d’urgence », quand on n’a pas de famille ? A 18 ans, où chercher de l’aide administrative ? Comment poursuivre ses études, sans soutien familial ? Comment louer un appartement sans garant ? Ce sont aussi des personnes qui échappent aux « traditions familiales » ; et pour certains, sans l’ADEPAPE, pas de fête de Noël, pas d’anniversaire, pas de cadeau de mariage ou de naissance.
Rappelons qu’à 18 ans, les jeunes sortent des services d’aide sociale à l’enfance, et que, faute de relais comme l’ADEPAPE et autres associations, beaucoup finissent à la rue. Par ailleurs, du fait de leur situation, bien difficile d’avoir des ambitions scolaires, voire universitaires. Ce sont des jeunes qui sont orientés tôt vers des filières courtes, plutôt que vers un bac général et un master en sciences humaines, quand bien même ils en auraient les capacités. Quant à la possibilité d’avoir son permis de conduire dès ses 18 ans, cela semble bien compromis.


Appel aux dons


Pour ses c.900 adhérents, l’ADEPAPE est un réseau de solidarité, d’ailleurs désignée comme structure relais par les services de l’ASE au public concerné. Or, depuis 2010, l’ADEPAPE a vu fondre les aides financières qui lui étaient allouées par différentes institutions. En 2010, le montant de ces aides est passé brutalement de 63 500€ à 35 000€. Pour faire face à cette situation et continuer à assurer auprès de ses adhérents les services d’aide sociale et  l’accompagnement d’urgence, l’ADEPAPE a du puiser dans les legs faits par ses adhérents, ce qui a conforté les financeurs dans l’idée que l’association n’avait pas besoin d’une aide supérieure à 30 000€ (nouvelle baisse en 2016). Or, l’association aura bientôt épuisé ses ressources propres, et après avoir supprimé petit à petit les activités proposées, et les aides matérielles, c’est aujourd’hui le poste de la salariée qui est menacé, et donc l’existence même de l’association. L’ADEPAPE lance donc un appel aux dons, auprès des particuliers et des entreprises ; dons donnant droit à des déductions fiscales. Pour monsieur Deux, président de l’association, c’est la dernière chance de survie de l’ADEPAPE.

Pour rappel :
Code de l’action sociale et des familles – Article L 224-11
« L’Association départementale d’entraide entre les pupilles et anciens pupilles de l’État participe à l’effort d’insertion sociale des personnes admises ou ayant été admises dans le service de l’aide sociale à l’enfance. A cet effet, elle peut notamment leur attribuer des secours, primes diverses, dots et prêts d’honneurs. Ses ressources sont constituées par les cotisations de ses membres, les subventions du département, des communes, de l’état, les dons et legs.. Le conseil d’administration comporte deux membres des conseils de famille des pupilles de l’État. «


Démocratie&vieilles dentelles

Fiction d’entre-deux tours


épisode 201947


Marianne découvre par les prophéties de Cassandre, sa meilleure amie, que le peuple ne l’aime plus. Il a renié sa foi républicaine pour le culte du Vodor et de Lotokar, et il fricote avec une blonde. Il parle de divorce. Elle est au bord du suicide, quand soudain, le téléphone retentit. C’est Cassandre.


CASSANDRE – « Allô ? Je te dérange pas ?
MARIANNE – Non, non…
CASSANDRE – Tu es chez toi, là ?
MARIANNE – …Il y a des chances. Enfin, pour le moment…
CASSANDRE – …Un café ? J’apporte des macarons ! – tuuu tuuuut tuuuu – Allô ? Allô !!!! »
Inquiète, Cassandre saute sur son scooter et va rejoindre Marianne.


Episode 201948



MARIANNE – Ahahah !!! 😂😂😂
CASSANDRE – …Mais… ça te fait rire ? Ton Peuple risque de te plaquer pour une blonde, et tu ris ?
MARIANNE – Mais que veux-tu que je fasse d’autre, ma chère ? Il paraît que je suis trop intello pour lui, avec mon école laïque et mon « liberté-égalité-fraternité ». Pas assez « tarte aux pommes au foyer ». Il flippe.
CASSANDRE – …Ben, c’est pas drôle. Le salaud… Que vas-tu faire ?
MARIANNE – Mais rien. Je ne peux rien faire, à part mes valises.
CASSANDRE – …Ah…
MARIANNE – La dernière fois, il m’a quittée pour un vieux maréchal. Tu vois, moi non plus, plus rien ne me surprend… Et t’as mal regardé, dedans, elle est brune.
CASSANDRE – …Quelle idée, aussi, de te balader les einsss’ à l’air sur une barricade… Même avec un pseudo… Je t’avais bien dit que ça finirait mal !
MARIANNE – Il m’a déjà dit qu’il voulait pas la garde des gosses qui ne sont pas blonds aux yeux bleus. Tous les mêmes, hein… Dès qu’il s’agit de s’occuper de ses gamins, toujours prêts à tout et à trouver n’importe quelle excuse pour ne pas le faire !
CASSANDRE – Ma pauvre chérie ! Où allez-vous aller ?
MARIANNE – Alors là… J’avais pensé rendre visite à Liberty, ma cousine aux Amériques, qui m’invite depuis des lustres, mais je crois que ce n’est pas le moment…


Episode 201949


Marianne et Cassandre abusent du Chasse-Spleen pour se consoler de leurs déboires, et se mettent à déblatérer sur les blondes.


CASSANDRE – Naaan mais doutes fazons, les blondes, zé rien gue des zaletés !
MARIANNE – Sûr ! Toi, hein, toi aussi, t’as eu ta dose de blonde, avec la Hélène, hein !
CASSANDRE – Haaaan, naaan mais ma jérie zi du veux ba gons svache, arrêt-là de suite ! Haaaan *cri d’orfraie* Ah, nan mais me barle ba d’elle ! Encore rune qu’a réussi et mis le dawa rien gu’avec zon hein… Avec, hein… Avec zon GUD !!
MARIANNE – Pour sûr ! D’t’façon, hein, les blondes, hein, c’est toujours comme ça ! Tou-jours !


Episode 201950


FLASH-BACK : les histoires de famille de Cassandre
« Quel est donc ce quidam ? Je suis Pâris, le fils du roi Priam ! »


Episode 201951


Cassandre a une nouvelle vision.
CASSANDRE – Han ! Ohlala ! Ohlala !
MARIANNE – Tu vois quelque chose ??
CASSANDRE – Voui, voui… Attends… L’argent public qui flamboie… Les dividendes qui verdoient… Il… Il hésite…
MARIANNE – Aaah bon ??
CASSANDRE – Le Peuple hésite. Entre la blonde et Dark Vodor.
MARIANNE – …Fantastique. Dans tous les cas, je me fais enfler. Adieu la baraque avec piscine ! Et puis à mon âge, amuse-toi à trouver du travail !
CASSANDRE – …Voui, mais… Mais c’est moins pire de se faire plaquer pour un mec que pour une blonde, non ?
MARIANNE – Tsssssst !
CASSANDRE – Non ?
MARIANNE – Non !


Episode 201952


Marianne et Hélène se réveillent avec une bonne gueule de bois. Elles ont fait un rêve étrange, avec une grande duchesse et un jeune premier…


Episode 201953


Prise d’un accès de jalousie, Marianne se déguise en mendiante, et va par les rues pour chercher le Peuple, et éventuellement lui faire une scène. Ce qu’elle découvre la consterne. Elle le savait. Avec la blonde, ça fait un moment que ça dure! Tous ces migrants expulsés, toutes ces lois anti-migratoires, ces gens condamnés pour avoir aidé des humains crevant dans la rue… Le salaud! Il l’a bien eue! Le lâche! Il n’a pas même eu le courage de lui dire! Toutes ces années de vie commune, et il n’a même pas le courage, non, même pas le courage de lui dire en face! Ah, le fourbe! Le veule, le pleutre! Le dégonflé! Non, elle n’attendra pas qu’il ait « réfléchi », comme il prétendait le faire. C’est tout réfléchi. C’est elle qui le quitte. Il lui fait horreur. Et en plus, elle s’est fait traiter de bougnoul.


Les Chinois à Paris – Jean Yanne – 1974

Fera-t-on jamais assez l’éloge du nanard? Je m’étais déjà penchée sur sa valeur d’archive. Et puis, à la faveur d’une connexion haut-débit, voilà que j’ai regardé Les Chinois à Paris, et, j’ai trouvé sa succulente nanardise d’une furieuse actualité.


No nanard ex nihilo!


1974, une bien belle année pour une histoire de Chinois envahisseurs.
Avril : Révolution des Oeillets au Portugal.  Chute de la dictature salazariste qui écrasait le pays depuis 1933.  Rébellion de l’armée, conduite par sept jeunes officiers. La foule envahit les rues de Lisbonne, fraternise avec les militaires, leur offre des œillets dont ils ornent leurs fusils. Instauration de la démocratie.
Juillet : fin de la Dictature des Colonels en Grèce. Sept années de dictature, après le coup d’état du 21avril 1967 qui porte au pouvoir une junte militaire, qui disait vouloir lutter contre la menace communiste imminente.
Et puis, 1974, était aussi une année d’élection présidentielle dans notre cher pays. Qui fut élu? Monsieur Giscard d’Estaing.

Le mythique « Au revoir »

Littérature
Les Chinois à Paris
est réalisé par Jean Yanne, d’après le roman de Robert Beauvais; scénario de Jean Yanne et Gérard Sire. Et, en matière de référence littéraire, comment ne pas citer l’essai d’Alain Peyrefitte, best seller de l’année 1973 : Quand la Chine s’éveillera… Le monde tremblera.

Filmographie
Il s’agit d’une comédie dans la veine salace et gros-sel-sur-plaies-mal-refermées, genre cher à Jean Yanne. « Comédie satirique », on dit.

1972 : Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Jean Yanne s’en prend au monde de la radio
1973 : Moi yen a vouloir des sous. Cette fois-ci, ce sont les syndicalistes et les capitalistes qui dégustent.
Dans ce troisième film, il met en scène une invasion pacifique de la France par les Chinois. A l’époque, cela avait grandement déplu aux maoïstes, variété politique n’ayant plus cours aujourd’hui sous nos latitudes. Il faut dire qu’il y va fort, le Jean Yanne. Dans ce film, une adaptation de Carmen, de Bizet, sauce coco, avec tigres de papier, chiens capitalistes et drapeaux rouges  : Carmeng. A chacun d’apprécier s’il y a ici quelque chose approchant la notion de « révolution culturelle »…

A titre indicatif, voici un article de 2013, publié sur le site de Le Monde, proposant des extraits d’un grand spectacle organisé par la Corée du Nord à l’occasion de l’ouverture des Jeux Olympique; spectacle mêlant danse, théâtre, gymnastique.


J’avance masqué


Mais ce « monument de vulgarité », comme le décrit alors le journal Le Monde, s’en prend davantage aux compatriotes de Jean Yanne qu’au noble peuple chinois.
En 1974, les souvenirs de la Seconde Guerre Mondiale sont vifs encore. Mettre en scène un pays occupé – par la Chine – est l’occasion de montrer à l’écran ce que certains faisaient mine d’avoir oublié; à savoir que, pour qu’un pays soit occupé, cela nécessite l’assentiment et la pleine collaboration d’une partie de la population. Le « péril jaune » – terme de l’époque – est un prétexte rêvé.
On voit ainsi des journalistes, ecclésiastiques et autres membres du gouvernement faire une cour assidue au général Pou Yen, tandis que le Président de la République Française (Bernard Blier) a courageusement plié bagage, et s’est envolé aux Etats-Unis, pour revenir triomphalement à la fin de l’Occupation.
On voit aussi ceux qui, faisant fi de toute conscience politique, se situant du coté du profit, trouvent comment tirer parti de la situation. Jean Yanne se donne donc le rôle de Régis Forneret, propriétaire d’un sex shop, et qui à la faveur de l’occupation (chinoise) devient un vrai roi du marché noir. A la fin de l’Occupation, il disparaît, les poches pleines, et va continuer tranquillement ses petites affaires un peu plus loin.
On voit aussi une bande de lâches et de dégonflés, les fameux « résistants de la 25ème heure », qui prennent les armes lorsque le danger est assez loin, et tondent quelques femmes au passage.

Dans la France de 1974, où l’on voulait croire – ou se convaincre – que la France était un pays de résistants, où certains, pour des raisons évidentes, tentaient de détourner l’attention de leur enrichissement soudain au cours des dernières décennies, ce film a évidemment été très mal perçu.
Les attaques portèrent tout naturellement sur la vulgarité du propos. Rappelons qu’entre 1973 et 1984, le cinéma X est en plein boom en France. En 1973, sur 200 films produits en France, 19 sont des films X. 58 sur 214 en 1977. 142 sur 302 en 1978. On a alors du mal à imaginer que la nudité et l’humour salace outraient la France des années 70. D’ailleurs, en 1974 sortait aussi Les Valseuses de Blier. En 1975, Les Galettes de Pont-Aven, et Comme la lune de Seria, et Calmos de Blier. Alors ce n’est surement pas une paire de fesses qui faisait se frotter les yeux. Pour que les choses soient claires, loin de moi l’idée de faire l’apologie du film X, qui véhicule très souvent une image dégradée de la femme. Cependant, ce film rappelle bien que la « moralité » est une excuse bien commode pour détourner le regard de ce qu’on veut surtout laisser dans l’ombre.

A la veille de l’élection présidentielle et avec tout le devoir de réserve qui s’impose à moi, je voudrais inviter mes lecteurs potentiels à voir combien un film de seconde, voire de 44e zone, peut éclairer notre situation actuelle. N’a-t-on pas vu récemment certains s’acharner, dénoncer, exposer sur la voie publique la vie privée de certains autres, au nom de la « moralité »? Voici que l’on nous signale des « fesses impies ». Où est donc le « marché noir », dont on veut détourner notre regard? Quel parallèle faire – ou ne pas faire- entre l’élite ou démissionnaire ou collaborationniste du film? Tiens, et si la « peur de l’invasion », la menace culturelle, le « remplacement » avaient une saveur bien sinistre, et un écho dans certains discours actuels? A quels marchands de pousse-pousse profitent nos peurs?


Transgressif? Non, subversif!


Ainsi, comme dans de nombreux nanards des années 70, l’humour est grivois, bête et méchant, et ne se contente pas simplement d’être transgressif, comme peut l’être un enfant qui fait pipi par terre, ou un adolescent qui fume du shit, pour le plaisir de ne pas respecter les règles , pour sortir du cadre imposé par papa et maman et par « la société ».
Le nanard est subversif, c’est à dire que, par la critique de la société qu’il porte, il est susceptible de bouleverser l’ordre établi, de détruire les principes sur lesquels reposent notre société. Et pour qu’une démocratie vive, il est à souhaiter que se révèlent bien vite des artistes au talent subversif, plus que gentiment transgressif.


[Photo] – Les « minorités visibles et le travail en France »

Humour bête et méchant.


Tentative d’intégration des minorités visibles par le travail



« Mon dieu, Charles-Édouard! Et si ce nouveau lumpen venait prendre la place du notre!! »
» Brillant, Églantine. C’est justement ce que nous allons faire croire. Pendant que ces imbéciles se battront entre eux pour bouffer, nous serons tranquilles pour faire nos petites fraudes entre amis. »


Toute ressemblance avec des faits réels en France serait fortuite.


MONDOCHALLENGE – Les années collège/lycée

Raconte-moi tes années collège! Raconte-moi le lycée! Il faut bien l’avouer, je fais partie de ces jeunes qui ont du prendre leur mal en patience pendant des années. Et qui de très (trop?) vivants, sont passés à trop discrets…

Quand je suis entrée au collège catholique, je ressemblais à peu près à ça :

L’oeuvre civilisatrice de ce genre d’établissement n’est plus à démontrer. Peu à peu, je devins quelqu’un de poli et délicat, capable de tenir sur une chaise, vêtue de couleurs discrètes et assorties, faisant bon usage de la brosse à cheveux. Je découvrais les mœurs des familles françaises de classes moyennes à aisées, leurs habitudes estivales, et leur goût pour les labradors. Les langues étrangères et la musique entraient dans mon oreille et dans ma mémoire par une magie qui demeure inexpliquée, et je me souviens encore de nombreux morceaux de flûte, et de presque toutes les chansons apprises au cours de ma vie, et de la plupart des voix entendues. Peu à peu, on s’étonna moins que j’arrive à écrire sans fautes, à compter, et à lire un livre tout entier. Avoir des bonnes notes devint bientôt un état de faits, et plus un miracle, parce qu’elles arrivaient précisément sur ma copie, et non sur celle de ma voisine de table, dont le papa était naturopathe ou pédiatre. Mon intégration était en marche. Je me souviens d’ailleurs avoir été obligée, comme tous mes condisciples, de présenter un livre au choix à la classe. J’avais choisi Niourk, de Stefan Wul ; une sombre histoire d’enfant noir et de tribus barbares. Évidemment, c’était moins chic que Le Portrait de Dorian Grey, ou Viou, ou Jane Eyre. Chacun fait comme il peut.

Un jour, en 6e et avec une certaine condescendance, un professeur de français était venu me voir après avoir distribué le copies d’expression écrite. Elle m’avait demandé si je « parlais patois à la maison ». J’avais donc compris qu’il fallait plutôt se fier à Balzac et à Hugo pour apprendre la « vraie » langue française, où on peut dire « sarrau » et « brodequin ». Au cours de cette première année, j’avais rapidement cessé de compter les fois où certains profs me demandaient « tu comprends? », sans pour autant avoir l’audace de répondre « Bien sûr, vous l’avez déjà dit il y a 15 jours et trois fois au début du cours. »
Mais malgré ma bonne volonté, je ne pus faire face à deux ennemis de taille : le cours de sport, et l’ennui. Tant que j’ai pu me figurer que le cours de sport était une grande récréation, mes notes étaient médiocres, mais le temps passait relativement vite. Quand est tombée l’illusion, à la faveur d’une nouvelle activité appelée « course d’endurance », où l’on attendait de moi que je tourne en rond sur un terrain boueux et sous la pluie, il n’est plus resté que les notes médiocres. A la fin de la 3e, j’étais si bien intégrée que j’avais 16 partout – sauf en sport – et que j’étais la chouchoute de certains profs, même si je n’avais pas poussé l’effort de ressemblance jusqu’à porter un chemisier à col marin et une jolie barrette assortie. Malheureusement, le temps passé à avoir l’air comme les autres et à montrer que je pouvais faire aussi bien qu’eux – pas trop « mieux », c’était risqué – a fait que j’ai raté le virage qu’ils ont tous pris : l’adolescence. Je faisais des blagues qui n’amusaient que les adultes, tout en essayant d’observer ce qui faisait rire les autres jeunes, en ne comprenant pas la plupart du temps ce qui était drôle, mais riant quand même. Je me taisais beaucoup, ce qui facilitait les choses. J’avais une excellente amie qui lisait beaucoup et jouait au badminton. J’étais trop acclimatée scolairement, et je commençais à trouver le temps long. Il me fallait du neuf, et vite.


On m’appâta un jour avec une promenade en centre-ville. Je compris soudain, face à des grilles de fer forgé démesurées, que l’objectif de la promenade était de m’emmener aux journées portes ouvertes d’un grand lycée privé de centre-ville. Je me souviens avoir trouvé ce lieu épouvantablement vieux, poussiéreux, et avoir ressenti de l’angoisse, quand une mère a demandé bien fort pour que tout le monde entende, si il était gênant que son fils parle couramment anglais avec un léger accent américain pour entrer en classe européenne. J’étais tétanisée. Moi, je n’avais jamais mis les pieds aux Etats-Unis. J’ai gardé cet état de stupeur en toile de fond pendant trois ans qui m’ont semblé ne jamais finir. Je me sentais en prison. J’ai découvert qu’à 18 ans on pouvait avoir son propre cheval, et atteindre le bonheur suprême en recevant un carré Hermès, et avoir le champ de vision rétréci par des préjugés vieux de plusieurs siècles. Les quatre années précédentes m’avaient demandé des efforts d’adaptation éprouvants, et je voyais avec horreur que le théâtre social se poursuivait dans une veine plus absurde et malveillante. Les cours m’ennuyaient énormément ; rien qui n’avait pas déjà été dit les quatre années d’avant. J’ai perdu toute joie de vivre tant j’avais l’impression de rouiller au port, de stagner intellectuellement, et d’être enfermée avec des gens auxquels je n’aurais jamais rien à dire, et qui attendaient juste de la vie qu’elle passe. J’ai dormi pendant trois ans, alternant les cycles longs et courts, les phases de stupeur, et les 7/20 en sport. Je suis sortie du lycée avec un Bac mention européenne et un Advanced Certificate of Cambridge, et j’ignore comment j’ai fait. J’ai perdu des points à cause du sport. J’avais une excellente amie, aux cheveux rouges et avec un gros tatouage, et on se demandait bien ce qu’elle foutait là. Le dernier jour de cours, je suis partie comme une voleuse, vite, sans dire au revoir à personne. J’ai regretté de ne pas avoir été au lycée dans un lycée français en Afrique. Déjà, j’aurais eu beaucoup moins froid, et puis je suppose que personne ne m’aurait fait remarquer qu’il y avait plusieurs sortes de Français, et que les gens avec un nom comme le mien, n’étaient pas sur le haut du panier. Quant au programme… Je suppose qu’on lit Corneille là-bas aussi… 😉


INNLAND – 11 artistes venus de Norvège

Le Centre de Création Contemporaine Olivier Debré – CCC OD- de Tours accueille 11 artistes représentant la création contemporaine de Norvège. Suivez le guide !


INNLAND : Thora Doven Balke – Ahmad Gossein – Tiril Hasselknippe – Saman Kamyab – Ignas Krunglevicius – Kamilla Langeland – Lars Laumann – Solveig Lonseth – Ann Cathrin November Hoibo – Linn Pedersen – Tori Wranes
Commissariat d’exposition : Elodie Stroecken et Thora Doven Balke


Lecture personnelle d’une exposition proposée par le CCC OD de Tours, INNLAND, regroupant 11 artistes norvégiens ou travaillant en Norvège. Du 11 mars au 11 juin 2017.

Certaines lectures des œuvres, réflexions n’engagent que moi, et ne sont peut-être pas imputables aux artistes.


La carte mentale


INN+LAND : les terres intérieures, loin de la côte, dans les terres, le « home », le foyer, national, à l’intérieur des frontières, indigène, l’arrière-pays, l’en-soi


Quelques rudiments d’allemand et d’anglais permettent d’imaginer ce qui se trame dans cette galerie noire. Tout d’abord, un rapport à l’espace physique, géographique ; mais aussi à l’espace mental, affectif. Donc un rapport de l’artiste à son territoire géographique : que nous disent-ils de la Norvège d’aujourd’hui ? Ces propositions sont-elles « indigènes », ou est-il aussi dénué de sens de parler d’ « art norvégien » que d’ « art africain » ?

“Personne ne fait d’art africain. Seuls les critiques font de l’art africain.“ — Simon Njami

INNLAND suggère un voyage intérieur aussi : la « géographie mentale », la « carte mentale ». D’ailleurs, les 11 artistes présentant leur travail ne forment pas habituellement un collectif. Certains ne sont pas « Norvégiens de souche », d’autres sont nés en Norvège, mais ont été formés ailleurs, travaillent dans d’autres pays. 11 voix singulières, donc, appelées pourtant pour se répondre, et pour répondre au visiteur qui se demanderait ce que l’art a encore à dire.


Till Roskens


En fait d’ « art géographique », comment ne pas penser au travail de Till Roeskens ? Je me suis intéressée au travail du géographe artiste lorsque j’habitais à Marseille. Il utilisait l’art de la cartographie et de la représentation de l’espace pour conter son exploration d’un territoire, sa rencontre avec ses habitants. Un voyage anthropologique et poétique, où il n’était pas question de s’approprier le territoire, mais d’y être invité petit à petit, et de partager ses découvertes avec les habitants.


« Nous mettrons quelques chaises en cercle au coin d’une rue, et je vous raconterai ce que j’ai vu et entendu, là, autour de vous, dans ce petit coin du grand nord de Marseille. Je prendrai un bout de craie, et tracerai sur le sol une carte des espaces fragmentés que j’ai parcouru deux années durant, du port jusqu’au sommet de la colline. Je vous dirai les êtres que j’ai croisé là et ce qu’ils m’ont confié de leurs vies mouvementées. » Plan de situation, Consolat-Mirabeau, conte documentaire de Till Roeskens, 2012


Till Roeskens s’est aventuré en terres inconnues, au cours de ce travail exploratoire de deux ans, il s’est fait casser la gueule, voler son vélo, on s’est d’abord méfié de lui. Puis l’artiste est devenu celui qui allait dire au monde ce qui se passe « à l’intérieur », là où on n’oserait aller.

Que nous disent les artistes d’eux-mêmes ? Quel rôle se donnent-ils ? Où se situent-ils ? Où nous emmènent-ils ? Que disent-ils de leurs rencontres avec l’autre ?


Hervé Di Rosa


Au MIAM, Musée International des Arts Modestes de Sète, on trouve une carte réalisée par Hervé Di Rosa et présentant les différents territoires de l’art, des plus évidents aux plus obscurs. J’ai longuement regardé cette carte quand je me suis retrouvée à Sète pour une formation en art-thérapie. J’y suis retournée plusieurs fois, et à chaque occasion d’aller à Sète, je ne manque jamais d’aller au MIAM.

Cette carte matérialisait la conviction que j’avais, sans arriver à la formuler, que parler une langue, écrire, danser, chanter, peindre, sculpter… étaient une seule et même chose.


« L’Art Modeste n’est ni un concept ni un mouvement. C’est un regard : il montre ce qu’on ne regarde pas. Il a des frontières mouvantes. »

Hervé Di Rosa


Cécile Vandalem


Dans cette exposition, on peut voir aussi bien des sculptures, que des installations, de la vidéo, de la photographie, une création sonore. Les disciplines se croisent, et la notion d’espace, de mise en espace semble si importante, que l’on se demande déjà où est la frontière entre « arts plastiques » et « arts de la scène ». En effet, les scénographies actuelles qui utilisent la vidéo, la création sonore, sont nombreuses. Par ailleurs, le théâtre, c’est de la mise en espace.
On pense par exemple à Tristesses, de Cécile Vandalem, présentée au Festival d’Avignon 2016 : « théâtre musical », « à la frontière du cinéma », « polar », « comédie politique ».


En découdre avec ce qui nous désespère quotidiennement, dans ce monde-ci.

2016, l’Europe subit une montée puissante des partis d’extrême droite. Parmi eux, le Parti du Réveil Populaire, dirigé par Martha Heiger, est en train de prendre le contrôle d’une partie des pays du nord. Sur l’île de Tristesse, un suicide a eu lieu ; le corps de la mère de Martha Heiger est retrouvé pendu au drapeau du Danemark. À l’occasion des funérailles, la venue de la dirigeante est annoncée. Deux adolescentes vont alors  entreprendre de saisir cette occasion pour écarter celle qui menace leur avenir. Mais le jour des funérailles, la situation bascule…


De quelle parole cette exposition serait-elle le théâtre ?


Le théâtre et son double – illusion d’optique


Ann Cathrin November Hoibo – Don’t step on the cables – 2017 – sculpture


CCCOD - Galerie noire - INNLAND

La proposition d’Ann Cathrin November Hoibo se présente comme un espace scénique. Au mur, un monochrome rouge. A droite du monochrome, une étagère de casiers métalliques blancs, chacun contenant un objet. Au sommet de la tour de casiers, une boule de verre blanc qui est un luminaire. Dedans, un papier plastique rose et blanc, un épis de maïs séché. Un long câble électrique part du luminaire et traverse l’espace de l’installation ; en son milieu, un adhésif rose fluo. Face au monochrome, un tabouret rond, de métal noir. L’assise est recouverte de tissu à motifs géométriques. Entre le tabouret et la tour de casier, plus loin du mur, une autre étagère de casiers plus petite, un autre tabouret identique. Un second luminaire, avec son câble et son adhésif rose fluo.
On pourrait se trouver aussi bien dans l’atelier de, que chez l’artiste, dans une pièce qu’elle viendrait de quitter. On est invité à être voyeur d’intérieur. On note un contraste entre l’intime, et le commun. Des étagères, des luminaires qui semblent venir de chez Ikea, et des objets que l’on suppose personnels. Dans les casiers, des objets que l’on voit à travers le treillis métallique, sans pouvoir les toucher, et que l’on suppose appartenir à l’artiste. Un pull en laine orange troué, un vêtement en coton jaune, un sac à main en skaï bleu. Un vêtement en laine tricotée rose, une paire de chaussures noires vernies… le tout impeccablement plié et rangé. A ces matières que l’on ne peut toucher que des yeux, s’ajoutent le tissu des tabourets et le skaï rouge du monochrome. Ici l’œil voit, et touche à la place des mains. L’œuvre est visuelle et tactile.


« haptique est un meilleur mot pour tactile puisqu’il n’oppose pas deux organes de sens, mais laisse supposer que l’œil peut lui-même avoir cette fonction qui n’est pas optique » (Deleuze, Mille Plateaux, Paris, Éditions de Minuit, 1980, p. 614).


On est également invité à déambuler dans ce décor que l’on ne peut toucher : l’œuvre sollicite un engagement physique chez le visiteur, au-delà de l’appréciation esthétique.




Illusions d’optique : les effets miroirs – les rimes plastiques


Le monochrome est seul et unique, tandis que les autres éléments ont un double : tabouret, étagère, luminaire, câble, adhésif. L’ensemble « tabouret-étagère-luminaire » se répète, comme une rime plastique. Il y a un effet miroir, un effet de symétrie visible, mais il est bien compliqué de trouver l’axe de symétrie, ou où se situerait le miroir. Les objets semblent effectuer une translation qui nous échappe.

L’installation sonore et lumineuse de Tori Wranes, Invisible Diva, cherche à donner l’illusion de la présence de deux divas trolls dont les chants se répondent de part et d’autre de l’espace d’exposition. A moins, comme le titre de l’œuvre le suggère, qu’il n’y ait qu’une seule et même diva invisible, qui se déplace dans le lieu. Reste alors à savoir quel chant est l’écho de l’autre.


Saman Kamyab Untitled #3/4 – Confusion (Sunrise) #1/2/3/4


Saman Kamyab propose deux travaux, créés pour l’exposition.

Une installation multimédia, Untitled #3/4, comportant deux éléments quasi identiques posés au sol, composés d’une vidéo de c. 24 minutes, diffusée sur un écran de télévision plat panoramique. Il s’agit d’un plan fixe sur un enregistreur H4n, appareil servant à capter le son, aussi bien pour le field recording, musiciens ou interviews radiophoniques, cinéma… On ne comprend qu’il s’agit d’une image en mouvement que lorsque l’on repère le temps qui défile sur l’écran de l’enregistreur, en marche donc, et qui semble réaliser une captation sonore qui nous échappe, et dont nous pourrions faire partie. L’œuvre est non sonore ; le son est donc suggéré par l’image. Sous l’écran de télévision, une plaque d’isolation, sur laquelle tiennent 5 ou 6 rangées de photographies en couleur (impression jet d’encre sur film transparent) par électricité statique. Il semble s’agir d’une recomposition de la partie haute de l’œuvre. L’écran non sonore suggérant le son est repris dans la plaque d’isolation, qui « absorbe le son » ; les photographies sur film peuvent suggérer une pellicule cinématographique. Il est à noter que Saman Kamyab est photographe et cinéaste.
CCCOD - Galerie noire - INNLAND
Sa deuxième proposition, Confusion (Sunrise) #1/2/3/4, est un quadriptique. Chaque « tableau » se compose d’un cadre en aluminium, de plaques de carton, d’une photographie abstraite, en couleur, impression jet d’encre sur film transparent, le tout laqué à la résine époxy. Il s’agit bien à la fois de quatre objets identiques et pourtant différents. Les reliefs et effets de matière donnés par la résine époxy varient d’un tableau à l’autre. L’image sur film transparent prend un aspect de pâte de verre, de vitrail, d’émail, selon les endroits. En s’approchant, on voit des bulles et des crevasses. La résine époxy a rongé le film transparent, ou alors ils se sont fondus l’un dans l’autre. Ainsi, pour aboutir à l’œuvre, il faut la détruire. Cet ensemble serait plus un processus qu’une œuvre achevée. Elle continue imperceptiblement de se dégrader. La résine epoxy se décolle par endroits. L’illusion du verre intrigue beaucoup de visiteurs, « En quoi c’est ? ». Certains joignent le geste au questionnement, et tâtent les tableaux du bout de l’index. La même question – « De quoi est-ce fait ? » – se pose aussi devant le monochrome rouge de Ann Cathrin November Hoibo (cuir ou skaï?), devant l’œuvre In Good Hands de Thora Doven Balke (feuille de silicone), et pourtant, les visiteurs s’autorisent moins cette exploration tactile. Pourquoi ?

CCCOD - Galerie noire - INNLAND


Solveg Lonseth, At certain hours, sunlight falls in oblique lines, sculpture


Solveig Lonseth propose une sculpture, At certain hours, sunlight falls in oblique lines, en pin, ayant la forme d’une longue poutre de 350x15cm. La sculpture est placée devant une verrière, qui a été fermée par un volet pour les besoins de l’exposition. Au cours de son travail préparatoire, l’artiste avait remarqué que la lumière du soleil rentrait dans l’espace d’exposition en rayons obliques, et traçait une forme sur le sol. Elle a fait des relevés de cette forme, et s’en est servi pour réaliser cette sculpture. La poutre de pin est taillée en biseau sur la face présentée à la verrière fermée, comme pour recevoir cette lumière qui n’entre plus, elle matérialise l’absente dans l’espace de l’exposition de la « galerie noire ». Si l’on s’éloigne un peu de l’objet, se rapprochant de la verrière, on remarque qu’une ombre rectangulaire est projetée sur le sol par la sculpture, comme une lumière noire.

Par ailleurs, si le pin est un arbre fort commun en Norvège, et nécessite beaucoup de lumière pour se développer, la sculpture est faite d’un arbre mort, exposé dans une pièce sombre. Comme chez Saman Kamyab, il est nécessaire de détruire l’objet – l’arbre – pour en faire une œuvre. On note que cette idée d’absence et de deuil parcourt, à des degrés divers, toutes les œuvres présentées dans cette exposition : deuil d’une vie antérieure, mort d’une utopie, décès d’un ami, empreinte photographique…

CCCOD - Galerie noire - INNLAND


Rimes plastiques dans l’exposition


L’œuvre de Solveig Lonseth est le point de départ de deux séries de rimes visuelles dans l’espace de l’exposition.

Lorsque l’on se tient dos à la verrière, face à l’œuvre, et que l’on regarde en face de soi, on aperçoit l’installation de Thora Dolven Balke « de profil », puis une partie de celle de Linn Pedersen. On note une alternance du blanc et du noir répétée trois fois. Blanc du bois de pin et noir de l’ombre projetée, blanc des objets en silicone et noir des objets en fer, blanc des chaises de jardin et noir de l’estrade en bois brûlé.
Placé au même endroit, regardant à droite, on aperçoit les travaux de Saman Kamyab et Kamilla Langeland. Il y a un effet amusant de « réalité augmentée » : une sculpture, deux écrans, trois travaux photographiques, quatre panneaux laqués à la résine époxy.


La réalité augmentée


Kamilla Langeland – 3 œuvres photographiques en couleur – Charmer n°1, Charmer n°2, Desire


CCCOD - Galerie noire - INNLAND

Il est difficile de dire comment l’artiste a réalisé ces images, qui semblent être chacune une somme d’images superposées, sans rapport évident entre elles, comme des « heureux accidents », à partir de « choses vues » de notre quotidien. On y voit des objets, des fruits, à des échelles différentes. Des polices d’écriture et d’autres objets sont incrustés dans les images, et on ne voit d’ailleurs que leur empreinte, ou même le « trou » blanc qu’ils y font. Il semble qu’elle a utilisé une technique différente pour ces objets-ci : le photogramme. Enfin, elle s’est autorisée à taguer son propre travail, rajoutant des dessins à la craie grasse, collant de la feuille d’or, directement sur les tirages. Mille-feuille visuel, et image multi-dimensionnelle.


Confusion des genres : cinéma, au delà du réel.


Ahmad Ghossein et Lars Laumann proposent chacun une vidéo, narrant des faits réels.


Ahmad Ghossein – The Fourth Stage – 2015 – vidéo HD couleur en arabe VOSTRF – 37 min


Deux histoires cohabitent dans cette vidéo. La rencontre de l’auteur avec un magicien ventriloque libanais, qu’il suit dans ses spectacles de magie, où il se met en scène en tant que spectateur. A la fin du tournage, le ventriloque meurt, emportant avec lui l’enchantement du quotidien, alors que prolifèrent dans l’espace public libanais des formes géométriques, des sculptures monumentales aux gâteaux produits dans les pâtisseries. Le réel est colonisé progressivement par ces images sans affect, et qui s’imposent à tous.


Lars Laumann – Season of migration to the North 2015 – installation vidéo


Un écran suspendu dans une structure en échafaudages, dans laquelle le visiteur est invité à s’asseoir. A l’écran, un défilé de mode, à Khartoum. Une voix off raconte Eddie, jeune homme soudanais, qui, en 2010, est raflé par la police en raison de son homosexualité suite à ce défilé. La voix raconte son itinéraire jusqu’à Oslo, et les préjudices subits là-bas en raison de son homosexualité, et là-bas parce qu’il est noir, et là-bas parce qu’il est musulman.

Deux écritures à partir du réel qui témoignent des atteintes aux libertés dans deux pays majoritairement musulmans, et appellent à une reconquête de l’espace public. Il s’agit pour moi ici des deux œuvres les plus « politiques », puisqu’elles montrent les dérives d’un pouvoir autoritaire, sans pour autant s’y attaquer. Ce choix d’oeuvre témoignerait-il de la « peur de l’Islam » de l’Europe? Ou est-ce un avertissement donné par les artistes?


« L’art n’arrive que si on met sa culture en danger. »
Dany Laferrière, L’art presque perdu de ne rien faire


Images de l’intime, les deux vidéos donnent à voir des éléments de la vie personnelle soit de l’auteur, soit d’un proche. On se situe dans le journal intime filmé. Echo troublant à la surexposition constante de notre vie personnelle sur les réseaux sociaux, comme l’impossibilité d’une parole collective. D’ailleurs, cette exposition n’est pas celle d’un collectif d’artistes.


« L’art, pour moi, c’est quelqu’un qui se réveille dans le noir en criant : « Qu’est-ce que je fais ici? Et comment on sort d’ici? »
Dany Laferrière, L’Art presque perdu de ne rien faire


Une voix d’artiste s’élève contre un « corps social » aveugle et sourd, difficile à délimiter. Seul face à ce corps social, il n’a pour lui répondre que son propre corps, son intimité, sa vie privée, voire celle des autres qu’il s’approprie. Cette exposition aurait pu s’appeler FRAGMENTS, car elle fonctionne comme un album d’images, sans unité de lieu, de temps et d’action.


Arthur, où t’as mis le corps ?


Certes, il s’agit d’œuvres plastiques, alors, on peut supposer que le rapport au corps humain, notamment au corps de l’artiste, évident et immédiat, existant dans le théâtre, la danse ou la musique ne peut être semblable. On note cependant que plusieurs œuvres abolissent la notion de « corps humain ».


Le corps éclaté


In Good Hands 1, 2, 3 – Thora Dolven Balke


La deuxième installation de la série présentée par l’artiste se compose de trois feuilles de silicone découpées, suspendues au mur par des pinces métalliques à des barres métalliques. Le silicone blanc, laiteux, découpé dans des formes évoquant celle d’un maillot de corps, ou d’une chemise à bretelles, semble suspendu à un cintre. Matériau proche de la peau, utilisé d’ailleurs pour les prothèses, le silicone ici donne l’impression d’une peau vide, d’une mue. A moins qu’il ne figure une présence fantomatique ? Au pied de cette installation, un ensemble de moulages en fer, noirs, réalisés à partir d’éléments de canalisation, dispersés sur le sol de la galerie. Ces objets figurent un corps démembré. Cette troisième installation complète la précédente, en s’y opposant par la couleur (noir/blanc), par la texture (lisse/souple, rugueux/dur), le poids (lourd/léger), la température (le métal est froid). L’une est du coté de la présence materielle, palpable, quoique morbide ; et l’autre du coté de l’absence. On retrouve la même idée de présence/absence, de « ce qui n’est plus », d’empreinte, que chez Solveig Lonseth.

CCCOD - Galerie noire - INNLAND


La voix désincarnée


Tori Wranes, Invisible Diva


La/Les Diva(s) de Tori Wranes : une voix humaine sans corps parcourt l’espace, et s’exprime dans une langue inconnue.


Le post-humain


Ignas Krunglevicius – Squeeze – sculpture


CCCOD - Galerie noire - INNLAND

L’artiste a réalisé une installation faite de « ballons noirs solaires remplis d’air, munis de ventilateurs. En chauffant, la densité de l’air permet aux ballons de s’élever. » La sculpture est « présentée dans la galerie transparente, visible dans son ensemble uniquement depuis l’extérieur [du Centre d’Art Contemporain] et seulement en partie à l’intérieur [de la galerie noire] » – « Fiches artistes » d’Auriane Gabillet, médiatrice au CCC OD.
L’artiste souhaitait représenter une fibre musculaire qui enserre le bâtiment. Il fait référence aux structures utopistes gonflables et mobiles des années 60. Il s’intéresse dans ce travail à ce qu’il advient des utopies, et des idées que l’on se faisait alors du « futur », lorsque ce futur devient la réalité dans laquelle nous vivons. Il s’agit de sa première sculpture gonflable exposée. Au cœur de son travail, la notion de «monde post-humain », telle que définie aujourd’hui dans les think tanks techno-libertariens de la Silicon Valley. Pour ces derniers, viendra un jour où l’humain fusionnera avec l’intelligence artificielle, dépassant ainsi les limites propres au corps humain, pour devenir immortel. Il fait se rejoindre ainsi les anciennes utopies, avec de nouvelles, interrogeant la notion même de « futur », qui semble devenir toute relative, et nous pousse à nous interroger sur ce qu’il reste, lorsqu’une utopie meurt, parce qu’elle est dépassée.

On note que les corps en mouvement et bien vivants apparaissent dans les deux vidéos, et qu’il s’agit surtout de corps d’hommes. Ainsi, le corps de la femme, visible jusque dans les pubs de yaourts aux arrêts de bus, disparait des oeuvres exposées ici.


Stigmates


Des œuvres qui disent le temps qui passent, et l’empreinte laissée par l’homme.


Linn Pedersen – Ivory Tower – installation


CCCOD - Galerie noire - INNLAND

L’artiste propose une installation composée de 8 chaises de jardin en plastique blanc, vieillies, voire cassées, et empilées. Elles reposent sur un socle de bois brûlé, technique ancienne pour conserver le bois. Une série de 6 photographies argentiques réalisées à la chambre noire (4 noir&blanc, 2 teintées : 1 bleue, 1 sépia), et de 2 cyanotypes complète l’ensemble.
Au hasard d’une promenade, l’artiste serait tombée sur ces chaises remisées dans un garage, car jugées trop laides, et portant atteinte par leur présence à la beauté de carte postale du village de Norvège où elle habite. Elle les aurait ressorties pour les mettre en scène dans l’espace extérieur, d’où elles avaient été bannies. Ce sont ces chaises que l’on voit sur les photographies.

Des objets produits par l’homme en série, utilisés quotidiennement, doivent soudain disparaître du réel lorsque pour une raison esthétique, ils deviennent indésirables. Par son travail photographique, elle transforme ces rebuts en œuvres d’art. On retrouve l’idée baudelairienne « Tu m’as donné ta boue, et j’en ai fait de l’or. » Par ailleurs, on note qu’elle utilise des procédés de création anciens, et fait ainsi cohabiter plusieurs espaces temporels, par lees empreintes qu’ils laissent.
Il arrive que les visiteurs fassent un parallèle avec certains êtres humains « mis au rebut » de la même façon que les chaises. La démarche artistique prend alors une dimension de quasi réhabilitation.

CCCOD - Galerie noire - INNLAND


Tiril Hasselknippe – Balcony – série de trois sculptures


Trois sculpture en béton moulé, inclusion d’acier soudé, ordinairement exposées dans le jardin botanique de Kristiansand, en Norvège.

Deux sculptures sont placées dans la galerie noire, une à l’exterieur du CCC OD. Les Bacony ont un aspect de ruines, une allure de bunker ou de sarcophage. Le béton est çà et là rongé par les températures extrêmes. Creuses, les structures contiennent des débris végétaux du parc d’où elles proviennent. Ce sont des « fausses ruines » d’un passé à imaginer, bientôt colonisées par la nature. Ces sculptures font écho à l’univers post-humain d’Ignas Krunglevicius, même si ce dernier se situe dans l’hypertechnologie plus que dans la reconquête par la nature.

CCCOD - Galerie noire - INNLAND


En se penchant sur ces œuvres, l’idée d’ « art national » devient absurde. On y voit un monde humain sur le déclin, finissant, et cherchant dans les utopies et le merveilleux des possibilités de renouveau. Ni optimiste, ni pessimiste, ni politique, s’y lit plutôt une attente inquiète. Cette recherche de métissage, de renouveau peut s’appliquer à la création artistique elle-même, si l’art témoigne toujours de son époque.


Qu’est ce qui est beau? Qu’est-ce qui est vrai? Qu’est-ce qui est juste?


 


Zamanana, Zieurouges et Manga – épisode 4

Suite du conte sauce gasy. Episode 4 : où le village devient Ambohimiantsa, et où Manga reste Manga.
« -Cher Manga, pour te remercier de ta bravoure dans cette lutte contre Zieurouges, j’ai composé pour toi ce remède aux mille plantes de la Grande Île… C’est un produit très puissant… Une goutte annulera la malédiction que t’avait lancé Zieurouges, il y a des siècles, te transformant en… en… en créature magique. Une goutte, et tu retrouveras ta forme humaine, et tu seras l’un des nôtres… Tu pourras de nouveau parler, chanter, danser, rire, aimer… » Murmures d’approbation dans l’assistance. « Fais bien attention à n’en boire qu’une goutte, une autre goutte, même le commencement du début d’une autre goutte te retransformerait en créature… » Les villageois retenaient leur souffle. Tous imaginaient comment serait le prince Manga. A n’en pas douter, beau, très beau et très fort… Les jeunes femmes se poussaient pour être devant. Des siècles de célibat, ça devrait lui donner des idées, à ce prince guerrier ! Les anciens se disaient qu’avec tant de sagesse et de courage, Manga avait l’étoffe d’un chef, pourvu qu’il n’ait pas la peau… un peu trop… enfin, vous voyez… Les hommes déjà en place se demandaient comment ils pourraient le corrompre. Les mères surveillaient que leur fille était bien en vue, et lançaient des regards de louve aux autres mères. Les jeunes hommes se tenaient le plus droit possible, pour ne pas être trop ridicules à coté du prince Manga.

Manga bondit sur la table où le mpsikidy avait posé la potion. Il huma le pot, grogna puis en lapa une goutte. Pas un bruit dans l’assistance. Quelques secondes s’écoulèrent, puis Manga s’écroula sur la table. Le mpsikidy ordonna aux musiciens de jouer, allongea Manga sur l’estrade, puis le couvrit d’un grand tissus. Il récita des prières, tous chantèrent, jetant des regards inquiets et émerveillés vers le tissu qui semblait se débattre. Soudain, le mpsidiky regarda vers le tissu, et se figea, ébahi. Les musiciens s’arrêtèrent. Une forme humaine se dressait lentement, se drapait dans le tissu. Puis Manga se leva, face à un silence consterné. Manga avait pourtant des traits tout ce qu’il y a de plus harmonieux, une allure princière, un port altier. Manga avait toujours les mêmes immenses yeux clairs, le même regard perçant. Sa peau n’était pas orange, mais d’une extrême blancheur. Ses cheveux n’étaient pas orange, mais ébène, épais et longs. Un murmure de dépit partit du premier rang, se transformant çà et là en soulagement, jusqu’au dernier rang. Manga n’était pas un prince. Manga était une princesse. Déjà, les jeunes femmes et les femmes mariées lui lançaient des regards de crainte et d’envie. Déjà, les hommes la regardaient avec appétit. Déjà, les anciens étaient retournés à leur partie de cartes, les hommes influents à leurs affaires. Les petits garçons étaient déçus, les petites filles incrédules. Manga n’était plus qu’une belle femme, mortelle, sans pouvoirs, à laquelle on pensait déjà faire payer ses accusations de détournement de fond et d’adultère. Manga chercha le regard de Zamanana. Il était perdu, loin, loin… Manga se tourna vers le mpsidiky, surprit son regard sur elle, ce qui le fit rougir et baisser les yeux. Alors, Manga se jeta sur le pot de potion resté sur la table. Haaaan !! Fit l’assistance Haaa !!! fit le mpsikidy Manga avala tout ce qui restait de potion dans le pot, et s’écroula. « ça pue ! Ça pue ! » se mit soudain à hurler Zamanana. « Haaaaan !!! » firent les villageois, qui craignant une catastrophe quelconque et pour leur vie, se mirent à courir dans tous les sens. Zamanana se frayait un chemin à travers cette foule hystérique, distribuant des « Tu pues ! » à tous ceux qu’elle croisait. Elle s’approcha du tissu, sous lequel Manga mal en point se tenait en boule. Elle lui parla dans une langue que personne ne comprit, pas même le mpsikidy. Elle l’enveloppa dans le tissu, le serra dans ses bras, puis s’enfuit en courant.

L’enfant ne reparut que le soir, sans Manga. « Où l’as-tu mis ? Où est-il ? » demandèrent les villageois, inquiets de voir leur village dépossédé de son protecteur qui, outre être magique, faisait venir des touristes. « Où est-il ? Où est-il ? Voleuse ! » Mais Zamanana ne répondait pas. « Est-il seulement vivant ? Est-ce qu’il va bien ? » Pas de réponse. Les enfants qui aimaient beaucoup Manga pleurèrent. « Où est Manga ? Reviendra-t-il ? » Pas de réponse. Tous semblaient avoir chassé de leur esprit la courte période humaine de Manga. « Où est Manga ? » Les villageois devenaient insistants, menaçants, pressant Zamanana de questions. « Laissez cette enfant tranquille ! » Ils s’écartèrent et laissèrent passer le mpsikidy, qui prit la main de Zamanana et l’emmena auprès du manguier sacré, là où personne n’oserait l’embêter. Ils restèrent assis tous les deux un long moment au pied du manguier, en silence. Zamanana se leva, puis commença à grimper dans le manguier. « Mais que fais-tu ! Que fais tu ? » lui demandait à mi-voix le mpskidy, qui roulait des yeux épouvantés à gauche et à droite, espérant qu’aucun villageois ne serait témoin de ce sacrilège. Zamanana redescendit, et tendit un livre au mpsikidy médusé, puis s’enfuit en courant. Inferno, Dante Alighieri.

Les villageois commencèrent à venir prier au pied du manguier, à y laisser des fleurs, des fruits, des images religieuses, des bougies. Tout cela faisait enrager le maire, mais amusait beaucoup le mpsikidy. Mais Manga ne revenait pas… Les graines refusaient obstinément de parler. Zamanana refusait obstinément de parler. Alors, les villageois vinrent chanter au pied du manguier tous les soir. Des enfants bientôt naquirent, qui n’avaient pas connu Manga. Alors pour eux, le soir, au pied du manguier, on se mit à raconter les aventures de Manga. Avec un peu de broderie, parfois, mais vous savez ce que c’est, capter un auditoire exigeant, ce n’est pas rien. L’intervention de Guevara, qui houspillait les salisseurs de mémoire qui perfidement, sournoisement et insidieusement, omettaient de dire aux générations futures que Manga était une femme, faisait partie intégrante de l’histoire.

Un soir, le mpsikidy entendit du bruit sur le toit de sa maison. Fou de joie, il se précipita à l’extérieur. Rien. Il écouta la nuit. Rien. Il fit le tour de sa maison. Rien. Il rentra, et se surprit à pleurer comme un enfant.

Le lendemain, il fut impossible dans le village de capter une autre radio que la radio diffusant du jazz non stop. Cela dura onze jours. Alors, les villageois qui pour la plupart n’étaient pas très friands de jazz, se mirent à chanter. Tant et si bien, qu’alentours, on appelait le lieu Ambohimiantsa.

Un matin, le mpsikidy entendit une chanson étrange, dont il ne comprenait pas les paroles. Il tendait l’oreille, impossible de reconnaître la voix. Comme la chanson s’éloignait, il ouvrit en hâte la porte de sa maison, et trouva Zamanana, calme, souriante. Personne d’autre. « C’est toi ? » Zamanana le regarda longuement, et ne répondit pas.

La disparition de Manga excita les appétits du maire d’Ambohimiantsa. Les chants et les cérémonies du manguier rendaient le village suffisamment touristique. Or, le manguier poussait au milieu d’un terrain sur lequel lorgnaient plusieurs promoteurs… Plus de Manga, plus rien à craindre ! Le folklore, c’est le folklore, on pouvait bien le déplacer de quelques mètres, au pied du baobab, tiens, là-bas. Et puis un baobab, ce n’est pas rien, ça en impose plus pour les touristes qu’un petit manguier ! Sans rien dire, le maire vendit le terrain au plus offrant, puis attendit le jour de son allocution mensuelle pour annoncer la fin du manguier et la migration folklorique baobabesque qui s’en suivrait. Il avait poli son discours comme un diamant. Ses arguments étaient si affûtés qu’il parviendrait même à convaincre les plus réticents que c’était leur propre idée. Il avait pris soin de rendre le mpsikidy malade, en indiquant sa maison à une fort belle démone, qu’il paya fort cher, pour qu’elle aille lui donner toutes les maladies les plus honteuses qu’elle avait en stock. Le mpsikidy n’aimait pas l’argent, mais il restait un homme… Le jour dit, face aux villageois, il pris un air plein de componction au pied du manguier dont il s’apprêtait à annoncer la fin. Soudain, il vit le mpsikidy dans l’assistance. « Alors, maire, ce discours ? Nous attendons. Sache au passage que les esprits malins ne peuvent pas rentrer chez moi, même pourvu des plus beaux appâts. » L’assemblée gloussa. Le maire toussa. Il commença son discours. Zamanana vint se placer à coté de lui, les mains derrière le dos. Soudain, une mangue tomba aux pieds de Zamanana. Elle regarda la mangue. Puis le maire. Puis la mangue. Puis le mpsikidy. Puis la mangue. Ni tenant plus, elle tendit les papiers qu’elle tenait derrière son dos au mpsikidy, puis ramassa la mangue pour la manger. Le mpsikidy interrompit le maire : « Il n’y a qu’un p à compromis de vente. Et « certifié exact » s’écrit avec un « c »… » L’assemblée vint s’agglutiner autour du mpsikidy pour lire le feuillet. « Haaan ! Oh ! Aaah ! », fit l’assemblée qui tourna son air indigné vers le maire. « J’ignore ce que dit ce feuillet, mais… » Paf, une mangue pourrie s’abattit sur son costume sur-mesure. Une… Une mangue pourrie ? L’assemblée retenait son souffle. « Mais je dois vous dire que… » Paf, une autre mangue pourrie lui aplatit le nez. Paf, une autre mangue pourrie vint cirer ses chaussures de cuir noir. Des dizaines de mangues tombèrent alors de l’arbre. Poussant des cris de joie, les villageois s’en saisir pour les lancer sur le maire, qui dut s’enfuir en courant vers la foret, et on ne le revit plus jamais. Ambohimiantsa devint un village autogéré, où les rares conflits trouvaient leur solution en chanson au pied du manguier.


Zamanana, Zieurouges et Manga – épisode 3

Suite du conte sauce gasy… La mort de Zieurouges (la méchante).
A peine l’aube se faisait-elle, que Manga se trouvait tiré du lit – comme un escargot hors de sa coquille – par la main décidée de Zamanana, qui le fourra dans un grand sac à dos, dont elle avait pris la peine de garnir le fond d’un coussin. Manga allait râler mais, il faut dire que le coussin était moelleux, et il trouva dans une petite poche des gâteaux qui lui semblèrent fort bons. Il soupira. Son séjour auprès des hommes ne l’arrangeait guère, il se laissait corrompre d’un rien. Comme de bien entendu, Zamanana avait espionné la cérémonie secrète d’hier soir, et en savait bien assez, sans avoir à se farcir les discours pompeux et interminables de toutes les huiles -même pas bio – et rois fainéants locaux. Elle avait justement supposé que ces jeux de mollet ennuyaient aussi Manga, et que la meilleure façon d’y échapper était de partir à l’heure où les infidèles, les voleurs et les sorciers regagnent leur domicile sur la pointe des orteils. Zamanana, protectrice du village, était crainte et respectée. Ainsi, personne n’aurait jugé opportun de s’étonner auprès de ses parents de l’avoir croisée pourvue d’un gros sac à dos à cette heure si suspecte. Le pelage flamboyant de Manga, hérésie pure en matière de camouflage, cependant, nécessitait quelques précautions. Qui sait ce que les désœuvrés auraient pu supposer ? Ceux de qui la conduite offre le plus à rire/Sont toujours sur autrui les premiers à médire ;/Ils ne manquent jamais de saisir promptement/L’apparente lueur du moindre attachement,/D’en semer la nouvelle avec beaucoup de joie,/Et d’y donner le tour qu’ils veulent qu’on y croie.

Ils firent une escale chez le mpsikidy, qui déversait des ronflements à pleine fenêtre. Manga bondit hors du sac, alla chercher le dossier pour l’Institut Français sur le bureau, et l’apporta à Zamanana. Au lieu de s’engouffrer dans le sac, il fit demi-tour. Zamanana fronça les sourcils. Manga alla faire sa sélection dans la réserve personnelle de talismans du mpsikidy. On n’est jamais trop prudent. Il revint bardé de pierres et de perles, de plumes, une boite de Colicalme en bandoulière. Zamanana pouffait. D’un regard mesquin, Manga lui fit observer que lorsque l’on a le même accoutrement que Dora l’exploratrice, on ne la ramène pas trop. Puis, très digne, emperlousé et emplumé, il entra dans le sac à dos. Ils se mirent en route.
Lorsqu’ils furent loin du village, sur une autre colline, Zamanana s’arrêta dans le levant, et ouvrit le sac. Assis l’un à coté de l’autre, Zamanana et Manga regardaient le village s’éveiller. Puis ils repartirent avant que le ciel ne soit trop clair, et s’enfoncèrent dans la foret. Ils ne savaient pas où ils allaient, mais ils y allaient, d’un pas sûr et déterminé. La quincaillerie de Manga se prenait parfois dans les branches ; alors Zamanana l’aida à s’en défaire, et rangea le tout dans le sac à dos.

Après avoir longtemps marché, ils arrivèrent au pied d’un Baobab. Ils s’appuyèrent à son tronc pour se reposer. « Entrez, mes enfants, soyez les bienvenus ! » Entre veille et sommeil, ils entrèrent dans l’arbre. Il y faisait doux, on y était bien. On s’y sentait léger… Une odeur de vanille… Ou peut-être de noisette grillée… On y flottait, comme dans un bain bien chaud… « Je sais la raison qui pousse vos pas. Je peux vous aider dans votre combat contre l’infâme Zieurouges. Pour trouver son antre, Manga, tu auras besoin du nez de Zamanana. Le monstre s’en prend aux enfants, alors Zamanana doit rester ici à l’abri. Mange cette fleur, Zamanana, tu seras liée à Manga comme dans un rêve, il sentira par ton nez, et toi, tu verras par ses yeux, sans rien craindre de Zieurouges. » Zamanana mangea la fleur. « Manga, écoute bien. Zieurouges est un être de verbiage et de vent. Il te faut pour l’affronter, retrouver l’usage de la parole. Mange ces cinq graines. » Manga mangea les cinq graines. « Zieurouges est faite de verbiage et de vent. Il faut, pour la faire éclater, l’énerver cinq fois, de cinq manières différentes. Je vais, Manga, t’envoyer dans le lieu désolé où le flair de Zamanana te permettra de trouver l’antre de la bête. »

Manga serait bien resté encore dans le Baobab, mais il se retrouva dans un lieu horrible, parcouru de zombies et d’agressions sonores : un centre commercial. Saisissant son courage à deux pattes, il commença sa progression dans l’endroit, truffe en l’air. Une pollution olfactive dont il n’avait pas idée s’imposa à lui. Parfums de synthèse, viande séchée, sueurs diverses et leurs haleines, détergents, animaux… Mais il flairait autre chose, une odeur sans nom dans la langue, une odeur d’épouvante. La truffe grande ouverte, il se fraya un chemin parmi les zombies, qui ne s’étonnèrent pas même de voir un chat géant roux déambuler en se tordant le cou. Manga passa le rayon des textiles fabriqués en Chine, puis les caisses où on arnaquait systématiquement les touristes non habitués à cette monnaie qui comptait tant de zéros. L’odeur se précisait… Il ferma les yeux, et demanda à Zamanana de le guider. Il avança alors comme un somnambule. Soudain, il sentit que le sol se dérobait sous ses pattes, il lui sembla tomber de plusieurs mètres – mais vous connaissez sa tendance à l’exagération – pour s’échouer avec un poc mou sur un sol gras. « Qui va là ? », brailla une voix rogommeuse. Manga se redressa, et tapota son pelage du bout de la patte avec un air dégoûté. « Qui va là ?! », insista la même voix. Manga distingua une énorme masse, pourvue de deux bras, deux jambes, surmontée d’un visage de femme fort laid. La couleur des yeux de la créature ne laissait aucun doute : Zieurouges ! Manga s’approcha de la créature fétide.

« – Quoi ! C’est toi ! Qu’est-ce que tu fous là ?

  • Je suis venu te tuer, répondit simplement Manga

  • AHAHAHAAHAH !!! Soit, tu as envie de jouer. Pourquoi pas. Plus d’enfants à massacrer, dans le coin, depuis que l’école n’est plus gratuite ni obligatoire, je m’ennuie un peu. Comment as-tu retrouvé la parole, d’ailleurs ?

  • C’est une longue histoire.

  • Ça ne m’intéresse pas. Les histoires, j’en ai déjà autant que je veux, regarde tous ces livres ! AHAHAH ! Compose-moi une devinette en cinq vers, qui ne figure dans aucun de mes livres, que personne n’a jamais entendu. Si tu échoues, je te tue.

– Frein moteur/Roue motrice/On progresse/Écrane protectrice/Le désert avance
– … Tu es malin, Manga…
– 3-3-3-5-5, et même 3-3-3-[2+3]-[3+2]. Que dis-tu de ça, Zieurouges ?
– Que tu es un insolent. Mais que tu n’as rien à dire.
– Je dis pourtant en cinq vers que la féminisation de la langue française est un leurre en matière de féminisme !
– Rhaaa ! Tais-toi ! Que t’importent les luttes féministes, bête poilue !
Manga fut très vexé par cette appellation, mais n’en laissa rien paraître. Et de une. Allongé sur le flanc, il fit des mouvements de queue languides, puis d’une voix lasse demanda :
– Bon, quelle est la prochaine épreuve ?
– Révèle-moi une chose que j’ignore sur les objets qui m’entourent. Si tu échoues, je te tue.
Manga considéra les objets d’art, tableaux, statuettes, instruments de musique, livres, bijoux, parfums, étoffes qui encombraient la pièce. Puis :
– Le tableau, là, au-dessus de ton bureau, c’est un faux.
– Impossible ! Je l’ai volé lors de l’inventaire de l’atelier de l’artiste, quelques jours après sa mort !
– Oui, mais c’est une porte.
– Quoi ???
– Peinte en rouge, et fixée horizontalement, mais c’est une porte.
Folle de rage, Zieurouges se jeta sur le tableau, et dut se rendre à l’évidence qu’il était pourvu de gonds.
– Quel escroc ! Quel gredin ! Hurla Zieurouges à l’adresse du neveu de l’artiste, qui s’était établit galeriste.
– Oui, poursuivit Manga tranquillement, quelques jours avant sa mort, la vieille Ouli avait entrepris de repeindre les trois portes de son atelier. Comme elle faisait des monochromes, évidemment, sans avoir l’oeil exercé, on pouvait croire…
– Tais-toi ! Rrrrrrrrhhhhaaaa !!!! Tais-toi !!! rugit Zieurouges, écarlate de colère.
Et de deux. Zieurouges décrocha vivement le téléphone, composa un numéro, puis se servit un double scotch en attendant que son interlocuteur décroche.
«  – Allo, Grocuss ? – Elle appelait la tête pensante de la pègre locale. – Ton mignon, là… Le galeriste… Il s’est bien foutu de toi… – Elle lampa la moitié du verre. -Tu es près du Ouli, là ? Lequel ? Comment, lequel ? A ton avis, crétin ! Le Jumeau Rouge ! Si tu es chez ta maîtresse, c’est pareil. Même si cette cruche l’a accroché dans sa cuisine… Elle est dramatique… Enfin, ce n’est pas pour ses talents de décoratrice que tu la fréquentes, hein, on est bien d’accord… – Elle finit le verre, et l’agita au dessus de sa lippe pour avoir la dernière goutte. – Ça y est ? Alors regarde bien. Tu t’es fait enfler. C’est une porte. Voilà, bonne soirée ! » Elle raccrocha vivement, avec un rire cruel. Puis elle sortit un face-à-main du tiroir de son bureau, s’y mira un instant, tapotant du bout des doigts ses tours de faux cheveux mal mis, arrimés tant bien que mal sur les quelques poils-tête gras qui ornaient encore son crâne. Manga réprima un haut-le-coeur. Elle tendit son bras ballottant et le face-à-main vers Manga et ordonna :

«  – Récite-moi du Molière, sinon, je te tue ! »
Alors Manga récita :
«  – L’exemple est admirable, et cette dame est bonne ! /Il est vrai qu’elle vit en austère personne ;/Mais l’âge dans son âme a mis ce zèle ardent,/Et l’on sait qu’elle est prude à son corps défendant./Tant qu’elle a pu des cœurs attirer les hommages,/Elle a fort bien joui de tous ses avantages ;/Mais voyant de ses yeux tous les brillants baisser,/Au monde qui la quitte, elle veut renoncer,/Et du pompeux voile d’une haute sagesse/De ses attraits usés déguiser la faiblesse./Ce sont là les retours des coquettes du temps./Il leur est dur de devoir déserter les galants./Dans un tel abandon, leur sombre inquiétude/Ne voit d’autre recours que le métier de prude,/Et la sévérité de ces femmes de bien/Censure toute chose et ne pardonne rien:/Hautement d’un chacun, elles blâment la vie,/Non point par charité, mais par un trait d’envie/Qui ne saurait souffrir qu’une autre ait les plaisirs/Dont le penchant de l’âge a sevré leurs désirs.
Zieuxrouge lâcha un pet sonore, et dit :
– « C’est du Molière, ça ?
– Il est des vapeurs qui vous feraient douter de tout, dit Manga, livide.
– Ah, tu as réponse à tout, hein ? Grinça Zieuxrouge. – Et de trois. -Mais je vais t’en dire une bonne, à laquelle tu ne sauras que répondre, et alors, je pourrais… te tuer !!!
Il fallait tenir bon. Si Zieuxrouges s’énervait en tout cinq fois, alors, c’est elle qui crèverait. Comme une grosse baudruche. Cette émission de gaz, si répugnante était-elle, était un encouragement.
– Je suis toute oreille, répondit Manga
– Manga, je suis ta mère.
– Quoi, c’est tout ? dit Manga
– Comment ça, c’est tout ! Tu me dois la vie, imbécile ! – prrrrrt !
– Alors là, c’est vite dit… Si on était responsable de ce qui se passe avant notre naissance, ça se saurait. Puisque nous ne sommes nullement responsables de notre venue sur Terre, nous ne devons rien à ceux qui le sont. Au contraire, ça serait plutôt à eux de nous dédommager ! Cela s’appelle « héritage », je crois. D’ailleurs, puisque nous en parlons…
– Rhhhaaa ! Mais tais-toi ! Rapace ! Pince-maille ! Fesse-matthieu ! Baise-la-piastre ! C’est en vautour, que j’aurais du te transformer !
– Tu as fais les choses à moitié, tout de même. Pourquoi ne pas m’avoir tué à ma naissance ? Entre nous, eh bien franchement, tu es méchante, ou tu fais semblant ?

– Parce que tu crois qu’on peut se débarrasser de toi comme ça, grinça Zieuxrouges ? Tu résistais à tout ! Impossible de te noyer : insubmersible. Impossible de te faire dévorer par les loups : ils t’emmenaient dans leur tanière comme un de leurs petits. Impossible de te perdre dans la forêt : tu y étais comme chez toi. Impossible de t’empoisonner : tu résistais même au ragoût de pois chiches. Impossible de te vendre à des trafiquants en tous genres : tout le monde t’aimait instantanément et voulait ton bonheur. Oh, comme j’ai maudit cette maudite comète, qui m’a engrossée alors qu’une nuit je ramassais cette cigarette que j’avais laissé tomber !
– Ah, c’est pas pour me vanter, mais quel pedigree… Je vais leur clouer le bec, moi, aux Causette et aux Cendrillon ! Y a pas à dire ! Et t’as rien trouvé de pire qu’une forme de chat télépathe ?
– Mais tais-toi ! Tais-toi donc ! J’ai du te jeter 10 sors pour que tu ne puisses plus parler, pour que tu te taises enfin ! Tu résistais à tout ! Tu te mettais à parler malgache, puis arabe, puis tamoul, puis bambara, puis rouchi ! J’ai tout essayé ! Absolument tout ! Tais-toi ! La ferme ! »
Zieurouges étouffait de colère, et dégazait au passage comme un pétrolier Total en mer. Et de quatre. Manga se bouchait la truffe, et impavide, poursuivit :

– Bon, maintenant que nous avons bien rigolé, parlons sérieusement. Tes menaces, c’est de la crotte de bique. Tu ne peux absolument rien contre moi, je suis le fils de la Comète. Toi, Zieurouges, jamais tu n’arrêteras les comètes. Au mieux, tu peux ralentir leur course.
– Rhaaaaaaaaaa !!! Mais tais-toi !! aaaaaaaaaahhh !!! Je vais t’étrangler ! Je vais t’étrangler ! »

Et de cinq. Zieurouges se mit à grincer, à craquer. Elle devenait de plus en plus rouge, et rouge, et plus rouge encore… Sa peau se tendait tant elle hurlait de colère. Manga se réfugia sous un tapis. On a beau être insubmersible, on n’est jamais trop prudent ! Il entendit une déflagration, puis un long bruit de baudruche qui se dégonfle. Nous étions dans le cinquième mois de l’année, mois qui, comme vous le savez, est depuis lors consacré in memoriam aux élections pestilentielles dans beaucoup d’endroits où qu’on connait la légende de Manga, et où se vendent des objets de toutes sortes estampillés #JesuisManga.
Quand il n’entendit plus rien, Manga souleva un pan de tapis. Il ne restait rien de Zieurouges. Les règles de grammaires et les accents s’enfuirent bien vite par les bouches d’aération exigées par les normes de sécurité. Il ferma les yeux et s’adressa à Zamanana pour lui demander de demander au Baobab d’opérer un rapatriement sanitaire. « Il faut d’abord que tu remontes à la surface », répondit Zamanana. Manga s’engouffra dans la bouche d’aération, puis finit par atterrir dans une cour où poussaient des orangers. Ça alors… L’Institut Français… Ça tombait bien, Manga avait justement pensé à prendre le dossier de demande de subvention. Il alla le déposer dans la boite aux lettres, et puis zoup, il se retrouva soudain dans le Baobab, avec Zamanana. Il ne leur restait plus qu’à rentrer au village où, à n’en pas douter, on les attendait avec impatience.


Viva il cinema!

Radio Campus Tours était partenaire média de la 4e édition des Journées du Film Italien de Tours. C’était l’occasion de voir un cinéma mal diffusé, de fiction, et documentaire, et de réaliser des interviews de réalisateurs!
Tous les films présentés étaient en V.O. sous-titrée français. C’était un grand plaisir pour moi d’entendre cette langue, non seulement à l’écran, mais également parlée autour de moi. En effet, la première fois de ma vie que je me suis sentie parfaitement heureuse, c’était en italien. Il semblerait qu’une langue laisse une empreinte affective; l’italien est pour moi la langue de l’émotion positive, et je me suis dit qu’il me plairait l’année prochaine, de mener mes interviews en italien, tout en me demandant si alors, j’arriverais à faire preuve de la même distance critique.



Documentaire


J’ai un interet particulier pour le film documentaire, alors, je me suis jetée avec avidité sur les films de cette catégorie, d’autant que cette programmation était proposée par le collectif de réalisateurs tourangeaux Sans Canal Fixe, qui propose toujours des films étonnants et quasi invisibles ailleurs dans le cadre de ses projections mensuelles. Par ailleurs, je leur ai demandé de l’aide pour l’écriture de mon projet de film, parce que je suis curieuse et admirative des films hors normes qu’ils produisent


Hommage à Franco Piavoli


J’ai découvert ici le travail d’un cinéaste autodidacte, et qui produit son image indépendamment de sa bande son. Le résultat est vraiment étonnant visuellement, entre la peinture et le cinéma d’animation parfois, avec des plans qu’interdirait tout académisme. Le son est un travail d’orfèvre, qui se fond parfaitement dans l’image. On découvre le regard malicieux d’un portraitiste, d’un entomologiste, qui s’ingénie à superposer les règnes animal et végétal. Jean Rouch lui-même avait été fasciné par Il Pianeta azzuro (La Planète bleue).


La Mostra del babbo, Elisa Zampagni, documentaire, 2016, 42′
Interview de la réalisatrice et de son père.



« I ricordi del fiume », documentaire, Gianluca et Massimiliano De Serio, 2015, 1h36


En décembre 2014, sur les bords de la rivière Stura à Turin, un ambitieux projet d’urbanisation prévoit le démantèlement du Platz, un des plus grands bidonvilles d’Europe. Plus d’un millier de personnes de diverses nationalités y survivent dans d’effroyables conditions. Tandis que certaines familles vont pouvoir être relogées, les autres vont devoir retourner dans leur pays ou trouver un autre logement de fortune. À travers une immersion dans les lieux, Gianluca et Massimiliano De Serio nous font vivre les derniers jours du Platz, entre déchirement, drames, espoirs et vie.


J’ai eu envie d’aller voir ce film parce qu’en 2013, j’avais été moi-même dans des bidonvilles de Roms à Marseille, où j’avais fait des enregistrements sonores. Je voulais voir comment cette « immersion » avait été réalisée, comment bougeait la caméra, quels angles et donc quel parti pris étaient ceux choisis par les cinéastes, seraient-ils en interaction avec les personnes filmées, ou oeil témoin? La caméra se faisait-elle oublier?
Evidemment, j’ai eu le déplaisir de voir que tous les bidonvilles se ressemblent, qu’on y a les pieds dans la boue dès qu’il pleut, qu’on y fait des trucs dangereux, simplement parce qu’on ne peut pas faire autrement. J’ai évidemment vu des gens au milieu d’une décharge, et c’est toujours révoltant, de voir que nous sommes capables de traiter nos égaux comme des ordures. Cependant, peut-être parce que j’avais « déjà vu », j’ai trouvé le film trop long. Dans la dernière demi-heure, on a l’impression que les cinéastes ont voulu montrer le plus de situations possibles, le plus de personnes possible, le plus de douleurs possibles. On atteint presque le catalogue, et malheureusement, cela donne un effet d’écœurement, non plus parce que les situations sont insoutenables, mais parce que ça montre trop, et que l’on se sent captif de ce regard qui devient trop extérieur et linéaire. On a hâte que ça se termine. Le film gagnerait peut-être à être raccourci d’un bon gros quart d’heure, pour rester dynamique. La clôture, avec cet enfant que l’on retrouve au début et à la fin, déambulant dans le bidonville, et que la caméra suit, comme s’il nous guidait dans ce capharnaüm de misère apporte une touche visuelle interessante, mais le procédé est aussi un peu éculé. Le film montre aussi des policiers qui agissent sans violence vis à vis des habitants du bidonville, qui les connaissent, voire prennent de leurs nouvelles. C’est intéressant. Justement parce que les violences policières et surtout celles de riverains sont extrêmement fréquentes en pareil cas.



« Due euro l’ora », fiction, Andrea D’Ambrosio, 2016, 1h20. Scénario de Andrea D’Ambrosio et Donata Carelli.


Dans un petit village au sud de l’Italie, Gladys, la quarantaine, travaille au noir dans un atelier clandestin de matelas pour deux euros de l’heure. Son patron, Blasi, n’a aucun scrupule à faire travailler les ouvrières dans ces conditions indignes. Arrive Rosa, une jeune fille de 17 ans, abandonnée par sa mère et en conflit avec son père, qui a décidé de quitter ses études pour aller travailler dans cet atelier. Une amitié se noue entre les deux femmes, bien décidées à faire valoir leurs droits. Basé sur des faits réels, le film aborde avec justesse l’exploitation féminine dans le monde ouvrier.


Alors, voici que j’ai été voir un film de fiction, programmé par l’association Viva il cinema, qui était aussi l’un des films en compétition pour le prix de la ville de Tours. Si j’ai eu envie de voir ce film, c’est parce que le réalisateur est surtout connu comme… documentariste, et qu’il s’agit là de sa première fiction. A dire vrai, je m’attendais, comme dans ses documentaires, à un ton plus engagé, plus militant, et j’ai été un peu déçue de voir la place que prenaient ce qui pour moi est le pire des ralentisseurs d’intrigue : les histoires de fesses façon Santa Barbara, qui n’ont absolument aucun intérêt narratif, et souvent peu d’intérêt visuel. J’ai voulu comprendre cette démarche, et j’ai donc réalisé cette interview.



Chanson pro-meuf

Le 8 mars, c’était la Journée Internationale des Droits de la Femme. Bien sûr, « des Droits » est escamoté dans la plupart des cas, et l’événement devient « La Journée de la Femme », occasion inespérée de vendre aux femmes toutes sortes d’inutilités, et de leur faire oublier leur droit à être autre chose que des objets. Je m’insurge.
Alors, la Caisse d’Epargne y a été de sa petite carte bleue « série limitée » Repetto, rose ballerine, spéciale Journée de la meuf. Quand on met en face les mariages forcés, les discrimination dans l’accès aux postes à responsabilités, on rit jaune. Mais ces cartes roses au « motif féminin », donneront chacune 4€ à l’association « Le Cancer du sein, parlons-en ! ». Voilà ce qu’on vous répondra. Et combien de nouvelles clientes, bernées par cette stratégie marketing ? Jusqu’à 20 000. Merci la Journée [des Droits] de la Femme !

Une stratégie qui repose sur :
– la bonne conscience des clientes potentielles (un don de 4€, alors qu’elles pourraient donner plus de manière directe et le déduire en partie de leurs impôts), on ajoute quand même le lien vers le site où faire un « vrai » don en ligne, histoire de dire que l’on n’est pas que des commerciaux.
– leur accoutumance aux procédés marketing standards (« série limitée », « exclusif », « marque prestigieuse », « marque française »)
– le détournement et l’utilisation à des fins mercantiles d’un événement non-commercial
– l’utilisation de clichés genrés (le rose, la ballerine, la danse, la mode)


ARE YOU A FFFFFFFFFFF……. FEMINIST ???!!!


Maintenant que mes lecteurs potentiels se disent que je suis une mégère agressive, mal épilée et qui voit le diable (en Prada) partout… je me concentre surtout sur les lectrices féministes-soft qui se trouveraient parmi eux, en partageant cet article écrit par Nadia Daam, sur Slate :

Allez vous faire foutre les féministes glamour

Parce que oui, on peut être jolie et féministe, sexy et féministe, aimer les hommes et être féministe, porter le voile et être féministe, mais non, on ne peut pas être une « gentille féministe », tant que des femmes mourront quelque part dans le monde, parce qu’elles sont des femmes.


On connait la chanson !


SOIT est artiste qui qu’a envie de l’être et ne redoute pas le salaire fictif.
OR il se pourrait bien que tout acte expressif, brut, naïf, minimaliste, post-humain, préconscient, expérimental puisse être considéré comme de l’art tant qu’il promet un vent d’une revigorante nouveauté, palpable ou sonore, en forme de frite géante ou de rien.
DONC c’est le moment de me lancer dans la chanson et de rappeler aux s(c)eptiques que oui, j’ai pas de plaque d’immatriculation, mais que j’ai un numéro GUSO. (Ah pan, comment je te les ai mouchés !)

Voici une horreur homemade en ce 8 mars (mais postée plus tard, car la box du voisin ne marchait pas), hommage à toutes les femmes qui se font insulter, agresser, assassiner simplement parce qu’elles défendent leurs droits à être libres et heureuses. Hommage à toutes ces femmes dont on ridiculise toujours les propos et les actes, que l’on fait passer pour folles, hargneuses, « misandroses » , de petite vertu, bêtes, irresponsables, égoïstes, juste parce qu’elles entendent mener leur vie comme elles le souhaitent.

Musique au Concorde Elka de moi – paroles et chant carnatique du Sud de l’Inde de moi.


Tu garderais les enfants, ce soir ?

Avis aux bon(ne)s voisin(e)s, tata, tonton, qui ne sont pas encore pourvus d’enfants, et auxquels les adultes qui en ont éprouvent parfois le besoin de s’en délester auprès d’une personne de confiance, les confient. Ils ne trompent personne. On sait bien qu’ils en ont ras le bol de leurs gosses, hein, et puisque c’est comme ça, eh ben, on va leur lire de bons livres…
Voilà, des pièces de théâtre pour enfants plus ou moins grands, sages ou pas, et qui traitent de tous ces sujets que certains parents sont trop contents de voir abordés par des tiers… Trois grands auteurs de théâtre jeune public français, à défaut pour le moment d’en connaître d’autres de nationalités différentes. Mais cela sera réparé dès que possible !
Présentation en chroniques radiophonées de quatre pièces pour enfants, jusqu’à ce que j’en fabrique plus.


Les rapports entre les filles et les garçons


ils se marièrent et eurent beaucoup, Philippe Dorin


L’engagement politique – le deuil


Costa le Rouge, Sylvain Levey


S’inventer d’autres parents pour grandir


Debout, Nathalie Papin


Ne pas avoir de parents


En attendant le Petit Poucet, Philippe Dorin


Zamanana, Zieurouges et Manga – épisode 2

Suite du conte sauce gasy…

Si un animal vous dit qu’il peut parler, il ment probablement. Mais s’il dit qu’il sait lire, et que c’est vrai ? Et s’il ne dit rien, mais se contente de lire ? L’animal-lecteur ne serait donc pas intrinsèquement menteur. Un animal non-menteur et doué de compétences humaines. Et encore, tout le monde au village ne savait pas lire avant le Grand Engloutissement… Donc Manga qui sait lire serait-il plus humain que les humains qui ne savent pas ? Alors, existerait-il une catégorie de créatures, entre l’homme et l’animal, au dessus des animaux, mais tout de même en dessous de l’homme ? Oui, les êtres magiques. Enfin, ce n’est pas tout à fait pareil. Manga était-il un animal ? Manga était-il magique ? C’était perplexifiant, même pour un mpsikidy digne de ce nom.


« Bon, c’est pas le tout, hein mais je dois aller à une réunion secrète du Conseil des Sages pour savoir comment terrasser Zieurouges. Tu peux rester ici autant que tu veux. »
« Je vais me gêner ! », pensa Manga, en pilant un gros coussin de cuir.
Il faisait mine de lire, et observait du coin de l’œil le mpsikidy s’envelopper dans un lamba, de manière à cacher complètement son visage, puis sortir avec une prudence extrême.
« C’est l’heure à laquelle commence la nuit debout-debout ! » pensa Manga.


Au pied du manguier, se tenait une quinzaine de silhouettes enrubannées de lamba, qui se tenaient à la distance réglementaire de trois pas les unes des autres. Le Grand Maître prit la parole : « Chers frères, nous nous réunissons… » Guévara lui coupa la parole : « Et sœurs ! » Le Grand Maître reprit « Chers frères et sœurs, Guevara, s’il-te-plait, si tu veux prendre la parole fais signe, chers frères et sœurs, donc, nous sommes réunis ici pour décider comment il faudra manœuvrer pour se débarrasser de Zieurouges. » « Haaaan !!! » fit l’assemblée. Après une seconde de suspens, il poursuivit : « Les graines sont formelles, c’est l’âme du manguier sacré qui nous délivrera ! » « Aaaah » , fit l’assemblée, soulagée de n’avoir qu’à concourir par soutien spirituel à ce terrible combat. Une main sortit d’un lamba. « Litchi demande la parole ! La parole est à Litchi ! » Litchi : « En somme, nous envoyons une créature magique en zigouiller une autre. C’était simple ! Et si on passait à la dégustation de mangues, maintenant que nous avons la solution ? » Murmure d’approbation. « Ravitoto a une question ! La parole est à Ravitoto ! » Ravitoto : « Grand Maître ! Il y a ici un nouveau frère ! » Les lambas se tournèrent vers un petit lamba avec deux oreilles pointues. « Bien… Quel est ton nom ? » demanda le Grand Maître « Miark ! » répondit le petit lamba. « Miark ? C’est un drôle de nom, ça… Mais pourquoi pas. Sois le bienvenu, Miark. » Un lamba qui peinait à couvrir une volumineuse chevelure demanda la parole. « La parole est à Valiha ! » Valiha : « Grand Maître, puis-je commencer à jouer les airs rituels ? » « Oui, Valiha, nous sommes prêts. », répondit le Grand Maître. Valiha s’installa au pied du manguier sacré, et dans un silence respectueux, commença par étirer ses doigts, mouliner des poignets, et se détendre le dos.


Soudain, venant d’un lamba qui clignotait bleu, blanc, rouge, Celebration des Kool&the Gang vint troubler la cérémonie. « Je… Je suis désolé, je… J’ai oublié de mettre le mode avion ! », bredouilla Ravitoto. « Bounty, va ! », grommela Litchi. « Bon, si vous avez fini de vous crêper le chignon, on va pouvoir poursuivre. », dit le Grand Maître agacé. « Misogyne, va ! » grommela Guevara. « En voilà, une façon de parler au Grand Maître ! », s’indigna Baobab. « Fayot, va ! », grommela Zébu. « Miark ! », dit Miark pour dire quelque chose. « Eh ben, on prend ses aises, Nouveau ! », grommela Ravitoto. Valiha toussota : « Hem… Si je vous dérange… Dites-le moi… »


Les lambas se ressaisirent. Valiha commença à jouer, les lambas commencèrent à tourner autour du manguier, d’abord lentement, puis calquant leur démarche sur la musique de Valiha, avançant en cadence, de plus en plus vite, faisant des « Houh ! » et des « Hah ! » aux moments opportuns. Sauf Miark, qui se bornait à « Mouh ! » et « Miah ! », mais par politesse, personne ne le lui faisait remarquer. Ce n’est pas bien de se moquer de l’accent des étrangers qui font tant d’efforts pour s’intégrer. Baobab eut une distraction en essayant de deviner les courbes féminines de Guévara, qu’il apercevait de l’autre coté du manguier sacré, perdit le rythme, et par malchance, marcha sur le lamba qui se trouvait être devant le sien. Le lamba se tendit, ce qui sortit Baobab de sa rêverie, lequel leva brusquement le pied, ce qui donna un élan inattendu à son propriétaire. Le Grand Maître – car c’était lui – trébucha sur Miark, et se voyant projeté vers le manguier sacré les deux mains occupées à tenir son lamba, s’exclama : « Za me meurs ! »

« Haaan ! » fit l’assemblée, voyant que la trajectoire du Grand Maître était magiquement déviée, comme une banane par une tornade, et qu’il ne s’échouait pas sur mais à côté du manguier sacré. Le long Zébu se précipita pour aider le Grand Maître à se relever :  « Grand Maître, c’est un accident du travail, je suis formel ! » Cabossé mais bien vivant, le Grand Maître regagna sa place dans le cercle : « Tu es bien gentil, Zébu. Mais la magie est avec nous cette nuit, il faut continuer à danser. » Zébu regagna sa place, après avoir lancé un regard narquois de premier de la classe à Baobab, qui tapota son lamba pour dissimuler mal son agacement. Valiha n’avait pas cessé de jouer. Les lambas reprirent la ronde des « Houh ! » et des « Hah ! ». Le rythme s’endiablait, « houh ! Ha ! Ouh ! Hah ! »


Ô, toi, qui le manguier habites, houh ! Hah ! Trajectoires et chemins connais Houh ! Hah ! Dans la nuit, ta vue, sans limites ! Houh ! Hah ! Pour le nez, que Zamanana te supplée ! Que ton courage ne se délite, s’il paraît, par un mythe tragique, que fleuris sur un tas de fumier ! Houh!Hah ! Houh ! Hah ! Du combat sortiras victorieux, si pour toute arme, es heureux ! Houh ! Hah ! Houh ! Hah ! La lumière éclaire l’ombre, ainsi ont parlé les ancêtres ! Houh ! Hah ! Houh ! Hah ! Houh ! Hah !


La ronde dura encore jusqu’à épuisement général. Constatant les silhouettes avachies qui trottinaient sans grâce autour du manguier, le Grand Maître rompit le cercle. « Aaaah ! » fit l’assemblée, et tous commencèrent à se congratuler, comme une équipe de foot victorieuse. Tous s’assirent, et commencèrent la dégustation de mangues. Baobab prit un ton mielleux pour demander à Guévara de lui en éplucher une ; elle lui dit d’aller faire se cuire un œuf, mais en éplucha une pour Valiha. Zébu s’inquiéta de ce que la gloutonnerie de Litchi prive Manga, qui était le plus petit d’entre eux, amen, avant de s’apercevoir en riant que Manga était d’une habileté redoutable pour attraper les plus beaux fruits. Ravitoto demanda la parole : « Nous t’écoutons, Ravitoto ! », dit le Grand Maître, la bouche pleine. « Merci. Alors, voilà, je voulais vous dire que je suis désolé pour le téléphone, tout à l’heure, mais quand même, me faire traiter de Bounty, c’est plus fort que le roquefort ! » Silence gêné. Plus personne ne pensait à cet incident. « C’est quoi, le roquefort ? » demanda à mi-voix Litchi à Baobab, qui ne savait pas. « Miark ! » dit Miark, en poussant vers Ravitoto une mangue sublime qu’il gardait cachée pour son dessert. Derrière son lamba, le Grand Maître leva les yeux au ciel. Ça commençait à bien faire, il était temps de sonner la fin de la récré. « Bon, nous sommes tous fatigués, et une rude journée nous attend demain. Résumons ce que nous annoncerons demain au village : Manga, la créature vivant dans le manguier, avec Zamanana, doit se rendre jusque dans l’antre de Zieurouges pour la terrasser. Manga a un destin particulier, un secret entache sa naissance, et il faudra aussi le découvrir et le dépasser pour nous sauver tous. » « Amen ! » répondit Baobab, qui fit face à un silence outré, toussa, demanda pardon. Un sourire dans la voix, le Grand Maître poursuivit : « En vérité, je vous le dis, avant que l’abrutissement ne soit complet dans ce village, il faut que Manga et Zamanana s’acquittent de la mission pour laquelle les désignent les ancêtres. Ils partiront demain à la tombée du jour, et en profiteront pour déposer ce dossier de demande de subvention pour regarnir la bibliothèque municipale auprès de l’Institut Français. Ainsi ai-je dit pour ce soir ! » « Houh ! Hah ! » répondit l’assemblée, avant de se disperser.

Resté seul, Miark quitta son lamba au pied du manguier, redevenant ainsi Manga – comme personne ne s’en doutait – et grimpa se coucher. Regardant le village depuis son perchoir, il pensa « Ô rage, ô désespoir ! Ô engeance ennemie ! N’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ? Et ne suis-je roussi dans les travaux manguiers Que pour voir en un jour flétrir tant de lauriers ? » Alors qu’il se lamentait ainsi, une mangue pourrie, qu’il n’avait pas vu venir, s’aplatit sur son flanc. Alors, il rit, et s’endormit…


Zamanana, Zieurouges, et Manga – épisode 1

Conte sauce gasy.
A J.L. et sa fille, et à tous les Malgaches que je connais.


Zieurouges était un esprit mesquin en forme de femme. Le temps avait jauni les poils de son crâne, et ranci son haleine. Zieurouges s’approchait subrepticement des zenfants pour les zetouffer. Mais le village avait un ange gardien, Zamanana, la fille au nez très fin… Quand Zieurouges de trop près approchait, hargneuse, dans la nuit de charbon, Zamanana alertait le village en criant « Ça pue!  » et Zieurouges se sauvait en grommelant. Zamanana sauva ainsi des centaines et des centaines d’enfants d’une mort atroce. Et si Zieurouges détestait tellement les enfants, c’est que l’idée qu’ils profiteraient de la beauté du monde après elle lui était insupportable. Elle avait commencé par détruire les écoles, et manger tous les livres. Si les enfants restaient ignorants, ils deviendraient facilement des adultes imbéciles, assez débiles pour s’exterminer eux-mêmes, ce qui lui faciliterait grandement le boulot. Zieurouges avait quand même gardé quelques livres précieux, dont elle avait tapissé le fond de son lit, mais qu’elle ne lisait jamais. C’était juste pour le plaisir d’en priver les autres, et d’avoir pour elle seul un objet devenu rare et précieux. De son nid, elle voyait avec plaisir s’abrutir la population. Elle commença discrètement à grignoter la langue, en croquant un accent ici, une lettre là… Elle posa son gros cul sur les règles de grammaire. Tant et si bien qu’il devint extrêmement laborieux de lire des textes écrits, puisqu’on n’y comprenait plus rien. L’écrit commença donc à disparaître.

Un jour de grand vent et de Francophonie zarriva une étrange créature. Elle ressemblait à un gros chat, et son pelage avait une couleur de fruit pas mûr. Personne ne su nommer la créature. Tous les dictionnaires avaient disparu, et le village se situait dans une zone hermétique aux zondes internet. Alors, on l’enferma dans un graaaand sac de toile, et on l’apporta au mpsikidy. Ô mpsikidy! Cette chose doit-elle vivre ou mourir? La chose protestait dans le sac dans une langue inconnue. Les graines parlèrent. La chose devait vivre. Le sac poussa un soupir de soulagement. Ne serait-ce pas un maléfice de Zieurouges? Murmures. On posa le sac aux pieds de Zamanana, attendant son jugement sans appel. Elle ouvrit le sac, et la chose fila se cacher dans un manguier. « Appelons la chose Manga, ça sera plus simple. »

Les jours passèrent, et Manga se faisait si discret, que les habitants l’oublièrent peu à peu dans son manguier. L’arbre devint sacré, mais sans pouvoir écrire son histoire, bientôt, on ne sut plus pourquoi. Les villageois venaient tout de même sous le manguier sacré quand ils avaient de grandes décisions à prendre. A haute et claire voix, ils posaient leur question à l’arbre. S’il ne se passait rien, l’idée était mauvaise ; ou alors, la réponse était non. Si l’entreprise ou la question étaient malveillantes, l’arbre arrivait toujours à envoyer des fruits pourris en pleine face du demandeur. Si la réponse était oui, une mangue descendait de l’arbre. La taille et la beauté du fruit donnait des indications supplémentaires. Lorsque la question était mal posée, une branche s’agitait. Ainsi, on ne demandait pas au manguier sacré « Est-ce que ma femme me trompe ? » mais « Ma femme m’aime-t-elle ? » ; non pas « Le maire est-il un voleur ? » mais « Le maire est-il honnête homme ? ». Il va sans dire que plus d’un et plus d’une ont tenté de faire abattre cet arbre de malheur, dont le maire catholique, qui s’insurgeait contre ces croyances de sauvages. Mais quelqu’un fit remarquer que depuis que le manguier était sacré – quand déjà ? – Zieurouges semblait avoir disparu… Murmures et hochements de tête. Le manguier fut classé au patrimoine local, et protégé ainsi des avides appétits des Chinois qui avaient rasé tout le bois de rose avoisinant.

Craignant tout de même pour sa vie, Manga ne descendait de son perchoir qu’à la nuit tombée. La consommation journalière de mangues avait rendu son pelage roux, et on aurait pu le prendre pour un renard. Chaque nuit, il allait porter les plus belles mangues de son arbre au mpsikidy, pour le remercier d’avoir lu dans les graines de lui laisser la vie sauve.

Mais Manga était triste. Il n’avait pas d’amis, et ne parlait pas la langue des villageois, même si il les comprenait. Et c’était bien ennuyeux, parce que les villageois parlaient souvent de Zieurouges, mais comment leur demander qui était-ce ? Par déduction, Zieurouge avait disparu quand Manga était arrivé, or Manga était arrivé par un vent de Francophonie… Donc, ce que le vent de la Francophonie apporte, il le reprend ailleurs… Manga devait en avoir le cœur net. Il prit son offrande quotidienne de mangues et se dirigea à pattes feutrées chez le mpsikidy. Il déposa les mangues devant la porte, mais au lieu de se sauver sur le toit pour guetter l’arrivée et le sourire du maître des lieux, il se roula en boule à coté.

Il attendit. Un bon moment. Il se sentit bête, et faillit partir, quand soudain, la porte s’ouvrit, et il vit sortir la belle Asha le cheveu en désordre, suivie du mpsikidy qui avait l’air tout émoustillé. Manga gloussa, puis glapit quand la belle lui marcha un bon coup sur la queue. Il faisait noir, « Une bête ! Une bête ! Là !!! », glapit à son tour la belle Asha. Manga profita de la confusion pour s’engouffrer chez le mpsikidy, qui cherchait à taton la lumière. « Ce ne sont que des mangues, de belles mangues, ma chère ! » « Je sais ce que je dis ! Il y avait une bête, là ! Peut-être même que c’était Zieurouges ! Haaaaan !! » Asha porta sa main à sa bouche, comme si le fait de dire le nom du monstre allait le faire venir. Caché sous le lit, Manga riait. « N’importe quoi, pensait-il. Dire « argent » n’en n’a jamais fait apparaître ! » La belle Asha détala vers sa maison, comme si elle venait de se souvenir qu’elle avait un mari qui l’y attendait. Le mpsikidy haussa les sourcils, écouta sa course se perdre dans la nuit, puis quand il ne l’entendit plus, se pencha pour ramasser les mangues, avec un sourire qui fit ronronner Manga. Il rentra, laissant la porte ouverte sur les étoiles, et posa les mangues sur la table. Il s’assit dans la pénombre, alluma une bougie, et pensant à la belle Asha, il rit. « Ô monde, il y a bien des choses qui ne changeront jamais. » Manga pouffa. Impassible, le mpsikidy dit « Qui que tu sois, homme ou bien ombre vaine, montre-toi. »

Un peu honteux, Manga avança doucement vers la table. « Ah, c’est toi ! Je savais bien que tu finirais par descendre de ton manguier. Il va falloir que l’on cause tous les deux, monsieur Oui-Non. C’est bien beau de dénoncer les élections truquées et les femmes adultères, mais tu me fais perdre des clients. » Ça alors… Le mpsikidy n’était pas amnésique comme les autres du village… « Allons, avance, Manga, que je te vois. » Manga s’approcha. Le mpsikidy l’attrapa, et l’observa à la lumière de la Lune, puis le posa sur ses genoux, et se mit à le caresser. Manga était un peu gêné d’être traité comme un vulgaire chat, mais il n’osa pas se montrer grossier avec celui qui lui avait sauvé la vie. « Tu as les yeux bleus, Manga, tu es une créature magique, précieuse… Tu as pris la couleur du feu, Manga. Il n’y a pas de hasard. Si tu es là, c’est pour nous débarrasser de Zieurouges. » En effet, il y a bien des choses qui ne changent pas, pensa Manga, vexé, mais il émit simplement un « Miark ! » courroucé.


« – Quel caractère ! Heureusement que tu n’es pas une femme !

– Pffffft !

– Tu as l’occasion d’être un super héros, et tu te débines! Quand je pense à tous ces jeunes désœuvrés, qui finiront trafiquants, maquereaux ou soldats…

– Pffffft ! »


Soudain, Manga vit ce qu’il n’avait jamais vu ailleurs dans le village… Il en resta sans voix, l’œil tout rond, comme un poisson très étonné. « Qu’as-tu vu, Manga ? », dit le mpsikidy, en suivant son regard. Incrédule, il alla chercher… une pile de livres. Manga fit tomber la pile, puis se mit à inspecter chaque volume, à en retourner certains du bout de la patte. « Mais… Tu sais lire !? » Manga lança un regard méprisant au mpsikidy puis continua ce qu’il faisait. Absorbé dans ses lectures, faisant des huit concentrés avec sa queue, Manga ne voyait pas le mpsikidy jouer des graines. Soudain : « Sais-tu Manga, où sont passés tous les livres ? » « Mrrrrark ? » répondit Manga sans décoller la truffe du volume qu’il lisait. La Chanson de Roland. « Zieurouges les a tous ou détruits ou mangés ou gardés pour poser son gros cul ! » Lever de truffe, à ce ton accusateur. Regard accusateur. Ah ? Zieurouges avait bouffé ou planqué tous les bouquins ? Comment se faisait-il, alors, qu’il y en avait ici ? « Attends , minute ! Je te vois venir ! Ne va pas m’accuser de fricoter avec Zieurouges ! Non mais si tu la voyais, en plus… » Manga lui adressait un regard perçant, tapotant La Chanson de Roland du bout des pattes. « Ma maison est immunisée contre les esprits malins… » expliqua le mpsikidy. Tapotement. « Zieurouges ne peut pas entrer chez moi… Toi, tu as pu entrer… » Pensant à la belle Asha, à madame le Maire, à la marchande de pain, à la voisine-la-plus-proche, à la vendeuse de tabac, Manga se demandait quels critères utilisait la maison pour déterminer qui était maléfique et qui ne l’était pas. La maison sembla rire. Mais il était vrai qu’il n’avait jamais vu ici les créatures qui rentrent dans les maisons pour jouer des tours aux humains…


L’art d’ « avoir piscine »

Ah, les repas de famille… Les repas d’ « anciens » du lycée Sainte-Gertrude, où vous arrivez assez content de vous même, et repartez dépité(e), convaincu(e) d’avoir raté votre vie, et d’infecter la surface de la Terre…
à N. , V. et les autres, qui par le partage raisonné d’expériences ont contribué à l’établissement de cette liste.


Bourreau des cœurs


« Alors, toujours célibataire? »
« Bonne année, hein, la santé, l’argent, le travail… et l’amour, hein, l’amour! C’est important, l’amour! »
« Ah, bah oui, ce soir, y a que des couples… hihihi du coup, avec toi, on est treize à table! Hihihi! »
« Tu sais, à nos âges… Il ne faut plus trop être difficile… »
« Mais (petite toux) tu sais, tu peux tout nous dire. TOUT. Nous sommes (petite toux) des gens ouverts… Nous pouvons tout entendre. »
« Et celle/celui-là, hein? T’en penses quoi? Une connaissance de Charles-Edouard… Belle situation… Y a du pognon… »
« Ça fait quatre ans! Naaaan… Si! Tu n’es pas venu(e) avec Axel(le)? … Ah… Ah, excuse-moi, désolé… »
« Je te présente Dominique, voilà, voilà… C’est amusant, héhé, vous êtes tous les deux passionnés de littérature! Bon je vous laisse, hein! »
« Je comprends pas, t’es plutôt pas mal, pourtant. »
« Les enfants m’épuisent! Je suis é-pui-sée! Mais tu ne peux pas comprendre… »
« Moi, à ton âge… »
« Les gens qui ne veulent pas d’enfants, ce sont des égoïstes. »
« Tu dois t’ennuyer, non?.. Non?? »
« Je ne voudrais pas insister, hein… Mais c’est arrivé comment? »
« Vous viendrez accompagné(e)? Non? Comment, ça, non?… Mais vous n’avez pas un(e) ami(e) ou quelqu’un qui voudrait la deuxième place?? »
« Bon, ben c’est raté pour le mariage en blanc! A ton âge… »
« Si tu savais comme nous sommes heureux! Heu-reux! »


Johnny Bigoud


à la maison
« Syrah Chêne Bleu, tu nous gâtes… Tu connais ça, toi? »
« Rhooo… Mais il ne fallait pas! Ça a du te coûter une fortune, et comme tu n’as pas beaucoup d’argent… »
« Chéri, tu te souviens de Martha? … Marcia, pardon. »
« Ah? Tiiiiens!!!! C’est… étonnant de te voir là! – sourire hypocrite – Tu vas bien? »
« Tu as vu? Touche… C’est du marbre… C’est beau, hein! On s’est fait plaisir! »
« Et là, je vous le donne en mille! Une fille-mère! J’allais quand même pas louer un appart à une fille-mère… De toutes façons, il n’y avait pas de baignoire, elle l’aurait lavé où, son gosse? Dans l’évier peut-être? »
« Ma robe? Elle vient de chez Trucmachin. C’est… C’est un peu chic, comme boutique, tu sais… »
« Ben, t’as qu’à bosser! Ahahah!!! Non, mais je rigole, je rigole! »
« Chérie, tu as encore acheté des nouvelles assiettes! Ah, je vous jure, on ne sait plus où les mettre! Tiens, ça t’intéresse pas, toi, de la belle vaisselle? Allez, ça nous fait plaisir, et puis, ça débarrasse! »
« Chef d’entreprise? Vos parents doivent être fiers. Et tu le vois souvent, ton frère? »
« Eh ben, t’es pas épais(se)! »
« Tu ne manges rien? C’est parce que je ne me souvenais pas de ton prénom? »
« Tu te souviens? Tu avais toujours le nez dans les bouquins, et nous, on était toujours au café. On a bien fait. Ahahaha!!! »
« Sont-ils fatigants, en face, avec leur musique de bamboulas, on ne s’entend plus penser! »
« Ah, les fonctionnaires, payés à rien faire! »
« Ah, tu ne manges rien, mais qu’est-ce que tu bois! Ahahah!!! Je rigole, je rigole… »
« Mais tu sors un peu, quand même? Tu as des amis? »
« Tiens, ça c’est ma carte. Hésite pas à m’appeler au bureau, un midi, si tu veux qu’on mange ensemble… J’essaierai de trouver un créneau… »
« Tu bosses dans quoi, déjà? Tu me l’as dit, mais j’ai oublié. »
« Oui… C’est pas mal. C’est pas mal, déjà, comme poste, pour quelqu’un comme toi. Enfin, je veux dire… Mais tu m’as compris. »
« Mais, alors… Tu connais Bidule??! … Incroyable… »
« Ah, il est bon, ce foie gras! C’est pas Labeypierre de Carouf! »
« Tu veux la fin de ma cigarette? Je la finirai pas. »
« Ils ont tout gratuit, ces gens-là! L’électricité, le loyer, la CMU, tout! Ah, on est bien, en France! »
« Pierre… Edwige, voilà… Marthe… – se rassoit, un verre à la main – Ah, zut, je t’ai oublié(e). Bon, tu sais où est la cuisine. Santé! »
« Tous ces faignants d’intermittents, ah, ben c’est sûr qu’ils iraient pas bosser sur les chantiers! Pourtant là y en a du boulot! »
« Oui, Lidl, c’est de la bouffe pour chien. Mais franchement, pour faire des gâteaux pour l’école, hein… ça va bien! »
« Où ça? … Et… ça va, le quartier? ça ne craint pas trop? »
« Chérie! Donne-lui les restes du rôti dans un tupperware! Mais si, mais si! C’est du veau, en plus. Tu en manges, ça, du veau! Allez, emporte ça. Tiens, prends le pain, aussi. Allez, on est entre nous, pas de salamalecs! … Ohohoh! Excuse-moi! Je voulais dire… Enfin, tu m’as compris! »
« Et surtout, tu passes à la maison quand tu veux! Bon, pas le mardi, Apolline a son cours de basson, et moi je finis tard, tard, tard! Jeudi, c’est bridge. Naan mais on a une vie de dingues! Mais passes nous voir, ça nous fera plaisir! Appelle avant, on fera un petit truc. »

L’éternel retour
« Si je passe par le centre-ville? Oh, heu… Avec qui es-tu venu(e), déjà? Bon, j’y vais, hein, il  est tard, déjà, et demain, je travaille, moi! »
« Ah, je suis désolé(e), Églantine et Aude-Hélène cherchaient quelqu’un pour les descendre en ville à une soirée, du coup, j’y vais avec elles… Je n’ai que quatre places, et comme il y avait déjà Antoine avec nous à l’aller… »
« Tu devrais demander à Selim – pouffement – je crois que vous habitez le même quartier! »

Dîner en ville
« Allô? … Oui, je suis désolée, je vais être en retard. Oui, figure-toi que je suis au commissariat… Pour porter plainte contre un c***rd qui m’a agressée en pleine rue, comme ça, pour rien! Je te jure! Le mec, il me saute dessus, et il se met à gueuler comme un putois juste parce que je suis sur une place handicapé! L’hallu totale! Non, mais moi, je me laisse pas em***der comme ça. J’ai son nom, et je porte plainte. Faut avoir un pète au casque pour gueuler comme ça dans la rue! Non, mais le pauvre mec, quoi! … Oui, ciao, à toute! »
« Alors, là, c’est the place to be! »
« Salut, Sophie, ça va? Ouais, super, la soirée! On est rentrés à 4 heures, je te jure! Mon petit frère/ma petite soeur? Ahaha! Non, non… C’est… Bon à plus! … Alors, elle, c’est la chargée de projet de Chkoufougne-Deufeudinde, une vraie connasse! Aaaah!!! André, ça fait plaisir de te voir! Tu vas bien? On se voit au théâtre, vendredi? Mon assistant(e)? Ahaha, non… C’est… Bon, à vendredi! … Alors lui, un chaud de la b*** tu imagines même pas! … Caro, super, ta robe! T’as fait quelque chose à tes cheveux? Tu es ma-gni-fi-que! Mon/ma stagiaire? Ahaha, non, c’est… Bon, je file, hein, tu sais ce que c’est, j’ai un rendez-vous dans 15 min avec le boss… Alors, elle, elle m’a piqué le poste de dir comm chez Souplex, je te laisse imaginer comment… Hervé! ça faisait longtemps! ça va? Ah, tu es avec Esther et Gil!? … Heu… Ecoute, j’ai besoin de voir un truc avec Hervé, alors, le prends pas mal, hein, mais… Prends ce que tu veux, et tu le mets sur ma note! Allez, c’était sympa de te voir! On se rappelle vite! »
« C’est tout? Tu plaisantes! Tu ne vas pas manger que ça! Prends au moins un menu! »
« Non, laisse, je t’invite. Si, si, j’y tiens. Je vais faire une facture. »
« On divise par deux? Super! Ah, ça tombe bien, j’ai tout juste assez en tickets restau! »

Savoir recevoir
« Il ne fait pas chaud, chez toi… On allumerait pas un peu de chauffage? »
« Ah, des verres à moutarde… C’est mignon… »
« C’est à toi, tous ces bouquins? … Mais, tu les as lu? »
« C’est bien, les trucs ikea, ça dépanne. On a refait un appart pour Antoine, qui entre à la fac, on l’a meublé avec ça. »
« Ohlala, faudra penser à faire les courses, hein! Au moins, on met pas une heure à choisir son yaourt! »
« Et tu n’as pas mis d’abat-jours? »
« Tiens! Tu sais jouer de ça, toi? »
« C’est simple. Mais tu sais, ce qui est sobre, c’est ce qu’il y a de mieux. »
« Tu écoutes France Culture? C’est bien, ça… »
« Y a pas de cendrier? Ah, tu ne fumes pas… »
« La photo, là, c’est tes parents? … Ils ont des têtes de braves gens. »
« C’est un lit, ça, ou un canapé? »


Bon, alors!


Vous avez le droit de ne pas perdre votre temps avec ces gens sans intérêt. Il n’y a aucune obligation légale à les fréquenter. Fuyez. De toutes façons, il y a de grandes chances pour qu’ils ne remarquent même pas votre absence. Seize the day. C’est le moment d’ « avoir piscine », et de trouver une bonne excuse – si besoin est – pour ne pas y aller. This is one more free service we offer.


Guide de survie intellectuelle en période électorale

2017, année de l’éloquence plus ou moins certaine, à fort risque de moisissures intellectuelles. Voici quelques mots en « A » pour en rire un peu, et à jeter négligemment entre la poire et le fromage, à un invité qui dirait des énormités, si vous êtes trop bien élevé pour lui faire frontalement remarquer.


 Amphigourique – Apotropaïque –  Amnésie – Amphibologie


Comme le disait notre bien-aimé Forest Gump, « N’est stupide que la stupidité », et avant d’étaler la mienne, je ne saurais que trop vous recommander la lecture attentive de la page du CorteX… Attendez, je vous vois venir…


Alors, non, non, (aucun lien, fils unique) le CorteX c’est :


Le CorteX est un collectif d’enseignement et de recherche en esprit critique et sciences. Il est né en 2010 à l’Université de Grenoble à l’initiative de cinq formateurs professionnels et a pour objectif de mettre à disposition les travaux de tous les acteurs – enseignants, chercheurs, étudiants – travaillant sur un sujet développant le critical thinking, l’esprit critique, quelle que soit leur origine disciplinaire.

(…) Ils préfèrent contribuer à de la publication publique, et ne donnent pas la priorité à la course de hamster des publications dans les revues à referees.


Tout ça pour dire – si vous en doutiez encore – que les « têtes d’ampoules » produisent des contenus tout à fait utiles aux citoyens que nous sommes, notamment pour développer des capacités de résistance intellectuelle face à ceux qui nous prennent pour des jambons. Voici donc un succulent « Petit recueil de 20 moisissures argumentatives pour concours de mauvaise foi », très utile pour décoder les discours politiques et patronaux.

Petit recueil de 25 moisissures argumentatives pour concours de mauvaise foi


Mais rev’nons zen à nos moutons


Amphigourique : est amphigourique un discours volontairement incompréhensible, obscur; un brin prétentieux, ridicule pour ceux qui le subissent; admirable voire impressionnant pour ceux qui y adhèrent. Les néologismes, les concepts plus ou moins creux chers aux élus et repris avec enthousiasme par les journalistes « amphigourisent » souvent les propos.


Les mots nouveaux créés par les événements, ou ceux que le caprice met à la mode, prêtent d’abord à la conversation de ceux qui s’en servent je ne sais quoi d’amphigourique et d’obscur qui leur donne une supériorité soudaine, ils paraissent profonds à ceux qui ne les comprennent pas. H. de Balzac, Les Mots à la mode,1830, p. 189.
(cité sur le site du CNRL)


Exemples :
« La co-construction par les acteurs locaux : la gouvernance locale de la cohésion sociale au service du pacte républicain. »
« Leurs spectacles échappent au témoignage pour mettre en jeu le processus de recherche et d’enquête en lui-même. »

Apotropaïque : est apotropaïque un objet, ou une formule dont le but est de conjurer le mauvais sort, d’éloigner les mauvais esprits, de se prémunir contre des influences maléfiques. En période d’élection, certains challengers auraient bien besoin de pouvoirs surnaturels pour convaincre l’auditoire de leur réelle volonté de transformation sociale positive.
Sur ce blog, on trouve une liste non exhaustive d’objets apotropaïques et de quoi ils sont sensés prémunir.


Amnésie : l’amnésie est fréquente en période électorale, et souvent, les candidats sont bien utiles pour rafraîchir la mémoire de leurs concurrents et vice versa. Parler de Nicolas Sarkozy serait du genre facile, et puis de toutes façons, il n’a pas dépassé le stade de la primaire. Il y a d’ailleurs bien d’autres sujets de recherche dans les autres partis. Le profil Facebook Jean Centre publie publiquement des études et analyses savoureuses sur le parcours des élus socialistes, qui tous prêts à s’engager du côté des « sans dents », oublient parfois que leur origines sociales, leur richesse personnelle et leur non connaissance du monde professionnel hors monde politique pourraient les rendre peu légitimes aux yeux des masses laborieuses.

Et Jean Centre de conclure ce – long – portrait par :


« Il déclare un patrimoine de 1.500.000 euros. Pantouflard, (petit) cumulard, professionnel de la politique depuis 20 ans, ses revenus le placent dans les 5% les plus riches, il pratique assidûment l’endogamie et est passé expert en manœuvres internes au PS. Et que vive la sociale… »


Je vous invite bien sûr à lire entièrement ce portrait d’Arnaud Montebourg et de vous délecter des autres portraits de socialistes que vous trouverez rassemblés sur cette page de La Rotative, site d’informations locales collaboratif, Tours et alentours. Comme tout site « non officiel » d’information, ce qui est posté sur la Rotative est parfois d’une qualité inégale, partisan, à charge, de mauvaise foi, cite insuffisamment ses sources. Mais aussi, les rédacteurs étant nombreux, anonymes pour la plupart, spécialisés pour certains dans des domaines précis, on y trouve également des contenus de qualité et qu’on ne lirait pas ailleurs.

Outre les mesquineries de bureau et les petits arrangements avec le FISC, l’amnésie permet d’oublier plus simplement l’Histoire. Surtout quand elle a un gout de « déjà vu ». Pour éviter le gout de « tout cuit », il est parfois utile de prêter une oreille attentive à ce que disent « les vieux »; et c’est pour cela que je recommande l’écoute des émissions de l’ANACR, (Association Nationale des Anciens Combattants et Amis de la Résistance) :

[Grille] Nouvelle émission : l’ANACR


Amphibologie : il y amphibologie quand il y a arrangement avec la syntaxe, ce qui donne, volontairement ou pas, un double sens au propos. Ainsi une phrase peut être comprise dans un sens, ou dans un autre. L’amphibologie involontaire est une faute de style – même si grammaticalement et bancale et correcte – qui rend le propos ambigu, peu clair, et révèle parfois des pensées moins assumées; on se rapproche du lapsus. L’amphibologie volontaire amuse les auteurs, et elle est très utile aux politiciens qui la manipulent bien, car elle permet de nier par la suite le fait d’avoir tenu un propos qui aurait choqué : « Mais, je n’ai jamais dit cela! C’est vous qui interprétez ainsi mon propos. Ce que je voulais dire, c’est… » … tout en ayant quand même dit ce que leurs partisans voulaient entendre.
Exemples : il croit cet homme menteur – c’est le fils de cet homme que vous avez vu . « Ces réfugiés ne peuvent pas passer la nuit dans cette cage d’escalier, c’est trop dangereux. »

Si le dîner se prolonge, et que votre smartphone a encore de la batterie, je vous recommande aussi les mots suivants. Décidément, notre langue est une source d’amusement inépuisable!


Anathème – Antanaclase – Anacrouse – Analogie –  Abnégation – Anacoluthe – Allégations


 


Cher Voisin…

Souvenez-vous, en décembre dernier, le blogueur camerounais Fabrice Nouanga publiait ce post hilarant sur ses voisins toxiques… Mais, puisque le Cameroun n’a pas le monopole des voisins casse-pieds et que la musique adoucit les mœurs, voici comment moi, j’entends dompter le  mien…


Cher voisin,


visiblement, vous avez des problèmes d audition, ce qui vous oblige à écouter de la musique à fond à des heures tardives. Puisque je partage ces moments musicaux avec vous par le truchement de mon plancher, je vous offre cette compilation composée avec soin. Il s’agit de mes morceaux de jazz préférés. Des vieilleries, et des artistes locaux plus ou moins émergents. Il y a aussi un peu de Carmen Miranda, Joséphine Baker, Mistinguette… Enfin, que des trucs péchus, quoi. Faites en bon usage. Je vous prépare une compilation de musiques du monde pour varier les plaisirs. Et si vous êtes bien sage, et que votre chien n’aboie pas tout le weekend, je vous en ferai une avec une sélection de mes productions radiophoniques. De ce que j’entends, vous n’écoutez pas Radio Campus Tours. Bien cordialement, la voisine du dessus.


PS :


PS: la porte d’entrée se ferme seule, il n’est pas utile de la claquer sauvagement.
PPS: Je crois que vous brûlez beaucoup, beaucoup d’encens. Ça sent parfois très très fort dans l’escalier. Tout le monde n’aime pas l’encens, particulièrement le monsieur du 3e (celui qui part travailler en bleu marine) Je crois qu’un boudin de porte pourrait vous être utile.
PPPS : le verre ne se met pas dans la poubelle jaune, même en 2017


La playlist


[à la demande générale]
Dorothy Asby with Frank Wess (harpe jazz) – Renaud Garcia Fons, Camp d’Argeles (jazz) – Werner Hasler&Kamilya Jubran (trompette&oud) – Harry Belafonte, Mathilda – Joséphine Baker, Sur deux notes – Mistinguett, Je cherche un millionnaire – Nitta Jo, Sous l’ombrelle – Aerophone, Souris de poche (jazz) – Steak, Steaxas (jazz) – Billie Holliday, Strange FruitMax Roach, Tryptich, Prayer, protest, peace (jazz) – Michel Portal, Burundi (jazz) – Dashiell Hedayat, Fille de l’ombre – Carmen Miranda, Tico tico– Cécile&Jean-Luc Cappozzo (jazz) – Claire Diterzi A quatre pattes – Reniss, La Sauce – L7, Masses are asses – Anne Sylvestre, Plate prière – Sun Ra


La Bonne Leçon – Chanson d’amour 2

Une amie qui joue de la guitare m’a demandé de lui écrire une chanson militante, à chanter le poing levé. Mais comme je fais rarement ce qu’on me demande, j’ai préféré écrire sur un sujet sur lequel je n’ai généralement rien à dire…


De la musique avant toute chose…


Avant de lire mon oeuvre, je vous recommande chaleureusement d’écouter cette chanson de Renaud, sinon vous passeriez à coté d’une référence majeure dans le refrain.


La Bonne Leçon


Tous mes potes se sont faits larguer.
En cet hiver, une hécatombe.
Tous mes potes se sont faits larguer
Et chacun pleure sa romb-
bière, à grand renfort de bière
« Eh Manu » fait l’effet d’une bombe
Tous mes potes se sont faits larguer
Leur colère, peine, douleur me plombent
Tous mes potes se sont faits larguer,
Amie, je suis psy et taulière

Celui à qui ça pouvait pas arriver
Main dans la main, fidèles et photogéniques
Mais « ma chérie » s’est barrée
Avec son frère et son fric
Celui pour lequel on est tous soulagés
Domina un peu hystérique
Qu’aurait bien fini par nous le castrer
Mais qui dit liberté, dit panique
Celui qui l’a bien cherché
Qui sur les blondes cachectiques
A un peu trop louché
Se retrouve seul et coule à pic

Tous mes potes se sont faits larguer.
En cet hiver, une hécatombe.
Tous mes potes se sont faits larguer
Et chacun pleure sa romb-
bière, à grand renfort de bière
« Eh Manu » fait l’effet d’une bombe
Tous mes potes se sont faits larguer
Leur colère, peine, douleur me plombent
Tous mes potes se sont faits larguer,
Amie, je suis psy et taulière

Disséquer, Passer en revue militaire
Tous ces instants de vie commune
Tous ces moments où il a fallu se taire
Tous ces efforts pour des prunes
Ingrate, elle continue sur son erre,
A un autre, elle tend déjà sa lune !
Mais non, on cherchait pas une seconde mère !
Mais non, on n’a pas de rancune !
Partie, l’amour devient mégère,
Et de vie, n’avons qu’une,
Aimer ne serait donc que guerre ?
Ou maladie auto-immune ?

Tous mes potes se sont faits larguer.
En cet hiver, une hécatombe.
Tous mes potes se sont faits larguer
Et chacun pleure sa romb-
bière, à grand renfort de bière
« Eh Manu » fait l’effet d’une bombe
Tous mes potes se sont faits larguer
Leur colère, peine, douleur me plombent
Tous mes potes se sont faits larguer,
Amie, je suis psy et taulière

J’allais commettre l’irréparable,
Et moi-même m’amouracher
ridicule ! – d’un sourire aimable
Les gars vous m’avez rappelée
Sur la voie carrossable
Adieu mièvreries, adieu corvée !
Vieille fille et détestable
Cent fois Je préfère rester
Les trouviez belles, charmantes, adorables
Maintenant perverses vous font pleurnicher
ô charmant célibat raisonnable
Pour celle qui pas même ne sait cuisiner !

Tous mes potes se sont faits larguer.
En cet hiver, une hécatombe.
Tous mes potes se sont faits larguer
Et chacun pleure sa romb-
bière, à grand renfort de bière
« Eh Manu » fait l’effet d’une bombe
Tous mes potes se sont faits larguer
Leur colère, peine, douleur me plombent
Tous mes potes se sont faits larguer,
Amie, je suis psy et taulière


Merci Solenne!


Alors, Solenne a chanté la chanson. Et puis comme c’est bien, je partage!


Germaineuh!


Voilà, pour conclure, une de mes chansons préférée de Renaud, que mon oncle me faisait brailler à un âge auquel je n’avais pas conscience qu’une lady ne boit pas de Kanterbrau.
« Germaine, chanson d’amour et d’eau fraîche » : voilà, pourquoi « Volapük, de radio et d’eau fraîche »…