otibou

Le jour où j’ai rencontré la mort

 

 

image Google
image Google

Vous vous poseriez sûrement la question de savoir par quelle magie je suis encore là, à  vous en parler, puisque logiquement je devrais être dans l’au-delà.eh bien je ne l’ai pas rencontré dans le sens brutal du terme .On s’est juste dépassé (la mort et moi) sur la route d’Adidogomé. Elle m’a même fait un signe de la main, pour me saluer ; heureusement que j’ai eu la présence d’esprit de ne pas lui répondre .Mais  j’ai eu le temps d’apercevoir son visage; il ressemblait à s’y méprendre à un accident de la route.

En effet suite à un coup de fil un peu étrange d’un ami, je devais me rendre rapidement à  Sanguéra une agglomération située a l’extrême limite de Lomé, sur la route de Kpalimé. Me voilà donc sur la route juchée mon éternel monture mais également compagnon d’aventures, la vieille vespa paternelle.Je roulais  à  une vitesse moyenne de 70km/h ,j’aurais pu aller moins vite, mais la conversation que je venais d’avoir avec mon ami m’avait tellement troublé que je pensais à tout sauf à l’allure à laquelle je roulais . Soudain le motocycliste qui roulait juste devant moi fit un grand détour sur sa gauche ;revenu à la réalité je me rendis compte à mon grand étonnement qu’il venait d’éviter avec brio le plus gros nid-de-poule que je n’avais jamais vu…

Donc je disais que me voici roulant à 70 a l’heure, à 50 mètres du trou, je ne pouvais pas freiner, c’était trop tard. Me voilà tout d’un coup doté du courage indien, je tentai alors de soémé (feinter) le trou comme l’avait fait mon prédécesseur, mais en prenant soin de pencher ma vielle moto sur la gauche, histoire de garder  l’équilibre étant donné que le moteur d’une vespa ainsi que tout son poids se répartissent sur le côté droit.

la vespa
la vespa

Mais cette fois-ci la chance ne me souriait décidément pas :je vis foncer droit sur moi un semi-remorque de  5tonnes. C’est là j’ai vu la mort en face.Je n’avais pas trente six solutions, j’accélérai précipitamment pour m’ôter de la voix de ce mastodonte qui allait sûrement faire beaucoup plus que me tuer:je me jetai alors lourdement avec la moto dans ce fameux trou que je m’échinais à éviter….bilan : une vilaine éraflure sur la carrosserie, un rétroviseur cassé, et pour moi-même quelques contusions et  égratignures .Je m’en sortais plutôt bien. Malgré tout les beaux discours je venais d’être une victime  de plus de l’état de nos routes.

La morale à tirer de cette histoire :

  • Sur les routes de Lomé, roulez souvent  à une vitesse modérée  voire lentement ; vous pourrez ainsi vous en tirez prudemment  face  à  un nid-de-poule.
  • Portez toujours un casque ; car mieux vaut un casque cabossée qu’une cervelle éparpillée.
  • Si vous avez les moyens achetez-vous une voiture, c’est beaucoup plus classe, et moins risqué pour faire un tour en ville.
  • S’il le faut, autant que se peut, ne sortez pas de chez vous ; car la mort rôde sur les routes de Lomé, et vous ne pouvez jamais prévoir  quelle visage elle prendra.

 


Mon Mondoblog à Moi

crédit image Google

Eh oui !!! 2013 ! Mondoblog nous voilà !!! Embarqués  à bord de ce paquebot de luxe gracieusement offert  par les bons services de rfi, la radio du monde.La terre entière s’ouvre à nous. En avant pour la croisière qui nous fera faire le tour du globe.

Bien sûr pour moi le départ de cette aventure  commence à Lomé ; capitale de mon très cher pays, un pays assez singulier et assez atypique nommé TOGO, où rien ne se passe jamais comme on le penserait.eh oui ! j’aurais pu nommer mon blog « chroniques d’un pays anachronique » ou encore «  chroniques de Lomé, la ville ou le soleil se lève à l’ouest » sans prétendre offusquer ou choquer la morale du loméen lambda (…je voulais dire le loméen anonyme),et ce n’est pas mon mentor et aîné David Kpelly qui me dira le contraire.

J’ai toujours voulu tenir un blog ; Aphtal Cisse m’a instruit, Kelly Adediha m’a soutenu, et enfin Mondoblog m’en a donné l’opportunité. Eh oui ! bloguer pour moi c’est un peu sortir de la routine de tous les jours, mais aussi faire ressortir à la face du monde ma frustration d’être à la fois un jeune et un  loméen (le Bon Dieu lui-même connait les galères qui peuvent découler de la fusion de ces deux mots) ;bloguer pour moi, c’est aussi oublier mes soucis quotidiens en me gavant de lectures et de surf, eh oui je n’ai même pas les moyens de noyer mon désespoir et mon chagrin d’être étudiant à la fac de droit de l’université de Lomé dans une bonne bouteille d’awooyo.

Pour moi rejoindre Mondoblog par l’escale 2013, c’est comme la première fois que j’ai mangé du chien :j’étais terrorisé par l’aspect de la viande et tétanisé par mes à priori, mais une fois que j’y ai goûté, eh bien j’en mangerais bien volontiers  tous les jours !;je précise que mon chien KAMIKAZE que j’ai à la maison (eh oui c’est comme ça que je l’ai nommer) n’a aucun souci à se faire, je n’ai aucun projet  par rapport à lui quant à son avenir proche….

Pour moi l’aventure Mondoblog ne consiste pas juste à produire des publications,  mais  surtout à faire face à la terrible adéquation qui consiste à conjuguer  mon emploi du temps( qui s’avèrerait  être ultra serré cette année, et oui je n’ai plus le temps, je ne blogue pas à mes heures perdues comme un certain Florian, vu que je n’en ai pas !) ;je disais donc conjuguer mon emploi du temps ultra-chargé  à la troisième personne de comment trouver les sous pour aller me connecter au cybercafé du coin !

Eh oui !! Pour moi l’aventure Mondoblog c’est  comme doubler sur la droite un titan  sur le boulevard de la poussière (celle qui mène de Kegue jusqu’au port autonome de Lomé) avec la vieille vespa poussive de mon père : c’est à la fois jouissif et grisant, mais tellement risqué !

Enfin j’ajouterai que l’aventure mondoblog pour moi c’est l’occasion rêver de côtoyer (et pourquoi pas plus  si affinité…) la  sublime blogeuse Danielle IBOHN !! eh oui ma belle kamer !depuis deux ans que j’ai connu Mondoblog je n’ai d’yeux que pour vous ;je suis tombé sous le charme de votre blog assez coloré, mais aussi sous celui de vos joues potelées, soit dit en passant.

MONDOLOG me voilà.EH OUI !!! Le Blue Butterfly est dans vos murs ! !!!!