Pierrick de Morel

Insérer une vidéo dans vos articles

Ce tutoriel va vous montrer comment insérer une vidéo à partir de Youtube, de Dailymotion et de Vimeo : prenons comme exemple cet article intitulé « Nu metal, optique d’Hubble et torture psychologique« .

Je désire ajouter une vidéo dans mon papier, voici comment faire.

Insérer une vidéo à partir de Youtube 

Je me rends sur le site de Youtube, et je recherche la vidéo en question.

Ici, c’est la première vidéo qui m’intéresse. Je vais donc cliquer dessus pour obtenir son lien.

Sur la page de ma vidéo, je vais cliquer deux fois sur le lien avec ma souris, en haut de ma page (1). Puis, je re-clique dessus, cette fois avec le clic droit, et je sélectionne l’option « Copier ». Je retourne ensuite sur la page de mon article.

Pour insérer ma vidéo, il va me suffire de cliquer dans le corps de mon article à l’endroit où je veux placer mes images, et de « coller » le lien Youtube, qui apparaît ainsi dans mon texte (2) :

Attention : votre lien doit être inséré en début de ligne et sans espace. Si votre lien est mal placé, votre vidéo n’apparaîtra pas dans votre billet.

Le résultat est visible presque immédiatement : le lien est remplacé par la vidéo. Elle est donc bien intégrée à mon article : une fois mon billet publié, elle apparaîtra dans le texte, à l’endroit où j’ai collé le lien récupéré sur le site Youtube.

/!\ Si la vidéo n’apparaît pas, deux possibilités

Utiliser l’outil « Ajouter un média » de WordPress

Dans mon billet, je laisse une ligne vide à l’endroit où je veux que ma vidéo apparaisse. Je clique sur « Ajouter un média ».

Dans ce menu, je clique sur « Insérer à partir d’une adresse web ».

Je colle le lien de ma vidéo Youtube puis je clique sur « Insérer dans l’article », et c’est fait !

 

Utiliser le code embed de la vidéo

Il peut arriver que WordPress ne parvienne pas à intégrer une vidéo en utilisant les deux méthodes ci-dessus. Tout n’est pas perdu ! On va contourner le problème.

Sur la page de ma vidéo Youtube, je clique sur « Partager » en dessous de la vidéo.

Dans le menu « Partager », je clique sur « Intégrer ».

Dans la fenêtre qui s’ouvre, je clique sur « Copier ».

Je retourne dans mon billet. Pour me simplifier la tâche, je mets un repère à l’endroit où je vais insérer ma vidéo, par exemple une série de XXXXXXX majuscules.

En haut à droite de la zone où j’écris mon billet, je clique sur le menu « Texte ». Ce menu affiche mon billet en langage html brut, tel que le lit mon ordinateur : je navigue dedans pour retrouver mon repère « XXXXXXX ».

A la place de mon repère, je colle le texte que j’ai copié depuis Youtube.

Je retourne à l’affiche normal de mon billet en cliquant sur « Visuel » : ma vidéo apparaît !

Insérer une vidéo à partir de Dailymotion

Pour insérer une vidéo récupérée sur Dailymotion, le principe est le même que sur Youtube : il vous suffit d’aller chercher les images qui vous intéressent sur le site de Dailymotion, puis de copier le lien de la vidéo (3) et de le coller dans votre article, là où vous voulez qu’elle apparaisse. Comme pour Youtube, les deux autres méthodes fonctionnent aussi.

aaa2

Insérer une vidéo à partir de Viméo

Tout comme pour Youtube et Dailymotion, j’ai le choix entre les trois méthodes. La plus simple consiste à copier puis coller un lien récupéré sur Viméo pour intégrer une vidéo de cette plateforme dans mon article. Cependant, récupérer le lien en question est un peu plus compliqué que précédemment. Une fois que j’ai trouvé la vidéo qui m’intéresse, je vais cliquer sur « Share », à droite du cadre de la vidéo (4) :

aaa3

Une nouvelle fenêtre apparaît alors, qui me propose le lien de ma vidéo (« Link ») : comme pour Youtube et Dailymotion, je double clique sur ce lien (5), je le colle et je le copie ensuite dans mon article, afin que les images apparaissent dans mon billet.

aaa4

Vous pouvez désormais intégrer autant de vidéos que vous le souhaitez dans vos billets ! N’hésitez pas à vous référer à nos autres tutoriels :

Licence Creative Commons

Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale 3.0 non transposé.


France : le bilan mitigé des Bleus face aux sélections africaines

INFOGRAPHIE | Lundi, l’équipe de France affronte le Nigeria pour une place en quarts de finale de la Coupe du monde au Brésil. L’occasion de se pencher sur les performances des Bleus face aux équipes africaines durant les précédents Mondiaux. (Crédit photo : Warrenski, Flickr/CC

Quatre matchs, deux victoires et deux défaites : si la France a rarement croisé la route des sélections africaines lors des précédentes Coupes du monde, ces rencontres ne se sont pas toujours bien passées pour les Bleus.

Quatre matchs donc, mais seulement trois adversaires puisque l’Afrique du Sud a déjà rencontré la France deux fois, en 1998 – victoire des Bleus 3-0 – et en 2010 – défaite tricolore 1-2.

2002 et la surprise sénégalaise

La France a également croisé la route du Sénégal en 2002, lors du match d’ouverture du Mondial nippo-coréen qui avait marqué les esprits : dominé par les Lions de la Teranga (0-1), les joueurs de Roger Lemerre ne s’étaient jamais remis de cette défaite et le champion du Monde en titre avait quitté la compétition dès le premier tour.

Enfin, le dernier adversaire des Bleus n’était autre que le Togo : c’était en 2006 pour le troisième et dernier match du groupe G. Obligés de gagner pour accéder aux huitièmes de finale, Zidane & co étaient facilement venus à bout (2-0) d’une équipe des Eperviers minée par des histoires de primes…

Se méfier des Super Eagles

Pour ce huitième de finale contre le Nigeria qui s’annonce d’ores et déjà bouillant, les Bleus vont donc croiser un adversaire qu’ils connaissent très mal pour ne l’avoir jamais joué en Coupe du monde, et une fois en amical.

Cette seule et unique confrontation face aux Super Eagles date de juin 2009, avec une victoire du Nigeria (0-1). Une nouvelle preuve qu’il ne faudra pas prendre cette équipe à la légère.

►►►Pour retrouver tous les articles de Pierrick de Morel, journaliste et administrateur de la plateforme, cliquez ici.


Médias : revue de presse internationale après le premier tour

Alors que le coup d’envoi des huitièmes de finale est donné ce samedi avec le match Brésil-Chili puis Colombie Uruguay, nous avons demandé à nos blogueurs quelles unes de quotidiens les avaient marquées durant le premier tour. Revue de presse internationale. (Crédit photo : Harshil Shah, Wikimedia Commons)

Les unes de quotidiens sont toujours un bon moyen de comprendre comment est perçue la performance d’une équipe de football dans son pays. Victoire ou défaite : un titre résume souvent la performance d’une sélection, parfois en un seul mot, sinon en une phrase.

Les Mondoblogueurs et les Observateurs qui suivent avec assiduité le Mondial ont donc sélectionné pour vous les premières pages qui ont marqué leur attention durant la première quinzaine de la compétition.

L’Algérie à la folie

Les Fennecs en huitièmes de finale d’une Coupe du monde, cela ne s’était jamais vu. C’est donc tout logiquement que les médias algériens ont salué la performance des joueurs de coach Vahid après leur match nul face à la Russie (1-1), qui leur a permis de prendre la deuxième place du groupe H. PicMonkey Collage2 « La une de El Watant – Darouha, ils l’ont fait ! – reflète ce que le peuple algérien est capable réaliser, explique Abdelkrim MEKFOULDJI. Le titre émane d’une publicité pour un produit national qui avait pu être réalisé à l’époque des vaches maigres. Aujourd’hui, la sélection algérienne a également réalisé un exploit ! D’où ce titre révélateur ainsi que l’image montrant tout un groupe uni : techniciens, joueurs, soigneurs. Cela illustre la concorde et cohésion d’un groupe »

Autre couverture à avoir retenu l’attention du blogueur, celle du quotidien Al Khabar en langue arabe, sur laquelle on peut lire : « La folie« . « La folie, elle était sur le terrain dès la fin du match mais également dans les tribunes ainsi qu’à travers toute l’Algérie, raconte le supporter des Fennecs. Une vraie folie qui a vu déferler des marées humaines de partout, de tout âges, femmes et hommes dans la rue pour exprimer leur joie dans un pays exténué mais qui a su trouver des ressources pour veiller jusqu’à tôt le lendemain afin de s’éclater. »

C’est beau, des équipes qui gagnent…

Autres équipes à avoir connu la victoire durant ce premier tour : la Colombie et la France. D’où ces unes d’El Tiempo pour les Cafeteros et de L’Equipe pour les Bleus. PicMonkey Collage3  Christophe HULIN, qui vit en Colombie, raconte :

« Un pays uni : le journal El Tiempo fait paraître ce 22 juin là sa version dominicale avec en première page un titre fédérateur autour du Mondial 2014. La Colombie sort d’une campagne présidentielle délicate avec des coups bas, des accusations de tricherie, un fort absentéisme dans les urnes, le tout sur fond d’espionnage. El Tiempo a donc raison selon moi de montrer une population rassemblée derrière sa Sélection de football (à juste titre), en opposition avec ses espoirs déchus d’une politique plus égalitaire et moins nombriliste. Le quotidien conclut cette une en affirmant que cette union est « le meilleur but de notre Sélection au Brésil ». Tellement vrai.

De mon côté, j’ai retenu ce titre de L’Equipe – « Vertigineux » – qui a marqué les esprits en France : contre la Suisse, Olivier Giroud et ses coéquipiers ont atteint des sommets au terme d’un match totalement fou. En plus de la victoire (5-2), les Bleus ont affiché un état d’esprit qui a permis d’oublier l’humiliation de Knysna quatre ans auparavant. Depuis le début du Mondial, les quotidiens français de manière générale affichent une tendance : les joueurs de Didier Deschamps ont leurs chances dans ce Mondial. Inimaginable il y a six mois…

Promesses non tenues

Et puis il y a ces sélections dont on attendait beaucoup et qui nous ont déçues, comme la Côte d’Ivoire par exemple.  « Les Eléphants n’y sont pas arrivés, l’exploit tant attendu, la victoire, est restée sur les bords de la lagune Ebrié, se désole Zak Le Messager. Toute la Nation est déchirée. Critiques acerbes, demande de démission, règlements de compte, tout le monde y va de son grain de sel. Mais la défaite est là, nos chers Éléphants sortent de la compétition sans avoir pu nous amener au second tour ». Pourtant, Abidjan Sports avait l’air d’y croire avant le match décisif face à la Grèce, finalement perdu par les hommes de Yaya Touré…

10409492_10152245101405963_6883298102699731074_n

« Au moins, les supporters retiendront qu’on n’a pas été ridicules dans cette compétition, se console le supporter des Éléphants. On attendait beaucoup de cette équipe, peut-être un peu trop. L’adrénaline est descendue, on passe à une autre étape, et retour à la compétition pour la prochaine CAN… »

Enfin, il y a ceux qui ont de la mémoire, comme Serge KATEMBERA. Il y a un an, quasiment jour pour jour, l’Espagne perdait face au Brésil en finale de la Coupe des Confédérations. « Nous reviendrons« , titrait alors Marca…

10390040_10204324558177537_6207610260464679273_n

Finalement, les Espagnols ont été éliminés dès le premier tour, sans panache. « Ils nous promettaient qu’ils allaient revenir, s’amuse le blogueur. On les a vu, effectivement ! Assez drôle… »

►►► Pour retrouver tous les articles de Pierrick de Morel, cliquez ici.


Uruguay : El Pistolero, le vampire récidiviste

Il a remis ça ! Déjà suspendu en 2010 puis en 2013 pour avoir mordu un adversaire, l’attaquant uruguayen Luis Suarez s’en est pris mardi à l’épaule du joueur italien Giorgio Chiellini. Ce coup de dent – capté par les caméras de télévision et immédiatement repris et détourné par les internautes du monde entier – en dit long sur un personnage controversé.

Fou pour les uns, génie pour les autres : Luis Suarez est un joueur qui ne laisse personne indifférent.

Lundi, lors du match entre l’Italie et l’Uruguay, décisif pour l’avenir des deux équipes dans ce Mondial, l’attaquant de Liverpool et de la Celeste s’est rendu coupable d’un geste inadmissible, qui n’a pas fini de faire réagir : alors qu’il ne restait que 10 minutes à jouer, El Pistolero a profité d’un contact avec Giorgio Cheillini pour planter ses dents dans l’épaule du milieu de terrain italien.

Une pluie de détournements

Cette agression totalement folle a évidemment fait le tour des réseaux sociaux, qui ont débordé d’imagination : ainsi, certains ont détourné les images de la Goal Line Technology pour prouver qu’il y avait bien eu morsure, tandis que d’autres faisaient appel à leurs classiques du septième art :

Et quand il n’endossait pas le costume d’un dinosaure ou d’un serial killer, Luis Suarez s’est retrouvé dans la peau d’un chien qu’il faudrait envoyer  à la fourrière, ou sur lequel on devrait placer une collerette.

Suarez, ce récidiviste

Mais derrière ces détournements se cache un geste qui n’a en réalité rien d’étonnant pour un joueur déjà sanctionné à deux reprises dans sa carrière pour des agressions de ce type. La première, c’était en 2010 : alors qu’il portait le maillot de l’Ajax, Luis Suarez avait mordu Otman Bakkal (PSV Eindhoven) avant d’écoper de sept matchs de suspension.

Rebelote trois ans plus tard, à Liverpool : cette fois, c’est le défenseur de Chelsea Branislav Ivanovic qui est victime des dents de El Pistolero, suspendu 10 rencontres. La dernière morsure en date est donc loin d’être surprenante, et avait même été prévue en avril 2013 par le Docteur Thomas Fawcett, un psychologue du sport interrogé par la BBC après l’agression d’Ivanovic :

Je dirais que dans les cinq prochaines années, si quelque chose venait toucher la corde sensible de Suarez dans une situation similaire, il réagirait de la même façon.

Le main contre le Ghana, son autre coup d’éclat

La légende autour de Luis Suarez ne tient cependant pas qu’à ses coups de dents. Le joueur s’est illustré par d’autres triches en tout genre, relevées par le site de So Foot, et dont la plus célèbre date du 3 juillet 2010, lors du quart de finale de Coupe du monde entre l’Uruguay et le Ghana.

Durant les prolongations, l’attaquant des Black Stars Adiyiah reprend un ballon de la tête qui file vers le but de la Celeste. Et alors que le portier est dépassé, c’est Suarez qui s’interpose et arrête le ballon de la main. Le joueur est logiquement expulsé, mais le Ghana rate le penalty qui suit avant de s’incliner durant la séance de tirs aux buts. Le journaliste de France 24 Alexandre Capron, présent au stade ce jour-là, se rappelle d’une anecdote qui en dit beaucoup sur la personnalité du joueur :

« Quelques minutes après le match, je me retrouve en zone mixte, ou Forlan et compagnie passent devant la presse. Puis Suarez arrive. Tous les journalistes se ruent sur lui, et je me retrouve coincé entre la barrière et les journalistes, juste devant lui. Et je l’entends dire distinctement en espagnol : « Je suis fier de mon geste, d’avoir fait ça pour mon pays, c’est comme une main de dieu qui nous a sauvé ». A ce moment-là, j’ai compris que ce mec n’avait aucun honneur, aucun panache. «

Le problème, c’est que ces histoires ternissent l’image d’un footballeur unanimement considéré comme génial : meilleur buteur de Premier League cette saison (31 buts), convoité par les plus grandes écuries européennes – dont l’enthousiasme pourrait cependant être refroidi par l’épisode de lundi – Suarez fait briller les équipes dans lesquelles il joue.

Vers une fin de Mondial ?

Dernier exemple en date : la phase de groupes du Mondial. A peine remis d’une opération du genou, Suarez assiste depuis le bord de la pelouse à la défaite des siens face au Costa Rica (1-3).

Pour le match suivant face à l’Angleterre, déjà décisif pour l’Uruguay, Suarez est sur le pré et inscrit deux buts qui relancent son équipe autant qu’ils éliminent les Three Lions.

L’Uruguay n’est donc pas aussi dangereuse avec Suarez que sans : dommage pour la Celeste, elle pourrait être privé de lui pour la fin de la coupe du Monde. Car si le joueur a tenu à minimiser l’incident – déclarant qu’il ne fallait pas en faire « toute une histoire » – la Fifa a ouvert une procédure disciplinaire et devrait bientôt se prononcer sur cette affaireEl Pistolero pourrait être suspendu pendant plusieurs matchs et voir son Mondial s’arrêter sur cette morsure.


Insolite : qui sont les meilleurs animaux-devins du Mondial ?

VU SUR LE NET | Qui ne se souvient pas de Paul le Poulpe, ce céphalopode allemand qui s’était rendu célèbre en prédisant à l’avance les vainqueurs des matchs de la Coupe du monde 2010 ? Depuis l’invertébré est mort, et de nombreux animaux à travers le monde tentent de lui succéder. Avec plus ou moins de succès. (Crédit photo : Tilla & Mbz1, Wikimedia Commons)

Certains animaux peuvent-ils prédire les vainqueurs des matchs de football ? En 2010, le regretté Paul le Poulpe s’était retrouvé sous le feu des projecteurs en parvenant à donner à l’avance la plupart des résultats des rencontres du Mondial sud-africain.

Mais entre-temps, le devin aquatique est décédé, et de nombreux animaux tentent de le remplacer à travers le monde. Avant de savoir sur quelle équipe placer vos économies, petit tour d’horizon des pires et des meilleurs devins pour ce Mondial brésilien.

Big Head, la tortue brésilienne

Big Head a 25 ans, vit dans le sanctuaire pour tortues de Praia do Forte (Brésil) et a été mise à contribution pour cette Coupe du monde dans son pays, comme le montre ce reportage télévisé :

Taux de fiabilité : 50 %. Si Big Head a vu juste pour le premier match de la Seleçao, elle a ensuite prédit une victoire du Mexique face aux hommes de Felipe Scolari. Problème : les deux équipes ont fait match nul (0-0).

Predictaroo, le kangourou australien

Le Mondial avait plutôt bien commencé pour Predictaroo. Depuis le zoo de Beerwah, dans le Queensland, le petit kangourou avait vu le Brésil battre la Croatie, puis les Pays Bas s’imposer face à l’Espagne et enfin le Chili battre l’Australie.

Puis sa crédibilité en a pris un coup quand l’animal a annoncé que le Portugal allait battre l’Allemagne puis, peut-être par excès de chauvinisme, prédit la victoire de l’Australie sur les Pays Bas avant un succès du Japon sur la Grèce…

Taux de fiabilité : 50 %. Une statistique qui peut fait douter des talents divinatoires du petit marsupial…

Madame Shiva, le cochon d’Inde suisse

Plus petit que son collègue australien, Madame Shiva est le devin auquel les Suisses ont décidé de faire confiance. Pour les débuts de la Nati, le rongeur a vu juste en estimant que l’équipe helvète allait s’imposer face à l’Equateur.

De nouveau consultée pour le deuxième match de la Suisse contre la France vendredi, elle voit son équipe s’imposer pour la seconde fois d’affilée. Une mauvaise nouvelle pour les supporters français ?

Taux de fiabilité : pour le moment, Madame Shiva a eu raison avec sa prédiction sur Suisse-Equateur. Mais il faudra plus d’un match pour savoir si les pronostics du rongeur sont fiables.

Shaheen, le dromadaire émirati

Après les premières prédictions de Shaheen, beaucoup se sont dit qu’il était , le successeur de Paul le Poulpe. En effet, le dromadaire vivant aux Emirats Arabes Unis avait deviné les bons résultats pour les rencontres Brésil-Croatie, Pays Bas-Espagne, Italie-Angleterre et Argentine-Bosnie.

Les choses se sont finalement gâtées lors du match Portugal-Allemagne, puisque le camélidé s’attendait à une victoire des coéquipiers de Cristiano Ronaldo… finalement balayés 4-0 par la Nationalmannschaft. Puis Shaheen s’est de nouveau trompé lors du match Belgique-Algérie, prédisant un succès des Fennecs…

Taux de fiabilité : 70 %. Depuis ses mauvaises prédictions, Shaheen à de nouveau vu juste pour le match Brésil-Mexique, prédisant la victoire de la Seleçao.

Nelly, l’éléphante allemande

Nelly est une habituée des prédictions : depuis 2006, elle a pris l’habitude d’envoyer un ballon dans le but surmonté du drapeau ou de l’écusson de son équipe favorite. En 2013, elle avait annoncé à l’avance la victoire du Bayern Munich en finale de la Ligue des champions. Pour la Coupe du monde, c’est donc tout logiquement que les Allemands ont tourné leurs regard vers le zoo d’Hodenhagen pour lui demander son avis.

Pour le Mondial, l’éléphant a déjà vu juste en voyant l’Allemagne contre le Portugal. Elle a ensuite prédit que les joueurs de Joachim Löw allait s’incliner face au Ghana, qui a pourtant bien mal débuté son Mondial après son revers contre le Etats-Unis (1-2). Nelly aura-t-elle juste pour cette nouvelle prédiction ? Réponse samedi.

Taux de fiabilité : entre la Coupe du monde féminine de football en 2006, celle des hommes en 2010 et l’Euro 2012, Nelly a déjà 30 bons résultats sur 33, soit un taux de fiabilité de… 90 % ! L’éléphante semble donc être l’animal qui maîtrise le mieux les arts divinatoires.

Mais aussi…

Et si le meilleur devin de cette Coupe du monde était non pas un animal mais… un être humain ? Le Wall Street Journal, repris par le site français Slate, révèle ainsi qu’un certain Lee Young-pyo, ancien joueur de football sud-coréen, se serait révélé particulièrement bon pour prédire certains scores du Mondial brésilien.

Il aurait ainsi prévu la défaite de l’Espagne face au Chili dès le 22 mai, mais également les scores exacts des rencontres entre la Côte d’Ivoire et le Japon, ou l’Italie et l’Angleterre. Et si c’était à lui que les parieurs sportifs devaient faire confiance ?


France : un écran géant à Paris si…

Alors que la Mairie avait annoncé dans un premier temps qu’elle n’installerait pas d’écrans géants dans la capitale pour la Coupe du monde, elle a affiné jeudi sa position : les Parisiens pourront voir les matchs des Bleus sur l’espanable de l’Hôtel de Ville, à condition que l’équipe de France accède aux huitièmes de finale de la compétition. (Crédit photo : Luc Viatour, Wikimedia Commons)

Les Parisiens vont pouvoir suivre les matchs des Bleus sur un écran géant : après quelques semaines d’incertitudes, le premier adjoint à la Mairie de Paris Bruno Julliard a annoncé jeudi sur France Bleu 107.1 que le dispositif serait mis en place sur devant l’Hôtel de Ville. A une condition : que les Bleus atteignent les huitièmes de finale de la Coupe du monde.

Un petit revirement puisque la Mairie de Paris avait décidé fin mai qu’aucun match du Mondial brésilien ne serait diffusé dans un endroit public. La préfecture de police avait alors pris acte de cette décision, laissant entrevoir la possibilité que d’autres projets puissent être déposés avant la fin du Mondial.

Le titre du PSG, un bien mauvais souvenir

Pourtant, la Mairie nous a expliqué jeudi matin que sa position n’avait pas changé entre la fin du mois de mai et aujourd’hui. « Si la ville a décidé de ne pas placer d’écrans géants dans la rue plus tôt, c’est parce qu’elle s’est basée sur une expertise estimant qu’il y avait eu peu de fréquentation et un très faible engouement des Parisiens sur la première phase de groupes des précédents Euros et Coupes du monde« , a expliqué Krystel Lessard, membre de l’équipe de presse de l’Hôtel de Ville.

« Si les Bleus se qualifient pour les huitièmes, nous pourrons installer rapidement un écran géant devant la Mairie de Paris pour accueillir au mieux les Parisiens et les touristes et faire plaisir à tous ceux qui souhaiteraient suivre ces retransmissions ».
Autre raison officielle du premier refus de la Mairie : la « bonne gestion du budget de la ville« . Raison officieuse : la Mairie a pu être refroidie par les incidents qui avaient émaillé la célébration du titre du PSG sur l’esplanade du Trocadéro.

L’ambiance d’un stade dans la rue

Le premier « non » de l’Hôtel de Ville avait été accompagné d’un léger sentiment de déception par les amateurs de football de la capitale. Jeux olympiques, Coupes d’Europe, Coupes du monde : au cours des dernières années, la place du Trocadéro, le Champ de Mars ou encore l’esplanade de l’Hôtel de Ville avaient souvent été le lieu de rendez-vous de tous les supporters – français ou étrangers – venus vivre ensemble des événements sportifs auxquels ils n’avaient pu se rendre.

Ces retransmissions en plein air avaient souvent donné naissance à des ambiances dignes de celles que l’on peut vivre dans les tribunes d’un stade de foot, comme ici en 2010 lors de la finale Espagne-Pays Bas, diffusé au pied de la Tour Eiffel.

Des images que l’on pourrait donc bientôt revoir à Paris… si les Bleus sortent sans encombres de leur groupe E. En attendant, les supporters français, mais également algériens, camerounais ou encore ivoiriens peuvent toujours se rabattre vers les nombreux bars de la capitale qui ne manqueront pas de retransmettre l’événement, et ce dès jeudi soir avec le match d’ouverture Brésil-Croatie.


Côte d’Ivoire : 10 journalistes privés de Mondial

Dix journalistes ivoiriens ne pourront pas suivre les exploits des Eléphants au Brésil (Crédit photo : Roger Gorączniak, Wikimedia Commons)
Dix journalistes ivoiriens ne pourront pas suivre les exploits des Eléphants au Brésil (Crédit photo : Roger Gorączniak, Wikimedia Commons)

Décidément en Côte d’Ivoire, le milieu de presse n’en a pas encore fini avec les magouilles et les messes basses qui n’honorent pas le journalisme. Le Groupement des éditeurs de presse de Côte d’Ivoire (GEPCI) vient en effet de ruiner les espoirs de 10 journalistes sportifs censés rallier le Brésil pour couvrir le Mondial.

Une nouvelle affaire de magouilles vient de ternir l’image du journalisme ivoirien, et le comble de cette dernière péripétie, c’est que ce sont les organisations professionnelles et leurs leaders qui jettent l’opprobre sur la corporation. Ces patrons de presse – ces vieux journalistes qu’on appelle ici « doyens » – nagent sans aucun remords dans le bain de la corruption et de la mauvaise gestion.

Le dernier scandale en date est à mettre au crédit du tout puissant GEPCI, le Groupement des éditeurs de presse de Côte d’Ivoire. Cette organisation gérée par un noyau obscur vient de ruiner les espoirs de 10 journalistes sportifs qui devaient rallier le Brésil pour couvrir le Mondial. Je m’en vais vous compter la tentative de vol des patrons du GEPCI qui a conduit à cette situation.

Quand Orange soutient le journalisme ivoirien…

L’opérateur français Orange, dans le cadre de sa politique d’appui à la presse ivoirienne, a décidé d’accompagner un groupe de journalistes sportifs locaux au Brésil. Une dizaine de confrères choisis sur le mérite et la notoriété de leur quotidien.

Ce n’est pas la première fois que le Groupe Orange entreprend une telle action. L’opérateur l’a déjà fait pour des éditions précédentes du Mondial ou de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN). C’est d’ailleurs sur cette bourse d’appui de Orange aux journalistes que le ministère des Sports a voulu aussi aligner sa prise en charge. L’objectif était d’éviter un double emploi pour permettre à un nombre plus important de journalistes de rallier le Brésil.

80 millions de francs Cfa pour prendre en charge 10 journalistes

Pour cette édition du Mondial 2014, le GEPCI, la faitière des grands patrons de la presse ivoirienne, a souhaité gérer le projet de voyage des 10 journalistes. Bonne initiative… sauf que les patrons de presse avaient une autre idée derrière la tête ! La prise en charge de chaque journaliste au Brésil s’élève à 8 millions de francs Cfa, soit un magot de 80 millions.

Un montant trop important pour le déposer dans le porte-monnaie des journalistes sans prélever un éco. Le GEPCI, piqué par le syndrome du vol organisé qui gangrène le journalisme ivoirien a décidé de soutirer 2 millions francs Cfa sur chacune des prises en charge. Soit 20 millions sur les 80 que proposait Orange pour aider les journalistes sportifs.

Retrait d’Orange

L’opérateur de téléphonie mobile alerté de la manœuvre a décidé d’annuler son aide. Un geste que je regrette évidemment, puisqu’il prive des journalistes d’un évènement sportif majeur, mais que je ne peux que saluer : pour moi, toute entreprise qui se respecte ne saurait évidemment s’accommoder de telle pratique.

La presse ivoirienne se taille de nouveau une réputation d’antre de la gabegie et cette nouvelle situation de corruption et de vol organisé m’amène à me poser deux questions :

  • Que représente le code de déontologie du journalisme pour les responsables des faitières qui au lieu de donner l’exemple sont les apôtres des caisses obscures ?
  • Jusqu’à quand la presse ivoirienne continuera de vivre au rythme de ce type de scandale ?

Après l’UNJCI, le GEPCI… Quelle faitière sera la prochaine au cœur d’un autre scandale ?

Kahofi SUY, Mondoblogueur ivoirien et Observateur de France 24


Créer une nouvelle page

Open book, par Honou (Flickr/CC)
Open book, par Honou (Flickr/CC)

Ce tutoriel va vous montrer comment ajouter une nouvelle page à votre blog. Vous pourrez ensuite créer une page « A propos », afin que vos lecteurs en apprennent plus sur vous ou ajouter  des rubriques au menu de votre blog.

Pour créer une nouvelle page, connecter vous à votre site personnel. Une fois que vous avez indiqué votre nom d’utilisateur et votre mot de passe, une barre grise apparaît en haut de votre page : glissez votre souris sur le nom de votre site, et cliquez sur l’option « Tableau de bord ».

 

Vous accédez alors à votre back office. Dans le menu à gauche de votre page, placez votre souris sur l’option « Pages », et cliquez sur « Ajouter ».

Vous êtes désormais sur la nouvelle page de votre site. Vous allez ainsi pouvoir lui donner un titre, écrire ce que vous désirez dans la zone de texte, éventuellement ajouter une image, une vidéo, ou tous les éléments de votre choix avec l’icône « + », comme nous vous l’avons expliqué dans le tutoriel sur le nouveau système de blocs, et enfin publier cette nouvelle page.

Mais attention : il y a un piège ! Dans le champ « Saisissez le titre », vous entrez un titre qui va vous permettre de retrouver votre page dans la liste de vos pages. Mais ce titre ne sera pas lisible pour vos lecteurs ! Il vous faudra donc, sous ce champ, rajouter un bloc titre (comment faire ?). Regardez :

Et voilà ce que ça donnera une fois la page publiée :

Vous pouvez ainsi décider de créer une page sur laquelle figurera ma biographie. Dans ce cas, je vais fournir les renseignement suivants :

  • Je donne comme titre à ma page « A propos », « Qui suis-je ? », « En savoir plus sur l’auteur », etc. ;
  • J’écris quelques lignes sur mon pays d’origine, mon parcours, les thèmes dont je vais parler sur mon blog ;
  • J’ajoute une photo de moi ;
  • Et je publie le tout !

ATTENTION : une fois publiée, ma page n’apparaît pas sur ma page d’accueil. Je vais devoir l’insérer dans mon menu, afin qu’elle soit visible sur mon site. Pour cela, je retourne sur mon « Tableau de bord », et dans le menu à gauche, je place cette fois ma souris sur l’option « Apparences », puis je clique sur « Menus ».

Je vais alors atteindre la page ci-dessous. Dans la boîte intitulée « Pages », je vais cocher la case correspondant à la page que je viens de créer, puis cliquer sur « Ajouter au menu ».

Ma page « Page d’exemple » apparaît désormais dans mon menu, avec les autres pages de mon site. Je n’ai plus qu’à cliquer sur « Enregistrer le menu » pour définitivement l’ajouter à mon blog.

Quand je retourne sur la page d’accueil de mon site, ma nouvelle page apparaît bien dans mon menu, comme le montre la photo ci-dessous.

Vous savez désormais comment créer une nouvelle page pour votre blog, et l’ajouter à votre menu. Cette opération peut vous servir à créer votre page « À propos ». Si vous avez aimé ce tutoriel, n’hésitez pas à vous référer à nos autres pages de conseils :


Ajouter un article

Ce tutoriel a pour but de vous aider à rédiger vos premiers articles sur votre blog. Voici les différentes étapes à suivre.

1) Connectez vous à votre blog en indiquant votre nom d’utilisateur et votre mot de passe qui vous ont été envoyés par mail au moment de votre inscription sur Mondoblog. Cliquez ensuite sur « Se connecter » : vous allez alors accéder à votre Tableau de bord.

Clipboard02 2) Une fois que vous êtes sur votre Tableau de bord, placez votre souris dans la colonne de gauche, sur l’onglet « Articles ». Un menu s’affiche : sélectionnez l’option « Ajouter » (encadrée en rouge sur le schéma ci-dessous). Votre éditeur de billet va alors s’afficher.

3) Vous êtes désormais sur la page « Ajouter un nouvel article ».

Celle-ci se compose de deux éléments importants :

  • La zone réservée au corps de votre article (1) : c’est ici que vous allez écrire votre titre, votre texte et vos intertitres. Vous allez également y insérer vos illustrations ou des sons ou des vidéos à intégrer à votre billet. A chaque nouvel élément, vous devez créer un « bloc » supplémentaire.

  • La boîte de publication (2) : Une fois que vous avez fini votre billet, vous devez ajouter une « Image mise en avant » et des catégories. Puis vous devrez cliquer sur « publier » pour que votre article soit définitivement en ligne sur votre blog.

Pour plus d’aide et de conseils, pensez à vous référer à nos autres tutoriels :

 

Mis à jour le 15 octobre 2019.

Licence Creative Commons

Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale 3.0 non transposé.


Insérer des liens dans vos articles

Ce tutoriel va vous expliquer comment insérer des liens dans vos articles. Les liens sont importants : ils permettent à vos lecteurs de savoir d’où vous tenez vos informations, mais également de les orienter vers d’autres articles afin qu’ils en apprennent davantage sur le sujet que vous êtes en train d’évoquer.

Pour ce tutoriel, nous allons prendre un exemple très précis : imaginons que je sois en train de rédiger un article sur l’équipe de France de football et la Coupe du monde 2018, comme le montre la photo ci-dessous.

Capture d’écran Mondoblog

Mon article est complet, mais je veux y ajouter plus d’informations. Par exemple, j’ai écrit dans mon deuxième paragraphe que la France a déjà remporté la Coupe du monde en 1998. Pour montrer à mon lecteur d’où je tiens mon information, j’ai décidé d’ajouter un lien qui confirme ce que j’ai écrit. Je fais donc des recherches sur Internet.

Dans mon exemple, c’est le site de la FIFA qui confirme que ce que j’ai expliqué dans mon article est juste :

Capture d’écran Mondoblog

Je vais donc sélectionner le lien de cette page et le « copier ». Je retourne ensuite sur la page de mon article.

Je vais ensuite sélectionner la phrase sur laquelle je veux mettre un lien – ici « l’équipe de France avait battu le Brésil » – puis cliquer sur le logo qui me permet d’ajouter un lien (la petite chaîne encadrée en rouge ici) :

Capture d’écran Mondoblog

 

Je place ma souris dans la case intitulée « Collez ou saisissez l’URL » qui vient d’apparaître et je « colle » le lien que j’avais copié sur le site de la FIFA. Une fois que cela est fait, je clique sur le petit symbole fléché.

Capture d’écran Mondoblog

Dans mon article, la phrase « l’équipe de France avait battu le Brésil » a changé de couleur, comme le montre la photo ci-dessous : cela signifie qu’un lien y a été associé. Quand mon lecteur cliquera sur cette phrase, il arrivera sur le site de la FIFA, qui lui confirmera que mon information est juste.

Capture d’écran Mondoblog

Inutile de mettre un lien sur toutes vos informations : dans des articles en ligne, le nombre de liens par articles oscille en général entre 5 et 10. Privilégiez les liens sur les informations les plus importantes que vous donnez, telles que :

  • Les chiffres : nombre d’habitants dans un pays/une ville, nombre de victimes éventuelles dans un accident, résultats économiques, etc.
  • Les citations : si un homme politique, un militaire, un acteur, un sportif a dit quelque chose d’important, vous devez indiquer où et quand il l’a dit.

Enfin, vos liens doivent renvoyer vers des sources sérieuses et originales : n’hésitez pas à mettre en lien des sites internet de médias connus dans votre pays, mais pas forcément à l’étranger. Vous pouvez également mettre des liens vers vos propres articles de blogs, ou vers les blogs de vos proches.

Mis à jour le 15 octobre 2019.

Licence Creative Commons

Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale 3.0 non transposé.


Sécurité numérique : les bases

Verrous De L'amour Amour Cadenas Amitié Jeune Amour, par Hans (via pixabay)
Verrous De L’amour Amour Cadenas Amitié Jeune Amour, par Hans (via pixabay)

Ce tutoriel a pour objectif de présenter quelques conseils basiques pour protéger vos données. Ces conseils sont tirés d’un atelier qui s’est déroulé lors de la formation MondoblogDakar d’avril 2013. Par Grégoire Pouget, de Reporters sans Frontières.

Entre la chaise et le clavier

Avant même de penser à sécuriser son ordinateur ou à installer des logiciels permettant de chiffrer ses communications ou ses données, il convient d’adopter une bonne hygiène numérique en respectant quelques conseils de bon sens qui vous éviteront de vous faire pirater votre compte mail ou votre ordinateur. Pas besoin d’être informaticien pour appliquer ces conseils.

  • Éviter les regards indiscrets :
    • Évitez de travailler dos à une fenêtre
    • En voyage, dans le train ou en avion, appliquez un filtre de confidentialité sur votre écran. Le filtre de confidentialité est une feuille transparente qui une fois appliquée sur votre écran restreint la vision latérale. Ainsi seule la personne située en face (vous) est capable de voir l’écran.
  • Lors de vos déplacements, dans la mesure du possible, évitez de vous séparer de votre matériel. Cela permet d’éviter qu’un individu malveillant ne puisse récupérer des fichiers de votre ordinateur ou ne puisse y introduire un cheval de troie.
  • Tous les systèmes d’exploitation (Windows, Mac os et Linux) permettent de protéger votre session avec un mot de passe; N’hésitez pas à utiliser cette fonctionnalité.
Authorization
Ne laissez pas trainer votre ordinateur portable ! xkcd.com

Effacez vos traces sur un ordinateur public

Si vous travaillez dans un cybercafé  ou sur un ordinateur qui n’est pas le vôtre, veillez  à ne pas laisser de traces une fois votre travail terminé :

  1. Si vous avez consulté votre boite mail, votre compte Facebook ou votre compte Twitter, surtout pensez  à vous déconnecter
  2. Effacer votre historique de navigation. Celui-ci comporte de nombreuses informations et pour un individu expert peut également permettre d’accéder  à certains de vos comptes en ligne
  3. Sur un ordinateur public, ne stockez jamais votre mot de passe dans le navigateur. Si par mégarde vous l’avez fait, pensez  à les effacer de la mémoire du navigateur une fois votre travail terminé
  4. Effacez les champs de formulaire
  5. Supprimez les cookies

Le nettoyage de ces données se fait différemment selon les navigateurs. Un bon moyen d’éviter les impairs est d’utiliser le monde « navigation privée » de Firefox ou de Chrome.

Maitrisez l’accès à vos données

La plupart des services en ligne (Twitter, Facebook, WordPress, Tumblr, Skype etc.) permettent de récupérer un mot de passe perdu grâce  à l’envoi d’un mot de passe dans votre boite mail. Il est donc capital de protéger votre boite mail le mieux possible. Si celle-ci est compromise, très souvent, c’est toute votre identité numérique qui le sera également.

Le service mail de Google, Gmail, permet de mettre en œuvre une sécurité supplémentaire : la « validation en deux étapes« . Ce service permet de protéger votre compte mail avec:

  1. un nom d’utilisateur,
  2. un mot de passe,
  3. un code que vous recevrez sur votre téléphone portable chaque fois que vous vous connecterez sur votre boite.

Ainsi, sans votre téléphone portable, il est impossible d’accéder à vos mails.

Lorsque vous vous connectez sur votre boite Gmail, pensez  à cliquez sur le lien « détails », en bas de la page. Celui-ci ouvre une fenêtre affichant l’ensemble des connexions récentes  à votre boite. Vous serez ainsi à même de déceler une activité suspecte.

Dernières connexions à Gmail
Consultez la liste des accès à votre boite gmail

Twitter et Facebook offrent également l’équivalent de ce type de servie et vous permettent de consulter l’ensemble des applications et sites autorisés  à accéder  à votre compte.

Utilisez des mots phrases de passe

La longueur d’un mot de passe est le facteur principal pour créer un mot de passe solide, capable de résister à une attaque par force brute. Mélanger les chiffres, les caractères spéciaux, les minuscules et les majuscule a souvent pour résultat de créer un mot de passe faible et difficile à retenir. Si, en lieu et place de « mot » de passe, vous utilisez des « phrases » de passe, vous obtiendrez une chaine de caractère facile à mémoriser et d’une longueur bien supérieure  à vos anciens mots de passe.

  • Th$jHTo%46 est court et difficile à retenir
  • J’entends le son des cloches le long des pâturages verdoyants est facile à retenir et très difficile à deviner pour un attaquant
Phrase de passe contre mot de passe
Le site xkcd explique en quelques cases pourquoi les phrases de passe sont à utiliser plutôt que les mots de passe.

Utilisez une phrase de passe différente par service

Il ne sert  à rien d’avoir une longue phrase de passe si vous utilisez cette phrase pour protéger tous vos services en ligne. Si l’un de vos services est compromis, et cela arrive parfois, tous vos comptes en ligne sont compromis. Il est donc crucial d’utiliser une phrase de passe différente par service.

Utilisez des outils pour enregistrer vos phrases de passe

Avoir une phrase de passe différente par service peut poser problème à ceux  d’entre nous qui n’ont pas beaucoup de mémoire. Pas de panique, il existe des outils fiables et sécurisés pour enregistrer l’ensemble de vos mots de passe.

LastPass est un gestionnaire de mot de passe. Disponible sous forme d’extension pour Firefox, Chrome et Safari, LastPass permet d’enregistrer l’ensemble de vos phrases de passe. L’accès à votre coffre-fort LastPass est protégé par une phrase de passe unique. Il vous suffit alors de retenir cette seule phrase pour accéder à tous vos services en ligne. Tout comme le service de mail de google, Gmail, LastPass offre la possibilité de mettre en œuvre la validation en deux étapes. Si vous utilisez LastPass, il est fortement recommandé de choisir une longue phrase de passe et de configurer la validation en deux étapes.

Ne cliquez pas n’importe où !

S’il est important d’installer un antivirus sur son poste, il est encore plus important de faire preuve de bon sens lorsque vous recevez un lien ou une pièce jointe par emails, ou  Twitter, Facebook ou Skype.  Les services sociaux et les outils de communication sont les principaux vecteurs de transmission de virus.

Il existe aujourd’hui des logiciels malveillants développés par des sociétés spécialisés indétectables par les antivirus. La seule méthode efficace est d’agir en amont, avant qu’un logiciel malveillant n’infecte votre ordinateur ou votre smartphone.

  • Ne téléchargez pas de fichiers ou ne cliquez pas sur des liens qui vous sont envoyés par des expéditeurs inconnus.
  • Vérifiez soigneusement l’adresse mail ou le compte Twitter de ceux qui partagent un lien avec vous. En cas de doute, vérifiez l’identité de l’expéditeur auprès d’autres contacts ou par l’intermédiaire d’un moteur de recherche.
  • Enfin si le fichier et l’expéditeur vous semble suspect, contactez des experts qui pourront vous aider. Le Citizen Lab est un organisme qui analyse les virus envoyés par des dissidents ou activistes et les aide à mieux se protéger.

Contrôlez votre présence sur les réseaux sociaux

Facebook et Twitter sont des outils très efficaces pour communiquer. Toutefois, vous devez veiller à contrôler les informations que vous donnez  à voir au public. Ces tutoriels et services en ligne vous aideront à mieux contrôler votre présence en ligne:

Téléchargez la présentation de l’atelier au format PDF

Licence Creative Commons

Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale 3.0 non transposé.