Prisca KUMAKO

Appel à Candidatures : Food Connection Challenge 2018 au Bénin et au Nigéria

BoP Innovation Centre et Crosswise Works invitent les acteurs de l’agroalimentaire du Bénin et du Nigéria à soumettre leurs candidatures pour le Food Connection Challenge 2018.

 

La date limite de soumission est le 18 Mai 2018.

 

A propos du Challenge

L’objectif du Food Connection Challenge est d’incuber et d’accélérer des concepts innovants de PME locales sur les pertes de produits alimentaires après-récolte. Vous bénéficierez d’ateliers de formation, de réunions collaboratives sur l’innovation et de coaching à distance afin d’améliorer vos idées et de les transformer en un projet prêt à être mis en œuvre basé sur un modèle économique solide.

Les meilleurs projets seront présentés lors d’une cérémonie de clôture. Les lauréats recevront un financement de la plateforme Postharvest Network pour réaliser les propositions gagnantes, pour un montant maximum de €20.000.

 

 

Qui peut postuler ? 

Toute PME évoluant dans  la chaîne agroalimentaire et confrontée à des problèmes d’entreposage, de traitement, de nettoyage, de manutention ou de transport de produits agricoles ou alimentaires transformés. Les PME créées depuis deux ans au moins, avec un chiffre d’affaires de 3,5 millions de FCFA et un personnel de moins de 250 employés.

Soumettre sa candidature 

  • Du 9 avril au 18 mai: Inscription en ligne sur www.foodconnectionchallenge.com
  • Juin: Sélection des participants par un comité indépendant
  • Juillet: Formation commerciale de 3 jours
  • Septembre: Séance d’innovation d’une journée pour améliorer les analyses de rentabilité
  • Septembre / Octobre: ​​Les participants affinent leurs idées grâce à un coaching individualisé en ligne
  • Novembre / Décembre: Les participants reçoivent une formation sur la présentation de leur idée
  • Décembre: La finale, où les participants présentent leurs idées et les gagnants sont sélectionnés.

 

Pour en savoir plus et postuler  => www.foodconnectionchallenge.com

Bonne chance !


12 adresses food à tester à Cotonou en 2018 !

Hello les foodies,

L’année 2017 a été marquée par une série de tests de plusieurs restaurants à Cotonou et ses environs. Comme mentionné dans notre article spécial un an que vous pouvez relire ici, nous avons testé douze restaurants au cours de l’année 2017.

Nous avons donc dressé la liste de ces 12 restaurants que nous vous invitons à aller tester également (si ce n’est pas encore fait) et à nous faire vos feedbacks.

  1. Le Patio, le 1er resto testé sur le blog et situé dans le quartier Saint Michel à Cotonou.
  2. Ci Gusta, le meilleur restaurant italien à Cotonou et bien réputé pour ses glaces
  3. La Cabane du Pêcheur, un restaurant situé à Fidjrossè plage au bord de la voie sur la route des pêches.
  4. Le Petit Noir, pour les adeptes de cafétéria, le Petit Noir est situé à Akpakpa et leur lait caillé est top.  Le lait caillé est servi avec des glaçons et cela donne un autre goût au lait caillé habituel.
  5. IKOKO, les menus dans ce restaurant sont très variés et diététiques avec des spécialités béninoises et africaines. Les repas sont cuisinés avec des produits frais et locaux avec des assaisonnements faits maison, ce qui donne un bon goût aux plats.
  6. Le lieu unique,  situé en plein air dans un petit jardin aménagé; avec une terrasse, et un podium où est organisé chaque vendredi et weekends des soirées live de jazz
  7. Chez Amy,  un des restaurants ivoiriens qui propose des mets africains et européens, avec des spécialités ivoiriennes comme le Foutou Banane et l’Attieke poisson braisé. Le restaurant est situé à Ganhi dans la rue de la librairie Notre Dame.
  8. Les marmites de Fatou vous emmène faire un petit tour au village sans vous déplacer. Leur spécialité le « Wassa Wassa », un plat 100% Made In Bénin fait à base de cossettes d’igname, aussi appelé “couscous d’igname” ou “couscous noir”.
  9. Saveurs du Bénin un restaurant spécialisé dans les plats 100% béninois et africain.
  10. Maquis du port, endroit idéal pour vos déjeuners d’affaires, déjeuners après des conférences ou tout autre événement, et pour découvrir la gastronomie béninoise et européenne. Comme son nom l’indique le Maquis Du Port vous réserve des plats avec des poissons et fruits de mer directement pêchés dans la baie de Cotonou.
  11. Chez Angéo,  un nouveau bon coin pour manger du Attieke Poisson Braisé à l’ivoirienne et pas cher. Situé dans la 1ère rue juste après la pharmacie Oladjouan en face du Stade du de l’amitié.
  12. Coco & Loulou, une startup de vente de pancakes et autres gourmandises pour votre petit déjeuner.

Bien évidemment, nous n’avons pas testé tous les restaurants à Cotonou. Nous serons donc ravies de recevoir toutes vos suggestions d’endroits à tester.
Quels sont les restaurants que vous avez déjà testés dans cette liste ?

 


Bénin : Trois innovations numériques au service du développement durable #Senum2017

La Semaine du Numérique au Bénin s’est tenue du 18 au 21 Décembre 2017. Elle a été conjointement organisée par le Ministère de l’Economie Numérique et de la Communication, et l’Agence pour le Développement du Numérique. Le thème de cette 1ère édition était : « Les principaux piliers de la transformation numérique au bénin ».

La Semaine du Numérique à été lancée par un Talk Show Numérique avec la Ministre de l’Economie Numérique et de la Communication Aurélie Adam Soulé Zoumarou et quatre experts du numérique au Bénin.

Retrouvez l’intégralité du Talk Show Numérique ici

https://www.facebook.com/ortbinfo/videos/1583745684995084/

 

Ensuite sur deux jours s’est tenu le Forum National sur l’Economie Numérique à travers des panels, conférences, démos technologiques & Expositions, Projections documentaires. Revivez tous les moments forts en suivant le hashtag #Senum2017.

 

Le quatrième jour a été consacré au Bus numérique et à la remise des prix de l’innovation numérique au service du développement durable. Sur 46 candidatures reçues,27 ont été éligibles dans les catégories tel que l’ e-commerce, e-santé, e-éducation, e-banking, e-agriculture, à précisé Mr Richard Gbaguidi Conseiller Technique TIC du MENC et Président du jury.

 

Une présélection a été faite suivant les critères suivants :

  • Innovation TIC
  • Nombre d’utilisateurs de l’application
  • Reconnaissance nationale et/ou internationale
  • Impact social de l’application et enfin
  • l’évolutivité

 

Découvrez les lauréats des prix de l’innovation numérique au service du développement durable :

  1. Belle imagerie : 1er fournisseur de service d’imagerie au Bénin, ils sont spécialisés dans la télé radiologie, la numérisation de la radiographie et de l’échographie.
  2. Drepacare : L’application pour lutter contre la drépanocytose, qui informe sur la maladie, les drépanocytaires et leurs familles, sensibilise la population sur la maladie et accompagne au quotidien les Drépanocytaires. L’application est disponible sur Google Play Store
  3. eXposium : eXposium vous permet de faire des présentations en toute liberté depuis votre smartphone. Vous pouvez taper du texte sur votre ordinateur à distance, contrôler la souris de votre ordinateur depuis votre smartphone.

 

Photo de famille avec les lauréats, la Mininstre de l’économie numérique et quelques officiels

 

Les lauréats ont reçu chacun plusieurs prix dont des PC, des tablettes et des bourses de formations de l’Agence des Services et Système d’Information.

Vive l’innovation numérique !


Top 3 des meilleurs blogueurs au Bénin

Lancé en mai dernier, la première édition du concours national de blogging Bénin Blog Awards a connu la participation d’une soixantaine de blogueurs. Le but de ce concours était de soutenir la création de contenus au Bénin à travers la mise en avant des blogueurs et blogueuses béninois. Organisé par BENINTECH, la première plateforme web axée sur l’actualité technologique et des nouveaux médias au Bénin en particulier et en Afrique en général.

Parmi les 63 blogueurs qui ont candidaté, 20 finalistes ont été retenu par un jury international composé de Sinatou Saka, Koffi Attede, Delphine Bousquet, Israel Yoroba et Edith Brou.

 

Voici donc les trois meilleurs blogueurs :

  1. Catégorie meilleur blogueur : EGLOYE.COM de Mawunu Feliho

 

Découvrez son blog ici Egloye.com

 

 

2. Catégorie meilleur blog communautaire : MONWAIH.COM de Momboladji Balogoun

 

Découvrez son blog ici Monwaih.com

 

3. Catégorie « Coup de coeur » des internautes : Isaac HOUNGNIGBE 

 

Découvrez son blog ici Isaachoungnigbe.wordpress.com

 

Le Bénin a aussi d’incroyable blogueurs 😉

 

 


L’exclusion des enfants handicapés du système scolaire au Bénin

Selon l’article premier de la Convention relative aux droits des personnes handicapées, «Des personnes se disent handicapées lorsqu’elles présentent des incapacités physiques, mentales, intellectuelles ou sensorielles durables dont l’interaction avec diverses barrières peut faire obstacle à leur pleine et effective participation à la société sur la base de l’égalité avec les autres ». Quant à la Convention relative aux droits des enfants, elle stipule en son article 33 que, les enfants issus des populations marginales, les enfants handicapés ou réfugiés, ont droit à la protection, aux soins médicaux, à l’éducation, à la formation et à toutes mesures qui consolident leur autonomie et facilitent leur participation active à la vie sociale.

Page Facebook UNICEF Bénin

 

Malheureusement, en Afrique, on estime qu’un enfant handicapé sur quatre ne va pas à l’école, pourtant le droit à l’éducation pour tous les enfants, quel que soit leur handicap, est un droit fondamental.

Triste est la réalité aujourd’hui lorsque nous voyons des enfants handicapés non scolarisés sous prétexte de leur handicap. Cela est dû aux préjugés sur les enfants handicapés, la honte des parents à entendre les autres critiquer, insulter leurs enfants. D’après une enquête de Platform voor Handicap en Ontwikkelingssamenwerking (Plateforme Handicap et Coopération au développement, PHOS, 2012), il semble qu’une partie considérable de la population béninoise ait une image négative du handicap. Le regard de la société envers les personnes handicapées est plein d’exclusion, de violence, de discrimination, de honte, d’abandon, de méchanceté et de négligence.

Selon un rapport de l’UNICEF, le handicap est un facteur aggravant de vulnérabilité des enfants dans leur accès et leur maintien à l’école. Certaines familles négligent leurs enfants handicapés ou les surprotègent au point de ne pas vouloir les inscrire à l’école. Certains enfants handicapés abandonnent l’école de manière précoce faute d’une prise en charge éducative adéquate.

En tant que jeunes citoyens responsables nous devons dénoncer ces pratiques qui minent encore certaines régions de notre pays, et collaborer avec les institutions et organisations internationales qui traitent de la situation des enfants handicapés, redoubler d’efforts dans nos actions en faveur des enfants pour plus d’inclusion, plus d’amour, plus d’équité pour chaque enfant afin que chaque enfant puisse jouir de son droit à une éducation inclusive et de qualité quel que soit son handicap.

Les enfants en situation de handicap peuvent poursuivre une scolarité dans un établissement ordinaire ou dans un établissement adapté, quelle que soit la nature du handicap, sa gravité et le besoin de prise en charge médico-sociale. Nous sommes convaincus qu’il faut plus de campagnes de sensibilisation dans les écoles, dans les universités, dans les médias online et offline; et surtout dans les zones reculées ou le droit à l’éducation est encore un luxe. Cela est une nécessité pour une nation qui se veut émergente car les enfants handicapés doivent bénéficier de la même éducation que les autres.

Que de bonheur quand nous donnons la chance aux enfants en situation de handicap d'apprendre, de jouer et de…

Publiée par UNICEF Benin sur Samedi 3 décembre 2016

“Chaque fille, chaque garçon doit aller à l’école, c’est notre responsabilité”. Angélique Kidjo

#ForEveryChild #PourChaqueEnfant


Le Bénin s’engage contre le mariage des enfants

A l’occasion de la Journée de l’Enfant Africain, célébrée le 16 Juin de chaque année, le Bénin a lancé, sous le haut parrainage de la Première Dame, Mme Claudine Talon, la Campagne Tolérance Zéro au mariage des enfants. Le Bénin est devenu ainsi le 20ième pays africain à rejoindre la campagne de l’Union Africaine contre le mariage des enfants.

Les objectifs de cette campagne nationale de lutte contre le mariage des enfants sont :

1- de briser le silence sur les violences faites aux enfants

2-de susciter un dialogue au niveau national et communautaire pour agir sur la normalisation et la banalisation des violences faites aux enfants y compris le mariage des enfants

3- de contribuer à la création d’un environnement favorable à l’adoption de comportements pouvant garantir la protection des enfants

Au Bénin, une fille sur 10 âgée de moins de 15 ans est mariée et trois filles sur 10 le sont avant 18 ans. Quand les enfants sont mariés durant leur enfance, leurs perspectives de mener une vie épanouissante diminuent considérablement, enclenchant un cycle de pauvreté qui se perpétue de générations en générations.

Les causes d’une telle pratique sont entre autres la pauvreté, l’ignorance des droits des enfants, l’inégalité de genre, les pratiques socio-culturelles négatives et nuisibles, la faible application des lois, etc…

Les filles épouses sont plus susceptibles d’être déscolarisées et victimes de violences domestiques, d’être contaminées par le VIH/SIDA et de mourir suite à des complications durant la grossesse et l’accouchement. Les enfants de mères adolescentes ont un plus grand risque d’être mort-nés, de décéder juste après la naissance ou d’avoir un poids insuffisant à la naissance.

 

Malgré les drames, il y a une lueur d’espoir. Espoir car le Bénin a promulgué le Code de l’Enfant en fin 2015 qui prévoit des peines de prison allant jusqu’à 10 années d’emprisonnement ferme contre les auteurs de telles atrocités.

Selon l’article 181 du Code de l’Enfant (n°2015-08 du 08 décembre 2015 en République du Bénin) : Les pratiques conduisant au mariage précoce ou au mariage forcé des enfants telles que les mesures coercitives, la pression  psychologique, le chantage affectif et la pression sociale et familiale intense, sont interdites.

Un appel à l’action est donc lancé aux autorités nationales et locales, aux Partenaires Techniques et Financiers, aux organisations de la société civile, aux leaders religieux, aux médias, aux artistes, aux organisations de jeunes, aux parents à s’engager activement dans la lutte contre le mariage des enfants et contre toutes les violences faites aux enfants.

 

Je suis engagée et toi ? Jeune engage toi !