Culture

Ici sont regroupés tous les articles classés dans la catégorie culture

Anou, le peintre qui interpelle par ses tableaux

Jusque récemment Bobo Dioulasso était le centre de la culture au Burkina Faso, mais aujourd’hui la richesse culturelle du pays est en train de s’effriter. La peinture n’a pas encore basculé dans le professionnalisme et le statut du peintre n’évolue pas au Burkina Faso.Dans ce pays, on n’a pas conscience des avantages que pourrait apporter la peinture à l’économie et à l’image même du pays. Il faudrait que nos autorités aient une vision et mettent en place des mécanismes qui permettent à une nouvelle génération d’artistes de faire connaître leur art à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

Regard bleu

Je suis assise sur la deuxième chaise en partant de la gauche, troisième en partant de la droite et devant moi, à trois rangées de chaises, l’estrade, et sur l’estrade ce regard. Ce visage tourné dans ma direction. Ces cheveux bruns. Ces yeux bleus mais un voile. L’alcool ? L’hiver ? Sur l’estrade ce regard.

À la gare

À la gare, des visages se croisent furtivement, des sourires et des poignées de main. Des lendemains se croisent aussi, des destins qu’on lirait dans des romans plus tard, qu’on mettrait en musique ou peut-être sur grand écran. Près de moi, une femme hurle dans son téléphone dans une langue que je ne comprends pas. L’écran de la salle d’attente affiche la voie de départ de mon train. Je prends mon manteau et je suis parti.

Le Gingerbread

Dans ce numéro de Microphone Francophone, nous parlons d’éducation, de développement durable et d’architecture. Le gingerbread ou maison pain d’épice est un courant architectural qui a fleuri en Haïti au premier quart du XXe siècle. À Port-au-Prince, ce type d’architecture est très visible au niveau des quartiers Bois Verna et Pacot. Bonne écoute.

Le Mawlid, naissance de Mohammed

Le Mawlid célèbre la naissance de Mohammed, prophète de l’Islam et des musulmans. À Blida en Algérie, les enfants déambulent dans les rues et jouent avec le « bouchikha », un vieil homme dont le visage est masqué et qui joue au saltimbanque. Tandis que, dans les familles, on cuisine toutes sortes de choses : beghrir, r’fiss, tchekhtchoukha, mhadjeb et m’ârek ainsi que la fameuse « tamina », la semoule grillée et mélangée au beurre et qu’on arrose de miel avant de la décorer avec de la cannelle.

On connait la chanson !

Ah, les chansons chantées virilement par les scouts ou les militaires, où il est bien souvent question de drôlesses à tripoter, d’être vaillant, et d’étriper l’ennemi pour soutenir l’honneur du drapeau… Mais si l’on se penche sur certaines de ces chansons, on peut en faire une toute autre lecture, et plus à l’avantage des femmes. Évidemment, cette lecture n’engage que moi, et ne saurait se substituer à une étude historique approfondie.