Relations hommes-femmes

Radioscopie d’une pratique traditionnelle des plus meurtrières : l’excision

En attendant une hypothétique victoire sur la plus vieille et pernicieuse forme de violences faites aux femmes -l’excision- les femmes s’enferment dans le mutisme que leur impose la société. Elles subissent son diktat en souffrance, avec la complicité des conjoints, frères ou pères, emmurés dans l’idéale position qu est la leur, une phallocratie arrogante.

#MondoChallenge : 10 solutions pour plus d’égalité entre femmes et hommes

S’il y a un proverbe dans la langue Malagasy (langue parlée à Madagascar) que je n’aime pas du tout c’est bien: “Fanaka malemy ny vehivahy”. Ceci signifie que la femme est un meuble fragile. On nous l’enseigne à l’école dès notre plus jeune âge. Il peut faire même l’objet d’une dissertation. On acquiert alors cette notion d’inégalité très tôt. Pour pouvoir alors arriver à un certain semblant d’égalité entre femmes et hommes, il faudrait changer les bases même de la société dans laquelle nous vivons actuellement. Le chemin est encore long je pense, ce qui ne m’empêche pas de proposer dix solutions pour nous rapprocher de cette égalité des genres.

Génération Mbappé, Neymar ou Messi : les Tchizas ne se cachent plus.

Tchiza, c’est le terme à la mode. Il fait référence aux « maîtresses », autrefois appelées « 2eme bureau » et désigne les femmes qui entretiennent une relation amoureuse avec un homme déjà marié. Il y a encore quelques années, elles s’offusquaient d’admettre leur statut de « voleuse de mari ». Aujourd’hui, elles l’assument.

L’histoire de Noura Hussein, victime d’une société machiste et patriarcale et considérée comme criminelle

Un mari est-il propriétaire du corps de son épouse ? Les femmes doivent-elles accepter d’être instrumentalisées et considérées comme un objet, un objet de plaisir pour les hommes ? Tout le monde devrait se poser ces questions ! Il faut parler de ces sujets et les partager sur les réseaux sociaux ! Le pire c’est le silence. Si tout le monde se tait, alors l’injustice continue. Se taire c’est donc être complice de l’injustice. Dans le cas de Noura, nous devons briser le silence sur la condition des droits des femmes et des filles au Soudan. #JusticeForNoura

#JusticeForNoura : Noura, jeune soudanaise, mariée de force, aujourd’hui condamnée à la peine de mort pour avoir tué son mari qui la violait.

Selon l’indice d’inégalité de genre de l’ONU, le Soudan est classé 165 sur 188 pays. L’ONU souligne aussi qu’au Soudan, la violence contre les femmes et les filles est considérée comme répandue. En outre, le pays a des politiques faibles pour protéger ce groupe alors qu’il n’a pas signé la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes. Dernier point : le Soudan, pays où la population musulmane est majoritaire, ne considère pas le viol conjugal ni le mariage d’enfants comme un crime. #JusticeForNoura.

Les coups ne sont pas toujours physiques : il y existe aussi une violence psychologique

Partout dans le monde, de nombreuses femmes subissent des violences domestiques au quotidien. Souvent les violences ont lieu au sein du couple. Les coups ne sont pas toujours physiques : il y existe aussi une violence psychologique. La liberté, c est aussi de ne pas avoir tout le temps peur. Stop aux violences domestiques.