"Occupy Lomé", une cyber-contestation active

Les trois jours consécutifs de manifestations prévus par le « Collectif Sauvons le Togo » ont été marqués par une violente répression de la part des forces de l’ordre. Pour les deuxième et troisième journée, le CST dans un communique fait le bilan ci-après : « 54 blessés dont 24 graves dans la journée du 12 juin 2012, 65 blessés dont 32 graves ; Arrestations : 15 personnes arrêtées le 12 juin 2012, 63 personnes le 13 juin 2012, dont une douzaine au sein de l’église saint Augustin d’Amoutivé ».

Au moment où je mets en ligne cet article, on peut considérer ce bilan comme provisoire car les arrestations et enlèvements continuent dans la capitale togolaise.

La mobilisation médiatique, un acquis de la mobilisation

L’importance de cette mobilisation et l’ampleur de la répression ont fait réagir la plus part des médias internationaux et africains qui d’habitudes restent sourds à moins qu’il y ait plus de 500 morts comme en 2005 à l’accession au pouvoir de Faure Gnassingbé.

De même, la diplomatie française, chose rarissime envers notre pays, a condamné cette répression dans un communique du Quai d’Orsay «Nous condamnons toutes les violences ainsi que leur instrumentalisation. Le maintien d’un dialogue constant, dans le respect de tous, peut seul permettre l’apaisement de la vie politique au Togo », a affirmé le porte-parole du ministère des affaires étrangères Bernard Valéro.

Cette mobilisation médiatique est surtout due à l’activiste des utilisateurs de réseaux sociaux et blogs togolais.

Lire la suite

Partagez

Auteur

Commentaires