Classement 2010 Reporters Sans Frontières : état de la liberté de presse en Afrique

Classement 2010 Reporters Sans Frontières : état de la liberté de presse en Afrique

Guerres civiles, dictatures, famines, maladies, corruption sont, entre autres, les maux qui gangrènent le quotidien de bon nombre d’Africains au point que ces images restent gravés dans les consciences du monde extérieur, particulièrement celle de l’Occident. La liberté de la presse est aussi un critère pris en compte pour évaluer aussi bien le niveau de démocratie des pays africains que le respect des droits de l’homme. Et dans ce cadre, l’Afrique présente deux visages : celle qui évolue et celle qui stagne, voire qui régresse.

Meurtre, emprisonnement, pressions en tout genre, censure  ou encore l’exil sont les problèmes aux quels sont confrontés les journalistes dans certains recoins du monde. Au rang des mauvais élèves, on retrouve certains pays africains comme : l’Erythrée, bon dernier au classement mondial depuis quatre années consécutives, est à la 178e place pour une politique de répression envers les journalistes (une trentaine de journaliste sont emprisonnés et seuls les medias publics, soumis à un contrôle strict, sont tolérés) ; le Soudan à la 172e place du fait de la censure et de la répression sur le quotidien d’opposition Rai-al-Chaab. Viennent ensuite le Rwanda 169e (« pour la suspension des principales publications indépendantes le climat de terreur entourant l’élection présidentielle et l’assassinat, à Kigali, du rédacteur en chef adjoint d’Umuvugizi, Jean-Léonard Rugambage »), la Guinée équatoriale 167e, la Tunisie 164e, la Somalie 161e(à cause de la guerre civile entre les Islamistes et le gouvernement et le contrôle des radios indépendantes par le milices Al-Shabaab et Hizb-Al-Islam) et la Libye 160e.

Heureusement, tous les pays africains ne sont pas logés à la même enseigne. Le Sénégal  qui est à la  93e place a perdu quatre places depuis le dernier classement. Ce recul est dû entre autres à l’agression de deux journalistes par les forces de l’ordre lors d’une couverture de combat de lutte, au saccage de plusieurs locaux de medias dont ceux du groupe Walfadjri et à la pénalisation des délits de presse, toujours en vigueur malgré la promesse faite par le Président visant à le supprimer.  D’autre par contre se retrouvent dans une bonne position. D’ailleurs sept d’entre eux figurent dans le top cinquante. Il s’agit de la Namibie 21e, du groupe Cap Vert, Ghana, Mali à la 26e place, de l’Afrique du Sud 38e, de la Tanzanie 41e, et du Burkina Faso 49e. Autre satisfaction, la France 44e, éternelle donneuse de leçon aux Etats Africains se trouve devancée par les six pays africains précédemment cités. A l’image de la France, c’est l’Union Européenne qui perd son statu de leader ; ce qui veut dire que ce n’est pas qu’en Afrique que les journalistes rencontrent  des problèmes.

Source: http://fr.rsf.org/afrique-l-afrique-20-10-2010,38585.html

http://fr.rsf.org/press-freedom-index-2010,1034.html

À propos de l'auteur

Ameth DIA

Blogueur sénégalais, ancien Sanaarois, passionné de jeux vidéo (particulièrement de MMORPG), de Naruto, grand fan de Sexion d'assaut et supporter de l'équipe de France de football.

Archives par auteur

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *