Alice la « clando-woman » de Moundou

Alice la « clando-woman » de Moundou

Âgée de vingt quatre ans, Mamadjibeye Alice est la toute première femme et l’unique à pratiquer ce métier à Moundou, la capitale économique du Tchad. Au volant de son clando (une appellation affectueuse du public moundoulais pour désigner les moto-taxis), cette jeune fille attire toujours l’attention des gens. Alice se fait remarquer par son chapeau qu’elle porte au lieu d’un casque. Elle entend relever le défi en se lançant dans ce job. La clando woman a décidé de conduire elle-même l’engin qu’elle s’est procurée en octobre 2009 parce que, déçue par le comportement déviant de ses frères à qui elle a confié la moto pour la première fois. Pour sa sécurité, la conductrice ne travaille que dans la journée. Elle se dit encourager dans son nouveau métier par certains clients qui doublent le tarif normal (200 FCfa). La seule difficulté à laquelle elle est confrontée, c’est que certains hommes refusent de monter son engin. Pourtant, la Moundoulaise garde son sang froid au volant de sa moto. Elle est calme et maîtrise d’ailleurs mieux sa moto que certains de ses collègues qui font l’excès de vitesse. Elle a tout le soutien du président de l’Association des conducteurs de moto-taxis, Jean Claude Mbaïheurem qui demande à tous les membres de l’aider. «Je me réjouis  du fait qu’Alice préfère faire ce métier que de se livrer à la prostitution  ou à la mendicité comme le cas des autres filles dans la ville de Moundou», lance-t-il.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *