Le « Tamboho Gasy » – La clôture Malgache

Parcelles de terrains vides entourées de clôtures Malgaches

Si vous êtes déjà passé à Madagascar, plus précisément, à Antananarivo, la capitale, vous aurez sans doute remarqué des parcelles de terrains vides (sans construction ni plantation) entourées de clôtures Malgaches ou « Tamboho Gasy » (voir photo ci-dessus). Ces clôtures malgaches sont des murs de couleur marron. Les jeunes générations de nos jours, Malgaches et étrangers, se demandent souvent comment ces « Tamboho Gasy » ont été construites; comment elles peuvent encore tenir jusqu’à aujourd’hui vu qu’elles ont été construites il y a plus d’une centaine d’années de cela.

Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus, les parcelles de terrain sont parfois rectangulaires ou carrées sinon circulaires. Celles rectangulaires ou carrées servaient autrefois de protection d’un petit village. Les maisons ont hélas disparu avec le temps. Celles en forme de cercle servaient d’enclos pour le bétail.

Lorsque j’étais enfant, je posais toujours des tas de questions à mes parents sur « comment les choses sont faites », « pourquoi on les a faites », « qui les a faites »… [comme beaucoup d’autres enfants je suppose :D ] Je me souviens très bien. Un jour, mon attention a été attirée par une partie de notre clôture qui était différente des autres murs.  Alors, j’ai commencé à poser des questions. Mon père a expliqué que c’est une « tambohon’ny Ntaolo » (Clôture des Ancêtres Malgaches). C’est une clôture spéciale faite de terre, d’eau et de bouse de vache. J’ai trouvé cela dégoutant d’utiliser de la bouse de vache.  J’ai commencé à imaginer des gens prendre la bouse avec leurs mains et la mélanger à la terre. Beurk! Mais mon père a expliqué que, nous les Malgaches, devrions être fiers de ces murs car ils sont vraiment très durs  et peuvent résister pendant plusieurs centaines d’années.

J’adore mon père. Lorsque nous, ses enfants, étions  intéressés à connaître des choses comme ces murs Malgaches par exemple,  il se débrouillait toujours pour nous montrer plus avec des explications et en nous montrant des exemples concrets. Comme un jour, ma sœur et moi étions étonnés de voir dans notre jardin des petits cailloux bien polis, il nous a emmené au bord de la rivière et nous a montré qu’il les a pris à cet endroit là, que c’est l’eau qui les a poli petit à petit. Mais revenons à notre sujet. Après que j’ai posé la question sur le « Tamboho gasy » à mon père, le dimanche d’après, il nous a emmené faire une petite visite au Palais de  La Reine à Ambohimanga.  Wow, il y avait autour du palais une très haute clôture. Mon père a alors expliqué que ce mur là a été fait d’ingrédients spéciaux. On a ajouté de œufs à la terre à l’eau et à la bouse.  [J’ajouterai la photo de ce mur dès que je retournerai à ce Palais :) ]

Un jour, j’ai fait une randonnée à Ambohitrabiby et on y a aussi vu des Tamboho Gasy. Et devinez quoi? Notre guide a parlé d’autres ingrédients « secrets » à notre fameux mur. Il a dit que certaines personnes ont mis de la viande de bœuf et aussi de l’urine dans la composition.

Mur à 5 piles

La clôture traditionnelle Malgache est composée de blocs empilés à l’horizontal. Ces piles sont de nombre impair: 3, 5 ou 7.

J’ai entendu dire que des chercheurs travaillent sur les  secrets du « Tamboho gasy ». Nous avons déjà listé les ingrédients mais jusqu’à présent, personne n’a découvert leur quantité ni le procédé. Un jour peut-être on saura comment c’est fait (je fais référence à l’émission télé là :D )

À propos de l'auteur

Jeune femme, maman, malgache, blogueuse, citoyen journaliste, photographe amatrice passionnée

Archives par auteur

2 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *