Qui assassine les forêts ?

Qui assassine les forêts ?

Les pauvres paysans sont souvent les coupables tout désignés. Parce que depuis des siècles, ils pratiquent dans nos pays tropicaux l’essartage. Ils défrichent un périmètre forestier et y mettent le feu avant ou après l’avoir ensemencé. Ainsi les cendres fertilisent la terre et favorisent les cultures.

D’un autre côté, un grand nombre d’entreprises commerciales contribuent à la déforestation en coupant quantité d’arbres tous les jours. Et, à en croire les spécialistes en la matière, plusieurs millions d’hectares de bois et de forêts disparaissent chaque année dans le monde.

Le prix de la déforestation

Tout d’abord nous devons savoir que plus de la moitié des formes de vie de notre planète résident dans les forêts tropicales : des singes, des araignées, des tigres, des serpents, des grenouilles, des gorilles, des papillons, des perroquets rares… Bref, les espèces sont top nombreuses pour être répertoriées.

Je crois que nous savons tous l’importance des arbres pour la vie humaine. Raison pour laquelle nous assistons aujourd’hui à diverses conférences visant la conscientisation des populations pour la sauvegarde des forêts. Malheureusement le viol de ces dernières continu et actuellement plusieurs espèces d’animales et variétés de plantes susceptibles de fournir des médicaments pouvant sauver des vies disparaissent, à cela s’ajoute le pire, notre chère planète perd sa capacité à absorber le dioxyde de carbone, de ce fait, nous constatons le réchauffement climatique.

Le Bassin du Congo qui est une vaste région forestière d’environ 230 millions d’hectares, qui regroupe le Cameroun, le Gabon, la Guinée équatoriale, le Congo Brazzaville, la Centrafrique et la République démocratique du Congo ; est considéré comme le second massif de forêt tropicale humide au monde après l’Amazonie est lui aussi menacé à cause de la surexploitation du bois, notamment par les entreprises étrangères, et présentement cette déforestation est importante.

La solution existe-t-elle ?

Les forêts tropicales sont le gagne-pain de beaucoup de personnes. Non seulement elles attirent les chercheurs et les touristes, mais elles sont aussi d’une grande valeur commerciale grâce à leurs produits (bois, fruits à écale, miel, cœurs de palmier, caoutchouc, résine, etc.). Malheureusement, elles disparaissent à une vitesse effrayante. Les chiffres sont controversés, mais une chose est sûre : les forêts se réduisent à vue d’œil.

Ce qui est particulièrement regrettable, ce que ces exploitations ne profitent pas aux populations autochtones, jadis condamnées comme étant responsables de la déforestation. Et plus, nous tous subissons les effets de l’abattement des arbres. Dès maintenant, contribuons tous à la sauvegarde des nos forêts pour une vie future meilleure.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *