En attendant le Wade panafricaniste

En attendant le Wade panafricaniste
Gorgui vous emmerde! 

Durant les soulèvements du monde arabe, notamment ceux de la Tunisie, de l’Egypte et de la Libye, certains analystes avaient osé un rapprochement entre le Maghreb et les pays de l’Afrique noire, exigeant ces révoltes dans des pays comme le Togo, le Burkina Faso, le Congo, le Sénégal… Nous avions trouvé leurs analyses de mauvais goût, dans la mesure où presque tous ces pays de l’Afrique noire, le Sénégal surtout, ont un privilège que ces pays du Maghreb n’ont jamais eu : les élections.  Ce serait une injure, avions-nous soutenu, pour la démocratie sénégalaise, que de demander aux Sénégalais de se mettre dans la rue pour renvoyer un président qu’ils ont librement choisi. Abdoulaye Wade était arrivé à la tête du Sénégal en 2000 par un vote, et il ne peut quitter qu’à la fin de son mandat, laissant au peuple sénégalais qui l’a choisi le soin de choisir son successeur. Il fallait, au nom de la démocratie, laisser Abdoulaye Wade terminer son mandat, aussi catastrophique soit-il, pour se retirer en paix.

Lire la suite…

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *