Des couilles de Zuma

Des couilles de Zuma

A gauche, The spear de Brett Murray. Cette toile a été exposée deux semaines à Johannesburg, puis retirée après avoir fait l’objet d’une grosse controverse.

 

Le pénis gouverne l’histoire. Telle est la conclusion vers laquelle on peut prudemment ou imprudemment s’aventurer si on est un apprenti sorcier de Hegel en mutation chez Freud en s’intéressant à la phénoménologie du pénis -…hum!- dans les rapports interhumains sur la planète Terre et surtout dans les palais présidentiels en Afrique noire.

Il est tout à fait vrai que le pénis, ah…le sacré pénis, a une histoire, une très longue histoire qui a toujours mis à mal la sérénité des villages, des communautés où les vieux gardiens des us et coutumes ne s’empêchent pas parfois de mêler à leur sagesse des vices érotiques. Ces vieux, ces anciens, le jeune prophète Daniel, dans l’affaire de Suzanne, les interpelle rudement: « vous qui avez vieilli dans le mal » Daniel 13 :1-64.

Dans le jeu des rapports interhumains, le pénis, que dis-je, le pénis et les couilles, la libido diront les freudiens non seulement a toute sa place mais se révèle aussi comme l’élément essentiel de ce jeu. Même si les pauvres, qui n’auraient de distraction que le sexe, pouvaient être nonchalamment pointés du doigt, il n’en demeure pas moins que la dialectique du pénis – se construit au mieux dans les couches les plus aisées, chez ceux qui ont le lait et l’argent du lait, chez ceux qui ont toutes les pointures féminines du quartier. Une dialectique qui trop souvent se hisse au sommet de nos États.

Lire la suite

 

À propos de l'auteur

Charles Lebon

Charles Le Bon Vodounon est un blogueur togolais qui a rejoint @Mondoblog dans ses premieres heures. Ancien religieux seminariste de la Congégration Saint Jean Bosco, il est diplomé de l'Institut Supérieur de Philosophie et de Siences Humaines (ISPSH Don Bosco) et de l'Université de Lomé. Son texte majeur de fin de cycle porte sur Friedrich Nietzsche dont il ne cesse d'approfondir la pensée. Il vit actuellement aux Etats-Unis où il approfondie ses études. Bien qu'immergé dans une société Anglophone, il continue l'effort d'alimenter son blog en francais afin de rester proche de la communauté francophone dont il est issu et dont il reste le plus proche en matière des questions relatives au développement et aux droits humains. Son engagement au blogging est guidé par cette citation d'Anatole France: « J’ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l’indifférence.» Extrait de "Le Crime de Sylvestre Bonnard" (1881). Lorsque la Sagesse, par le temps qui court, s'attable avec la Corruption, Charles Le Bon nous invite sur son blog à questioner nos quotidiens et les équations qui se posent à nous tous au moyen de la Folie.

Archives par auteur

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *