Les pépites de Mondoblog : les dix nuances de l’amour

love

Bonjour à tous,

L’actualité occulte bien souvent une multitude de choses qui pourtant contribue à faire de nous des êtres complets. L’une de ces magnifiques petites beautés de la vie est l’amour. Sur Mondoblog, il y a beaucoup d’amour. Nous avons eu le loisir de nous en rendre compte déjà dans les éditions précédentes de cette infolettre. Les blogueurs n’ont pas leur pareil pour exprimer l’amour. Ils rivalisent de beauté de plume pour le dessiner à travers les lettres. Ils montrent aussi que l’amour peut prendre plusieurs formes. Voyons comment.

L’amour peut pour un départ prendre la forme du quasi sacrifice d’une mère pour son enfant. A l’exemple de Rita, cette mère Sri Lankaise qu’Emmanuelle Gunaratne a rencontré. Une mère qui a laissé son fils alors âgé de seulement 10 ans entrer dans un monastère. Une mère qui, malgré la peine causée par l’absence de son fils, préfère savoir où il est car il aura ainsi plus de chances de devenir un homme accompli. Cet amour peut aussi être spirituel, comme celui dont parle Benjamin Yobouet dans ce billet où il exprime sa perplexité face à la relation délitée que les Européens entretiennent avec la religion (chrétienne) dont ils se réclament pourtant.

Cet amour peut aussi être celui du patriotisme tel que Fotso Fonkam a voulu en faire prendre conscience en magnifiant la mémoire de Ruben Um Nyobe, qui a été l’une des principales figures de la lutte pour l’indépendance de son pays, le Cameroun. Un patriotisme auquel les Burkinabés ont dû faire appel il y a quelques semaines pour mettre en échec un coup de force. Ce putsch manqué a laissé derrière lui un lexiqueassez coloré, que Judicaël Lompo explique. Il y a aussi cet amour pour son travail d’enseignant dont le Belge Eric Leeuwerck raconte la première journée avec un brin de nostalgie.

L’amour pour le genre humain a suscité les questionnements de Florian Kaptue qui s’est penché sur le sujet des vieillards qui se suicident à Douala, au Cameroun. Le Toubib de Dakar a lui aussi abordé le sujet du suicide, en tentant d’en analyser la « physiologie ». C’est sûrement son amour pour le monde et son inquiétude pour son devenir qui ont poussé Renaud Dossavi  à brosser un tableau sans complaisance de son état actuel, qui n’est malheureusement pas des plus enviables.

Le romantisme ne manque pas à l’appel. Dans un beau texte, Riadmw relate les quelques secondes, certes brèves, mais ô combien importantes et sacrées d’un jeune amoureux. Des secondes matinales pendant lesquelles il observe subrepticement une jeune femme qui sûrement ne le connaît pas, mais qu’il aimerait connaître un peu plus, lui.

Mais l’amour n’a pas été – et ce, bien malheureusement – au centre de tout cette dernière quinzaine sur Mondoblog. Quelques petits tacles ont été assénés ici et là. L’auteur de l’un d’entre eux est Djarma Attidjani qui accuse certains politiciens tchadiens d’avoir tendance à utiliser internet un peu n’importe comment. Bakary Gueye de son côté déclare sans ambages que les autorités mauritaniennes ont perdu leur guerre contre les moustiques. Dans une sorte de pied de nez fait à la situation instable dans son pays, Odilon Doundembi dévoile des photos quelque peu étonnantes de l’aéroport international de Bangui, dont la piste de décollage est, par la force des choses, devenue une rue piétonne.

Je termine avec Lucrèce Gandigbe, qui a produit son habituelle chronique sur le web avec cet excellent billet qui nous permet d’en savoir un peu plus sur l’univers de Google grâce à son Alphabet.

 

Focus sur…

Cunisie

Cunisie

 

Dans certains pays, il est dangereux d’évoquer certains sujets à visage découvert, au risque de se retrouver sous le coup d’une fatwa. C’est le cas de cette blogueuse tunisienne qui écrit à couvert. Cunisie (une fusion entre « cul » et « Tunisie ») est un blog qui parle des dessous langoureux de la vie des Tunisien(ne)s. Dans une atmosphère où prédominent une pudibonderie – bel et bien de façade – et la « bien-pensance » religieuse, l’auteure nous entraîne dans les méandres de la vie amoureuse et sexuelle des Tunisois. Cette vie amoureuse est jalonnée de terrains vagues parsemés de préservatifs usagés, de décomptes d’ovules, de gynécologues aux basses œuvres, etc. En toile de fond, l’auteure fait transparaître une certaine misère affective causée par tous les carcans d’une société hypocrite qui regarde d’un mauvais œil ses amoureux et ses amants. Lesquels, doivent user de tous les subterfuges, même les moins recommandables, pour conserver cette image virginale que la communauté attend d’eux. Cunisie c’est le blog d’une femme effrontée et extrêmement drôle, qui crûment dit ce qui se passe dans la chambre à coucher de ses concitoyens. Mais aussi ce qui se passe dans La Rue.

2 Commentaires

  1. Intéressant cette manière de mettre en exergue multiples facettes de l’amour à travers ces différents billets.

    Bien résumé; mention spéciale à tous les mondoblogeurs .
    Sans oublier René, à chapeau à toi !

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE