Les camerounaises ont-elles honte de leurs cheveux

Dernièrement c’était le 14 février, vous savez la fête du saint qui n’avait rien d’autre à faire que marier des trouillards en mal de fornication. Pour faire comme tout le monde, je sors avec une fille. La gourgandine est magnifique : une liane tropicale qui fait se retourner les malheureux célibataires sur notre passage.

Carrefour Mvog Mbi. La pluie. Vous savez, ces feintes de pluie de fin de saison sèche. Des gouttes, chaudes, grasses, lourdes. N’importe quel yaoundéen sait que la pluie la vraie, tombera plus tard donc personne ne court, sauf… ma liane. Je la vois qui traverse la chaussée, esquivant voitures et gouttes d’eau, pour se réfugier sous un porche. Je l’ai suivie en courant hein ? Considérant la cure d’amaigrissement qu’elle venait d’infliger à mon portefeuille, je l’aurais suivie au bout du monde.
Mais je dis hein ? Tu cours à cause de trois gouttes de pluie ?
Comment ça trois gouttes ? Tu n’as pas vu ma coiffure ? Je crus à une blague, mais elle semblait vraiment en colère.

Lire la suite…

Partagez

Auteur

Commentaires