TOGO/Sanctions : Le régime de Faure joue les bons élèves

Des policiers dans les couloirs de la villa de Jean-Pierre Fabre

Ce 14 juillet, tandis que la France célébrait sur les champs Elysées la« dame Liberté », celle-ci sous nos cieux, était une fois encore embastillée.

En effet comme d’habitude et d’arbitraire, la marche hebdomadaire du FRAC (Front Républicain pour l’Alternance et le Changement) fut empêchée sans quelle ne soit interdite par les autorités. Jean-Pierre Fabre, après qu’il ait été reçu à l’Elysée doit subir encore une assignation à résidence. En fait il est devenu un prisonnier de tous les samedis. Cette incongruité, dans une république est devenue si normal, trop normal, qu’aucune parti frère de l’opposition n’a élevé la voix pour condamner de tels agissements du régime de Faure Gnassingbé, qui violent notre Constitution.
Toutefois dans cette anormalité normale, il y a eu un pas de plus inacceptable qui fut franchi : les portes de la maison de Jean-Pierre Fabre furent défoncées. Tous ceux qui étaient présents à l’intérieur furent passés à tabac par les forces de l’ordre. Nous pouvons même voir sur les photos, des hommes en tenues qui se permettaient une ballade punitive dans la villa du leader de l’opposition. Jean-Pierre Fabre lui-même lors d’une interview accorde a la RFI, racontait les faits : « Ils ont envoyé des grenades lacrymogènes dans mon domicile, ça a duré à peu près 3 heures 30, relate l’opposant. Après ils sont rentrés dans mon domicile en fracassant le portail d’entrée. Ils sont rentrés, ils ont tabassé les gens qui étaient dans la maison. Ils sont rentrés dans la maison voisine, ils ont saisi les motos, ils ont à nouveau passé les gens à tabac, il y a eu beaucoup de blessés et ils ont arrêtés des jeunes. C’était d’une violence incroyable. »

Lire la suite

Partagez

Auteur

Commentaires