« Je ne suis pas homophobe, mais j’aime pas les homos!»

source image: http://www.flickr.com/photos/philippeleroyer/4362139409/

La phrase n’est pas de moi, mais on me l’a bel et bien assénée. Au Cameroun, exécrer les homosexuels est pour ainsi dire la norme. Je ne voudrais pas enseigner à quiconque qui aimer ni comment le faire. Mais je voudrais tout de même comprendre quelque chose: quelles sont les vraies motivations de ces personnes qui hurlent à tous les carrefours leur haine des « pédés ». Je leur ai posé la question. Examinons de près leurs griefs.
La religion : argument évoqué par la majorité. Dieu aurait interdit les pratiques homosexuelles. Je ne sais pas si l’argument tient la route vu que tout le monde n’appartient pas à la même religion. Certains n’en ont même pas, alors…
La procréation : il ne s’agit pas d’une blague hein? Les camerounais qui pensent qu’un Homme qui n’a pas de descendance a raté sa vie ne sont pas si rares. Cet argument qui va souvent de pair avec celui de la religion tend à dire que notre mission sur terre est « allez et multipliez vous! ».
La loi : Ben oui. Le code pénal camerounais réprime les pratiques homosexuelles, mais cet argument n’intéresse pas beaucoup l’homme de la rue. Peut-être est-ce parce qu’avec des policiers qui rackettent à ciel ouvert, des prisons pleines de pauvres types incapables de monnayer leur libération, des prestataires de services publics corrompus jusqu’à la moelle, mais étonnamment épargnés, oui avec tout cela je comprends que l’homme de la rue n’évoque pas la loi avec sa justice à vitesses multiples.
Je vous ferai grâce des incultes qui vous répondent que ce sont des mœurs importées et ignorées de nos ancêtres et je parlerai de la dernière catégorie, celle des personnes qui lorsque vous leur posez la question vous regardent avec des yeux étonnés : « pourquoi je déteste les pédés ? Mais… mon frère parce qu’ils sont pédés et que ce n’est pas normal !! » Allez-y comprendre quelque chose. Bon avec ceux là, il ne faut pas trop pousser le bouchon hein ? Ça peut mal finir…
Bon week-end à tous !

À propos de l'auteur

Florian Ngimbis

Florian Ngimbis s’est fait remarquer en remportant le Prix du Jeune Ecrivain de langue Française 2008. Ses nouvelles ont été publiées dans plusieurs recueils et revues littéraires. Documentaliste diplômé de l’ESSTIC de Yaoundé, community manager et écrivain, il blogue à ses heures trop souvent perdues. Il vit à Yaoundé au Cameroun. Le blog Kamer Kongossa a été primé en 2012 lors des prestigieux Deutsche Welle Blogs Awards (The Bob’s) dans la catégorie « Meilleur Blog Francophone »

Archives par auteur

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *