Sauvez votre vie, mon capitaine !

Mon capitaine, voici une semaine que, sur un coup de colère à la militaire, vous avez décidé, avec un groupe de collègues sans grades, de confisquer le pouvoir que le peuple malien, souverain depuis maintenant deux décennies, avait décidé de confier à un frère en qui il a confiance. Une semaine qui paraît aussi longue qu’un siècle, parce que votre intrusion intempestive a carrément paralysé un peuple habitué à bouger au jour le jour pour trouver sa pénible pitance. Une semaine sans activités dans la vie d’un peuple dont la majorité est composée de commerçants, d’agriculteurs et d’ouvriers payés à l’heure, mon capitaine, c’est presque une éternité de misère et de soupirs.

Mon capitaine, vous avez, dites-vous, arraché le pouvoir au président démocratiquement élu parce que vous lui reprochez sa mauvaise gestion de la rébellion au Nord de notre pays, son indulgence vis-à-vis de rebelles qui se plaisent à exécuter vos collègues d’armes, vos frères et amis. Il vous envoie vous faire assassiner sans vous donner des armes, alors que vos supérieurs hiérarchiques corrompus, restés dans les casernes avec leurs familles, détournent vos primes et salaires, dites-vous. Votre revendication était légitime. Mais vous vous êtes très rapidement décrédibilisé, en vous plaignant dans l’un de vos premiers communiqués de la misérable condition dans laquelle vous vivez…Lire la suite

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *