Le Mali, c’est la nudité de l’O.N.U !

Il est doux, il est beau de mourir pour sa patrie… Bout de vers surgissant de ma mémoire encombrée de tous ces vers philosophiques que j’ai, durant mes années de lycée, ingurgités sans jamais avoir réussi à les comprendre à fond. Je ne sais de quel poème, de quelle œuvre je l’ai gardé, peut-être de Servitudes et grandeur militaires d’Alfred de Vigny, ou d’un philosophe quelconque, Rousseau, Aristote, Horace, Cicéron… je ne sais pas. Mais ce matin, en lisant les informations sur la crise malienne et la décision de plusieurs jeunes Maliens, lassés de la trop longue attente de voir, enfin, des forces, intérieures ou extérieures, intervenir au Nord du Mali pour chasser les islamistes qui y font la loi depuis avril passé, j’ai pensé à ce bout de vers. Et j’ai soupiré. J’ai soupiré en me remémorant cette autre phrase, d’Anatole France cette fois-ci, On croit mourir pour la patrie, on meurt pour des industriels.

Lire la suite

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *