Logo Mondoblog

AU COEUR DU PECHE DANS L’EMERGENCE

Monsieur le président de la république, je m’appelle André, j’ai treize ans et je suis en classe de 4è au collège moderne du plateau. Je vous écris cette lettre parce que vous avez dit qu’en l’an 2020 nous serons dans l’émergence. Mais nous ici à yopougon sicogi le tour, nous […]

Hommage à la femme noire, la nappys

  Emile Chartier disait que  » Dans culture il y a culte, et toute culture est une manière de piété. L’esprit humain se forme à accepter, non à décider si une œuvre est belle, mais à réfléchir sur l’œuvre belle ». Pendant longtemps, la femme noire, femme africaine s’en est allée […]

Fr.On pense communément à Abidjan que parler le petit nègre de la rue fait de nous des parleurs de français, donc de bons francophones, mais...c'est gâté!!! Une langue pour être maîtrisée doit être assimilée dans toute sa rigueur et dans toute sa splendeur, mais pas que malheureusement dans son spleen alors messieurs les taxi wôrô wôrô (taxi communaux) , gbakmen's ( transporteurs urbains) et camionneurs... A bon entendeur Salut ! Ne vous méprenez pas! Je ne vous dit pas le bonjour, mais j'attire juste notre attention à tous sur les dangers que vous êtes et que nous font courir depuis longtemps les tenanciers des "Auto-écoles" et autres institutions délivrant des permis de détruire... pardon, je voulais dire des permis de conduire. Assoiffés par l'appât du gain, ces messieurs et dames, qui n'inculquent nullement le code de la route ni la bonne conduite à ces futurs chauffeurs que nous sommes... font de la plupart d'entre nous des chauffards. " ON FAIT RIEN AVEC CA, A ABIDJAN !!! C'EST L'ARGENT QUI IMPORTE !!!" Leur but à ces instructeurs si l'on peut encore les appeler ainsi, c'est le chiffre d'affaires de leur commerce. L'essentiel pour aux, c'est que tout le monde est un permis à tous les prix. ET je vous le promets : " AUTO-ECOLE A ABIDJAN , CA MARCHE COMME DES PETITS PAINS, PERMIS-LA , C'EST DEVENU DIPLÔME OH " Voilà ce que l'on peut entendre et constater dans tous le pays, au grand dam de certains d'entre nous. Pire encore sont les apprentis de gbakas et de gros camions qui sur plusieurs années d'assistance et d'économies, finissent par se payer leur permis de cons, dit. En Côte d'Ivoire , l'on ne passe pas le permis de conduire, mais on le paie, du moins pour la grande majorité des conducteurs. Et cela est peu de le dire, car si vous ne payez pas les inspecteurs des examens au code ou à la conduite, que vous soyez excellent conducteur ou pas, vous échouerez ! Alors afin d'éviter toutes tracasseries et les blablas qui s'ensuivent, vaut mieux aller directement au cœur du sujet et leur remettre leur dû qui ne leur servira qu'à faire flores dans les maquis et rien d'autre ! Oui vous l'aviez bien entendu ! Cela est leur dû, et cela semble dater de l'aube des temps du père fondateur donc c'est une véritable gangrène du système. Un secret ? OUI !!! Mais celui de polichinelle ! Tout le monde le sait depuis le dôme jusqu'au sous-bassement, et que font-ils? Rien ! Soulignons tout de même que cette quête ne va pas dans les œuvres de l' Etat... qui ne s'en plaint pas pour autant ! Conséquences, nous assistons à une prolifération d'accidents de la route en Côte d'Ivoire, en raison des manques de connaissance du code la route, à une augmentation des infractions routières à n'en plus finir. Cette situation ne profite qu'aux policiers de la circulation et non pas aux caisses du gouvernement, mais le pire, messieurs, le pire, ce sont ces accidents qui deviennent de plus en plus mortels. Ces chauffeurs de poids lourds, anciennement apprentis camionneurs ou chauffeurs de gbakas ou de taxis se lancent à une vitesse grand V ( 90 km à 110 km) sur la semi-autoroute allant à Bingerville, dont les bennes sont remplies d'une trentaine de tonnes de graviers, de sable ou même de déchets. Ils ignorent que freiner à cette vitesse, fait d'eux des dangers ambulants. Le comble, c'est qu'à cette vitesse, ils ne respectent aucun feu . Imaginez-vous, en piéton prioritaire ou en véhicule prioritaire, les voyant débouler à grand train, vous faisant de gros appels de phares pour vous dire : " Dégagez, c'est l'éléphant d'Afrique qui déboule, c'est la raison du plus gros ! Vous ne pouvez que vous accrocher à tous les saints ? Que fait le ministère des Transport ? Existe t-il en Côte d'Ivoire ? Et les policiers de la circulation ? " QUI VA GATER SON MANGEMENT ? " Trop préoccupés à racketter 500 francs CFA à ces imposteurs de la conduite qui ne leur retournent plus depuis lors le respect qui leur était dû. Monsieur le président, ceci est donc une sonnette d'alarme !!! Faites le réparable afin que l'irréparable ne devienne pas notre quotidien !!! Oui, le code de la route est une langue, une langue à part entière, donc si vous parlez le français comme un petit nègre, il est des chances que vous ne parliez pas le code de la route convenablement, car conduire une voiture ne veut pas dire que l'on sait conduire. La conduite ne s'arrête pas à appuyer sur le champignon, mais à distinguer les champignons mortels de ceux qui sont comestibles comme : stationnement interdit (On peut pas garer !), sens unique (On peut pas prendre route ça là !), feu rouge ( Stop !) et feu vert ( Passez !) , conduite camion en ville....prudence ! Chauffeurs, je ne dis pas de mettre capote dès...quoi que, cela ne vous ferait pas de mal! Je voulais dire de faire Molo-Molo. Au fait, pourquoi n'adapterions-nous pas les panneaux de circulation et le code de la route à notre humour ? Cela rendrait peut-être ludique l'assimilation du B. A.-BA de la conduite, même si nous devrons toujours payer ces examinateurs corrompus; Il en va de la sécurité de tout un chacun d'entre nous ! RESPIREZ ; C'EST fr.wikipedia.org

Le code de la route est une langue étrangère

On pense communément à Abidjan que parler le petit nègre de la rue fait de nous des parleurs de français, donc de bons francophones, mais…c’est gâté!!! Une langue pour être maîtrisée doit être assimilée dans toute sa rigueur et dans toute sa splendeur, mais pas que malheureusement dans son spleen […]