Team Mondobs

Réactions : « Les équipes africaines doivent apprendre à tuer le match »

ILS ONT DIT | La journée de lundi a été riche en émotion : qualification de la France qui signifie l’élimination du Nigeria (2-0), et défaite de l’Algérie contre l’Allemagne (1-2 a.p.). A travers le monde, nos contributeurs ont livré leur analyse sur cette journée. Verdict.

Flag_of_Cameroon.svgUlrich Tadajeu Kenfack, Dschang, Cameroun « Les équipes africaine doivent apprendre à tuer le match »

« Un grand Enyema, je dois le dire mais apparemment toutes les légendes (gardiens) de cette Coupe du monde sont appelées à rentrer avant une certaine date. Le Nigéria a pêché avec un manque d’efficacité criant. Le temps pour Didier Deschamps de faire entrer l’homme par qui le malheur du Nigéria allait arriver à savoir Griezmann. Et le reste, un récital. Les équipes africaines doivent apprendre à jouer, marquer et tuer le match. Car, on final, c’est le but qu’on retient. »

720px-Flag_of_Brazil.svgSerge Katembera, Brésil : « Les choix tactiques de Deschamps déterminants »

« Un match d’élimination directe est toujours difficile à négocier. La jeunesse des Bleus n’a pas non plus aidé. D’un autre côté le Nigéria perd par innocence. Sur les deux buts, la défense nigériane commet des erreurs primaires que le haut niveau ne pardonne pas. Mais la France montre qu’elle a des ressources, et Didier Deschamps a su réagir rapidement en faisant les bons choix tactiques. Contre l’Algérie ou l’Allemagne, c’est quitte ou double »

Flag_of_Côte_d'Ivoire.svgAbou Kam, Abidjan, Côte d’Ivoire : « Algérie et Nigéria sortent la tête haute »

« Dans l’ensemble des deux matchs, l’’Algérie et le Nigeria sont éliminés certes mais ils sortent de ce Mondial 2014 avec la tête haute, car ils ont fait des super matchs ou on ne les attendait pas vraiment. Il leur a manqué un tout petit peu d’expérience et de la qualité technique dans le jeu. L’autre remarque ce soir c’est aussi le niveau de certains équipes africaines qui peuvent désormais très bien rivaliser avec les grandes nations du foot comme l’Allemagne qui à vraiment eu du mal face aux équipes africaines dans ce Mondial. »

 equateurCarolina Loza Leal, Equateur : « Tout le monde était pour le Nigéria à Quito ! »

« A cause du dernier match nul de l’Équateur contre la France qui a éliminé notre équipe, tout le monde autour de moi supportait le Nigéria ! Cependant, je trouve qu’il y a un mélange de colère et d’admiration concernant cette équipe de France… contrairement aux autres équipes, comme les Pays-Bas et l’Allemagne qui sont efficaces, la France joue comme on le dit ici « avec émotion ». Il y a quelque chose qui se passe autour de cette équipe qui me fait dire qu’elle peut aller jusqu’en finale. L’autre match de la journée, Allemagne-Algérie, a été une vraie surprise pour les Équatoriens qui ne s’attendaient pas à voir l’Algérie à un tel niveau. Ce match était peut être l’un des plus beaux que j’ai vu depuis le début du Mondial. »

banniere-huitiemes1

 algerieAbdelkrim Mekfouldji, Blida, Algérie : « Merci Halilhodzic »

« Honneur aux représentants africains lors des huitièmes de finale du Mondial. Le Nigéria et l’Algérie auront marqué cette phase des qualifications en tenant tête à deux prétendants au sacre final, la France et l’Allemagne. Désormais, le continent Afrique ne se présentera plus comme la victime expiatoire, il aura son mot à dire pour peu que la discipline interne soit de mise après les mauvais exemples du Cameroun et du Ghana. La Côte d’Ivoire, avec un meilleur arbitrage, serait passé en huitièmes. Ce pays, rajouté au Nigéria et à l’Algérie, forment désormais le podium africain. L’Algérie présente une équipe en devenir et qui pourra faire mal dans les années à venir, remplaçant dignement la génération des Madjer, Belloumi, Assad. Battus dans les prolongations, et par un score étriqué (1-2), les Fennecs pourront rentrer dans leur pays la tête haute. Reste le cas Hallilhodzic qui se disait partant après le Mondial bien avant cette phase qualificative et qui est devenu quelque part un héros. Il pleurait à la fin de la rencontre : larmes d’adieu ou de désarroi devant cette alternative de partir ou de prolonger le contrat. De toute manière, il aura laissé son empreinte dans cette équipe qu’il a lui-même forgé. «

900px-Flag_of_Senegal.svgBarack Nyare, Dakar, Sénégal : « Mettez Giroud sur le banc ! »

 « Concernant le match de la France, je mettrai un gros bémol : franchement Giroud n’est pas au niveau, fébrile, sans percussion, il passait son temps à errer aux alentours de la défense nigériane. Il ne suivait pas les offensive et les déviation de Benzema. Il ne doit plus être titulaire à mon avis si la France veut passer les quarts de finale. »

Flag_of_Côte_d'Ivoire.svgEdwige Renée Dro, Abidjan, Côte d’Ivoire : « Qu’on arrête de se chercher des excuses ! »

« On est un peu énervé par les équipes du continent africain, car la prophétie s’est auto réalisée : beaucoup disaient qu’elles n’iraient pas loin dans la Coupe du monde, mais je reste avec l’impression que c’est à force d’entendre ce genre de commentaires que cela arrive. Le Nigéria m’a déçu : hier, il a pratiqué un jeu tres lent, il n’y avait pas la même percussion dans leurs dribbles ! Pour moi, la raison pour laquelle les equipes africaines sont toujours eliminees  relève de la mentalité de leurs supporteurs : qu’on arrete de rejetter la faute sur les fêticheurs si les équipes ne gagnent pas et aussi avec les speculations du genre « peut-etre que les Blancs se sont dopés » et qu’on pense avant tout à développer notre jeu ! »

Pierre Dujol, Lyon, France : « Les quarts ont montré que la compétition est plus que jamais ouverte ! »

drapeau-france« Après ce match, je dirais que La Coupe du monde est plus que jamais ouverte ! Les favoris ont tous soufferts à l’image des Pays bas contre le Mexique, le Brésil contre le Chili ou encore l’Allemagne contre les Fennecs. Contre l’Allemagne en quarts, je m’attends à un match assez fermé mais une équipe de France meilleure sur le papier. Les Bleus ont plus d’atouts offensifs pour gêner la Manschafft. Il faudra leur mettre la pression d’entrée de match à l’image du match contre la Suisse. Pronostic 2-1 pour les Bleus ! »

banniere-huitiemes2

Vous aussi n’hésitez pas à nous laisser votre avis sur ces huitièmes de finale mais aussi sur les quarts qui arrivent dès vendredi !


Algérie-Allemagne : l’heure de la revanche pour les Fennecs

Le huitième de finale de la Coupe du monde entre l’Allemagne et l’Algérie qui se joue lundi n’est pas sans rappeler le match de 1982. A l’époque, les Fennecs avaient battu l’Allemagne, avant que la Nationalmannschaft ne s’arrange avec l’Autriche pour faire match nul dans son dernier match de poule et ainsi éliminer les hommes d’Ali Fergani. Un mauvais souvenir qui peut être effacé aujourd’hui. (Crédit photo : Magharebia, Flickr/CC)

C’est plus fort que nous ! Et n’imaginez pas qu’il n’y a que nous, Algériens, qui vivons encore avec le souvenir de ce succès d’antan, celui qui vit le 16 juin 1982, les Fennecs battre la redoutable RFA 2-1. Même nos « amis » allemands ont revisité ces derniers jours ce grand « classique » algéro-germanique ! Et tant pis pour Halilhodzic.

L’Algérie tentera lundi soir de défier l’Allemagne en huitième de finale de la Coupe du monde avec un souvenir vieux de 32 ans en toile de fond. C’est que tout le monde en parle. Même les Allemands qui ont pourtant des faits plus glorieux à se remémorer se sont mis à faire comme nous. On revisite le fameux match de Gijón. Chacun parle ainsi à satiété, pour une dernière fois, qui sait, avant peut être de clore définitivement ce chapitre de l’histoire.

On a hâte d’y être !

« Si jeunesse savait…« , dit l’adage.Cette jeunesse sait. Elle sait que l’Algérie a battu la grande Allemagne fédérale en 1982. Et comme les histoires sont sources de leçons, elle apprend aux Algériens qu’un exploit est possible. Et aux Allemands à ne pas prendre de haut les Verts.

Les déclarations des uns et des autres vont dans ce sens. Détermination chez les uns. Respect chez les autres. On a hâte d’y être !

Aguedal NASSEREDDINE, Observateur de France 24 en Algérie.


Brésil-Chili : « Pas un match pour les Auriverde cardiaques »

ILS ONT DIT | Samedi, les Brésiliens ont bien failli être éliminé prématurément de leur Coupe du monde. La faute à des Chiliens qui auront su mettre les coéquipiers de Neymar en difficulté. Si la Selaçao s’est finalement qualifiée, nos blogueurs n’ont pas été convaincus par la manière.

Frank William BATCHOU (Cameroun)

« Une qualification offerte par la providence. Ce n’est pas le Brésil qui m’a marqué samedi soir. J’aurais bien aimé voir la victoire du Chili qui a tout donné et tout montré. Mais hélas. le sort, une fois de plus, a tourne contre lui. Bravo le Chili. Brésil, montre moi autre chose, du bon football la prochaine fois. S’il te plaît. »

William BAYIHA (Cameroun)

« La qualification étriquée du Brésil rend compte de la pauvreté technique de cette équipe. Pas de talent du type Romario, Ronaldo, Rivaldo, Ronaldinho. Neymar joue mais n’y a-t-il pas plus de marketing que de talent dans ce bonhomme ? Et puis c’est quoi ce Brésil qui joue avec les couleurs du Vatican ? »

Robert GENICOT (Belgique)

« Cette qualification du Brésil n’est pas du tout méritée, même si à ce stade de la compétition le facteur chance doit être pris en compte. La débauche d’énergie des joueurs chiliens n’a pas servi à vaincre l’ogre brésilien. Vraiment dommage pour la suite du tournoi, car le Chili pouvait aller très loin. Injustice des tirs au but, mais dans l’histoire du foot ce n’est le premier et le dernier exemple. »

Serge KATEMBERA (RDC/Brésil)

« Jorge Sampaoli, l’héritier du El Louco Bielsa a donné une leçon tactique à Felipe Scolari qui nous a montré encore une fois que c’est un coach dépassé par les enjeux du football moderne. Rien ne saurait décrire le silence dans la ville de João Pessoa juste avant la délivrance sur ce penalty de Neymar… Si le Brésil ne gagne pas cette Coupe du monde, je ne sais pas ce qui pourrait se passer ici. »

bandea1brachi

Caroline LEFER (Brésil)

« Un match déconseillé aux Auriverde cardiaques ! Scolari nous avait prévenus avant le début de la compétition, le Chili était un des adversaires le plus à craindre. Je pense que les Brésiliens n’ont pas été au niveau mais il ont menés le jeu face aux Chiliens qui manquait quand même d’attaque. Nos adversaires n’ont certes pas démérités mais j’ai personnellement trouvé qu’ils manquaient de technique dans la finalisation. Avec notre défense poreuse, ils avaient l’opportunité de marquer beaucoup plus de buts. Je suis heureuse d’aller en quart mais trèèès inquiète pour la suite. Mais je reste optimiste pour la suite : le Brésil réserve toujours des surprises, bonnes et mauvaises. Si nous n’avons pas une équipe de rêve, nous avons malgré tout des joueurs solides. Espérons que le Géant se réveille enfin ! »

Abdelkrim MEKFOULDJI (Algérie)

« La fin prématurée de la fête du Brésil – pour les joueurs comme pour le peuple – a été évitée de justesse par Julio Cesar d’abord puis par le raté malheureux de Pinilla juste avant la fin des prolongations. Le Chili sort grandi de cette première rencontre des huitièmes de finale et le suspense entretenu durant les 120 minutes laisse présager d’autres confrontations aussi serrées et à l’issue incertaines. Neymar aura été encore une fois le meneur mais il avait trouvé en face de lui son coéquipier au Barça Sanchez. L’Espagne était donc quelque peu présente avec Daniel Alves également. Sanchez aura raté son penalty mais personne ne lui tiendra grief tant ce pays de la Cordillère des Andes a démontré des dispositions certaines pour aller au moins jusqu’au dernier carré. »

Fabio SANTANA (Brésil)

« Je suis la Selaçao depuis la Coupe du monde 1982 et à mon avis, l’équipe cette année est la plus faible jusqu’à maintenant. Les Auriverde n’auraient pas été qualifiés si l’équipe chilienne avait attaqué le Brésil en seconde période comme elle l’avait fait en première mi-temps. Nous avons eu de la chance encore une fois. »

Ulrich TADAJEU (Cameroun)

« Au bout du suspens, le Brésil s’est qualifié. C’est juste selon moi le coup du destin. Après avoir regardé le raté de Pinilla en fin des prolongations et le premier penalty manqué, j’ai compris que le Brésil allait poursuivre l’aventure. Mais il n’a pas les ressources suffisantes pour être champion. Si elle veut poursuivre l’aventure, le Seleçao devra nous montrer autre chose. »

bandeau2brachi


Mon équipe est éliminée, maintenant je supporte…

Côte d’Ivoire, Cameroun, Équateur, Portugal, Angleterre, Italie, Espagne… de nombreuses équipes qui auraient pu atteindre les huitièmes de finale ont été éliminées prématurément de ce Mondial au Brésil. Nous avons demandé à nos contributeurs dans ces pays quelles équipes ils allaient soutenir et pourquoi…

Carolina Loza Leal, Equateur : « Je supporte la surprise sud-américaine ! »

costa rica« Pour moi, c’est la bonne surprise de cette Coupe du monde, la fierté des latino-américains. C’est un peu l’outsider de cette phase finale, personne ne les attendait à ce niveau. L’équipe a un profil assez similaire à celui de l’Équateur avec la réussite en plus. »

 

Zak le Messager, Côte d’Ivoire : « Mon coeur balance pour les Allemands »

Flag_of_Germany.svg« J’ai toujours aimé le jeu allemand, et depuis 90 ils courent derrière dame coupe. Leur philosophie de jeu impressionne, on ne les attend jamais, mais ils arrivent très loin dans les compétitions. Un match contre la Mannschaft n’est jamais terminé, parce qu’ils aiment se battre et je crois qu’ils nous manque cela dans beaucoup de nos équipes.Klose aussi, un vrai renard qui peut surprendre une défense qui s’amuse. Enfin, la longévité de leur coach à la tête de cette sélection, déjà 8 ans, est un bel exemple de projet sportif qui devrait en inspirer plus d’un. »

 

Ulrich Tadajeu Kenfack, Cameroun : « La Pulga ou la Seleçao »

Pins-Argentine-Bresil« Je supporte deux équipes : le Brésil en référence à son gardien de 1998 Claudio Taffarel. Je trouve par ailleurs qu’ils jouent un très beau football depuis toujours même si parfois, il y’a des ruptures. Ensuite, l’Argentine à cause d’un seul homme, Lionel Messi. J’aime voir la pulga jouer depuis le Fc Barcelone. Ce qui fait que lorsqu’il se retrouve dans une équipe, je me vois attiré par celle-ci. En plus ce sont deux équipes d’Amérique Latine qui, malgré des lacunes, jouent le football comme on l’aime. »

 

Stéphane Huet, Népal (supporteur de l’Angleterre) : « Un gros fan de Van Persie »

pays-bas« Pour moi, c’est extrêmement difficile, car mon équipe c’était vraiment l’Angleterre. J’ai tendance à dire que je supporterai la France puisque ma femme est française. Mais puisque je suis aussi un gros fan de Manchester United, ça me ferait plaisir que Robin Van Persie et les Oranjes puissent gagner cette Coupe du monde. Dans le jeu, c’est l’équipe qui m’a le plus convaincu. Mais au fond, je pense vraiment que l’Allemagne va gagner la Coupe du monde. »

 

bandeau1-avis

Miquel Puig, Espagne « Rien que pour Messi et Mascherano »

drapeau-argentine« Je voudrais particulièrement que la prochaine équipe championne du monde soit la sélection Argentine, par que c’est l’équipe de Mascherano et Messi,  mais aussi parce que j’ai des liens familiaux dans ce pays de l’Amérique du Sud. »

 

Josiane Kougheu, Cameroun : « Tout miser sur le Nigéria »

Nigeria« Je supportais le Cameroun, mon équipe de coeur, mon équipe de toujours. Mais, vu leur prestation avant la compétition, j’avais aussi misé « en réserve » sur le Ghana. Malheureusement, les deux équipes ont été éliminées de cette grande messe du football qu’est le Mondial. Et mes espoirs sont tournés actuellement vers le Nigeria. Hier, j’ai eu la chance de passer un après-midi avec quelques uns des 215 réfugiés nigérians venant de la République centrafricaine (Rca) à Douala. On a parlé d’autre chose que de Boko Haram, rassurez-vous. On a parlé du foot dans la joie. Et je vous jure qu’ils sont prêts à miser leurs maigres économies chez un « sorcier » pour la victoire de leur équipe nationale. Juste pour vous dire que je suis heureuse de supporter cette équipe, malgré leur jeu offensif ‘moyen’. »

 

Jean Bruschini, Italie : « La France dans le sang »

drapeau-france« Passé pas mal d’années en France, naturalisé français, j’ai une partie de France dans mon sang, j’ai de la famille en France et mes enfants sont français. Je n’ai pas vu toutes les équipes, mais ce que j’ai vu de la France par rapport à l’Italie m’a séduit même si j’ai été un peu déçu par le dernier match contre l’Equateur. Je crois cependant qu’elle pourrait avoir des difficultés à cause du climat très humide et très chaud. »

 

Saman Zamanzadeh, Iranien (vit au Canada) : « Aucune ! Je ne regarde plus que les résumés des matchs »

interdit« J’étais évidemment supporteur de l’Iran, mais surtout de l’Italie qui est mon équipe de coeur. Je n’ai maintenant plus vraiment d’équipe qui me fait vibrer… j’aime bien le Chili et l’Argentine, mais pas au point de devenir supporteur de ces équipes. Avant l’élimination de mes deux équipes favorites, je regardais presque tous les matchs. La Belgique de Marc Wilmots est aussi une équipe séduisante qui va de l’avant ! Mais je ne peux pas dire que je me passionne pour une équipe. Depuis, je ne regarde plus que les résumés… Je ne vais donc supporter aucune équipe en particulier… mais je vais tout de même suivre les matchs à partir des huitièmes en espérant voir du beau jeu et peut être me passionner pour une équipe ! »

 

bandeau2-avis

Et vous, quelle équipe allez vous supporter pour le reste de la compétition ? N’hésitez pas à commenter en dessous de cet article !


CONCOURS : Elisez la meilleure vidéo de supporteur du Mondial !

Nous vous avons demandé de nous faire parvenir vos meilleures vidéos de supporteurs, celles où vous entonnez des chants de soutien à vos équipes nationales. Et nous n’avons pas été déçu ! Venez voter pour la meilleure vidéo !

Depuis le début de la Coupe du monde, plus de 50 contributeurs d’une vingtaine de pays différents vous font vivre la Coupe du monde vue de chez eux sur cette plateforme des Observateurs de France 24 et de Mondoblog. N’hésitez pas à voter pour votre préférée en bas de cet article !

Abdelkrim Mekfouldji et ses filles, Blida, Algérie

Christophe Hulin, Pereira, Colombie

Fabio Santana, Natal, Brésil

Isabela Lira, Fortaleza, Brésil

Pierre Dujol et Ramadan, Lyon, France

Ulrich Tadajeu et Ricardo, Dschang, Cameroun

Vivien Orioné Dakpogan, Abidjan, Côte d’Ivoire

Robert Genicot, Ostende, Belgique

Marek Abi, Belo Horizonte, Brésil durant Argentine-Iran

Serge Kama, Abidjan, Côte d’Ivoire (parodie de Serey Die)

 

Votez pour votre vidéo préférée en cliquant sur ce lien !

Les résultats du meilleur supporteur selon vous d’ici mardi 1er juillet !


Grèce-Côte d’Ivoire : « Vraiment cruel pour les Eléphants »

ILS ONT DIT | Alors qu’ils avaient encore leur destin entre les mains, les Eléphants de Côte d’Ivoire se sont fait surprendre par la Grèce mardi soir. Dans les ultimes secondes de jeu, un penalty – contestable – les a éliminé de ce Mondial brésilien dès le premier tour. Une défaite difficile à accepter pour nos blogueurs.

Alexandre Capron (France)

« Soyons clairs : la Côte d’Ivoire n’a pas fait le match que nous espérions tous. Yaya Toure a semblé vouloir la jouer individuel sur toutes des actions, Drogba a été inexistant, Tioté fait cette passe en retrait interdite à ce niveau… Seul Gervinho et un peu Bony à sa rentrée m’ont semblé dans le coup. Sur l’ensemble des occasions, la victoire grecque est logique : deux transversales, un poteau et plus de tirs aux buts, ils ont été beaucoup plus tranchants. Après, il y a la physionomie du match qui me fait penser que la Cote d’Ivoire était à deux minutes de rentrer dans l’histoire… C’est extrêmement cruel. »

Pierre Dujol (France)

« Comment les Eléphants ont-ils pu perdre contre ces Grecs ? C’est incroyable ! Où était passée la défense sur le premier but ? J’avais beaucoup d’espoir sur cette équipe mais je suis déçu par son manque d’organisation, ses actions trop brouillonnes. Une équipe qui s’en remet à quelques éclairs de ses individualités ne peut pas espérer aller très loin dans un Mondial. »

Danielle Ibohn (Cameroun)

« Le système des Grecs, c’est carrément de l’anti-jeu. Passer son match à défendre en comptant sur les contre-attaques, ce n’est pas faire le jeu. Et ce « penalty », il est clair qu’il était injustifié. Je ne pense pas que ce soit un coup du sort. Cette histoire, c’est du grand n’importe quoi… Encore une histoire d’arbitrage. Cruel pour les Eléphants, vraiment cruel, mais c’est le sport… »

Basidou Kinda (Burkina Faso)

J’impute la défaite ivoirienne à notre président Alassane Dramane Ouattara ! J’ai remarqué qu’à chaque qu’il se mêle de football, les Eléphants perdent. Souvenons-nous qu’en 2012 lors de la finale de la CAN opposant la Côte d’ Ivoire à la Zambie, il avait effectué le déplacement. Lorsque la Côte d’Ivoire avait bénéficié d’un pénalty, les caméras de télévision ont montré ADO dans les tribunes qui souriait comme un enfant à qui on a promis des bonbons. Malheureusement Drogba et raté son tir et les Eléphants ont perdu cette finale. Cette année encore, le même ADO promet de doubler les primes des joueurs s’ils gagnent leur match contre la Grèce. La suite, on la connait tous. Les Eléphants ont encore perdu. De grâce, ADO, ne t’intéresse plus au football hein !

bandeaugreciv1

Carolina Loza Leal (Equateur)

« Cette défaite ivoirienne me tue ! La majorité des amateurs de football en Equateur était deçue, c’était vraiment très triste… Quel choc après le deuxième but ! J´ai Habité a Abidjan et je sais que ce résultat est une déception pour les gens là-bas »

Kpénahi Traoré (Burkina Faso/France)

« Je ne suis pas superstitieuse mais cette histoire de malédiction qui suit Drogba… Les Eléphants échouent toujours à la dernière minute, au moment où on pense que c’est gagné. Le pauvre Drogba, il n’aura vraiment rien gagné avec cette équipe… »

Gaëlle Tjat (Cameroun)

« Le système de jeu des Grecs n’a jamais changé : c’est celui qui leur a permi de remporter l’Euro 2004. C’était aux Ivoiriens de faire le jeu. Quand les joueurs savent que la qualification se trouve au bout de leurs godasses, ils n’ont pas le droit de jouer comme ils l’on fait… »

Zak Le Messager (Côte d’Ivoire)

« Les Éléphants se sont amusés avec leur match, on a pas retrouvé le jeu de la rencontre contre la Colombie, on n’a pas senti l’équipe qu on attendait. Vraiment dommage. »

bandeaugreciv2


Brésil-Cameroun : « Les Lions indomptables ne forment plus une équipe »

ILS ONT DIT | Le verdict est tombé dans le groupe A : l’aventure se poursuit pour le Brésil et le Mexique, tandis que la Croatie et le Cameroun rentrent chez eux. Pour la dernière rencontre entre la Seleçao et les Lions indomptables, nos blogueurs retiennent deux choses : le Brésil ne peut pas se passer de Neymar, et le Cameroun n’a plus d’équipe digne de ce nom.

Carlos AMEVOR (Ghana)

« Malgré la défaite, le Cameroun a démontré un bon jeu mais a perdu trop de ballons. En attendant un éventuel retour en 2018, « la maison » des Lions indomptables est a reconstruire.« 

Pierre DUJOL (France)

« En terminant premier de son groupe A, le Brésil a fait le boulot. Mais la manière laisse à désirer. On attend beaucoup mieux de cette équipe, naturellement favorite depuis le début du Mondial. Contrairement à la France, la Seleçao ne dégage pas une force collective et ses qualités reposent principalement sur ses individualités. Neymar, sur qui la pression de tout un peuple est énorme, aura-t-il les épaules assez large pour porter le Brésil vers le sacre ? Cela semble un peu compliqué pour un jeune joueur sans grande expérience internationale. La Seleçao devra à tout prix hausser son niveau de jeu pour atteindre ses objectifs sous peine de sanctions immédiates. Mais à domicile, je pense que le Brésil est programme pour gagner. »

Serge KATEMBERA (RDC/Brésil)

« Je le disais dans mon billet intitulé « Les cinq erreurs de Felipe Scolari que Deschamps ne commettra jamais », : en insistant avec la présence de Paulinho dans le onze tituaire, Felipão compromettait fortement les chances de qualification de son équipe. Finalement, le natif du Rio Grande do Sul a mis son orgueil de côté avec l’entrée remarquée de Fernandinho à la place de Paulinho en deuxième période. Il s’agit effectivement du grand enseignement de cette soirée. Avec Fernandinho au milieu, ce Brésil là redevient favoris pour gagner le Mondial. »

Abdelkrim MEKFOULDJI (Algérie)

« Nous étions nombreux à attendre une réaction positive du Camerounn mais il n’en fut rien ! Le Brésil est revenu à ses réflexes offensifs, aidé certes par l’arbitre sur le but de Fred – entaché d’un hors-jeu flagrant – mais surtout portés par un fer de lance nommé Neymar. Petit poucet de 22 ans, le Popeye du Brésil porte sur ses frêles épaules les espoirs de toute une nation amoureuse d football. On oublie le Cameroun, classée définitivement à la queue des 32 équipes et on salue la forte présence du Chili, autre pays d’Amérique latine qui va donner du fil à retordre samedi au pays organisateur. »

bandeaubrécam1

Vivien ORIONE-DAKPOGAN (Côte d’Ivoire)

« Lundi soir, on a vu un Brésil vif devant une faible équipe camerounaise. Sur les deux premiers matchs, la Seleçao avait peu convaincue. Force est de reconnaître qu’elle reste tout de même l’une des meilleures équipes au monde. Quelle issue nous réservera ce huitième face au Chili ? On attend de voir. »

Andriamialy RANAIVOSON (Madagascar)

« Le Brésil se démasque. On avait des doutes sur la force de cette équipe sans Robinho, Kakà ni Ronaldinho mais lundi, elle a montré d’une  belle manière qu’on pouvait bien la compter parmi les favoris pour la victoire finale. Ce match contre le Cameroun a été beau, intense et spectaculaire.  Il faut rendre hommage aux Lions indomptables même si statistiquement c’est un des plus mauvais Mondial pour ce pays. Enfin, Neymar confirme qu’il est l’étoile qui brille le plus pour ce début de Mondial. »

Ulrich TADAJEU (Cameroun)

« Les Lions sont bien partis pour être les trente-deuxièmes et bon derniers de cette Coupe du monde. Ils feraient ainsi mieux qu’en 2010, quand Eto’o et ses coéquipiers avaient terminés trente-et-unième devant la Corée du Nord. En Afrique du Sud, ils avaient encaissé 5 buts contre 2 inscrits. Or cette année, ils en ont pris 11 (- 2 si on enlève les deux injustement refusés au Mexique) soit 9 buts, pour un seul inscrit, par un défenseur sui plus est. Je vois mal quelle autre séleciton pourrait atteindre ce niveau en l’état actuel des choses. Le Cameroun a des joueurs, des individualités mais les Lions indomptables ont cessé d’être une équipe. «

Gaëlle TJAT (Cameroun)

« Aujourd’hui les Camerounais tirent a boulets rouges sur leur gardien Charles Itandje, alors que c’est en partie grâce a sa monstrueuse prestation au match aller lors du barrage contre la Tunisie que nous avons eu le privilège disputer la Coupe du monde au Brésil. L’ingratitude camerounaise, c’est quelque chose. »

bandeaubrécam2


France-Suisse : « Je n’avais jamais vu une telle ferveur autour des Bleus ! »

ILS ONT DIT | Déjà bien rentrés dans leur Mondial après une victoire face au Honduras, les Bleus ont confirmé cette bonne performance par un nouveau succès face à la Suisse, au terme d’une rencontre exceptionnelle conclue sur un score fleuve (5-2). La performance des joueurs de Didier Deschamps a fait logiquement réagir nos blogueurs.

Alexandre CAPRON (France)

« Déjà deux ans et demi que je vis à Paris, et je n’ai jamais vu une telle ferveur autour des Bleus. Ce n’était que la Suisse, ce n’était qu’un deuxième match de poule, mais on avait tellement l’impression qu’on venait de rompre une malédiction que ça a tourné à l’euphorie. J’ai vu des gens monter sur les voitures, sur les bus, chanter dans le métro, s’embrasser même s’ils ne se connaissaient pas. Je pense que ça sera une soirée dont je vais me souvenir longtemps… »

Nelson DESHOMMES (Haïti)

« Parfois c’est une bonne chose de se présenter à une grande compétition comme la Coupe du monde sans le statut de favori. Très discret et prudente jusque là, l’Equipe de France est montée en puissance. Je crois qu’à partir du deuxième tour, avec les qualités de ses individualités, la France peut rêver de la finale de cette compétition. »

Pierre DUJOL (France)

« Quel match de l’Equipe de France ! Didier Deschamps a encore une fois réussi son pari en titularisant Moussa Sissoko et Olivier Giroud à la place de Griezmann et de Pogba ! Les Français ont été réalistes, à 5-0 c’était limite trop facile, un match de rêve ! L’ambiance était vraiment incroyable dans les pubs à Lyon pour un match de poule ! Une vraie ferveur autour des Bleus ! Attention tout de même à ne pas s’emballer. Mais 8 buts en deux matches, cela laisse rêveur pour la suite ! »

Serge KATEMBERA (Brésil)

« Face au grand Ottmar Hitzfeld, double vainqueur de la Ligue des Champions avec Dortmund et le Bayern, Didier Deschamps a montré qu’il était un fin tacticien en alignant Benzema à gauche. Ce positionnement a empêché la grosse activité qu’on pouvait attendre de Lichsteiner, latéral droit de la Juventus de Turin et le plus dangereux des Suisses face aux Équatoriens. En deuxième période, Deschamps a fait entrer Pogba au milieu, montrant que la France avait de la ressource… Si le sélectionneur et ses hommes voulaient faire profil bas, c’est raté. Désormais, ils seront attendus ! »

bandeau1

Carolina LOZA LEAL (Equateur)

« Les Équatoriens sont très sceptiques après ce match. Beaucoup se demandent comment la Tri a pu perdre contre cette équipe de Suisse… Nous attendons désormais la suite avec beaucoup d’espoir, mais aussi avec de l’appréhension à cause de notre sélectionneur Rida. Dans le pays, tous les regards sont tournés vers le match contre le Honduras, que les gens soient chez eux ou au travail… »

Abdelkrim MEKFOULDJI (Algérie)

« La sortie de Von Bergen dès la 10e minute de jeu a favorisé quelque peu l’attaque française qui a marqué alors coup sur coup deux buts. Il fallait gérer par la suite mais cela n’enlève rien au mérite des poulains de Deschamps. Derrière, la défense n’avait pas eu à trop travailler avant une accélération suisse et ces deux buts qui ont trompé la vigilance de Lloris. Est-ce une faiblesse du rideau défensif masquée par l’attaque ? À voir. En attendant, on peut imaginer les Coqs dans le dernier carré de cette Coupe du monde très offensive. »

Pierrick de MOREL (France)

« Cette fois, la France a bel et bien retrouvé ses Bleus. Ceux qui avaient fait rêver tout un pays en 1998 et en 2006. En parvenant à emballer rapidement le match, les joueurs de Didier Deschamps se sont facilités la tâche. Le reste est entouré d’une part d’irrationnel qui fait la magie de ce sport. Maintenant que l’obstacle, souvent fatidique par le passé, de la phase de poules est en passe d’être surmonté, l’Equipe de France va pouvoir se préparer pour les huitièmes. C’est une autre compétition qui débute. Et au Brésil comme en France, les tricolores vont pouvoir compter sur le soutien de leurs supporters prêt à oublier leurs erreurs du passé. »

Benjamin POTET (France/Brésil)

« J’étais au stade. A partir de l’hymne national, la France avait gagné alors qu’il y avait plus de Rouges que de Bleus à Salvador. La justesse des passes, la volonté, le jeu simple – la chose la plus dure à réaliser sur un terrain – me fait penser qu’on ira loin !!! »

bandeau2


Élimination de l’Espagne : « Quand rien ne va, même le café dans ton bol cache un crocodile »

ILS ONT DIT | L’Espagne, championne du monde en titre, a été éliminée à la surprise générale hier après à peine deux petits matchs en Coupe du monde et après sa défaite contre le Chili. D’Abidjan à Antananarivo, en passant par Douala et Barcelone, voici la réaction à chaud de nos contributeurs.

Miquel Puig, Barcelone, Espagne : « On essaie de se rappeler les bons moments passés avec cette équipe… »

« Le silence était pesant en Espagne. C’est un échec total, quasiment un tabou depuis hier. Gardons en mémoire les bons moments qu’on a vécu avec cette équipe, ne soyons pas trop durs avec ces joueurs  qui nous ont donné beaucoup de bonheur durant le passé. Cela tombe vraiment mal, la veille du couronnement du nouveau roi… ça n’a pas de lien direct, mais c’est vrai que l’engouement aurait été beaucoup plus fort si l’Espagne avait été qualifiée. »

 

Edwige-Renée Dro, Côte d’Ivoire, Abidjan : « On a mis gbass sur eux ! »

A Abidjan,  les gens disent « On a mis gbass sur eux » — cela veut dire, on leur a jeté un sort. C’est quoi qu’il arrive une coupe du monde qui nous promet encore plein de surprises à mon avis ! Quand on voit que les champions du monde en titre sont déjà dehors au bout de deux matchs…. je n’ai pas d’explication… peut être une mauvaise préparation ?

 

Pierre Dujol, Lyon, France « 7 buts encaissés, 1 marqué, c’est pire que la France en 2002 ! »

C’est la fin d’un cycle pour cette équipe, tout simplement, ils sont perdus, ils font presque de la peine à voir jouer… On rigolait bien sur l’Equipe de France en 2002, mais que ça fait du bien de voir l’Espagne sortir la tête basse de cette Coupe du monde au Brésil ! 7 buts encaissés en deux rencontres 1 marqué .. c’est vraiment un parcours ridicule !

 

Christophe Hulin, Pereira, Colombie ; « Diego Costa s’est trompé ! »

C’est réellement la fin du tiki-taka et un peu la seconde mort du Barça de Guardiola… On passe à autre chose, Xavi aurait même signé au Qatar? Ici au Brésil on se moque largement de Diego Costa! Il semblerait qu’il ait appelé Scolari car il s’est trompé en choisissant sa nationalité sportive!

 

contrib1

Andriamialy Ranaivoson, Antananarivo, Madagascar : « Qu’est ce que la France ou le Brésil auraient fait face au Chili et aux Pays-Bas ? »

« On jette la pierre à l’équipe d’Espagne alors qu’en face les Pays Bas et le surprenant Chili sont quand même très très fort. L’Espagne n’a pas mal joué. Le match d’hier a montré qu’ils ont essayé mais qu’ils n’ont pas eu de la chance. Si une autre nation comme la France ou le Brésil avait eu ces deux pays pour ces deux matchs, ça aurait donné quoi? Donc, je vais reprendre un nouveau proverbe malgache , ou plutôt deux pour illustrer : »Quand rien ne va, même le café dans ton bol cache un crocodile » et l’autre « Quand rien ne va, même une fiente de poulet te fait tomber »

Abdelkrim Mekfouldji, Blida, Algérie : « La fin d’un cycle »

Chaque grande équipe domine son monde durant un cycle. Celui-ci peut aller de 4 à 16 ans, le temps d’une génération. On pense à la Hongrie de Puskas, à la France de Platini et Zidane, au Brésil de Garincha et Pelé ; tout comme au niveau des clubs d’ailleurs et ce cycle quasiment naturel intervient même dans d’autres disciplines que le football et d’autres secteurs que le sport. L’Espagne rentre au pays, on oublie déjà que c’est le dernier détenteur de la Coupe du monde et on commence à pronostiquer sur les chances de chacune des sélections des Pays-Bas, de la France, du Brésil, de l’Allemagne ou de l’Argentine. À moins qu’une sélection surprise sorte du chapeau magique de cette discipline-reine.

 

Gaëlle Tjat, Douala, Cameroun : « Je salue la sortie d’une grande équipe »

 

C’est un choc c’est clair. Cependant, le sport a démontré une fois de plus qu’il ne reconnait ni le droit d’aînesse, ni le palmarès. La balle est ronde pour tout le monde. Néanmoins, je salue la sortie d’une grande équipe. Par la petite porte c’est vrai. Mais le champion reste champion. Viva Spain!

Nelson Deshommes, Port-au-Prince- Haïti : « Une équipe qui a été l’ombre d’elle même »

Malheureusement c’est la fin d’une génération dorée. une équipe espagnole qui n’est que l’ombre de lui-même, sans motivation et ni inspiration a bien fait en quittant la compétition aussi tôt. Ce sera un effort en moins pour les équipes sud-américaines.
contrib2

Basidou Kinda, Ouagadougou, Burkina Faso : « Le chapeau de l’Espagne est tombé ! »

 

« Ce qui fait un roi, c’est son chapeau. Quand celui-ci tombe, le roi perd sa majesté. Depuis que la Hollande a  administré une gifle magique à l’Espagne (5 buts à 1) son chapeau a commencé à flotter dans l’air. Face au Chili (2 buts à 0), le chapeau est tombé. Mais les crampons se croisent toujours pour savoir qui l’emportera. Que le fair-play aille mourir aux vestiaires (un Alexandre Song qui donne un coup de coude à son adversaire, ou Pépé qui donne un coup de tête…) pourvu qu’un pays soit couronné champion du monde. En 2 matchs, l’Espagne a encaissé 7 buts ; plus que le Cameroun qui, lui en a encaissé 5. La défaite a frappé à la porte de l’inconnu. Mais de sa majesté l’Espagne, qui de nous l’aurait pensé ? Ce pays a dominé le monde (Afrique du Sud 2010 en battant la Hollande 1 but à 0) et l’Europe (Euro 2012 en battant l’Italie 4 buts à 0). C’est donc en favori que l’Espagne s’est présentée au Brésil. Mais dès son premier match contre la Hollande (1 but à 5), il avait changé de visage. Et rien du futur n’annonçait un bon présage. Tout le monde savait que désormais qu’il se portait mal mais personne ne pouvait imaginer qu’il allait abdiquer aussi rapidement. »

Vous aussi n’hésitez pas à donner votre sentiment sur l’élimination de l’Espagne en commentant cet article !


France-Honduras : « Les Bleus ont maîtrisé leur sujet »

ILS ONT DIT | Les Bleus ont brisé le signe indien : pour la première fois depuis 1998, ils se sont imposés lors de leur premier match d’un Mondial, contre le Honduras (3-0). Mais pour les Mondoblogueurs et les Observateurs, qui saluent tous la performance de Karim Benzema, difficile de tirer des conclusions vue la faiblesse de leur adversaire.

Carlos AMEVOR (Ghana)

« La France a pris le dessus en mettant et repart logiquement avec les 3 points après ce match contre le Honduras, un adversaire cependant trop faible pour que je me prononce sur la performance des Bleus. »

Jean BRUSCHINI (Italie)

« Pas de Marseillaise pour cause de problèmes techniques, mais le jeu est devenu aussi fluide que de la musique pour une équipe de France destinée à la victoire. Peu importe si le deuxième but y était ou pas : la grande différence technique entre les deux adversaire se remarquait dès la première minute de jeu… »

Alex CAIRE (Portugal)

« L’EDF a été à la hauteur des attentes de son public et de celle de sa ‘Dèche’ d’entraîneur. Du beau boulot ! Karim Benzema, drôle de barbu dans son nouveau rôle de parrain, a enflammé le stade avec trois merveilleuses trouvailles dont une accordée au gardien adverse par l’arbitre. Karim a su démontrer un autre style des tricolores. Avertis par les Anglais sur la rudesse des Honduriens, les Bleus, à l’image de Valbuena, petit poucet héroïque, ont mis du cœur et de la persévérance pour gagner ce match haut la main. Bravo pour l’entame du Mondial ! »

Pierre DUJOL (France)

« La France a largement maîtrisé son sujet. Face à une modeste équipe du Honduras, certes mais il ne fait pas faire la fine bouche. Benzema est sur sa lancée d’une saison réussie avec le Real Madrid. Griezmann a étalé sa palette technique et justifie le choix de Didier Deschamps. Seul hic : Pogba devra vite se calmer car il aurait pu se faire expulser à la 23e sur un geste d’humeur. On attend maintenant la confirmation face à la Suisse, mais quelque chose de positif se dégage de cette équipe. Les Français sont en confiance, la cohésion du groupe semble bonne. »

bandeau1

Biahou FRANGEL (Congo/Italie)

« La France a su dominer le match, je dirais même qu’elle la largement maîtrisé parce qu’elle a bien profité des erreurs de l’adversaire. Mais il me semble que c’est un peu tôt pour tirer des conclusions, il faudra voir les Bleus face à des grandes équipes.. Attendons le match face à la Suisse, peut être qu’il nous aidera à mieux nous situer. »

Serge KATEMBERA (Congo/Brésil)

« Comme prévu dans mon précédent billet, ce match serait aussi marqué par un arbitrage, comment dire… historique. Si l’arbitre brésilien Sandro Meira Ricci n’a pas causé de sérieux problèmes à l’Equipe de France, les Honduriens pourront toujours l’accuser d’avoir accordé un non-but aux bleus. Pour le meilleur ou pour le pire, Meira Ricci entre dans l’histoire comme le premier arbitre a accorder un but à l’aide d’un dispositif technologique. Pourtant, il y a une leçon à tirer de cette action : désormais, le monde du football fera face au choix de faire confiance soit à l’œil humaine soit à la technologie. Dans les deux cas, la polémique restera de la partie. »

Solo NIARE ( France)

« Avec ce 3-0 contre les Honduriens, les Bleus démarrent la coupe du monde avec une grosse bouffée d’air. Ils aborderont, non seulement sereins, leur deuxième match à venir, mais surtout avec un gros avantage physique sur leur futur adversaire, la Suisse qui a perdu beaucoup d’énergie à se défaire de l’Équateur. Comme début au Brésil, Deschamps et ses joueurs ne pouvaient pas mieux rêver. »

Yannick REVEL (France)

« Le Honduras n’est pas un adversaire quatre étoiles et il s’est pénalisé tout seul en commettant de grossières fautes à répétition. Cependant j’ai vraiment été impressionné par la maîtrise technique et la sérénité des Bleus, jamais perturbés par la rudesse du jeu adverse. En attente de confirmation face à une équipe plus solide et organisée comme la Suisse… vivement vendredi ! »

bandeau2


CÔTE D’IVOIRE : Vous avez vibré pour la bande à Drogba

EN IMAGES | Des milliers de supporteurs de la Côte d’Ivoire ont vibré hier lors de la victoire de la bande à Drogba contre le Japon (2-1) dans leur premier match du groupe. Revivez en images ces quelques moments grâce à nos contributeurs à Abidjan !

Vous avez vous aussi des images des célébrations à Abidjan ? n’hésitez pas à nous les envoyer à footobs@france24.com nous les publierons dans cet article !

Quartier Attécoubé – Harouna Zerbo

« Nous étions assez pessimistes au début du match et le but japonais ne nous a pas vraiment rassuré. Il a fallu attendre la rentrée de Didier Drogba, très applaudie, pour que les supporteurs reprennent espoir. Dès que la Côte d’Ivoire est revenue au score, les gens ont commencé à chanter et à danser dans une ambiance extraordinaire !

Après le match on a senti que tout Abidjan ne dormait pas, les bars et les rues étaient bondés de monde. Je suis rentré à 4 heures du matin mais il y avait encore un monde fou dehors ! »

Quartier Koumassi Sicogi- Vivien Dakpogan

« Je me suis déplacé dans plusieurs endroits de la commune de Koumassi pendant toute la soirée, et j’ai pu constater que la ferveur était présente partout. C’est devenu presque incontrôlable quand Bony et Gervinho on fait passer la Côte d’Ivoire en tête ! On se souviendra longtemps de cette nuit à Abidjan. Dès le coup de sifflet final, tout le monde a dansé jusqu’au petit matin ! »

Dakar, Sénégal – Barack Nyare Mba

dakar-cote-ivoire
« D’entrée quand on a vu que Lamouchi ne faisait pas jouer Didier Drogba d’entrée, on a compris qu’il se préparait quelque chose.. et on n’a pas été déçus !
►►►Venez lire la suite de l’article en cliquant ici !


Mexique-Cameroun : « Un lion demeure un lion »

ILS ONT DIT | La première équipe africaine à faire son entrée dans la compétition a raté ses débuts vendredi. Pourtant bien aidé par l’arbitrage, le Cameroun de Samuel Eto’o s’est incliné face au Mexique (1-0=. L’avenir des Lions indomptables s’annonce compliqué dans un groupe A extrêmement relevé.

Pierre DUJOL (France)

« Les Camerounais ont été trop confiants. Ils ont sous estimés cette équipe du Mexique, qui a montré beaucoup de finesse technique et de rigueur tactique. Y’a-t-il réellement une bonne cohésion de groupe au sein de cette sélection ? Les problèmes de primes ont occupé les esprits durant la préparation, c’est indéniable. Cela peut être préjudiciable pour les Lions indomptables, et les médias ne manqueront pas de le rappeler s’ils ne passent pas le premier tour. On dit qu’un lion ne meurt jamais, il dort… Son sommeil semble bien profond aujourd’hui… »

Dania EBONGUE (Cameroun)

« Le silence qui régnait ce vendredi soir dans les rues de Yaoundé prouve la déception profonde d’une nation qui avait encore placé ses espoirs dans cette sélection malheureusement en demi-teinte. Le Mexique aura simplement été plus fort et le Cameroun se retrouve désormais dans une position où seules la calculette et les probabilités pourront permettre aux Lions indomptables de se sortir de ce groupe A. »

Christophe HULIN (France/Colombie)

Score final Mexique-Cameroun : 3-0…  Oups ! 1-0 en faveur des hommes en vert. Eh oui, n’oublions pas que « l’homme en noir« , lui, s’est encore illustré pour ce deuxième match du Mondial 2014 en refusant 3 buts – dont 2 valables – à une seule équipe. Le tout en 45 minutes, montre en main, sifflet à la bouche ! Après les erreurs d’arbitrage du japonais Yuichi Nishimura lors de Brésil-Croatie, le Colombien Wilmar Roldan a pris le relais. Besoin de lunettes ? Ou peut-être du soutien de la vidéo…. De la quoi ???

Marek LLYOD ABI (Togo/Brésil)

« Seul le féticheur Mbia a bien travaillé vendredi soir.. Pour le reste, c’était nul. Vous êtes menés d’un but à 10 minutes de la fin du match, et même pas l’ombre d’une volonté de revenir au score. Et bien, les Lions domptables viennent de confirmer tout le bien que je pensais d’eux avant le début de la compétition. Et si le niveau de jeu reste le même, je suis sûr que nous allons beaucoup nous amuser lors du match face au Brésil ! »

mexcmr

Solo NIARE (France)

« Des lions dociles. Le même complexe d’infériorité, la même attitude de victime résignée, le Cameroun adore se répèter. »

Barack NYARE MBA (Gabon/Sénégal)

« La solidarité camerounaise était bien perceptible quand il s’agissait des primes, mais sur le terrain on la ressentait moins. Perdre 1-0 contre le Mexique ne nous facilite pas la tâche pour passer au second tour, ce n’était vraiment pas le match à perdre… Vivement qu’ils se rattrapent, rien n’est perdu. »

Vivien ORIONE-DAKPOGAN (Côte d’Ivoire)

« Dure dure cette entrée en lice d’un premier pays africain. Le Cameroun n’a pas démérité, s’est crée quelques occasions mais elles ont manqué s de précision. Vivement une victoire pour le deuxième match ! »

Ulrich TADAJEU (Cameroun)

« Un mauvais match pour les Lions, avec un arbitre qui aura longtemps retardé l’ouverture du score et surtout un entraîneur qui n’a jamais trouvé la solution face au système de jeu mexicain très dense au milieu. Commencer le mondial ainsi dans cette poule là rend pessimiste. Mais un lion demeure un lion. »

mexcmr2


Brésil-Croatie : « Le vrai crack, c’est Oscar ! »

ILS ONT DIT | Cette fois ça y est, le coup d’envoi du Mondial a officiellement été donné jeudi soir. Et le match d’ouverture entre le Brésil et la Croatie (3-1) n’a pas manqué de faire réagir les Observateurs et les Mondoblogueurs du monte entier. Petit tour de ces commentaires du Sénégal au Cameroun, en passant par l’Algérie, le Népal et… le Brésil bien sûr !

Mame FATOU DIOUF (Sénégal)

« Trois colombes de la paix lâchées par trois enfants comme pour conjurer un mauvais sort a venir. Visiblement, cela n’a pas fonctionné pour les Brésiliens avec ce but de Marcelo contre son camp. Mais l’espoir est vite revenu dans les rangs de la Seleçao avec l’égalisation de Neymar et la victoire au bout du compte. On attend avec impatience les autres matchs ! »

Nelson DESHOMMES (Haïti)

« Si Neymar est bel et bien l’étoile fulgurante de cette sélection brésilienne, dans ce match j’ai surtout apprécié le jeu très plaisant du jeune Oscar. Un crack discret qui mérite votre attention au cours de cette compétition. »

Stéphane HUËT (Népal)

« J’ai trouvé le match assez ennuyeux jusqu’à vers la 75e linute, quand les Croates ont commencé à appuyer (vraiment dommage pour eux). Fred a été inexistant, sauf pour une glissade qui donne le péno. Enfin, je propose qu’on arrête avec Neymar : le vrai patron de la Seleçao, c’est Oscar. »

Serge KATEMBERA (RDC/Brésil)

« Côté spectacle, ok, c’est beau et patati patata… mais deux choses m’ont vraiment gênées jeudi soir. Premièrement, le public présent dans le stade ne ressemblait en rien au Brésil. Que des Blancs, la population noire est totalement exclue de cette Coupe du monde parce qu’elle n’a simplement pas les moyens d’aller au stade. C’est pire que lors de la Coupe des confédérations. Ensuite le public – classe aisée, blanche et supposée éduquée – a entonné des chants d’une incroyable grossièreté contre Dilma Rousseff…«

Untitled

Abdelkrim MEKFOULDJI (Algérie)

« Branle-bas de combat chez moi en compagnie de mes petites filles qui voulaient absolument voir l’ouverture de la Coupe du monde et l’évolution de Neymar, leur star. La chaîne BeIN Sports en a décidé autrement avec le paiement obligatoire des droits. TF1 ne passait plus et il avait fallu faire appel à un technicien pour revenir à la chaîne algérienne terrestre, qui avait acheté les droits de retransmission de l’ouverture et du match d’inauguration. Cependant, la qualité de l’image n’était pas au top et mes filles – tout autant que moi – avons perdu plus de 50 mintes de jeu. J’en veux vraiment à ce lobby qui a interdit à une simple famille algérienne de vibrer au rythme du Mondial, tout autant que les amoureux de ce sport si populaire ! »

Benjamin POTET (France/Brésil)

« On parle toujours d’une « race à part » quand il s’agit des latéraux brésiliens. Longue tradition : Nilton Santos, Roberto Carlos, Cafu… Ils ont la particularité de bien se projeter et d’être tout de même assez rapide dans le repli. Il va falloir que Marcelo et Daniel Alves laissent leurs charettes au garage et faire quelque chose de leurs montée car ce n’est plus possible! Le Brésil ne peut pas se reposer seulement sur Oscar pour gagner le Mondial ! Si Felipão ne met pas les choses au clair, la suite de la compétion va être très difficile ! »

Andriamialy RANAIVOSON (Madagascar)

« Ce matin au bureau, débrief avec les collègues, qui reçoivent tous Canal+ ou TF1. Résumé : « Les médias français sont trop critiques envers l’équipe du Brésil, qui a pourtant gagné sans trop forcer, c’est à dire qu’il y a encore un gros potentiel. On va voir ce que l’Equipe de France va produire ! ».

Ulrich TADAJEU (Cameroun)

« Le duo Neymar – Oscar va nous montrer de belles choses pendant ce Mondial. Ils nous ont montré un beau football. Ce n’est pas pour rien qu’ils ont inscrits les trois buts du Brésil. On notera surtout que Marcelo est le premier à inscrire un but lors de ce Mondial, mais un but en arrière et non avant comme c’est souvent le cas. »

Kpénahi Traoré (Burkina Faso/France)

« Quand j’ai entendu Hulk, j’ai immédiatement levé la tête pour voir le personnage. J’ai souri parce que j’imaginais le géant vert courir sur la pelouse du stade de Sao Paulo. Mais ce Hulk là, il ne s’énerve pas, du moins, sauf si on lui prend le ballon. Il ne devient pas vert non plus, mais son gabarit – 1,80 m pour 85 kg – dissuadait sans doute tout adversaire de se frotter à lui. Dommage, Hulk n’était pas au meilleur de sa forme dans ce match d’ouverture. Il était totalement à côté de la plaque, au point d’être remplacé avant la fin de la rencontre. J’avais vraiment cru que ce joueur brésilien s’appelait Hulk, et non Givanildo Vieira de Sousa. Il a hérité de ce surnom de son père depuis son enfance. »

Untitled2


Espagne : Les primes de la Roja, indice de « l’opium du peuple »

Lorsque la presse a dévoilé les primes que toucheront les coéquipiers d’Iniesta, l’information a quasiment été passée sous silence. Miquel Puig, contributeur à Barcelone, a replacé ces sommes dans le contexte comparatif. Édifiant.

La séléction espagnole a effectué son stage de préparation aux États-Unis avant de s’envoler vers le Brésil. Durant ce stage, les joueurs ont appris que la Fédération, qui dépend du gouvernement de Mariano Rajoy, a décidé de leur proposer une excellente rétribution en échange de leurs “efforts” au cas où la Roja passerait les phases de poule et/ou deviendrait championne pour la 2ème fois consécutive.

La presse espagnole a publié ces chiffres, pour le moins effarants :

  • 720.000 euros s’ils gagnent la Coupe du monde
  • 360.000 euros s’ils sont finalistes.
  • 180.000 euros s’ils arrivent en demi-finales
  • 120.000 euros s’ils jouent les quarts de finale
  • 60.000 euros s’ils se qualifient pour les 8èmes de finale.

Des chiffres qui représentent 20 % de plus que ce qu’ils avaient “gagné” en 2010.

« Travailler 45 ans sans boire et sans manger«

Pas mal si l’on tient compte de la persistante crise économique que les Espagnols endurent depuismaintenant six ans, avec plus de 5 millions de chômeurs et un décalage des salaires qui font que la plupart des employés n’arrivent pas à terminer leur mois. Je lisais un journal en ligne de Barcelone, et un commentaire m’a marqué. Ce dernier disait :

“Il me faudrait travailler 45 ans sans cesse, sans manger, sans boire, sans rien dépenser, sans payer du logement et sans payer aucune taxe pour épargner ces 720.000 Euros”. Et voilà, ces privilégiés du ballon auront empoché le même chiffre en 15 jours s’ils ont la chance d’obtenir la Coupe. Et ça concerne même les remplaçants qui n’auront surement l’occasion de ne jouer aucun match ! »

La Roja, reine des primes ?

En lisant la nouvelle, on pourrait conclure que l’Espagne est un pays très riche et que cette décision, c’est comme donner à manger aux pigeons alors que la dette de l’État espagnol atteint déjà 100 % du PIB. Mais la réflexion qu’on en tire est encore plus douloureuse si l’on compare ces chiffres avec ceux d’autres puissances du football comme, par exemple, la France, l’Allemagne ou le Brésil:

  • Si la France devient Championne du Monde, chaque joueur percevra 330.000 Euros.
  • Si l’Allemagne rentre chez elle avec la Coupe, le montant pour chaque joueur sera de 300.000 Euros
  • Si c’est le Brésil, la prime pour chaque joueur sera de 330.000 Euros.

En résumé : les joueurs espagnols, qui sont déjà les plus bien payés du monde par leurs clubs, percevront plus du double que ce que toucheront les joueurs  de la France, du Brésil ou de l’Allemagne. Est-ce normal ? Je crois que non.

Des raisons… ailleurs ?

La question de fond c’est que le gouvernement espagnol, malgré sa majorité absolue au Parlement, se trouve dans une situation d’extrême faiblesse morale : beaucoup de citoyens critiquent les milliards donnés aux banques, la corruption politique, les décisions judiciaires mettant des familles modestes à la porte…

La solution ? Doper les Espagnols avec 15 jours d’intense bombardement en foot, de façon à ce qu’ils ne pensent pas à autre chose que les performances de leur équipe.

Chaque victoire de la “Roja” fera donc bouillir le sang des supporteurs espagnols jusqu’à l’extase et il va sembler que tous les problèmes quotidiens n’existeront plus. Si, par chance, les joueurs espagnols rentrent avec la Coupe du monde sous le bras et leur succulente prime dans la poche, la population va déborder les rues et les places enflammées de drapeaux bi-couleurs, et les cris enthousiastes en faveur de la Sélection et de l’Espagne vont retentir dans l’air aux quatre coins de la Nation. On sera très fier d’être espagnol et M. Rajoy aura gagné aussi son pari.

Mais si le scénario inverse se produit et que la sélection espagnole est éliminée prématurément de la Coupe, alors plus dure sera la chute : je vois déjà les gros titres de la presse critiquer « les 60.000 euros de consolation » que les footballeurs espagnols vont recevoir. 60.000 Euros ? Le salaire de cinq années pour la plupart des Espagnols !

La pression est donc lourde sur les coéquipiers d’Iniesta. La veille de l’intronisation, du nouveau roi Felipe VI prévue pour le 19 juin, l’Espagne jouera son deuxième match, peut être déterminant, contre le Chili… comme quoi, le sport et la politique s’enchevêtrent souvent…

Miquel PUIG, Observateur de France 24 près de Barcelone


Allemagne-Cameroun : un match nul… et le retour de l’espoir ?

Mohamadou Idrissou, symbole de la versatilité des Camerounais (Crédit photo : Wikimedia Commons)
Mohamadou Idrissou, symbole de la versatilité des Camerounais (Crédit photo : Wikimedia Commons)

COUP DE GUEULE – A Douala, ils ont été nombreux à suivre le match Cameroun-Allemagne dimanche. Très sceptiques avant le match, les habitants de Douala avaient pourtant retourné leur veste au coup de sifflet final…

Décidément, qu’on le veuille ou non, les Camerounais constituent un peuple à part entière… Alors que les plus sceptiques s’étaient remis à douter quant aux chances des Lions indomptables durant la prochaine Coupe du Monde au Brésil, le match nul face à la Mannschaft (2-2) fait renaître des souvenirs qui suscitent les espérances les plus élogieuses. Et les plus folles.

Jeudi, à l’issue de la rencontre test face au Paraguay, et qui s’était soldée par une défaite (1-2), ils vouaient tous leurs héros aux gémonies. A commencer par Mohamadou Idrissou, tête de turc d’une liste de joueurs critiqués et vilipendés à tort ou à raison, mais qui est surtout coupable d’avoir raté un penalty à la 89ème minute du match contre le Paraguay, penalty qui aurait pu permettre aux Lions Indomptables de ne pas s’incliner.

Avant cette prestation, décevante sur le résultat mais convaincante dans la manière et dans les essais tactiques, le public camerounais jetait déjà l’anathème sur le sélectionneur Volker Finke, accusé de tous les maux de la Terre (mauvaise sélection des joueurs, mauvais choix, mauvaise communication, etc.). Ce même public avait d’ailleurs craché sur l’implacable 2-0 infligé à la Macédoine, considérant ce sparring-partner comme négligeable, et outrepassant le clean sheet réalisé par une défense de fer (Matip-Nounkeu), pourtant expérimentale…

Rien ne va chez les Lions indomptables

Et puis, il y a eu ces problèmes de primes, les uns se plaignant que les Lions en demandent trop, les autres pas assez. Les uns disant que l’argent du football doit aller aux footballeurs, et les autres se battant pour qu’on investisse – enfin ! – dans le championnat local pseudo-professionnel.

Mais que dire alors de ce brillantissime 2-2 obtenu par cette équipe qu’on disait pourtant moribonde, face à une équipe d’Allemagne favorite du prochain mondial ? Et qui plus est, en terre germanique ? Que dire de la magnifique résistance imposée par les coéquipiers de Samuel Eto’o, face à l’une des organisations tactiques les plus explosives du monde ? Que dire de l’ouverture du score des Camerounais, saupoudrée de l’inspiration de leur capitaine, ou encore de l’égalisation finale de Choupo-Moting, qui démontre que cette équipe a du caractère, et qu’elle ne doute pas pendant longtemps ?

Que dire de cette prestation de grande classe, sinon qu’elle remet tout un peuple derrière son équipe et son sélectionneur, et derrière son comité provisoire de gestion. A moins que cela ne change avec le prochain match d’ici le prochain match contre la Moldavie… encore une fois ?

Ecclésiaste DEUDJUI