arthurwandji

Turquie : et de 10 pour Kweuke

Comme la semaine dernière, l’attaquant international camerounais (23 matchs en championnat), a encore marqué. A domicile samedi contre Kasimpasa, le Lion indomptable a signé son dixième but de la saison en championnat, à l’occasion de cette 28e journée de Super Lïg de Turquie. Mais comme la semaine dernière, son club, Rizespor, a essuyé une deuxième défaite d’affilée sur le score de 3 buts à 1.

La soirée a assez mal débuté pour Rizespor. Constitué d’une défense frileuse et discrète, le club de Léonard Kweuke se fait surprendre par Scarione, buteur à la 21e (1-0). Le Camerounais et ses partenaires se réveillent ensuite, mais sans parvenir à revenir au score. Au contraire, le club local prenait deux autres claques. La faute à Scarione qui signe un doublé (2-0, 62e) et Babel (3-0, 68e). Léonard Kweuke réduit le score (3-1, 72e), mais son but n’effraie pas les visiteurs qui l’emportent finalement haut la main.

Pour le buteur camerounais, la soirée n’a finalement pas eu son goût sucré. « Ça fait toujours plaisir de marquer un but, mais je suis plus déçu de notre défaite que content d’avoir inscrit ce but. On a mal défendu et on a manqué de tempo. Il y a des périodes comme ça  », nous a confié l’attaquant.

Classés 15e (28 points), le Lion indomptable et son équipe comptent 7 points sur le premier relégable. Le maintien reste donc toujours possible. « Il y a un match important la semaine prochaine. Il va falloir gagner. C’est décisif pour le maintien », ajoute-t-il.

Arthur Wandji


THAI – CMR : ZOUA EN RENFORT, CHOUPO ET MATIP FORFAITS

Le premier a été rappelé samedi dernier, tandis que les deux autres sont blessés.Zoua

Jacques Zoua a rejoint ses coéquipiers de la sélection nationale du Cameroun à Bangkok où les Lions Indomptables ont rendez-vous avec la Thaïlande ce lundi, à l’occasion du dernier match amical de cette période Fifa (Fédération internationale de football association) du mois de mars 2015. D’abord recalé suite à quelques problèmes administratifs qui l’avaient empêché d’être retenu dans la liste des 23 Camerounais qui ont été de l’expédition de la dernière Coupe d’Afrique des nations en Guinée Equatoriale (il avait été accusé d’avoir deux dates de naissance, Ndlr.), l’attaquant du club turc de Kayseri Erciyesspor sera titulaire à cette occasion.

Joël Matip pas encore prêt à revenir

Selon notre informateur, Jacques Zoua aurait enfin récupéré son statut de joueur réglementaire. Les soupçons qui pesaient contre se seraient avérés faux. Et c’est Volker Finke qui doit en être le plus heureux dans cette affaire. Lui qui entendait se rendre en Indonésie, puis en Thaïlande avec 23 joueurs aurait pu atteindre son objectif. Malheureusement, Eric-Maxim Choupo-Moting et Joël Matip sont déclarés forfaits. Déjà absents de la victoire du Cameroun sur l’Indonésie la semaine dernière (1-0), les deux joueurs de Schalke 04 ne seront également pas du rendez-vous de ce jour. Le premier est blessé depuis le 10 mars dernier, suite à un violent choc avec un joueur du Real Madrid en huitième de finale retour de la Ligue des champions.

Le vice-capitaine des Lions Indomptables qui avait même été contraint de céder sa place à la 29e minute dudit match, est actuellement à l’infirmerie. Ce qui n’est pas le cas pour son compatriote Joël Matip, qui revient progressivement d’une longue période d’indisponibilité. Seul hic, le défenseur central camerounais ne se serait pas encore remis à 100% de sa forme physique. Du coup, les dirigeants de Schalke 04 qui, selon nos informations, estiment que le club a beaucoup souffert durant l’absence de leur défenseur camerounais ne veulent pas prendre le moindre risque en le libérant. Surtout que les longues heures de vol de l’Allemagne pour la Thaïlande ne les emballent pas beaucoup. Stéphane Mbia et ses coéquipiers vont devoir faire sans eux.

Arthur Wandji


CAN 2015 : DOIT-ON (VRAIMENT) BLÂMER LES LIONS ?

Les autorités des sports et du football camerounais notamment seraient à la recherche d’un bouc émissaire, après l’élimination précoce de la sélection nationale fanion. 

Volker Finke

 

L’aventure a été courte. Très courte même. Neuf jours pour être précis. Le temps de livrer trois rencontres : contre le Mali (1-1), la Guinée Conakry (1-1) et la Côte d’Ivoire (0-1). Et les Lions Indomptables se faisaient éliminés au premier tour de cette 30e Coupe d’Afrique des nations (CAN) de Guinée Equatoriale 2015. Une grosse déception pour tout le peuple camerounais qui s’attendait bien sûr, à un meilleur dénouement : une place de finaliste, voire le sacre continental. Le rêve a été brisé, et depuis, des fans sont en colère. C’est donc logiquement que d’aucuns s’acharnent contre les joueurs et leur encadrement technique. Mais est-ce vraiment nécessaire ?

Cette fois, qui est le bouc émissaire ?

Les Lions n’ont pas tous été aussi performants que lors des éliminatoires de cette CAN. Entre blessure et baisse de forme physique, Volker Finke a dû « jongler » avec son effectif. L’on a en effet vu une équipe camerounaise en souffrance avec notamment un Stéphane Mbia totalement hors sujet, un Franck Etoundi inutile, un Franck Kom brouillon, un Salli Edgar en panne d’inspiration, un Benjamin Moukandjo individualiste, un Vincent Aboubakar décevant, un Oyongo Bitolo en baisse, un Raoul Loé à tout faire et un Jérôme Guihoata pyromane. L’entraîneur aurait dû titulariser Georges Mandjeck, Clinton Njié et Léonard Kweuke dès le premier match. Les Lions Indomptables n’auraient peut-être pas été éliminés sitôt. Peut-être que si. Nul n’est certain que la situation aurait été différente. Alors cette fois, qui est le bouc émissaire ?

Et la reconstruction alors ?

Depuis l’élimination des Lions Indomptables, les instances camerounaises se seraient remises à chercher à justifier les échecs de la sélection nationale au lieu de tirer des leçons de cette CAN. L’entraîneur aurait été auditionné à la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), tandis que le capitaine Stéphane Mbia aurait rencontré le ministre des Sports et de l’éducation physique. Volker Finke doit-il démissionner ? La Fécafoot doit-elle se (re)mettre à la recherche d’un nouveau technicien ? Paul Biya doit-il (encore) instruire au premier ministre de mener une enquête sur les raisons de l’élimination précoce des Lions Indomptables à cette CAN ? Des joueurs méritent-ils d’être bannis comme cela a été le cas après le Mondial 2014 ? Autant de questions qui divisent l’opinion au pays de Roger Milla. Et la reconstruction dans tout ça ? Rare sont ceux qui en parlent encore. Pourtant le travail n’est pas fini. Pouvait-on réellement attendre des victoires de cette jeune équipe dont plus de 70% des joueurs disputaient leur première CAN ? « Quand on fait une reconstruction, on ne doit pas s’attendre à des résultats immédiats sur le terrain », avait déclaré Volker Finke, longtemps avant le coup d’envoi de cette CAN. Doit-on vraiment blâmer cette équipe ?

Arthur Wandji 

Volker Finke


ARTHUR WANDJI : MA PREMIÈRE CAN…AMÈRE

Le Messager – Présenté comme le plus jeune journaliste sportif de cette 30e Coupe d’Afrique des nations, le reporter du site camfoot.com a été obligé d’écourter son séjour en terre équato-guinéenne à cause de l’élimination précoce de la sélection nationale du Cameroun. Pour autant, il ne regrette pas cette première expérience.Arthur

« Comment tu vas mon petit ? Il y’a la forme ce matin ? », questionne en guise de salutation Ateba Biwolé, le chef du service des sports du quotidien le Jour. Cette question, c’est à Arthur Wandji qu’il la pose ; une façon pour lui de prendre des nouvelles du jeune reporter de camfoot.com, (site d’informations spécialisé dans le football camerounais Ndlr) qui attend à l’entrée de son hôtel, un taxi pour le conduire au Sofitel Presidencia de Malabo où les Lions indomptables ont pris leurs quartiers pour cette Can 2015. La journée de l’ancien élève du lycée d’Ekounou démarre par un reportage au sein de la tanière des fauves ; au lendemain du match nul qu’ils ont concédé la veille face au Syli national (1-1).

Une description de l’ambiance qui y règne, ponctuée par une ou deux déclarations du sélectionneur ou des joueurs, suffirait à fixer les nombreux lecteurs du site et les fans du Onze national sur l’état d’esprit qui anime Stéphane Mbia et ses coéquipiers après ce deuxième match sans succès. Chaque jour, Arthur Wandji produit entre quatre et cinq articles sur la compétition qu’il couvre pour la première fois. Un travail titanesque qui exige mobilité, pro activité et ingéniosité puisque « nous restons les yeux et les oreilles du public camerounais qui n’est pas au contact du groupe comme le sont les journalistes », explique-t-il. Mais l’aventure du jeune homme s’est arrêté au premier tour, juste quelques heures après l’élimination de l’équipe du Cameroun par la Côte d’ivoire le 28 janvier dernier (1-0).

Expérience passionnante

Mettant ainsi un terme au séjour de celui qu’on appelle affectueusement « mon petit ». Toutefois, les dix jours passés sous le ciel de Malabo constituent un plus dans la carrière de journalistes sportif qu’il construit pallier après pallier. « La Can 2015 a été une expérience passionnante. Elle m’a permis de découvrir un nouvel horizon, une nouvelle culture, de côtoyer non seulement les joueurs des quatre sélections présentes dans la poule du Cameroun, mais aussi des journalistes européens célèbres qui m’ont avoué qu’ils me lisent tous les jours et qui m’ont confié que j’ai du potentiel. Beaucoup n’en revenaient pas que je sois si jeune. Certains me donnaient 45 ans quand ils lisaient mes articles », confie-t-il non sans se réjouir d’avoir pris le temps de visiter la ville et ses charmes.

Comme tout compatriote, l’élimination du Cameroun l’a laissé sans voix. Une vraie déception.« J’avais déjà pris le rythme du travail à Malabo, et la mesure des responsabilités qui étaient les miennes. Ça me plaisait de me lever du lit à 7h et de me coucher à minuit parce que je devais être sur le terrain pour faire ce pourquoi mon employeur m’a envoyé ici. Les Lions n’ont pas seulement gâché ma fête à moi, mais celle de mes lecteurs qui voyaient l’équipe au moins en demi-finale »,explique celui dont l’un des plus grands souvenirs à cette Can remontent au 20 janvier, le jour de son arrivée à Malabo et aussi le jour du premier match des Lions dans cette compétition. L’avion qui le transportait avait atterri une demi-heure avant la rencontre, mais cela ne l’avais pas empêché de se rendre au stade, son badge d’accréditation frappé du sceau de la Caf, fièrement accroché autour du cou. C’est là dans l’antre de l’Estadio de Malabo que son premier rêve s’est réalisé : couvrir un match de Can à l’étranger.

Christian Tchapmi à Malabo

 


SCHALKE 04 : ET DE 9 POUR CHOUPO-MOTING

Maxim Choupo-Moting
Maxim Choupo-Moting

Après un week-end difficile, soldé par la défaite de Schalke 04 à domicile (1-2) face à Köln, les hommes du technicien italien Di Matteo ont renoué avec la victoire ce mercredi en dominant (2-1) la modeste équipe de Paderborn, à l’occasion de la seizième journée du championnat de première division d’Allemagne. Une victoire obtenue en partie grâce à Eric-Maxim Choupo-Moting, buteur avant la pause.

Mené dès la 31e sur un mauvais coup de K. Ayhan, buteur contre son camp, Schalke 04, privé de Joël Matip toujours à l’infirmerie, revenait à hauteur de son adversaire grâce notamment à un Eric-Maxim Choupo-Moting très réaliste devant les filets. Le vice-capitaine des Lions Indomptables remettait les pendules à l’heure, peu avant que l’arbitre ne renvoie les deux équipes dans les vestiaires (1-1, 44e). Son neuvième but cette saison en 16 titularisations, en Bundesliga. L’attaquant camerounais, deuxième au classement des buteurs derrières Meier (12 buts) est à une réalisation d’égaler son propre record de buts. Autre buteur, Neustädter qui marquait pour le 2-1 (78e). Schalke 04 est de nouveau cinquième au classement provisoire. Loin devant le Hertha Berlin de Marcel Ndjeng, tenu en échec par Eintracht Frankfurt 4-4. L’international camerounais était encore remplaçant, comme la semaine dernière.

Arthur Wandji

 


FIFA : LE CAMEROUN PERD UN AUTRE POINT

le onze entrant camerounais
le onze entrant camerounais

Les Lions Indomptables viennent encore de faire un bond en arrière, dans le classement des meilleures nations de football du monde, publié ce jeudi 18 décembre 2014 par la Fédération internationale de football association (Fifa). La sélection nationale du Cameroun a perdu une place au tableau, comme le mois dernier. Les hommes de l’entraîneur allemand, Volker Finke sont passés de la 41e à la 42e position.

Stéphane Mbia et ses coéquipiers de la sélection nationale fanion de football gardent néanmoins la huitième place, au classement des meilleures nations africaines. Les Camerounais (664 points) sont derrière la Côte d’Ivoire (28e mondiale) et la Guinée Conakry (39e mondiale), leurs prochains adversaires dans le groupe D de la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations (Can) prévue en Guinée Equatoriale, du 17 janvier au 8 février 2015. Les Eléphants et le Syli National qui perdent chacun une place également, gardent respectivement les 3e et 6e places africaines. Seul le Mali (50e mondial) demeure derrière le Cameroun. Les Aigles perdent un point, mais pas leur 11e place continentale.

L’Algérie (18e mondiale), première équipe africaine des éliminatoires de cette Can 2015 ne bouge pas. Les Fennecs coiffent toujours les autres africaines, devant la Tunisie (22e), la Côte d’Ivoire (28e), le Sénégal (35e), le Ghana (37e), la Guinée (39e), le Cap-Vert (40e), le Cameroun (42e), le Nigéria (43e) et la Zambie (46e) avec qui ils forment le Top 10 du continent noir. L’Allemagne (1ère) maintient son hégémonie sur le football international. Les champions du monde 2014 conservent le leadership, devant l’Argentine de Lionel Messi (2e), la Colombie de James (3e), la Belgique de Lukaku (4e) et les Pays-Bas de Robben (5e).

Arthur Wandji


VOLKER FINKE : « CHAQUE ADVERSAIRE SERA DIFFICILE »

Volker Finke
Volker Finke

L’entraîneur de la sélection nationale du Cameroun analyse le groupe dans lequel va évoluer son équipe, à la Coupe d’Afrique des nations (CAN) qui débute du 17 janvier au 8 février 2015 en Guinée Equatoriale.

Le Cameroun connait désormais ses adversaires de la phase de poule de la Can 2015, êtes-vous satisfait de ce tirage ?

Il n’y pas de grandes surprises dans notre groupe. C’est un groupe solide avec la Côte d’Ivoire, la Guinée et le Mali. On ne peut pas dire qu’on est satisfait ou qu’on ne l’est pas. C’est le tirage qui a voulu qu’on soit dans ce groupe. Pour moi, le plus important ce sont les conditions dans lesquelles nous allons travailler pour les matchs, l’esprit avec lequel on se préparer. Nous devons travailler avec beaucoup de concentration, pour être prêt lors de la compétition. Et je suis d’ailleurs content que l’on puisse jouer tous nos matchs à Malabo. Nous avons un groupe abordable, contrairement à celui où il y a le Sénégal, l’Algérie, le Ghana et l’Afrique du Sud.

Encore la Côte d’Ivoire après une victoire et un nul en phase qualificative. Avez-vous l’impression que ce sera la même équipe que va affronter le Cameroun ?

On ne spécule pas dans le football. On peut battre la Côte d’Ivoire encore une fois, pourquoi pas ? En général c’est toujours la RD Congo qui est avec le Cameroun. Cette fois, ce n’est pas le Congo, mais la Côte d’Ivoire. C’est le tirage qui a voulu que ce soit ainsi. Ce n’est pas quelque chose d’extraordinaire. La Côte d’Ivoire c’est la Côte d’Ivoire. Nous, nous allons travailler pour passer au prochain tour.

Quelle équipe faut-il redouter dans ce groupe ?

Il y a quelques mois tout le monde a dit qu’il faut reconstruire l’équipe nationale, que ce n’était pas important d’être qualifié pour ci ou ça. Mais qu’il faut la reconstruction pour être prêt dans deux ou trois ans. Je suis un peu étonné parce que maintenant, tout le monde dit qu’il faut gagner la Coupe d’Afrique. Pour nous, chaque adversaire sera difficile à battre. Parce que le Cameroun a une équipe totalement reconstruite, avec un âge moyen compris entre 23 et 24 ans. Il y a beaucoup de jeunes comme Fabrice Ondoa, Oyongo, Salli Edgar. Il y a beaucoup de joueurs qui ne sont pas encore très expérimentés.

Dans quelles conditions souhaitez-vous préparer cette compétition ?

Il faut se concentrer sur le travail. Nous allons jouer pour gagner chacun de nos adversaires. Ce sera très difficile, mais on va se préparer pour faire une bonne Can. C’est une autre équipe du Cameroun qui a fait un bon départ. On a fait six matchs dont quatre victoires et deux matchs nuls. Il faut continuer comme ça, les résultats peuvent suivre après. Si on peut faire une bonne préparation avec de meilleures conditions qu’au Brésil (2014) notamment dans l’hébergement, les transports, la logistique, avoir des facilités, voyager dans une bonne ambiance, on pourra parler de résultats. Pour remporter une victoire, il faut toujours beaucoup de travail. Nous ne devons pas nous focaliser sur nos adversaires, mais sur le travail que nous avons commencé il y a trois mois.

Mené par Arthur Wandji

 


CIV – CAM : MAXIM CHOUPO-MOTING FORFAIT

Choupo-Moting ce jeudi, au cours d'un conférence de presse à Mbankomo
Choupo-Moting ce jeudi, au cours d’un conférence de presse à Mbankomo

Mauvaise nouvelle. Très mauvaise nouvelle. Eric-Maxim Choupo-Moting, le vice-capitaine des Lions Indomptables a quitté la tanière. L’attaquant international camerounais de Schalke 04 est retourné en Allemagne, dans son club, en raison d’une blessure contractée samedi dernier, lors du match Cameroun – République démocratique du Congo (1-0).

Du coup, il ne pourra prendre part au match de ce mercredi à Abidjan en Côte d’Ivoire comptant pour la dernière journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (Can) de Guinée Equatoriale 2015.

Les Lions Indomptables devront donc faire sans lui.

Arthur Wandji


CAN 2015 : LE CAMEROUN SE QUALIFIE EVIDEMMENT

les lionsIl n’y aura pas une troisième édition d’affilée de la Coupe d’Afrique des nations (Can), sans le Cameroun. Absents en 2012 et 2013, les Lions Indomptables seront bel et bien présents en Guinée Equatoriale l’année prochaine.

Les joueurs camerounais ont obtenu leur billet ce samedi, 15 novembre 2014 au stade Omnisports Ahmadou Ahidjo de Yaoundé, aux dépens de la République démocratique du Congo. Il leur fallait un nul pour passer, mais Stéphane Mbia et ses coéquipiers ont fait mieux, en battant les Léopards 1-0. Un but signé Vincent Aboubakar à la 71e, sept minutes après son entrée en jeu (64e).

Comme promis, les hommes de l’entraîneur Volker Finke ont joué pour gagner. Et comme ils s’y attendaient, la victoire n’a pas été facile face à des Léopards (6 points) eux-aussi venus pour gagner et se relancer, dans le groupe D de ces éliminatoires. Surtout après leur exploit en match retour avec la Côte d’Ivoire, en octobre dernier (4-3). Mais c’était sans compter sur des Camerounais plus engagés qui appuyaient sur l’accélérateur, à peine le coup d’envoi de la rencontre donné. Avec un Salli Edgar très remuant à la manœuvre, les Lions parviennent à vite mettre les pieds dans la surface de réparation congolaise, mais sans véritablement inquiéter Robert Kidiaba, le gardien.

Aboubakar entre, et marque

Les hommes de Volker Finke cherchent le but, mais ne trouvent pas de solutions. Comme cette frappe de Léonard Kweuke, captée en deux temps par le portier des Léopards (15e). Même cette balle de Salli Edgar, bien servi par Ambroise Oyongo après un beau festival de dribles, ne donnait rien (37e). Pareil pour Clinton Njié qui manquait ensuite le cadre (39e). Tout va donc se jouer durant la seconde période. Dominés durant la première mi-temps, les Léopards montrent un autre visage de retour des vestiaires. Bien regroupés dans la défense camerounaise, les hommes de Florent Ibenge partent à l’assaut en se montrant les premiers dangereux avec ce ballon de Junior Kabananga qui aurait pu se retrouver dans les filets camerounais si Nicolas Nkoulou, in extremis ne l’avait pas envoyé en corner avant qu’il ne frôle la ligne (52e).

Il a fallu attendre la 71e pour voir la réponse camerounaise avec cette belle passe en profondeur de Léonard Kweuke qui trouve Vincent Aboubakar (rentré en jeu à la 64e, en remplacement de Choupo-Moting), dans le dos de la défense congolaise. L’attaquant du FC Porto, esseulé, n’a qu’une chose à faire : envoyer la balle au fond des filets de Robert Kidiaba (1-0, 71e). Les Lions mènent. Les Congolais essaient de réagir, mais l’exploit est impossible. Clinton Njié, Salli Edgar et Vincent Aboubakar sont de plus en plus dangereux en attaque, tandis que derrière, Stéphane Mbia, Nicolas Nkoulou, Oyongo Bitolo et Henri Bédimo ont installé une muraille infranchissable. Au final, le Cameroun l’emporte logiquement. Avec 13 points à leur actif, les Camerounais sont assurés de terminer premiers du groupe.

Arthur Wandji

 


JOSEPH A. BELL : « BATTRE L’ADVERSAIRE ET L’ARBITRE EN MEME TEMPS »

Joseph Antoine BellIl y a longtemps que techniquement, Joseph Antoine Bell a démarré sa campagne, en marge des élections à la présidence de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) du 29 novembre prochain. Après la presse et les chefs d’entreprise, l’ancien Lion Indomptable a reçu samedi, quelques présidents de clubs professionnels à Yaoundé. Objectif : les amener à rallier le projet qu’il souhaite implémenter à la Fécafoot. Mais au moment où tout est presque joué d’avance avec, un collège électoral quasi acquis dans sa totalité à la cause de l’équipe sortante, le meilleur gardien africain du siècle se veut déterminé à gagner pour et avec les clubs. Morceaux choisis.

« Quand la Fifa a créé le Comité de normalisation, elle lui a dit de réécrire les textes de la Fédération. Ce qui veut dire que ces textes étaient mal écrits avant. Ensuite, elle a dit de réécrire le Code électoral, et recommencer tout le processus électoral. Ce qui veut dire que : comme on était arrivé au bout d’un processus électoral, ce processus-là avait été reconnu comme étant totalement mauvais. Voilà deux points qui étaient autrefois gérés au quotidien par le secrétaire général de la Fécafoot. C’est ce que disent les Statuts. Donc si on fonctionnait avec de mauvais Statuts, ça veut dire que le secrétaire général de la Fécafoot aurait dû se sentir visé. Quand on dit de recommencer les élections, il aurait dû se sentir visé. Mais nous savons tous qu’aujourd’hui, même avec la normalisation, on a repris la même chose.

(…) Même les gens les plus forts sont tentés par le découragement. N’ayez pas peur. Ne soyez pas découragés. La qualité d’un champion, c’est de continuer à y croire quand les autres ont baissé les bras. J’ai toujours dit à mes joueurs : vous gagnerez vos matchs quand vous pourrez battre l’adversaire et l’arbitre en même temps. Or la qualité de notre jeu oblige l’arbitre à tricher de manière de plus en plus grossière. Donc, nous qui pensons vouloir œuvrer pour le Cameroun, nous qui ne voulons pas supporter le sens dans lequel va notre football, nous devons nous liguer et rester debout pour obliger ceux qui veulent tricher à poser des actes de plus en plus flagrants.

Comment notre football peut-il nous inventer une démocratie à l’envers ? Quand on lui impose la démocratie, on se rend compte que dans toutes les régions, c’est des listes uniques. Et les maîtres du droit nous disent que ce n’est pas de leur faute, mais eux, ne constatent pas que partout il y a des listes uniques, pas par absence de combattants, mais parce qu’à chaque fois les combattant ont été disqualifiés. Voilà comment notre football vient d’inventer les matchs avec une seule équipe. Continuons de croire, restons vigilants, allons jusqu’au bout. Parce que ces gens ont la mémoire courte. Le Comité de normalisation est arrivé après un processus électoral qu’eux, avaient cru avoir mené jusqu’à son terme. Ils avaient élu quelqu’un, avec un bureau. En restant debout, ces élections ne seront pas gagnées par ceux qui pensent les avoir déjà gagnées », a déclaré le meilleur gardien africain du siècle.

Par Arthur Wandji


CAN 2015 : LE MAROC A JUSQU’AU 8 NOVEMBRE POUR SE DECIDER

CafLe suspense demeure. La réunion du Comité exécutif de la Confédération africaine de football (Caf) qui s’est tenue ce le 2 novembre 2014 à Alger, au sujet de la requête du Ministère de la jeunesse et des Sports du Royaume du Maroc portant sur le report de la Coupe d’Afrique des nations (Can) de 2015 a finalement accouché d’une souris.

Si les dates initialement retenues pour la tenue de la compétition,  à savoir du 17 janvier au 8 février 2015 sont maintenues, l’on ne sait toujours pas si le tournoi en lui-même aura finalement lieu au Maroc. L’instance que dirige le Camerounais Issa Hayatou a prescrit à cet effet à la Fédération Royale Marocaine de Football « de préciser la position définitive du Maroc au plus tard le 08 Novembre 2014 ».

Il n’y aura donc pas de report de la Coupe d’Afrique des nations, édition de 2015, tel que demandé par le Ministère marocain de la jeunesse et des Sports. Le Royaume qui craint que le virus Ebola ne profite de cette compétition continentale pour faire son nid dans son territoire est désormais contraint de faire un choix décisif. Une réunion du Comité exécutif de la Caf se tiendra le 11 novembre 2014 au Caire pour prendre « les décisions qui s’imposent ». La balle est dans son camp marocain. L’instance africaine, elle, a des raisons de croire que le Maroc n’est pas en danger.

Arthur Wandji 


CMR – RDC : LES 24 LIONS DE FINKE

le onze entrant camerounais
le onze entrant camerounais

Les joueurs qui iront chercher la qualification du Cameroun pour la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football de Maroc 2015 dans le groupe D, contre la République Démocratique du Congo le 15 novembre prochain au stade Omnisports Ahmadou Ahidjo de Yaoundé sont enfin connus.

Comme nous l’avons annoncé, l’entraîneur national Volker Finke n’a pas effectué de grands changements par rapport à sa dernière liste. Mais fidèle à ses habitudes, le coach allemand apporte du sang neuf à petite dose. Cette fois-ci, en plus de Patrick Ekeng Ekeng, jeune milieu offensif de Cordoba en Espagne, Adolphe Teikeu, défenseur évoluant en Ukraine, sont les nouvelles trouvailles (anciens juniors vices-champions d’Afrique 2009-2010) qui fêteront donc leur première sélection chez les A.

I- GARDIENS

-ONDOA Joseph Fabrice FC Barcelona 
-NDY ASSEMBE FC Nancy 
-ABOGO Pierre Sylvain Tonnerre de Yaoundé

II- DEFENSEURS

-DJEUGOU Cédric – Coton Sport de Garoua 
-GUIHOTA Jérôme – FC Valenciennes 
-NKOULOU Nicolas – O. Marseille 
-OYONGO BITOLO Ambroise – New York Red Bulls
-NLATE EKONGOLO Brice – O. Marseille 
-TEIKEU, Adolphe – FC Chornomorets Odessa
-MOUSSA, Bana – Cotonsports de Garoua
-BEDIMO,Henri – O.Lyon
-MBIA Stéphane – FC Sevilla

III- MILIEUX ET ATTAQUANTS :

-ENOW EYONG – Standard Liège
-LOE Raoul Cédric – C.A Osasuna 
-SALLI Edgar – A.S Monaco 
-KOM Franck – Etoile Sportive du Sahel 
-MANDJECK Georges – Kayseri Erciyesspor 
-EKENG EKENG, Patrick – FC Cordoba
-CHOUPO-MOTING Eric – Schalke 04 
-MOUKANDJO Benjamin – Stade Reims 
-ABOUBAKAR Vincent FC – Lorient/Porto 
-KWEUKE Léonard – Caykur Rizespor 
-N’JIE Clinton – O. Lyon 
-ETOUNDI Franck – FC Zurich


CAN 2015 : LE CAMEROUN A UN PAS DU MAROC

le onze entrant camerounais
le onze entrant camerounais

Les Lions Indomptables ont écrasé les Leone Stars ce mercredi (2-0) au stade Omnisports Ahmadou Ahidjo de Yaoundé.

Il faudra un vrai miracle pour voir le Cameroun ne pas prendre part à la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations 2015 qui devrait se dérouler au Maroc. Tout pourra s’éclaircir dès ce soir après la rencontre entre la Côte d’Ivoire et le Congo. Tout autre résultat qu’une victoire du Congo qualifiera le Cameroun. Mais, la copie rendue cet après-midi a eu le mérite de réduire à néant les crispations du match aller. In fine, les Lions sont de retour.

Les Leone Stars n’ont pas eu la même chance que lors du précédent match. Pour cette quatrième journée des éliminatoires dans le groupe D, les hommes de l’entraîneur, Volker Finke ont été explosifs notamment devant le but où Léonard Kweukeu (4e) et Stéphane Mbia (7e) se sont comportés en « tueurs ». Les Lions sont de retour.

Deux centres, deux coups de têtes, deux buts

Le coup d’envoi donné, les Camerounais vont bloquer la balle dans le camp sierra-léonais. Dans un système de jeu consistant à faire de longues passes en profondeur pour les attaquants, Léonard Kweuke, titulaire ce jour à la place de Vincent Aboubakar trouve le chemin des filets, en reprenant de la tête un coup franc exécuté par Moukandjo (1-0, 4e). Un but qui aiguise l’appétit des Lions, auteurs d’un second but trois minutes plus tard grâce notamment à Stéphane Mbia qui reprenait de la tête, lui-aussi, un bon centre de Eyong Enoh une fois de plus (2-0, 7e). Les Camerounais étaient même à deux doigts d’inscrire le but du 3-0 sur cette action amenée par Ambroise Oyongo qui se débarrasse de Sheriff Suma, puis effectue un centre repris de la tête par Léonard Kweuke qui obligeait le portier Solomon Zombo à se détendre pour repousser la balle sur Clinton Njié qui l’envoyait dans les airs (9e).

Les Leone Stars tentent de lever la tête, mais ce sont les Camerounais qui dominent toujours les débats, se procurant les meilleures occasions. Eric-Maxim Choupo-Moting (32e) et Henri Bédimo (42e) se lancent tour à tour, mais ça ne donne rien.

Oyongo – Nkoulou – Mbia – Bédimo : le mur de Berlin

Les Sierra-léonais reviennent des vestiaires avec un meilleur visage. Et même s’ils contrôlent la balle, les Camerounais se montrent plus dangereux grâce notamment à Choupo-Moting qui place une frappe repoussée de justesse par David Simbo qui sauve son camp alors que son gardien était au sol (50e).

Le jeu devient ensuite équilibré entre deux équipes en quête de buts. Les Sierra-léonais mettent le pied sur le ballon, mais manquent de solution face à une défense camerounaise impénétrable. Oyongo, Mbia, Nkoulou et Bédimo assurent. Aucun ballon ne passe. Au point d’obliger les attaquants adverses à tirer dès l’entrée de la surface. Comme cette frappe de Mohammed Kabia d’abord repoussée par Fabrice Ondoa, avant que Nicolas Nkoulou ne vienne mettre un terme au danger (86e). Les Lions gardent leur avance, avec ce but refusé de Kweuke, signalé en position de hors-jeu discutable (90e).

Le Cameroun a dix points. Prochains rendez-vous, le mois prochain face à la Côte d’Ivoire à Abidjan et la RD Congo à Yaoundé.

Arthur Wandji

 


VOLKER FINKE : « IL FAUT CHANGER NOTRE PLAN TACTIQUE »

arton19764-92cf6Le sélectionneur nationale a dévoilé une partie de sa stratégie lundi, au cours d’une conférence de presse qu’il a donné au Centre d’excellence de la Caf à Mbankomo.

Pensez-vous que les leçons tirées du match nul (0-0) concédé samedi dernier face à la Sierra Leone, vont vous permettre de faire un meilleur résultat ce mercredi?

Pour une équipe en reconstruction, c’est normal qu’il y ait des mi-temps comme celle qu’on a vu samedi dernier. La première mi-temps n’était pas bonne. On n’a pas bien joué. Il y avait des problèmes de compréhension, c’était mon impression. On a fait une analyse, et on s’est rendu compte que les joueurs avaient des difficultés à demander le ballon. A la mi-temps, on a donné quelques conseils aux joueurs, et c’était déjà mieux. On a créé cinq à six bonnes occasions, malheureusement on n’a pas marqué. C’est clair qu’on était déçu. Après les matchs contre la RD Congo et la Côte d’Ivoire, l’équipe était favorite, mais la réalité c’est que c’est une équipe en reconstruction ; il y a beaucoup de jeunes. Et c’était aussi la première fois qu’on ait été obligé de faire le jeu, parce que la Sierra Leone est venue pour faire un bon résultat. Si on joue contre une équipe qui a cet objectif, dans une défense en bloc, de bonnes contre-attaques, ce n’est pas facile. C’est une autre manière de jouer que contre la RDC et la Côte d’Ivoire. C’est nous qui devions travailler avec le ballon, pour se créer des occasions. C’était difficile.

Doit-on s’attendre à des changements?

On a sept points. On va faire un match avec cette expérience déjà, pour un bon esprit dans la tête des joueurs. Et quand aux changements, j’ai encore le temps. On va travailler avec des balles arrêtées lors de la reconnaissance de terrain (hier, Ndlr.), et c’est après ça que je vais faire le classement. Peut-être qu’il y aura un ou deux changements, mais ça n’a pas encore été décidé.

Vous parlez de travail avec une séance de balles arrêtées et justement, l’on a remarqué lors du précédent match que vos joueurs avaient de la peine à jouer de la tête…

Ce n’est pas évident de travailler les corners et les coups de pieds arrêtés, si vous avez juste trois ou quatre jours de préparation. Dans ces délais, il n’y a aucune garantie que l’équipe peut être vraiment dangereuse dans les corners ou les coups de pieds arrêtés. Le temps n’est pas assez, mais je pense qu’on a deux ou trois joueurs capables de marquer de la tête. Et lors de la séance d’entraînement de demain, nous allons prendre quelques minutes afin de se pencher sur les balles arrêtées et les corners. On a une idée de jeu. Il faut créer une situation de surnombre sur le ballon, mettre la pression sur l’adversaire etc. Pour nous, c’était possible de gagner le match (samedi dernier). Dans les dernières 20 minutes du match, il y avait quatre bonnes occasions pour nous. C’était possible de marquer. C’est pourquoi je dis qu’il faut changer notre plan tactique. On a vu que les Sierra-léonais sont très forts dans les contre-attaques. Et ils sont très dangereux avec ça. L’objectif doit être de jouer dans les côtés.

Quel est le discours que vous tenez à vos joueurs, maintenant qu’ils n’ont pas droit à l’erreur?

Moi, je veux gagner chaque match. C’est le football. Mais il faut être prudent, garder le contrôle, dominer un match et créer des occasions. Il ne faut pas prendre de risque. Cette attitude entre Mbia et Nkoulou, pour moi, c’était exemplaire. C’était difficile pour les attaquants et les milieux, mais Mbia et Nkoulou ont fait un très bon match. On a besoin de voir ça dans le deuxième match. L’objectif est de gagner. Nos grands objectifs sont la reconstruction et la qualification pour le Maroc. Il faut une bonne concentration.

Après le match contre la Côte d’Ivoire, vous avez rencontré des joueurs binationaux camerounais. Est-ce que cette piste tient toujours?

Je suis en contact avec quelques binationaux, mais je garde ça pour moi. C’est très important. Il y a trois ou quatre joueurs qui sont très intéressants, il faut les convaincre, mais ils sont complètement au courant de tout ce qui se passait dans l’équipe du Cameroun durant les quatre dernières années. J’étais très étonné que des jeunes qui seront de très bons joueurs dans l’avenir soient au courant de ce qu’il se passait ici avec les Lions. C’est pourquoi il faut continuer avec cette reconstruction, il faut vraiment changer les choses. Si on fait ça, on peut vraiment convaincre les binationaux de jouer pour le Cameroun. Mais ça va prendre du temps.

Par Arthur Wandji


SL – CAM : CETTE FOIS, LES LIONS ONT DORMI AFFAMES

Les 11 titulaires camerounais
Les 11 titulaires camerounais

Après avoir bouffé les Léopards de la RD Congo (2-0) et dévoré les Eléphants de Côte d’Ivoire (4-1), les Lions Indomptables sont tombés sur un os plus dur à broyer, ce samedi au stade Omnisports Ahmadou Ahidjo de Yaoundé. Face à la sélection de Sierra Leone dans le cadre de la troisième journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (Can) de 2015 dans le groupe D, Stéphane Mbia et ses coéquipiers n’ont pas pu faire mieux qu’un match nul de 0 but partout (0-0).

Si les Leone Stars peuvent se féliciter d’avoir tenu tête à une équipe invincible depuis le début, les Camerounais, eux, peuvent s’en mordre les doigts pour avoir manqué de réalisme dans le dernier geste ; puisqu’ils ont réussi à se créer de multiples occasions de but dans ce match.

Alhassan Kamara, danger permanent

Une minute aura suffi aux Sierra-léonais pour mettre le pied dans la surface de réparation camerounaise, avec cette occasion d’Alhassan Kamara, bien contré heureusement par Henri Bédimo. La riposte aurait pu venir de cette passe en profondeur d’Enoh qui trouve Benjamin Moukandjo, qui fait un mauvais contrôle, alors qu’il était seul face à Solomon Zombo, le gardien sierra-léonais (4e). Les Lions dominent ensuite le jeu avec un Eric-Maxim Choupo-Moting et un Enoh Eyong en chefs d’orchestre, se procurant quelques occasions mais sans faire la différence ; comme cette frappe de Moukandjo, repoussée par le portier à la 37e. Des imprécisions qui ont failli coûter cher aux Lions sur cette balle d’Alhassan Kamara qui bute d’abord sur Fabrice Ondoa, avant d’envoyer la balle se heurter au montant gauche (43e). Les Camerounais ont eu chaud sur ce coup-là.

Les Lions poussent sans y arriver

De retour des vestiaires, c’est Eric-Maxim Choupo-Moting qui va sonner l’alerte en caressant la transversale adversaire avec un enroulé presque parfait du pied gauche (49e). La frappe de Moukandjo frôle ensuite le poteau de Solomon Zombo (55e). Hassan Sesay riposte plus tard, en obligeant Fabrice Ondoa à voler dans les airs pour capter sa frappe (67e). Mais c’est rien, comparé à cette balle de but de Clinton Njié qui reprenait magistralement une passe de Moukandjo, seul face au portier sierra-léonais qui repousse in extrémis la balle en corner (69e). Les Camerounais maintiennent le rythme, et parviennent à se frayer du chemin dans la surface sierra-léonaise, mais sans arriver aux filets. A l’image de ce centre qui trouve Léonard Kweukeu qui bondit, avant de mal cadrer son coup de tête (90e+4). Au final, aucune équipe ne marque. Le match retour aura lieu le 15 octobre prochain. Les Camerounais ont intérêt à faire mieux s’ils veulent se qualifier.

Arthur Wandji

Fiche Technique

  • Eliminatoires Can 2015
  • Groupe D : 3e journée
  • Sierra Leone – Cameroun : 0-0
  • Avertissements : Sierra Leone (Khalifa, 29e – Woobay, 60e – Solomon Zombo, 89e) – Cameroun (Guihoata, 75e)
  • Arbitre central : Denis Batte (Ouganda)

- Sierra Leone : Solomon Zombo – Mustapha – Sheriff – Alie – Umaru – Mohamed Kamara – Khalifa – Woobay (Ibrahim, 90e) – John Kamara – Hassan (Bangura, 79e) – Alhassan (Kabia, 90e). Entraîneur :John Ajina

- Cameroun : Ondoa – Nkoulou – Mbia – Bédimo – Guihoata – Enoh – Kom (Mandjeck, 90e) – Moukandjo (Salli, 77e) – Choupo-Moting – Njié – Aboubakar (Kweukeu, 68e). Entraîneur : Volker Finke


CHOUPO-MOTING : « JE VAIS TOUT FAIRE POUR CONVAINCRE MATIP DE REVENIR »

Choupo-Moting ce jeudi, au cours d'un conférence de presse à Mbankomo
Choupo-Moting ce jeudi, au cours d’un conférence de presse à Mbankomo

« Si Joël Matip revient en sélection, il pourra jouer à l’axe de la défense avec Nicolas Nkoulou, de sorte que Stéphane Mbia puisse monter à son poste de milieu récupérateur. A ce moment, le Cameroun aura une équipe complète, poste par poste ». L’analyse de ce commentateur sportif n’est pas fausse. Sauf qu’elle est au conditionnelle. Joël Matip n’a pas encore décidé de revenir chez les Lions Indomptables.

L’international camerounais porte toujours en lui, les traces des honteux épisodes qui ont entaché l’humiliante participation de l’équipe nationale du Cameroun au Mondial 2014. Auteur de l’unique but camerounais à cette compétition où le pays de Roger Milla a terminé dernier de la classe, il avait alors décidé de prendre une « pause », de retour de Rio de Janeiro. Pourtant, les choses ont changé. Il y a eu un remaniement total au sein et au tour de la tanière. Ceux qui étaient considérés comme des « brebis galeuses » ont été mis à l’écart. Volker Finke, l’entraîneur national a formé une nouvelle équipe, pour une reconstruction durable. Sur le terrain, les résultats sont positifs. Mais pas assez pour le convaincre de changer d’avis.

Or, conscient du rôle important que Joël Matip peut jouer dans cette « new team » des Lions Indomptables, Eric-Maxim Choupo-Moting a promis de le ramener dans la tanière. « Par rapport à Joël Matip, bien sûr on échange toujours. Je pense qu’un jour il va revenir », a souligné le vice-capitaine des Lions Indomptables ce jeudi, au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue au Centre d’excellence de la Confédération africaine de football (CAF) de Mbankomo. Pour lui, la décision de son coéquipier à Schalke 04 est tout à fait compréhensible et normale. « Je le comprends aussi un peu. Il y avait beaucoup de choses qui n’allaient pas bien…. C’est vrai qu’il y a toujours des choses à corriger par rapport à l’organisation. Il est Camerounais c’est vrai, mais comme il a grandi en Allemagne, il ne parle pas parfaitement français. Parfois il était un peu difficile pour lui de comprendre toutes les choses qui se passaient ici. Moi je vais tout faire pour le convaincre de revenir », a-t-il promis.

Arthur Wandji


SIERRA LEONE – CAMEROUN : DJEUGOUE INCERTAIN, NKOULOU AU SOIN

Djeugoue et Nkoulou en spectateurs
Djeugoue et Nkoulou en spectateurs

Sur la pelouse au gazon naturel du stade du Centre d’excellence de la Confédération africaine de football (Caf) de Mbankomo ce jeudi matin, Stéphane Mbia et ses coéquipiers sont au travail. Les Lions Indomptables prennent part à leur première séance d’entraînement de la journée. Les entraîneurs adjoints, Ibrahim Tanko, Alexandre Bélinga et Bonaventure Djonkep conduisent les exercices en ateliers, sous la coordination du sélectionneur national, Volker Finke. Le groupe est constitué de 23 joueurs seulement. Nicolas Nkoulou et Cédric Djeugoue sont invisibles. Ils ne s’entraînent pas avec le groupe depuis le début du stage.

Soudain, ils arrivent, Nicolas Nkoulou et Cédric Djeugoue. Le préparateur physique, Christophe Manouvrier les a rejoints sur la pelouse synthétique du second stade du Centre. Les deux joueurs n’ont pas mis leurs paires de codasses ; ils sont en basket. De courtes minutes sont passées, et les deux défenseurs n’ont toujours pas rejoint le reste du groupe. Bientôt, ils se mettent à courir, faisant le tour du stade, pour une « remise en forme » avec Christophe Manouvrier. Une demi-heure plus tard, les joueurs de l’Olympique de Marseille et de Coton Sport de Garoua ont cessé de courir. L’occasion pour eux de se rapprocher du nouveau médecin de la tanière, William Ngatchou qui leur a ensuite fait quelques massages au niveau des cuisses et des genoux.

Finke : « Nkoulou va jouer »

Au milieu de la presse, l’on s’interroge : « de quoi souffrent ces deux joueurs ? Nicolas Nkoulou sera-t-il apte à jouer samedi face à la Sierra Leone ? ». Des questions auxquelles Volker Finke a répondu lors de la conférence de presse qui a suivi. Si le technicien allemand ne s’est pas prononcé sur l’état physique de Cédric Djeugoue qui serait blessé, reste qu’il n’y aurait pas d’inquiétude à se faire au sujet de Nicolas Nkoulou. « Nicolas Nkoulou va faire l’entraînement au ballon avec le groupe vendredi. Il a un petit problème lié au dernier match de championnat, mais il n’y a pas de souci à se faire. Il va jouer », rassure Volker Finke. Les Lions Indomptables ont une autre séance d’entraînement ce soir.

Arthur Wandji


CAN 2015 : LES SUPPORTERS SIERRA-LEONAIS INTERDITS D’ACCES AU CAMEROUN

Des médecins transportant une personne tuée par le virus Ebola en Sierra Leone
Des médecins transportant une personne tuée par le virus Ebola en Sierra Leone

Personne n’entre ! En marge de la double confrontation des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (Can 2015) entre le Cameroun et la Sierra Leone prévue les 11 et 15 octobre prochains au stade Omnisports Ahmadou Ahidjo de Yaoundé, les autorités camerounaises viennent de décider que l’accès au territoire national est fermé aux supporters sierra-léonais résidant hors du pays.

Cette information a été communiquée il y a quelques minutes par Issa Tchiroma, ministre de la communication, porte-parole du gouvernement camerounais.

Une délégation de 40 personnes… pas plus

Le monde du football est en effet en alerte. La faute à la propagation du virus Ebola. En quelques mois, cette fièvre hémorragique a fait 2 793 morts et contaminé au total 5 762 personnes dans l’ouest de l’Afrique à la date du 18 septembre, selon le dernier bilan rendu public par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). La Sierra Leone fait partie des pays les plus touchés par l’épidémie. Les autorités camerounaises veulent donc limiter le contact avec les ressortissants de ce pays.

« C’est vrai que dans les aéroports, les autorités camerounaises ont mis sur pied un dispositif de contrôle. Mais plus il y aura des Sierra-léonais, plus il sera difficile de les suivre surtout au stade Omnisports de Yaoundé », a-t-on appris. C’est ce qui a poussé le Cameroun à limiter le nombre de personnes constituant la délégation sierra-léonaise qui est composée de 40 personnes dont les joueurs, les encadreurs et autres officiels.

Arthur Wandji