Manon Mella

Dossier : l’éducation au Togo

Quatre blogueurs unissent leurs plumes pour vous parler du système éducatif togolais. Le niveau baisse de plus en plus… À qui la faute ?

[posts columns= »4″ post_count= »4″ cat_ids= »37650″ layout= »grid »]


Les Pépites de Mondoblog : la Blogosphère à Dakar (suite et fin)

Si une majorité des blogueurs présents à Dakar pour la formation Mondoblog trépignait d’impatience de dévoiler son ressenti de la dizaine de jours passés dans la capitale sénégalaise, une autre partie, non moins importante, a préféré prendre un certain recul, afin de mettre un peu d’ordre dans ses émotions. Question, on l’imagine, de faire un compte-rendu à tête reposée. En fin de compte, on remarque que, tout comme les premiers blogueurs à avoir évoqué la formation, ceux qui ont attendu un peu plus longtemps ont eux aussi vécu une expérience qui leur a beaucoup appris sur l’autre, mais aussi sur eux-mêmes.

Le premier à qui le voyage de Dakar a fait découvrir de nouvelles facettes de sa propre personnalité fut Willy Fonkam, qui a rédigé un article dans lequel il liste les quatre choses qu’il apprises sur lui-même et  les camerounais lors de la formation. Son compatriote Florian Kaptue a de son côté relevé les exceptions dakaroises, qui consistaient essentiellement aux petites différences qu’il a trouvées entre ce pays et le sien.  Andriamialy, après son séjour en terre sénégalaise, pose un regard rétrospectif sur Dakar, le quartier d’Antananarivo dans lequel il a grandi. Un quartier insalubre et défavorisé, qui en fin de compte, a très peu de points communs  avec la capitale du Sénégal. Pour la blogueuse Togolaise Djifa Nami, découvrir cette ville d’Afrique de l’ouest a été une véritable renaissance. Elle révèle que de prime abord, elle nourrissait quelques appréhensions quant à ce voyage, lequel s’est finalement avéré être une dizaine de jours magiques, entre ateliers de formation, découvertes de personnes provenant d’un peu partout dans le monde et découverte de la ville. Elle a en outre profité pour féliciter l’équipe organisatrice de la formation pour son excellent travail de coordination.

Worlgenson Noël évoque « l’autre expérience » de cette formation en revenant lui aussi sur les opportunités de rencontres et d’échanges interculturels qu’elle a permis. Il note tout de même que les consignes sécuritaires sous la houlette desquelles le séjour à Dakar était placé (conséquemment aux attentats terroristes de novembre à Paris, puis à Bamako), quoique nécessaires, ont quelque peu amoindri le plaisir qu’aurait été ce séjour. Pour Wébert Charles, ce voyage a été l’occasion de faire un peu de tourisme et ses pérégrinations l’ont mené au musée Leopold Sédar Senghor. L’ambition qu’il nourrissait étant celle de découvrir ce que lisait l’homme d’Etat et écrivain. Il a consulté ses livres et a remarqué qu’ils tournaient autour de trois grands thèmes : l’universalisme, le pacifisme et l’africanisme.

Il y a des blogueurs pour qui le voyage en terre sénégalaise a été une réelle course d’obstacles. La plus malchanceuse de tous fut la Guinéenne Dieretou Diallo dont le voyage a débuté par les réflexions racistes d’un douanier, a continué par l’oubli de son bagage par la compagnie aérienne qu’elle avait emprunté pour rallier Dakar et a abouti sur la perte de ses pièces personnelles quelque part à Dakar. Malgré tout cela, elle avoue que son séjour dans le pays de la Téranga a été une belle expérience humaine, exquise et inoubliable. Pour la Mauricienne Carole, Dakar a surtout été un gavage au riz, préparé sous des formes aussi diverses que variées. Elle évoque aussi le long séjour qu’elle a passé dans les airs pour partir de sa petite île de l’océan Indien pour Dakar. Un voyage dans les airs qui n’a pas été de tout repos pour Habibou Assoumane, lequel partant de Niamey au Niger, a découvert qu’il était sujet au mal de l’air. La dernière soirée dakaroise du Togolais Gilbert Lowossou n’a pas été de tout repos, puisqu’elle a viré à l’épouvante quand un autre blogueur et lui sont tombés sur ce qui s’apparentait à une cérémonie traditionnelle et que des danseurs masqués se sont soudain mis à poursuivre tout le monde avec des machettes.

Cette rencontre de Dakar a soulevé dans l’esprit de Roger Mawulolo des questionnements sur le rôle des blogueurs l’a poussé à s’interroger sur les divers degrés d’engagement de ceux-ci. Il en est finalement arrivé à une catégorisation, en mettant d’un côté les blogueurs thermomètres et de l’autre les blogueurs thermostats. On terminera sur une note légère, en évoquant les différentes étapes du parcours de la bière que quelques blogueurs invétérés ont si assidûment suivi. Un parcours qui a été dévoilé par le même Roger Mawulolo.

Focus sur « Les mots d’Emma »

Le blog « Les Mots d’Emma » est tenu par Emma Lucien, une jeune blogueuse qui vit à Port-au- Prince, la capitale haïtienne. Sur cet espace, la jeune femme dépeint un quotidien où prédominent une extrême pauvreté et une très grande précarité (la république d’Haïti figure dans le peloton de tête des pays les plus pauvres du monde). Elle y raconte le combat des jeunes pour s’en sortir, dans un pays encore visiblement marqué par la double dictature des Duvalier et toujours traumatisé par le terrible tremblement de terre de janvier 2010. Féministe assumée, Emma publie aussi sur son blog des billets acerbes décriant l’absence de liberté des femmes, le regard que la société haïtienne pose sur elles. Un regard essentiellement  teinté de manque de considération, de violence et souvent de déshumanisation. Emma aborde sur son blog de sujets graves mais en usant d’une très belle plume, qui sait se faire à la fois chatoyante et piquante. Emma se sert de ses mots pour parler du difficile quotidien des haïtiens, mais aussi de l’espoir d’un avenir meilleur pour son pays qui, malgré tout, subsiste en elle.


Gérer les commentaires sur son blog

Comment gérer les commentaires sur votre blog WordPress ?

A. Paramétrer la modération des commentaires via WordPress

Voici la première chose à faire pour configurer la gestion des commentaires sur son blog: Se rendre dans : Tableau de bord -> Réglages -> Discussion

La configuration des commentaires est organisée en 5 onglets que vous voyez affichés à l’écran : “Réglages par défaut des articles”, “Autres réglages des commentaires”, “M’envoyer un message lorsque”, “Avant la publication d’un commentaire”, “Modération de commentaires”.

Maintenant voyons onglet par onglet les réglages que l’on vous propose de faire.

discussion

1. Réglages par défaut des articles

Tenter de notifier les sites liés depuis le contenu des articles

-> Cela veut dire que lorsque vous mentionnez une adresse de blog dans un de vos articles son propriétaire reçoit automatiquement une notification qui l’en informera.

 

Autoriser les liens de notifications depuis les autres sites (notifications par pings et rétroliens)

– > En cochant cette case vous acceptez d’être notifié à chaque fois qu’un blogueur mentionnera le nom de votre blog dans un de ses articles. Ce type de notification s’appelle un “Ping”.

Vous avez été nombreux à vous inquiéter de l’origine de ces “Ping” en pensant qu’il s’agissait de robots malveillants. Pas de panique donc, cela veut juste dire qu’un blogueur a fait référence à un de vos articles. Attention, il peut arriver de s’auto-pinguer (si dans un article vous renvoyez vers un autre article vous appartenant, un ping vous sera aussi automatiquement envoyé).

 

Autoriser les visiteurs à publier des commentaires sur les derniers articles

(Ces réglages peuvent être modifiés pour chaque article).

-> En cochant ou non cette case vous autorisez ou refusez la publication de commentaires sur l’ensemble de votre blog. N’oubliez pas que si jamais vous souhaitez désactiver les commentaires sur un article en particulier vous pouvez le faire à partir de la fenêtre d’édition de votre billet, en bas de la colonne de droite, dans la partie “Discussion”.

(cf image ci-dessous)

Ici, les deux cases sont décochées : les commentaires sont donc interdits
  • Autres réglages des commentaires

L’auteur d’un commentaire doit renseigner son nom et son adresse de messagerie

-> En cochant cette case l’auteur du commentaire devra indiquer son nom et son adresse de messagerie. Nous vous conseillons de la cocher car cela permet d’éviter les spams (un spam est un message indésirable).

Fermer automatiquement les commentaires pour les articles vieux de plus de X jours

-> Ici vous déterminez à partir de combien de jours les commentaires sont automatiquement supprimés de votre blog. Il n’est pas nécessaire de cocher cette case.

Activer les commentaires imbriqués jusqu’à niveaux

-> Ici vous pouvez déterminer le niveau d’imbrication des commentaires.

Exemple d’imbrication niveau 4 :

Personne 1 :  “Commentaire”

Personne 2 répondant à 1 : “Commentaire”

Personne 3 répondant à 2 qui répond à 1

Personne 4 répondant à 3 qui répond à 2 etc.

Diviser les commentaires en pages, avec “x” commentaires de premier niveau par page et la page affichée par défaut

-> En cochant cette case vous divisez les commentaires publiés par page. Cela vous évite d’avoir une page de commentaires trop longue qui oblige à scroller indéfiniment.

 

Les commentaires doivent être affichés avec le plus ancien/récent en premier

-> Ici vous déterminez dans quel ordre vous souhaitez voir les commentaires s’afficher.

Soit du plus ancien au plus récent soit l’inverse.

 

  • M’envoyer un message lorsque

Un nouveau commentaire est publié

Un commentaire est en attente de modération

 

  • Avant la publication d’un commentaire

Le commentaire doit être approuvé manuellement

-> En cochant cette case les commentaires ne seront visibles sous votre article que lorsque vous les aurez approuvés manuellement dans votre tableau de bord.

 

L’auteur d’un commentaire doit avoir déjà au moins un commentaire approuvé

 

  • Modération de commentaires

Garder un commentaire dans la file d’attente s’il contient plus de x lien(s)

-> Ici choisissez à partir de combien de liens présents dans un commentaire ce dernier s’affichera dans la liste d’attente. N’oubliez pas que la caractéristique d’un message indésirable c’est qu’il comporte en général beaucoup de liens.

 

B. Paramétrer la gestion des commentaires via le plugin Akismet

Akismet est un plugin présent sur votre blog, il permet de lutter contre les commentaires indésirables.

-> Pour accéder à la configuration du plugin Akismet il vous suffit de vous rendre dans l’onglet “Réglages” dans le menu déroulant de gauche puis de cliquer sur “Akismet”.

-> Dans la fenêtre “Réglages” nous vous conseillons de cocher la case “Toujours mettre les indésirables dans le dossier Indésirables pour vérification”. Il peut arriver qu’Akismet soit un peu sévère et considère des commentaires comme indésirables alors qu’ils ne le sont pas. Cette option vous permettra dans ce cas de rétablir des commentaires bienveillants pris pour des commentaires néfastes.

cf image ci-dessous

akismet

C.Permettez aux lecteurs de s’abonner aux commentaires

Lorsqu’un lecteur vous pose une question en commentaire il n’a, dans l’absolu, aucun moyen d’être notifié si vous lui répondez, ce qui est dommage puisque cela empêche la conversation d’éclore.

Mais un plugin existe pour permettre aux lecteurs de s’abonner aux commentaires. Il s’appelle “Subscribe to comment” et est déjà installé sur votre blog.

-Pour le configurer : rendez-vous dans l’onglet “Réglages” situé dans la barre de menu à gauche de votre tableau de bord puis cliquez sur “Subscribe to comment”.

-Dans l’onglet « Gérer les abonnements » vous pouvez voir qui sont les personnes qui se sont abonnés aux commentaires  et en supprimer si vous le souhaitez.

-Cliquez ensuite sur l’onglet “Formulaire de commentaire”

subscribe to comment

-Cochez “oui” dans la case “Activer la case à cocher par défaut”.

– L’onglet “Notifications” vous permet de modifier votre adresse par laquelle le mail est envoyé à vos visiteurs, ainsi que la structure du mail.

– Dans “Options” vous pouvez gérer les abonnements en attente et vérifier que les adresses mails de vos lecteurs sont bien valides.

Résultat, voici ce que votre lecteur verra à la fin de la fenêtre de commentaire:

comment

 


4 outils pour faire du datajournalisme

Vous avez entendu parler de datajournalisme, l’idée vous plaît mais vous ne voyez pas encore très bien comment en faire ? Voici 4 outils qui vous permettront d’organiser et de mettre en forme des données en créant des infographies. Vous pourrez les insérer dans vos billets et ainsi ajouter de la valeur à votre histoire. Tout cela sans pour autant être un graphiste ni passer des heures sur Photoshop. Bonne lecture !

Qu’est-ce-que le datajournalisme ?

Le datajournalisme (ou journalisme de données) désigne le fait de traiter une information à partir de l’exploitation de données. Ces dernières peuvent être des chiffres, des statistiques, des cartes… Ces donnés, il faut bien évidemment les mettre en forme pour les rendre intelligibles. C’est ce que l’on appelle, la datavisualisation (ou dataviz dans le jargon).

-> Pour en savoir plus, le guide complet du datajournalisme  est disponible gratuitement ici (guide réalisé par Journalism++)

Les outils de datavisualisation

/!\ Pour intégrer une infographie à un billet de blog vous pouvez le faire soit en copiant/collant le code embed de l’infographie (attention, tous les services n’en fournissent pas un), soit en faisant une capture d’écran et en l’insérant en tant qu’image dans votre billet.

Outil n°1 ->Easel.ly

Page d'accueil du site easil.ly
Page d’accueil du site easil.ly

Easel.ly permet de créer une infographie à partir d’une page blanche ou d’un modèle déjà existant. Le principe est simple : vous faites glisser des éléments graphiques dans votre infographie. Easel.ly permet aussi de télécharger des données extérieures comme un tableur Excel ou encore des images. Ce service est totalement gratuit.

Exemple:

  • Je me connecte
  • Je choisis un modèle
  • Je peux commencer à customiser mon infographie
  • En haut, vous trouverez une barre de menu avec différents onglets : Vhemes, objects, backgrounds, shapes, text, charts et upload
  • A noter que chacun des éléments qui se trouvent dans les onglets se “drag & drop” (=action de glisser) vers la feuille principale (infographie)

1/ Onglet “Vhemes”

easily1

2/ Onglet “Objects”

C’est dans cet onglet que je vais pouvoir choisir les différents pictogrammes (icônes, symboles) qui serviront à illustrer mon propos. J’ai  différentes catégories de pictogrammes: animaux, icônes, nourriture, musique, nature etc. Après avoir sélectionné celle qui m’intéresse je « drag and drop » (fait glisser) mon icône vers l’infographie.

datajournalisme

3/ Onglet “Backgrounds”

Je peux modifier ici l’apparence de mon arrière-plan

4/ Onglet “Shapes”

Je peux modifier ici l’apparence des flèches si je veux en ajouter à mon infographie

5/ Onglet “Text”

C’est ici que je choisis les zones de texte à insérer dans l’infographie

6/ Onglet “Charts”

Je peux choisir un graphique circulaire, linéaire, à barres etc.

7/ Onglet “Upload”

Si je veux télécharger un tableur Excel ou bien importer une image dans mon infographie je peux le faire grâce à cet onglet.

Quid de l’export et de l’intégration ?

Une fois que j’ai réalisé mon infographie comment dois-je procéder pour la sauvegarder, l’exporter et l’intégrer à un billet ?

C’est très simple: tout en haut de la page, je peux voir une seconde barre de menu avec les onglets : “Home”, “Save”, “Open”, “Clear”, “Download”, “Share”.

  • Tout d’abord je sauvegarde mon projet en cliquant sur l’onglet “Save” (essayez de le faire toutes les 10 minutes cela vous évitera de perdre votre infographie si votre navigateur beug)
  • Je peux exporter mon infographie en fichier .jpg (basse ou haute qualité) et en pdf
  • En cliquant sur l’onglet “Share” j’ai la possibilité de copier le lien URL de mon projet. J’ai aussi accès au code embed qui me permettra d’intégrer mon infographie dans un billet de blog. Pour cela il suffit de copier le code et de le coller dans le corps de votre article (dans la partie “texte” ).

datajournalisme

/!\ Si vous avez plus de facilité à retenir les choses en les visualisant vous pouvez regarder ce tutoriel vidéo. Il est en anglais mais vous pouvez activer la fonction “sous-titres” en français.

 

Outil n°2 -> Infogr.am

infogram

Infogr.am vous permet de créer des infographies facilement à partir de fichier Excel (tableurs) qu’il est possible d’importer. Vous avez la possibilité de choisir entre 6 templates. Ensuite vous rajoutez ce qu’il vous plaît : carte, texte, icônes et même des images à partir de votre ordinateur. Il est aussi possible d’intégrer des vidéos Youtube ou Vimeo. (Infogr.am fonctionne sur les mêmes bases qu’ easel.ly). Infogr.am fournit un code embed que vous pouvez intégrer dans votre billet.

Créer une cartographie avec Batchgeo

Batchgeo permet de créer gratuitement et facilement des cartographies à partir d’un fichier Excel ou encore en saisissant manuellement des données. Lorsque vos données sont rentrées, Batchgeo vous propose une première interprétation que vous pouvez modifier. Cet outil peut être très utile si vous décidez d’écrire par exemple un billet sur la liberté de la presse dans le monde et tout un tas d’autres sujets.

Cela sera toujours un plus ajouté à votre article si vous y incorporez une carte qui explique de manière graphique et globale, en un coup d’oeil, quel est l’état de la presse dans les différents endroits de la planète.

Piktochart

picktochart

Il s’agit de l’outil dont je me suis servie avec Raphaelle pour réaliser la carte de répartition des Mondoblogueurs à travers le monde dans le web-documentaire “Echos d’un monde connecté”. Il est très intuitif, simple à utiliser et le design est bien dans l’ère du temps (polices très fines, pictogrammes épais, système bicolore etc).

Vous pouvez insérer des diagrammes, du texte, des images, des cartes, des vidéos, des tableaux. Vous pouvez enregistrer votre document final en jpg, en png, en html ou alors l’intégrer en utilisant le code embed que Piktochart fournit.

 

warningN’oubliez pas qu’il existe différents moyens de transcrire une information et que chaque méthode a son efficacité. Pour représenter des données géographiques quoi de mieux qu’une carte ? Pour parler d’une évolution quoi de mieux qu’un graphique en barres ou circulaire ?

Le fait de varier les supports rend la lecture d’un billet plus agréable. On aime passer d’un texte à une photo, à une infographie avant de retourner à du texte pour enfin terminer par une vidéo 😉 Pensez à vos lecteurs.

Bien sûr, vous n’êtes pas obligés d’utiliser de la datavisualisation à tout va. Elle reste un moyen efficace de raconter quelque chose autrement mais il ne faut pas en mettre de partout. Son utilisation doit avoir du sens.  Plutôt que de perdre de lecteur au milieu d’un tourbillon de chiffres, vous penserez maintenant à piocher un outil dans cette liste pour faire une belle infographie ? 🙂

-> N’hésitez pas à poser vos questions dans les commentaires de cet article. Et n’hésitez pas  à nous partager vos premières infographies.

4 outils datajournalisme Mondoblog
Mondoblog sur Twitter (infographie réalisée avec easel.ly)

Manon Mella

 

 


Comment bien utiliser les réseaux sociaux ?

Les réseaux sociaux sont essentiels pour développer l’audience de votre blog et promouvoir vos articles. En plus de cela, ils vous permettent d’avoir un œil sur la communauté qui vous suit, et d’entrer en contact avec elle. Parce qu’avoir un bon blog ne suffit pas, nous vous avons concocté un tutoriel qui vous apprendra comment tirer profit de Facebook et Twitter !
Résultat de recherche d'images pour "twitter"

I) Qu’est-ce que Twitter ?

Twitter permet de :

• Communiquer facilement et rapidement (280 caractères maximum)

• Publier les dernières actualités concernant mon blog

• Joindre rapidement des personnes qui ont un intérêt pour ce que je fais

• Faire grandir mon lectorat

• Interagir avec les autres blogueurs

• Faire de la veille

• Bâtir mon réseau de contacts

Et tout cela sans barrière hiérarchique. Tout le monde peut me « tweeter » et je peux tweeter à qui je souhaite.

Si des gens aiment ce que vous tweetez, elles peuvent vous « suivre » et comptent alors parmi vos « abonnés ».

II) L’inscription

Inscrivez-vous en remplissant les champs indiqués.

 Attention à bien cliquer sur le lien d’activation de compte que vous recevrez par mail.

Twitter vous demandera sans doute de suivre quelques comptes pour commencer. Vous n’êtes pas obligés de suivre la procédure à la lettre, mais cela vous permettra déjà de commencer à bâtir votre réseau. Pensez à suivre @mondoblog !

III) L’onglet « Accueil »

En cliquant sur l’onglet « Accueil » je peux consulter mon « fil d’actualité ». Dans ce fil d’actualité je vais trouver au choix :

  • les derniers tweets des personnes auxquelles je me suis abonné ;
  • ou une sélection de tweets basée sur ce que vous tweetez, aimez, etc.

Pour changer ce paramètre, cliquez sur la petite icône en haut à droite de l’écran d’accueil

A partir de cet onglet je peux:

  • « tweeter » 
  • « retweeter » 
  • « répondre à un tweet » 
  • « aimer le tweet »
  • Les mots-clefs (précédés par des #) sont des hashtags. Cliquer sur un mot-clé précédé d’un « # » pour afficher tous les tweets qui s’y réfèrent.

Comment tweeter ?

  • S’exprimer en 280 caractères maximum
  • Trouver une formule attrayante, avec une bonne accroche (voir exemple ci-dessous)
  •  Raccourcir le lien de votre article pour gagner en nombre de caractères (aller sur ce site: https://bitly.com/) ;
  • Utiliser des hashtags # sans en abuser. Essayez de voir si un hashtag n’existe pas déjà pour la thématique qui vous intéresse ;
  • Utiliser des émojis, mais sans en abuser : sur le Twitter de Mondoblog, nous utilisons en général l’émoji du drapeau du pays et un émoji rappelant la thématique du billet que nous tweetons ;
  • Retweeter des personnes

Qu’est-ce qu’un retweet (RT) ?

retweet

Pour retweeter c’est simple, il suffit de cliquer sur le signe « retweeter » qui se trouve juste en dessous d’un tweet . La personne sera tenue au courant et appréciera le geste.

Le tweet que vous « retweetez » apparaîtra sur votre profil et vos abonnés le verront également apparaître dans leur « fil d’actualité ».

Qu’est-ce qu’un hashtag # ?

Un hashtag, représenté par le signe « # », est un moyen de regrouper des tweets qui se rapportent au même sujet.

Par exemple: J’ai envie de consulter les derniers tweets qui parlent du Mali > je cherche #Mali et une liste de tous les tweets qui comportent le hashtag #Mali va s’afficher.

Dans l’exemple ci-dessous, SlateAfrique a dans son tweet 2 hashtags (#Immigration et #Jérusalem). Si je clique sur l’un deux je vais découvrir tous les tweets s’y référant.

1

 IV) Intéragir

Twitter permet de faciliter les contacts avec les autres.

Je peux mentionner quelqu’un dans mes tweets. Il suffit d’écrire son identifiant Twitter (@SonPseudo). La personne mentionnée sera notifiée de votre mention dans ses « notifications ».

  • parler directement à une personne ;
    mention2
  • la mettre en copie pour la tenir au courant de quelque chose ;
  • faire référence à elle (comme dans une citation, par exemple).

Note : si vous commencez votre tweet par une mention, ce tweet ne sera pas directement visible sur votre profil et seuls les abonnés de la personne que vous avez mentionnée pourront voir votre tweet. Cela sert à entrer en contact avec quelqu’un qui ne vous suit pas, par exemple. En revanche, si la mention apparaît plus loin (ne serait-ce qu’après un simple point), votre tweet est visible par tous.

enveloppe

Je peux aussi lui écrire directement via des messages directs et privés en cliquant sur l’icône  en haut à droite, à condition que la personne me suive.

V) Votre profil

C’est en cliquant sur cet onglet que j’accède à mon profil. Il est important d’en soigner l’aspect et le contenu.

Comment remplir son profil ?

Depuis mon profil, je clique sur « Éditer le profil ». Je peux dès lors renseigner les informations nécessaires, écrire ma biographie, renseigner l’url de mon blog, choisir un thème, une image profil ainsi qu’une image de couverture.

La description doit être:

  • Simple, compréhensible et pertinente
  • Originale : me démarquer des autres en employant l’humour par exemple
  • Valorisante: si j’ai une expérience riche, il faut la mettre en valeur
  • Mettre une photo attrayante. 2 options: un portrait sur lequel on me voit bien ou une image marquante pour qu’on se souvienne de moi (un avatar, un dessin). Attention : les images doivent vous appartenir ou être libres de droit !

Pensez à indiquer l’URL de votre blog !

Quels sont les bons réflexes à avoir sur Twitter?

  • Suivre des blogueurs déjà influents. Ils pourront m’aider à faire grandir ma communauté en retweetant mes billets par exemple
  • Répondre aux gens qui me mentionnent
  • Publier des photos de temps à autre : cela rend vos tweets plus « engageants », les gens auront davantage tendance à les regarder, les aimes, les retweeter…
  • Être régulier dans la fréquence de mes tweets
  • Remercier les gens qui me retweetent
facebook-vie-privee

Dans la seconde partie de ce tutoriel nous allons vous montrer comment bien vous servir de Facebook, toujours en vue de la promotion de votre blog.

Deux possibilités se présentent : utiliser son compte personnel ou créer une Page.

Voici d’abord quelques petites règles à respecter dans les deux cas de figure. (Ci-dessous un exemple d’un bon post)

exemplepost

Conseils pour publier un bon post

  • Je rédige des posts à une fréquence ni trop importante, ni trop faible ;
  • Je rédige un texte court qui donne envie de lire mon billet. J’évite d’écrire une longue citation + le lien vers mon billet. J’essaye de faire un effort pour résumer mon article en 1 ou 2 phrases ;
  • Je n’hésite pas à publier de temps en temps des photos ;
  • Je m’exprime de manière simple et compréhensible ;
  • Je peux utiliser une accroche sous la forme interrogative. Poser une question suscite une réaction de la part du lecteur ;
  • Je choisis la bonne heure. Avant 20 heures et après 8 heures du matin. (étude)

Comment créer une Page ?

Toute personne possédant un compte Facebook peut créer une « Page ».

Pour ce faire, rendez-vous en haut à droite de l’interface de Facebook.

  • Si le « + » n’apparaît pas, cliquez sur le bouton « Créer ».
  • Je peux aussi me rendre directement à cette adresse 

Voici maintenant les différents types de page. Si je suis blogueur, la deuxième catégorie est plus pertinente.

Une fois le type de page sélectionné, je nomme ma page (utilisez simplement le nom de votre blog) et je la définis à l’aide de mots-clefs

Attention, le nom donné à ma page pourra être changé par la suite.

Il vous faudra ensuite ajouter un avatar et une bannière (ou « photo de couverture ») pour rendre votre page attrayante et identifiable visuellement.

  • Le nom de ma page va en définir l’URL :
  • Je complète toutes les informations de l’onglet « Infos de la page ».
  • Je commence à gérer mes publications via le Creator Studio. Cela me permettra de connaître l’audience de mes publications.

Ensuite je peux commencer à publier en essayant de respecter les règles énoncées tout à l’heure. N’oubliez pas que chaque publication que je fais sur cette page apparaît dans le fil d’actualité des personnes qui aiment ma page.

Si vous rencontrez des problèmes ou si vous avez des questions, posez-les dans la partie commentaires juste en dessous de cet article !


Analyser l’audience de son blog avec Google Analytics

Vous souhaitez connaître le nombre de personnes qui visitent votre blog et suivre son évolution pour booster votre audience? Google Analytics vous permet de réaliser cela. C’est un service gratuit, complet et simple d’utilisation. Google Analytics fournit des indications sur: le nombre de visiteurs sur votre blog, le nombre de pages vues, les sources qui ont conduit les lecteurs sur votre blog, les articles les plus lus et même la géolocalisation des visiteurs! Google Analytics est un outil qui s’avère donc nécessaire pour un.e mondoblogueur.se ! Comment utiliser le plug-in Google Analytics sur WordPress? Réponse dans ce tutoriel.

Avant toute chose, il vous faut créer un compte Google Analytics. Vous devez pour ce faire avoir une adresse Gmail.

– Rendez-vous sur Google Analytics et créez-vous un compte, ou connectez-vous avec votre adresse Gmail.

– Je clique sur « Set up for free »

– Je configure mon compte. Cela se fait en trois étapes : je nomme mon blog, je choisis « site internet » puis je renseigne toutes les informations nécessaires.

– Je valide l’inscription et accepte les termes d’utilisation.

– J’arrive sur cette page. Je copie mon « ID » Google Analytics qui se présente sous la forme suivante : UA-XXXXXXXX

– Je copie l’identifiant généré par Google Analytics.

Il va falloir maintenant entrer ce code sur mon blog.

Pour cela je me rend dans mon interface de personnalisation. Connecté en tant qu’administrateur, je clique sur le bouton « Personnaliser » qui s’affiche tout en haut de la page d’accueil de mon blog :

– Je colle mon code ID dans l’onglet « RGPD Gestion ».

À partir de maintenant, Google va indexer votre site pour vous informer sur le trafic de votre blog. Laissez-lui un peu de temps, revenez dans une semaine et vous pourrez accéder aux statistiques de votre blog directement depuis l’interface de Google Analytics !

Licence Creative Commons

Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale 3.0 non transposé.


Insérer du son dans vos articles

1
Ce tutoriel va vous apprendre à insérer du son dans vos articles. Vous pouvez insérer du son que vous avez enregistré vous même (reportage, son d’ambiance, interview etc) ou un son déjà existant et que vous souhaitez partager

Vous avez réalisé une interview audio et souhaitez la publier dans votre article 

Tout d’abord, avant de publier votre son, il vous faut l’héberger sur un site. Nous vous conseillons pour cela de vous inscrire sur la plateforme Soundcloud.

1)  Pour cela cliquez sur « Sign in » (1). Vous pouvez vous inscrire via Facebook ou Google+ (2) ou alors choisir la méthode classique, par mail.(3)

2

2) Maintenant vous devez transférer votre son sur la plateforme Soundcloud

– Cliquez sur « Upload » en haut à droite de la page

upload

Parcourez vos fichiers et sélectionnez votre son

choose

Renseignez les informations concernant votre son (titre, description, type, image)

infos

Une fois le fichier hébergé sur votre compte Soundcloud, il vous suffit de copier l’URL (l’adresse) de votre son. À la fin de l’importation de votre son, cliquez sur « Go to your track » et copiez l’URL de la page qui s’affiche.

Dernière étape:

Rendez-vous sur votre article WordPress.

Ajoutez un bloc « SoundCloud » (sous l’onglet « Contenus embarqués »).

Licence Creative Commons

Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale 3.0 non transposé.