VELAFRICA

EN ETAT DE CHOC

HAUTS PATURAGES

EN ETAT DE CHOC , HEUREUSEMENT LUC ET EVELYNE INTERVIENNENT

AURILLAC sur le trajet de CHALONS SUR SAONE vers CAPDENAC GARE

Si il y a quelqu’un qui m’enléves une belle épine du pied c’est bien Luc COTEL et Evelyne SANDNER .Ce couple Strasbourgeois vit à Capdenac Gare , et c’est chez eux que je me rendais sur leur invitation , vu que ce sont de trés grands amis de Jacques WITTE , le créateur de Pépiweb , oh ce n’est pas sa seule création , mais c’est graçe à Pépiweb que ce site existe , sans oublier que cela sort des réalisations de Jacques.

PAYSAGES FANTASTIQUES

Pour rappel je viens de passer la nuit à Aurillac , ma fatigue étant telle que je

PETITE IDÉE DE LA PENTE OU J’AI PASSÉ LA NUIT

décides de me reposer ici et de reprendre la route demain . En plus cela va me permettre de mettre à jour vélafrica  , de changer mes freins ainsi que d’aller à Décathlon pour trouver des sardines plus solides que celles que j’ai . Je me leve vers 9H 3o , premiére surprise je reverrai un cycliste qui avait bu un verre au petit café du camping de la Saintoire ce qui me mettra de bonne humeur aussitôt et me ravira  de cette  rencontre. Nous discuterons un petit moment mais je dois aller à la poste .La poste d’ Aurillac se trouve juste derriére un magasin  de vélos, les cycles FARGES, qui l’air d’être une grosse concession , on me l’avait recommandé , je lui ferai changer mes patins de frein , en lui demandant de me parfaire les réglages de mes plateaux et de mes pignons arriére . C’est tout juste si il ne m’envoya pas chier , prétextant  un diplôme cycliste dont je n’ai aucune connaissance , bref quelque chose qui me mit mal à l’aise par rapport a ce vélociste ( à croire que la sympathie à Aurillac ça n’existe pas ) Vous dires que j’étais mal est pas une utopie . Je me sentis trés mal à un moment donné , ou la il me donna l’occasion de le prendre pour un charlot et plus même .
Je m’explique ………………….il est concessionnaire Garmin, donc je lui demande un renseignement  sur mon GPS  , je rappelle un Garmin 605 Edge . Je lui explique que suite à un vol de mon Edge 705 ou il y avait la carte Europe , si je ne pouvais pas récupérer une carte de l’Europe ou une carte TOPO pour celui que j’ai racheté chez Matériel net ( qui pour moi devait avoir une carte Europe incluse , autrement dit Matériel Net m’a trompée sur la vente de ce 605 Edge)     Ne voila t’il pas que ce personnage , concessionnaire Garmin me dit que mon GPS n’acceptes pas les cartes , il ne fera que me donner , les données qu’il va enregistrer et pas autre -chose , surtout pas me renseigner sur les routes à prendre . 

A quoi sert un GPS sinon de donner les routes et les directions ? dites moi le voir . En tout cas cela  précise la qualité des revendeurs de cette marque , je ne les qualifierai pas mais  j’ai mon avis la-dessus , comme mon avis sur certains vélocistes , on est loin de  Esprit  Cycles de Strasbourg ou du relais vélo de Besançon , oui je suis loin mais on est aussi à des années lumiéres au niveau de la sympathie et de la compétence . Je partirai de ce lieu assez remonté contre ce genre de comportement .

SANS COMMENTAIRES

Je dois prendre mon repas de midi et ensuite aller chez Décathlon chercher mes sardines .Je déjeune tranquillement une petite spécialité du coin pas trres chére . Reprends mon Bredelers  , mon dieu qu’il est léger j’ai l’impression de voler et non plus de pédaler . Je ne peut pas mieux dire et penser en matiére de voler , puisque quelques minutes plus tard , dans les étroites rues de la ville , ou les pistes cyclables sont présentes , où je suis et circules , je me fais klaxonner plusieurs fois par la même voiture , autant que je saches la piste cyclable c’est pour les vélos et non les bagnoles .Elle me doublera avec rage pour me jouer un sale tour un coup de frein juste devant moi ce qui fera que je me jetterai sur mes freins  pour ne pas entrer en collision avec elle , je lui rentrerai tout de même dedans au prix d’un beau soleil , heureusement j’avais le casque , j’ai fait carrément un saut périlleux  le vélo en fit de même . Je me reléverai mal en point avec des blessures au pied gauche et mal au coude avec un bel hématome.Je réussis à me relever et à me remettre sur le vélo , me rendre aussi chez décathlon où je fis mes courses que j’avais à faire mais avec un mal au coude terible , en plus quand je tournais le bras , j’avais l’impression que celui m’échappait et me faisait souffrir .La chaleur , le choc et mes blessures eurent raison de moi et je me sentis trés trés mal au point même de tourner de l’oeil et   de m’évanouir. J’en ferai part à un employé de la surface de vente , qui lui appela son chef , ensuite les pompiers ou je fus évacué sur l’hopital d’Aurillac , service urgences .La je commence à me poser des questions, notamment fractures ou pas fractures; l’attente est longue , en plus je pense que je dois passer des radios , mais ça ne viens pas , car il faut attendre que le docteur de service me consulte . Il vienda tres longtemps aprés , je ne puis dire combien de temps , mais une éternité pour moi. Quand il m’examinera il me fera saavoir qu’il ne peut pas se prononcer sans radio , en tout cas il pronostique soit une grosse entorse soit une fracture au niveau du coude gauche .Je passerai les radios en questions bien longtemps aprés sa demande. Le résultat sera sans appel , fracture du cubitus gauche .

DESTINATION CONQUES

De ce pronostic et de cette constatation des radios , il me fit mettre une espéce de bandes qui passe au dessus de l’épaule et en dessous du bras pour me maintenir ce bras . Cela fût réalisé assez vite , n’empêche que je dois rentrer au camping , prévenir Luc et penser aussi au vélo . Beaucoup de choses à la fois avec un moral en berne et en dessous des chaussettes .Par obligation je prendrai un taxi , ce qui me perturbe beaucoup car c’est une dépense supplémentaire. Prévenir Luc est aussi une des priorités , seulement  agir avec un seul bras c’est plus que compliqué . En plus je ne retrouve plus le numéro de téléphone de Luc  , cerise sur le gâteau le portable a subi des dégats sans compter qu’il est vide . Je m’attends à une nuit plus que compliquée.

CAPDENAC GARE MERCI À EUX MERCI À EUX


LE CHOIX ENTRE DEUX ROUTES

LE CHOIX ENTRE DEUX ROUTES

le 29/06/2010 –sur le trajet de CHALONS SUR SAONE vers CAPDENAC GARE

Quand je vois la pente a franchir , qui est dans Besse , cela me laisse perplexe , mais i faut y aller,en plus je ne sais pas très bien comment je vais réagir dans cette montée qui est plus q’une grimpette ,en plus juste aprés le rond-point en bas de Besse , ce qui d’entrée me mets le moral à plat car malgré que je vais mieux , je ne suis pas en pleine forme avec cette impression d’être dans du coton .En plus je pense que tant que je ne rencontrerai pas le croisement de Super Besse , cela montera encore , je verrai bien , je suis dedans et il faut y aller sans discuter.

Ouf juste un peu de plat

Pour tout arranger , je serai dans l’obligation de m’arrêter pour me vêtir des vêtements de pluie , sauf que trés vite je m’apercevrai que c’est une giboulée de petite grêle , oh chance je trouverai un lieu pour m’abriter , mais j’ai peur de prendre froid ,  encore une fois je ne me sentirai pas trés bien , cet arrêt n’est pas fait pour arranger les choses .Quand tout cela se calmera je prendrai la route et roulerai le plus longtemps possible en traversant de fabuleux paysages , mais aussi de trés belle vallées , juqu’au moment ou je serai dans la brume .
Je ne sais pas encore comment je me suis débrouillé mais je me retrouve sur une route à trés forte densité en voitures ,en camion , la D978 ,il faut que je remédie à cela au plus vite .Oui mais voilà avec ma tête de linotte , j’ai oublié de remplir mes bidons , je n’ai presque plus rien à boire en plus il fait trés chaud . Priorité des priorités trouver de l’eau ,ensuite prendre une autre route que celle-çi , si possible une petite départementale.Fort heureusement il y a une maison pas trés éloignée d’un village Feniers me semble t’il , et un monsieur est dehors , je m’arrête et lui demande poliment si il ne pourait pas me remplir mes deux bidons , cela va me permettrre aussi de me renseigner pour trouver une petite départementale .

Merci Madame et aussi à votre mari ce litre d’eau m’a rendu un grand service

Je vous avoues que cela m’a rassuré et conforté que les gens de france et notamment tous ceux qui sont en france profonde sont autre chose que ce français des grandes villes (celui que je dénomme le mouton de panurge ) , reste que pour moi ce n’est plus la france mais la sarkozie petite province oublié ,rejetée, nauséabonde des states , à moins qu’elle tente de ressembler par une trés pâle copie aux étates unis , pas étonnant du tout avec ces politiques qui ne connaissent rien à la france , ce si beau pays que quelques énerguménes sont en train de détruire et enfoncer vers je ne sais quoi ( une nouvelle guerre certainement )

 MA CULTURE PHOTOGRAPHIQUE SE NOURRIT

Entre Condat et LE PUY MARY sur le trajet de CHALONS SUR SAONE vers CAPDENAC GARE

Pas facile de circuler sur ces petites routes qui montent et qui descendent , pleines de graviers ou de boues, du coup quand je suis sorti du camping , je me suis retrouvé devant un choix cornélien , mais cela j’y reviendrai plus tard , puisque comme à l’habitude j’ai trainé dans mon sac de couchage et traîner aussi à remballer tout.

Ce qui me permettra de dire au revoir au couple du camping car et de flaner aussi avec  ce si sympathique imprimeur de la Seine et Marne , ce qui fera que nous nous rassasierons par un joli menu à midi  ce au café du camping la Santoire . Cela à pour effet que je ne décolle pas avant 13H3O , décidément  je ne pourrai jamais partir de bonne heure et rouler à la fraîche le matin , ce qui me fait dire que je ne vais pas rouler un grand nombre de kilométrres .

Brume et nuages qui cachent la ville de Condat , vue d’en haut cette bourgade semble dans un écrin , je n’ai pas le temps ou presque pas le temps d’admuirer le paysage car  ça descends et c’est mouillé donc je dois être vigilant , en plus je crois que je n’ai plus de frein avant , je redouble de prudence .Je sens le besoin de me substanter et aussi de prendre du chaud , par chance au détour d’un virage il y a un café patisserie qui se présente à mes yeux . Il tombe bien celui -là . Je marque un arrêt pour me remetre ou tenter de me remettre en forme.C’est la que je comprends que je suis dans le fief de Georges POMPIDOU , donc je me renseigne , effectivement il est né dans le village au dessus et y a toujours résdé .

Vieille charrette

 

Je repars une bonne demie heure aprés en contrôlant mes patins de frein, effectivement je vais être dans l’obligation de les changer , aussi bien à l’avant qu’à l’arriére.Je ferai quelques métres , quand je vis une affiche d’une exposition photo . Il y avait un homme qui nettoyait l’entrée et le sol de la rue pour rendre propre l’endroit . Je m’adresse à lui pour en savoir plus sur cette exposition. En fait Albert MONIER, est un photographe de la région qui plus est , doit être l’inventeur de la carte postale et aussi du poster ( c’est ce que l’on m’a précisé) Une carte postale me fût offerte par la dame qui tient l’exposition ( cette carte est destinée à Tiphaine , je vais te l’envoyer , afin que tu saches et connaisse ce photographe) Bien entendu les gardiens de l’exposition  font tout pour que ce photographe soit reconnu à la maniére des Doisneau , Willy Ronis etc…………. la dame tentera même de me vendre des clichés et le porto -folio , mais je transporte déja lourd dans ma remorque et sur le vélo ce serait un poids supplémentaire .Je lui ferai comprendre et je lui ferai savoir que ma retraite n’est pas une retraite de sénateur , donc que je ne peut pas me permettre.

Brumes et nuages

 

Je quitterai cette exposition en pensant que je dois trouver un endroit pour dormir , puisque la journée à tout de même été éprouvante , mais avant je dois quitter Condat. Tout en bas du bourg aprés un beau virage à droite , il y a un croisement qui m’indique déja le Col du Puy Mary , un gros morceau mais je n’en suis pas encore la .Je regrimpe à nouveau jusqu’à Saint Bonnet de Condat ou se mets en travers de ma vue un petit café avec terrasse qui indiquait aussi un camping , en fait c’est le camping  la Santoire, où j’y ai passé la nuit .

Camping sympa , ainsi qu’agréable , je m’y installe et de suite un monsieur me dira bonsoir en allant prendre sa douche la sympathie s’installera de suite , en plus marrant  comme je peut faire certains raisonnements , je passe devant une tente   , à côté il y a une voiture immatriculée YCM 77 ( je pensai de suite Yellow , Magenta, Cyan et 77 c’est Meaux pour moi ou a 18 ans je faisais mes premiers poémes et entendait pour la 1ere fois  « Satisfaction » par les Rolling Stones).le gars à dû m’entendre car je pensais a haute voix , du coup on a sympathisé aussi , dans ce camping il n’y avait que ces 3 locataires.Une soirée fort agréable s’annonçait et effectivement elle s

Je passerai à quelques métres de cette plaque de neige au Puy Mary

e passera bien , je remercie encore le couple pour le sel , car des pâtes sans sel c’est vraiment pas bon.

A BOUT DE FORCES JE DEMANDE

LAVIGERIE sur le trajet de CHALONS SUR SAONE vers CAPDENAC GARE

Il me restait 7 kilométres à couvrir pour arriver au sommet du Col Puy Mary , je n’avais pas compté que  je finirais la journée à bout de forces au point que je mis le pied à terre et que je demanderai un endroit pour planter ma tente Wechsel . Bien m’en pris car je ne savais pas du tout ce qui m’attendais , malgré que je le devinais , que je le craignais aussi.  Cela je ne le saurai que le lendemain.(Quelque fois j’ai de bonnes intuitions ,  sauf que la c’est la fatigue musculaire , la fatigue physique et morale c’est vrai que ça tue de ne voir que de la montée)

Comme d’habitude j’ai beaucoup de mal à sortir de ma tente le matin , cela me permettra de dire au revoir au couple du camping car et aussi de revoir le jeune homme de la seine et marne. Je rangerai tranquillement , ce qui m’emmenera de suite à midi en sachant  que je vais avoir une journée difficile , j’ai pensé à manger surtout que le menu du jour du petit restaurant du camping  est un civet de lapin avec des pâtes , je raffoles de ce plat .Mon ami imprimeur de la Seine et Marne en fît autant , ce qui fait que nous passons encore un bon moment ensemble , mais tout à une fin ,au moins une fin pour la journée , car ce sera une surprise , que je vous relaterai plus tard mais pas aujourd’hui . Pour l’instant il suffit de reprendre la route et le rythme de mon pédalage , seul les conditions du relief imposeront mon rythme , surtout quand ça grimpe ou que ça descends , puisqu’il ne faut pas oublier que j’ai ma bob Yak qui chargée , attelée au vélo pése un certains poids , en descente me pousse  terriblement .. Bref je prendrai diverses petites routes , pour rappel je crains fort les routes à haute densité en véhicules à quatre roues , autrement dit  ces conducteurs qui se croient les rois de la route , la route ne leur appartient pas à ces imbéciles ( oh que je suis poli ).Encore une fois je me retrouve sur une route départementale qui est presque une route nationale , en plus je créve de soif et mes bidons se vident à vitesse grand V.

Trait de lumiére

Je prends vraiment peur sur cette route ou certains se  prennent pour Sébastien Loeb , coupant les virages à la corde sans tenir compte qu’en face peut surgir une voiture , une moto , un vélo ou autre -chose ,  il ya vraiment des tueurs sur la route , notamment sur les routes de la sarkozie .Mes bidons sont presque vides du moins un est deja out le second sa vie est plus que courte , donc il faut que je trouve de l’eau , même une fontaine  d’eau non potable , la je la pomperai avec ma kitadin , mais je ne vois personne , arrivant à un petit village dont je ne me souviens pas le nom , j’ai espoir de trouver ma recherche .En fait ce sera  au bord de la route , une maison assez isolée ou un Monsieur bricole ou range sa voiture , je m’arrête et lui demande si il ne pourrait pas me remplir mes deux bidons d’eau . Ce sera avec une extréme gentillesse qu’il me fera rentrer dans son domicile en me montrant le robinet ou je remplirai mes bidons . J’en profiterai pour lui demander comment qitter cette route qui me fais peur , il me conseillera de passer par Dienne , en me prévenant que je vais vers du trés grimpant , je lui réponds que je m’en fous je préfére ma sécurité , et que le temps ne m’importe pas ou peu .

Dans la maison de ce monsieur que je remercie particuliérement , il y a une superbe cheminée , la même que celle ou j’avais fais bruler mes chaussures  un certain hiver à Uzerches , jour ou j’ai connu une fille qui s’appeleait Marie Annick Guignon , et ou le grand Busson et moi -même recherchions un hôtel , puisque je travaillais chez Piguy en traitement du bois .Je photographierai cette cheminée et sa propriétaire  pour les remercier de leur geste pour apaiser ma soif .

La pointe au fond c’est le Col du Puy Mary

Je quitterai ce couple de personnes si gentilles et si appréciables pour faire presque deux kilométres avant de prendre la direction indiquée par mon donneur d’eau .En effet elle est tranquille pendant un certain temps , plate pendant quelques kilométres , ce qui me permet de me refaire un peu moralement et physiquement .Quand un groupe de motards anglais me doubleras , là je peut dire que je me suis mis à penser quelle chance ils ont , juste à tourner la poignée , fait du hasard ou pas , bonne réflexion ou pas , ils me doublérent au moment ou un panneau annonçait un hôtel avec sauna et hammam , je ne sais pas pourquoi j’ai pensé que je verrais les motos à cet hôtel ,  j’y ai pensé .Par contre je ne pensais pas à une telle pente  pour arriver à cet hôtel , elle était plus que rude  et effectivement j’ai vu ces motards en passant devant . Je ne vous dis pas que j’en avais envie de sauna , afin de m’enlever toute cette fatigue , sauf que je ne peut pas financiérement et que je dois continuer au moins jusqu’àu village dénommé Lavigerie .

Enseigne du gîte

 

J’en ai marre de cette pente qui me fatigue de plus en plus , marre de ce poids que je traine , mais sans lui je serais certainement dans un lit malade comme un chien , donc tant que je ne suis pas au Maroc je ne jette plus rien , on verra la bas car j’ai encore à ma payer les cols et le climat de l’Espagne . Précautions quand tu nous tiens .

C’est avec une extreme fatigue , ne pouvant presque plus tourner les manivelles que j’arrives dans ce dernier village , que je commençais à maudire et à injurier cette pente , quand je verrai un homme assis à une terrasse . Je n’hésiterai pas une seconde a sa hauteur je descends du vélo , mets la béquille de ma Bredelette , le salue en lui demandant si il n’avait pas un petit bout de terre pour planter ma Wechsel.Ma démarche étonnera tellement le personnage qu’il me montrera ou me mettre en fait juste derriére sa maison . Je peut vous dire que cela à été un énorme Bonheur et soulagement , même que le terrain soit trés rocailleux , pardi je suis en montagne .Enfin je vais pouvoir me reposer .

Je passerai la nuit derriére la ferme du patron ( adossé au véhicule)

JE L’AI VAINCU ALORS QUE BEAUCOUP PENSAIT QUE JE NE PASSERAIS PAS

AURILLAC sur le trajet de CHALONS SUR SAONE vers CAPDENAC GARE

Route du col , montée à cet endroit 15 pour cent

 

C’est simple Le secteur du Puy  Mary (1787m) offre les cols les plus ardus du département du Cantal.Ce qui me fait dire que je l’ai vaincu , tout en faisant savoir à tous ceux qui pensent ou qui ont pensés que je ne franchirai pas les cols , qu’ils se sont bien fourrés le doigt ou je pense , car c’est mal me connaître malgré mes cannes de moineau et ma musculature d’un truc visqueux .

Je savais même avant les premiers coups de pédales que je rentrais dans un truc que je ne connaissais pas , cela fait un moment que l’on me prévient que ça va être trés ardu , je m’en apercevrais quand les cyclistes , ceux qui ont envie de grimper ou de se défier en y incluant même  ceux que je dénomme comme dopés à je ne sais quoi , un seul mot sortait de leur bouche  << Oh Putain>> le mot se démocratise à fond , il y a ceux aussi qui disent courage ou qui applaudissent , certes cela donne du courage et me rassure , mais sans plus .

Imaginez la déclinivité

Comme vous le savez je regarde aussi le paysage , fort heureusement, je m’arrêtes souvent pour des prises de vue en plus cela me permets de récupérer , j’ai moins mal aux jambes qu’au départ ou en Suisse allemanique , certes mais j’ai encore mal , je dois être maso à mes heures.En voyant les véhicules et les camping cars montés doucement , je réalise que je suis dans du trés tres dur , non seulement cela je  les vois passer les lacets , ce qui me démoralise   pendant un certain temps .Lorsque je m’arrêtes pour prendre une photo d’une cascade et pour situer ou je suis , quand une voiture s’arrête à quelques métres de moi. Le couple prends des photos de paysage , il voit bien la cascade mais n’ose pas s’approcher , je leur signale et leur dit de venir juste en face , le contre jour est évoqué , je leur dis de mettre le flash , ou de le forcer le flash , ils sont étonnés , du coup nous sympathisons et discutons un bon moment . Le col semble m’attendre  en me narguant , sauf que je sais que je le vaincrai , à quel prix je n’en sais rien du tout  .La question que je me pose   c’est quand est-ce que je vais mettre le pied à terre et pousser l’attelage ?

Magnifique

La réponse interviendra  juste au moment ou j’aborderai juste le lacet avant celui qui est sur la photo, au moment ou je voulais metre pied à terre pour me reposer un peu .Je suis à l’arrêt juste devant un refuge qui accueille des randonneurs et qui vois je arriver avec un sourire aussi large que la montagne , voyageur solitaire  à l’imatriculation YCM 77 . Je ne vous dis pas la surprise et quelle agréable surprise .Nous discutons longuement et je réalise la pente que je vais devoir affronter dans les deux derniers kilométres de ce col du Puy Mary.Comme il doit aller manger , je me suis dis que si je ne me ravitaillais pas , je ne monterais pas cette pente , donc à côté de l’auberge  il y a un petit lieu ou on peut se désaltérer et aussi manger de quoi se remettre en forme . L’assiette de charcuterie à été bienvenue et elle me servira , puisqu’a la reprise de mon attelage , je mis les pieds sur les pédales mais ne fis que quelques métres et dû descendre et pousser , il me reste à peu prés 1500 métres a pousser pour être en haut , le sommet je le regarde souvent et je me dis plus que , j’ai les jambes en feu  et je boite de plus en plus , je passerai c’est sur , dans combien de temps ? Je ne sais pas , je souhaite pouvoir le passer assez rapidement pour que je puisse descendre tranquillement le versant qui me ménes vers Aurillac .

Apparition innattendue

Je suis sur le sommet de ce col , bien content d’avoir passé cette épreuve , certes j’ai souffert , lutter contre moi-même , repousser mes limites , cela fait un bien énorme , je souffle , j’apprécie ce moment et je vois tout en beauté, je revois le couple de la cascade , une jolie demoiselle qui s’amuse avec l’eau , d’un seul coup tout m’enchante , même un verre d’eau .

Il faut tout de même que je reprenne  le guidon et que je me dirige vers Aurillac sans savoir si j’aurai le temps de rejoindre cette ville , ce qui me fait prendre la décision de m’arrêter au 1er camping que je croise .Je pensais tomber sur une aussi bonne route , en bitume , que celle de la montée , je déchanteraiu vite , malgré que ma vitesse n’est pas affolante , je n’ai plus beaucoup de frein arriére et avant donc je suis tres trés prudent. Une circulation alternée me bloquera une dizaine de minutes . Quand je repris la route et passerai ce secteur de voies alternatives je fus surpris que cette descente n’est qu’un tas de gravillons , je me retrouve avec une peur bleue de chuter sur ces graviers qui sont en forte épaisseur .La descente s’effectue trés  difficilement , je panique même à certains moments donnés tellement le gravier est épais et glissant , pas trés malin ce genre de revêtement et ce jusqu’en bas , ou je croiserai un camping mais il me faut aller à la poste pour faire un retrait . Manque de bol , c’est pas une poste mais un relais poste qu’il y a dans ce village et retirer dans les relais postes c’est impossible . Obligé de me rendre à Aurillac à tout prix . Il reste 47 kms pour arriver à cette ville ; j’ai peur de ne pas y arriver ce soir , vu que j’ai laissé pas mal de forces dans le Col Puy Mary.

Paturages de montagne

Plusieurs fois j’ai croisé , recroisé deux cyclistes , les mêmes en fait qui m’encourageaient , je les retrouverai à l’entrée d’Aurillac en train de mettrre leurs vélos sur la voiture , je m’arrêterai pour leur demander si ils connaissaient la ville et pour savoir ou se trouve le camping . Ils m’ont fort bien renseigner , je les en remercies vivement  puisque j’arriverai au camping sans encombres .Au premier abord le responsable du camping m’apparût comme bourru et tres sec ( je me rendrai compte tres vite du contraire )  il m’indiquera ou me mettre tres séchement  , ce qui me mis mal à l’aise et que je monterai la tente , en ne faisant que bougonner aprés lui , en plus Besançon et Dôle ressurgissait , je n’aurais pas été si fatigué , je repartais de ce camping pour aller ailleurs , même en sauvage .

Rencontres Avant d’attaquer les derniers hectométres du col Décidément tout est beau à ce sommet Le sommet du Puy Mary

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Créer une clé USB bootable pour installer Windows depuis Ubuntu

Tutoriel expliquant comment graver une ISO de Windows sur une clef USB avec WinUSB quand on utilise Ubuntu.

 

Même si j’arrive à convertir quelques windowiens en linuxiens, tout le monde n’a pas les mêmes besoins, et il est parfois nécessaire de devoir installer Windows, notamment lorsque le matériel utilisé n’est pas entièrement compatible, ou parce que l’utilisateur s’est habitué à ouvrir de nombreux logiciels propriétaires qu’il à acheté.

Pour pouvoir le faire depuis une clé USB, pour installer, par exemple un Windows tout frais sur un netbook, lorsque l’on utilise Ubuntu, ce n’est pas toujours « simple ». Je vous avais par exemple présentéUnetbootin qui semble avoir un peu de mal aujourd’hui à réaliser la gravure d’une ISO de Windows sur une clé USB. Je vous avais aussi expliquéces autres méthodes, ou encore présentéMultisystem.

Une méthode relativement efficace aussi est de démonter sa clé USB depuis l’utilitaire de disque et de taper cette commande, mais il faut aussi ajouter le système d’amorçage.

sudo dd if=moniso.iso of=/dev/sdX #sdb, sdc...

La méthode par WinUSB, vraiment simple et très efficace

Si vous êtes à la recherche d’un logiciel léger, open-source avec une interface graphique et aussi simple que deux clics de souris, je vous recommande WinUSB de Congelli501, qui est aussi proposé pour Debian. Avec WinUSB, on choisit son ISO, ou même éventuellement un dvd ou cd d’installation contenant déjà le système, et on termine par choisir sa clé USB ; ni plus, ni moins. WinUSB est très loin d’être une usine à gaz mais ce qu’il fait, il le fait juste facilement et efficacement.

Pour l’installer, il faudra passer par ce dépôt et cette ligne de commande à écrire dans un terminal (ctrl + alt + t).

sudo add-apt-repository ppa:colingille/freshlight && sudo apt-get update

Enfin, une fois les paquets mis à jour, il ne reste plus qu’à installer WinUSB ou dans un terminal par :

sudo apt-get install winusb

Utiliser des paquets d’une source tierce peut représenter un possible risque de sécurité. Soyez prudent et n’utilisez que les sources en qui vous avez confiance.


LES ANOMALIES DES FORCES DE L’ORDRE

INCROYABLE MAIS VRAI : QUAND LA GENDARMERIE SE

 METS A FAIRE DU CHIFFRE…..TOUT EST BON…..

Je n’en reviens toujours pas, même j’en suis encore malade 4 années aprés, cette histoire vaut son pesant d’or sur les anomalies des forces de l’ordre . J’ai eu a faire avec les CRS lors d’un match  SAINT ETIENNE-DYNAMO DE KIEV en 1976. Je sais fort bien depuis ce jour la , ce que sont capables de faire les forces de l’ordre. Ceci est une autre histoire qui vaut tout de même son pesant d’or .

De temps à autre , je remplaçais un ami de  Wissembourg , pour la tournée du courrier de la BNP . Cette tournée s’effectue aprés que les banques soient fermées. Ce qui veut dire que cela ne commence jamais avant 18 Heures , avec un aller de 160 kms environ , il y a aussi le retour .Ce qui veut dire que bien souvent cette tournée se fait de nuit . Il faut dire que cela me mettais du beurre dans mes épinards .Vu ma trés maigre retraite . Je connais bien ce travail ,ouisque je remplaçais mon ami par 3 ou 4 fois dans l’année, en plus j’aime conduire. Il est vrai que la tournée est longue avec beaucoup de kilométres ce qui occasionne que l’on voit beaucoup de choses sur la route .Au vu de ce que je sais , de mon expérience de la route, je ne peut pas me permettre des folies , surtout avec ce travail , car si l’on est immobilisé pour une cause ou une autre ,ou par la police , gendarmerie les conséquences peuvent apportées un gros préjudice à la banque mais aussi à l’entrepreneur .

Donc je roulais sur la route qui relie Mundolsheim à Brumath , pour me rendre à l’agence de Brumath . Jusqu’au moment j’entendrai une siréne qui ressemble à celle des ambulances , pompiers ou gendarmerie . Je ralentirai et me porterai bien à droite , afin de leur laisser le passage . Un moment donné je verrai le gyrophare derriére moi , je ralentirai encore afin qu’ils me dépassent . Mais arrivé à ma hauteur , un projecteur me fût braqué dessus , au point de m’aveugler , car leur projecteur doit être  du même genre que sur les stades de foot. De suite je comprends que c’est la gendarmerie , ce qui voulait dire que je devais me garer et leur présenter mes papiers et ceux du véhicule . Je ne ferai ni une ni deux , clignotant à droite et arrêt en douceur .Je me garerai en toute conscience et honneteté.

Sur le coup j’ai pensé à un contrôle ce qui est en somme logique , ils font leur travail   . Je vais pour sortir du véhicule , je peut dire que j’ai eu 2 féroces qui se précipitaient sur moi , en guise de féroces c’était des gendarmes . Ils criaient comme des sauvages , au point que je me suis demandé ce que j’avais fait . Fort heureusement le 3 éme est beaucoup plus calme et les tempére. Je tomberai littéralement des nues quand ,de part l’assaut que les 2 autres ont tentés  alors que  celui qui est calme m’annonce que j’ai grillé un feu rouge . Je peut dire que j’ai même subi un choc émotionnel , au point de ne plus trouver les papiers du véhicule ainsi que mon permis de conduire.

Ils m’auraient annoncés que je suis passé à l’orange ,je n’aurais pu le nier , car c’est vrai quelques fois je franchis l’orange , quand je suis a plus de 70km/h , je le passe car je ne veut pas freiner intempestivement .Je dis bien passer à l’orange c’est rarissime mais dela à passer au rouge , dans mon inconscient , mon subconscient et mon conscient c’est impossible pour moi.Ce qui provoque que je conteste leurs dires , d’ailleurs entre -eux ils n’étaient pas trés d’accord . A croire qu’ils n’avaient alignés personne et qu’il fallait rentrer avec du chiffre . Je conteste de façon formelle ce que dis ces gendarmes , mais voilà ma parole contre celle de 3 gendarmes , c’est juste à mettre aux latrines.Comme je ne veut pas pénaliser la patite entreprise , qui est deja bien fragile ,qui m’emploie de temps en temps , je décide de m’écraser et de faire le dos rond.

Je ne pourrai pas échapper à l’amende de 90€ , que je contesterai formellement sur le billet du timbre amende , mais que  vaudra cette contestation? Face aux forces de l’ordre on est obligé de plier sans discuter , ils sont les maîtres du jeu .Surtout que la c’est du 1 contre 3 avec en plus assermentation . Je suis incroyablement outré  de ce fait et de cette démonstration de pouvoir .  Que faire , comment réagir devant cela ? Juste fermer sa gueule, alors que c’est plus que révoltant .

J’ai eu comme j »ai toujours eu un sérieux doute sur ces gendarmes , qui selon ce que je pense , ce que j’ai vu ainsi qu’entendu. Je rappelle qu’ils étaient 3 . Que deux sont repartis pour situer où était le feu. Ce qui à pour effet que je doutes sur leur bonne foi , vu qu’ils ne savent pas ou situer le feu , alors que c’est la brigade du coin . Ensuite pour la raison que ce feu rouge à une particularité , celle d’être en peine ligne droite et clignote le plus souvent; Ce qui leur a donné l’occasion de m’aligner et de m’emmerder . Avec le recul j’aurais dû porter plainte contre ces gendarmes , je sais que si ça se refait je dépose uneplainte contre la gendarmerie .

J’ai encore quelques histoires vraies et croustillantes à relater


Essat,Yarra,Sadiaa et Mounira ou la scolarité des enfants burkinabè


Drôle de titre, mais c’est facilement compréhensible. En fait, il faut remonter dans le temps, celui de l’élaboration du projet Velafrica. J’ai toujours dit que je mettrais mon expérience au service de ceux qui en auront besoin. Bien entendu hors de l’Europe.

Au Maroc, je n’ai pas senti ce besoin pour diverses raisons, notamment parce que ce pays me semble trop branché nationalisme, il suffit de voir l’histoire des Sahraouis. Donc il ne m’a pas semblé opportun de mettre en oeuvre quoi que ce soit. Certes j’aurais pu faire quelque chose au Sahara occidental, sauf que le climat à l’époque de mon passage était très malsain.

En étonnement
En étonnement

Plusieurs fois je me suis fait contrôler par la police marocaine, voire l’armée pour avoir pris un cliché. Je me rappelle le contrôle de la gendarmerie et ensuite de la police un peu avant Tantan où le policier prit mon passeport en le lisant à l’envers. Voyant cela je décidai de suivre ce policier. Je ne venais pas de faire un pas que j’avais sur le ventre le canon d’un fusil automatique. J’ai été très marqué par cet événement et  je me suis dit, tu ne dois pas t’attarder dans ce pays, à mon plus grand regret. Ce que j’aurais pu faire au plus vite, sauf que pédaler seul dans le Sahara occidental c’est autre chose que d’être dans un fauteuil de cinéma.

La Mauritanie, je ne m’y attardai pas non plus, déjà avec l’exemple du guide, cet incident est relaté dans Vélafrica projet fou. Sans parler aussi de l’ambassade de France , un de mes plus mauvais souvenirs, comme si j’avais à être diligenté et commandé par un ambassadeur et son personnel. En fait, j’ai l’impression que ceux qui ont ou qui font un projet un peu fou sont les malvenus dans une ambassade de France.

Equipé contre le vent de sable
Equipé contre le vent de sable

Voilà pourquoi au lieu de passer au Sénégal j’ai parcouru la route dite de  » l’espoir «  ( selon moi la route du total désespoir ) jusqu’à Gogui, entrée du Mali .

Malade et sentant mes forces diminuer, j’ai été obligé de rallier la capitale, Bamako. Par chance, j’ai découvert l’auberge Djamila, où il fait bon vivre et se prélasser. Je tentai alors de soigner mes candidas albicans et albacius. Là, j’ai eu l’occasion d’effectuer le remplacement d’une formatrice en chaudronnerie, Nassarah, une blanche, comme ils disent ici. Entre nous cela me fait bien rire, non pas parce que c’est une femme qui enseignait la chaudronnerie, mais parce qu’elle enseignait au jour le jour et au petit bonheur la chance à Niamana dans l’entreprise Négé  Blon. Je pense que Négé  Blon l’a licenciée pour son incompétence. Bref une expérience de trois semaines que je n’ai pas regrettée.

 J’ai été forcé de quitter le Mali à cause de l’embargo, suite au putsch du capitaine Sanogo. J’ai  passé la frontière du Mali et du Burkina-Faso avec un simple mot , une recommandation d’un commandant de gendarmerie de Ségou. Je suis passé par Bobo-Dioulasso sans avoir l’envie de traîner dans cette ville pourtant animée. J’arrivai à Ouagadougou où je connaissais déjà l‘auberge  Zem Batik, grâce à Jordi Baldrich. Je pensais passer quelques jours et  soigner mes candidas albicans et albacius. Comme je correspondais avec une personne de Ouagadougou sur Facebook  qui était soi-disant ami avec Clément, je me sentais  confiant. Très vite j’ai dû déchanter et j’ai cherché à louer une pièce ou deux. Une occasion se présenta et je me retrouvai dans le quartier de Cissin chez un imam, moi qui suis athée. De suite je me suis aperçu de la pauvreté de cette famille. Il y avait tout de même une belle chose, c’est que les deux plus grandes filles allaient à l’école, la troisième n’avait pas l’âge d’être scolarisée. Je  suis resté chez eux jusqu’à la fin des vacances scolaires. A ce moment là j’ai appris que  la plus grande Essat , ne continuerait pas  sa scolarité vu les petits moyens financiers de la famille. Face à cette situation, j’ai pris la décision de mettre la grande en 6e.

Rencontre innattendue, des japonais en plein sahara et en vph.
Rencontre innattendue, des japonais en plein sahara et en vph.

Il faut savoir que la scolarité au Burkina Faso n’est pas obligatoire et qu’en plus elle est payante à des tarifs prohibitifs. Il  un fossé  entre l’enseignement gratuit et l’enseignement privé. Fort heureusement la classe où va être intégrée Essat est assez peu onéreuse. Je mettrai la main à la poche pour lui payer sa scolarité et aussi des cours d’appui. Quant à la petite Yarra, nous irons voir la direction de l’école maternelle. Je mettrai aussi mes propres deniers pour que la petite espiègle puisse évoluer et se former, et celle qui est entre les deux poursuivra son cours primaire .

C’est vrai que le temps passe très très vite et que les années passent de plus en plus vite. Je n’ai pas vu arriver la nouvelle année scolaire. Comme je suis encore en ces lieux, toujours suite à mes candidas albicans et albacius, je me pose des questions, car j’ai tout de même crée un espoir pour ces 3 gamines, l’espoir de continuer leurs études. Sauf que les données changent :  la plus grande va passer en 5e , la seconde en 6e et la dernière en CP. Ce n’est pas du tout la même chose et je vois gros comme une maison que les deux grandes ne vont pas aller à l’école. Cela me dérange au plus haut point et je me demande comment faire ?

Asseta la plus grande
Asseta la plus grande

Par chance une opportunité se présentera , j’en saisirai vite les tenants et les aboutissants . Cette opportunité ce sont les membres directeur de l’AHCE (Association Humanitaire du Conseil de l’Europe)à savoir Philippe Woerth et Christopge Guth , viennent à Ouagadougou . En fait je ne connais pas trés bien  Philippe  Woerth, puisque je le connais grâçe à un site internet qu’il à crée en plus de celui de l’association .

Des gens de ma ville en france , en l’occurence Strasbourg , qui viennent au Burkina-Faso , pour des vacances ou pour autre-chose , je ne peut pas refuser de les rencontrer . Cela se fera devant un pot au jardin de l’amitiée en plein centre ville de ouagadougou. Je ne chercherai pas à savoir pourquoi ls sont venus . Je pense que je le saurai un jour . Jour qui viendra plus vite qu’on peut le penser . C’est à quelques jours de leur retour que je saurai , au cours d’une conversation , ils parleront que le container était encore en douane à Abidjan .

C’est la que j’appris que les deux compéres étaient descendus à Ouaga , pour mettre en place des ordinateurs . Là aussi je ne poserai pas de questions . Etant entendu que je pourrais peut-être les aider à récupérer ce matériel , c’est à dire 25 ordinateurs , qui sont dans un container de l’Association Sainte -Véronique du Haut-Rhin . Ayant une connaissance au sein de la douane Burkinabé ,je leur en ferai part afin de savoir comment ils peuvent faire pour récupérer ce matériel  fourni par Humanis de Strasbourg. Je remercie au passage ce gradé de la douane du Burkina-Faso qui nous donnera de précieux renseignements. Sauf que les machines sont toujours en douane en côte d’ivoire. En plus l’heure de leur retour au pays sonnait . Aussi bien pour nos deux strasbourgeois et le président de Sainte-Véronique . Je leur fis une promesse de m’occuper de cela  . C’est au bout d’un bon mois et demi , aprés de nombreux appels téléphoniques à la douane ivoirienne , que j’appris par un mail de François le président , que les ordinateurs étaient arrivés à la Paroisse Saint-Pierre  de Goughin . C’est la que je vais rentrer en action pour AHCE.

Sadiaa au premier plan et Mounira derriére
Sadiaa au premier plan et Mounira derriére

La premiére des choses sera d’aller voir le matériel et d’évaluer les travaux , c’est aussi l’instant ou je rentre en relation avec le Curé  Urbain    . Le personnage me parût super sympathique , ce qui fera que je trouverai une motivation pour mettre en place ces ordinateurs . Cela représente tout de même un travail monstre vu la qualité de la connection Burkinabée . Je m’attellerai à effectuer ma tâche aussi bien et aussi vite que je le peut .Une fois que le curé me connaissait assez bien . Qu’il a vu que je ne bluffais pas , je penserai à lui demander un service . Vu que sa paroisse accueille une école allant de la 6éme à la 3éme , c’est pour moi l’occasion de lui faire savoir mon questionnement . Je lui demanderai d’accepter d’inscrire et de payer la scolarité 2013/2014 de Sadiaa , soeur de Essat .

Il ne se prononçera pas de suite , inutile de vous dire que j’attendais cette réponse , en l’espérant favorable . Elle viendra trés tardivement et trés prés de la rentrée scolaire ou le curé m’annonça que son établissement scolaire n’accueillait plus les classes . Que le batiment  était destiné à une grande école . Inutile de vous dire que le ciel me tombais sur la tête . Fort heureusement il me fera une proposition qui me paraissait encore plus belle que celle que j’espérais . Il me proposa d’aller ensemble à la rencontre du frére Victor , directeur de l’école , dite d’excellence , de la Sainte-Famille . J’avoues avoir eu  peur car je connais ce qui se dit sur cette école , certes du grand bien , ce n’est pas pour rien qu’elle se dénomme école d’excellence .En plus de connaître le fossé aussi grand qu’un canyon entre l’école dite cp et une école privée , laisse tout de même de grosses réflexions. Aprés l’entretien avec le patron de l’école Wend Manegda , j’appris que Sadiaa devait passer un examen de connaissances  et d’évaluation. La aussi je tremblerai sur mes bases .Entre-temps un ami sculpteur, Anase, qui s’occupe de la galerie Zem Batik me demandera si je ne peut pas intervenir pour sa fille Mounira . Je profiterai de cette occasion pour demander si Mounira pouvait entrer dans ce collége.  Le passage de cet examen me fera sortir une somme assez conséquente , mais voila c’est comme cela . Maintenant   reste à elles seules de passer cette épreuve . Je ne peut faire qu’attendre .

Yarra trés perplexe
Yarra trés perplexe

C’est bien beau d’attendre , il reste tout de même la plus grande  Essat ou Asseta . Ca me travaille au ventre que cette jeune fille ne puisse pas poursuivre sa scolarité , vu qu’elle à réussit son passage en 5éme . Je parlerai longuement avec elle , il faut bien se rendre compte de la réalité , les parents peuvent à peine subvenir à la scolarité de la plus petite Yarra . Il va falloir que je prenne une décision . Laquelle je n’en sais rien pour le moment , en plus je suis déboussolé de cette histoire . Tant pis je dois me jeter à l’eau , je vais lancer un sos sur facebook, pour Mounira et pour Asseta .Cet sos verra la réponse d’une dame de la région de Hyéres , Toulon qui m’enlévera une épine du pied en réglant la scolarité de Mounira  avec un supplément afin que la jeune fille ne fasse pas 4 h de marche pour aller et revenir de l’école. Merci Madame Fatima K ………..

Quand à la scolarité de Asseta , je prendrai sur moi et sur ma maigre retraite , afin qu’elle puisse encore aller de l’avant . L’examen de Sadiaa et de Mounira , me donnera quelques sueurs froides , puisque les deux filles n’apparaissait pas sur la liste des admis . Est ce qu’il y a un repéchage ? Je n’en sais rien . Donc je vais aller voir le frére Victor , pour en savoir plus . En fait il y a eu un oubli pour Sadiaa , Mounira apparaitra sur la liste des repéchages . Elle fût acceptée  en 6eme D alors que Sadiaa sera en 6éme C .  Asseta rentrera aussi à dans l’établissement de son choix , c’est à dire le groupe Cefise/Benaja . Il  est à préciser que pour l’année scolaire 2012/2013 , j’étais déja intervenu pour la scolarité de cette jeune fille , au sein de l’école Zoé, en lui réglant les honoraires d’inscription et l’achat d’une bicyclette .

Maintenant il reste à croiser les doigts que tout se passe bien , surtout avec ce ravin profond qu’il y a entre les ecoles privées et les écoles de l’état . Nous sommes à la fin du 1er trimestre , les résultats vont tomber . Je suis rassuré car la petite Sadiaa à obtenue une moyenne e 13,6 sur 20 , la moyenne de sa classe ou il y a des enfants de ministres est de 16 , elle se trouve classée 16éme sur 64. Je pense que j’ai bien fait surtout que ces filles sont toutes pauvres , trés pauvres , musulmannes dans une école laique et catholique ………… Quand à la petite Yarra qui vient de rentrer en classe primaire , ses parents ont subvenus à son inscription , sa tenue ainsi que les cahiers , stylos et livres. Certes il faut bien responsabiliser les parents , mais voilà cela est une autre histoire .

Le pére est un immam ne travaillant pas , suite au traumatisme qu’il à subit dont la cause est l’incendie du grand marché de ouagadougou    (27 mai 2003) , en plus en étant immam , c’est un immam sage et trés modéré . Ce qui à pour effet que les revenus du maître de la maison sont quasi inexistants . Il y a tout de même quelques revenus graçe à la mére  qui tissent des pagnes , ce n’est pas la fortune  au plus 17 000francs cfa par mois . Le métier à tisser est trés rustique au bord de la rupture . Je cherche à lui procuré un nouveau métier à tisser , mais voila mon seul revenu est ma maigre retraite dont je n’ose pas dire le montant tellement c’est dérisoire , juste une indication moins de 600€.

J’ai des nouvelles qui ne sont pas trés bonnes au sujet de Mounira et de Essat  .  Je n’ai pas confirmation des notes  comme je n’ai pas les classements de ce 1er trimestre . Je commence par Sadiaa qui je rapelle est à l’école de la Sainte-Famille .Pour elle tout va assez bien , certes c’est une boseusse . Donc pour elle une 19éme place vient la récompenser avec une moyenne de 13,60 sur 20. Son point faible qui est le point faible des autres est le français . Je lui ai acheté un Bled personnellement pour qu’elle puisse acquérir un niveau moyen ce sera déja pas mal .

Pour Essat je n’ai que des informations non  confirmés mais elle se trouve avec une moyenne de 7 sur 20. C’est plus que du faible . Je mesure toutes les difficultés pour elle . Je rapelle 15 ans en plein âge de puberté . En plus elle se rebelle contre presque tout , surtout ses parents, notamment sa mére qui est sans arrêt à l’appeler pour faire ceci ou cela , corvée de bois ou de To etc…. J’avoues que moi-même ça m’agace quand je susi dans ma chambre je n’entends que cela , alors qu’elle devrait étudier . Oui je sais elle à l’air aussi de s’ennuyer en révisant ou en bossant ces études. Il y a aussi que les parents (juste le pére , qui est immam )n’ont qu’une éducation islamique , sans connaissances de l’éducation laique . Ce qui en revient à dire que c’est une barriére de plus à franchir pour elle .

Pour Mounira le cas est identique à Essat , avec en plus qu’elle préfére jouer que d’étudier donc aux nouvelles que j’ai il paraîtrait que sa moyenne serait de 5 , j’attends confirmation , c’est juste une rumeur en ce qui la conçerne.

En attendant on se trouve au soir du 30 Décembre donc je vais en profiter pour vous souhaiter mes voeux de Santé , Bonheur et Prospérité pour la Nouvelle Année 2014.

A Suivre billet non terminé

 

 


INFORMATIQUE A LA PAROISSE SAINT-PIERRE

   INFORMATIQUE  A LA PAROISSE SAINT-PIERRE DE GOUGHIN

Le petit domaine de la paroisse Saint-Pierre
Le petit domaine de la paroisse Saint-Pierre

 

C’est par un mail courant mai 2013 , qui me demandait si j’étais toujours à Ouagadougou . Ce mail provenait de Strasbourg et d’une personne que je ne connaissais pas . Par contre lui me connaissait  . Il me faisait savoir qu’il serait présent, avec un ami , au Burkina-Faso  de telle date à telle date , courant juin et qu’il serait heureux de me rencontrer. Bien sur vous vous doutez bien que rencontrer des gens de ma ville ou même de France  dans ses contrées, est toujours un plaisir en plus d’une découverte .Cela ne peut que m’inciter à rester encore quelque-temps . Malgré que j’étais bien décidé à quitter ce pays , ou je ne me sens pas . Connaissant l’Afrique comme je la connais , je ne reconnais pas ces africains qui se disent des hommes intégres , alors que sans arrêt ils te démontrent le contraire .Bref , je suis en train de m’étaler sur mes pensées et mes conclusions , alors que ce n’est pas le moment , puisque je vais attendre  les deux personnes qui vont venir dans la capitale Burkinabée. 

Quand ils arriveront je les rencontrerai , juste une bréve rencontre devant un pot , il faut savoir que quand on parle de pot , c’est bien souvent une biére , bien une Brakina ou une Sobebra (nationalisme oblige ) . Certes il y a quelques biéres comme la Flag , Beaufort,Castelbeer quelques fois Heineken ou Pelforth. Je ne chercherai pas à savoir si ils sont au Burkina-Faso en touristes ou en mission. J’apprendrai bien plus tard que ces deux compéres , en l’occurence Philippe Woerth et Christophe Guth , sont en mission pour leur association  AHCE  (Association Humanitaire Conseil de l’Europe) . Leur mission est de venir mettre en place 25 ordinateurs , fournis par Humanis Strasbourg. La dessus il y à encore un autre intervenant en la personne de François , président de l’association Sainte -Véronique de  Saint-Hippolyte-68590-bien sur en France. En fait celareprésente une belle chaîne de solidarité alsacienne de surcroît.

C’est au cours d’une conversation que je prendrai connaissance de leur probléme. Il réside en fait que les ordinateurs ont été envoyés dans un container que l’association Sainte -Véronique c’est rendue propriétaire , elle a mis de la place à disposition de AHCE  ,pour que les computers puissent arriver au  Burkina -Faso .  Mes deux compéres pensaient que ce matériel était déja au Burkina-Faso en l’occurence Ouagadougou. Malheureusement le container et les ordis sont toujours à Abidjan en zone de douane  , ils se posent de nombreuses questions , en plus ils viennent de passer deux semaines ici en touristes au lieu de mettre en place  ce que souhaite ardemment le curé Urbain de la paroisse Saint-Pierre , c’est -à -dire les ordinateurs . Ayant une connaissance bien placée dans le service des douanes , je leur en ferai part . Peut-être qu’il pourra nous aiguiller et nous diriger vers les bons services.urbain

En attendant ce  monsieur à un poste à responsabilités dans les douanes , nous sera d’un grand-secours au niveau des renseignements et nous aidera beaucoup . Notamment pour savoir à qui s’adresser ici à Ouagadougou . Je l’en remercie encore beaucoup au nom de mes camarades de AHCE  , de Sainte-Véronique et de moi -même . Il en résulte tout de même qu’il faudra un certain temps  pour que le container arrive à destination. Non seulement il fat que ce container sorte de la côte -d’ivoire pour arriver au service des douanes et de la défiscalisation du Burkina-Faso . Combien de temps encore à attendre ? Finalement je proposerai à ces garçons de m’occuper de cela et de mettre les ordinateurs en place .

Bien longtemps aprés leur retour en france environ deux mois les computers seront à la douane ouagalaise , il reste la défiscalisation qui prendra aussi un certain temps . Ils finiront par arriver et là je dois m’atteler à mettre ce matériel en place . La premiére des choses et de vérifier le matériel et de voir comment il fonctionne ?  Cela , comme on va le voir ne va pas être une synécure .

En fait cela ne va pas être facile  pour la raison que deja il n’y a que le curé qui à une connection , ensuite démarrer chaque ordinateur ne va pas être une partie facile , car il semblerait que windows xp est installé , sauf qu’il y a des clés ou des mots de passe , qu’il faudra que je casse pour rentrer dans le bios . Pourquoi rentrer dans le bios? Simplement que je dois refaire une installation , mais pas de windows , vu que ces machines sont destinées à une salle informatique , qui est appelée à devenir une classe informatique . Donc la meilleure des solutions est d’installer un systéme  éducatif , de suite je pense à Edubuntu .installation

Cela va être long , pour diverses raisons notamment de sécurité , car il y a certaines machines qui ont des clés dont je devrai utiliser ce qu’on appelle un casse brique afin de connaitre le password du bios .Ensuite , il m’a fallu 3 jours pour télécharger l’image iso de Edubuntu 12.04 LTS.Je ferai une premiére installation , sans internet (on verra l’importance plus tard ). Installation qui durera assez longtemps vu que Edubuntu pese 2,9 Gb . installer sans internet c’est trés long  vu qu’il faut compter sur les coupures électriques .Sans compter les coupures internet car je réussirai , en achetant un cable RJ45 , à me connecter sur la connection du curé Urbain.Bref une grosse galére qui va me surprendre .

Je réussirai à mettre tout en place , non seulement les machines qui fonctionnent et une premiére installation  de la salle informatique qui va permettre à Christophe de revenir à Ouagadougou , pour finaliser le projet AHCE. Je finirai à temps la mise en place et les installations  du systéme.

Car je recevrai un mail ou Christophe me dit qu’il arrive à ouagadougou avec une de ses amies , qui est désireuse de porter une aide humanitaire.  Oui mais même si les ordinateurs sont en place et effectifs , il manque encore l’installation électrique et aussi la ou les connections.  Ils arriveront pour organiser un stage sur la conception d’un CV . Certes il reste encore à faire l’installation électrique de chaque ordinateurs et aussi de les protéger au niveau des surtensions . Ce qui va occasionner bien des déboires . Vu que cela va demander encore un certain temps  , il faut savoir qu’en afrique ce qui ne se fait pas aujourd’hui peut se faire demain ou plus tard . Il faut aussi savoir que le burkinabé (peut-être l’africain) ne sait ren faire de gratuit et commence les travaux seulement quand il à reçu l’argent . Bref le curé Urbain à donner 175 000 francs cfa pour une installation électrique qu’il n’a pas vu et pas essayer .(La -dessus je suis trés sceptique come trés méfiant )Pour mes convictions le curé Urbain c’est fait voler 95 000 francs cfa , pour une installation qui en vaut à peine 80 000francs cfa .Je n’en dirai pas plus tout en pensant que …………….!fils Je réussirais aprés une grosse colére a ce que le vrai électricien vienne et j’exigerai qu’il protége à la source les ordinateurs et les prises électriques du batiment . En fait l’installation électrique  trés sommaire sera en place 3 jours avant le départ pour la france de Christophe et de Hélène . Ce qui donnera l’occasion à nos deux nassaras (blancs) de faire un peu de tourisme au Burkina-Faso , en l’occurence les cascades de Banfora, Bobo -Dioulasso , les pics de Sindou , le lac aux hippotames .Ce fût une aventure croyez -moi (je vous la conterai dans mes carnets de voyage )…….Pour revenir et faire deux jours de stage sur la confection d’un cv avec Edubuntu et Libre office writter. Il faut que je vous précise que le curé Urbain avait annoncé la venue de Christophe et Héléne  , que ceux-çi venaient pour finaliser le projet AHCE . Donc l’annonce d’un stage informatiqque.

Devant le nombre important de candidats , ils furent dans l’obligation d’organiser une séance d’informations , comme de spécifier que seul 20 personnes pourraient bénéficier de ce stage. Cela me parût fort normal , mais en attendant le curé Urbain à crrée une formidable envie de découverte et de connaissances. L’engouement crée par ce stage ne pût être évalué , vu le nombre de personnes qui se présentérent à la réunion d’informations .(Remarqué le nombre d’intéréssés)infos

Certes c’est bien dommage tous ses contre-temps , mais c’est ainsi . Finalement le stage sur la création d’un cv original sortant de l’ordinaire se déroulera seulement sur deux jours , c’est bien dommage , je le déplore . Il faut savoir qu’Héléne était enchantée de cette mission , elle aurait voulue en donner plus . Encore une fois hélas c’est l’Afrique. En tout état de cause les stagiaires en ressortiront fort satisfait en ayant découvert un autre système que windows  ainsi qu’en ayant réaliser un CV qui risque de faire mouche de par son originalité . Par contre le manque de connection se fera cruellement sentir ,pourquoi ? Simplement que , si vous avez suivis mon discours , vous devez savoir . Comme je suis gentil  je vais vous expliquer . J’ai éffectué les installations sans internet , ce qui ne me permettra pas de mettre en action les mises à jour de mon Edubuntu 12.04 LTS . La surprise viendra quand on rallumera les ordinateurs pour l’initiation au cv . Tant pis on fera avec , il s’avérera que ce n’est pas du simple . On est devant le mur et il faut s’y atteler.

Il faut préciser qu’auparavant le curé Urbain effectuera une bénédiction de la salle informatique de la paroisse Saint-Pierre de Goughin à Ouagadougou. la croix

 Comme je vous le disais auparavant , il fût   organisé une séance d’informations , vu le nombre de participants , nous ne pourrons jamais accueillir autant de monde en une seule fois . On voit qu’organiser un stage informatique sur un sujet précis demande au minimum deux semaines pour atteindre un grand nombre de personnes. (La photo de la séance d’informations est la pour vous donner un ordre d’idées) .Au passage je vous signale que je n’ai jamais suivi de cours infrmatiques et que ma formation est autodidacte , au niveau de la pratique des os et l’entretien des ordinateurs comme de la réparation.

 Il reste maintenant que ce petit stage puisse bien se dérouler , Chrristophe et Hélène sont trés motivés , par contre je suis assez nerveux , pour diverses raisons , notamment le trac d’avoir omis un petit détail . Ce petit détail apparaitra trés vite , qui est le manque de connection , ainsi que la mémoire RAM est assez faible . La ou les solutions existent , il reste que le nerf de la guerre est toujours l’argent .

Pour le stage de la réalisation d’un cv , je pense que les photos parleront mieux que moi . Je sais que cette idée à été bien accueillie et demande à être renouvellée.survStageLes stagiaires du cv avec les  formateurs

Je précise que tout ce travail à été fait sans rémunération , autrement dit bénévolement , en demandant tout de même au curé Urbain , une faveur . Celle de m’aider à scolariser une jeune fille de 11 ans qui doit rentrer en 6éme . IL s’avére que ces parents sont trés pauvres et ne peuvent pas l’inscrire dans une école  (Il faut dire que l’école ainsi est presque un luxe ) . Pour être dans une bonne école il faut payer trés cher . Donc j’ai demandé à Urbain d’accepter dans son école la petite Sadiaa Sanfo .(Je ferai un autre papier sur ce sujet ) Mais sachez que le curé Urbain à placé la petite Sadiaa à l’école wendmanegda  dites de  la Sainte Famille . Ecole d’excellence.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


LE JEU FAVORI DU BURKINABE

Depuis que je suis au Burkina-Faso  , à maintes reprises , que dis je …….! Une vaste bétise, puisque c’est par plusieurs fois que je le constates chaque jour . Le simple touriste ne peut pas voir ces à côtés la , le simple lambda qui vient quelques jours au Burkina -Faso ne peut pas en faire le constat, pourtant , Hélas  trois fois hélas . Le jeu favori du Burkinabé est …...L’INCIVILITE

Ce constat est fait plusieurs fois par jour et croyez – moi que ça exaspéres.

Le premier lieu est dans la circulation , aucun feu rouge n’est respécté . Non seulement par les automobilistes , les camions  , les vélos . Le pire ce sont tous ces gens qui conduisent une soi -disant motos , ce que j’appelle vulgairement une djakarta .Leurs motos de pacotille , n’est ni plus ni moins qu’une pale copie des cyclos japonais ,ou s’affiche la marque Yamaha . Selon ma personne ce ne sont pas de vraies yamaha . Je connais la marque depuis 1962 et je pense que cette marque ne peut pas se permettre de mettre en circulation de tels engins .Surtout si dangereux à une population qui ne connaît ni le code de la route et encore moins les régles de circulation, dont cinquante pour cent ne savent pas lire et écrire .

A mon avis c’est logique que les usagers de la route en profitent au maximum vu le laxisme des autorités.Là aussi il y aurait à écrire , mais voilà ont (pas ma personne ) se retranchent derriére  les US et les COUTUMES. Je pens même qu’ils se réfugient totalement derriére cela . Ce qui prouve bien qu’il y a beaucoup de zones d’ombres.

RESPECTER LE CODE DE LA ROUTE , C’EST DEJA SE RESPECTER ET RESPECTER AUTRUI (LES AUTRES )

Non seulement le Burkinabé est

Je ne suis pas du tout étonné de savoir que sur la route il y a de nombreux accidents et de nombreux morts , vu cette incivilité . Par exemple dans un pays pauvre comme le Burkina-Faso , je n’ai jamais vu autant de supers voitures  du 4X4 sophistiqué  à la Ferrari ou Corvette dernier cri . Qui en plus circule comme des dingues  sans immatriculation , ni devant ni derriére. Je vais éditer diverses petites vidéos conçernant ce que je dis la .

Autre exemple , vous vous trouvez  dans une boutique , pharmacie ou autre , vous arrivez il y a 6 peresonnes devant vous . Le bonjour il n’y en aura pas et celui qui vient de rentrer va tenter de se faire servir de suite . Le plus fort c’est que  ce que je vais dire la est véridique en plus m’est arrivé . Je  suis en 7 eme position , un policier arrive  et bien entendu tente de passer le premier , est ce que cela est normal et logique en ce pays ?

Autre point , partout et en tous lieux , le Burkinabé tentera de se retrouver à être en tête pour se faire servir , même si le vendeur est en train de vous servir . Est-comme cela que le respect est compris au Burkina-Faso?

Autre exemple , vous cherchez quelque -chose de bien précis , vous n’aurez pas à faire à un vendeur mais des dizaines de vendeurs , qui ne cessent de vous harceler .Comme par hasard vous dialoguez un peu fort et un peu trop passionnément , la vous serez encerclés de toute une ribambelle de certaines personnes douteuses qui vont tenter une action qui est plus malhonnête qu’autre-chose . Si le dialogue s’envenime un peu , certains que vous n’avez pas vu arrivés sont capables de vous insulter (bien entendu dans leur dialecte) ou lancer un projectile comme un tabouret et autre ustensile.

Autre jeu favori des commerçants du burkina-faso , c’est de ne pas avoir de monnaie  pour rendre au client son dû . J’ai observé plusieurs fois ce petit manége , ça peut rapporter gros au commerçant ou à la caissiére .Alors que la piéce de 1 franc cfa , comme celle de 5 francs cfa existe . Ces piéces la on ne vous les donnera jamais , à moins d’aller trouver la direction . D’ailleurs ça commence à le faire avec les piéces de  10francs cfa .

 Je  constate que le burkinabé se croit au dessus de toutes lois , que ce qui compte c’est finalement lui et rien d’autre . Est-ce cela vivre en société ?

Je concluerai sur cela , en pensant aux divers recours que certains dirigeants ont tentés . Ce qui veut dire que même dans le sport le Burkinabé se croit au dessus . Ce n’est pas cela vivre en société et en harmonie .


PAQUETS ET DEPENDANCES SOUS UBUNTU

Paquets et dépendances

Un paquet A est une brique logicielle qui dépend potentiellement d’autres paquets B,C, D. Ainsi B, C, D doivent être installés avant A, puis seulement ensuite A peut s’installer.

La même problématique s’applique quand on désinstalle. Si on désinstalle B (ou C ou D) avant A, on casse A. On doit donc d’abord désinstaller A pour pouvoir déinstaller B. Le fait de déinstaller B ne requiert rien au niveau de C ou D.

On voit donc que l’ordre dans lequel on installe/désinstalle les paquets est important.

apt et dpkg

Le gestionnaire de paquets debian fonctionne en plusieurs couches. Les deux couches qui nous intéressent sont :

– dpkg : la couche « bas niveau » : quand je déploie A, je vérifie au préalable que B, C, D sont présents, sinon je plante. dpkg ne fait rien pour essayer d’arranger le problème, ce n’est pas son problème (c’est celui d’apt). dpkg sait donc ce qui est installé et dans quelle version, et il sait donc si A peut ou non être installé avec succès.

– apt : on voit que ce qui manque à dpkg c’est un plan de bataille : télécharger A, B, C, D, puis invoquer dpkg dans le bon ordre. Pour cela, apt doit savoir où télécharger les paquets, et c’est le rôle de /etc/apt/sources.list. apt peut demander à dpkg ce qui manque et dans ce cas là, télécharger ce qui manque. Ensuite il appelle dpkg dans le bon ordre pour faire le boulot.

Problème 1 : on voit que dpkg, au moment de vérifier les dépendances, fait des vérifications. Ainsi si un autre dpkg travaillait au même moment, les deux pourraient se tirer dans les pattes et faire n’importe quoi. C’est la raison pour laquelle seul un dpkg doit tourner à la fois.

Réponse au problème : pour garantir que dpkg n’est lancé qu’une seule fois, il place un verrou (c’est un fichier vide, en l’occurrence /var/lib/dpkg/lock) quand il travaillle. Si on lance un autre dpkg, il verra ce verrou et refusera de poursuivre car il craindra qu’un autre dpkg tourne déjà (cf le message d’erreur que tu as). Note que le choix d’utiliser un verrou plutôt que de regarder quels programmes tourne est un choix délibéré mais nous n’entrerons pas dans ces détails techniques : le choix qui a été fait, c’est de poser un verrou 🙂 S’il y a un verrou on stoppe ; sinon on enchaîne. Une fois que dpkg se termine, il retire le verrou. Ainsi on pourra par la suite à nouveau lancer dpkg.

Conséquence : si dpkg plante lamentablement avant d’avoir retiré le verrou, on se retrouve avec un verrou résiduel qui n’a plus lieu d’être. Ça peut arriver par exemple si tu as éteint violemment ta machine alors que dpkg travaillait. Dans ce cas, il faut vérifier que dpkg ne tourne pas est dans ce cas, supprimer le verrou avec la commande rm.

Précisions : installer/désinstaller un programme (ou le virer) a un impact important sur le système. On considère qu’un programme a un impact important s’il peut pénaliser certains utilisateurs de la machine. dpkg est donc clairement dans cette catégorie (et en conséquence, apt aussi). Ainsi toutes ces commandes requierent des droits administrateurs (root). Sous Ubuntu on les acquiert via sudo. C’est la raison pour laquelle on doit soit lancer « apt-get update » dans un terminal root, soit lancer « sudo apt-get install … ». Note que tous les utilisateurs n’ont pas forcément la possibilité d’utiliser sudo. Mais pour simplifier cette distinction, sous ubuntu, l’utilisateur qui a été créé à l’installation peut le faire.

Conclusion : la présence d’un verrou peut être justifiée ou non. On supprime ce verrou comme mentionné par boisdulait quand il est n’est pas justifié.

sudo rm /var/lib/dpkg/lock

Conséquence : on voit que la pose et la dépose de ce verrou n’est pas anodine. Ainsi créer ce fichier requiert des droits root. Si dpkg est lancé sans droits root, il ne peut pas poser ce verrou et donc poursuivre proprement la suite des opérations. Ainsi, oublier le sudo peut engendrer le message

E: Impossible d'ouvrir le fichier verrou /var/lib/dpkg/lock - open (13: Permission non accordée)
E: Impossible de verrouiller le répertoire d'administration (/var/lib/dpkg/). Avez-vous les privilèges du superutilisateur ?

Problème 2 : quand on installe un paquet, on le décompresse et ensuite on le configure. Si le gestionnaire de paquet plante entre ces deux étapes, il n’a pas fini le travail jusqu’au bout et donc le paquet est partiellement installé. On est typiquement dans ce cas quand ce message apparaît :

E: dpkg a été interrompu. Il est nécessaire d'utiliser « sudo dpkg --configure -a » pour corriger le problème

Réponse au problème : dpkg maintient à chaque fois dans quel état est un paquet (est-il décompressé, est-il configuré, est-il présent sur la machine…). Si quand on le relance, il détecte des paquets installés, il demande à être remis à plat typiquement avec la commande :

sudo dpkg --configure -a

Problème 3 : quand on installe un paquet, on décompresse en réalité une archive compressée au bon endroit. Mais parfois il faut au préalable préparer le terrain (avant de décompresser), ou au contraire le niveler :p (après avoir décompresser).

Réponse au problème : un paquet peut contenir des « scripts » qui se déclenchent juste avant ou juste après sa décompression (pre inst ; post inst). Le même principe existe pour une désinstallation (pre rm ; post rm). C’est visiblement dans ceux-ci que tu es allé farfouiller sur la fin, mais normalement tu n’es pas sensé le faire.

apt-get vs aptitude

Ce sont deux outils qui permettent tout deux de manipuler apt. Pour des raisons assez mystérieuses (pour ne pas dire constestables) ubuntu a délibérément décidé de ne plus installer aptitude par défaut sur ses dernières versions, ce qui à mon humble avis n’est pas le meilleur choix. En effet, dans sa résolution de dépendances, aptittude est souvent plus malin qu’apt-get et débloque des situations ou apt-get plante lamentablement.

C’est ce qui t’es arrivé quand tu as lancé :

e:~$ sudo aptitude update
sudo: aptitude: command not found

Ainsi pour résoudre le problème il suffit d’installer la commande aptitude, qui est fournie par le paquet aptitude (c’est quand même bien fait, le paquet porte le nom de la commande qu’il fournit, ils sont vraiment malins chez debian :p)

sudo apt-get update
sudo apt-get upgrade
sudo apt-get install aptitude

Bon il faut bien voir que parfois le nom du paquet est moins intuitif. Mais encore une fois debian a tout prévu, il y a des moteurs de recherche pour toujours trouver quel est le paquet qu’il nous faut (apt-cache, apt-file). Mais bon ça on laisse de côté pour le moment 😉

Bon et mon problème dans tout ça ?

La première bonne nouvelle, c’est que cette longue introduction t’explique ce qui s’est passé jusqu’ici et donc si tu as pris le temps de lire et que tu as compris, si l’erreur se représente, tu sauras la résoudre par toi-même. Bref apt devrait être un peu plus obéissant.

But du jeu : aptitude marchant mieux qu’apt-get, on va lui demander de tout mettre à jour. Je n’ai pas suivi toute la discussion mais si j’ai bien suivi un paquet se désinstalle mal. Pour que je vois où on en est, copie colle le résultat de :

sudo aptitude update
sudo aptitude safe-upgrade

Bonne chance


Ghislaine Dupont et Claude Verlon vous nous manquerez

C’est hier après-midi du 2 novembre 2013, vers 13 heures (heure de Ouagadougou ) en me connectant,  je reçois une nouvelle de Malijet comme quoi deux journalistes de RFI viennent d’être enlevés. J’ai un énorme choc surtout que cela c’est passé dans une région que je connais puisque je suis monté jusqu’à Kidal avec mon bredelers et sa bredelette .

Mais, je me suis dit :  » Cela va se terminer assez rapidement et les deux journalistes de RFI retrouveront très vite la liberté  » .
Quand je rentrerai chez moi, j’allumerai de suite la radio, la seule radio que j’écoute RFI.

A peine arrivé, il ne m’a pas fallu longtemps pour comprendre que quelque chose de grave s’était passé, car RFI diffusait de la musique classique. Je n’étais pas préparé à recevoir une telle nouvelle. Je serai bien obligé de me rendre à l’évidence au moment des infos. Si le malheur s’abat sur RFI…

Pour moi c’est un véritable choc, j’ai les larmes et la colère qui éclatent. Ghislaine Dupont et Claude Verlon ont été lâchement et sauvagement assassinés.
Il n’y a pas besoin de faire plus d’éloges envers ces derniers. Il y a assez de témoignages qui disent leur talent et l’amour de leur profession. De toute façon je ne trouverais pas les mots sans copier l’un ou l’autre . Il n’y a que des éloges à leur égard, jusque dans les fins fonds des petits villages du Congo où les radios amateurs relatent cet odieux crime.

Je ne peux que présenter toutes mes condoléances les plus sincères aux familles ainsi qu’à tout RFI.
Je voudrais dire à cette radio qu’elle doit continuer ce travail de fond surtout en Afrique. Qu’elle ne doit pas se retirer, mais  prendre appui sur Ghislaine Dupont et Claude Verlon, pour démontrer que le monde à besoin d’informations et de culture. Il suffit de voir comment est diffusée et écoutée la radio mondiale .

J’émets le souhait que RFI ne puisse jamais oublier ces deux journalistes chevronnés et talentueux en leur créant un prix spécial et distinct. C’est de par leur savoir , leur connaissance , leurs découvertes que ces journalistes font avancer le monde .
Je vous souhaite à tous les deux un bon voyage vers un nouvel univers où  j’espère, vous trouverez la sérénité, le calme, l’apaisement.

Je m’incline avec respect .
Bon voyage


EST CE QUE C’EST CA L’AFRIQUE?

Il y a de quoi se poser des questions , comme de rire ou de se moquer . Comment voulez-vous que l’Afrique avance , quand on voit , on subit , des points impensables , inadmissibles . Ce à tous les niveaux .

Le pire c’est que le citoyen lambda est pris au piége , comme pris pour un tiroir caisse , maintenant reste à savoir où va cette caisse ?On le prends aussi pour une vache à lait à qui l’on soutire jusqu’à la moindre goutte .Parmi ceux qui sont , à mes yeux  le number one (pour rester dans l’afrique qui veut s’américaniser), c’est bien la SONABEL.

SONABEL c’est quoi, c’est qui ? Simplement l’équivalent de EDF en France , autrement dit un monopole.C’est un prestataire de services sans concurrence. Pourtant le mot prestataire de services, représente la prestation. Qu’est ce qu’une prestation de service ?

C’est une personne ou une société qui fournit une prestation et qui vends des services à une clientèle.

Ce qui revient à dire que la clientèle de ce prestataire de service , attends un résultat.

Résultat qui doit être payé à la hauteur de la qualité du service.. Mais quel service?

La je parle fourniture d’électricité…………

Sans arrêt , voir plusieurs fois par jour , la Sonabel mets en action des délestages sans prévenir sa clientéle . Vous ne saurez jamais le pourquoi et le comment ? Comme vous ne saurez pas ou ils ont lieu . Certainement pas dans les quartiers huppés ou ministériels .Pourtant la Sonabel ne se gêne pas du tout , pour couper l’éléctricité la ou elle veut et quand elle veut , sans se soucier des entreprises , des artisans , des cliniques etc…C’est à se poser la question de qui se moque cette société ?

Simplement du client lambda

La je ne parle que de la qualité de la prestation et du service rendu.

Par contre si un incident intervient c’est tout juste si elle ne se fout pas de vous au téléphone, sans compter l’attente que vous allez subir. Cette attente peut durer plusieurs jours , pourquoi pas plusieurs semaines . Bonjour si vos activités dépendent de cette source d’énergie.Elle ne se gêne pas , pour vous faire croire que ……………..Alors que vous attendez dessus .

Certes l’adage  << Ce qui ne se fait as aujourd’hui, se fera peut-être demain , aprés-demain  voir jamais .>>

Si c’est cela que l’on dénomme le progrés africain , pour moi cela représente et se nomme la régression africaine.

 

 

 

 

 


L’origine de la Burqua …………

Il serait bon de rappeler ceci aux porteuses de Burqua actuelles , peut-être qu’elles se vêtiraient autrement .

La Burqa vient du Culte d’Astarté dans la Mésopotamie antique

Pour honorer la déesse de l’Amour Physique, toutes les femmes sans exception devaient se prostituer une fois l’an dans les bois sacrés qui entouraient les temples de la déesse.

Pour ne pas être reconnues, les femmes de la haute société prirent l’habitude de se voiler totalement.

Et n’oubliez pas ceci :

Mustapha Kemal, alias Ataturk, 1er président de la Turquie, de 1923 à 1938, avait trouvé la bonne astuce pour clouer le bec aux intégristes de l’époque.

Il avait mis un terme au port de la burqa, en faisant une loi toute simple : Avec effet immédiat, toutes les femmes turques ont le droit de se vêtir comme elles le désirent. Toutefois toutes les prostituées doivent porter la burqua. Dès le lendemain, on ne voyait plus de burqua en Turquie.

C’est toujours en vigueur.