Sid’Ahmed Ould Bouh, coordinateur départemental de la campagne de l’UPR à Rosso : « L’après 2019 sera marqué par la poursuite des chantiers structurants ayant permis aux mauritaniens de rompre avec le cercle vicieux de la misère et du désespoir »

Les présentes élections générales en Mauritanie (législatives, communales, régionales, le 1er septembre, présidentielle en 2019) ont pour enjeu essentiel l’économie. Le pouvoir justifie son maintien, après 2019, avec ou sans l’actuel président, Mohamed Ould Abdel Aziz, par la nécessité de « poursuivre les réalisations accomplies, à grande échelle, depuis 2009). L’opposition […]

Renforcement des compétences régionales en matière de décentralisation en Afrique de l’ouest : La décentralisation en question

Nouakchott a abrité, du 9 au 13 juillet 2018, un « Atelier régional d’échanges et de formation des associations des pouvoirs locaux et des centres et institutions de formation des acteurs de la décentralisation » ayant pour thématique  centrale les : « Techniques de Plaidoyer, lobbying et négociation ». La […]

Mauritanie : alliance IRA-SAWAB, une partie de « qui perd gagne »

L’actu en ce mois béni de Ramadan a comme gros titre : « l’Alliance IRA-SAWAB ». L’Initiative pour la Résurgence d’un mouvement abolitionniste en Mauritanie et un parti d’obédience baathiste rangé dans le camp de l’opposition modérée depuis 2009. Une alliance contre nature, dénoncent certains. Une déraison même, pensent un […]

Autour d’un Thé: Nominations

« Les Mauritaniens », a dit je ne sais plus quel observateur, « n’écoutent les informations à la radio ou à la télévision que le jour du Conseil des ministres ». Au temps d’un certain ancien président/militaire très démocratiquement élu, c’était le mercredi que tout le monde mettait son oreille […]

La « sécurité » des chiffres : Ma perception d’un Atelier sur « le degré de satisfaction des utilisateurs des données budgétaires et financières »

J’étais venu ce matin (14 décembre 2017) avec l’espoir de sortir, enfin, du « flou artistique » qu’entretiennent, très souvent, et paradoxalement, la « sécurité » des chiffres et l’assurance de ceux qui les manipulent à longueur de journée. Je suis ressorti, au bout de quelques heures, avec de nouvelles interrogations. Non pas sur […]

La « sécurité » des chiffres : Ma perception d’un Atelier sur « le degré de satisfaction des utilisateurs des données budgétaires et financières »

J’étais venu ce matin (14 décembre 2017) avec l’espoir de sortir, enfin, du « flou artistique » qu’entretiennent, très souvent, et paradoxalement, la « sécurité » des chiffres et l’assurance de ceux qui les manipulent à longueur de journée. Je suis ressorti, au bout de quelques heures, avec de nouvelles interrogations. Non pas sur […]

femmes-aleg-mauritanie

A la rencontre des femmes courage de la plaine de Leikleyla en Mauritanie

Aleg, ville du centre de la Mauritanie, est la capitale du Brakna. C’est ce que beaucoup de Mauritaniens connaissent de cette cité où s’est tenu, en 1958, le Congrès d’Aleg, considéré comme l’acte de naissance de la Première République. Mais Aleg est aussi une ville où les habitants, majoritairement haratines, luttent pour leur survie.

Référendum : c’était bien « le vote des bêtes sauvages »

En Mauritanie, le « oui » pour les réformes constitutionnelles proposées par le président Mohamed Ould Abdel Aziz (présentées à tort comme les résultats d’un « dialogue national »), l’a remporté largement. Avec 85%, nous dit la CENI (commission électorale nationale indépendante) qui, comme le sénat que le référendum vient d’enterrer, a aussi dépassé […]

Mauritaniens, indignez-vous !

J’aimererai bien crier, à la face des « majoritants » et des opposants : ya ehel mouritani goulou eff e’khleytou. Expression intraduisible mais qui donnerait quelque chose comme : « mauritaniens, indignez-vous »!
Depuis cinquante-six ans, les hommes politiques vous mentent. Vous volent. Vous humilient.

La France « soumise »

Les législatives françaises ont confirmé qu’il y a bien un phénomène « en marche ». Un phénomène Emmanuel Macron. Le parti LREM (la république en marche), dernier venu sur la scène politique française réalise une véritable OPA sur l’Assemblée nationale avec plus de 400 députés, selon les premières estimations du premier tour des législatives. Une vague déferlante qui renforce l’échec des partis traditionnels de gauche et de droite. C’est aussi l’antithèse « idéologique » qui s’oppose à la « France insoumise » de Jean-Luc Mélanchon, la gauche radicale qui cherchait à jouer le même sale tour aux deux grandes formations qui « occupaient » le terrain sous la Cinquième République.