Le ballet pantomime – Les folles histoires de Ahlem B.

Je ne sais pas bien comment j’ai atterri ici, et pendant que je me pose la question, moi, j’ai la tête fourrée dans les bras d’une lointaine cousine que je connais pas et qui se croit obligée de m’étouffer entre ses seins pour bien montrer qu’elle est ravie d’accueillir la fille de la fille de l’oncle de son grand-père chez elle. Ou un truc comme ça. Sans blague. Bref, la femme, la cinquantaine entamée mais l’air beaucoup plus, m’installe avec cérémonie dans son petit salon marocain.

OiMax Flickr

L’Hôpital – Les Folles Histoires du Chat Crotté

Je me balade sur l’avenue, claudiquant et sifflotant, tout guilleret de profiter de cette journée ensoleillée: par moments je taquine des fourmis ou des scarabées, par d’autres je bondis sur des papillons. C’est là qu’un engin éventré passe en trombe, et il se rue sur les voitures et il survole les piétons et il défonce les panneaux ! Un bus. Dans son envol, le monstre laisse derrière lui une traînée noire, raffinée d’essence et de benzine, qui forme aussitôt un nuage épais et menaçant.

Chat Crotté

La Partie de Dames – Les Folles Histoires du Chat Crotté

Épisode 1: J’ouvre un oeil, puis un second, encore somnolent. J’adore dormir. D’ailleurs, je fais ça la moitié du temps. L’autre moitié, je la passe à flâner dans les rues ou à guetter mes repas.Je suis un chat. Chez nous, on dit qu’il faut crever le chat avant qu’il ne franchisse la porte de ta maison*, et même si j’aime pas beaucoup cette expression, je préfère te prévenir dès maintenant, j’ai sale caractère.

Le Gai Pinceau – Les Pays Imaginaires

Il était une fois, dans un lointain lointain royaume, une blanche blanche ville. Blanche ? Ah bah! il y avait longtemps qu’elle ne l’était plus vraiment: il y avait maintenant tant de maisons et de monde et de bruits, que tout paraissait étroit, comme si la ville se resserrait à mesure qu’elle grandissait. Ses murs étaient étriqués, mal bâtis, ses bâtiments s’empilaient, gris et enfumés, et les maisons, laides, étaient plantées au milieu de tas d’ordures et de détritus.
Les habitants vivaient à l’étroit, on les voyait errer dans la grisaille, de plus en plus sales, coléreux ou taciturnes : ils avaient fini par se traiter avec le même mépris que leur ville. C’était dans cette contrée morose que se déroula l’aventure que je vais vous conter.

Chapitre 5 : Mourad Raïs – Les Folles Histoires des Oudayas

Je suis plongé dans une douce transe, à la gorge un sentiment d’urgence. Qu’y a-t-il dans cette toile ? Je brûle de la dérouler, et je vois briller dans les yeux de Hanane la même lueur. Nous avançons le pas rapide, cherchant un endroit pour s’assoir à l’abri des regards. Après avoir sillonné une dizaine de ruelles, enfin, on aperçoit un jardin. Qu’il est joli! Un style andalou fleuri de lauriers-roses, d’orangers, de citronniers… C’est parfait ! On s’assoit, dissimulés derrière un oranger.

Les Pays Imaginaires – Le Magicien d’Ô

Il était une fois, dans un lointain lointain royaume, un vieux vieux métier, qui se transmettait de père en fils : le métier de guerrab*.
Ah, le guerrab ! Quelle fière mine il avait ! Toujours un large chapeau multicolore sur la tête et vêtu d’une longue tunique tombant jusqu’aux genoux, l’homme superbement apprêté parcourait les douars, traversait les villages, arpentait les villes, à pied et dans une cadence entraînante : « Ding Ding » les cuivres percutaient, « Ting Ting » les tasses tintaient, « Drin Drin ».

petit-journal-sur-les-bienfaits-de-la-colonisation-au-maroc

Résistances – Les Folles Histoires de Ahlem B.

    C’est l’heure du goûter. J’adore ce moment où seule, enfin seule, je me délecte d’un roman accompagné d’une tasse de café crème.    Mais voilà, encore un délicieux moment de paix gâché par cette fichue sonnette! Maudissant déjà l’intempestif, je me lève et saisit l’interphone: – C’est qui? […]

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE