cyprianolaw

Bons baisers du Cameroun : bienvenu en Afrique depuis Paris!

S’il m’avait été dit que le premier restaurant africain dans lequel je mettrai pied à Paris serait un « Welcome to Mboa« , je ne l’aurait pas cru. Et pourtant, c’est ce qui m’est arrivé ! Je suis à Paris depuis quelques jours maintenant, dans le cadre d’un programme d’échanges universitaire Erasmus (oui, je sais, vous vous direz…Oh, Béninois aime trop papier…Et puis quoi encore!), et, entre les démarches administratives et les courses pour le logement, il me fallait bien casser la croûte. Alors que je courais dans les transports en commun, entre le métro et le RER, avec mon ami Richard Patrick et son coloc (tous deux originaires du Cameroun), sur invitation de ce dernier nous nous sommes dirigés naturellement vers un resto  »K-mer ».

Mais pour ceux qui ne connaissent pas Paris, laissez-moi vous situer un peu… Si vous êtes africain et que vous venez à Paris, et si vous avez oublié quelque chose au pays… ne perdez plus votre temps à envoyer un message à la famille pour qu’ils trouvent le moyen de vous le faire expédier. Prenez juste un ticket de métro, allez sur la ligne 4 et surtout n’oubliez pas de descendre à un des trois arrêts suivants : Marcadet-poissonniers, Château Rouge ou Barbes-Rochechouart. Moi je dis hein, c’est le CTRL+C et CTRL+V de l’Afrique. Tout s’y trouve. Avant même que vous ne sortiez du souterrain du métro et du RER, l’Afrique vous accueille convenablement. Entre les rabatteurs des salons de coiffure – nigérians et congolais – et les déambulations des vendeuses de piment ou des bordelles de barrières (merci Ecclésiaste), les petits-plats sont mis dans les grands pour vous montrer toutes les couleurs de Mama Africa. [Je me demande même pourquoi les français-ci vont même en Afrique, alors que l’Afrique est chez eux! Bref, ça c’est un autre débat].

Welcome to 237…

Et donc, comme ça nous nous sommes faufilés jusqu’à un petit resto situé dans le « coin black » de Panam : le Paradis d’Afrique, l’une des adresses incontournables des compatriotes du célèbre N°9. Aussitôt arrivés, en fond sonore, passait un son de mon artiste préférée Lab’l. Après avoir lancé la commande de nos « formules », nous avons échangé sur les réalités de la vie en France, c’est alors qu’un groupe de jeunes camerounais fit son entrée dans la tanière avec un sujet qui rameuta tous les clients : le football et l’équipe des lions indomptables camerounais. Et le sujet du jour était très banal : pourquoi Christian Bassogog, meilleur joueur de la CAN 2017, n’a pas été approché par un seul club depuis la fin de la compet’ alors qu’avant même la fin des compet’ précédentes les offres affluaient déjà ? Il a été traité, entre autres, de joueur de pacotille (les camers aussi hein!), et aussi que comment un joueur aussi jeune peut aller jouer en Chine si ce n’est que pour aller chercher de l’argent… Puis après ce fut le tour de Fabrice Ondoa, la « passoire » (c’est pas moi qui l’ai dit hein), gardien titulaire de l’équipe, qui jouait en 2ème division alors qu’André Onana, son suppléant, avait joué la finale de la C3 (Ligue Europa) avec l’Ajax d’Amsterdam la même année…
Entre les expressions  »mon petit, laisse, tu n’étais pas encore né. Je vais te raconter l’histoire de Beauséjour » (je ne sais même plus à quel moment et d’où cette phrase est sortie pour apparaître dans la conversation, le travail des « formules » battait déjà fort !) et les moments de rigolades à gorge déployée ou de chamailleries entre la caissière et un des garçons de salle, c’était de vraies discussions de « bars« , l’ambiance à la Kmer comme au pays, disait mon ami Richard. Et moi de lui rétorquer, si c’est comme ça l’ambiance dans vos bars, je cours une fois aller tester et revenir !
Ce parcours Erasmus débute bien dis donc…


Tous avec les Pharaons d’Egypte !

On a souvent tendance à dire que les anglais ont créé le foot et que les brésiliens en ont fait une religion, mais on oublie de mentionner qu’il existe une équipe africaine qui en a fait une science ! Parce-que leur jeu est un savant calcul, d’une précision presque parfaite. Vous l’aurez deviné, je parle des Pharaons d’Egypte. Sur le continent africain, ce sont eux qui ont raflé le plus grand nombre de trophées (7 trophées au total), devant le Cameroun (5 trophées) et le Ghana (4 trophées). Même s’ils n’ont jamais passé le cap du premier tour dans la plus grande messe du football, cette fois-ci, en Russie, ils ont les arguments nécessaires pour sérieusement inquiéter les autres équipes du groupe A (la Russie, l’Arabie Saoudite et l’Uruguay). Et si vous vous demandez pourquoi, lisez plutôt la suite de ce billet !


Une excellente sélection, une équipe faite de jeunots et d’anciens pétris d’expérience

Rappelons-le, les Pharaons ont déjà participé à deux Coupes du Monde de la FIFA.En 1934, où ils ont été éliminés par la Hongrie en huitièmes-de-finale, et en 1990, où ils sont sortis dès le premier tour d’un groupe composé de l’Angleterre, des Pays-Bas et de la République d’Irlande. 2018 représente donc une troisième chance pour les Egyptiens, et pas des moindres … Si 2017 fut un millésime exceptionnel dans l’univers viticole bordelais, nous savons déjà que 2018 restera à jamais un grand cru pour la sélection des pharaons ! 28 ans que le pays tout entier rêvait de ce moment.
Je me souviens encore des moments de liesse populaire pour la célébration des victoires des équipes égyptiennes, qu’elles soient en ligue nationale, continentale ou internationale. Une fête immense à chaque qualification. Comme je l’ai déjà dit dans un billet précédent, le foot en Egypte, c’est une véritable drogue et la nationale team en est le dealer !
Cette année, la composition de l’équipe des Pharaons est vraiment très prometteuse : aux côtés des renards de la sélection tels qu’Essam El-Hadary, Ahmed Fathi ou encore Ahmed Gomaa, il y a cette jeune vague d’espoirs du football égyptien, Mahmoud « Trezeguet » Hassan, Mohamed Elneny et surtout l’incontournable Mohamed Salah (actuellement blessé à l’épaule, nos prières l’accompagnent). Tous, comme on a l’habitude de le dire, mouillerons le maillot pour Masr * confirmant ainsi le vieil adage africain qui dit que « c’est au bout de l’ancienne corde qu’on tisse la nouvelle ».

Le championnat national, une force pour l’équipe

Si j’aime bien l’équipe retenue par Hector Cuper, l’entraîneur argentin, c’est parce que la composition de la sélection met en valeur l’excellent travail réalisé depuis quelques années déjà dans le championnat égyptien (12 des 23 joueurs sont en effet issus du championnat). Cela semble être une règle de la Fédération Egyptienne, en effet, sous le ténor Hassan Shehata, l’équipe nationale était déjà fortement composée de joueurs issus du championnat égyptien, ce qui est plutôt bien vu… habitués à jouer ensemble, les joueurs se connaissent très bien et la cohésion au sein de l’équipe est ainsi assurée.

 Quid de Mohamed Salah, la star des pharaons ?

Mohamed Salah, l’attaquant égyptien de Liverpool, s’est blessé à l’épaule gauche lors de la finale de la Ligue des champions (1-3 face au Real Madrid). Du coup, nombreux sont ceux qui se demandent si la coqueluche du moment participera ou non au Mondial. Mais, pour le peu que je connais les égyptiens, laissez-moi vous dire une chose : l’Egypte, c’est plus de 95 millions d’habitants et devant cette immensité d’âmes, il y a un PHARAON, un seul, un dieu… qui s’appelle Mohamed Salah. L’Egypte au Mondial sans Mohamed Salah ? Ce serait comme une fillette de 3 ans qui se coucherait la nuit sans sa peluche ! Impossible. Imaginez-vous un seul instant l’Egypte aller en guerre footballistique sans son joker…

Mohamed_Salah
Mohamed Salah. © Wikimédia


Mais rassurez-vous. Nous connaissons tous les richesses et les secrets de la médecine égyptienne, ainsi que les prières de l’Egypte ! Vous verrez que le phénomène Mo Salah sera bel et bien présent à Saint Pétersbourg, ce mondial 2018 le rapprochera encore un peu plus du Ballon d’Or, le joyau brut des Reds ne se laissera point compter l’événement.

Au delà de toutes ces considérations, l’Egypte n’est pas la seule concernée, toute l’Afrique l’est pour cette Coupe du Monde. C’est bien pour cette raison que, malgré tout ce qui arrivera, nous seront toujours derrière eux… Tous avec les Pharaons d’Egypte !

 

Ps: spéciale dédicace à une amie qui m’a fait aimer son pays, la grande Egypte (elle se reconnaîtra, ne vous inquiétez pas ;-).

Explications :

*L’Égypte, en forme longue « la République arabe d’Égypte » (en arabe جمهوريّة مصر العربيّة), est aussi communément appelée مصر (« Masr »).


Parce qu’au-delà de tout, je l’aime!

Il y a encore quelques jours, j’ai voulu là signer ! J’ai voulu lui dire combien elle me manque encore! Parce qu’au-delà de cette haine née de l’éloignement et qui nous anime aujourd’hui, un jour il y a eu une joie, une paix, un sourire, une complicité qui tait son nom. Il y a eu un amour fraternel et amical, un amour vrai, un amour unique.

Je l’ai rencontré il y a quelques années, au cours d’une de mes nombreuses missions. Puis, de Dakar à Alexandrie, de Ouagadougou à Bruxelles, elle était présente. Elle était mon souffle. Elle était mon soufre. Au fil du temps, on a grandi ensemble, explorant main dans la main, sens dessus dessous, des univers peu connus. Nous avons bataillé contre vents et marées, sous le soleil et les vents, dans l’hiver glacial et sous la canicule de l’été.

Puis, vint le temps des pleurs, de la séparation, de l’oubli, du cœur meurtri. Et parce que l’âme souffre, le cœur s’endurcit. Parce qu’on a peur de vivre une autre déception, on se renferme. Et on se refuse d’aimer à nouveau. On jure de ne pas pouvoir vivre sans cet être qui a contribué à son émerveillement au monde. On se retrouve figé dans le temps, comme perdu à jamais.

Et quand on se surprend à rêver d’elle, quand on apprend qu’on la reverra bientôt, on sourit tout bêtement à cette idée, de la revoir un instant, de l’étreindre, de la serrer et lui dire combien l’on a besoin d’elle; qu’elle est le théâtre de nos plus belles victoires, et qu’avec elle, on est prêt d’aller au firmament.

Parce que le cœur a ses raisons que la raison ignore, et que la raison ne se nourrit pas de sentiments.

Parce qu’au-delà de tout, je l’aime et je l’aimerai toujours!


Eh Touriste! Chez moi, c’est chez toi! Bienvenu au 229!

S’il y a bien une chose que j’apprécie de plus en plus chez mon Président, c’est sa volonté farouche de faire du tourisme et du patrimoine béninois, deux véritables leviers pour le développement de notre pays. Après avoir décrété que tous les africains (du moins ceux de 31 pays) sont les bienvenus chez nous en supprimant le visa d’entrée sur notre sol, il vient encore (ou du moins ses services compétents) viennent encore d’inviter le monde entier. Cette fois-ci, un visa spécial touriste a été lancé. Mais bon, cette fois c’est seulement pour 8 jours! Une première en Afrique de l’Ouest.

Eh oui, avec 10.000 fcfa seulement (15 euros), nous sommes prêts à vous accueillir au 229. 8 jours seulement, me diriez-vous? Oui, ça semble peu. Au prime abord, c’est ce que je pensais… Je me disais bien qu’avec l’état de nos routes, ce serait pas facile. Mais si vous êtes passionnés de voyages et de découvertes comme moi, c’est plus que jouable même. Si j’ai pu faire Paris-Cologne-Rome en une semaine, ce n’est pas le tour du Bénin que vous ne pourrez pas faire en ce même laps de temps! Dans tous les cas, si cela vous tente, faites moi signe. Je vous montrerai comment faire! Et de toute façon, même si vous n’arrivez pas à tout découvrir, pourquoi rester sur un goût d’inachevé? Je suis sûr que vous reviendrai nous voir! Parce que si je vous emmène chez ma cousine qui tient la cantine de l’immigration afin d’y déguster un bon plat de Gbô-lan le mardi ou le jeudi, vous ne verrez pas du tout le temps passer pendant qu’on sera entrain de vous prolonger votre visa. Ou encore, si je vous conduis à Ganvié pour aller tester la vie sur l’eau une journée chez mon oncle Adanlé, vous pourriez même ne plus avoir du tout envie de retourner vivre sur la terre ferme! Apprêtez-vous donc à venir chez vous à partir du 15 mars prochain. Bientôt, un autre aéroport verra le jour, un tout neuf, plus grand que celui qu’on utilise actuellement.

Je ne fais point de la politique. On a beau ne pas être d’accord avec certaines méthodes de l’oncle (c’est clair, on ne peut pas plaire à tout le monde). Mais une chose est sûre, il essaie quand même de mouiller le maillot comme il peut. Espérons juste que le temps nous permettra d’apprécier l’œuvre entamée et que ses futurs successeurs travaillerons comme ça! En attendant, moi je t’espère, très cher touriste!


ôh Patrimoine Béninois : Que de crimes on commet en ton nom !

Comme il est curieux que dans un pays comme le mien, l’Homme a tellement apprivoisé le feu qu’il s’en est fait un véritable ami ! Plus qu’un molosse, il est devenu l’un des accompagnements dont on ne peut se passer. Et quand je dis cela, d’aucun pourrait croire comme le disait un ami que je ne suis pas patriote. Mais des fois, à regarder la direction que prend un certain nombre de situations, c’est juste désolant. Notamment quand il s’agit du Patrimoine. Le Quid ?

Le Musée Historique d’Abomey en feu !!!

Sur le web aujourd’hui, je suis tombé sur des posts disant que le Musée Historique d’Abomey est en feu. Mais comme toujours, en matière d’information, le béninois en rajoute un peu. Il faut dire qu’en réalité, c’est le village artisanal du musée qui est passée sous les cendres. Fort heureusement pour les collections du musée en lui-même. Mais malheureusement pour ces artisans qui viennent peut-être même de perdre le peu de ressources avec lesquels ils nourrissent leurs progénitures. Mais à côté de ça, c’est aussi le musée qui perd. Car les devises générés par le paiement des redevances de locations de ces espaces font d’une certaine manière aussi vivre le musée. Mais ce qui est intéressant dans cette situation, c’est la raison évoquée : un court-circuit. Dans mon pays, c’est toujours un court-circuit qui provoque un incendie. Allez savoir pourquoi ! Mais que c’est hilarant que cela soit ainsi. Je me demande ce que font réellement les agents chargés de contrôler un certain nombre d’éléments dans nos services publics. Ils ont déjà tellement sous-traités les travaux publics que celui qui fait le travail en fin de compte, vu la misère pour laquelle il est payé, bidouille quelque chose. Dans des conditions pareilles, peut-on avoir un résultat différent ? Je me creuse encore les méninges à ce propos…

La restitution de nos trésors, on en parle ?

Depuis plusieurs années, mon pays se bat pour que la France lui restitue ses trésors. C’est louable, et je crois que si on s’y prend bien, on pourrait les récupérer. Mais comment justifier le fait que l’on veuille récupérer notre patrimoine si le peu que nous avons dans le pays est mal géré ? Problèmes de ressources humaines ? Je n’y crois pas. Nombreux sont les spécialistes formés au CRAC (Lomé) à l’Université Senghor (Alexandrie), à Cheick Anta Diop (Dakar) et autres centres de formations qui croupissent dans l’administration publique dans des services où ils ne devraient pas être utilisés alors qu’ils auraient pu être mieux exploités dans nos musées, archives, bibliothèques et autres services culturels. De nombreux autres sont récemment sortis de ces différentes écoles et pourraient accompagner, mais là encore, difficile de rencontrer des autorités. La politique de la mission est encore très en vogue dans l’administration publique béninoise. Problèmes de ressources financières ? Peut-être. Mais là encore. Lorsque j’apprends que dans le PAG de notre Président et de son équipe, 600 milliards de nos francs sont orientés vers les projets patrimoniaux, culturels et touristiques, je me dis que c’est quand même une sacrée somme. Un an après le début du mandat, c’est difficile de croire que beaucoup de choses n’ont pas changé pour notre patrimoine si ce n’est pas changer les matériels de bureaux dans les différentes administrations au niveau central. Des fois je me demande si nos autorités prennent le temps d’aller à la rencontre de leurs collègues techniciens dans les services culturels pour voir les réalités. Il est beau de rester dans des bureaux et d’élaborer des projets. Mais tant que sur le terrain, la situation n’est pas favorable, vous pourrez investir ce que vous voulez, l’éléphant blanc que vous aurez ne changera point de couleur en fin de compte. Allez dans nos musées, nos archives, nos salles de spectacles, etc… Le constat est amer. Il y a des structures qui n’ont pas de moyens, n’arrivent pas à payer leurs différents personnels, accumulent les arriérés de salaires, n’ont aucun accès à l’eau ni à l’électricité, etc… Que viendra voir les touristes dans ces conditions ?

Que dire alors… ?

Parlons de tout et de rien, mais soyons sérieux. Le patrimoine est une richesse pour laquelle nous devons nous battre. Il constitue par sa diversité et son importance une ressource immense qui doit être mise en valeur dans l’optique du développement économique, culturel et social durable. L’engagement de tous les acteurs est nécessaire pour permettre de sauvegarder et de valoriser efficacement cette richesse. Si l’Etat est incapable de travailler à réhabiliter cette situation de précarité dans laquelle se trouve notre patrimoine, il existe de nombreuses autres structures qui peuvent l’y accompagner. Le secteur privé et les associations et groupes qui travaillent dans le domaine devraient aussi être mis à contribution.


Jeunesse AfroEuro debout!

Tu viens du Nord, et du Sud; Elle de l’Est, de l’autre de bout du monde!
Mais nous sommes tous réunis par ce club qui fait notre identité!
Diversité—Fraternité
Vive l’Afrique-Europe!

Tous unis, comme un coeur!
C’est la famille, l’Afrique-Europe!
Main dans la main, tous debout!
Nous réussirons, l’Afrique-Europe!

Jeune, L’avenir est certain!
Lève-toi et bats toi!
A l’instar de Nelson Mandela,
Tu représentes l’UmKhoto We Sizwe du Monde.

De Bruxelles à Addis-Abeba,
De Cotonou à Londres,

L’AfroEuro a besoin de toi!


Chroniques d’un retour au pays natal: bla…bla…bla!!!

Lorsque Césaire écrivait son « Cahier d’un retour au pays natal » dans lequel il magnifiait son attachement à sa terre natale, et dans lequel il invitait sans trop discourir entre les lignes les africains de la diaspora à revenir chez eux, travailler pour le développement de leurs États respectifs, je me demande s’il avait bien pris le temps de décrire, avec la plume qu’on lui connaissait, les conditions de ce retour là. Je crois pas… Ou du moins, je n’ai pas vu ça dans son poème… Il ne savait pas sûrement pas que, quand bien même animé de toute la volonté de se mettre au service de son pays, ce n’est pas aussi simple…

Il arrive un moment où dans la vie, l’on a besoin pour diverses raisons, de changer d’environnement, d’aller se faire former, acquérir d’autres connaissances et revenir les mettre en pratique, ou tout simplement de partir car les conditions ici n’étaient plus favorables à l’éclosion de talents ou de compétences. C’était, mon cas. 2 ans durant, j’ai eu l’opportunité d’aller me perfectionner dans ma spécialité, mais aussi de découvrir un univers plus grand et plus passionnant que celui des sciences de l’information documentaire. Sur la terre des pharaons, nichée dans la belle cité jadis fondée par Alexandre le grand,  je suis allé à la rencontre de la richesse du patrimoine mondial. J’ai appris auprès de spécialistes venus du monde entier ce qu’il fallait faire pour que le patrimoine puisse contribuer au développement d’une nation, et le plus intéressant dans l’histoire, c’était des choses qui ne nécessitaient pas forcément de grands moyens, mais surtout la volonté de faire et de bien faire, pour le bien de tous, de la communauté, comme dirait l’autre, dans l’intérêt supérieur de la nation.

Et bien, voilà qu’avec tous les projets qui trottent dans mon esprit et que je suis entrain d’accoucher noir sur blanc, je me confronte à la dure réalité de chez moi, mon pays. Électricité disponible 6h/24h, Connexion Internet chère mais qui s’épuise comme si l’on la buvait au goulot. Et quand tu t’amuses à écrire aux services publics par mail et qu’après 3 jours tu n’obtiens aucune réponse, tu te demandes si c’est toi qui ne comprend plus langue de Molière ou si ce sont les questions que tu poses qui ne sont pas bien libellées ! Quand tu appelles les services de l’administration publique chargés de te fournir un certain nombre d’informations sur des démarches à entreprendre pour réaliser des travaux, personne au bout du fil. Et quand tu fais toi même le déplacement pour t’y rendre, c’est la fameuse phrase « il/elle s’est levé(e) » qui t’accueille et te souhaite la bienvenue. Après analyse, tu comprends pourquoi nombre de personnes préfèrent travailler dans l’informel…

Mais bon, ça ne sert à rien de se plaindre tout haut… Si en deux ans d’absence les mentalités n’ont pas changé, on y peut rien.. On ne peut que composer avec et faire de notre mieux. Ça ira, inchallah! (comme le dirait l’autre…bienvenue au #229)…


#Enclavonslesocéansdusavoir: MindSoccer, de Cotonou à Louxor !

Il arrive des événements et des situations dans la vie de tout homme qui le marque et changent en lui sa conception de la vie. Hier encore, je comptais une anecdote à un collègue qui s’étonnait de me voir toujours en éveil à des heures très tardives de la nuit, mais toujours le premier à être debout à l’aube. Je lui disais ceci: « Déjà en classe de CE1, ma mère me réveillait à 5h30 du matin pour que je puisse réviser mes leçons alors que mes petits camarades, eux se réveillaient à 7h. Enfant, je ne comprenais pas, et souvent même, ça m’énervait. Mais, aujourd’hui, je perçois amplement le bien-fondé de ce système qu’elle inculquait en moi, cette bonne femme« . C’est pareil aussi pour le MindSoccer.

Je me rappelle encore de ces dimanches après-midi où 4 à 5 heures de temps durant, dans la salle audio du Collège Catholique Père Aupiais de Cotonou, où nous nous entraînons. Cette salle là, si on pouvait l’interroger, serait capable de livrer plus d’une anecdote. Sans relâche, en classe d’examen ou pas, de septembre à juin, c’était devenu pour nous, élèves franciscains passionnés de culture générale, le quartier général, le lieu où on enclavais les océans du savoir. On livrait des matches de génies en herbe où on faisait s’affronter des équipes imaginaires (Université Royale du Caire VS École Militaire du Vatican), on apprenait, on s’amusait, on riait. Puis, venaient les périodes de mise au vert où le coach ne ménageait aucun effort pour extraire de nos petites têtes, le précieux jus qu’il fallait pour nous faire gagner 😉 . On voyageait grâce à ça. De nos petits bancs du collège, il fallait connaître, avant l’âge, pour se voir affubler le surnom de « génie » et bomber le torse dans la cour de récréation, des noms, dates, lieux, événements, déjà oubliés par le commun des mortels. Aujourd’hui encore, pour nombre d’entre nous, cette flamme, que dis-je, cette soif de connaissances ne s’est jamais éteinte. Et si, elle court toujours, c’est parce qu’au delà du simple fait de jouer, et du plaisir qu’il nous procure, ce sport cérébral a, (en tout cas, en ce qui me concerne), aiguisé en nous, cette curiosité de toujours aller plus loin, plus haut et d’être toujours plus fort.

Mais pourquoi ai-je fait ce long détour en vous parlant du MindSoccer? Je sais plus trop. Mais si, voilà! C’est simplement parce que cet amour pour la découverte du patrimoine que j’ai aujourd’hui, me vient en partie de là. On dit souvent que ce ne sont que les rêves qui se réalisent. Durant ces années collèges où je faisais du génie en herbe, il m’était vraiment permis de rêver parcourir le monde. Mais, ces voyages, je le faisais à travers les encyclopédies, les ouvrages de références et autres dictionnaires. Je n’avais jamais pensé un seul instant qu’un jour, j’irai contempler ces merveilles de près. L’un de mes plus grand rêves, a toujours été d’accomplir le marathon des 7 merveilles du monde antique,  du moins celles qui existent encore. Aujourd’hui, c’est mission accomplie avec la Pyramide de Gizeh. En moins de deux ans, j’ai visité de nombreux sites (Colisée, Basilique Saint Pierre, Atomium, Tour Eiffel, Panthéon, Monument de la Renaissance Africaine). Mais c’est au cours de la semaine dernière, où j’étais dans la capitale mondiale du tourisme, Louxor, qu’après avoir visité le tombeau de Toutânkhamon, la Vallée des Rois, les Temples d’Hatchepsout, de Karnak et de Louxor, que j’ai réellement compris le vrai sens de la philosophie du MindSoccer: « Croire en soi, en ses rêves, et ne jamais baisser les bras« . Car comme me l’a appris mon coach, et ceci est devenu ma devise: « La seule limite à nos réalisations de demain se trouve dans nos doutes d’aujourd’hui« .

Alors, demandez-moi comment #EnclaverlesOcéansduSavoir, je vous répondrai: #MindSoccer.


La CAN vue de l’Egypte

Vivre soi-même une situation ou se la faire raconter, ce sont deux choses totalement différentes. Quelques semaines avant mon arrivée en Égypte, un ami m’avait averti en me disant de faire attention aux égyptiens, j’avoue que je n’ai pas trop compris la raison de sa mise en garde… Mais en réalité, vivre à Alexandrie n’est pas toujours chose aisée. Il y a des attitudes et des habitudes chez les égyptiens qui, franchement, ne te donnent pas envie de sympathiser avec eux ! Et aujourd’hui, avec l’expérience de la CAN 2017, je le ressens vraiment.

Le foot en Égypte, ce n’est pas une religion, c’est une véritable drogue et le dealer c’est la nationale team.

Avez-vous déjà rencontré un supporter égyptien ? Si oui, vous savez sûrement de quoi je parle. dans le cas contraire, croyez-moi, c’est l’une des choses que vous n’oublierez pas de sitôt.
Ici, être supporter suppose qu’on accompagne une équipe et une seule, celle du vieux El Hadari, et, dans la plupart des esprits, il n’y a pas d’autres alternatives que de gagner. Quand l’équipe nationale ne gagne pas, on voit tout de suite le résultat dans les rues, les égyptiens n’ont rien à envier aux affres des fanatiques russes et des hooligans anglais de l’Euro dernier. Le comble, c’est quand les Pharaons (équipe nationale) jouent contre une équipe noire.

Déjà, il faut savoir que l’Égypte ne se considère comme un pays africain uniquement durant la CAN . Pendant la CAN 2017, j’étais là, à l’Université Senghor, à Alexandrie, avec mes petits camarades. Si je circulais dans la ville après un match entre les Pharaons et une équipe noire, d’office les égyptiens m’attribuaient la nationalité du pays sur lequel ils venaient de prendre le dessus. De sorte que nous avons déjà changé de nationalité plusieurs fois ! Ougandais, ghanéen, burkinabé… notre nationalité a déjà changé 3 fois en moins de 2 semaines de compétitions ! Heureusement, nous n’avons pas été marocains. Allez savoir pourquoi !

Bon, de toute façon, ce n’est pas de leur faute : très peu d’Égyptiens comprennent quelque chose à la marche du monde parce-que pour la plupart ici, il n’y a qu’un seul pays au monde : l’Égypte.


MondoSenghoriens : allez hop! On se fait la passe à 9!

Près d’un an maintenant que je suis à Alexandrie, la perle de la Méditerranée. Près d’un an déjà que, sur mon blog, je vous présentais la rencontre fortuite de cinq jeunes francophones, amoureux de la plume, à l’Université Senghor. Cinq jeunes passionnés par la langue française, qui, par un heureux concours de circonstances, se sont retrouvés dans cette mythique ville du savoir, afin d’y suivre un cursus de Master en Développement. A eux cinq, ils formaient les MondoSenghoriens.

Parmi eux, deux avaient été sélectionnés pour participer à la formation Mondoblog à Dakar en Décembre 2015. De retour de cette formation, ils ont voulu partager leur passion. Ils ont alors organisé à leurs collègues, une formation sur la création et la gestion d’un blog. Deux mois durant, chaque vendredi, pendant 2 heures de temps, ils ont formé une trentaine de participants au blogging. C’était sans penser un seul instant, que quatre de ces apprentis-blogueurs allaient être recrutés dans la saison 5 de Mondoblog! MondoSenghoriens, c’est la passe à 9! La team s’agrandit. Lumière!

Tout droit venu de Babi, lui c’est Jacques Alla Kiroua, Jallaski pour les intimes. Tel un soldat, il martèle la toile de ses Empreintes, du nom éponyme de son blog. Ingénieur des Eaux et Forêts dans son pays la Côte d’Ivoire, il est pensionnaire au département Environnement ici à l’USenghor. Véritable touche à tout, il entrera dans le monde du blogging au cours d »une expérience palpitante d’écriture web avec www.avenue225.com, comme il l’affirme lui même sur son blog. Dans ses appartements sur Mondoblog, ne soyez pas étonnés de le voir attirer votre regard sur l’environnement. Son Leitmotiv: « Faisons l’effort de ne laisser que des empreintes positives et constructives pour assurer aux générations futures une planète viable« .

Une autre mondosenghorienne qui ne vit et ne respire que d’environnement, c’est Martine Ndo, Moidemoiselle Sourire par excellence. Jeune Camerounaise de 24 ans, elle est passionnée par tout ce qui a trait à la gestion de l’environnement, à la gestion des déchets solides ménagers en particulier. Son blog, c’est Neyame_World. Dans ses quartiers, elle jette un regard critique sur son environnement, avec une plume parfois humoristique. Environnement, Famille, Société, Voyage, Découverte, tout y passe. Vous ne serez jamais déçu après un tour dans son univers, car elle a tant à raconter.

Ses pensées me rappellent un autre mondoblogueur qui vit aux USA. Même manière de concevoir l’Afrique, lui c’est le panafricaniste de Senghor. Il se nomme Elongué Christian Ngnaoussi. Son blog, l’Afropolitain, c’est la preuve palpable d’un engagement aussi fort que celui des pères des indépendances. Un style verbial fort et un ton sec transparaissent dans ses écrits. Second Camerounais de la troupe, son très jeune âge contraste énormément avec ses connaissances. C’est sans doute pour rappeler qu’aux âmes bien nées, la valeur n’attendait point le nombre des années. Sa philosophie, Rêver, Oser, Bosser. Un tour sur son blog, et vous m’en direz des nouvelles.

Nicolas-Etienne Sohou est le quatrième et la dernière figure de ce groupe. Cinéaste, producteur de court-métrage, son blog, est un billet aller simple pour l’univers du multimédia. Tutoriels, conseils, actualités sur les bonnes pratiques en matière d’image et de musique, telles sont les thématiques qu’il aborde sur son espace. Si vous êtes passionnés par la Culture (africaine), le Blog de Nicolas-Etienne devra être votre compagnon. Ici à l’université, ‘Maestro’ est son surnom, car en 2015 il a présidé le Comité d’organisation des manifestations entrant dans le cadre de la commémoration du 25ème anniversaire de l’institution.

Avec eux 4, c’est l’équipe des MondoSenghoriens qui s’agrandit.Peut-être que dans les années à venir, d’autres mondoblogueurs viendront séjourner à Alexandrie, qui sait ? Ils pourront y défendre les couleurs de Mondoblog. Inchallah! comme on le dit ici.


Paris-Cologne-Rome : pour l’amour du patrimoine culturel!

En tant que futur administrateur du Patrimoine Culturel, je ne pouvais laisser cette occasion d’aller à la rencontre du patrimoine européen. 4 jours durant, sac au dos, j’ai sillonné l’Europe sur 2 pays qui m’ont toujours passionné par la singularité de leurs particularités. Avec un accent sur le patrimoine religieux, encore quasi inconnu dans nos pays africains, mais qui sous d’autres cieux, ne fait qu’attirer des centaines de milliers de touristes comme moi.

Crédit Photo: Jean-Paul C. Lawson
Crédit Photo: Jean-Paul C. Lawson

Première étape de ce périple:Cologne. Ville allemande bordée par le Rhin, son plus grand vestige patrimonial reste sa cathédrale. « Ce Chef d’œuvre d’architecture gothique dont la construction a débuté en 1248 et achevée en 1880, est non seulement un témoignage inéluctable de la persistance de la foi chrétienne en Europe « , dixit le guide qui nous faisait la visite. Inscrit à juste titre sur la liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 1996, son retrait de la liste du patrimoine en péril en 2006 témoigne tant de l’importance de ce lieu dans l’histoire de la chrétienneté en Allemagne. Ce qui m’a le plus marqué à l’intérieur de cette bâtisse, ce sont les tombeaux des anciens archevêques qui ont dirigés l’institution. De plus, la centaine d’œuvres qui ornent les murs de l’édifice ne m’ont pas laissé indifférent. Pour finir, comme dans la plupart des lieux culturels, on assiste à de nouvelles manières de financer l’entretien, la restauration, et  la sauvegarde du patrimoine. Certains l’appelleraient de l’aumône, moi je dirai plutôt que c’est du participatif volontariste (ne nous parle t’on pas souvent de financements innovants!?).

Après donc ce tour de la cathédrale, un petit saut rapide au Musée Ludwig m’a permis de constater que malgré des moyens pas très grands, les responsables du musée ont su l’aménager pour lui donner un aspect unique, en tout cas par rapport aux différents musées que j’ai visité en France. S’il est vrai que je n’ai pas pu visiter l’orchestre philharmonique et faire une balade en bâteau-mouche sur le Rhin, il n’en demeure pas moins que j’ai quand même traîné mes pas dans la plus grande rue marchande d’Allemagne. C’est avec un sentiment d’insatisfaction (un peu) que j’ai sauté dans le premier train qui allait me conduire à l’aéroport de Köln/Bonn pour récupérer mon vol vers Rome, la ville éternelle.

Crédit Photo: Jean-Paul C. Lawson
Crédit Photo: Jean-Paul C. Lawson

Rome: une ville pas comme les autres. Je comprends maintenant pourquoi on la surnomme « ville éternelle« . En matière de patrimoine, rien à envier à Paris (où j’ai séjourné ces 3 derniers mois) ou encore au Caire (avec ses pyramides grandioses). Entre la célèbre Fontaine de Trevi où j’ai fait le vœu de revenir en y jetant une pièce, et l’amphithéâtre flavien où j’ai pu arpenter l’un des fameux couloirs par lesquels descendaient les gladiateurs, rien n’aurait pu franchement m’empêcher de savourer cette petite escapade sur la terre de César. Une fois ces deux sites effectués, direction le Panthéon, qui ma foi, est assez différent du Panthéon sis place de la Sorbonne à Paris. Même s’il est vrai que cette merveille architecturale est plus petite que celle de la France, il n’en demeure pas moins qu’elle véhicule la même philosophie, qui est la reconnaissance de la patrie à ses grands Hommes. J’y ai notamment pu admirer la sépulture érigée en l’honneur de Vitorrio Emmanuele, le père fondateur de la nation italienne.

Je le disais tantôt plus haut, j’avais placé mon périple sous le signe de la découverte du patrimoine religieux. Et qui dit Rome, dit Vatican. En effet, sur les 2 jours passés dans la capitale italienne, j’ai consacré une matinée spéciale pour la visite du Saint Siège. Même si je n’ai pas pu rencontrer le souverain pontife (pas faute d’avoir essayé) ou de ne pas avoir pu me rendre dans la crypte où repose Saint Jean-Paul II, je me suis délecté du spectacle qu’offrait la Basilique et la Place Saint Pierre de Rome. A l’intérieur de l’édifice, ce sont les milliers d’œuvres d’artistes dont La Pietà de Michel-Ange qui ne laissent indifférent, tandis qu’à l’extérieur, les statuts des saints qui ornent le toit des bâtiments qui entourent la place, offrent une harmonie à nulle autre pareil. Ici aussi, j’ai constaté les énormes efforts qui sont fait en matière de sécurisation, de promotion et de valorisation de ce site touristique et patrimonial. Après une petite prière à l’intention de ceux qui me sont chers, j’ai clos ma visite en faisant comme tout bon touriste, quelques photos pour immortaliser le moment et des souvenirs qui orneront d’ici là, ma résidence au pays. J’ai toujours rêvé de visiter le Vatican, et sans mentir, j’ai adoré ce que j’ai vu. Qui sais, j’y reviendrai sûrement dans quelques années, mais cette fois, ce sera pour célébrer un ou des événements…Inchallah!!!


Ô liberté, quel crime commet-on en ton nom!?

Déjà cinq semaines que je traîne mes pas dans Paris. Paris, la ville Lumière ! Paris, la ville des amoureux ! S’il est vrai que c’est l’une des destinations les plus prisées au monde pour sa beauté, il n’en demeure pas moins qu’elle est emprisonnée par ses habitants. Au nom de la liberté!

Le problème de la France, c’est les Français !

Ils sont là. Vous les verrez, toujours mécontents et râleurs. Lundi dernier, je revenais d’une visite chez un ami dans la banlieue sud de la ville. J’avais un peu de temps libre et, donc j’ai décidé de prendre le RER, en lieu et place du métro. A quatre arrêts du terminus normal, le conducteur nous informe que le prochain arrêt serait le dernier, et ce sans explications. Les autres usagers, surpris, ont alors commencé à se regarder et à rouspéter voulant connaître les raisons de cet arrêt brutal, alors que le speaker annonçait la prochaine rame pour cinq minutes après. Tout l’arrêt durant, il fallait avoir de la patience pour supporter tout le long du quai les mécontentements de ces frenchies. Un instant, j’ai cherché à comprendre pourquoi les français aiment autant se plaindre pour des choses qui franchement n’en valent pas grand-chose. Puis, je me suis souvenu que je venais d’un coin où, les usagers de la route faisaient  comme bon leur semblaient sur les axes routiers. Ici, le temps est presque aussi cher que la vie. Une seconde de perdu ne se rattrape jamais.

Le problème de la France, c’est la liberté !

Le soir même, une fois rentré, aux infos, j’ai compris que c’était la grève qui secouait le pays qui avait eu raison de mon train. Après la crise de l’essence aux stations à la mi-mai, c’est le tour des chemins de fer où ce n’est qu’un train sur 4 qui fonctionne. Ici, le mécontentement est presque à son paroxysme. Les mouvements sociaux s’amplifient de jour en jour et franchement, le plaisir qui se lisait sur le visage de nombreux touristes laisse peu à peu place à un goût amer. A l’heure où le pays s’apprête à accueillir la grande messe du football européen, le pays est sous perfusion. A cause de certains points qui ne leur conviennent pas dans la loi El Khomri, les centrales syndicales (la CGT en tête) ne cessent de reconduire les mouvements de grèves, causant d’énormes problèmes aux usagers des transports. Mais, le véritable problème à la base de tout cela, c’est cette liberté au nom de laquelle les français organisent des soulèvements populaires, journées debout, des manifestations pour se plaindre des agissements du gouvernement, et je ne sais quoi d’autres… C’est vrai que Marianne s’était battue au nom de cette liberté, mais es-ce réellement son héritage qui est sauvegardé aujourd’hui ? Es ce ses idéaux qui prévalent encore dans le cœur des français ? J’en doute fort. Je me demande s’il ne leur faut pas une petite démocratie dictatoriale, car s’il y a une chose que j’ai compris dans la vie : l’abus de toute chose nuit. Et sur ce point, je suis formel : « Trop de liberté, tue la liberté ! ».


Promotion des arts et cultures d’Afrique en France : le Musée du Quai-Branly, cette mine !

Une architecture futuriste sortie tout droit du critérium de Jean Nouvel ; un joyau à nul autre pareil non loin du Champs-de-Mars, de la grisaille d’Eiffel et de la Seine. « Terre d’accueil pour les arts et civilisations d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques », ainsi définira-t-on cette bâtisse, qui cette année, célébrera sa première décennie d’existence. 10 ans déjà qu’à travers sa devise : « Là où dialoguent les cultures », le Musée du Quai Branly contribue largement à la valorisation et promotion du patrimoine artistique et culturel africain.

Le Quai-Branly, une histoire unique !

Si aux Etats-Unis, c’est aux faits et institutions politiques, que sont associés le nom des Présidents, en France, c’est plutôt à la Culture, à leur empreinte dans ce secteur. J’avais même appris par un ami il y a quelques jours ici à Paris, qu’un ancien président américain, fort taquin, demandait aux français de laisser la politique et de se consacrer à la culture, puisque c’était dans cela qu’ils excellaient. L’histoire retiendra le nom de Jacques Chirac, alors Président de la République Française, qui en 1995, décida de constituer une commission de réflexion sur la place des arts primitifs dans les institutions muséales françaises (Commission Jacques Friedman). Les résultats de leurs travaux ont conduit le Président Chirac à créer en Décembre 1998, le Musée du Quai Branly, un établissement public national à caractère administratif. Dès lors, le train fut mis en marche. Lancement du concours international de maîtrise d’œuvre et sélection du cabinet d’études, ouverture du pavillon des Sessions au musée du Louvre, dépôt et obtention du permis de construire du bâtiment sur le site du quai Branly, construction et réception des locaux, Installation et aménagement des collections et programmes multimédias. Rien n’était laissé au hasard. Puis, vint le fameux jour du Vendredi 23 Juin 2006, où malgré une prévision de plusieurs vagues orageuses sur la capitale française, le musée a ouvert ses portes au public parisien, français et international.

Des chiffres qui ne mentent pas !

10 ans, c’est peu, me diriez-vous ! Mais, je vous répondrai qu’en disant, le MQB a battu des records. D’abord, il faut remarquer un fait qui permet de différencier la France de beaucoup d’autres pays : c’est cet amour inconditionnel pour la culture, la leur, mais aussi celle des autres. Ici, c’est comme si c’était imprimé dans leur ADN. Aller au Musée, c’est comme aller faire des courses à la supérette du coin, ou encore aller suivre un match de foot au stage. En 10 ans, c’est plus de 15 millions de visiteurs accueillis depuis l’ouverture du musée, des centaines d’expositions, rencontres artistiques et culturelles, des colloques internationaux organisés et un site internet dont la consultation est toujours en hausse au fil des années.

Des événements clés pour 2016 !

Cette année, au-delà des cérémonies du 10ème anniversaire du musée, ce sont les expositions Persona et Matahoata, qui marqueront les esprits des curieux. Entre les programmations de la salle de cinéma, des spectacles à couper le souffle et des concerts à faire vibrer vos tympans, les responsables du musée n’hésiteront pas un seul instant de faire graver cette année 2016 en lettre d’or dans l’histoire de l’institution. Enfin, il y a l’incontournable Nuit européenne des Musées #NDM2016 qui promet d’être intéressante.

Un regard particulier pour l’Afrique !

Je suis formel. Aucun musée européen ni africain ne possède autant de pièces  venue du Continent et réuni en un seul lieu que le Quai Branly. Une autre amie me disait la dernière fois qu’elle se demandait, être tombée des nues, après avoir vu certaines statues originaires de chez elle, mais qui n’existaient plus dans son pays. Des fois, même, c’est à se demander comment les Etats Africains, ont rendu la chose possible (ça c’est en tout cas, un autre débat). Ce qui est sûr, au Quai Branly, rien n’est fait dans la dentelle pour valoriser ces collections africaines. C’est comme elle me l’a fait remarquer par la suite en disant : « Si personne ne veut les mettre en valeur chez nous, pourquoi devrait-on l’interdire ceux qui veulent le faire ? ». En tout cas, on ne peut qu’être ravi que le patrimoine africain soit autant mis aux devant de la scène par le musée.

De toute façon, il y a une chose dont je suis sûr. Pour ce 10ème anniversaire, je n’attendrai pas d’invitation pour y aller. D’ailleurs même, j’ai déjà marqué cela dans mon agenda, et j’espère que vous me rejoindrez pour vivre des moments de pur bonheur… En attendant d’y être, Joyeux Anniversaire !!!

Musée du quai Branly


Elle et moi, une fois, la première !

Celui qui a dit un jour que « le cœur a ses raisons que la raison ignore », n’avait pas tort. C’est comme s’il avait prédit, des siècles auparavant, que ceci allait arriver, que dis-je, nous arriver. Avec elle, pas besoin de mots comme avec les autres. Un regard ou un sourire suffisait largement.

Je l’ai rencontré au détour d’une rue. Rue Mouffetard. Assis à la terrasse d’un pub, ressassant les vieilles anecdotes de nos années collèges avec quelques amis. Elle était simple. Son teint chocolat d’Afrique, à l’allure de la nutella soigneusement conservée.  Sa démarche, celle d’un guépard, avant la course et le saut sur sa proie, montrait en elle, son pouvoir de grande dame… J’ai pris un moment, essayé de me souvenir. J’ai cherché d’où je pouvais la connaître. J’ai longtemps cherché dans ma tête sans rien trouver. J’ai eu un instant de doute et de vertige, comme si le temps s’écoulait plus vite. Mon cœur battait sans cesse, et mon corps refusait de bouger. Je me rappelai seulement que Paris, ce n’était pas comme dans ce coin perdu d’Alexandrie, où le simple fait d’accoster une femme dans la rue, pouvait te valoir avec un aller simple vers Saint Léonard. Ici, c’est la liberté, l’essence même de la vie sociale. Qu’avais-je à perdre si elle refusait de me parler ? Rien. J’hésitai encore un instant… Puis, me levai. A quelques mètres d’elle, je senti son parfum. Une fragrance qui pourrait amener toute personne à faire comme Jean-Baptiste Grenouille, mais au mieux, à l’aimer d’un amour fort, intense. Tête plongée dans son smartphone comme la plupart des jeunes parisiennes, elle faisait mine grise comme si elle venait d’apprendre que son rdv ne viendrait plus…

Une fois à sa hauteur, je l’abordai, enfin.
–    Souris, dis-je ! Elle leva ses yeux et me regarda d’un air étonné. Cela fera ressortir ta beauté et effacera cette mauvaise mine !, terminai-je. C’est à ce moment-là que je l’observai vraiment, de plus près… Elle était belle, comme ma mère… Chevelure naturelle et longue, elle portait à merveille une robe, sobre, mais faisait quand même transparaître, des formes, digne d’une africaine, fière de ses origines. Un mélange qui prouve, qu’on n’a pas n’a pas besoin d’avoir recours aux surcharges et aux ornements inutiles pour s’embellir.
–    On se connaît, me demanda-t-elle, sourire aux lèvres.
–    Euh, oui ! Dans une vie antérieure, et j’espère que dans celle-ci aussi.
–    Et qu’est-ce qui vous dit que j’aimerais faire votre connaissance ?, répliqua-t’elle.
–    Parce que je sais que ça te fera plaisir de m’avoir rencontré, et tu n’aurais pas gâché ta soirée, dis-je…
Et ce fameux sourire qui apparut sur son visage, ses doigts passés dans ses cheveux pour les ramener derrière son oreille, signe que je commençais à gagner la partie…

A chaque mot, qui sortait de sa bouche, je me délectais. Ainsi, pendant une bonne trentaine de minutes, nous discutâmes, rigolâmes comme de vieux potes qui s’étaient retrouvés. Sans même se connaître, nos histoires étaient semblables, nos points de vue se rejoignaient, se recoupaient. Nous partagions pratiquement la même manière de voir le monde. Pour la première fois, depuis longtemps, je me sentis bien avec une meuf. Juste qu’en discutant avec elle, je me sentais compris. Oui, je me sentais heureux ! Comme quoi, dans la vie, le bonheur ne tient qu’à de simples choses. Un verre, un voyage, une rencontre… Rien de plus, rien de moins.
Je vous le jure, il faut la rencontrer pour la connaître. La connaître pour l’aimer. L’aimer pour demander, à Dieu, quelques jours de plus pour pouvoir vivre… Vivre une idylle avec elle !

Elle, c’était Cassandra*, ma Cassie…


Nonvitcha 2016 : Ou comment se rendre à Grand-Popo depuis Panam ?

Hier soir durant le dîner, mon oncle m’a proposé de fêter Nonvitcha avec la communauté Togolaise ici à Paris. De prime abord, l’idée m’a paru géniale. Mais, par la suite, une série d’interrogations a commencé à faire travailler ma matière grise. Mais avant d’y revenir, laissez-moi vous dire ce qu’est Nonvitcha !

Nonvitcha : Frères & Sœurs, ensemble !

En dialecte mina, langue couramment parlé sur la côte ouest africaine (Bénin-Togo-Ghana), « Nonvi » signifie ‘’Frères‘’, et « Tcha », ‘’Ensemble‘’. Nonvitcha veut donc littéralement signifier ‘’Frères Unis‘’. Nonvitcha est une rencontre annuelle et culturelle des peuples Xwla et Xwéla qui vise à renforcer les liens entre les populations des régions  côtières de ces pays. Mais, au-delà de ce régionalisme côtier, c’est une fête qui s’est généralisée, de sorte que les participants viennent de tous les coins et recoins de nos pays, et surtout de la diaspora. Chez moi au Bénin par exemple, nous avons choisi depuis plusieurs décennies de célébrer cette fête le jour de pentecôte reconnu dans le christianisme comme le jour de la descente de l’esprit saint. C’est devenu une fête et ce jour là, on communie, on rit, on se pardonne les rancœurs, bref, on s’enjaille, comme le disent les ivoiriens.

Nonvitcha 2016 à Paris !

Revenons donc à nos moutons. Comment je vais fêter Nonvitcha ici à Panam ? Sans mentir, je ne sais pas trop encore. Es ce que ça sera comme chez nous au pays, débardeur sur le torse, pagne noué à la centure, et serviette ‘’de respect‘’ au cou ? Ou ce sera encore à la mode parisienne (T-shirt, Jean, et basket au pied) ! Qu’allons-nous manger ? Des mets passés au four ou de la bonne cuisine comme nos grands-mères savent le faire avec charbon de bois et tout ce qui va avec (les écolos ne seront pas contents, mais tant pis !)? Qui sait peut être même que je devrais faire le programme d’y aller avec mon ami ‘’ Mr En effet ‘’. Avec lui au moins, dépaysement ne sera pas au RDV. On va leur montrer un échantillon de comment nous les béninois nous fêtons çà. On leur montrera comment aller à Grand-popo depuis Paris. On rappelera à ceux qui l’on oublié, ce que mon grand-oncle Vickey disait dans son célèbre « Adowè« . Dans tous les cas, j’espère vivement qu’il vont apporter du bon Ablo, et du gboman déssi, ou encore de la bonne sauce blokoto, comme je l’aime tant… Sinon, moi même je prendrai le fourneau pour leur rappeler que c’est pas parce qu’ils vivent à Mbengué que le patrimoine culinaire d’où ils viennent, il doivent l’oublier, surtout que cette année, c’est la 95ème édition de notre fête.

Ce qui est sûr, que j’en sois satisfait ou remboursé, dès mon retour au pays, je prendrai ceux qui sont prêts, et direction Grand-Popo… On ira refêter notre Nonvitcha, comme on sait si bien le faire chez nous au 229.

Invitation donc à tous…

PS: Merci à Mr En effet qui ma inspiré cet article!


Un gaou à Paris, version 2.0 ! Et puis, quoi encore…

Je me rappelle de cette phrase qu’un professeur m’avait dite un jour en salle de cours : « Une fois à Paris, ne fait pas l’étranger. Prends une bonne inspiration et avance. Paris va vite ! ». Ce jour là, je ne comprenais pas vraiment le fond de sa pensée. Il a fallu que je sois confronté à la réalité pour m’en rendre compte. A mille lieux de mon petit chez douillet, la vie parisienne est loin devant. Ici, c’est comme le disent les américains : ‘’Time is money ‘’. Une semaine à Paris, il n’en faut pas plus pour se rendre compte du fossé qui sépare mes deux mondes. L’Afrique nonchalente, passive, où tout roule au ralenti. Ici, c’est comme Dieretou l’a dit : « c’est un fait de notoriété publique que les Parisiens sont toujours pressés, qu’ils courent toujours d’un coin à un autre, qu’ils ont en obsession d’arriver en retard ».

Habitué à cette socialisation qui fait qu’un africain préférera toujours la chaleur familiale à la vie solitaire du parisien lambda, j’ai appris très tôt le sens du « chacun pour soi, Dieu le pousse ». C’est comme il y a trois jours de ça, je suis sorti avec un ami camerounais. On avait décidé de faire la trilogie Bastille-Place de la république-Notre Dame de Paris. Et une fois le triangle effectué, on avait un petit creux. Même s’il est vrai que la géolocalisation marchait, pour un gaou à Paris, s’orienter, ce n’est pas la chose du monde la mieux partagée. Bref, on cherchait un petit Burger King, histoire de comparer la version française de la chose à celle égyptienne à laquelle nous étions habitués. Et, à nous de demander un renseignement à un groupe de jeunes parisiennes qui passaient ! Mais mince alors, c’était la plus grosse erreur qu’il nous ait fallu de faire sur les 100 dernières années (même si on n’était pas encore né). Si vous voyez la manière dont elles nous ont regardés puis se sont éloignés, c’était sans nul doute pour nous dire : ‘’Eh les gars-ci, retournez dans votre pays au lieu de venir faire la manche ici‘’. J’ai eu envie de leur coller une de ces g*****. Mais bon, je m’en suis retenu. Comme le dirait l’autre, on répond à l’********* par le silence.

S’il y a aussi quelque chose que les français en général et les parisiens en particulier savent faire mieux que les africains, c’est se vendre. Je me rappelle les nombreuses choses que j’entendais sur Paris depuis ma tendre enfance. Paris est ceci… La France est cela… C’est vrai que sur certains points, Mbengué et Panam sont en avance. Mais quand même, c’est les mêmes réalités de souffrance et d’inégalités sociales qu’il y a chez moi qu’on retrouve par ici.  Aussi, s’acclimater à la vie parisienne, c’est pas facile. Mais au moins, ce n’est pas comme en Egypte où tout est écrit en arabe et où le principe de l’ingérence dans les affaires d’autrui est le mot d’ordre. Ici, tout est écrit, tout est droit et tout est respecté à la virgule près. Ce n’est pas aussi comme chez nous où chacun fait ce qu’il veut sans un contrôle des autorités publiques. Quand on dit que la France est un pays libre, c’est juste pour confirmer les dires selon lesquels la liberté des uns s’arrête là où commence celles des autres. En tout cas, ce que je retiens après cette première semaine parisienne, c’est qu’il faut faire attention par ici, si l’on ne veut pas se faire gaoutiser par cette ville à 200 à l’heure.


A Alexandrie, mon pizzaïolo était un Panafricaniste !

S’il y a vraiment une chose qui a retenu mon attention dans la capitale francophone de l’Égypte, Alexandrie, c’est bel et bien cela. Tous les égyptiens, sont des agents des services de renseignements. Et comme le disent les ivoiriens : « il n’y a pas son petit ». Jeunes, vieux, hommes, femmes, et surtout les enfants ! Tous s’y mettent. On ne peut circuler dans les rues de cette ville sans se faire accoster avec les fameux : « How are u ? », « what’s your name ? » et « where do you from ? ». Au début, cela m’agaçait, voire même m’irritait. Mais au final, je m’y suis habitué ; de toute façon, j’y étais obligé. Il y a deux jours de ça, vendredi dernier, alors que je rangeais mes ustensiles de cuisine pour une réutilisation l’année prochaine, j’eus un petit creux. Je me suis souvenu que je n’avais plus jamais été ‘’saluer‘’ mon vendeur de pizza, celui-là même qui m’a nourri les premiers jours de mon arrivée en terre égyptienne. Basket au pied, porte-monnaie en poche, me voilà 5 minutes après devant ‘’Pizza Roma‘’ sur la corniche.

–    Sabah el kheir, dis-je !
–    Sabah el nour, répondit-il.
–    Tamam, repris-je !
–    Alhamdoulilah. Anta Youssef*?, me demanda-t-il.
–    Alhamdoulilah.

C’était les salutations d’usages (en arabe dialectal) avec le pâtissier, qui n’était rien d’autre que le fils du propriétaire. Ici, la plupart des petits restaurants et pizzeria, sont des entreprises familiales. Après avoir pris ma commande, il me demanda de prendre siège. Je demandai des nouvelles de son père, qui visiblement n’était pas là. Il me répondit que ce dernier était en voyage sur le Caire. A peine je pris siège, quand il sorti du petit local qui lui faisait office de bureau. Lui c’était Walid, le frère du patron. Quand je passais dans le coin, et qu’il avait un bout de temps, il venait prendre de mes nouvelles. Mais, ce jour-là, ce n’était pas l’une des discussions à laquelle il m’avait habitué. Assis devant moi, il m’offrit d’abord une canette de 7up. Puis, nous commençâmes à échanger. Le sujet était trouvé : Politique.

 A Alexandrie, j’ai rencontré un panafricaniste.

Comme je le disais, donc, Walid voulait parler de politique. Alors qu’il remarqua mon étonnement, il me dit en français : « T’inquiète pas, personne ne nous comprendra. Les gens ici ne comprennent pas français ». 8 mois que je venais prendre des pizzas chez eux, environ 5 mois que je le connaissais, il n’a jamais dit deux mots en français, si ce n’est ‘’bonjour‘’. Dans un pays où parler librement de politique reste encore une réalité à prendre avec des pincettes, c’était étonnant qu’il veuille en discuter. En effet, Alexandrie est une ville très conservatrice, et ce dans toutes les situations de la vie courante. En politique, c’est d’ailleurs pire : soit tu es avec le régime soit tu ne l’est pas. Il n’y a pas de demi-mesure. Mais, vu l’expression de mon visage, il comprit que je n’étais pas vraiment pour. Alors qu’à la TV, un documentaire sur la Tripoli d’après Muammar Kadhafi (m’expliqua-t-il), était en plein présentation, il décida de plutôt orienter le débat vers la politique africaine. Après un OK de ma part, il me posa un certain nombre de questions sur comment je vois la politique américano-européenne dans nos Etats d’Afrique, leur ingérence dans nos affaires, leur influence, etc… Nous en discutâmes un bon moment. Il me dit qu’il regrette l’époque des Sankara, Lumumba, Sékou Touré et autres. Mais que ce qui était encore plus dommage, c’est que ces leaders africains, si vraiment, ils avaient pu avoir le temps nécessaire de mettre en œuvre leur vision pour l’Afrique, nous ne serions plus à ce niveau. L’Afrique serait un continent qui se suffirait à lui-même qui serait aujourd’hui considéré comme une grande puissance au même titre que l’Asie ou les Amériques, mais que ceux qui les ont succédé n’ont pas repris le flambeau comme cela se devait. Kadhafi, le dernier sur la liste de ces panafricanistes, a tout fait pour son peuple, mais de regarder comment il est mort, simplement parce qu’il voulait des « Etats-Unis d’Afrique ». Il alla jusqu’à affirmer que la Lybie est partie pour au moins 25 ans d’instabilité politique. Non pas parce qu’il était une mauvaise langue, mais quand il regarde un peu le pays sous l’ère du guide, que le peuple ne retrouvera pas cette quiétude de sitôt. Petit à petit, les échanges ont migré vers la question du développement des pays africains. Je lui disais quand même qu’eux ici en Égypte, ils ne pouvaient se plaindre vu leur niveau de développement. Il me répondit que c’est parce que je n’avais pas connu l’Égypte d’avant la révolution. Il allait encore partir dans ses  discours quand on m’avertit que ma pizza était prête. Pas content, mais obligé de me laisser partir, il me dit que je pourrai revenir quand je voudrai pour qu’on discute. Je lui promis de revenir avec un autre collègue panafricaniste, auditeur comme moi à l’Université Senghor d’Alexandrie. Avant de partir, je lui posai alors une question qui me trottait l’esprit : Comment pouvez-vous avoir un tel niveau de culture et de connaissance de l’Afrique ? Sa réponse ne me surpris guère : « J’ai 64 ans, et j’ai à peine vécu 30 ans en Égypte. J’ai été en Lybie, USA, Burkina-Faso, Guinée, Mozambique, Afrique du Sud, et dans beaucoup d’autres pays. Avant, j’étais fonctionnaire. Maintenant, je suis à la retraite, et j’ai décidé de vivre à Alexandrie, avec ma famille. Je comprends beaucoup de langues ». Comme j’ai l’habitude de le dire à mes collègues senghoriens, seuls ceux qui sont sortis de l’Égypte et vécus d’autres réalités, ont une mentalité différente de l’égyptien lambda pour qui : « Il n’y a d’autres pays au monde que l’Égypte, et l’Égypte n’est pas un pays africain ».

*Youssef: prénom musulman avec lequel l’on me surnomme ici.


Patrice Talon : le faiseur de roi devenu Roi !

D’aucun ne l’attendait à ce niveau de la course. Mais, il a pourtant déjoué tous les pronostics. Celui qui il y a quelques années encore était inconnu du grand public béninois, vient de se hisser à la Marina. Vainqueur au second tour des élections présidentielles par une large victoire (selon les résultats proclamés par la CENA), Patrice Talon a battu à plate couture, comme le dirait un ami, le « candidat de la France », son challenger Lionel Zinsou. Un nouveau coup de théâtre dans l’univers politique du Bénin et de l’Afrique.

Celui dont la souche d’acte de naissance a de la façon la plus spectaculaire possible, disparu à moins d’un an des élections présidentielles, n’a pas tremblé un seul instant au début du mois de Novembre 2015 lorsqu’il annonçait officiellement sur les antennes des chaînes de TV, vouloir se présenter aux élections présidentielles. L’homme d’affaires, ‘le cotonnier’, comme le surnomme certains de ses compatriotes, est le nouveau commandant du navire BENIN, un navire qu’il connaît un peu trop bien. Exilé durant 3 ans en France, et tour à tour accusé d’avoir voulu empoisonner puis renverser le président sortant, c’est avec force et admiration que le natif de Ouidah, a démontré au monde entier qu’il était un acteur incontournable de la politique chez lui, au 229. A 57 ans, et souvent doigté comme l’argentier de nombreux présidents, notamment de son prédécesseur le Dr Thomas B. YAYI, c’est comme dirait-on, le faiseur de roi devenu roi.

Devant lui, de nombreux défis : réformes de l’administration, lutte contre la corruption, le favoritisme et le népotisme, création d’emploi pour la jeunesse, recherche inlassable de la cohésion et de l’unité nationales ; la liste est trop longue. Mon seul souhait, c’est qu’il prenne la mesure de la tâche qui lui incombe, car les béninois attendent beaucoup de lui. Aussi, devra-t-il mettre à profit ses relations dans le monde des affaires pour une véritable relance de l’économie béninoise. Il en va de la réussite de son quinquennat.