fanchon


Archéologie, art, avenir et dolce vita en Calabre

La Calabre est une région méridionale qui compte nombre de châteaux et des paysages magnifiques. Une résidence d’artiste vient de se terminer au Château de Squillace à l’initiative de l’association In-ruins. Le projet international vise à accueillir de jeunes talents déjà repérés pour leurs performances.











C’est pas que j’m’ennuie #1

Surtout ne pas craquer. Rester aussi droite dans ses chaussons que possible. Ne pas lorgner son peignoir comme l’ennemi du jour à abattre. Ne pas lorgner non plus comme des traitres à la patrie tous ces gestes du quotidien qui ne se sont pas mis en place de façon automatique et solidaire pour améliorer ton cadre de confinement. Se dire que le terme « qualité de confinement » est vraiment aussi moche…




Femmes de caractères, le mag du mardi 100% inspirant

Cette émission révèle au fil de ces voix féminines toutes les qualités qui font que l’écriture croise un jour notre route pour donner un sens différent à notre quotidien. Les retours que me font ces femmes pendant et après l’enregistrement montrent à quel point ma proposition touche un point sensible de leur histoire et s’inscrit dans un moment charnière pour elles.


Les somptueux trésors du Niger en 3D

Et si on commençait par le début ? Le début d’une idée, d’une envie ? D’un rêve peut-être ? Ou de la fin d’un cauchemar hanté par des scènes de violences et de haine ? Hanté par la peur de plus en plus tangible que l’horizon se rétrécit alors même que nos technologies les plus performantes portaient dans l’esprit de certains de leurs concepteurs l’idée d’un monde meilleur ? Et si on imaginait simplement le…


Femmes ici et ailleurs, naissance d’un blog

Quand tu es mondoblogueuse, que tu t’intéresses aux droits des femmes, en France mais aussi partout sur le globe, tu trouves presque naturellement ce que tu cherches, à savoir des rencontres marquantes, des supports pertinents pour les partager. A Dakar, en décembre 2015, invitée par le réseau Mondoblog-RFI, j’avais été vraiment surprise par la minorité que nous représentions, nous, les mondoblogueuses de cette sélection. Nous étions 13. Cela nous a…


Vanessa Kanga, fondatrice du festival Afropolitain : « Nous créons des ponts entre les continents »

Vanessa Kanga est la fondatrice du festival Afropolitain nomade. A l’occasion de la sixième édition, à laquelle Mondoblog participe, elle a accepté de répondre à mes questions. Entretien. 

Vanessa Kanga – Photo officielle

Vous présentez Afropolitain comme un festival citoyen. Pourquoi ?

Afropolitain met en avant des artistes de la scène musicale et promeut des artistes visuels, mais nous mettons aussi des espaces de discussion et de création à disposition. Le festival est gratuit, accessible à tous. Ce qui nous intéresse à travers cette manifestation et la façon de l’installer dans le paysage de façon nomade dans les capitales africaines, c’est ce que les anglo-saxons appellent l’empowerment, à la fois des artistes et des populations. Nous abordons notamment la question de la mobilité des artistes, la place des femmes et d’autres enjeux forts pour la défense des droits culturels.

Vous vous appuyez sur de nombreux partenariats, publics et privés. Comment avez-vous réussi ce pari de faire reconnaître la portée d’un festival nomade en quelques années ?

C’est d’abord par la force de nos convictions et grâce à la façon dont nous avons construit ce concept d’événement culturel international itinérant. Cela n’a pas été facile, bien sûr, car cela donne l’impression que nous repartons à l’aventure chaque année. C’est pourquoi nous anticipons chaque édition deux ans à l’avance, avec des partenaires solides dans la capitale retenue, un label de musique, une agence de communication, des structures bien implantées au fait des messages que nous voulons faire passer. Nous nous sommes aussi appuyés sur la francophonie et un vaste réseau qui ne cesse de grandir. A chaque édition, nous gagnons en notoriété et nos partenaires sont désormais convaincus de l’impact positif d’Afropolitain. Nous sommes de vrais acteurs du changement. Nous créons des ponts entre les continents. Nous captons aussi de nouveaux publics et cela renforce la capacité d’engagement de chaque artiste, de chaque créateur, qu’il soit musicien, plasticien, blogueur.

Vous êtes vous-même artiste, africaine. Vous vivez au Québec. Est-ce un atout pour porter un tel projet sur le continent avec un autre regard, avec une expérience nourrie au contact de différentes cultures ?

Pour rencontrer la création africaine, en sentir toute la richesse et l’intelligence, c’est en Afrique qu’il faut aller. Or la scène africaine est parfois mieux défendue hors du continent par des acteurs culturels occidentaux. C’est un paradoxe.  Nous faisons la démonstration, en tant que jeunes africains de la diaspora, que les capitales africaines ont une place à occuper dans les tournées mondiales, qu’il est possible d’y organiser de beaux événements. Si je suis au Canada depuis 2001, c’est par un pur hasard de la vie. Pour moi, c’est juste une position géographique qui me permet de me déplacer plus facilement. C’est vrai que cela permet aussi de cultiver une vision hybride, sur la manière de percevoir des enjeux, de développer une sensibilité et des savoir-faire.

Afropolitain est un vrai tremplin pour une large majorité des artistes que vous programmez depuis 2012. Un mot sur ce qui fait la force de cette scène africaine émergente malgré les obstacles ?

La première de toutes ces forces en mouvement, c’est l’extraordinaire créativité qui se développe en Afrique et cette conscience que ces cultures nourricières que sont nos traditions, nos réalités, nos imaginaires, doivent s’exporter à travers le monde. Ces jeunes artistes qui aspirent à l’international ne rêvent pas leur avenir, ils et elles y travaillent chaque jour, avec beaucoup de talent, d’exigence et d’abnégation. Chacun, chacune se sent investi-e d’un rôle qui dépasse de loin le seul cadre de la scène pour agir à tous les niveaux de ce qui compte pour faire société.

B comme bonus

https://www.musicinafrica.net/fr/magazine/vanessa-kanga-jappartiens-cette-afrique-jeune-dynamique-et-fiere

Page FB du festival