Joe Marone

horreur à dakar:des flammes emportent 100 millions de francs cfa

Voici le film de l’incendie qui a ravagé tard dans la soirée un grand atelier de menuiserie.  Loyenne bois, tapisserie,exposition sis sur la corniche Ouest de Dakar est réduit en cendres. Selon les estimations, prés  de 100 millions de francs cfa ont été perdus .Des lits, fauteuils, salon,machines à coudre , rien n’a pas échappé…

 

loyenne bois 1
photo prise par Oafrik

 

 

loyenne 2

photo prise par Oafrik

 

 

loyenne 4

photo prise par Oafrik

 

loyenne 5

 

 

 

 


Sénégal :le président Sall veut que sa diplomatie soit proche des populations

  conférence ambassadeurs

La conférence annuelle des ambassadeurs et consuls généraux du sénégal A démarré .Cette quatrième rencontre qui dure  trois jours, a été présidée ce jeudi par le chef de l’Etat Macky Sall. Elle sera beaucoup question de  diplomatie économique.

 Tout ce que le Sénégal a ,comme diplomate est à Dakar .53 ambassadeurs, 14 consuls généraux et sept chefs de bureau économique du Sénégal à l’étranger ont fait le déplacement.Le président a rappelé aux diplomates la priorité du Sénégal pour sa diplomatie.   »A l’évidence, la protection et la promotion des Sénégalais de l’extérieur resteront au cœur de ces objectifs et moyens d’action. Parce qu’elle nourrit, loge, soigne et entretient des familles et des communautés entières, parce qu’elle investit généreusement dans nos villes et nos campagnes. Parce qu’elle contribue au rayonnement international de notre pays, la diaspora sénégalaise apporte une contribution solidaire et inestimable à la nation’’ soutient le chef de l’Etat.

Il a demandé au chef du département  des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, en rapport avec les départements ministériels concernés, à apporter  »des solutions pérennes aux doléances habituelles de nos compatriotes, concernant l’établissement de pièces d’état civil, de passeports, la facilitation des conditions de séjour dans les pays d’accueil, et de réinsertion pour ceux qui rentrent définitivement au Sénégal’’.

Macky Sall veut une diplomatie plus proche des populations, une diplomatie à l’écoute des sénégalais.Il a profité de cette conférence pour réaffirmer la candidature du sénégal au poste de membre non permanent du conseil de sécurité 2016-2017. « il faudrait investir  dans la promotion de la destination Sénégal, en termes d’échanges économiques et commerciaux et d’investissement’’ lance Macky Sall à ces diplomates.


Mes vérités sur la situation en Centrafique

En Centrafrique : « Les enfants subissent la guerre »

source RFI
Hommage et mérite aux confrères de Radio France Internationale qui ont pu décrocher Manuel Fontaine le directeur régional de l’Unicef pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre après quelques jours passés dans ce pays.

Je n’ai pas été en Centrafrique pour constater, observer, sentir, enfin pour écrire sur les lignes de mon cahier. Peu importe, je fais confiance à ces professionnels de Rfi. Je fais également confiance au directeur régional de l’Unicef pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Ce sont des sources crédibles.

Cela me suffit pour exprimer une forte indignation. Celle de voir ces centaines d’enfants subir le drame, la catastrophe, le chaos en Centrafrique. Ces innocents aujourd’hui victimes auraient pu fêter Noël avec le père Noël excusez la répétition, préparer le Nouvel An dans les rues de Bangui, recevoir des cadeaux et en donner puisqu’ils en disposent :  le sourire, le plus précieux des cadeaux.

Ils n’auront malheureusement rien de tout cela à cause d’adultes irresponsables, mettant en avant leurs intérêts tout en piétinant l’âme d’une nation. Oui, ces enfants sont le cœur de ce pays déchiré.

Que les dirigeants et les rebelles de la Centrafrique lèvent la main et disent « nous avons vraiment fauté, nous demandons pardon et nous déposons les armes ».

Que les chefs d’État africains fassent aussi leur mea-culpa à la face du monde. Ils doivent le faire toute de suite et maintenant. La Centrafrique s’embrase face à l’inconscience de ses dirigeants qui ne cherchent pas de solutions, mais des raccourcis pour diriger sans être vraiment les bons dirigeants.

La France, elle se mêle de tout et partout en Afrique sauf peut-être en Gambie, pays qui résiste toujours et qui dit non au diktat de la communauté internationale.

L’ONU… Que fait-elle depuis le début de la crise centrafricaine. Dites-le-moi ?

L’Union africaine … Qui la connaît ? Quelle crise a-t-elle réglée ?…J’allais continuer à rédiger cette « si longue lettre « , différente celle de l’écrivaine sénégalaise Mariama Ba, mais faute de temps je ferme mon cahier par cette interrogation :  les pires ennemis de l’Afrique ne sont-ils pas  ses propres fils ?

Revenons sur le calvaire vécu par ces enfants. Selon l’invité de rfi, le directeur régional de l’Unicef pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Manuel Fontaine  »  Les plus jeunes sont  les premières victimes des violences en Centrafrique. Il y a ceux qui ont perdu leurs parents, ceux qui sont utilisés par les groupes armés, et beaucoup sont déplacés. Les enfants subissent de plein fouet le chaos de ces dernières semaines ». Il constate quebeaucoup d’enfants sont dans des hôpitaux. Ils sont pris en charge par des médecins qui font tout pour non seulement les soigner, mais aussi pour s’occuper d’eux à plus long terme et essayer de les réintégrer dans leur famille. Ceci devrait nous amener à nous interroger sur les conditions de vie de ces tout petits qui méritent une attention particulière de la part de la communauté internationale.

 » En général, les enfants ne cherchent pas forcément à comprendre la guerre, mais ils la subissent. Ils comprennent que les adultes autour d’eux ont peur. C’est tout le comportement des adultes qui est important dans ces cas-là. Et encore une fois, voir des médecins, voir des imams, voir des prêtres extraordinaires qui essaient de les abriter et de maintenir des activités aussi normales que possible, c’est extrêmement important pour eux soutient Manuel Fontaine.

Monsieur Fontaine s’inquiète beaucoup parce que tout cela entraînera de la malnutrition, du paludisme, toutes sortes de maladies qui vont se propager. Il a raison d’exprimer ses inquiétudes.

Nous devrions tous être inquiets. « Le fait que les enfants soient attirés dans le combat et soient utilisés, instrumentalisés par des groupes armés pour commettre des violences n’est malheureusement pas un phénomène nouveau, nulle part. Il est difficile pour nous de dire combien ils sont. On estime qu’ils sont probablement entre 3 500 à 6 000, dans tous les groupes concernés. Il faudra qu’on les récupère, on en récupère déjà régulièrement. Mais dans un contexte très polarisé comme cela, et très violent, c’est évidemment plus compliqué souligne le directeur de l’Unicef pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre.


Université Cheikh Anta Diop de Dakar: y en a marre

ucad à feu et à sang

 Encore des affrontement à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar.Ils opposent  les étudiants aux forces de l’ordre devant et même à l’intérieur du campus.Les étudiants qui manifestent contre l’augmentation des droits d’inscription fixés à 25000 francs cfa , ont empêché  la tenue du Forum ucad-entreprises (Foucade).

Sur place, des pneus brulés, des jets de pierre, des huées ,tout à été utilisé par les étudiants pour se faire entendre.Le recteur de l’université Salif Ndiaye , dépassé par la situation a même versé des larmes. Un étudiant de la faculté  des Sciences, Ibrahima Diouf a été blessé.Il a été  interné dans un hôpital de la place. Il serait touché à  l’œil gauche  lors de la manifestation. D’autres victimes ont été aussi enregistrées, on parle d’une dizaine.

La cérémonie d’ouverture de la première édition du forum ucad-entreprises (Foucade)  placée sous le signe de la professionnalisation de l’Offre de formation de l’ucad et l’insertion des diplômés, n’a pas finalement eu lieu à cause de ces événements.Le but cette activité c’est entre autres , mobiliser les employeurs  et diplômés autour de la problématique de l’emploi.Pour rappel, la question de l’augmentation des droits d’inscription à l’université à été évoquée par le chef de l’Etat lors d’un conseil des ministre en Aout 2013. Une décision automatiquement dénoncée  par les étudiants qui trouvent la mesure inadaptée à leurs conditions sociales.


sénégal : la solidarité ça s’apprend

Adama Gueye

La politique autrement. Le slogan ne sera pas un vain mot mais il sera traduit par des actions concrètes pour une meilleure amélioration des conditions de vie des couches faibles, des démunis, des talibés. Ces expressions résument  entre autres les objectifs du mouvement de réflexions et d’actions pour un Sénégal émergent.A la tête de cette structure, une dame du nom de Adama Gueye, fille d’une haute personnalité  nommée Djime Momar Gueye qui a beaucoup œuvré dans le social , surtout à Kaolack, une région au centre du Sénégal. Tel père , telle fille,comme disait l’autre. Selon la présidente de ce mouvement , l’État ne peut pas tout faire mais chaque citoyen ou citoyenne peut apporter sa contribution à l’édifice. C’est cet esprit patriotique que veut réveiller la présidente du mouvement de réflexions et d’actions pour un Sénégal émergent. Au cœur des activités de cette organisation figurent la collecte des vêtements, des vivres pour les talibés ,l’appui aux femmes sans revenu… »Au Sénégal, il faut cultiver l’esprit de solidarité » soutient Madame Gueye.Son mouvement qui assume son soutien au président de la république Macky Sall indique que  des activités de sensibilisation vont se dérouler dans l’ensemble du territoire national dans le but de convaincre les sénégalais de la nécessité d’adhérer à la structure pour une meilleure prise en charge des besoins des populations. « Main dans la main, nous pouvons apporter beaucoup déclare Adama Gueye.


Dakar : Bienvenue à sandaga !

triste décor
Sandaga :Le désastre écologique

Voilà ce qu’est devenu l’avenue Lamine Gueye, axe  menant directement vers le boulevard de la république. A hauteur du marché sandaga, le plus grand lieu de commerce de la capitale, des ordures dictent leur  loi , empêchant du coup la circulation.passants, conducteurs cherchent difficilement où mettre les pieds.Mais le paradoxe , ce des centaines de commerçants qui face à ces montagnes de saletés vaquent tranquillement à leurs activités.

Sur place, ils mettent quelques masques mais ne protègent rien puisque les mouches contrôlent l’espace.La gréve des concessionnaires est passée par là. Hier tard dans la soirée, les grévistes ont annoncé leur volonté de reprendre le travail tout en précisant que  la situation va devenir normale d’ici une semaine vu l’ampleur du phénomène. Le plus inquiétant, ce sont ces enfants qui essayent de récupérer certains objets, des adultes eux, garent leur deux roues à coté malgré l’odeur qui sort de partout.


Dakar: Ne jouez pas avec la santé des individus

Dakar offre aujourd’hui un décor qui crève les yeux.Des tas d’ordures occupent l’espace face au silence inquiétant des autorités.

La capitale sénégalaise vit depuis trois jours une situation insupportable.Des ordures jetées ça et  là au vu et au su de tous.Dans des quartiers comme Grand Yoff, commerçants et tas d’ordures font bon ménage.Il faut boucher les narines pour éviter l’odeur nauséabonde qui se dégage de ce désastre écologique. A l’origine de la situation, la gréve des concessionnaires et techniciens de surface.Ils réclament prés de deux milliards de francs cfa représentant quatre mois d’arriérés de salaire.Les agents en charge du nettoiement laissent derrière eux ces ordures,les animaux en divagation  assurent.

Ils mangent tout, même les sachets en plastique. Face au danger, les autorités font toujours la sourde oreille.Au deuxième jour de ce mouvement , les grévistes ont laissé entendre qu’ils ne vont pas reculer.Sur le terrain  ça pue partout.Certains observateurs estiment que si rien n’est fait dans les prochains jours, le sénégal risque de vivre un véritable problème de santé de publique.Ce n’est pas pour la première fois que les techniciens de surface observent un mouvement de gréve.Très souvent, ils déplorent le retard noté dans le payement de leurs salaire. Les autorités sont donc interpellées, elles doivent trouver une solution définitive à la problématique des ordures.Mais ce qui inquiète,c’est le silence des autorités.


Dakar:ma plume pour les sans voix

Remise du prix de l'excellence
Photo crédit/Panos

Ma passion du Journalisme a valu un prix d’excellence.Oui , je rêve d’avoir d’autres .Les messages de toutes et de tous,ont exigé de moi,le courage, l’envie,la volonté de continuer de chercher ce qu’ils cachent, de démasquer les ennemis du peuple,de mettre à nu les pratiques des mauvaises gestionnaires et détenteurs des deniers publics,de freiner les violeurs des droits humains ou encore.

 

 J’ai été très touché par vos aimables et adorables  messages de félicitation suite à mon prix d’excellence pour la meilleure investigation 2013 sur la gouvernance et la gestion publique, Prix décerné par l’institut panos Afrique de l’Ouest .

Dakar le 06 déc 2013.Le ministre de la communication et de l’économie numérique Cheikh Bamba Dieye préside la cérémonie de remise des prix à des journalistes qui ont mené des enquêtes sur la bonne gouvernance.Le grand reportage qui a été primé a été réalisé au mois de juin 2013 dans la région de Sédhiou . Cette consécration c’est celle de la presse sénégalaise responsable ,admirable d’éthique, de déontologie et de loyauté. Pour  moi c’est le début d’une mission difficile certes mais possible. Encore une fois, mille mercis  à tous ceux-là qui ont reconnu ce travail dont le seul objectif était d’apporter la lumière sur des pratiques qui contribuent lentement mais surement à la disparition inconsciente  de l’Homme. Cette enquête  qui a porté sur l’exploitation abusive du bois a montré l’existence d’un véritable  réseau de trafic  national puisque sénégalais, ensuite sous régional car se déroulant d’une part en Gambie, enfin international car impliquant des chinois et des indiens. Toute cette association de malfaiteurs tue petit à petit les forêts de Sédhiou. Le bois mort comme le bois vert est  coupé .Cette  coupe abusive fait dire à beaucoup  d’ observateurs que d’ici dix ans, si rien n’est fait, on  ne parlera plus de forêts dans cette partie sud du Sénégal. Heureusement que des associations de défense de l’environnement se sont fortement impliquées  dans la lutte contre la déforestation mais leur combat est une goutte d’eau dans la mer. C’est un trafic intense , organisé, illicite qui nécessite aujourd’hui une forte mobilisation. Oui, il faut se mobiliser et s’armer de beaucoup de courage, de force pour faire face à ces puissants malfaiteurs  prêts à tout  pour s’enrichir.



Dakar: Des images qui choquent sur l’autoroute

passerelles
autoroute á hauteur de la patte d’oie

Pour  non respect de l’usage des passerelles , des dizaines de piétons perdent la vie au Sénégal .On parle de Plus de 100 personnes  tuées par an.

Le phénomène inquiète mais ne préoccupe presque pas.Sinon comment expliquer le silence des autorités face à la recrudescence des accidents mortels  sur l’autoroute. Dans un passé récent,  le directeur de la nouvelle prévention routière disait  que chaque année prés de cent piétons sont tués dans la circulation.

Ces accidents sont liés pour la plupart à des mauvais comportements des passagers.Au niveau des ronds points giratoires  et des passerelles les piétons préfèrent traverser en diagonales  plutôt que d’ utiliser les passages  à niveau ou bien ces passerelles . La situation est surtout notée sur l’axe aéroport Léopold Sédar Senghor-croisement camberene . Ici l’image qui  s’offre crève les yeux .Certains traversent l’autoroute au moment où les véhicules roulent à grande vitesse.
A ce niveau, l’Etat du Sénégal devrait se lancer dans des campagnes massives de sensibilisation à travers les chaînes de télévision pour expliquer aux piétons ce qu’ils doivent faire. Mais aussi mobiliser des moyens humains pour orienter et renseigner utile»Il devrait aussi sanctionner en cas de non respect de l’usage des passerelles.




Sénégal/Youssou Ndour fait chanter le président Macky Sall

apr aniv

De gauche à droite ‘( Youssou Ndour,Demba Dia, Macly Sall )

Il avait tout. Tout pour célébrer les cinq ans de son parti apr. Le chef de l’Etat sénégalais était entouré de presque toute la classe politique , celle qui l’a soutenu au premier comme au deuxième tour , celle qui l’a porté au pouvoir  le 25 mars 2012. Macky Sall apparemment  heureux  a tenu à exprimer sa joie .Il a d’ailleurs appelé ses alliés à poursuivre cette collaboration. A propos des prochaines locales  de juin 2014 , il  souhaite aller en coalition avec les mêmes formations et autres citoyens qui l’avaient accompagné  à la présidentielle et ceux qui souhaitent travailler avec lui pour dit-il sortir le Sénégal de sa situation de pauvreté.

Macky Sall qui a fêté ce premier décembre 2013 , les cinq ans de son parti n’a pas présenté, ni reçu  un  gâteau d’anniversaire , il a tout simplement  préféré chanter à coté de la star mondiale  Youssou Ndour et de  l’artiste  Demba Dia.Il les a fait venir  au présidium et le trio en bon orchestre , a chanté  les cinq ans  de l’apr. En chœur, les 3 hommes ont lancé   « joyeux anniversaire » au parti  au pouvoir .

Macky  trés ému  lâche ce bout de phrase en wolof , langue nationale  « Fii todjna »,  (nous avons cassé la baraque !) avant de poursuivre « je sais que j’ai pas une belle voix, heureusement vous l’aviez pas senti à cause de celle de  Youssou Ndour. »


Gorée:demandez d’abord pardon ensuite entrez dans l’ile

La maison des esclaves de Gorée ne désemplit pas

 Des milliers de personnes ont franchi cette porte, mais elles ne reviendront jamais . D’où l’appellation du voyage sans retour .Cette maison des esclaves de Gorée continue d’attirer des  visiteurs..De simples citoyens comme des chefs d’État et de gouvernement :

Des personnalités  y ont effectué  le voyage: Ce sont entre autres les présidents sénégalais  Abdoulaye Wade, son prédécesseur Abdou Diouf, les présidents Omar Bongo (Gabon) Houphouët-Boigny(Cote-d’ivoire), Lula(Brésil), François Mitterrand (France), Jimmy Carter, Bill Clinton, Georges Bush, Barack Obama (États-Unis),l’empereur Bokassa Ier l’impératrice, Farah Diba et sa mère, le roi Baudouin et la reine Fabiola, Michel Rocard, Jean Lecanuet, Lionel Jospin, Régis Debray, Roger Garaudy, Harlem Désir, Bettino Craxi, Nelson Mandela, Jesse Jackson, Hillary Clinton et sa fille, Breyten Breytenbach,les chanteurs James Brown et Jimmy Cliff. Certains visiteurs  en entrant dans la maison des esclaves de Gorée ont versé des larmes, d’autres trés émus ont demandé pardon.

Le pape Jean-Paul II , le 22 février 1992 a laissé entendre  dans son discours devant la communauté catholique de l’île » des hommes, des femmes et des enfants noirs ont été victimes d’un honteux commerce auquel ont pris part des baptisés, mais qui n’ont pas vécu leur foi. Il  convient que soit confessé, en toute vérité et humilité ce péché de l’homme contre l’homme, ce péché de l’homme contre Dieu. Nous implorons le pardon du ciel » .

Cette  maison reste un lieu qui revêt  une grande portée symbolique  de la traite négrière.Sa date de création remonte à 1776  selon des  historiens.

Au rez-de-chaussée se trouve les cellules (hommes, enfants, chambre de pesage, jeunes filles, inaptes temporaires). Dans celles réservées aux hommes, faisant chacune 2,60 m sur 2,60 m, on faisait entrer 15 à 20 individus , assis le dos contre le mur, des chaînes les maintenant au cou et aux bras. Ils ne sont  libérés qu’une fois par jour afin de leur permettre de satisfaire leurs besoins et tout se fait sur place. Ils y vivaient dans des conditions d’hygiène lamentables et insupportables . L’effectif dans cette petite maison variait entre 150 à 200 esclaves. L’attente de départ durait parfois près de trois mois. Les esclaves qui tentaient de résister,sont jetés par la porte sans retour, ils sont laissés à la merci des requins.  Dans cette maison, le père, la mère et l’enfant dans les cellules étaient séparées.

Jean Louis Roy  écrivain et poète canadien  disait  « Celui qui vous a dit  Gorée est une ile, celui là  a menti.Cette ile  n’est pas une ile ,elle est un continent de  l’esprit. »

En 1975 l’ile de Gorée est inscrite sur l’inventaire des monuments historiques du Sénégal et en 1978 sur la liste du patrimoine mondial de l’unesco.


Gambie : 12 heures chrono pour une traversée

sédhiou 99

Chaque jour, des centaines de personnes traversent le fleuve « Gambie ».Le moyen de transport le plus utilisé demeure ce « corbillard mobile », pardon le ferry qui assure la liaison village de Farafegné à Sénoba. Dans cet engin, tout le monde est passager, les personnes comme les animaux, les véhicules et autres marchandises embarquent et prennent tous le départ. Vous n’allez pas croire, mais ce ferry fonctionne avec un seul moteur. C’est ce qui fait que très souvent les passagers sont bloqués en pleine traversée à cause d’une panne du moteur.

Sur une distance d’environ deux kilomètres, le temps mis varie entre 1 h à 1 h 30. Autre calvaire vécu, c’est le temps que le voyageur peut perdre avant l’embarquement. Certains passent la nuit (passagers simples) ou font une semaine au bac (chauffeurs de camion) d’autres 12 heures de tour d’horloge. En plus de cet enfer, il n’y a pas de gilet de sauvetage.  Moi qui ai pris ce ferry je ne sais pas combien de personnes étaient à bord, ni les agents en charge de l’embarquement, personne ne peut vous indiquer le nombre de passagers par traversée. Ici, la surcharge est érigée en règle face à des risques de naufrage devenus ordinaires. Le danger est bien là, mais le dénoncer sur place est synonyme de suicide.

Dans ce pays frontalier avec le Sénégal, dirigé par un certain Yaya Jammeh, la liberté d’expression n’existe pas. La presse est bâillonnée, les défenseurs des droits de l’homme sont intimidés, les opposants politiques forcés à se taire de peur d’être envoyés en prison. En Gambie le président est aux anges, le peuple est sans droit. Paradoxe, ce pays a vu naître le procureur de la Cour pénale internationale, Fatoumata Ben Souda.